HALTE ATTEINTE Santé Publique

Rhône-Alpes / Auvergne

STOP au résidus radioactifs d'uranium

de Saint-Priest-La-Prugne

qui risquent de sulfater le tourisme !

Organisons la résistance verte et nationale-Bolchevique sur les départements de l'Allier, de la Loire et du Puy-de-Dôme !

A2103 1

Le maire de Lavoine, est complètement désespérée.

En effet, Jean-Dominique Barraud qui est pourtant parti à pied de sa commune de Lavoine (Allier) le 09 février jusqu'à Paris (le 25/02) afin d'alerter l'opinion publique sur les risques potentiels "d'atteinte à la santé publique" à propos de la décision d'Areva de vouloir réaménager le bassin de décantation de l’ancien site minier d’extraction et de traitement d’uranium, exploité de 1954 à 1980 sur la commune voisine de Saint-Priest-La-Prugne (Loire), ne sait plus à quel "saint" se vouer afin de se faire entendre, si ce n'est à "l'Idiot provincial" qui connaît bien le dossier du nucléaire français et plus particulièrement celui-ci puisque le pouvoir, qu'il soit de droite ou de gauche, commence à se gratter le "cuir chevelu" dès qu'il entrevoit "L'Idiot provincial", parce que nous, nous agissons sur le terrain et nous ne négocions jamais rien !

Dans le domaine du nucléaire ou de la maltraitance animale, "palabrer", c'est perdre du temps quand il n'y a rien à dire. Il faut toujours agir et vite et toujours prendre de vitesse les différents protagonistes et ce, dans le plus grand secret. Personne dans la vie n'a eu la moindre emprise sur mes décisions et celles de mes camarades parce que nous nous dévouons toujours pour un meilleur bien-être public et pour la "Cause du peuple" en particulier. L'intérêt public, d'abord ! 

"Plutôt mourir debout que trahir ses conviction à genoux" et ce, quelqu'en soit le prix. Cela, je l'ai toujours fait parce que moi, je suis un combattant qui monte au front et ce, dans n'importe quelles circonstances !

eelv-625-2.jpg

"Opération commando" avec EELV Auvergne, place de Jaude, CONTRE les banques qui lavent l'argent sale !

numerisation0011.jpg

numerisation0020.jpg

J'ai fait "capoter" le 1er rassemblement européen de Harley Davidson "Free Wheels" à Courpière dans le Puy-de-Dôme ; j'ai rassemblé sur ma pétition plus de 11 000 signatures en un peu plus d'un mois contre un projet d'extension de porcherie à Chirat l'Eglise dans l'Allier ; j'ai monté en ce début de printemps une petite pétition (qui a jeté de grandes frayeurs) pour la défense d'un petit restaurateur-traiteur "La Truffade de Saint-Eloi" à Montoldre (Allier) ; en ce milieu de printemps, j'ai prévu d'organiser un camps de la résistance anti-porcherie à Agonac en Dordogne et... Mme le maire a "tremblé" (pour l'image du tourisme périgourdin) puisque j'ai reçu fissa un arrêté municipal concernant un permis de construire annulé que les plus grandes associations environnementales d'Aquitaine n'attendaient plus (Sepanso, Apea) ; dernièrement, j'ai annoncé publiquement que nous allions protesté avec 80 de nos camarades du Parti révolutionnaire national-bolchevique en Arles contre une corrida et les esprits se sont rapidement enflammés (organisateurs et policiers du SDIG), etc..., PARTOUT on me respecte parce que je travaille toujours avec assiduité mes dossiers, sans complaisance certes mais jamais dans un esprit de désordre public car je suis attaché à l'ordre et non aux désordres qui provoquent la servitude.

A1347

 

"Die-in" avec Greenpeace Auvergne, EELV

et le Parti Révolutionnaire National-bolchevique

 

La mine d’uranium de Saint-Priest-la-Prugne, exploitée pendant 25 ans par la COGEMA, (Compagnie Générale des Matières Nucléaires, aujourd’hui AREVA) a été fermée en 1980. Vers la fin des années soixante dix, L’ANDRA avait envisagé d’utiliser le site de la mine pour y créer un centre de stockage de déchets radioactifs, du type de celui qui existait déjà à La Hague.

Ce projet avait suscité inquiétudes, opposition de la part des élus et de la population et vigilance de nos camarades anti nucléaires (Moi et mes camarades étions déjà partis dans une violente polémique qui s'était terminée par un procès au tribunal... et que nous avions gagné).

Saint-Priest-La-Prugne est situé dans le massif des Bois Noirs à la rencontre des trois départements de la Loire, de l’Allier et du Puy-de-Dôme. Le massif culmine à près de 1 300 m d’altitude au Puy de Montoncel (Lavoine, Allier) et joue le rôle de château d’eau régional. Il s’agit, sur le plan géologique, d’une formation en grande partie granitique, comportant d’importantes failles.

L’installation d’un centre de stockage de déchets radioactifs y était donc particulièrement malvenue.

Les anciennes activités minières – extraction et traitement du minerai d’uranium - ont encore un impact sur l’environnement de la région. Il reste sur le site COGEMA 1,3 million de tonnes de résidus radioactifs, situés dans l’ancien lit de la rivière "La Besbre", dans un lac artificiel et derrière une digue de 42 m de haut, recouverts d’une lame de 2 m d’eau.

De plus, une quantité identique de résidus avait été enfouie dans les galeries de la mine, au fur et à mesure de l’exploitation.

Ils sont un facteur de contamination de l’air et de l’eau, à proximité du site, voire à des distances importantes comme l’ont révélé plusieurs expertises.

Le projet d'Areva prévoit donc de remplacer la lame d'eau qui recouvre actuellement les résidus de traitement des minerais par une couverture "plus solide".

Ce que conteste le maire de Lavoine qui estime n'avoir pas obtenu toutes les réponses à ses questions : "Ils veulent vider l'eau, la traiter et la remettre dans la Besbre, et détourner cette rivière pour la remettre là où elle passait avant, du côté de la route. Ils creuseraient pour cela sur 25 m de profondeur et utiliseraient le matériau pour recouvrir le bassin. Ce que je crains, pendant les 5 à 7 années de travaux, ce sont les poussières et l'effet "pluies du sahara" avec toutes les conséquences que cela implique pour les populations qui respirer cela".

Le projet proposé en 2012 a reçu un avis défavorable de la DREAL (Lyon). Areva en a soumis un autre.

Nous allons donc "décortiquer" tout cela et nous verrons bien, si nous, nous allons "enflammer" ou non les esprits à partir du village rebelle et frondeur que nous connaissons parfaitement : "Pion" à Lavoine !

En effet, ce territoire a été le théâtre d’une révolte populaire, survenue en 1764, suite à la collecte des impôtsS'ensuivit moult arrestations, des condamnations à mort, la confisquation des biens et quelques déportations. Certains voient dans cette bataille un acte fondateur de l'identité de la Montagne bourbonnaise. 

250 ans plus tard, nous allons redonner toute l'énergie qui est la nôtre, dans ce combat pour l'environnement en Auvergne.

Feu Rouge ! Ouvrons le bal ! Avançons nos pions noirs ! Avançons nos pions noirs, blancs et rouges !

A suivre d'urgence

Paul TOP

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau