HALTE au projet de porcherie à Chirat l'Eglise : la révolte gronde non loin des gites de France, des ZNIEFF et de Natura 2000

STOP AUX SULFATAGES DE LISIER

NON DES LOIN DES ZONES

ZNIEFF, NATURA 2000

ET DU GITE DE FRANCE "LES BOUYS"

porc-050.jpg

Le projet d'agrandissement de la porcherie est seulement à 300 m du gite du château des Bouys

un ancien relais de chasse du XVIII ème siècle. Bonjour les nuisances olfactives

 sous les vents de direction sud-sud-est de fréquence 9,7 % !!!

porc-047.jpgForêt des Colettes à 6 km, Accrobranche à 6 km, classement 3 épis

Ouverture du 4 janvier au 29 décembre : 460 euros pour 2 nuits

Sympa les week-end-barbecue pour le proprio et les touristes

alors que le commissaire-enquêteur reconnaît que 

"la population porcine va BEAUCOUP augmenter " !!!!

Le projet de porcherie du GAEC SIMONIN-VERNADEL du lieu-dit "Les Bouys" commence à réveiller les esprits depuis que l'Idiot provincial a mis le "feu aux poudres" dans l'Allier et plus précisémment à Chirat l'Eglise dans le canton d'Ebreuil, arrondissement de Montluçon.

Ce projet de porcherie a fait l'objet d'une enquête publique, puisqu'il s'agit d'une ICPE (installation classée pour la protection de l'environnement), qui s'est déroulée d'avril à mai 2013.

Les observations de la population opposée contre ce funeste projet sont nombreuses car il est hors de question que le Bourbonnais devienne une nouvelle "Bretagne" où le moindre projet de porcherie a soulèvé l'indignation générale où préfets, administrations, chambre d'agriculture et divers "experts" se sont moqués des gens et où le taux de nitrates dépassent largement les seuils autorisés.

En France, les populations concernées par les nouveaux projets de porcherie n'ont plus confiance. De quelques porcs au début, les élevages s'agrandissent pour diverses raisons, la nature et les cochons sont les seuls a "trinquer" devant la folie consumériste humaine.

Plus aucun projet d'extension de porcherie ne doit passer et nous devons nous mobiliser, ici ou ailleurs, car nous tenons à préserver l'image touristique de l'Auvergne. La vitrine immobilière se doit d'être protégée. La VRAIE information des habitants aussi. 

Dans le cas présent, la demande d'autorisation d'exploiter cet élevage de porc est programmée pour accueillir plus de 4 000 (4 183) porcs désignés de nos jours par "animaux équivalents", nouveau terme utilisé dans le "jargon" agricole et destiné, selon de nombreuses associations environnementales, à "induire" les gens en erreur puisque la plupart des habitants ne font pas la différence en un "porc" et un "animal équivalent".

Une porcherie est composée, depuis la nuit des temps de porcs, de truies, et de porcelets et non pas "d'animal équivalent". On achète du saucisson de porc et non pas du saucisson d'animal équivalent !

Ce projet de porcherie semblait passer "en douceur" (la presse locale n'en a pipé mot), mais patratas, l'empêcheur de tourner en rond "L'Idiot provincial", alerté par la population, était derrière "les fagots" depuis plus de 6 mois.

LES ELUS DE LA COMMUNE DE TARGET

S'INQUIETENT DES ODEURS DE LISIER

POUR LES PETITS DE LA MATERNELLE

Depuis ce début de semaine, nous avons déclenché "l'offensive générale" qui devra embraser toute l'Auvergne car les populations concernées en ont marrede ces projets d'extension de porcherie, à l'image du valeureux conseil municipal de la commune de Target (10 km de Chirat l'Eglise) dans l'Allier qui a déjà émis un avis défavorable sans compter les inquiétudes d'une autre commune et des populations concernées.

Pour bien comprendre ce projet de porcherie, nous allons vous présenter l'historique, le projet, le plan d'épandage, les observations du public, le point de vue du pétitionnaire, l'avis motivé du commissaire-enquêteur et ce, dans le menu détail.

Nous connaissons depuis de nombreuses années tous ces projets de porcherie et si les associations environnementales faisaient leur "boulot", nous n'aurions pas à monter "au créneau" pour alerter l'opinion publique.

HISTORIQUE

Le 27/08/2012, Fabienne SIMONIN et Frédéric VERNADEL ont sollicité autorisation du préfet de l'Allier pour étendre l'élevage de porcs existant situé à "Le Bouys" à Chirat l'Eglise à un projet classé sous la rubrique 2102/1° de la nomenclature des installations classées.

Depuis le 25/07/1999, l'arrêté préfectoral (n° 5909/99) leur donne déjà l'autorisation pour un élevage de porcs correspondant à 1086 "animaux équivalents" (les bovins comptant environ 120 têtes).

FAUT-IL RECOMMENCER L'ENQUETE PUBLIQUE ?

Petit clin d'oeil au tribunal administratif de Clermont-Ferrand : le GAEC SIMONIN-VERNADEL (Siret 41069335200016, capital social : 399 000 euros, APE 0146Z) a été créée le 30/01/1997 et non pas... en 2010.... comme c'est indiqué dans le rapport du commissaire-enquêteur, Jacques COMBAUD !!!! Les comptes concernant le Chiffre d'Affaires n'ont pas été déposés en 2011 et pour 2012, les comptes ne sont pas disponibles. Pourquoi ?

Les élus de la commune de Chirat l'Eglise (Nicolas DUBOISSET, Bernadette BARADAT-FOURANE, Evelyne NIAUX-PETER, Marie-Noëlle SEMPERBONI, Hervé BERTHON, Roland BIDET, Michel FORET, Fabrice SERRE, Gérard THEVENIOT, Philippe TOUZAIN), le savent-ils, eux ?

La surface exploitable est aujourd'hui de 129 ha. Une fabrique d'aliment à la ferme a été créée en 2007 ; la production d'aliment est de 690 T actuellement pour l'essentiel des céréales produites, pour une part sur la ferme et devrait passer à 2 500 T.

L'élevage répond à 2 cahiers des charges :

- une filière certification de conformité de produit "Qualité Carrefour" filière non OGM

- le système Viande porcine française garantie de traçabilité.

Les animaux sont et seront abattus à Lapalisse. La coopérative CIRHYO à Montluçon assure et assurera la commerialisation des porcs et le conseil technique.

Nous avons pris contact avec la coopérative CIRHYO, où après nous avoir raccroché au nez parce que nous serions des "opposants", alors que nous souhaitons juste quelques infos concernant le "conseil technique" apporté à ce projet.

Nous avons pu - brièvement - "parler" - une seconde fois - avec le directeur, Mr DUTOIT qui parle d'une "opposition à caractère immobilière dans une zone ultra-agricole", nous indiquant de façon laconique "On est pas dans la communication". Amen ! Bouche cousue

Le président de CIRHYO, Francis LE BAS, a été mis au "parfum" sur son portable. Espérons que sa réunion à Clermont-Ferrand n'en sera pas "perturbée" !

Nous serons donc, de façon évidente, attentifs à la "Communication" sur ce projet de porcherie à Chirat l'Eglise, de la part des 25 administrateurs (GAEC, SCEA, EARL, SARL, etc...) de cette coopérative CIRHYO !

A moins que les associations de consommateurs de la filière "CARREFOUR" nous donnent, eux, leur point de vue et ce, au niveau national !

Nous ne sommes pas des "chiens" comme nous l'avons expliqué à CIRHYOLe service de presse du ministère de l'Ecologie et du Développement durable en sera informé ! Assez de non-communication des professionnels du monde des porcheries !

Les populations concernées par les projets de porcherie ont le droit d'être informées de A à Z sur TOUS les sujets et notamment ceux ayant trait aux plans d'épandage et au bon suivi de la protection des animaux !

Pour tout contact concernant le projet de la future association environnementale de lutte contre le projet de cette porcherie, merci de nous envoyer un mail via le formulaire de contact. Merci.

PS : 

STOP AU MARTYR INFERNAL DES COCHONS

ELEVES SUR CAILLEBOTIS !

ORGANISONS LA RESISTANCE !

a2016.jpg

Plusieurs abattoirs utilisent l'électronarcose pour rendre les cochons inconscients. Des tenailles électrifiées sont plaçées chaque côté de la tête du cochon. Il arrive fréquemment que le voltage soit inadéquat ou pas assez élevé ou que l'instrument ne soit pas maintenu assez longtemps sur l'animal ce qui fait que les cochons sont encore conscients lorsqu'ils sont saignés ! Si tous les gens savaient ce qui se passe réellement dans les grandes fermes industrielles d'aujourd'hui, peut-être y penseraient-ils deux fois avant de se délecter de viande de cochons martyrisés!!! La transformation intentionnelle d'une telle vie en une masse de souffrance et de désespoir est un crime ! Qu'est-ce, sinon celà ?

La suite de ce projet de "Goulag à cochons" à suivre au prochain numéro

MCDP

STOP AU PROJET DE "GOULAG" A COCHONS A CHIRAT L'EGLISE EN BOURBONNAIS

STOP AU LISIER EN BOURBONNAIS !

Sulfatage de gaz carbonique et hydrogène sulfuré :

58 Observations défavorables contre

46 favorables ont été émises lors de l'enquête publique !

porc-003.jpg

L'enquête publique d'avril à mai 2013 relative à la demande d'exploiter une porcherie aux "Bouys" à Chirat l'Eglise, par le Gaec SIMONIN, a déclenché de vives inquiétudes des populations locales qui ne veulent pas voir leur patrimoine "sulfaté" à grande échelle par les émanations de gaz carbonique et hydrogène sulfuré, en clair, encore et encore plus de lisier pour accompagner les touristes, les ramasseurs de champignons, de fleurs, de baies diverses qui composent cette belle région encore sauvage du Bourbonnais, entre Montmarault et Ebreuil !

Les habitants locaux sensibles à leur environnement, se référant à des considérations générales et aux mauvaises expériences de Bretagne ou de Hollande, ont massivement émis des observations défavorables, contre "l'élevage en batterie, hors sol", en employant des expressions comme "Goulags à cochons", "Usines à viande", "Industrie", "à grande échelle", "gigantesque".

Le commissaire-enquêteur, Jacques Combaud, reconnaissant lui-même "...l'élevage peut-être comparé à un "process industriel...." !

De nombreuses personnes ont également associé ces formes d'élevage, comme ce funeste projet, à "des problèmes sanitaires dus au surnombre, provoquant le stress des animaux, des maladies obligeant à des traitements médicamenteux que l'on retrouve dans la viande, ne pouvant produire que des viandes de mauvaise qualité".

De simples opposants ont dénoncé "des règles insuffisantes ou incohérentes" comme "Pourquoi oblige-t-on les particuliers à de coûteux systèmes d'assainissement alors qu'on autorise l'épandage des excréments de porcs" ?

D'autres on fait part de leur préoccupation : "On se demande qui contrôle, on doute de l'application des préconisations, on exige un suivi rigoureux".

A suivre

MCDP

NON à la porcherie de Chirat l'église ! Faune, flore et lessivage des sols gavés de lisier : l'avertissement du commissaire-enquêteur !

Inventaire faunistiques et floristiques :

le commissaire-enquêteur

a lancé un avertissement

en cas de mauvaise gestion des épandages !

 

La polémique commence à s'ébruiter par rapport à la demande d'autorisation d'exploiter un élevage de porcs (relevant d'une ICPE) et présenté par le Gaec SIMONIN-VERNADEL au lieu-dit "Les Bouys" à Chirat l'Eglise.

HALTE A L'AUGMENTATION DE 3 097 "ANIMAUX-EQUIVALENTS" A CHIRAT L'EGLISE ! QUE L'ON ARRETE, EN FRANCE, DE PAPOTER SUR CES NOMBRES D'ANIMAUX EQUIVALENTS QUI SERVENT A "EMBROUILLER" L'ESPRIT DES HABITANTS LOCAUX !

Surtout quand on sait que les coefficients d'équivalence pour les porcins sont les suivants : 1 porcelet < 30 kg = 0,2 animaux-équivalents ; 1 truie = 3 animaux-équivalents ; 1 verrat = 3 animaux-équivalents ; 1 cochette = 1 animal-équivalent ; 1 porc à l'engrais = 1 animal-équivalent... (source : Maison de l'agriculture de l'Aisne) ! De l'Aisne, pas de l'Allier !!!

L'élevage du GAEC SIMONIN-VERNADEL comptera APRES projet :

- 319 reproducteurs

- 864 porcelets en post-sevrage

- 3827 porcs en engraissement et cochettes.

Faites le calcul !

Le GAEC SIMONIN-VERNADEL ne précise pas dans son mémoire ce que sont des "reproducteurs". En fait, il s'agit de "truies et de verrats" (source : préfecture des Pyrénées Atlantiques) ! Un comble d'aller chercher cette info dans les Pyrénées Atlantiques !!!

La méthodologie suivie, pour l'enquête publique de Chirat l'Eglise, a été celle précisée par l'administration pour la réalisation des études d'impact sur l'environnement des installations d'élevage. Il s'agissait de recenser, à proximité des installations et parcelles d'épandage, les milieux naturels intéressants et reconnus puisque les principaux types de milieux naturels ainsi que les mesures de protection concernant la faune et la flore sont "clairement" répertoriés sur une carte.

Un sujet ultra "sensible" que 2 personnes ont soulevé lors de l'enquête publique puisqu'il a été "demandé quelles seront les conditions de remise en état du site en fin d'exploitation" !!!!

La Bretagne est caractérisée par la pratique d'une agriculture intensive. Les quantités d'effluents d'élevage et d'engrais minéraux apportés aux cultures demeurent largement excédentaires par rapport aux besoins des cultures. Pour les productions végétales, des quantités importantes de pesticides sont utilisées. Ainsi, différents éléments migrent dans l'eau et viennent perturber l'équilibre chimique et microbiologique des écosystèmes aquatiques et les divers usages de l'eau.

En 2004, sur 6 % de la surface agricole utile, la Bretagne participe à 56 % de la production nationale de porcs. Cela amène les éleveurs à gérer des quantités importantes de déjections animales.

Parmi celles-ci, les lisiers sont riches en éléments nutritifs (azote, phosphore et potassium) sous des formes directement assimilables par les plantes. Ils renferment aussi des éléments dits secondaires, tels que le calcium ou le magnésium, et des oligo-éléments (présents en petites quantités), comme le cuivre, le zinc et le fer. Tous sont essentiels à la nutrition des cultures.

Le volume et la composition chimique des effluents varient selon l'espèce animale, son régime alimentaire, la présentation des aliments et, dans une moindre mesure, l'âge des animaux. Il est donc difficile d'estimer globalement la part d'azote, de phosphore ou des autres éléments présents dans les effluents.

Par exemple, un apport de 170 unités d'azote sous forme de lisier de porc représente en moyenne 108 kg de phosphore.

De plus, les fécès des animaux à sang chaud sont très riches en microorganismes . Et, si l'on rapporte la quantité rejetée en fonction de la masse de fécès excrétée, on considère qu'un porc représente pour les apports en microorganismes l'équivalent d'un rejet de 30 habitants tandisqu'une volaille 0,06.

Les rejets de bactéries dans l'environnement sont limités par les pratiques agricoles qui consistent à stocker le lisier dans des fosses. Lorsque les conditions d'épandage sont respectées (stockage des effluents au moins deux mois sans nouvel apport en fosses à lisiers, épandage et enfouissement respectant la réglementation -calendrier, parcelles-), ces rejets sont bien absorbés par l'environnement. D'autant que certains microorganismes ne survivent pas très longtemps, de l'ordre d'une semaine, dans les sols et les rivières.

Toutefois, certains peuvent perdurer des semaines, voire des mois dans l'environnement et poser des problèmes. La capacité épuratrice des cours d'eau, associée à une bonne pratique agricole, limite l'impact sur l'environnement.

Malheureusement la non-conformité de certains établissements (sous-équipement en fosses à lisiers) dans des régions sensibles (bord de rivière ou bord de mer) peut avoir des conséquences importantes sur la détérioration des ressources en eau.

Le ruissellement des sols par la pluie peut multiplier concentrations et flux d'un facteur 10 à 100 en quelques heures.

Alors pourquoi devrions-nous avoir, subitement "confiance" à ce qu'on nous dit en Auvergne alors qu'en Bretagne, les taux explosent de partout ?

D'autant plus que le commissaire-anquêteur, Jacques COMBAUD, a clairement averti (source : rapport et avis motivé de l'enquête publique de Chirat l'Eglise) : "...Par contre, une mauvaise gestion des épandages d'effluents peut avoir des conséquences sur la qualité des eaux par ruissellement ou lessivage..." !!!

Battons-nous pour la sauvegarde de l'Auvergne Verte et non "Brune". Nous allons passer bientôt à l'action ! Soulevez-vous ! Le parti révolutionnaire national-bolchevique vous apporte son soutien inconditionnel. Nous, nationaux-bolcheviques sommes avec vous toutes et toutes ! (source : Facebook) !

CITOYENNES et CITOYENS de BELLENAVES, CHIRAT L'EGLISE, COUTANSOUZE, LE THEIL, LOUROUX-DE-BOUBLE, TARGET, VOUSSAC : ORGANISONS LA RESISTANCE VERTE ! STOP AUX NUISANCES OLFACTIVES ! STOP AU LISIER !

Nous allons montrer notre détermination qui est intacte et ce, malgré, les "menaces" de "chantage" dont nous commençons à être les victimes !

A suivre

Paul TOP

PORCHERIES et IMMOBILIER :

le mauvais couple sur Heuringhem et Ecques

STOP AUX EPANDAGES DE LISIER

QUI DEVALORISENT NOS PATRIMOINES :

HALTE AU PROJET DE PORCHERIE

A CHIRAT L'EGLISE EN AUVERGNE !

numerisation0004-8.jpg

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau