Pollution Eau Devès 2012

STOP AUX POLLUTIONS

D'ORIGINE AGRICOLES

dans le massif du DEVES

qui alimente en eau potable

toute la région du Puy-en-Velay !

Vous

habitez sur :

Le Brignon, Le Puy-en-Velay, Beaulieu, Le Pertuis, Saint-Christophe-sur-Dolaison, Saint-Germain Laprade, Solignac, Brives, Blavosy, Séneujols, Cussac, Chaspinhac, Le Monteil, Espaly, Siant-Julien Chapteuil, Saint-Etienne-Lardeyrol, Taulhac, Rosières, Chadrac, Malrevers, La Voûte-sur-Loire, Aiguilhe, Costaros, Saint-Pierre-Eynac, Cayres.

Vous êtes directement concernés par la pollution d'origine agricole qui a contaminé le réseau potable dans le périmètre de captage en eau potable de Fontaurige à Cayres.

Ne laissez pas les pollutions d'origine agricoles s'installer sur le château d'eau du Devès et ainsi menacer votre eau potable pour des décennies.

Ne laissons pas certains agriculteurs qui ne préservent pas le plateau du Velay volcanique :

- Polluer l'eau potable

- Anéantir le tourisme et l'économie locale

Interpellez vos élus pour obtenir ENFIN la vérité de la part de l'ARS AUVERGNE sur les origines de cette pollution inadmissible !

Fin du feuilleton de la contamination bactériologique du captage en eau potable de Fontaurige à Cayres en Haute-Loire :

Les services de l'Etat

vont-ils enfin matraquer

le Syndicat de Gestion des Eaux du Velay

qui a son siège au Puy-en-Velay ?


Suite aux investigations de l'ARS AUVERGNE et à la "pression" de l'Idiot provincial pour obtenir la Vérité, l’origine de la pollution de la contamination bactériologique sur le réseau alimentant les communes de Le Brignon, Cayres, Saint Christophe sur Dolaizon, Seneujols et Costaros qui a été mise en évidence par les services de l’Agence Régionale de Santé d’Auvergne lors de contrôles sanitaires des eaux destinées à la consommation humaine semble désormais clairement identifiée par les services de l'Etat.

On s'en souvient, un arrêté préfectoral portant interdiction de la consommation de l'eau du robinet a été pris, le jeudi 19 avril 2012, pour l’ensemble des communes alimentées par au moins une de ces deux ressources dont celle de "Fontaurige" située à Cayres.

Cet arrêté, disponible dans les mairies, a été porté tardivement à la connaissance des habitants des communes concernées.

Selon une source préfectorale dont nous tairons le nom, "le périmètre de protection immédiat du captage de Cayres n'était plus clôturé et pas entretenu par le syndicat, donc des bovins pâturaient dessus, d'où la pollution d'origine animale".

Selon cette même source administrative, "Il y a une infraction pour le syndicat des eaux à l'arrêté préfectoral de protection du captage".

Quel est le coût de ces investigations et de toutes ces analyses pour les services de l'Etat ?

Des poursuites judiciaires seront-elles engagées contre les bovins ou contre le propriétaire de ces vaches ?

Alertés par l'Idiot provincial, Nicole BRICQ qui a été nommée ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie du gouvernement de Jean-Marc AYRAULT, mercredi 16 mai 2012 et Frédéric CUVILLIER, député-maire de Boulogne-sur-Mer, nommé ministre délégué auprès de la ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, chargé des Transports et de l’Économie maritime vont-ils sortir la "matraque" et en finir DURABLEMENT avec l'omerta qui souffle depuis trop longtemps sur la Haute-Loire ?

CASSONS EN BLOC DE TOUTES NOS FORCES L'OMERTA PONOTE !

Feuilleton à suivre donc avec délectation.

PT

Blackout complet sur l'origine de la pollution du captage de Fontaurige à Cayres (43)

L'administration se tait, l'ARS Auvergne se tait, tout le monde se tait.

Trop sympa, non ?

Réflexion matinale sur les topoguides randonnées "Pays côté chemin" vers la source polluée de Fontaurige à Cayres en Haute-Loire

Les randonneurs pourront-ils parcourir

le GR 70 "Chemin de Stevenson"

le GR 65 "Le Puy/St-Jacques-de-Compostelle"

le GR 700 "Regordane"

si l'eau de Fontaurige dans le bassin

de Cayres est à nouveau contaminée ?

Depuis plusieurs années la randonnée sous toutes ses formes, mais essentiellement pédestre, n'a de cesse de se développer. Les derniers chiffres font état de 6 millions de randonneurs en France, auxquels s'ajoutent 15 millions de pratiquants occasionnels.

L'édition spéciale de "La Lentille" du bulletin intercommunal (n°15 - mars 2011) du Pays de Cayres-Pradelles nous indique que "Les Gorges de l'Allier riches d'un patrimoine naturel, paysager et culturel offrent un potentiel important en matière de randonnée" puisque plusieurs itinéraires, parmi les plus emblématiques, traversent d'ailleurs le territoire : GR 65 "Le Puy/Saint-Jacques-de-Compostelle", GR 70 "Chemin de Stevenson", GR 700 "Regordane".

Conscient de ce potentiel, le SMAT du Haut-Allier organise depuis plusieurs années le territoire :

- un itinéraire reliant Brioude aux sources de l'Allier : "Vallée et Gorges de l'Allier" (éditions Chamina) proposant 200 km en 11 étapes et 8 circuits de week-end irrigants l'ensemble du territoire.

Pourront-ils, ces randonneurs, réciter quelques vers de ce poème pastoral, publié en 1978 (Edtions Didier et Richard - Grenoble), intitulé "Bergers, mes amours" qui fait l'historique des assistants bergers pionniers de la vulgarisation agricole auprès des éleveurs de moutons (Source : Le souffle de la Neira, n°46, déc 2011), si, la gorge sèche, ils ne peuvent plus boire l'eau contaminée en passant près du captage de Fontaurige à Cayres :

Nous sommes les bergers alpins :

Mauriennais, Piémontais, au nord

Dauphinois, Provençaux, au Sud.

Un peuple ardent, robuste et fier

Une même âme, un même coeur

Un même amour pour nos montagnes...

Combien de randonneurs potentiellement contaminés, en proie à la gastro-entérite, si ceux-ci ne sont pas correctement informés par l'ARS-AUVERGNE sur l'origine de la contamination de l'eau potable de "Fontaurige" dans le sud de la Haute-Loire ?

Réflexion matinale sur la plaquette des élèves du LEGTA Yssingeaux-Le Puy vers la source contaminée de Fontaurige à Cayres en Haute-Loire

Pourquoi les élèves de terminale STAE

lycée agricole Yssingeaux-Le Puy-en-Velay

ne parleraient-ils pas de cette contamination

de l'eau potable du captage de Fontaurige à Cayres ?

numerisation0024-2.jpgLa Haute-Loire en tête du bassin versant de la Loire est un territoire où la ressource en eau naturelle est importante.

La gestion de cette ressource et la préservation des milieux aquatiques constituent un enjeu d'actualité dans le cadre du développement durable. Un projet pour des élèves en filière agro-environnementale, afin de participer à un diagnostic sur la qualité de l'eau et réfléchir sur le lien fort existant entre l'agriculture et l'environnement est une étape indispensable à leur formation.

"Comment en est-on arriver à la pollution du captage de Fontaurige à Cayres situé sur le plateau du Devès", ne serait-il pas le prochain sujet pour la scolarité 2012/2013  - en partenariat avec le CPIE du Velay, le conseil général et la chambre d'agriculture de Haute-Loire - dans ces zones humides, véritables éponges, régulatrices des débits dans un secteur agricole des plus dynamiques mais aussi des plus intensifs de la Haute-Loire ?

Nous avons pris contact avec le gestionnaire de ce dossier, Mr Vial, au sein de ce lycée agricole qui trouve cette thématique originale. Espérons que le directeur Mr Chalayer prendra part lui-aussi à la future concertation que nous allons organiser avec tous les acteurs de l'enseignement, du tourisme et de l'environnement de l'Auvergne.

Comment en est-on arriver à la contamination du captage de Fontaurige à Cayres alors que le diagnostic de la qualité de l'eau a permis aux jeunes d'aller à la rencontre des acteurs du terrain et d'amorcer une concertation ?

Par contre, les élèves ont compris que la gestion concertée passe aussi par la sensibilisation de l'ensemble des citoyens et que la gestion de l'eau est l'affaire de tous, car elle nécessite une participation active, ce que n'ont pas vraiment compris les élus de Cayres et l'ARS AUVERGNE qui se réfugient dans un scandaleux "repli sur soi" en minimisant la contamination du captage de "Fontaurige" et en n'informant pas correctement les populations locales notamment les personnes les plus vulnérables sur les origines de cette pollution.

Peu importe que dans ce département il y ait rétention de l'information ou pas, nous, nous sommes là et nous disposons d'un arsenal non-négligeable pour connaître la Vérité et la diffuser jusqu'au consommateur en toute transparence.

Dans un premier temps, nous allons saisir la CADA sur la communication des documents administratifs que la mairie de Cayres et l'ARS AUVERGNE liés ensemble dans le mensonge gâteux refusent de nous communiquer.

Nous ne lâcherons, la Vérité sera connue, le ou les responsables seront dénoncé(s) publiquement !

Les zones de captage d'eau potable pour l'agglomération ponote ne doivent pas devenir les poubelles de la Haute-Loire pour les générations futures.

Une conférence de presse invitant une centaine de médias nationaux et internationaux sera organisée par l'Idiot provincial dans les prochaines semaines sur ce sujet sensible pour les populations locales.

La création d'un collectif est à l'étude. Un projet de pétition est en cours de réflexion.

La gestion de l'eau est effectivement l'affaire de tous et elle nécessite effectivement une participation active de l'ensemble de la population et non pas uniquement celle d'une petite clique d'incapables et de parasites de la démocratie locale !

Paul TOP

Contamination bactériologique de Fontaurige : prélèvements sur les résidents de l'EHPAD de Cayres, oui ou non ?

La pollution de l'eau potable de Fontaurige

a-t-elle eu une incidence sur

les résidents de l'EHPAD de Cayres ?

Peut-être que l'association des internes

et anciens internes de l'hôpital Saint-Marie

pourra nous en dire plus ?

ig-bouchet-001-3.jpg

Des prélèvements ont-ils effectués sur les résidents de l'EHPAD de Cayres suite à la contamination de l'eau potable de Fontaurige susceptible de porter atteinte à la santé de la soixantaine de résidents de cet honorable établissement ? L'ARS AUVERGNE a-t-elle informé suffisamment à temps l'hôpital Sainte-Marie des précautions à prendre ? Un ou plusieurs cas de gastro-entérite ont-ils été relevés à l'EHPAD ? Quel a été le résultat de l'enquête épidémiologique conduite par la cellule de l'institut de veille sanitaire en région Auvergne ? Pourquoi les investigations conduites par l'ARS AUVERGNE concernant l'origine de cette pollution ne sont-elles pas encore connues ? Le ou les responsables de cette contamination qui a représenté un coût pour les services de l'Etat et les collectivités seront-il(s) poursuivi(s) par le parquet du Puy-en-Velay ?

Un des buts de l'association

hospitalière SAINTE-MARIE

est d'éclairer l'opinion publique !

Pourquoi les services communication de l'association hospitalière Sainte-Marie refusent-ils de communiquer sur cette contamination du réseau d'eau potable de Cayres et les éventuels impacts en terme de santé sur les résidents alors qu'un de leurs buts est "d'éclairer l'opinion publique" ? N'est-il pas intéressant de connaître les mesures prises par le personnel de l'EHPAD lors de l'annonce tardive de cette contamination gravissime par l'ARS alors que l'eau était impropre à la consommation des aliments et au lavage des dents ? Les résidents à la santé fragile ont-ils été touchés de près ou de loin par cette pollution, et ce, avant, pendant, après le 19 avril 2012 ?

LA VERITE DOIT ECLATER

SUR LA PLACE PUBLIQUE :

NE TOLERONS PLUS UNE SEULE POLLUTION

DU CAPTAGE DE L'EAU POTABLE DE CAYRES

L'association des internes et anciens internes de l'hôpital Sainte-Marie au Puy-en-Velay qui a pour but, entre autre, de "promouvoir la vie scientifique et culturelle à l'internat" a-t-elle une autre idée de la promotion de la communication au sein d'un établissement connu et reconnu pour son professionnalisme ?

Les membres du bureau (AG du 20/01/2006) peuvent-ils éclairer notre lanterne, comme le président : Dr Sadika KARPOUTLY, le trésorier : Dr Lina ZAGHIR, le secrétaire : Dr Alain PHILIPPE ou les membres : les Dr Nacour HADDOUCHE, Gérard PIGEON, Elisabeth JADEAU, Lionel GRATUZE ?

Mouammar El de PORTEBANE

Qu'en pense l'association hospitalière Sainte-Marie de Chamalières de cette contamination bactériologique du réseau de l'eau potable de Cayres (II)

 

Prélèvements sur les résidents

de l'EHPAD de Cayres, oui ou non ?

Pourquoi la direction générale

de l'association hospitalière "Sainte-Marie"

douée de potentialités est-elle

"empêchée" de communiquer publiquement ?

Dans ces statuts, l'association hospitalière SAINTE-MARIE se veut, "aujourd'hui, toujours garante du patrimoine humain et spirituel reçu de la congrégation Sainte-Marie de l'Assomption. Ses valeurs originelles, qui se définissent en une certaine conception de l'homme et du soin, lui confèrent son caractère propre et l'engagent à part entière dans le secteur de la senté mentale, et plus généralement, dans la prise en charge des personnes en difficulté".

Sa conception de l'homme ? "Le malade ou le résident, avec ses caractéristiques physiques, psychiques, intellectuelles et spirituelles, est : un être qui a une identité, une histoire, une culture, une croyance ; un être de désir et de parole, doué de potentialités empêchées parfois de s'exprimer ; un être dont la dignité demeure au-delà des apparences ; un être de relations".

L'institution hospitalière ?

Dans ses statuts, dans la pratique quotidienne, l'institution "s'efforce" de mettre tout en oeuvre pour que, nnotamment, toutes les personnes engagées dans ses structures, "travaillent en concertation" pour le bien des malades : formation, communication, collaboration, information.

La communication sur la contamination de l'eau de la source de Fontaurige à Cayres que les résidents de l'EHPAD ont consommé, un secret d'Etat ?

Qu'en pensent les membres du bureau de l'association hospitalière Sainte-Marie :

- président : Jacques BOLON, de nationalité française, demeurant 75, rue Philippe Fabia à Lyon (Rhône), retraité

- vice-présidente : Renée PETIOT, de nationalité française, demeurant Communauté Sainte-Marie, Route de Montredon BP 21, au Puy-en-Velay (Haute-Loire), religieuse

- Secrétaire : Danielle PEZZALI, de nationalité française, demeurant à l'Hermitage à Chamalières (Puy-de-Dôme), religieuse

- Trésorier : Dr Edward GANCGLUS, de nationalité française, demeurant, 23, rue de Chauffour à Nohanent (Puy-de-Dôme), retraité.

Membres :

- Jean BOSQ, de nationalité française, demeurant "résidence les Rochettes", 6, rue H. Mallet à Royat (Puy-de-Dôme), retraité

- Jean-Abdel DANNE, de nationalité française, demeurant 12, rue des petits prés à Mirefleurs (Puy-de-Dôme), retraité

- Jean-François GLADEL, de nationalité française, demeurant 17, avenue Julien à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), retraité

- Jean-Yves JAUSIONS, de nationalité française, demeurant 7, rue J.B. Métayer à Marsat (Puy-de-Dôme), retraité

- Jean MOURET, de nationalité française, demeurant 38, avenue Julien à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), retraité

- Pierre RAVOUX, de nationalité française, demeurant 12, rue du Coudert à Chamalières (Puy-de-Dôme), retraité

- Philippe RIOLET, de nationalité française, demeurant 21, rue Colbert à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), retraité

- Bernard VAYSSADE, de nationalité française, demeurant 36, rue du sable d'Etampe à Chamalières (Puy-de-Dôme), retraité ?

A suivre

Contamination bactériologique du réseau de l'eau potable de Cayres : qu'en pense l'association hospitalière Sainte-Marie ?

Pourquoi la direction générale de l'association hospitalière

Sainte-Marie de Chamalières dans le Puy-de-Dôme

refuse-t-elle de communiquer ?

Des prélèvements ont-ils été fait

sur les résidents de l'EHPAD de Cayres

avant, pendant, après

la contamination bactériologique

mise en évidence par l'ARS ?

Sitôt l'information tardivement distribuée à l'ensemble des populations concernées par la contamination bactériologique sur le réseau alimentant les communes de Le Brignon, Cayres, Saint Christophe sur Dolaizon, Seneujols et Costaros et qui a été mise en évidence, par les services de l’Agence Régionale de Santé d’Auvergne lors de contrôles sanitaires des eaux destinées à la consommation humaine, l'Idiot provincial a commencé de demander, de façon très démocratique, l'avis de Pierre, Paul, Jacques !

La contamination du réseau d'eau potable de cette ampleur survenue à Cayres dans le massif du Devès mérite qu'on s'y attarde plus amplement. La communication vis-à-vis de la population a été gérée de façon lamentable. Les analyses ont été effectuées par l'ARS le 16 avril 2012 mais les habitants concernés n'ont été informés, pour certains, qu'en fin d'après-midi, le 19 avril.

Cette contamination du captage de Fontaurige ne s'est pas produite UNIQUEMENT le jour du prélèvement sur la commune de Le Brignon au lieu-dit "Bizac" mais certainement entre le 06 février 2012 (où l'eau était déclaré conforme tant au niveau distribution que qualité sanitaire - prélèvement à Cayres, installation : Fontaurige-Condamine, service public et responsable de distribution : syndicat de Cayres-Solignac - source : santé.gouv.fr - ) et le 16 avril 2012.

Même si dans son communiqué de presse en date du 24 avril 2O12, l'ARS AUVERGNE nous informait que les limites de qualité des paramètres Escherichia coli et entérocoques, fixées par le code de la santé publique, étaient de nouveau respectées pour les réseaux d'eau des communes susvisées, la population de cette région du Devès est en droit d'obtenir des informations relatives aux mesures prises par le syndicat de gestion des eaux du Velay (SGEV) mais aussi aux risques sanitaires encourus par les personnes à risques comme les femmes enceintes, les jeunes enfants et les peronnes âgées, puisque la consommation de cette eau contaminée pouvait engendrer des troubles gastro-intestinaux, "en général bénins", comme l'a reconnu l'ARS Auvergne, certes !

En ce qui concerne les risques sanitaire vis-àvis des personnes âgées de cette région de Cayres, un premier contact a eu lieu avec l'EHPAD Villa Marie de Cayres. Ce statut d'EHPAD a été créé en 2002 et correspond à des maisons de retraite « médicalisées ». Les EPHAD offrent un suivi médical renforcé (médecin coordonnateur, personnel infirmier important) et une prise en charge de personnes âgées en perte partielle, voire totale d’autonomie. L'adjointe à la direction de cet EHPAD Villa Marie, Mme CHAREL ne voulant pas donner son avis, nous avons été dirigé vers la directrice - Mme MOURIER - de l'association hospitalière Sainte-Marie au Puy-en-Velay qui gère cette structure du Devès. La communication de ce centre hospitalier est gérée par Mme BOUCHET, qui ce matin, encore, a catégoriquement refusé de communiquer sur cette affaire de contamination de l'eau du robinet de la région de Cayres et de ses impacts vis-à-vis des résidents de l'EHPAD de Cayres.

Pourquoi "refuser" de communiquer ? Est-il anormal d'informer les auvergnates et les auvergnats sur la gestion d'une telle situation dans un établissement comme cet établissement d'hébergement pour personnes âgées Villa Marie (EHPAD), hôpital à Cayres ?

"Une volonté en santé mentale", tel est l'adage de cette association hospitalière Sainte-Marie implantée dans les Alpes Maritimes, dans l'Ardèche, dans l'Aveyron, en Haute-Loire et dans le Puy-de-Dôme.

C'est ainsi que l'Idiot provincial a pris son bâton de pélerin, et s'en est allé demandé son avis au directeur général de l'association loi 1901 "Hospitalière Sainte-Marie", Mr NOZIGLIA, qui nous a fait savoir par son secrétariat, en fin de matinée et à l'heure de la "zoupe", que l'association hospitalière Sainte-Marie qui a son siège social à l'Hermitage à Chamalières dans le Puy-de-Dôme ne voulait pas communiquer.

Bizarre, non pour cette association déclarée à la préfecure du Puy-de-Dôme le 11/10/1974 sous le numéro 7092 (Journal Officiel de la République Française en date du 23/11/1974) dont les valeurs fondamentales sont à l'image du père CHIRON, le fondateur de la congrégation religieuse Sainte-Marie de l'Assomption, en Ardèche (1824) qui a découvert la détresse des malades mentaux, demandé aux soeurs de consacrer leur vie à leur service, cette "réponse aux besoins du temps" étant alors confirmée par l'Eglise catholique.

La réponse dans combien de temps ?

A suivre

Paul TOP

Réflexion matinale vers le captage de la source contaminée de Fontaurige à Cayres à propos du temps des vaches maigres dans le Velay

A la soupe !

Au XIX° siècle, on mangeait mieux dans les villes que dans les campagnes. La tradition des paysans ripailleurs, des gueuletons de fête au village, et des grandes beuveries d'après les moissons appartient à l'histoire récente.

En Auvergne, le temps des vaches maigres s'est maintenu, en gros, jusqu'à la guerre de 1914.

La châtaigne règnait partout avec, immédiatement après, la pomme de terre et le sarrasin. Pour ce qui était des céréales, c'est le seigle qui dominait. Le froment quant à lui était en quantité négligeable. Partout la graisse, c'était le saindoux. Dans certaines régions : l'huile de noix. Ailleurs, les bases de l'alimentation régionale, c'était l'importance des châtaignes. On y découvrait le blé noir qui, cuit en galettes ou en bouillie était au menu de tous les jours. On cuisait son pain avec le grain qu'on avait récolté et que l'on avait fait moudre. On cuisait chez soi ou au village. Le pain servait essentiellement à tremper la soupe.

numerisation0010-3-1.jpg

La paysanne et le paysan du Velay étaient de grands mangeurs de soupe qui fut, pendant longtemps, leur plat de résistance. Au point que, maintenant encore, on emploie l'expression "faire la soupe", qui équivaut à "préparer le repas". Il faut dire qu'elle unissait en une seule marmite lard ou petit salé, légumes et pain, ce qui, selon la diététique actuelle, représente un repas complet. Soupes "fricassées" faites rapidement, en un tournemain ; soupes longuement et doucement mitonnées, qui attendaient dans la soupière de faïence, glissée sous l'édredon, le retour des champs ; soupes d'été, soupes d'hiver, plus consistantes, dont on disait que "pour tenir au corps", il fallait que la cuillère puisse s'y planter toute droite ; soupes de pain de seigle, rafraîchissantes ; soupes grasses à faire "chabrol"....

C'était le bon temps quand la viande bovine, exempte d'éléments chimiques et toxiques, ne tuait pas "à petit feu la terre qui nous tue par la même occasion".

Chaque crise sanitaire laisse derrière elle de nouvelles restrictions de liberté parce que les abus n'ont cessé de progresser. Depuis l'épidémie de la vache folle, il est interdit de vendre des taureaux n'ayant pas été préalablement testés. Les scandales sanitaires de ces dernières années ont permis le puçage systématique des animaux d'élevage.

L'arriveé de la FCO (fièvre catarrale ovine) a été le détonateur pour accélérer la mise en place du fichier SIGAL, qui recense tous les bovins du territoire et permet de connaître l'état sanitaire de chaque animal.

Puisque les animaux sont fichés, il ne sera sans doute pas très difficile de savoir quels sont ceux qui sont venus si près du périmètre de captage de l'eau potable de Fontaurige dans le Velay et qui a été... contaminé pendant de nombreux jours sans que les populations n'en soient correctement averties puisqu'il faut déjà un délai de 48 h à l'ARS pour connaître les résultats des analyses en provenance du laboratoire départemental !

Nous ici, nous ne pouvons que constater la "mauvaise foi" de l'ARS et d'autres collectivités pour nous communiquer la Vérité sur les causes de cette pollution.

Après, les medias se poseront - tardivement - la question de savoir naïvement pourquoi autant de gens votent pour le danger mortel de la démocratie : Marine LE PEN !

Paul TOP

EHPAD de Cayres-toi : silence radio à l'hôpital Sainte-Marie au Puy-en-Velay

Le service communication de l'Hôpital de Sainte-Marie priez pour eux, ne réponds plus.

A l'eau, personne au bout du fil ?

ZOOM dans le 43 sur le Syndicat de Gestion des Eaux du Velay (I)

Laurent WAUQUIEZ est-il au jus

de ce qui se passe dans sa

forteresse du Puy-en-Velay ?

gpepp-059-2.jpg

Comment se fait-il que les statuts du syndicat mixte de gestion des réseaux d'alimentation en eau potable des réseaux d'assainissement collectifs et des services d'assainissement non collectifs dont le nom est Syndicat de Gestion des Eaux du Velay, (SGEV), ne soient-ils pas enregistrés en mairie du Puy-en-Velay ?

Depuis que l'Idiot provincial commence à donner "un coup de pied dans la fourmilière", les abeilles commencent à tourner dans tous les sens puisqu'à la mairie du Puy, on ne retrouve aucune trace de de ce syndicat. A titre d'exemple, les services de Mme Bergeron, pour l'année 2006, n'ont aucune archive du 20/07 au 19/09 !!!

Le SGEV a pour objet la gestion administrative et technique des réseaux d'alimentation en eau potable, des réseaux d'assainissement collectifs et des services d'assainissement non collectifs. En fonction du niveau de service souhaité, les membres du Syndicat transfèrent à ce dernier les compétences souhaitées par délibération de leur organe délibératif.

Le SGEV qui est présidé par le maire de Cussac-sur-Loire, Jean-Pierre BROSSIER, a son siège rue Hyppolyte Malègue, ZA de Taulhac au Puy-en-Velay.

Il est composé du syndicat des eaux de Cayres-Solignac, du syndicat des eaux de l'Ance-Arzon, du syndicat du Rocher Tourte, du syndicat des eaux de l'Alambre, du syndicat des eaux de Courbières, du syndicat des eaux de Saint-Martin-de-Fugères/Salettes, du syndicat des eaux de l'Emblavez, du syndicat de la source du Bouchet et du syndicat des eaux Fay-sur-Lignon-Les Vastres.

A suivre avec gourmandise

Paul TOP

Réflexion matinale pour une viande sans animal autour des sources contaminées de captage de l'eau potable du Devès

Dans son livre "Bidoche"

le journaliste Fabrice Nicolino décrit

comment se produit la quasi totalité

de la viande et des laitages

consommés en France !

La filière conventionnelle. Ce mot de "filière", avec son joli son aérien, lisse, un peu flûté. Ce "conventionnel", si rassurant, si bienséant. Comment fonctionnent les filières conventionnelles de l'élevage ? Comment sont fabriquées 99,5 % de la viande et des laitages consommés en France ? Le dernier livre de Fabrice Nicolino, "Bidoche", (paru aux éditions LLL), répond à la question.

Les animaux d'élevage sont reproduits par insémination artificielle. Ils sont entravés, mutilés et drogués. Les cochons en deviennent cannibales ; les poules se massacrent entre elles. Ce n'est pas une question de sentimentalisme, les faits sont là : nous ne mangeons pas de la viande, mais du maheur.

Non, ce n'est pas de la cruauté, c'est de la logique. Car pour faire subsister des vivants dans des conditions si proches de la mort, la filière a dû inventer, année après année, cette succession inexorable de détails qui tuent. Sans les médicaments, les bêtes mourraient de confinement ; sans les mutilations, elles s'entretueraient, etc... Endettement, productivité, concurrence : la majorité des éleveurs sont enfermés avec les animaux dans la prison des causes et des effets.

En bout de chaîne, ce paradoxe, que Nicolino s'emploie à démontrer intelligemment : l'industrie de la viande ne nourrit pas le monde. Elle l'affame - en monopolisant les terres et les ressources en eau. La France est le premier importateur européen de tourteaux de soja - transgénique - destinés à l'alimentation de nos ruminants privés d'herbe. Et c'est notamment pour faire place nette à ces cultures intensives que les paysans d'Amérique latine ou du Sud sont assassinés, expropriés.

Les terres se stérilisent, les ressources en eau diminuent, le prix du pétrole augmente et les épidémies issues de l'élevage se multiplient. Néanmoins, il faut produire davantage de viande pour satisfaire les marchés émergents. Des contradictions insurmontables ? Peut-être pas, grâce à la créativité infinie de la recherche scientifique.

En 2008, la FOOD AND DRUGS ADMINISTRATION (FDA), a autorisé la commercialisation de viande clonée après avoir établi son inocuité pour la santé humaine.

De nombreux labos travaillent également sur la culture de cellules animales artificielles.

Une "viande sans animal autour" plebiscitée entre autres par... plusieurs associations de protection des animaux !!!

Non-conformité de l'eau du robinet en Haute-Loire : un des départements les plus touchés en France

La bactériologie en Haute-Loire

a déjà été pointée du doigt par

un ingénieur-sanitaire de l'ARS

de ...Provence-Alpes-Côte-d'Azur !

Outre les pesticides et les nitrates, d'autres sources de pollution viennent de faire leur apparition comme à Cayres en Haute-Loire.

La première cause de non-conformité, c'est la bactériologie. En 2010, 3,2 % de la population a reçu une eau parfois chargée en microbes.

Si la population urbaine reçoit une eau conforme dans tous les départements, les choses se gâtent sérieusement à la montagne et plus particulièrement à la campagne, surtout lorsque les petits réseaux de distribution desservent autour de 500 habitants.

Est-il normal d'avoir des infos

sur la bactériologie du Velay

par l'ARS de la Côte d'Azur !!!

Une situation que l'on retrouve en Ariège, en Haute-Corse, en Savoie, dans le Cantal et ...en Haute-Loire, les départements les plus touchés par les problèmes bactériologiques (source : Que Choisir, mars 2012).

Hervé TERRIEN, ingénieur sanitaire à l'ARS de Provence-Alpes- Côte-d'Azur, souligne : "Nous appliquons des normes drastiques sur la microbiologie, nous déclarons l'eau non conforme dès la première bactérie, c'est ce qui explique le nombre de non-conformités" poursuivant "Pour une sécurité sanitaire maximale, notre objectif est de parvenir à 100 % de conformité. Mais il reste trop de petits réseaux toujours pas équipés de système de désinfection, ils sont très sensibles aux pollutions accidentelles. Il suffit par exemple que des animaux viennent paître à proximité du point de captage pour qu'il puisse être contaminé, continuant "On sait résoudre très rapidement par la désinfection...

COMME A CAYRES !!!!

....mais certains élus et certaines populations concernées s'y opposent. En effet, les habitants qui ont toujours bu cette eau sont habitués à cette charge bactérienne, ils ne tombent pas malades tant qu'il n'y a pas de bactéries pathogènes.

Les gens de passage

en Haute-Loire

ou de familles en visite

ont-ils pris la tourista ?

...Ce n'est pas le cas des gens de passage ou de familles en visite qui risquent, eux, la classique tourista. La solution pérenne, en plus d'une désinfection, c'est la protection des captages. Seulement la procédure est longue, elle peut s'étaler sur plusieurs années car elle suppose l'accord des élus locaux et des riverains, d'autant qu'il faut acquérir les périmètres de protection immédiats..".

La protection des captages d'eau potable reste particulièrement plus qu'insuffisante sur l'ensemble du territoire alors que le Grenelle de l'environnement en a fait une priorité.

Les paramètres comme les pesticides et les nitrates ne sont pas uniquement responsable de la contamination de l'eau du robinet.

La Vérité éclatera donc dans le Velay sur cette contamination bactériologique inadmissible de l'eau du robinet en provenance de Cayres !

Paul TOP

Dégradation inquiétante de l'eau potable, premiers COUPABLES : les polluants agricoles !

Dégradation de la ressource en eau

des rivières, nappes souterraines :

un échec cuisant pour l'Etat

et les agences de l'eau !

L'omerta qui règne en Haute-Loire concernant l'origine des pollutions du captage de Fontaurige à Cayres n'est que le reflet de ce qui se passe en France.

D'après un sondage effectué à l'automne dernier à la demande du ministère de l'Ecologie et des agences de l'eau, 52 % des français se disent fortement préoccupés par la qualité de l'eau potable, 29 % par celle des ressources en eau.

Si les pesticides posent des problèmes moindres au robinet,  ils sont devenus omniprésents dans la ressource.

Selon le commissariat général au développement durable pour les années 2007 à 2009, les constat est consternant : 70 % des eaux souterraines et 91 % des cours d'eau sont touchés de plein fouet par les pesticides.

L'ennemi public numéro 1 : les pesticides et les nitrates.

La France a multiplié les contrats de rivière, les plans, les programmes d'action, les circulaires, les décrets et englouti beaucoup d'argent ...le tout sans aucun résultat. La dégradation de la qualité des eaux n'a jamais cessé, la moitié du territoire est classée en zones vulnérables nitrates, 74 départements et 55 % de la surface agricole utile sont concernés.

Le bilan, qui nous concerne en Auvergne, pour l'agence de l'eau Loire-Bretagne est affligeant : + de 70 % des rivières et + de 50 % des nappes sont en très mauvais état écologique. En cause : les nitrates et les pesticides.

Une situation inquiétante alors que la directive européenne sur l'eau adoptée en 2000 impose un objectif de "bon état écologique" de la ressource dès 2015 !!!

Des rapports accablants contre le lobby agricole constatés par la cour des comptes qui a réalisé une expertise sévère sur ces "salopards" : "Si les rejets domestiques et industriels commencent à être correctement traités, il n'en va pas de même des pollutions diffuses agricoles".

La cour des comptes impute ses résultats décevants à "une insuffisante volonté volonté de l'Etat de remettre en cause des politiques agricoles basées sur le productivisme et le choix d'une agriculture intensive".

Vivement critiquées également : les agences de l'eau, qui "s'apparentent plus à des banques mutualistes qu'à des instruments d'une politique nationale soumise à des obligations de résultats".

La politique de l'eau coûte cher aux usagers, en effet, les agences de l'eau y consacrent 2 milliards d'euros en appliquant le principe du pollué-payeur puisque les factures d'eau des consommateurs y contribuent à...90 %...

Paul TOP

Contamination bactériologique sur le réseau alimentant la région de Cayres : l'omerta veut prendre le pas sur la Vérité

NOUVELLES DU FRONT de la région de CAYRES :

gpepp-022-2.jpg

- Le maire de Cayres, Marc MOURET a refusé, ce matin, de nous donner une copie de l'arrêté préfectoral fixant les précautions relatives au PPI (Périmètre de Protection Immédiate et au PPRI, Périmètre de Protection Rapprochée) concernant le captage de Fontaurige. Le maire de Cayres a effectivement reconnu que l'origine de la pollution était d'ordre agricole, la minimisant, indiquant "qu'autrefois, les égoûts s'écoulaient au-dessus des sources et que personne ne disait rien" ou "qu'il avait, lui, bu dans sa jeunesse dans les années 1966 du lait issu de vaches tuberculeuses et qu'il n'en était pas mort pour autant" !!! Lol. Mr MOURET ne semble "omnibulé" que par le projet de SITA qui n'existe pas encore. Alors tant pis pour le reste !!!

- L'ARS nous a bien confirmé que l'origine de la pollution était "agricole". L'Idiot provincial a fait une demande du rapport des investigations concernant cette pollution du réseau Cayres-Solignac. Les sanctions éventuelles contre le ou les auteurs de cette ou ces pollutions relevant de la police du maire de Cayres, nous vous laissons le soin d'en apprécier l'application. L'ARS nous a précisé qu'une pollution fécale provenait bien d'un organisme comme l'intestin. A notre question sur le dernier prélèvement effectué en février 2012, l'ARS nous a précisé que ceux-ci étaient au nombre de 7/an et que le coût en était supporté par les communes. A suivre donc.

- Le dialogue s'est transformé en "dialogue de sourds" avec le Syndicat de Gestion des Eaux du Velay qui a son siège au Puy-en-Velay, où on nous a dit que les communiqués de presse seraient "réservés" aux medias ayant la préférence de ce syndicat dont le SIRET est le suivant : 25430091600023.

- Le service communication de l'hôpital Sainte-Marie du Puy-en-Velay (Mme BOUCHET) va infirmer ou confirmer nos informations concernant l'EHPAD de Cayres à savoir si des prélèvements ont été fait ou non sur les résidents de cet établissement public. Par ailleurs, une "chasse aux sorcières" intolérable aurait commencé à l'EHPAD pour savoir quelles sont les personnes qui seraient susceptibles de nous avoir informés !!! Bouche cousue

Bref, du "pain sur la planche" en perspective pour l'Idiot provincial qui "dérange" ces si bonnes "consciences" alors que cette affaire de Cayres risque de prendre des proportions nationales.

Nos révélations à suivre de près dans les jours qui viennent !!!

Faites-nous part de vos témoignages. Confidentialité assurée !

Réflexion matinale devant mon verre d'eau près de la source Fontaurige et sur les victimes des pesticides en France

Un documentaire diffusé sur France 2

le 17 avril contredisait sur le terrain

une enquête d'Agrican !

paul-top-iv-243.jpg

BASF, BAYER ou MONSANTO, qui commercialisent des pesticides, ne cessent de clamer qu'ils n'ont rien à voir avec les maladies touchant les agriculteurs.

En effet, la dernière enquête "Agrican" financée par ces grands groupes, et menée auprès de 180 000 agriculteurs, a conclu qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter de la nocivité des pesticides employés depuis plus d'un demi siècle alors que de plus en plus de voix condamnent ces produits venimeux et leurs conséquences sur la santé pour souligner leur responsabilité dans des cas de cancers de la prostate et de la vessie, de parkinson et de leucémie.

"C'est en soulevant la merde que l'on fera avancer les choses", expliquait Caroline CHENET, veuve de la première "phyto-victime" reconnue par la mutuelle agricole MSA.

Le documentaire d'Eric GUERET "La MORT EST DANS LE PRE" a attiré l'attention sur le désengagement des médecins...et le silence des agriculteurs habités par la peur du regard des autres.

Et c'est une des raisons qui empêche de comptabiliser le nombre de victimes des pesticides ?

Mais ils sont nombreux aujourd'hui à vouloir rompre la glace même si elle est aussi épaisse que celle du lac du Bouchet en Haute-Loire.

Malgré les faiblesses des pouvoirs publics face aux firmes pétrochimiques, le combat ne fait d'ailleurs que commencer et diverses polémiques sont sur le point d'éclater sur la place publique.

Contamination de l'eau potable de Cayres : maux de ventre et chiasse au Brignon

Les témoignages remontent à la surface :

Maux de ventre pour la femme

Chiasse pour le mari

à Le Brignon !

Depuis que la population a appris tardivement la nouvelle, soit trois jours après les prélèvements, les témoignages affluent.

- Sur la commune de Le Brignon, une maman s'explique : "Jeudi 12/04, j'ai été prise d'énormes maux de ventre, je suis allé en consultation chez le médecin le mardi suivant (17 avril, NDLR) ; ventre douloureux et très enflé, on m'a precrit des antispasmodiques pour cinq jours mais rien n'y fait depuis c'est mon mari qui a pris le relais avec en plus des selles liquides nous habitons le bourg du brignon et nous n'avons rien consommé ailleurs que chez nous et des habitants du lotissement ont également été malades avec leurs enfants. alors quels infos croire ?".

Les pollueurs

seront-ils les payeurs ?

- Un collabo de l'Idiot provincial a lui aussi été pris d'une violente gastro-entérite : "J'ai bu de l'eau dans un café de Costaros en début de semaine. J'ai vomi à plusieurs reprises les jours suivants et j'étais en complète déshydratation".

X témoigne sur internet : "nous avons été malade pendant trois jours merci qui paye nous on a pas le droit au jour de carence".

Les dépôts de plainte vont-ils déferler

sur le bureau du procureur de la République

du Puy-en-Velay pour que l'on connaisse

enfin la vérité sur cette contamination ?

B également sur internet : "depuis quand buvons-nous cette eau insalubre ?..."

Les pollueurs

seront-ils les payeurs ?

L'Idiot provincial va informer

François Hollande de cette

situation anormale en Haute-Loire !

ab témoigne sur internet : "pollution d'origine agricole...et dire que G. Bros président de la chambre d'agriculture s'est permis de traiter les écologistes de "malfaisants" Voilà un bel exemple de retour à l'envoyeur"

B apporte son témoinage sur internet : "pourquoi certains habitants n'ont pas été avertis surtout en présence dune femme enceinte en cas de problème qui sera le fautif ????"

m témoigne sur internet : "aucun arrêté préfectoral n'a été distribué dans ma boite aux lettres au BRIGNON..."

Vous aussi réagissez avant qu'il ne soit trop tard !!!

Ce n'est pas SITA-SUEZ qui a pollué et contaminé l'eau potable à Cayres et Séneujols

Alors que SITA-SUEZ n'est pas présent :

maintenant nous savons officiellement

où se trouve le vrai risque de pollution

 et de contamination de l'eau potable

dans la région de CAYRES !!!


Dans une lettre datée du 15/06/2010 et adressée aux autorités politiques et administratives de la Haute-Loire, un citoyen "lambda" alertait déjà l'opinion publique, les politiques et l'administration sur les risques de pollution de l'eau potable à Cayres.

Ambiance :

"...le cabinet indépendant SHYGMA a réalisé sur le site du Ronzet une étude géologique très complète.... Les 25 forages effectués jusqu'à 70 m de profondeur n'ont décelé aaucune nappe phréatique exploitable si bien qu'il est fort probable que pas une goutte d'eau alimentant le bassin du Puy ne passe à cet endroit....compte-tenu de la nature des sols, une éventuelle pollution de surface mettrait 100 ans pour parvenir à ce seuil des 70 mètres, et de ce fait, parviendrait à une nouvelle expertise digne de ce nom....les opposants au projet de SITA n'ont jamais fait part de la moindre inquiétude quant aux risques encourus par le captage des eaux de Cayres, situé à moins de 300 m en aval direct de l'ancienne décharge où, pendant des décennies, ont été déversées, sans aucune protection des sols, non seulement toutes les ordures ménagères mais également des bidons de produits chimiques et phytosanitaires dangereux, des batteries, des médicaments périmés.. avec des risques de pollution qui sont toujours d'actualité puisqu'elle ne semble pas avoir été réhabilitée conformément à la réglementation....."

Il y a de fortes chances que l'opinion publique

trouve le projet de SITA-SUEZ

absolument pas polluant pour l'eau potable

de toute la vallée du Puy-en-Velay !

numerisation0021-2.jpg

Selon l'ARS, ce n'est pas parce que l'arrêté préfectoral d'interdiction de consommer l'eau de Cayres est levé que le dossier des poursuites est fermé. Pour l'instant, seules les investigations commencent pour l'ARS d'autant plus que l'ARS-AUVERGNE surveille de près ce dossier (champs captant, servitudes, paccages, etc...) et que des constats continuent par être effectués sur les réseaux de captage de Cayres où la polémique a éclaté grâce à la vigilance de l'Idiot provincial.

numerisation0023-1.jpg

Cercle vert : le projet d'Installation de Stockage de Déchets Non dangeureux (ISDN) élaboré par SITA-SUEZ pour le site sympathique du Ronzet et qui correspond à une nécessité territoriale bien évidente.

Dans l'élaboration de ses projets, SITA a travaillé avec de sympathiques paysagistes, ou l'ONF, de façon à intégrer harmonieusement le site dans l'environnement de la région d'accueil.

L'eau de pluie qui entrera en contact avec les déchets deviendra du lixiviat. Selon SITA, ils seront collectés et stockés dans des bassins étanches. Ces liwiviats seront ensuite traités via un process de séchage thermique qui garantira l'absence de tout rejet d'effluent dans le milieu naturel.

Les eaux de ruissellement, qui ne seront pas en contact avec les déchets, seront également collectées et stockées dans des bassins étanches spécifiques. Après contrôle de leur qualité, elles seront rendues au milieu naturel et pourront également être mises àdisposition pour un usage agricole.

Pour assurer une surveillance permanente du site, des piézomètres seront implantés en amont et en aval du site et permettront le contrôle des eaux souterraines.

Cercle rouge : la pollution et la contamination de la source de "Fontaurige" à Cayres qui a soulevé de nombreuses protestations depuis que l'Idiot provincial a déclenché la polémique en faisant le "forcing" pour obtenir des infos - alors que la presse écrite locale fermait les yeux et se bouchait les oreilles - auprès de la délégation territoriale de la Haute-Loire, la préfecture du Puy-en-Velay, l'ARS Auvergne et les élus. La secrétaire de mairie de Le Brignon nous raccrochant au nez, d'ailleurs !

C'est le préfet de la région Auvergne, Francis LAMY,  alerté par l'Idiot provincial à l'heure du déjeuner qui sifflera la fin de la récration et qui donnera finalement son feu vert à l'ARS pour que celle-ci nous communique ENFIN  l'arrêté préfectoral que nous essayions EN VAIN d'obtenir depuis le matin et le communiqué de presse pondu fissa dans l'après-midi du vendredi 20 avril 2012.

D'après nos fiables informations, et confirmée par la délégation de la Haute-Loire, une des origines de cette pollution de l'eau potable serait due à ... mais chut !

Cercle bleu : les prélèvements du 16 avril 2012 sur le réseau du Syndicat des Eaux de Cayres-Solignac au lieu-dit "Bizac". La contamination se situant au niveau de la source "FONTAURIGE" de Cayres.

Un arrêté préfectoral vient de mettre fin aux mesures de restriction d'eau dans la région de Cayres

Du 6 février 2012 au 19 avril 2012

les habitants de la région de Cayres

informés que très tardivement

ont bu de l'eau contaminée !!!

numerisation0011-3-1.jpgAlors que nous mettons en ligne ce post (10h05), une copie de l'arrêté préfectoral n° ARS/DT43/01/2012/59 du 23 avril 2012 portant abrogation l'arrêté préfectoral n° ARS/DT43/01/2012/59 et rétablissant la consommation en eau courante sur les villes suivantes : Le Brignon, Cayres, Saint Christophe sur Dolaizon, Seneujols et Costaros (Haute-Loire) a été adressée ce matin (9h45) à l'Idiot provincial par l'ARS Auvergne.

Les limites de qualité des paramètres Escherichia coli et entérocoques, fixées par le code de la santé publique, sont de nouveau respectées pour les réseaux d'eau des communes susvisées.

L'eau potable peut être officiellement utilisée pour la consommation humaine puisque l'arrêté préfectoral ARS/DT43/01/2012/56 du 19 avril est abrogé.

numerisation0013-2-1.jpg

Néanmoins, il reste encore 3 "points noirs" à élucider :

- Pourquoi la population locale n'a été informée de la contamination de cette eau du robinet que le 19 avril 2012 alors que le prélèvement datait du 16 avril 2012 et que l'eau était déjà contaminée ?

- Polluée depuis quand puisque les dernières analyses remontent au 06 février 2012 à 8h 55 (commune de prélèvement : Cayres - Installation : Fontaurige- Condamine - Service public et responsable de distribution : Syndicat de Cayres-Solignac), l'eau étant conforme au niveau distribution et qualité sanitaire à cette date-là (source : ministère du travail, de l'emploi et de la santé) ?

- Où est l'enquête répressive de recherche du ou des responsables de cette contamination qui a coûté cher aux services de l'Etat, aux collectivités territoriales et finalement aux citoyens, notamment les plus vulnérables qui ont dû se laver les dents ou manger des lentilles vertes AOP cuites avec de l'eau de source naturelle en bouteille (Cristaline), en provenance, de Cairanne dans le Vaucluse ?

A suivre

Réflexion matinale au Puy-en-Velay sur la couleur du Coca-Cola près de la source contaminée de Fontaurige dans le Velay

Tempête autour d'un verre de coca-cola

et sur les effets cancérigènes

du 4-methylimidazole

près de la mairie du Puy-en-Velay !

Alors que durant la fin de la semaine dernière, l'eau du robinet était imbuvable puisque contaminée dans les communes de LE BRIGNON, CAYRES, COSTAROS, SAINT-CHRISTOPHE-SUR-DOLAIZON, SENEUJOLS, nous avons réfléchi sur une boisson de substitution : le coca-cola qui contiendrait une substance cancérigène.

En effet, alors que nous aurions préféré boire mille fois de l'eau potable dans la région de Cayres, le 4-methylimidazole, ou "4-MEI" de son plus petit nom, est le sous-produit indésirable du "colorant caramel" E150, qui donne sa couleur colorée au coca-cola.

Pour fabriquer ce colorant chimique, il faut faire chauffer des hydrates de carbone, (des sucres), au choix avec composants d'ammonium ou des composés de sulfites.

Le blème, c'est que pendant la manip apparaît le 4-MEI, une substance qui, quand on la donne à des rats dans les laboratoires, provoque des cancers du poumon, du foie, de la thyroïde ou des leucémies.

Une canette de coca-cola contiendrait entre 133 et 137 micro-grammes de 4-MEI.

Or, en décembre 2011, l'Etat californien a fixé un taux maximal par produit consommé de 29 microgrammes.

Résultat : pour pouvoir continuer de vendre leurs "merdes" amerloques en Californie, les géants du soda viennent de demander à leurs fournisseurs de ce colorant-caramel de revoir fissa à la baisse la quantité de 4-MEI qu'elles contiennent.

En Europe, l'autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a indiqué que la présence de 4-MEI ne représente "pas de danger pour la santé" alors que l'industrie-agroalimentaire utilise à gogo du E150 pour colorer la sauce soja, le vinaigre, le pastis, les bières brunes.

Même les bouillons cubes en contiendraient.

Un "bouillon cube au coca-cola", on imagine la tête des résidants des maisons de retraite dans la région du Puy-en-Velay en Haute-Loire !

Qu'ils en soient enfin rassurés, le Syndicat de Gestion des Eaux du Velay (SGEV) va certainement s'attaquer à la vulnérabilité et à la dégradation de la qualité de l'eau dans un secteur où l'Idiot provincial ne manquera pas de mettre la "pression" sur les pollueurs-en-chef.

La DGS sera informée chaque semaine de la situ' !

Contamination du périmètre de protection rappochée du captage de Fontaurige dans le Velay :


Le syndicat de gestion des eaux du Velay

va-t-il mettre le "paquet"

pour aider l'ARS AUVERGNE

à poursuivre le ou les pollueurs ?

Suite aux analyses de l’ARS, un membre du syndicat de gestion des eaux du Velay (qui a préféré garder l'anonymat) nous a dit que cette structure avait pris un certain nombre de mesures afin de solutionner ce problème.

L’ensemble de ces mesures a été transmis aux services de l’ARS par ce SGEV.

Les élus des communes concernées transmettrons à la presse un communiqué dans les jours à venir, (réalisé par S.D) puisqu'un point de la situation a été fait avec les élus concernés dont le maire de Cayres, ce matin. Selon X, le maire de Cayres aurait cette fois pris "conscience" de ces problèmes de contamination de l'eau du robinet.

gpepp-017-2-1.jpg

Le procureur de la République de Clermont-Ferrand

va-t-il mettre son nez sur les pollutions de Cayres

avec ce fumier qui dégouline en permanence

sur la voie publique du Devès ?

L'alerte pollution n'a été levée que dimanche 22/04/2012 sur les communes de CAYRES, SENEUJOLS et ST CHRISTOPHE/DOLAIZON, suite à une communication des services de l'Agence Régionale de Santé auprès des maires des communes.

Cette décision a fait suite aux résultats des prélèvements effectués le vendredi 20 avril 2012 et permettant un retour à la "normale" alors que les populations concernées étaient très inquiètes.

La désinfection des réseaux contaminés s'est faite par l'ajout massif de chlore. Peut-on nous dire à quel taux ? La purge finale a eu lieu sur la commune de Seneujols où la qualité de l'eau a été testée à partir d'une borne incendie.

Selon X (qui a tenu fermement à ce que nous ne publions pas son nom), une prochaine campagne d'information sera mise en place par la mise en place de panneaux (qui sont commandés) pour informer les habitants sur les risques de pollution....une campagne qui ne serait pas très bien vue par certains .... d'autant plus que (selon X) de l'huile de vidange aurait été même retrouvée dans des regard-compteurs, à d'autres périodes, par les agents chargés de relever les compteurs d'eau situés soit sur le domaine public, soit sur le domaine privé.

En ce qui concerne le ou les pollueurs susceptibles d'avoir pollué "Fontaurige" où toute activité à risque est interdite, X nous a assuré que l'ARS était en train d'en établir la responsabilité et que cette partie répressive n'était pas du ressort du SGEV.

Ce sera le parquet du procureur de la République de Clermont-Ferrand ou du Puy-en-Velay qui sera compétent ?.

A suivre donc sans modération

Réflexion matinale sur la colère des Verts de Saint-Etienne sur cette contamination de la source de captage de Fontaurige dans le Velay

Les supporters de l'ASSE se révoltent

face à la sanction qui les pénalise !

La décision prise par les instances de la Ligue d'interdire l'accès à deux tribunes du stade Geoffroy-Guichard a provoqué la colère bien légitime du président Roland Romeyer alors que les faits reprochés semblent complètement disproportionnés.

En effet, la décision de la commission de discipline de la Ligue pour jets de fumigènes et de pétards dans le derby à Saint-Etienne à provoqué un sentiment de révolte et d'incompréhension puisque la tribune Jean-Snella et le bloc des Magic Fans seront complètement fermés pour toute la fin de la saison ca qui à fait dire à Roland Romeyer que tout cela était une sanction qui pénalise financièrement le club mais aussi "financièrement alors qu'on joue une qualification européenne".

De son QG à Cayres en Haute-Loire

gpepp-016.jpg

et de sa fontaine publique

où dégoulinait hier encore

sur la voie publique le fumier de bovins

consécutif au lavage des remorques...

gpepp-018-2.jpg

Paul TOP apporte aussi son soutien

aux supporters stéphanois cayrois

gpepp-023-2.jpg

gpepp-026.jpg

...mais aussi à toutes celles

et tous ceux habitant Costaros

gpepp-038-2.jpg

....Le Brignon

gpepp-043-2.jpg

(où le jus du fumier s'écoule directement

dans les fossés de la voie publique sur la D 541)

gpepp-049.jpg

gpepp-048.jpg

...Saint-Christophe-sur-Dolaizon

gpepp-053-2.jpg....Seneujols

et qui sont obligés de ne plus boire

l'eau du robinet comme les résidants

gpepp-002-2.jpg

de l'EHPAD de Cayres pour regarder

les vidéos de leur joueur préféré !

numerisation0010-2-2.jpg
Colère motivée également pour certains supporters qui ont souscrit à un abonnement (ils seraient 5500 pour la tribune Snella) et qui en seront certainement pour leur "pomme" puisque le club a fait appel alors que celui-ci n'est en aucun cas suspensif.

Certains supporters ne comprennent pas pourquoi leur club est si injustement pénalisé alors que dans d'autres secteurs, comme par exemple l'agriculture, la pollution de l'eau potable en provenance du captage de Fontaurige-Condamine dans la Haute-Loire voisine n'a pas été condamnée alors qu'un troupeau de bovins a pénétré dans le périmètre de protection de ces sources interdit à toute activité agricole, ..... une info de plus pour le secrétariat de la mairie de Cayres en ces temps d'élection présidentielle 2012.

Gérard-Patrick EAU-PLATE

Femmes enceintes, enfants et personnes âgées : HALTE à la contamination de l'eau potable du Velay

L'anarchie agricole règne-t-elle

dans le périmètre de protection des sources

de FONTAURIGE à Cayres !

gpepp-005-2.jpg

L'arrêté préfectoral ne figurait pas aujourd'hui

sur le tableau d'affichage de la mairie de CAYRES...

Un petit groupe d'une demi-douzaine de nos camarades écolo-maoïstes est sur le terrain depuis hier soir dans la région de Cayres afin de zoomer cette pollution de l'eau potable sur les communes de CAYRES, COSTAROS, LE BRIGNON, SAINT-CHRISTOPHE-SUR-DOLAIZON, SENEUJOL !

Alors qu'il y figurait de façon règlementaire

à Costaros (ci-dessous)

gpepp-037-2.jpg

...ou au Brignon (ci-dessous)

gpepp-047-2.jpg

ou à Saint-Christophe-sur-Dolaison (ci-dessus) ....

Par-contre, est-il normal que

les affiches du collectif PPVV

soient affichées

en permanence sur le panneau

d'affichage de la mairie de Cayres ?

gpepp-011-2.jpg

En effet, comme l'a dévoilé en prime time, l'Idiot provincial, l'eau polluée provient par un système d'interconnection, des sources de Fontaurige-Condamine (Cayres) et des sources du Roulon-Bas (Solignac), soit des sources du Roulon-Bas uniquement.

Selon nos toutes dernières informations, les employés du syndicat de gestion des eaux du Velay auraient identifié une cause possible de cette pollution :  la pollution fécale aurait été produite par un troupeau de bovins qui auraient pénétré dans le périmètre de protection des sources de Fontaurige.

Alors que ce périmètre est strictement INTERDIT à toutes les activités agricoles !

gpepp-028.jpg

Dans cette commune de CAYRES

les autorités sanitaires et préfectorales

de Clermont-Ferrand laissent 

le jus des fumiers de bovins

s'écouler dangereusement

dans les ruisseaux !

Des sanctions ont-elles, d'ores et déjà, été prises ?

L'Idiot provincial a alerté, à plusieurs reprises l'opinion publique sur les alentours sensibles de ces périmètres de captage mais rien y fait, rien ne se fait. Les décharges sauvages que nous avons dénichées n'intéressent personne : ni citoyens, ni mairie, ni conseiller général, ni député, ni sénateur, ni préfet, rien. Zéro !

Il faudra attendre les résultats de ces élections présidentielles car cela ne peut plus durer ainsi !

RESISTANCE n° 1 : MOBILISEZ-VOUS POUR EN FINIR AVEC LA DROITE AGRICOLE DE CETTE REGION ET LES FASCISTES QUI MENACENT LA SECURITE SANITAIRE DE L'ETAT !

SCANDALE de la contamination des captages de l'eau du robinet de FONTAURIGE-CONDAMINE et ROULON dans le Velay :

Risques sanitaires à 20 km du Puy-en-Velay !

jusqu'au 19 avril 2012 :

combien de personnes ont

consommé de l'eau contaminée ?

numerisation0002.jpg

Flèche bleue (Condamine), flèche rouge (Fontaurige et forage de 1991)

Cela fait plus d'un an que l'Idiot provincial tirait la "sonnette d'alarme" sur les risques de pollution des captages en eau potable de Fontaurige et du forage de 1991 ainsi que du périmètre de protection du captage en eau potable de Condamine à Cayres !!!

STOP AU TOURISME

dans la région du lac du Bouchet !

Le prélèvement du 16 avril 2012 a été effectué sur la commune du Brignon, à 8km au Sud-Est.

En cette période de vacances scolaires, combien d'enfants restés à la maison ont-ils été éventuellement contaminés ?

Est-il normal que la population des villages concernés n'ait été avertie.... que 3 jours après les prélèvements alors que l'eau était déjà contaminée ?

Exigeons du ministère de la Santé, une enquête approfondie !

ppvv-2012-a-078.jpg

Ici un agriculteur nettoie sa remorque de purin à la fontaine publique de Cayres, tandis que l'eau souillée s'infiltre dans les sols en amont des points de captage actuellement contaminés. Cette photo prise par l'Idiot provincial il y a quelques mois n'avait provoqué aucune enquête particulière, comme si l'eau n'était qu'un élément qu'il faut saborder et souiller ! C'est comme si un citadin lavait sa voiture avec l'eau d'une fontaine publique en plein centre de Paris !!!

Et nous vous donnons rendez-vous dans quelques mois dans la région de Cayres où nous verrons bien ce que donneront les futurs relevés après les épandages de lisier de porc puisque la préfecture a fait passer "en force" (selon un élu local) l'extension d'une porcherie située à quelques kilomètres de cette région à haut risque sanitaire : le secteur de Cayres et du lac du Bouchet !

Engrais à gogo ? Purin à gogo ? Qui sont les responsables de la pollution actuelle ?

D'autant plus que de nouvelles pluies sont annoncées cette semaine, ce qui ne manquera pas d'occasionner un nouveau lessivage des sols et l'achat de nouvelles bouteilles de l'eau de source "Cristaline" pour faire cuire les légumes du couscous ou se laver les dents !

A ce sujet, n'est-il pas intéressant de connaître le taux de nitrates de cette eau de source "Cristaline" par rapport à d'autres eaux mises en bouteille ?

Et puis que penser de la médiatisation de cette affaire ? En effet, l'Idiot provincial a été le SEUL à réaliser un reportage complet tandis que l'omerta régnait sur la Haute-Loire. Pas un mot jusqu'à hier dans la presse écrite !!!

Bouche cousue

A suivre

Un peu tardive cette réaction de l'ARS-AUVERGNE concernant cette contamination bactériologique dans les communes de la région de Cayres ? (VI)

Alors que la population a largement consommé

de l'eau contaminée au moins et

avant le 16 avril 2012 (prélèvement)

jusqu'au 19 avril (notification officielle)

ce communiqué de presse de l'ARS-AUVERGNE

n'arrive-t-il pas TROP tardivement ?

Si l'Idiot provincial n'avait pas mis la "pression" dès ce matin, que ce soit auprès de la préfecture de la Haute-Loire, de la délégation territoriale de l'ARS-43, de l'ARS-Auvergne, auprès des élus des communes concernées par cette contamination bactériologique très dangereuse et pour terminer, en envoyant un mail à Mr le préfet de la région Auvergne, l'ARS-Auvergne aurait-elle rédigé fissa ce communiqué de presse ?

En début d'après-midi, nous n'avions toujours pas reçu l'arrêté préfectoral de la part d'aucune administration et ce, nonobstant le "siège" matinal !

Heureusement que nous nous l'étions procuré, entre midi et 14h, via... d'autres moyens.

Une fois cet arrêté préfectoral mis en ligne dans les colonnes de l'Idiot provincial, nous en recevions une copie de la part de l'ARS-AUVERGNE (16h23), avec pour pièce-jointe, ce communiqué de presse.

Je tiens à remercier, personnellement, Mr le préfet de la région Auvergne, Francis Lamy, qui, lui, a été très efficace !

De quoi "redorer" quelque peu les services de l'Etat dans la gestion de cette crise en terme de communication plutôt désastreuse !

Paul TOP

"Pollution de l’eau dans les communes de Le Brignon, Cayres, Saint Christophe sur Dolaizon, Seneujols et Costaros. (Haute-Loire)

Une contamination bactériologique sur le réseau alimentant les communes de Le Brignon, Cayres, Saint Christophe sur Dolaizon, Seneujols et Costaros a été mise en évidence, par les services de l’Agence Régionale de Santé d’Auvergne lors de contrôles sanitaires des eaux destinées à la consommation humaine.

Ce réseau est alimenté par un mélange de deux ressources en eau.

Un arrêté préfectoral portant interdiction de la consommation de l'eau du robinet a été pris, le jeudi 19 avril, pour l’ensemble des communes alimentées par au moins une de ces ressources. Cet arrêté, disponible dans les mairies, a été porté à la connaissance des habitants des communes concernées.

Investigations et analyses en cours

L’origine de la pollution n’est pas encore clairement identifiée. Des investigations et des analyses sont en cours.
Le réseau concerné est alimenté par le mélange de deux ressources en eau. Les premiers éléments à notre disposition laissent penser qu’une ressource a été plus particulièrement contaminée. Les importantes précipitations de ces derniers jours et la fonte soudaine des neiges ont entrainé un lessivage important des sols ce qui peut expliquer ce phénomène de pollution.

Quels risques sanitaires ?

Il est conseillé de ne pas utiliser l’eau de ces communes pour des usages alimentaires (boissons, préparations des aliments) et à défaut la faire bouillir. Elle est également impropre à l’hygiène bucco-dentaire. Les personnes les plus à risques sont les femmes enceintes, les jeunes enfants et les personnes âgées.
La consommation d’eau contaminée peut engendrer des troubles gastro-intestinaux en général bénins. En cas de doute, il est conseillé de consulter un médecin.

Mesures prises

Le syndicat de gestion des eaux du Velay a renforcé les mesures de désinfection. Par ailleurs, en lien avec les collectivités, il a organisé une mise à disposition d’eau embouteillée pour les habitants.

Une enquête épidémiologique conduite par la CIRE (Cellule de l’institut de veille sanitaire en région), en lien avec l’ARS, a été conduite auprès des professionnels de santé (pharmaciens et médecins) afin d’évaluer l’impact de cette pollution sur la santé des habitants. Les premiers résultats montrent qu’il n’y a pas d’impact sanitaire sur la santé de la population concernée.

D’autres analyses de l’eau sont en cours, les résultats sont attendus pour dimanche. Ils conditionneront le maintien ou la levée de l’interdiction de consommation."

Contamination des réseaux FONTAURIGE-CONDAMINE et ROULON : quels dangers pour les résidents de l'EHPAD Villa Marie de Cayres (IV)

Les résidents et le personnel de

l'établissement d'Hébergement

pour personnes âgées Villa Marie (EHPAD)

de Cayres ont eux aussi

consommés de l'eau contaminée !

Au menu de ce soir : de la soupe aux vermicelles à l'eau minérale "Cristaline" :

Côté cuisine et cuisson des aliments, X. explique : "on avoue que c'est "très dur" pour le personnel - qui n'a été averti qu'hier, le 19 avril - parce qu'il faut tout expliquer aux 61 résidents qui doivent se laver les dents avec de l'eau minérale "Cristaline" qui est utilisée pour la cuisson des aliments des personnes âgées".

Côté vaisselle : "on peut utiliser le lave-vaisselle car l'eau chaude élimine les bactéries".

Côté distribution de café : "nous avons bloqué les cafetières reliées au circuit d'eau potable qui ne l'est plus, donc on utilise de l'eau en bouteille tout comme pour ce soir où nous allons préparer de la soupe aux vermicelles..."

Côté infirmerie : "On doit nettoyer dans un bac de trempage nos outils de travail afin de les désinfecter (plateaux, masques aérosols, pinces...) avec de l'eau en bouteille. Par contre, nous pouvons nous laver les mains avec l'eau contaminée à condition de passer une solution hydro-alcoolique...".

Sympa, non, pour cet EHPAD situé dans la Haute-Loire : Villa Marie LE BOURG 43510 Cayres ?

Ouvert il y a quelques années, l'établissement accueille les personnes agées et dispose de 60 chambres. Type : Accueil Alzheimer, Maison de Retraite / EHPAD, Centre de Jour, Accueil temporaire.

A suivre

Contamination des réseaux ROULON et FONTAURIGE-CONDAMINE : les raisons de la colère des commerçants de la région de Cayres (III)

Alors qu'ils ont consommé de l'eau contaminée

au bas mot pendant 3 jours (jusqu'au 19 avril 17h)

les cafetiers et restaurateurs de COSTAROS

sont inquiets pour leurs consommateurs

et pour eux-mêmes !

L'Idiot provincial commence à récolter quelques témoignages sur cette contamination de l'eau du robinet en provenance des réseaux ROULON et FONTAURIGE-CONDAMINE.

- Au "Bar du Marché" à Costaros, la patronne explose de colère : "Nous n'avons été alertés que le 19/04, soit hier à partir de 17h. Nos clients et nous-même, avons bu de cette eau contaminée alors que les résultats des prélèvements étaient connus par les autorités compétentes depuis le 16 avril. Parmi les gens avec qui j'en ai parlé, on est tous révoltés parce que nous avons été prévenus 3 jours après. Je dois acheter de l'eau en bouteille pour faire cuire mes légumes. Ce matin : 15 litres de Vittel, juste pour mes légumes. Idem pour servir le café aux clients, j'ai sorti ma Senseo. Pour ne pas être tentée de me servir de mes robinets, j'ai même condamné ma pompe. Nous craignons pour la journée de lundi car en plus du marché forain, c'est la foire aux veaux gras..."....

A suivre

HALTE AUX RISQUES de gastro-entérites, infections urinaires, méningites, septicémies dans la région de Cayres en Haute-Loire (II)

Enfin des nouvelles de l'arrêté préfectoral

interdisant la consommation de l'eau

dans la région de Cayres et ce

nonobstant l'omerta inadmissible de

la délégation territoriale de l'ARS-43

en terme de communication !



A l'heure, où nous mettons en ligne ce post, nous n'avons encore rien reçu de la délégation territoriale de l'ARS de la Haute-Loire concernant ce fameux arrêté préfectoral que nous sommes allés pêcher ailleurs.

Cet arrêté préfectoral (ARS/DT43/01/2012/56) a été pris en application de l'article L. 2215-1 du code général des collectivités territoriales (CGT), les articles L.132-1 à 10 et R. 1321 à 63 du code de santé publique.

Les résultats d'analyses en date du 16/04/2012 en provenance du lieu-dit "Bizac" à LE BRIGNON démontrent la présence de bactéries intestinales de mammifères pouvant entraîner des gastro-entérites, des infections urinaires, des méningites ou des septicémies (Escherichia coli 56 germes/100 ml) et également des bactéries à métabolisme anaérobie, dites cocci à Gram positif, se présentant habituellement sous forme de chaînettes et qui sont des pathogènes opportunistes causant des septicémies, infections urinaires, ou abdominales d'origine intestinale (entérocoques 5 germes/100 ml).

Ce réseau d'eau est alimenté par environ 20 % du réseau ROULON et 80 % du réseau FONTAURIGE-CONDAMINE.

Etant donné qu'au moment de ce prélèvement, les communes alimentées par un mélange ou indépendamment par les réseaux ROULON BAS et FONTAURIGE-CONDAMINE étaient les communes de LE BRIGNON, CAYRES, COSTAROS, SAINT-CHRISTOPHE-SUR-DOLAIZON, SENEUJOLS et considérant que les limites de qualité fixées par le code de la santé publique ne sont pas respectées et largement dépassées pour les paramètres bactériologiques Escherichia coli et entérocoques et que dès lors l'utilisation de cette eau n'est pas sans risque pour la santé, sur proposition du secrétaire général de la préfecture de la Haute-Loire, à compter du 19/04/2012, "la consommation de l'eau à des fins alimentaires (boisson, et la préparation des aliments) et l'hygiène dentaire sont interdits sur les communes de CAYRES, COSTAROS, LE BRIGNON, SAINT-CHRISTOPHE-SUR-DOLAIZON et SENEUJOLS dont l'exploitation est assurée par le SIAEP CAYRES-SOLIGNAC (Syndicat de Gestion des Eaux du Velay), tant que la potabilité de cette eau n'aura pas été prouvée)".

Les bars et les restaurants et TOUS les autres établissements recevant du public dans les communes concernées ont-ils pris les dispositions nécessaires vis-à-vis de leurs clientes et de leurs clients ?

Touristes de passage, routiers, VRP ou autres usagers de la route, femmes enceintes, etc... si vous avez consommé de l'eau dans cette région, merci de bien vouloir répondre à notre questionnaire.

A suivre.

HALTE à la consommation de l'eau en Haute-Loire à Saint-Christophe sur Dolaison, Le Brignon, Cayres, Seneujols, Costaros !

STOP AUX POLLUTIONS DE L'EAU POTABLE

dans la Haute-Loire :

l'eau potable dans la région de CAYRES

est imbuvable et polluée !


Un arrêté préfectoral en date du 19/04/2012 a été distribué aux mairies de Saint-Christophe-sur-Dolaison, Le Brignon, Cayres, Seneujols ou Costaros en les mettant en garde contre un "important risque sanitaire", suite à des prélèvements qui ont été effectués le 16 avril 2012.

La faute serait due à une pollution bactériologique et à une forte "contamination fécale" aux alentours d'une source située à Cayres.

Les prélèvements ont été faits à proximité d'une source située au lieu-dit "Bizac", sur la commune de Le Brignon.

Ne buvez surtout

pas l'eau de votre robinet !

paul-top-i-014.jpg

Selon l'arrêté préfectoral, les paramètres bactériologiques sont largement dépassés en ce qui concerne l'Escherichia Coli et les entérocoques.

L'eau est donc impropre à la consommation, pour la boisson, la cuisson et l'hygiène dentaire. Et ce.... jusqu'à nouvel ordre.

Nous avons pu joindre, ce matin, le maire de la commune de Le Brignon (Jérôme BAY) qui nous a indiqué que le standard téléphonique de la mairie était en train "d'exploser" et que la secrétaire de mairie était complètement débordée, raison pour laquelle, elle raccroche "au nez" des personnes qui téléphonent.

La délégation territoriale de l'ARS-43 (qui a la charge de la publication de cet arrêté) fait de la rétention de l'information pour transmettre cet arrêté préfectoral qui a quand même trait à la santé publique d'un périmètre de consommateurs d'eau potable assez important.

La population locale est très inquiète, l'arrêté préfectoral n'a toujours pas été publié, la délégation territoriale de l'ARS-43 nous renvoie vers l'ARS Auvergne à Clermont-Ferrand qui gèrerait cette affaire.

Les services de la préfecture du Puy-en-Velay, (que nous avons contactés), ne sont que très partiellement informés puisque ce n'est pas de leur ressort. Le dernier arrêté préfectoral, dispo dans le recueil des actes administratifs remontait, ce matin, au 07/04/2012. Un comble, non ?

L'ARS Auvergne, contactée par l'Idiot provincial (service communication, Mr Olivier Pailhoux) n'a eu connaissance de cette pollution des eaux dans la région de Cayres, que ce matin....en lisant un article de presse.... sur internet !!!

Cela ne fait-il pas un peu désordre, non ?

L'ingénieur-sanitaire a-t-il un téléphone portable pour être informé de la situ' ?

En exclusivité, l'Idiot provincial vous donne le SCOOP : la pollution s'est produite au point de captage de Fontaurige à Cayres et ce, après les récentes fontes de neige. Info confirmée par le maire de Cayres.

Les épandages de purin des bêtes à cornes sont-ils en cause ? Les engrais agricoles également ?

La station d'épuration de Cayres est-elle en dysfonctionnement ?

Pourquoi un communiqué de presse n'a-t-il pas été déjà rédigé ? Est-ce le fait que nous sommes vendredi et que les départs en week-end commence avant midi ? Les services de l'Etat sont-ils en permanence en état de vacances permanentes ?

Dans un autre registre, les futurs épandages de lisier dans la région sont attendus avec impatience !!!

A suivre donc puisque nous allons demander au ministère de la santé de mettre les pieds dans "le plat" dans la gestion de la communication de cette affaire qui devient de plus en plus lamentable en terme d'image pour les services de l'Etat auvergnats en particulier !

Et puis que penser de cette pollution des eaux du massif du Devès à Cayres alors que le centre d'amoncellement de SITA-SUEZ prévu sur les communes de Cayres-Seneujols n'en n'est même pas encore au stade de l'enquête publique ?

Nous attendons donc la réponse du collectif PPVV et de tous les opposants à ce projet !

A moins que les crapules de feu le GPEP (Groupe de Protection des Eaux du Puy ) ne refassent surface dans les forêts proches du lac du Bouchet, histoire de mettre une nouvelle fois dans "l'embarras" des personnalités locales dignes et non indignes !

Paul TOP

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau