Pourquoi ça va barder à Blanzy

Expression de l’opposition municipale

Permettez-moi, au nom de Bernard

CHAILLET et de mes colistiers, de

renouveler mes remerciements les

plus chaleureux aux électeurs, qui

nous ont fait confiance le 9 mars.

Jeanne CHAMPLIAUD, Marc

BADET, Jacky LAUTISSIER, et moimême,

en tant qu’élus d’opposition,

nous nous engageons à porter la

parole de la minorité au cours de la

prochaine mandature, lors des

conseils municipaux, et commissions

où nous siégerons. Nous serons à

votre écoute et à votre disposition.

Nous ne renoncerons pas à nous

exprimer, même si nous ressentons

une certaine frustration dans le rôle

limité, que nous accorde la

municipalité dans sa gestion. Bien

que nous sachions par expérience

que l’équipe en place n’accordera

que peu de crédit à nos remarques et

propositions, notre premier acte fort,

a été de ne pas voter le budget

primitif 2OO8, ni l’augmentation de

3,4 % des taxes communales.

En effet, les dépenses communales

ont augmenté de 22% depuis 2001. Il

est urgent d’examiner les comptes

en vue d’une réduction des charges,

puisque les recettes, elles, dans le

même temps, n’ont augmenté que

de 14%. Rappelons par exemple,

que les charges de personnel

s’élevaient à Blanzy à 64,35% des

charges de fonctionnement (chiffres

ministériels 2006), alors que la

moyenne nationale de la strate était

de 48,85%. (Comparaison de

structures similaires). Ce chiffre est

aujourd’hui de 67,6%.

Les marges nettes d’autofinancement

de la commune sont passées de 376

686 euros à 26 947 euros. (cf.

compte administratif de 2001 à

2007). Comment financer les

investissements de demain, sans

recourir à l’emprunt ? Déjà 1 470

000 euros sont inscrits au budget

2008. Et après-demain ? La dette

augmente et la capacité

d’autofinancement de la commune

se dégrade. La capacité de

désendettement devient nulle. Nous

ne pouvons pas continuer à vivre audessus

de nos moyens !

Et que Monsieur le Maire n’argue

pas uniquement, de la diminution

des subventions de l’état, pour

justifier ces chiffres. Il y a quelques

temps, il se plaignait également de la

diminution des subventions de la

région et du département.

Arguments qui ne sont plus au

programme, depuis le changement

de majorité. Il est plus difficile de se

plaindre de ses amis ! Comme vous

nous l’avez si bien dit, en réponse à

nos arguments chiffrés : "on fait dire

aux chiffres ce que l’on veut." C’est

bien pour cela que devant

l’incertitude des interprétations,

l’opposition n’a pas voté votre

budget.

La gestion financière communale

actuelle est préoccupante et engage

l’avenir de Blanzy. Deviendronsnous,

via la communauté urbaine,

une ville dortoir du grand Chalon ?

Marie- Thérèse BUTTIGNOL

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.