Israël risque de faire crever de soif les Palestiniens

Israel prive les Palestiniens d’eau, accuse Amnesty International

Publié le 27-10-2009

Ce n’est pas nouveau, mais cela s’aggrave en Cisjordanie comme à Gaza  : "Israël ne laisse les Palestiniens accéder qu’à une fraction des ressources communes en eau, alors que les colonies israéliennes illégales reçoivent des quantités pratiquement illimitées", écrit Amnesty. Les Israéliens consomment jusqu’à 20 fois plus d’eau que les Palestiniens, selon le rapport.

"Piscines, pelouses bien arrosées et vastes exploitations agricoles irriguées dans les colonies contrastent avec les villages palestiniens voisins dont les habitants doivent se battre quotidiennement pour assurer leurs besoins en eau", poursuit le rapport.

Les Palestiniens ne sont pas autorisés à creuser des nouveaux puits ou à restaurer les anciens, souligne Amnesty, qui évalue entre 180 000 et 200 000 le nombre des Palestiniens qui n’ont pas accès à l’eau courante dans les territoires occupés.

Dans la bande de Gaza, l’offensive israélienne de l’hiver dernier a endommagé les réservoirs d’eau, les puits, les égoûts et les stations de pompage, des dégâts qui s’ajoutent à l’impact du blocus israélien et égyptien du territoire. Le système de traitement des eaux usées à été particulièrement touché car Israël interdit l’importation des tuyaux et autres équipements métalliques en prétextant qu’ils pourraient servir à fabriquer des roquettes.

Commentaires (1)

Touareg
  • 1. Touareg | 02/11/2009
Malheureusement ce n'est qu'une infime partie de ce que subit le peuple Palestinien qui a été spolié de sa terre , en tous les cas merci de l'avoir signaler , je vais vs donnerquelques chiffres

531 villages palestiniens ont été vidés de leurs occupants et pour 90% d'entre eux cela s'est fait par la répression de l'armée israélienne.
Durant l'année 1948 plus d'une trentaine de villages ont connu des massacres et des pillages de la part de l'armée israélienne (ex. Dar Al Yassine).

Après 1948, 800 000 Palestiniens furent entassés dans 71 camps de réfugiés. Les résolutions 191 et 194 de l'ONU prévoyant le retour et la restitution des biens aux Palestiniens n'a jamais été appliquée jusqu'à ce jour par "Israël". En 1999, le camp de Jaballiya dans la Bande de Gaza abrite 360 000 Palestiniens sur une surface de 2.5 km22/3 de la population palestinienne est réfugiée dans les autres pays arabes et n'a pas le droit de retour en Palestine car ils ne sont pas Juifs. Alors que des immigrants de diverses nationalités circulent librement sur le "sol" israélien.

En 1999, 2 650 000 Palestiniens détiennent une carte de réfugié délivré par l'ONU.

Avant 1994, il y avait environ 100 000 palestiniens qui traversaient quotidiennement la frontière israélienne pour aller travailler (permis de travail obligatoire !). Actuellement, ils ne sont plus que 25 000. Du jour au lendemain et pour des prétextes de sécurité, les frontières peuvent être bouclées causant ainsi une perte quotidienne de 8 à 10 millions de $ aux Palestiniens.
10 à 13% des Palestiniens sont reconnus handicapés (blessures de guerre, tortures dans les geôles israéliennes, autres...).

Selon une étude, 55% des enfants ont vu leur père, sans défense, se faire tabasser par les soldats israéliens.
Plus de 70% des Palestiniens de Gaza sont au chômage (46% en Cisjordanie).
Le nombre de palestiniens détenus par les israéliens entre 1967 et 1987 a atteint 535 000 personnes et
175 000 détenus seulement au cours de l'Intifada. Depuis les accords d'Oslo (13/09/93), 12 500 personnes ont été emprisonnées. Plus de 4 000 Palestiniens sont toujours détenus dans les prisons israéliennes où ils subissent des tortures physiques, morales. Les conditions de détention sont horribles. La plupart des Palestiniens libérés font de graves dépressions nerveuses suite aux traitements qui leur a été infligés. Les accords d'Oslo prévoyaient la libération de ces "soldats de Palestine" mais rien n'a été fait.

Le nombre de détenus palestiniens décédés après 1967 est de 119 personnes dont 49 décédés lors de la première intifada
Le premier martyr palestinien décédé dans une prison israélienne est Youssef Al Jabali, décédé en 1967 au cours d'un interrogatoire
La plus longue grève de la faim enregistrée dans les prisons israéliennes a durée 45 jours sans interruption depuis la prison de Askalane en 1976
Le citoyen palestinien Ali Awad Al Jamal a passé le plus long mandat de dépôt passé par un détenu palestinien. En effet, il a passé 6 ans et 9 mois d'emprisonnement sans avoir été jugé au préalable. Il a été libéré le 2 mars 1982 et est resté en résidence surveillé jusqu'en février 1984.
Le plus vieux détenu administratif dans les prisons israéliennes actuellement est Oussama Jamil Berhom emprisonné depuis le 8 novembre 1993 Le détenu Hassan Abderrahmane Salam détient le record des peines prononcées en "Israël", puisqu'il purge, depuis le 26 mai 1996, une peine de 46 perpètes plus 20 ans d'emprisonnement.



CONDITIONS DE VIE DES PALESTINIENS !
Il est interdit à tout Palestinien de construire sur sa terre une maison sans avis des autorités israéliennes (avis souvent refusé) ! alors qu'"Israël" se permet en toute impunité la construction de colonies sur les terres palestiniennes.
Pour pouvoir travailler en "Israël", le Palestinien doit être impérativement marié et être âgé de 30/35 ans.
En raison du partage de la Palestine, Il n'est pas possible pour les Palestiniens d'avoir un réseau routier satisfaisant. Bien souvent, pour relier un point à un autre, le tracé traverserait des zones contrôlées par "Israël". Bien entendu, soit "Israël" refuse le tracé de la route ou bien veille à rendre interminable la réalisation de cette route.
En Palestine, tout est à refaire : Hôpitaux, Ecoles, Réseau sanitaires, Réseau de distribution d'eau, Télécommunications, Action sociale...
Depuis 1996, la Palestine possède un aéroport qui à ce jour est hors service car Israël refuse sa mise en service.

LEUR POLITIQUE
"L'Etat sionniste d'Israël" a toujours semé les graines de la terreur et de la haine en cherchant à briser le noyau familial. Pour cela, il n'a pas hésité :
- à humilier les pères de famille devant les enfants (55% des enfants témoins),

- les extrémistes sionnistes vont même jusqu'à provoquer les Palestiniens dans leurs croyances en diffusant des tracts anti-Islam, le désir des fondamentalistes religieux est la destruction d'Al Qods pour reconstruire sur ses fondations le "Temple de Salomon".

- à détruire les maisons autrement dit à briser le foyer familial qui représente la paix et la sécurité

- à rendre impossible le mariage aux jeunes (qui n'ont pas de travail), comment se marier lorsque les jeunes n'ont pas les moyens de travailler et qu'une des conditions pour travailler en "Israël" est d'être marié !

- à contrôler la démographie : moins de mariage, moins de naissance !

- à rendre difficile aux familles l'éducation scolaire de leurs enfants

- à exercer un blocus pour affamer, démoraliser les Palestiniens, et leur interdire des échanges extérieurs (aéroport fermé, échanges maritimes interdit...) et cela pour inciter d'une part les Palestiniens à vendre à "Israël" à des prix inacceptables et d'autre part contrôler leur économie marchande.

- à entraver le développement social (éducation, santé) ;

- à emprisonner les jeunes hommes mariés, laissant ainsi des femmes seules sans travail, assumer à elles seules l'éducation de leurs enfants.

Par conséquent, il est évident qu' "Israël" poussent les générations entières de jeunes à la violence pour se donner des motifs de répression.

Est ce que cela ne vous fait pas penser à l'Apartheid !



Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.