Victoire d’Ai Aissaoui contre le journal L’Union qui l’avait traité d’antisémite

Le tribunal correctionnel de Reims, vient de condamner le journal de Reims L’Union, pour diffamation envers Ali Aissaoui, conseiller municipal, à 6000 euros d’amende, au remboursement des frais de justice et à la publication du jugement dans toutes ses éditions.

Le 19 octobre 2009, le tribunal correctionnel de Reims, dans le rendu de son délibéré a condamné l’Union pour diffamation suite à la plainte intentée par Ali Aissaoui contre le journal.

On se souvient qu’Ali avait été attaqué en raison de sa participation, dans sa ville de Reims, à des manifestations de protestation contre les massacres israéliens dans la bande de Gaza.

Dans son délibéré le tribunal décide d’une amende de 6000 euros, la publication du jugement dans toutes les éditions du journal l’Union sous 10 jours, 1 euro de dommages et intérêt, le remboursement des frais de procédure engagés par Ali à hauteur de 1500 euros. La délibération du tribunal condamne fermement les méthodes du journal : " Il n’a jamais été distribué de tract appellant au boycott des commerces "juifs" " , " Au vu des antécédents de Monsieur Tillier condamné 18 fois pour diffamation ....", " le discours de Monsieur Aissaoui et son comportement ne peuvent souffrir d’aucun amalgame et accusation d’antisémitisme....".

Message d’Ali AISSAOUI :

Chers amis,

Je vous remercie pour votre confiance et votre soutien

C’est une victoire collective, celle du collectif de solidarité de la Marne pour la Palestine.

C’est aussi celle de tous ces concitoyens anonymes (1800) présents lors de manifestation du 10 janvier. Manifester pour la Palestine et les palestiniens ce n’est pas être antisémite ont dit les juges du tribunal correctionnel.

Espérons que cela puisse faire jurisprudence dans ces affaires ou des militants des droits de l’homme son pris à parti par ceux qui veulent rejeter les Palestiniens dans les oubliettes de l’histoire.

Je tiens à remercier tous celles et ceux qui, par leur soutien, leurs paroles réconfortantes m’ont permis d’aller jusqu’au bout et de ne rien lâcher quant au droit pour nous de défendre les Palestiniens et de continuer ici en France à faire entendre notre voix et notre attachement pour la paix et la justice dans cette partie du monde.

Spéciale dédicace à l’homme d’engagement et de convictions, Abrami Prawerman, qui par son témoignage à su toucher juste et dire les mots qu’il fallait.

Aissaoui Ali

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau