Marc-Claude de Portebane : pourquoi je soutiens notre ministre de l'Intérieur. Brice Hortefeux a poursuivi son marathon de "24 heures sur la sécu

 

Brice Hortefeux a poursuivi son marathon de "24 heures sur la sécurité" (source : Orange)

Avant la préfecture de police à la mi-journée et l'école des officiers de gendarmerie le soir, la deuxième partie des "24 heures sur la sécurité" du ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux entamées lundi, a commencé tôt mardi dans une gendarmerie rurale du Puy-de-Dôme.

A la brigade de Combronde, au nord de Clermont-Ferrand, également siège d'un Peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (Psig), M. Hortefeux a adressé "un message de mobilisation" face aux évolutions de la délinquance.

"La sécurité, c'est le premier droit de nos concitoyens. Ce sera donc mon premier devoir dans ma mission: elle doit être garantie partout et pour tous", a-t-il assuré.

"J'ai une obligation de résultats", avait-il déclaré lundi à la presse à bord de l'avion qui l'amenait à Marseille pour une étape consacrée à la sécurité publique. Il s'était auparavant rendu à la Direction centrale du renseignement intérieur et à celle de la défense et de la sécurité civiles, en banlieue parisienne.

M. Hortefeux a insisté sur l'"obligation de résultats" dans "le combat contre l'insécurité, combat permanent, qui exige une vigilance totale et qui est sans relâche".

Ce "combat" doit être "mené avec beaucoup de force, de détermination et aussi dans le respect des libertés individuelles", a-t-il ajouté en faisant une sorte de leitmotiv de son action, tel qu'il l'avait affiché dès sa première sortie, jeudi, quelques heures après sa prise de fonction, à Orly (Val-de-Marne).

A Combronde, comme en région parisienne et à Marseille, M. Hortefeux est venu "conforter, soutenir, encourager les acteurs de la sécurité" sous toutes ses formes: publique, intérieure et civile.

Refusant d'être "un ministre enfermé dans une citadelle mystérieuse", il a annoncé qu'il envisageait d'effectuer "au moins un déplacement par semaine, sur le terrain".

Hortefeux a poursuivi son marathon de "24 heures sur la sécurité"

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau