Présidentielles 2012

Dans le collimateur de Jean-Luc Mélenchon : "Une déferlante de joie plate"

Je commence par redonner le texte de mon intervention prononcée le soir de l'annonce des résultats dimanche soir. Je n’ai pas changé d’analyse depuis ce premier regard à 20 heures dimanche. Puis je dis un mot sur ce que j’ai capté de l’étrange ambiance de ce dimanche soir. Cette liesse au goût finalement si étrange me laisse perplexe. Et je viens sur l’actualité européenne qui s’est nouée en même temps que notre élection présidentielle, en Grèce et en Allemagne.

« Ouf, Sarkozy, c'est fini, enfin ! Ainsi est réglé le compte du fossoyeur des acquis sociaux et des services publics de notre République. Sa défaite est celle de son projet d'extrême-droitisation. C'est une très bonne nouvelle pour la France et pour l'Europe. Le monde, qui nous regarde connaît de nouveau l'audace des Français. Une page est tournée. Une autre commence pleine d'exigences. Je félicite François Hollande pour son élection. Son avantage lui donne les moyens d'agir. Je souhaite le meilleur au nouveau président comme à notre pays.

J'adresse un salut reconnaissant à la résistance acharnée du mouvement social qui a préparé cette victoire. Les syndicalistes ont ce soir le dernier mot contre celui qui les menaçait. Je félicite les quatre millions d'électeurs du Front de Gauche dont les votes ont fait la décision aujourd'hui. Au même moment ce soir, notre parti en Grèce passe en 1ère position de la gauche. La leçon de cette heure est que pour sortir de la crise de la civilisation capitaliste les peuples cherchent une issue à gauche.

C'était bien une manipulation que la place honteusement accordée aux thèses de l'extrême droite entre les deux tours. Le Front national n'est pas du côté du monde du travail. Ses électeurs ont voté Sarkozy. Ses chefs ont déserté avec leurs bulletins blancs. Le Front de Gauche s'engage, autonome et conquérant, pour que la défaite de la droite et l'élection de François Hollande devienne la victoire des exigences aigües qui viennent de s'exprimer. Les élections législatives doivent approfondir notre victoire. Le Front de Gauche en est l'outil fidèle. Tout commence à présent pour la France et pour notre gauche. Place à la fraternité ! Place au peuple! »

Drôle de soirée électorale. La défaite de Nicolas Sarkozy a fait s’exhaler un soulagement universel et une formidable bouffée d’envie de vivre autrement. Mais c’est tout. Je veux dire qu’il n’y avait rien qui ait ressemblé à ce que fut 1981 dont le souvenir a pourtant été beaucoup sollicité par les commentaires. En 1981 la gauche avait un programme commun et comptait faire le socialisme. Personne ne sait ce que l’on compte faire au juste à présent. Je veux dire que c’est la première fois que les socialistes gagnent sans aucun projet de société ni aucune réforme emblématique. La pluie des truismes et des mots creux s’est donc vite diluée dans le vide. Et la soirée a vite tourné en rond sur les plateaux de télé. Les dirigeants socialistes n’avaient rien à dire sinon leur émotion et leur compassion pour la tristesse du camp d’en face. Noble retenue et fair-play en bronze antique. Le camp d’en face n’avait rien à dire non plus sinon sa déception et son émotion. Noble fair-play et retenue en marbre antique. Ces salamalecs mutuels, coupés de petites remontées du gaz de la campagne électorale lassèrent vite. Impossible de lancer un débat. J’ai pu en faire l’expérience. A la Bastille, on vit la tribune, une magnifique rangée de costards cravates masculins, recommander à la foule de ne pas rater le dernier métro. Sur les écrans tout échange était sans cesse interrompu par des images à vocation palpitante mais qui, en vérité, rendait totalement virtuelle la réalité qu’elle prétendait cerner au plus près : « la voiture de François Hollande va démarrer ! La voiture a démarré. La voiture roule suivie par de nombreux motards. Les motards sont nombreux qui suivent la voiture. La voiture accélère devant les motards qui roulent en nombre derrière la voiture ». Puis ce fut « l’avion de François Hollande va décoller ! L’avion a décollé » et ainsi de suite. Comme le souvenir de cette immense liesse est encore très frais, respectons la trace de ses vibrations teeeeeellement émouvantes. Mais il est impossible à l’observateur qui a de la mémoire et de la culture de gauche de ne pas se sentir perplexe. Quels mots trouver pour rendre compte de cette étrange ambiance ? « On l’a viré, on l’a viré » lancèrent les nôtres sur l’air de « on lâche rien ». Il est vrai qu’ils se lassaient des « on a gagné, on a gagné » trop platement footballistique à leur goût. La foule reprenait de bon cœur ce résumé du sens de la soirée. Sur la place de la Bastille des groupes de militants socialistes venaient saluer les nôtres amicalement. Beaucoup remerciaient nos camarades venus, avec leurs drapeaux, se joindre au rassemblement. Mais pour les chefs socialistes : le Front de Gauche, quézaco ?

Ils, elles, remercient les « humanistes », et même le Modem, sans oublier « nos amis écologistes ». Bref tout ce qui compte pour du beurre dans le résultat et dont il est possible de caresser la tête sans risque. Mais le « Front de Gauche » ? C’est le parent qui fait honte ? On dirait bien. A moins qu’il soit considéré comme peu avouable de lui devoir autant ! Car il y avait un constat chiffré pourtant facile à faire. Mais j’admets qu’il avait du mal à trouver sa place entre l’observation des mouvements de la voiture de François Hollande, des motos et de l’avion, sans oublier l’émotion des uns et la déception des autres. Un fait qui ne nécessite que des connaissances mathématiques rudimentaires. Nicolas Sarkozy a été battu par le Front de Gauche. Car si l’on retire nos quatre millions de bulletins de vote, François Hollande ne recueille que 40, 2% des voix. Au deuxième tour on élimine. Nous l’avons fait. Nous avons éliminé Sarkozy. Combien « d’humanistes, de Modem » et même de « nos amis écologistes » aurait-il fallu rassembler pour compenser cette masse politiquement active et déterminée au point d’aller mettre un bulletin de vote qui ne la représentait pas ? Le résultat est assez serré pour que nous puissions rappeler notre décisive existence à quelques désinvoltes. 

Comment et pourquoi faire ? Nous n’avons pas éliminé Nicolas Sarkozy pour nous contenter d’une soirée de sortie place de la Bastille avant le dernier métro. Maintenant il faut donner au peuple la part à laquelle sa victoire lui donne droit. C’est-à-dire du pognon et des services publics, pour résumer l’affaire ! Comme l’élection législative arrive c’est le moment de le dire avec un bulletin de vote. Nous allons donc commencé par aller rechercher ceux qui ont voté avec nous à l’élection présidentielle. Et nous allons sollicité ceux qui ont hésité et choisi au dernier moment de voter Hollande en pensant se donner une garantie de victoire contre Sarkozy. Cette fois-ci, il s’agit d’assurer le coup à gauche. Ils peuvent le faire sans risque réel ou supposé en votant pour que ça change vraiment avec une gauche qui sert les objectifs de l’humain d’abord. Nous allons leur proposer de se donner une garantie à gauche en élisant nos députés. Ces députés-là ne lâcheront rien. Ils continueront le travail commencé en chassant Nicolas Sarkozy. Plus il y en aura, meilleur sera le rapport de force quand commencera la négociation sur le SMIC, la discussion avec madame Merkel et ainsi de suite. Elire des socialistes n’améliore pas le rapport de force avec la droite. Tout au plus cela confirme le niveau minimum de leur programme. Avec nous c’est le bond en avant, une nouvelle ligne d’attaque bien avancée. C’est l’ambiance de ce moment. Voir la Grèce.

Le vote des grecs intervenait dimanche lui aussi. Le résultat a placé en tête de la gauche l’organisation sœur du Front de Gauche en Grèce. Syriza est passé de 4,5% des suffrages en 2009 à 18% cette fois-ci. Mais les néo-nazis ont recueilli 6,5% des voix. La presse libre indépendante et éthique tire donc la leçon essentielle de cette situation : c’est une percée de l’extrême droite ! La même machine à nier la réalité qui a fait en France les beaux jours de madame Le Pen s’est mise en mouvement. Pourquoi ? Parce que ces journalistes-là aiment par-dessus tout ce qui fait sensation. Et comme leur éthique et préférence personnelle, dont on devine les racines, les tournent plutôt de ce côté de l’échiquier, ils joignent l’utile à l’agréable. Il est frappant de voir comment ceux qui se sont livrés à toutes les provocations contre le Front de Gauche sont les premiers à courir devant pour faire des arpèges sur la « percée des nazis grecs ». La palme au journal « Le Parisien » qui fit une campagne assidue contre le Front de Gauche en général et contre moi en particulier. Il est vrai qu’il a, de longue main, ses tendresses pour l’extrême-droite des comptoirs de bistrot. Il titre donc dans un souffle « l’extrême-gauche et les néonazis font une percée en Grèce ». La même ? Comme ils aimeraient que ce soit le cas ! Il mentionne à la treizième ligne le score de Syriza. Mais ce sera la seule référence à son succès. Tout le reste est consacré à faire des phrases sur « les néonazis », avec photo en gros plan de l’énergumène qui les dirige. Elle n’est pas belle l’information populaire ? Parler pour ne rien dire de vrai et faire lire pour ne rien apprendre.

L’essentiel est dans la conjonction des faits. En France la majorité se tourne vers la gauche pour régler les problèmes qui résultent de la politique européenne des libéraux. Mais c’est le PS qui est préféré. Nous assurons la défaite de la droite sans contrepartie. Nous n’entrons pas au gouvernement. Exactement ce qu’a fait avant nous Syriza face à la droite et sous le pouvoir socialiste soumis aux plans d’austérité européen. Contre vents et marées. Et même au prix d’une scission du parti. Une minorité préféra en effet une ligne plus accommodante avec le Pasok, le parti socialiste grec. Cette aile vient de recueillir 6% des suffrages. Un gachis ! Il n’en reste pas moins que nous avons battu le parti socialiste grec de Papandréou. Et nous sommes à une portée de cailloux derrière la droite. La droite n’a pas de partenaire pour former une majorité. Placé en tête de la gauche, Syriza a proposé à toutes les autres formations de gauche de constituer un gouvernement ensemble. Exactement ce que nous aurions fait si nous avions été placés dans la même position. Pour passer de Papandréou à Syriza il aura fallu trois ans et de la fermeté politique. Cette trajectoire me paraît annonciatrice pour bien des régions d’Europe.

Quelques heures à peine ont passé et madame Merkel a commencé son bras de fer avec le nouveau président français tout juste désigné par le suffrage universel. Pas question de renégocier le pacte d’austérité, dit-elle, puisque vingt-cinq pays l’ont déjà ratifié ! Oui mais, il lui était seulement demandé un « additif » au traité. Michel Sapin avait bien précisé : juste un additif ! Un simple document qui s’engagerait sur des objectifs de croissance. Ou même seulement sur l’idée qu’il faudrait aussi de la croissance. Nein ! Pas question non plus. Elle en a même rajouté. Elle veut bien qu’on parle de croissance mais à sa manière à elle. Une grosse sauce libérale pur jus. Hollande aurait juste le droit de répéter les choses humiliantes que l’italien Mario Monti a déjà été contraint de signer il y a peu.  Il est vrai qu’il s’était permis quelques grognements de protestation contre la politique d’austérité. Lui aussi ! Un libéral si avancé. Un doctrinaire de première ! Quelle déception ! On lui a vite cloué les mains sur la table. Il a dû aussitôt jurer qu’il renonçait à toute politique de relance par la dépense publique. Il avait dû promettre que seule une politique de réformes structurelle et une relance de l’innovation et de l’augmentation de la compétitivité serait appliquée. Ce néant de Van Rumpuy, prétendu président de l’Union Européenne est même alors sorti de sa naphtaline pour croasser ! On l’entendit asséner que la politique d’austérité était la seule base acceptée pour toutes les politiques en Europe. De tout cela, combien de fois en avons-nous traité ici même, ces temps derniers ! Quels sourires condescendants nous ont accueillis les rares fois où les commentateurs se sont intéressés à l’Europe. Vingt-quatre heures après l’élection de François Hollande voici qu’il doit répondre aux questions que l’on ne posait qu’à moi : « Que ferez-vous si les allemands ne sont pas d’accord ». Comme on le sait ma réponse était « irréaliste » et le « vote utile » y a mis bon ordre. Admirons donc la suite réconfortante de la mise à l’écart de nos solutions.

Nadine Morano laboure les terres de l'affront national ?

C'EST L'ENFER A MEDRANO !

"Drapeaux étrangers" et "Menace rouge"

place de la Bastille, Nadine Morano voit rouge :

l'UMP n'a visiblement rien compris

de la raclée électorale d'hier au soir !

stalingrad-090-2.jpg

Le meeting du 4 mai 2012 de Jean-Luc Mélenchon

place Stalingrad à Paris :

le début de la new phobie des ténors de l'UMP ?

stalingrad-145.jpg
La ministre de l’apprentissage, Nadine Morano, ne semble avoir rien pigé. Mais alors rien du tout puisqu'elle s'est dite "meurtrie, choquée, blessée" peut être même terrorisée par la présence de drapeaux rouges et "étrangers" sur la place de la Bastille.

Combien de couleurs ton drapeau tricolore, camarade Nadine, toi qui a visiblement, une phobie du rouge écarlate ?

stalingrad-118.jpg

Législatives de juin 2012 : une nouvelle déculottée pour ceux des UMP qui soutiennent les investisseurs dans les pays arabes ou qui importent en masse des produits d'un pays où les drapeaux rouges flotteront bientôt aux quatre coins de la planète : la Chine de nos camarades communistes ?

victoire-sur-les-fascistes-019.jpg

Oui, tous ces racistes qui sont les premiers à partir, qui, en Tunisie, qui au Maroc, qui en Turquie, pour deux francs, six sous, et qui sont les premiers à voter FN parce que ce ne sont que des lâches et des pleutres !

stalingrad-053-2.jpg

Partir à moindre coût dans les pays du Maghreb, ça fait toujours du "bien" à l'égocentrisme familial de Trifouilles-les-Oies de se moquer encore plus des classes défavorisées de ces pays-là, qui sur le dos d'un dromadaire fera le fanfaron en faisant risette à mamie restée en France, qui sirotant une bière bien fraîche sous les palmiers repensera peut-être avec "regrets" au bon vieux temps de la barbouzerie en Algérie quand on tabassait le "bougnoule" ou quand quand on torturait les camarades du FLN comme l'ont fait certains fascistes au nom de l'armée française qui venait à peine de se refaire une santé depuis qu'elle s'était faite honteusement sortir des sentiers battus par les soldats de la Wermacht ou des chars d'assaut des brigades des Waffen SS pendant que femmes, enfants, vieillards marchaient dans la boue avec des sabots rabotés par les mauvais temps !

stalingrad-094-2.jpg

Je les connais, ces français-là ! Je les connais ces planqués de la ligne Maginot. Je les connais, ces français-là et je les combats, moi, car je déteste les injustices d'où qu'elles viennent et pire que TOUT : le racisme, cette plaie infernale qui fait le lit des polémiques stériles et des putains stérilisées de la France de Pétain !

Je les connais, ces français-là ! Ils viennent dépenser 400 ou 500 euros dans les pays musulmans, mais ici, ils crachent leur venin sur l'immigré, la femme musulmane, la tête de turc idéale alors qu'en France, les femmes battues constituent un élément très important de la composante française depuis des lustres et des lumières !

stalingrad-147-2.jpg

Et tous ces poivrots, de si "bons" français qui tabassent femmes et enfants, tous ces bi-polaires et pervers qui font la Une des tribunaux, hein, pourquoi Mme Morano ne monte-t-elle pas le "Front national de soutien aux françaises battues" comme plâtre à longueurs de journées ou de nuits d'enfer, c'est l'enfer à Médrano ?

Une honte et des scandales que Mme Morano et ses troufions de pacotille de la haine raciale semblent "auculter" du débat françouais, ouais, ouais !

Ouais, ouais, ouais, le jour où les pays musulmans membres de l'OPEP couperont les vannes du pétrole et bien, moi, je suis serais bien content de voir toute cette racaille de racistes marcher à pied ! Les tracteurs sous le hangar ! Les bagnoles au garage ! Les tondeuses à gazon au sec ! Le chauffage au fioul, pas la peine avec Le Pen ! Les enfants trimballés dans les cars scolaires : ad pedibus !

Comme en 40, les français ressortiront les bicyclettes et roulez jeunesse au son des lansquenets du maréchal Pétain aux ordres de Vichy !

Lorsque le président de l'OPEP, Mazoud Mir Kazemi, sifflera enfin la fin de la récréation, nous pouvons d'ores et déjà vous garantir que la vermine fasciste implorera "ventre-à-terre" les pays producteurs de pétrole de l'Afrique noire, du Moyen Orient, en passant par l'Equateur ou le Venezuela !

Et quand les relations diplomatiques seront rompues, nous ne serions pas étonnés de voir les nantis de la Chancellerie faire des courbettes aux riches et puissants représentants des pays musulmans qui font travailler les industries du luxe pour le plus grand bonheur des classes moyennes si chères à Wauquiez, le ponot !

stalingrad-008-2.jpg

Cessez donc cette hypocrisie, Mme MORANO, les françaises et les français ne sont pas dupes de ces gesticulations verbales.

Espérons donc, une nouvelle fois, en juin 2012, une mémorable "raclée" électorale pour les partisans de la main tendue en direction du F-haine ou tout comme ce déshonnorant appel du pied de Jean-Paul Garraud, député UMP de la Gironde et membre de la Droite populaire qui désire, maintenant, un rapprochement avec le FN... dont les électrices et les électeurs courtisés de manière honteuse et scandaleuse n'en n'ont fait qu'à leur tête en apportant, pour certains, quelques voix égarées à François Hollande !

Hier, dimanche, le Front de gauche a réglé les comptes. Notre objectif s'est réalisé !

La moitié du chemin a été faite. Restera à faire l’autre moitié et d'en finir pendant plusieurs années avec tous ces "détritus" de la race humaine et quelle "race", d'ailleurs !

Paul TOP

Claques en série pour la droite au 2° tour des élections présidentielles 2012 en Auvergne

Déroute totale pour la droite en Auvergne

M. François HOLLANDE

444 392 56,91

M. Nicolas SARKOZY

336 538 43,09


Allier :

M. François HOLLANDE

111 613 56,89

M. Nicolas SARKOZY

84 593 43,11


Cantal :

M. François HOLLANDE

49 543 51,80

M. Nicolas SARKOZY

46 097 48,20


Haute-Loire :

M. François HOLLANDE

70 486 51,38

M. Nicolas SARKOZY

66 703 48,62


Puy-de-Dôme :

M. François HOLLANDE

212 750 60,46

M. Nicolas SARKOZY

139 145 39,54


Déclaration de Jean-Luc Mélenchon au soir du 6 mai 2012 sur son blog : Sarkozy, c'est fini, enfin !

Le Front national n'est pas

du côté du monde du travail.

Ses électeurs ont voté Sarkozy.

Ses chefs ont déserté

avec leurs bulletins blancs !


Sarkozy, c'est fini, enfin ! Ainsi est réglé le compte du fossoyeur des acquis sociaux et des services publics de notre République. Sa défaite est celle de son projet d'extrême-droitisation. C'est une très bonne nouvelle pour la France et pour l'Europe. Le monde, qui nous regarde connaît de nouveau l'audace des Français.

Une page est tournée. Une autre commence pleine d'exigences. Je félicite François Hollande pour son élection. Son avantage lui donne les moyens d'agir. Je souhaite le meilleur au nouveau président comme à notre pays.

J'adresse un salut reconnaissant à la résistance acharnée du mouvement social qui a préparé cette victoire. Les syndicalistes ont ce soir le dernier mot contre celui qui les menaçait. Je félicite les quatre millions d'électeurs du Front de Gauche dont les votes ont fait la décision aujourd'hui. Au même moment ce soir, notre parti en Grèce passe en 1ère position de la gauche. La leçon de cette heure est que pour sortir de la crise de la civilisation capitaliste les peuples cherchent une issue à gauche.

C'était bien une manipulation que la place honteusement accordée aux thèses de l'extrême droite entre les deux tours. Le Front national n'est pas du côté du monde du travail. Ses électeurs ont voté Sarkozy. Ses chefs ont déserté avec leurs bulletins blancs.

Le Front de Gauche s'engage, autonome et conquérant pour que la défaite de la droite et l'élection de François Hollande devienne la victoire des exigences aigües qui viennent de s'exprimer. Les élections législatives doivent approfondir notre victoire. Le Front de Gauche en est l'outil fidèle.

Tout commence à présent pour la France et pour notre gauche. Place à la fraternité ! Place au peuple !

dimanche 6 mai 2012 - 20h10

Chute de l'apprenti dictateur et Victoire des François aux présidentielles 2012 :

Nous l'avons enfin dégagé ce salaud

qui commençait à s'allier aux fascistes

et à s'aliéner la cause du peuple !!!

Avec lui, nous avons vus à quoi ressemblait un début de dictature fasciste et nous aurons largement le temps de revenir en arrière pour écraser ses idées malsaines et ses fidèles aux manières cauteleuses.

numerisation0002-2-4.jpg

Paul TOP (Front de gauche)

au siège de la fédération PS du Puy-de-Dôme

(La Montagne, édition régionale, 7 mai 2012)

victoire-sur-les-fascistes-006-2.jpg

"Dès aujourd'hui, le président François Hollande va traduire son projet et ses promesses par la prise de mesures concrètes très rapidement". Alexandre POURCHON, porte-parole de François HOLLANDE dans le Puy-de-Dôme.

victoire-sur-les-fascistes-008.jpg

Coupons les bases arrière des apprentis fascistes de cette droite arrogante, que ce soit ici ou ailleurs.

victoire-sur-les-fascistes-004-2.jpg

Réglons donc nos comptes avec les réactionnaires en les pulvérisant dans les urnes aux prochaines législatives et surtout dans le Puy-en-Velay, ex-bastion de la réaction.

victoire-sur-les-fascistes-015-2.jpg

A la réaction réactionnaire du Sarkozisme, opposons la réponse thermidorienne, à la réaction fascisante opposons la réplique implacable des masses à ceux qui ont OSE :

victoire-sur-les-fascistes-019-2.jpg

- diviser les françaises et les français sur des questions de type raciales et malsaines qui auraient semé la discorde avec le peuple de base

- joncher le sol par des divisions ignobles opposant les classes pauvres aux classes plus aisées

victoire-sur-les-fascistes-016-2.jpg

- conforter l'injustice des riches face à la justice des pauvres

stalingrad-025-2.jpg

- répandre la répression à l'union de TOUTES les françaises et de TOUS les français.

Retrouvez les réactions du maoïste Paul TOP :

dans 2 vidéos sur France 3 Auvergne, à la rubrique "Vidéos du jour ":

- Présidentielle : le bonheur du PS du Puy-de-Dôme. Ambiance des grands soirs, dimanche 6 mai, au siège de la fédération du Parti Socialiste du Puy-de-Dôme

- Réactions militants : "Un militant du Front de Gauche réagit à la victoire du candidat socialiste"

Info France3.fr Auvergne : site de la chaîne de télévision France 3 ...

sur Clermont 1ère, radio Nostalgie...

....mais également sur La Montagne.fr

Rassemblement place de Jaude pour la victoire de François Hollande (vidéo) - (1:40) : 

www.lamontagne.fr - Accueil - Flash

A suivre

Présidentielle 2012 : dernier meeting de Jean-Luc Mélenchon place Stalingrad à Paris

Paul TOP et ses camarades maoïstes

sont venus soutenir Jean-Luc Mélenchon

place Stalingrad le 4 mai à Paris !

stalingrad-077-2.jpgstalingrad-137-2.jpgstalingrad-104.jpgstalingrad-092.jpg

Nos camarades de GREENPEACE à l'abordage d'un brise-glace de Shell en Finlande

Le 1er mai au matin, des militants de Greenpeace ont occupé le brise-glace Nordica, propriété de l’État finlandais prêté à Shell, pour sa campagne de prospection pétrolière en Arctique. Ce matin, ils ont réitéré cette action, sur le même navire, l’abordant à nouveau !

Épisode 1 : le 1er mai, des militants de Greenpeace occupent un brise-glace de Shell en Finlande

Ce 1er mai, 20 militants venus de 13 pays différents sont donc montés à bord. L’objectif ? Empêcher, par une action non violente, le navire de faire route vers un autre navire, le “Fennica”, afin d’ouvrir des voies de navigation pour deux navires de forage en route vers la côte nord de l’Alaska.

Les manifestants ont déployé une banderole proclamant “Arrêtons Shell – Sauvons l’Arctique”.

Photo: (C) Greenpeace / Matti Snellman

Shell doit réaliser cinq opérations de forage d’exploration dans les mers des Tchouktches et de Beaufort.

Tirer profit d’une catastrophe ?

Pour la première fois dans notre histoire, nous sommes confrontés à la possibilité d’un monde sans glace au pôle Nord, sans habitat pour les ours polaires, les narvals, les morses et bien d’autres espèces fragiles.
Et ce risque est encouru par chacun d’entre nous, pour les profits financiers d’une entreprise : Shell !

Shell est la première grande entreprise pétrolière internationale à concrétiser l’exploitation de l’Arctique. Mais d’autres géants mondiaux du pétrole pourrait suivre rapidement et provoquer une dangereuse ruée vers le pétrole de l’Arctique.

Des journalistes de BFM TV pris à partie à la fin du meeting de Nicolas Sarkozy à Toulon

La journaliste Ruth Elkrief et son collègue Thierry Arnaud, qui couvrent pour BFM TV la campagne de Nicolas Sarkozy, ont été pris à partie par des militants UMP à la fin du meeting de Toulon du président sortant, obligeant la chaîne à interrompre le direct pendant quelques minutes.

"On nous a traités de vendus, de collabos, il y a eu des crachats, quelqu'un disait 'On est de droite et fiers de l'être'", a raconté la journaliste, précisant n'avoir "pas répondu et pas bougé de (son) siège".

"Je n'ai aucun doute sur le fait que ce comportement n'est pas le reflet de la campagne, mais je regrette quand même que les dénonciations à répétition de la presse aux meetings [de l'UMP] puisse produire ces effets", a-t-elle ajouté, précisant que M. Arnaud était régulièrement "molesté, un peu à chaque meeting". Selon la journaliste, l'incident a duré seulement quelques minutes, avant l'intervention du service de sécurité de l'UMP.

(Source : Le Monde)

François Bayrou appelle à «l'Union nationale» contre Nicolas Sarkozy

Si Nicolas SARKOZY n'avait pas rampé

lamentablement derrière

les voix de l'extrême droite

il aurait eu largement le soutien

des centristes de droite !

"Un choix historique, le premier pas vers une union nationale, un rassemblement le plus large possible, se félicite le vice-président du Modem, l’eurodéputé Robert Rochefort. Nous allons au bout de l’indépendance en ayant le courage de dire les choses.

«Je ne suis pas une homme de gauche, je ne deviendrai pas un homme de gauche, je suis un homme du centre et j’entends le rester», a indiqué d’ailleurs courageusement François Bayrou, qui dit s'être déterminé en fonction des réponses apportées par les deux finalistes à sa lettre ouverte, de leurs interventions entre les deux tours et au lendemain du débat télévisé.

Si d'aventure le président reprenait

le programme de Marine Le Pen

qui veut tout "casser"

ce serait la guerre civile en France !

La tournure ultra-droitière de la campagne menée par Nicolas Sarkozy est pour beaucoup dans le choix du patron du Modem, qui s'était déjà insurgé, il y a une semaine, contre «une course-poursuite à l’extrême droite» pour capter les voix de Marine Le Pen : «Nous ne retrouvons pas nos valeurs, ce que nous croyons de plus profond est bousculé, nié dans son principe. » Pour un cadre Modem, «le discours de Sarkozy sur les frontières à Toulouse, et un clip de campagne montrant des femmes voilées et une inscription "douane" en français en arabe, ont heurté profondément».

Ecrasons les fascistes dans les urnes

en soutenant massivement

François Hollande !

«La ligne qu’a choisie Nicolas Sarkozy entre les deux tours est violente, elle entre en contradiction avec les valeurs qui sont les nôtres, pas seulement les miennes, pas seulement celles du courant que je représente, mais aussi les valeurs du gaullisme, autant que celles de la droite républicaine et sociale», condamne Bayrou, citant «l’obsession de l’immigration» et «l’idée que l'école devait être l’apprentissage des frontières".

Présidentielle 2012 : Hollande-Sarkozy, un débat plus que musclé sous le regard des ouvriers du peuple de base de PSA d'Aulnay-sous-Bois !

Dégage, on ne te veux plus !

Les deux rivaux, qui n'ont pas débattu

l'un contre l'autre depuis 2005, l'assurent :

ils veulent une explication de leur programme

notamment sur les "largesses fiscales" !

de notre envoyé spécial à Paris, Paul TOP, au studio 107 :

.."Pour les Français", mais s'attendent à des échanges âpres devant au moins 20 millions de téléspectateurs.

Suivez le direct avec l'idiol - lol - provincial !

21 h 11. Nicolas Sarkozy qui joue son va-tout, attaque encore sur le thème du rasssemblement en évoquant le soutien du syndicat de la magistrature à Hollande, celui de la CGT.

"Moi je condamne tous les excès", répond François Hollande, qui accuse Nicolas Sarkozy de "jouer les victimes", et pense qu'il serait mieux de parler des bilans et programmes. "Les plus grandes victimes ont été les Français".

21 h 41. La TVA sociale : "Je considère que 300 euros sur un couple de smicards, c'est insupportable. Je propose que le coup de pouce sur le smic sera fonction de la croissance." François Hollande évoque aussi un forfait sur l'énergie et le blocage des prix de l'essence avant la mise en place de la TIPP, plus l'augmentation de 25% de l'allocation rentrée scolaire.

21 h 53. Recentrage du débat sur la dette
François Hollande rappelle que la dette a doublé depuis 2002. Et reproche à Nicolas Sarkozy de s'être précipité pour accorder des largesses fiscales. Il énonce ses propositions sur le plan fiscal.

OPERATION "COUP DE POING" de GREENPEACE à la centrale nucléaire de Bugey en parapente à moteur

Une menace aérienne

sur les centrales nucléaires françaises

n'est pas prise en compte aujourd'hui

selon nos camarades de GREENPEACE :


Un de nos camarades militant, a survolé, ce matin vers 7h30, puis s'est introduit, dans la centrale nucléaire du Bugey dans l'Ain, en région Rhône-Alpes, avec un parapente à moteur.

Il a ensuite du poser son aile jaune à l'intérieur de l'enceinte et se trouve désormais aux mains des gendarmes en charge de la sécurité de l'installation.

Dans la dernière ligne droite de l'élection présidentielle, l'ONG "GREENPEACE" a dénoncé une nouvelle fois le manque de sécurité des installations nucléaires françaises.


"Il s'agissait de démontrer la vulnérabilité des centrales françaises au risque aérien qui n'est pas pris en compte", a indiqué notre camarade Yannick Rousselet, chargé des questions nucléaires au sein de Greenpeace.

"Ce survol illustre la vulnérabilité des sites nucléaires français face à la menace d'une attaque aérienne. Alors que l'Allemagne a pris en compte la chute d'avion dans ses tests de sûreté, la France refuse toujours d'analyser ce risque pour nos centrales", a dit dans un communiqué notre camarade Sophia Majnoni d'Intignano, chargée des questions nucléaires.

GREENPEACE qui veut interpeller les deux candidats, François Hollande et Nicolas Sarkozy, demande un audit sur les centrales nucléaires françaises.

Réflexion matinale sur cette honteuse pêche aux voix du FN vers la source contaminée de Fontaurige à Cayres en Haute-Loire

La honteuse pêche au voix

des électrices et les électeurs du FN

naguère traités comme des parias de la société

ne servira à rien et surtout pas

à ceux qui ont perdu leur âme !

Pendant plus d'une vingtaine d'années, j'ai été adhérent du FN, (membre du bureau politique de Roanne), et même si je préfère en être largement parti que d'y rentrer en 2012 comme les parasites, je puis vous dire que j'ai gardé de très bons contacts parmi mes ex-camarades, et je sais que ceux-ci, qui sont issus du peuple de base, vomissent le "système" et plus particulièrement celui de la droite parlementaire, à l'image de ceux qui n'ont jamais pardonné aux gaullistes d'avoir fait fusiller l'écrivain Robert Brasillac.

Les électrices et les électeurs du FN ne sont pas dupes, ils ne retourneront pas leur veste, en tout cas, pas ceux qui sont issus du noyau dur et ancestral du vieux parti frontiste, replié sur ses propres contradictions qui ne sont pas compatibles avec les idéaux de la fraternité et ce, malgré les tentatives de "rapprochement" de Gérard Longuet et sa "main tendue" maladroitement à Marine Le Pen.

Le résultat du deuxième tour est déjà pratiquement "plié". Nous ne voyons pas comment le clan au pouvoir pourrait, en si peu de jours, rattraper son retard sur François Hollande.

Si le clan au pouvoir avait été, à au moins plus de 30 % des voix au premier tour, il aurait "siphoné" une partie de l'électorat de Marine Le Pen, et il aurait ainsi commencé à "grignoter" ses réserves de voix. Au second tour, il aurait pu faire un bon score en jouant sur la carte du rassemblement afin d'amplifier la dynamique au second tour.

Cependant, il était illusoire de croire qu'il était possible de capter toutes ces électrices et ces électeurs au 1er tour car il aurait fallu que les autres indicateurs soient au "vert" : un écart très important avec Fançois Hollande pour créer une "dynamique" (que les françaises et les français ne désirent plus), le taux de participation, le report des voix !

En 2007, le clan au pouvoir a fait 31,1 % au premier tour et a gagné avec 53 %. François Bayrou (18%) et Jean-Marie Le Pen (10%) faisaient 28 %.

Mais en 2012, les centristes ne rejoindront pas le clan au pouvoir, la lune de miel est terminée, car les électrices et les électeurs de François Bayrou ne voudront jamais une alliance avec les partisans de l'extrême droite qui veulent tout "casser" et non pas construire un avenir prometteur de...promesses inutiles.

Face à face, mais pas important pour la gauche, alors que la droite estime qu'il pourra "changer" la donne (sic), l'unique débat télévisé de ce soir, avant le second tour de la présidentiel, qui doit opposer les deux candidats sur France 2, s'annonce d'ores et déjà plus que "chaud".

En signant mon drapeau rouge du Front de gauche, François Hollande me disait hier à Nevers, "Et bien toi alors, tu es rouge de chez rouge". Mon ami Jean-Yves Vif, rédacteur-en-chef du Journal du Centre-La Montagne de toute la Nièvre, en poste à Nevers, ne disait pas mieux.

fh-040-2.jpg

En effet, je préfère largement le débat consensuel de toutes les forces de tous les fronts du soleil de gauche qui apporteront, sans discuter, LEUR VOIX, (en tout bien, tout honneur), à François Hollande qui n'aura pas à subir le mépris du peuple en se vautrant dans la honte et la fange pour quémander quelques bulletins !

Jean-Luc Mélenchon, l'ex-candidat du Front de gauche a rappelé, hier à Paris, la consigne de vote qu'il avait formulée au soir du premier tour : "Il faut voter contre la main qui frappe les travailleurs. Camarades, ne soyez pas naïfs !"

Les diverses prestations du clan au pouvoir, se clochardisant à qui mieux-mieux, pour recueillir une poignée de voix de ceux qu'ils méprisaient si ardemment, naguère, resteront inscrites encore plus longtemps dans nos mémoires collectives que le débat télévisé de ce soir que je ne regarderais pas puisque je serais encore à la pêche aux informations, dans les rivières glauques de la Haute-Loire, pour récolter des informations que l'ARS AUVERGNE ne veut toujours pas communiquer sur l'origine de la contamination du captage de "Fontaurige" dans la région de Cayres, capitale de la lentille verte AOP, dans le sud de la Haute-Loire.

Le combat pour la Vérité continue au quotidien face aux murailles du clan au pouvoir qui commence à se fissurer de partout !

Paul TOP

François HOLLANDE à Nevers en Hommage à Pierre Bérégovoy : retrouvez le frontiste de gauche Paul TOP sur TF1

CONCORDE contre DISCORDE :

Le frontiste de gauche auvergnat

Paul TOP dans le JT de TF1 ce soir :

(1:28)

Merci de cliquer sur le lien ci-dessous :

Hollande à Nevers pour rendre hommage à ... - Replay - TF1


fh-303-2.jpg