Le nettoyage ethnique de la Palestine

Les palestiniens de Gaza sont la cible d'une épuration qu'ils ne maîtrisent pas

MANIFESTATIONS DANS LE MONDE ENTIER CONTRE LE BANDITISME TALMUDIQUE EN PALESTINE

STOP AUX PRISONNIERS PALESTINIENS

DANS L'ENTITE SIONISTE !

a401.jpg

A l’occasion de la journée internationale des prisonniers palestiniens le mercredi 17 avril, et durant toute la semaine prochaine, auront lieu des manifestations de soutien et d’information sur les violations par l'entité sionistes des droits de l’homme et du droit international, concernant la détention administrative, la torture des prisonniers, le refus du statut de prisonniers politiques, le refus de traitements médicaux, l’emprisonnement des enfants dès l’âge de 12 ans....

- PARIS : Point info sur la situation des prisonniers, la grève de la faim, Samedi 13 avril à La Fontaine des innocents à Chatelet-les Halles. L’action est prévue de 16h à 18h à l’initiative des Palestiniens d’Ile de France et de la GUPS.

- LYON : Rassemblement Place de la république à 17h, le Mercredi 17 avril, à l’initiative du Collectif 69 qui demande de venir avec une photo d’un prisonnier gréviste de la faim !

- A ROUEN : RASSEMBLEMENT LE MERCREDI 17 AVRIL À 17 H À SAINT-SEVER

- PARIS : Participation au rassemblement du Samedi 20 avril à la Fontaine des Innocents (Châtelet-Les Halles) de 14h à 17h dans le cadre de la Semaine Internationale de Solidarité avec les Prisonniers Politiques (http://17avril2013.unblog.fr/).

- PARIS : Projection du film de Stephane Valentin : "Ramallah’s Maradona" (sur la situation des footballeurs palestiniens entravés et emprisonnés) ce samedi 13 avril à 17 H à la librairie Résistances, en présence du réalisateur et de Mahmoud Sarsak

- A ROME : sit-in devant le Colysée à 17 H, le mercredi 17 avril. Rassemblements également à Turin et Bologne.

CEP

Entretien avec Mahmoud Sarsak, footballeur palestinien emprisonné durant 3 années par l'entité sioniste !!!

Interview with Mahmoud Sarsak, Palestinian footballer jailed for three years by the Zionist entity!

L'Esprit d'actu reçoit un invité exceptionnel, Mahmoud Sarsak footballeur palestinien membre de l'équipe nationale, qui a été emprisonné durant 3 années par Israël, sans inculpation et sans procès. Dans cet entretien, il revient sur les conditions de son arrestation par les services de sécurité de l'entité sioniste, sur les tortures qu'il a subies en détention....

http://youtu.be/RVy_6q4hFOo 

Un politicien de l'Unité sioniste appelle au boycott de l'Unité sioniste

Alon Liel, ancien ambassadeur d’Israël en Afrique du Sud et ancien directeur général du Ministère israélien des affaires étrangères, estime que "le boycott pourrait porter un coup symbolique aux colonies", et permettre de revenir utilement au tracé de la ligne verte.

Dans une déclaration publiée par Business Day, quotidien sud-africain, Alon Liel approuve la décision récente du gouvernement sud-africain de boycotter les produits venant des colonies israéliennes, boycott que les dirigeants israéliens ont pour leur part qualifié de "raciste".

"Un boycott des consommateurs permettra de rappeler aux Israéliens qu’il y a une frontière entre Israël et la Cisjordanie". "Moi même quand je fais mes courses tous les jours, je m’efforce de ne pas acheter de produits en provenance des territoires occupés, et je ne vois pas pourquoi vous ne feriez pas le même choix", explique-t-il dans cet article.

Ce politicien a également signé la pétition de plus d’un millier d’universitaires israéliens qui appellent au boycott de l’université d’Ariel dans la colonie du même nom, en Cisjordanie.

Et il appelle à intensifier la pression sur les entreprises et parcs industriels qui se multiplient en Cisjordanie, pour qu’ils en partent et cessent de se considérer chez eux dans les territoires palestiniens occupés.

Le distinguo qu’il établit entre boycott des produits des colonies et des produits israéliens à l’intérieur des frontières de 1967, n’a toutefois pas été retenu par le parlement israélien qui a voté l’an dernier une loi infligeant de lourdes amendes à tous ceux qui appellent au boycott des uns comme des autres.

http://www.csmonitor.com/World/Midd...

CEP

Rassemblement vendredi Place Vendôme : Libérez Georges Ibrahim Abdallah !

Le Collectif pour la libération 

de Georges Ibrahim Abdallah

interpelle la nouvelle ministre de la justice

à propos de ce résistant communiste libanais

incarcéré depuis 28 ans en France !

MADAME TAUBIRA, GEORGES ABDALLAH VA-T-IL ENFIN ÊTRE LIBÉRÉ ?

Vendredi 20 juillet 2012, à 18 heures, nous viendrons vous le demander place Vendôme !

"Georges Ibrahim Abdallah est le plus ancien prisonnier politique détenu actuellement dans notre pays. Depuis 1999 il a terminé la peine de sûreté assortie à sa condamnation et il est donc légalement libérable. Madame Taubira, allez-vous le garder indéfiniment captif de l’État français ?

En 2003, la juridiction régionale de Pau avait d’ailleurs ordonné sa remise en liberté, à condition qu’il quitte définitivement le territoire français. Mais, à la suite de pressions du gouvernement étatsunien, le ministre de la Justice de l’époque est intervenu pour faire appel de la décision de libération et maintenir ainsi Georges Abdallah en prison. Madame Taubira, allez-vous continuer à céder aux ingérences étrangères dans ce dossier ?

Le 6 juin dernier, le Collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah a écrit à Christiane Taubira, nouvelle ministre de la justice, demandant une entrevue afin de faire le point sur l’avancée du dossier de libération de Georges Abdallah. Ce courrier rappelait entre autres
- comment une machination politico-policière avait abouti en 1987 à la condamnation de Georges Abdallah à la réclusion criminelle à perpétuité par la cour d’assises spéciale ;
- que le consul libanais de France a réaffirmé en novembre 2011 l’accord des autorités libanaises autorisant la résidence de Georges Abdallah sur son territoire, comme il l’avait déjà officiellement confirmé en juin 2007, et que le premier ministre libanais lui-même s’est entretenu sur ce dossier avec Nicolas Sarkozy lors de sa visite officielle en France en février 2012 ;
- qu’Yves Bonnet, directeur de la DST lors de l’arrestation de Georges Abdallah, récemment entendu par le juge chargé du dossier, considère qu’il est "anormal et scandaleux de maintenir Georges Ibrahim Abdallah en prison".

Georges Abdallah a déposé en janvier dernier une nouvelle demande de libération. Une fois de plus, il a subi les dispositions de l’inique loi Sarkozy-Dati sur la rétention de sûreté (qu’un gouvernement réellement de gauche devrait abolir, comme toutes les lois sécuritaires et répressives), loi que le militant politique Georges Abdallah avait déjà expérimentée de façon rétroactive en 2008, alors qu’elle avait été présentée comme devant prévenir la récidive des seuls criminels sexuels.

En avril-mai 2012, il lui a donc été imposé, durant six semaines, un nouveau séjour éprouvant au Centre national d’évaluation de Fresnes, au cours duquel administration pénitentiaire, médecins, psychologues et psychiatres ont prétendu évaluer la "dangerosité" (notion absente du code pénal et qui renvoie à la conception réactionnaire du "risque zéro") de son engagement politique.

Deux mois plus tard, la commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté n’a toujours pas rendu son avis, indispensable pour la procédure de libération. Nous dénonçons fermement ce blocage inadmissible. Madame Taubira, allez-vous débloquer l’affaire Georges Abdallah ?

L’avancée du dossier de libération de Georges Abdallah ne doit pas être suspendue à la décision de pseudo-experts en maladie mentale chargés de vérifier si Georges Abdallah est guéri de son engagement politique. Rappelons d’ailleurs que ces "experts" ont déjà été désavoués dans le cas du militant d’Action directe, Georges Cipriani, lorsque la cour d’appel avait jugé en 2010 qu’ils avaient outrepassé leur mission en émettant un avis défavorable à la libération conditionnelle en se fondant sur de douteuses considérations d’ordre moral.

A son courrier du 6 juin à la ministre, envoyé de nouveau le 6 juillet, le Collectif pour la libération de Georges Abdallah n’a pas reçu de réponse.

Vendredi 20 juillet 2012, à 18 heures, nous retournerons donc – accompagnés par tous les soutiens de Georges Abdallah qui pourront appuyer cette démarche - au ministère de la justice, place Vendôme à Paris, où nous avions été reçus par le prédécesseur de Madame Taubira, en décembre 2011, et nous protesterons contre le mépris affiché par la nouvelle ministre dans ce dossier.

Nous demanderons des comptes à l’État français et au nouveau gouvernement, nous exigerons des engagements concernant les prochaines échéances qui doivent permettre à Georges Abdallah de quitter enfin la prison et de retourner dans son pays.

Libérez Georges Ibrahim Abdallah !"

Collectif pour la libération de Georges Abdallah Paris, le 14 juillet 2012

liberonsgeorges@no-log.org - http://liberonsgeorges.over-blog.com

CEP

Caterpillar : collaboration et occupation font mauvais ménage en Palestine

Et cher ! Puisque c’est le géant financier américain et mondial TIAA-CREF qui vient de désinvestir 72 millions de dollars dans l’entreprise qui s’est spécialisée dans la démolition des maisons palestiniennes et dont l’un des bulldozers avait tué la jeune pacifiste américaine, Rachel Corrie, en mars 2003.

TIAA-CREF (Teachers Insurance and Annuity Association - College Retirement Equities Fund) est une entreprise d’assurance et de Fonds de placement américaine. L’entreprise assure plus de 3 millions de personnes et 15 000 institutions éducatives, médicales, laboratoires de recherches, écoles privées, associations à but non lucratif... Certaines opérations financières sont à but non lucratif.

L’entreprise fait partie des 100 plus grandes entreprises américaines.

Ce résultat est le fruit d’une campagne menée depuis de nombreuses années aux Etats-Unis par plusieurs associations, dans une coalition contre l’occupation israélienne, dans laquelle Jewish Voice for Peace est très active.

La décision de TIAA-CREF intervient un mois après celle de la Société Fiduciary Quaker qui a retiré 900 000 $ de dollars d’actions de Caterpillar .

Une dynamique qui risque de s’amplifier puisque l’église de l’Eglise presbytérienne (Etats-Unis) doit également se prononcer dans les prochaines semaines sur une motion de désinvestissement concernant Caterpillar.

« Nous saluons cette décision", a déclaré le rabbin Wise Alissa, directrice d’une Voix juive pour la paix et coordonnatrice nationale de la campagne nous désinvestissons ( www.wedivest.org ). qui demande à toutes les sociétés de ne pas encourager l’occupation militaire et la colonisation israélienne des territoires palestiniens.

"En vendant des bulldozers à Israël comme on lui vend des armes, Caterpillar est complice des violations systématiques par Israël des droits humains des Palestiniens", a déclaré le rabbin Wise. "Nous sommes heureux de voir que la communauté d’investissement socialement responsable semble le reconnaître et commence à prendre les mesures appropriées."

Caterpillar a fait l’objet de critiques croissantes de la part des organisations des droits humains en fournissant à Israël des bulldozers utilisés pour la démolition des maisons, des cultures et des terres agricoles dans les territoires occupés, et pour la construction illégale de colonies sur la terre palestinienne.

Cindy et Craig Corrie, les parents de Rachel Corrie se félicitent de la décision qui vient d’être prise : « Depuis près d’une décennie, nous avons assisté à des violations des droits de l’homme commises avec l’équipement Caterpillar en Cisjordanie et à Gaza et nous sommes extrêmement heureux de constater que TIAA-CREF a pris cette mesure."

En 2003, un bulldozer Caterpillar conduit par un soldat israélien avait tué la militante américaine de 23 ans, alors qu’elle tentait d’empêcher de manière pacifique la démolition d’une maison palestinienne dans la ville de Rafah, à Gaza.

CEP

Détention arbitraire de Mahmoud Sarsak par l'unité sioniste : la FIFA dénonce

La Fédération internationale de Football a enfin protesté contre la détention par Israël du footballeur palestinien Mahmoud Sarsak !

Merci à toutes celles et tous ceux qui se sont mobilisés et continueront à exiger la libération de Mahmoud Sarsak.

Dans un communiqué, le président de la FIFA Joseph S. Blatter a exprimé "sa préoccupation et son inquiétude concernant la détention apparemment illégale de footballeurs palestiniens."

"Selon les rapports reçus par la FIFA, indique ce communiqué, il apparait que plusieurs joueurs de football palestiniens sont détenus en violation des droits de l’homme et de leur intégrité, sans procès et de manière illégale, par les autorités israéliennes".

Nous attirons en particulier l’attention sur le sort de Mahmoud Sarsak, dans un état de santé critique en raison de la grève de la faim qu’il mène depuis près de 90 jours pour protester contre sa détention illégale.

La FIFA lance donc un appel urgent à la fédération israélienne de football (IFA) pour qu’elle assure l’intégrité physique des footballeurs palestiniens et leur droit à des procès équitables.

La FIFA a été alertée sur la situation de Mahmoud Sarsak par l’équipe de football palestinienne ainsi que par plusieurs médias internationaux".

http://www.fifa.com/aboutfifa/organ...

CEP

Destructions de l'Unité sioniste : l’ambassadeur de France proteste contre les démolitions de projets français

L’Express souligne que la diplomatie française

proteste face au nombre de projets financés

par la France et détruits par Israël en Cisjordanie !

L’ambassadeur de France en Israël, Christophe Bigot, a rencontré le 7 mai le général israélien Eitan Dangot, "coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires".

Sous prétexte qu’elles sont placées en "zone C" , c’est à dire sous le contrôle exclusif d’Israël (situation provisoire établie au cours du "processus de paix d’Oslo" qui dure encore — pas le processus, mais la situation— depuis près de 20 ans, puisque cela a commencé en 1993), Israël démolit et annexe à tour de bras ce qui ne lui appartient pas.

Et en toute arrogance et impunité, le responsable israélien a répondu à l’ambassadeur de France que "certains projets n’avaient pas fait l’objet d’une demande administrative en bonne et due forme" , et que "des voies de recours légales, de même que des procédures d’appel existaient". Dans la série, on commence par raser, et ensuite vous pouvez toujours faire appel...

http://www.lexpress.fr/actualite/in...

CEP

Montpellier : mobilisation générale contre la 35° manifestation pro-unité sioniste

Nous relayons cet appel du mouvement34 et vous appelons à dire NON à un tel scandale !

CEP

Pas d'oubli pour la Nakba :

En Palestine, comme dans le reste du monde, particulièrement nombreuses sont les manifestations cette année. Des dizaines de jeunes Palestiniens ont ainsi forcé le barrage militaire de Ni’lin, à l’Ouest de Ramallah, qui sépare des terres palestiniennes occupées en 1967 ou annexées en 1948.

(Mardi 15 mai 2012)

La soldatesque israélienne a attaqué ces militants, en arrêtant 3, dont le coordinateur du comité populaire du village de Nabi Saleh, Naji Al Tamimi.

Mais de très nombreux Palestiniens ont réussi à traverser le checkpoint et à se retrouver sur les terres confisquées en 1948, avec des drapeaux et des banderoles proclamant : "Nous avons le Droit au Retour, et nous reviendrons ! ".

Source : Popular Committee Against the Wall and settlement of Bil’in et Friends of Freedom and Justice Bil’in

- EN AUSTRALIE : VICTOIRE DES MILITANTS AUXQUELS ON VOULAIT INTERDIRE DE MANIFESTER LE 15 MAI !

Les militants australiens ont introduit un référé après que la police de Sydney ait interdit la manifestation qui devait avoir lieu le 15 mai dans la capitale australienne, sous prétexte de la "gêne occasionnée pour les passants". Et ils l’ont gagné ! La juge a estimé que la liberté d’expression primait sur cette éventuelle "gêne" et que la date ne pouvait être déplacée, en raison du caractère historique de la date retenue.

CEP

Message à la juiverie internationale : "Les abrutis engendrent des insectes"

HALTE AU BANDITISME TALMUDIQUE !

Ici, en Israël, la façon dont nous traitons les enfants palestiniens a longtemps été guidée par l’adage : « Les abrutis engendrent des insectes ». Certains le disent ouvertement, d’autres partagent ce point de vue en silence. Il n’y a pas de mois sans que plusieurs enfants palestiniens soient tués sous des prétextes douteux, que personne ne comprend, jusqu’à ce qu’un journaliste suédois essaie de deviner et que toute la grosse artillerie soit déployée pour le faire taire. La plupart du temps les Autorités d’Occupation s’arrangent pour falsifier l’âge des petites victimes et pour leur prêter des intentions criminelles ou subversives et quand rien de tout cela ne marche, ils s’excusent eux-mêmes comme des joueurs de ping-pong en disant « Oh, désolé ! ». Et cette fois encore, les experts en meurtres de l’Armée israélienne ont dit : « Peut-être que ça aurait pu être arrangé autrement ! »

Peut-être !! En Vérité ! Dans la presse israélienne les enfants palestiniens sont toujours décrits comme une terrifiante menace surgissant de toutes parts : d’en-haut, d’en bas, ou en face des soldats qui tirent , lesquels soldats, ne l’oublions pas sont armés des pieds à la tête comme des « robotcops », mais sont décrits dans les rapports de presse comme des jeunes perdus, frappés de terreur lorsqu’ils sont confrontés à des enfants en T-shirts en route pour le travail des champs avec leur binette, ou font face à des enfants qui les attaquent avec des frondes, Goliath hurlants confrontés à des David fluets , agiles et inébranlables qui obstinément insistent pour continuer à vivre en dépit de ce que nous leur avons déjà expliqué des milliers de fois.

La fumée flottant au-dessus de Gaza massacrée et ensanglantée n’est pas encore dispersée et les voilà de nouveau sortant aux champs pour la récolte. De nouveau ils ont l’air d’attaquer ou de vouloir attaquer, rêvent d’attaquer ou semblent attaquer quand ils lèvent une fourche pour faire les foins ou simplement énervent nos soldats par leur présence même. Nos soldats, héroïques, adultes, responsables, qui déambulent avec des armes effrayantes dans les rues de la ville et tous les lieux publics sont décrits dans les communiqués de presse qui rapportent les meurtres comme manquant de jugement, glacés d’épouvante, ou comme des meurtriers sans cœur, sans conscience et sans intelligence qui ne savent pas comment expliquer et ne jugent pas que ce soit nécessaire, et qui ne savent pas quoi faire, en bref qui ne savent pas.

Comme dans le film « Valse avec Bachir », comme dans le film « Juste pour voir si je souris » comme dans les innombrables témoignages de soldats traumatisés, ils se demandent juste ce qu’ils sont venus faire là. Ils m’ont posté là, alors j’ai tiré, alors j’ai bombardé, alors je les ai fouillés, alors j’ai cassé les manifestations, alors j’ai obéi, alors j’ai tué. Parce que j’avais peur, j’avais terriblement peur, de loin on avait l’impression qu’ils tenaient des pierres, des frondes, des fourches ou quelque chose comme ça comment pourriez-vous savoir, comment pourriez-vous voir avec ce casque qui vous tombe sur les yeux, avec la sueur qui vous coule dans les yeux, mais je ne suis pas coupable, parce que… pourquoi m’ont-ils posté là ? ??

Et les enfants morts dont le sang irrigue les champs ? Dont le sang crie depuis la profondeur de la glaise ? Dont les cris de mort ne seront pas étouffés par un millier de colonies, en l’honneur de qui on ne déplacera pas le moindre projet immobilier mais il est presque sûr que leurs corps seront recouverts de vastes immeubles destinés à des colons qui ne veulent rien connaître de leur histoire mais qui chanteront et danseront sur leur sang encore et encore pour tenter de le faire taire. Seuls ces enfants morts qui sont allés rejoindre ma propre petite fille dans ce Royaume souterrain des enfants morts sur lequel ce pays du béton se construit sans arrêt, eux seuls savent que Satan n’a pas encore créé la vengeance pour le sang d’un petit enfant *.

Eux seuls savent que toutes les danses et les chants, que les marches et les drapeaux, les tanks et les bulldozers et les lois racistes et liberticides qui apparaissent chaque jour subrepticement , ne laveront pas le sang que nous avons sur les mains, le sang des enfants bruns en T-shirts, presque morts de faim qui se lèvent chaque matin en quête de travail, en quête de leur pain quotidien, en quête d’un peu de dignité sans jamais renoncer. C’est leur vengeance. Que leur mémoire soit bénie.

*« Une telle vengeance, la vengeance pour le sang d’un petit enfant / Satan ne l’a pas encore créée » du poème « Sur le Massacre » composé par le poète Hébreu Haïm Nahman Bialik pour commémorer les victimes du pogrom de Kishinev en 1903.

(Traduit de l’Anglais par Roseline Derrien)

Prof. Nurit Peled-Elhanan

telefax : ++972-(0)2-5700112

Mobile : ++972-(0)547-578703

5b Hamitnahalim Bahar St. Ramat Motza Jerusalem Israel 96771

Article de Nurit PELED ELHANAN, en mémoire de quatre jeunes Palestiniens tués cette semaine : Muhamad Awarta, Salekh Kwrick, Muhamad et Usaid Kadus.

Le racisme d’Israël et d’Air France au grand jour (document exclusif)

C'est un SCANDALE

pour AIR FRANCE !

Le racisme d’Israël et d’Air France a éclaté en pleine lumière, dimanche, dans le cadre des opérations conjointes des services services secrets israéliens et de la compagnie aérienne pour empêcher des gens de se rendre en Palestine.

Il a ainsi été prouvé qu’il fallait se déclarer Juif et/ou être porteur d’un passeport israélien pour avoir le droit de voyager !

Et une jeune passagère qui a répondu négativement à ces deux questions a ainsi été débarquée, alors qu’elle était déjà installée dans l’avion.

L’affaire, qui aura des suites judiciaires où AirFrance devra s’expliquer sur sa collusion avec le régime d’apartheid, a eu lieu à Nice, au départ du vol AirFrance AF4384 à 14h45 destination de Tel Aviv.

Comme dans d’autres aéroports, une trentaine de passagers se sont d’abord vu refuser de voler par AirFrance, au motif que le gouvernement israélien avait inscrit leur nom sur une liste. Soit des participants effectifs à la mission Bienvenue en Palestine, soit des personnes considérées arbitrairement par Israël comme en faisant partie.

La jeune Horia A., elle, était autorisée à s’enregistrer normalement, puis à monter à bord de l’avion.

Mais quelques minutes avant le décollage, une hôtesse arrive devant le siège de Horia, et lui demande de venir avec elle.

S’étant isolée avec la passagère dans un recoin de l’appareil, l’hôtesse lui pose alors une première question , gênée :

« Madame, avez-vous un passeport israélien ? »

Horia : « Non »

L’hôtesse, dans son talkie-walkie de communication avec sa direction au sol : « Elle a dit non » « Et maintenant, êtes-vous de confession israé.. euh… êtes-vous juive ? »

Horia : « Non »

L’hôtesse dans le talkie-walkie : « Non également »

Au cours des minutes qui suivent, Horia peut observer des conciliabules entre personnels d’Air France, des allers et venues, avant que l’hôtesse lui confirme qu’elle est interdite de vol, évoquant « une situation très complexe ».

Horia a eu la sagesse d’esprit de se faire délivrer un procès-verbal, signé de l’employée d’AirFrance, complice malgré elle des coups tordus de sa direction.

Voici ce document (les patronymes de Horia et de l’employée d’AirFrance ont été passés au Tipex par nos soins)

MISSION BIENVENUE PALESTINE FRANCE

L'Unité Sioniste a assassiné plus d’opposants politiques que l’apartheid sud-africain avait exécuté d’opposants judiciairement

HALTE AU BANDITISME TALMUDIQUE !

Cette fin de semaine les Nations Unies ont tenu une réunion internationale à Genève, portant sur la question des prisonniers politiques palestiniens dans les prisons et centres de détentions israéliens. Le Professeur John Dugard a comparé, à cette occasion leur situation à celles des opposants en Afrique du Sud, lors de l’Apartheid.

Résistant palestinien contre le vol de ses terres à Al-Walaja

Par Adri Nieuwhof

Ci-dessous le résumé de l’analyse du Professeur Dugard, ancien envoyé spécial de la situation des droits de l’homme dans les territoires occupés,

La délégitimisation des prisonniers politiques

Israël ne reconnait pas les Palestiniens engagés dans les activités résistantes contre la répression israélienne, comme combattants, opposants ou bien prisonniers "politiques". Afin d éviter de donner une quelconque légitimité a leur cause, ils sont traités en tant que "terroristes", criminels ordinaires ou bien comme détenus sécuritaires.

Le régime sud africain traita Nelson Mandela ainsi que les autres prisonniers politiques de son genre, de façon similaire. En outre, Israël refuse à ses prisonniers politiques ayant la qualification de combattants, le statut de prisonniers de guerre. Il ne reconnait même pas qu’il y a un conflit entre l’Etat d’Israël et le peuple palestinien qui exerce son droit à l’auto-détermination et à l’indépendance. Les prisonniers de guerre ne peuvent pas être poursuivis et punis comme des criminels ordinaires. Bien au contraire, ils peuvent être retenus jusqu’à la fin des hostilités, après quoi ils doivent être libérés et rapatriés.

Le statut de prisonnier de guerre est applicable à un quelconque membre d’un groupe organisé dans le combat "contre la domination coloniale et l’occupation étrangère, et contre les régimes racistes empêchant l’exercice de leur droit à l’auto-détermination", selon l’article additionnel des Conventions de Genève de 1949, l’"article premier". Le peuple palestinien a le droit à l’auto-détermination, étant soumis à l’occupation étrangère et à une possible domination coloniale. La lutte entre l’OLP, en tant que mouvement de libération nationale et Israël, doit donc être reconnue comme un conflit armé international où les Conventions de Genève doivent s’appliquer.

Dans une déclaration, l’OLP s’était engagée à appliquer les Conventions de Genève ainsi que son ’article premier’, tout comme l’avait fait l’ANC (Congrès national africain en Afrique du Sud). De nombreux combattants répondent aux exigences définies dans cet article. Ils sont membres d’une force organisée, soumis aux responsabilités d’une structure de commandement respectant les règles de droit humanitaire internationales.

Les combattants de la liberté palestiniens ne sont pas des criminels

Israël s’identifie à l’apartheid Sud africain en refusant de signer l’article premier des Conventions de Genève. Les clauses de l’article premier, et les avantages des Conventions de Genève pour l’OLP en tant que mouvement de libération nationale, ne sont donc pas contraignants pour Israël. Cependant, Dugard fait valoir que l’"article premier", est devenu partie intégrante du droit international conventionnel, parce-que 170 États l’ont ratifié. Israël est donc lié par le Protocole, en dépit du fait qu’il ne l’a pas signé.

Ainsi contrairement à leurs obligations en vertu du droit international conventionnel, les tribunaux israéliens ont rejeté l’argument que les combattants de la résistance palestinienne sont engagés dans une guerre d’auto-détermination et peuvent donc prétendre au statut de prisonnier de guerre. En outre, les tribunaux israéliens ont, ces dernières années, utilisé l’excuse que les combattants de la résistance palestinienne ne parviennent pas à se conformer aux lois des conflits armés et n’ont donc pas droit au statut de prisonnier de guerre.

Mais si les combattants palestiniens étaient détenus comme prisonniers de guerre, ils le seraient jusqu’à la fin de l’occupation, ce qui pourrait durer de nombreuses années. Ils seraient libérés en même temps que les personnes condamnées par les tribunaux militaires israéliens, et vus par Israël comme criminels. Ainsi, les implications pratiques du statut de prisonnier de guerre ne sont pas significatives.

Toutefois, les implications symboliques ou politiques de l’état de prisonnier de guerre sont importantes. Les prisonniers de guerre ne sont pas traités comme des criminels mais comme des adversaires dignes d’un conflit militaire, combattants de la liberté, engagés dans une guerre pour l’auto-détermination, dont les droits sont reconnus et déterminés par le droit international.

Les tribunaux militaires

Sous l’apartheid, les combattants de l’ANC étaient jugés selon la loi pénale. De tels procès avaient donné l’occasion aux militants de confronter leurs adversaires et d’exposer leur cause dans un procès politique. Dans l’apartheid d’Afrique du Sud, ainsi qu’en Namibie, les militants utilisaient le procès politique à bon escient. Habilement défendus par des avocats compétents et sympathisants de leur cause, dans des tribunaux civils ouverts au public et en présence de la presse et d’observateurs étrangers. Ils exploitèrent les règles de la procédure d’évidence à l’avantage de leur cause politique. L’histoire de l’apartheid est remplie de procès politiques, qui ont mis en évidence la stature des défendeurs en exposant la répression et la discrimination.

La plupart des combattants palestiniens sont jugés par des tribunaux militaires, malgré la préférence du droit international humanitaire pour l’impartialité des tribunaux civils. Les tribunaux militaires sont destinés à être l’exception et non la règle, selon la quatrième Convention de Genève. Ces tribunaux sont dirigés par des juges militaires sans indépendance, et siégeant à des hauteurs inaccessibles, parfois à huis clos, appliquant une loi militaire inaccessible, ayant peu d’égard pour les règles d’une procédure régulière.

En général, les militants palestiniens n’ont même pas la possibilité de confronter la puissance occupante, face a une audience publique et devant des juges impartiaux appliquant la loi régulière.

Le régime israélien assassine ses opposants politiques

Ceux qui refusent d’accepter la comparaison du régime répressif d’Israël dans les territoires occupés de Cisjordanie et de la bande de Gaza à celle de l’apartheid, proclament fièrement qu’au moins les prisonniers politiques palestiniens ne sont pas exécutés, et qu’Israël est un état qui a de facto aboli la peine de mort. Il est vrai que l’apartheid Sud africain exécutait des prisonniers politiques après qu’ils aient été jugés par des tribunaux civils et non militaires, dans des procès où étaient appliquées des procédures légales appropriées.

Mais beaucoup plus de Palestiniens ont été tués dans des assassinats ciblés de combattants, que d’hommes exécutés judiciairement pour crimes politiques en Afrique du Sud. Israël n’est pas un État abolitionniste. C’est un état qui pratique la peine capitale de manière arbitraire et capricieuse, sans aucun procès.

Bien que les conditions des prisonniers palestiniens sont cruelles et inhumaines, bien que les procès qui les ont envoyés en prison sont injustes, et bien que les appellations utilisées a leur encontre sont ô combien humiliantes, telles que « criminels » ou « terroristes », nous ne devrions pas oublier que les prisonniers palestiniens sont les plus chanceux. Ceux-là au moins n’ont pas été assassinés comme certains de leurs pairs par un régime qui élimine ses opposants politiques sous l’euphémisme "d’assassinats ciblés".

Source originale : Electronic Intifada - (Traduit de l’anglais par Aladin pour Investig’Action)

CEP

Coupez tous les liens avec l'unité sioniste

"Le lancement d’une large résistance populaire

aujourd’hui sert la cause de notre peuple"

a déclaré Barghouti

Depuis sa cellule dans une prison israélienne, l’une des figures les plus respectées de la politique palestinienne a appelé lundi à une nouvelle vague de résistance civile dans sa lutte vieille de plusieurs décennies pour l’indépendance. Il a également appelé à couper tous les liens avec Israël.

« Le lancement d’une large résistance populaire aujourd’hui sert la cause de notre peuple », a déclaré Barghouti dans un communiqué marquant la dixième année de son emprisonnement par Israël.

« Arrêtez de vendre l’illusion qu’il existe une possibilité de mettre fin à l’occupation et de construire un Etat à travers des négociations après que cette vision ait lamentablement échoué », a-t-il dit dans un message lu à une foule de ses partisans dans la ville de Ramallah en Cisjordanie.

En dépit de ses multiples condamnations à perpétuité sur l’accusation d’avoir organisé des attaques meurtrières et des attentats suicides, Barghouti est considéré comme un successeur potentiel de l’ex-président Mahmoud Abbas, qui est également le chef du Fatah.

Marwan Barghouti est un personnage de premier plan dans le mouvement du Fatah. Son leadership et son charisme ont été considérés comme une force motrice dans la dernière Intifada, ou soulèvement, contre l’occupation israélienne, lancée à la fin 2000.

Ses vues continuent à avoir un impact profond sur l’opinion publique palestinienne et il bénéficie d’un large soutien à travers toutes les organisations palestiniennes. Il est assez largement considéré qu’Israël pourrait, à un certain moment, décider de libérer Barghouti.

L’appel à l’action intervient dans une période très explosive dans la Cisjordanie occupée par Israël depuis la guerre en 1967 : le marasme économique, une diplomatie en lambeaux et le mécontentement populaire clairement perceptible sont de mauvaise augure pour des mobilisations pacifiques.

Certains craignent que les commémorations palestiniennes de ce vendredi, à l’occasion d’une manifestation annuelle contre les confiscations de terres israéliennes, dont des manifestations à Jérusalem même, pourraient devenir violentes.

Les grèves de la faim de prisonniers palestiniens détenus en israël sont également un signe de la colère populaire.

Dans son allocution, Barghouti a appelé à « immédiatement arrêter toutes les formes de coordination sécuritaires et économiques (avec Israël) dans tous les domaines », coordinations qui perdurent avec des hauts et des bas entre Israël et l’Autorité palestinienne [de Ramallah] depuis des années.

La direction palestinienne en Cisjordanie, tout en apportant un soutien verbal aux manifestations et en cherchant la reconnaissance dans différents organes de l’Organisation des Nations Unies, a jusqu’à présent tout fait pour éviter une confrontation politique [avec l’occupant israélien].

Après que le gouvernement d’Abbas ait remporté une victoire mineure en persuadant le Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies à Genève à enquêter sur la politique de colonisation d’Israël, Barghouti a plaidé pour des mesures plus draconiennes.

Il a également appelé à « un renouvellement des efforts » pour parvenir à la reconnaissance d’un Etat palestinien au Conseil de sécurité, une initiative qui a échoué l’an dernier lorsque Washington a soutenu la position israélienne en rejetant la résolution comme un moyen de contourner des négociations.

Barghouti a déclaré que les Palestiniens devraient en alternative, soumettre leur revendication d’un Etat à l’Assemblée générale ou devant d’autres organismes, en faisant allusion à des forums dans lesquels les Palestiniens disposent d’un plus large soutien.

27 mars 2012 - Ma’an News -

(Traduction : Info-Palestine.net)

CEP

Le CVD-Tunisie soutient la mission « Bienvenue en Palestine 2012

Le Comité de Vigilance pour la Démocratie en Tunisie

(CVDTunisie) soutient la mission

« Bienvenue en Palestine 2012 »

C’est soutenir le droit des Palestiniens à recevoir des visiteurs et notre droit à circuler librement en Cisjordanie et à Jérusalem et Gaza. Les palestiniens ont le droit comme tous les autres peuples à une éducation de qualité, une éducation qui leur permettra de garantir dans un avenir proche la présence de citoyens qualifiés. Le CVDTunisie soutient l’initiative de construire les quatre écoles pour les enfants palestiniens sur Bethléem. Une école maternelle, une école primaire, le collège et le lycée professionnel de l’hôtellerie.

Le CVDTunisie appelle les gouvernements européens et l’Union Européenne à soutenir le droit des Palestiniens à recevoir des visiteurs, et le droit pour leurs ressortissants de visiter librement la Palestine. Nous demandons à pouvoir transiter par l’aéroport de Tel Aviv sans encombre afin de pouvoir se rendre en Cisjordanie.

CEP

HALTE aux assassinats Talmudiques !

Les raids israéliens se sont poursuivis toute la nuit dans la bande de Gaza, tuant un enfant de 12 ans, tandis qu’un autre, âgé de 7 ans, a été hospitalisé à l’hôpital de Shifa, en état de mort cérébrale.

Les Gazaouis n’ont pas fermé l’oeil cette nuit, tandis que les Apaches, F16 et drones israéliens continuaient leurs attaques à l’Ouest, à L’est, au Nord et au Sud de Gaza, dans des zones très densément peuplées.

L’opération vise de toute évidence à empêcher la trêve observée par le Hamas de se poursuivre.

Les porte-parole israéliens ont osé déclarer qu’ils en avaient encore "pour un ou deux jours" de terreur.

L’ONU et l’administration américaine ont appelé "les deux camps" à se "calmer".

Un partout la balle au centre, comme d’habitude. Il n’y a pas d’occupants ni d’occupés. Personne n’a demandé à Israël de cesser l’occupation par la terre, la mer et les airs, des territoires palestiniens. Et ce sont les mêmes qui nous appellent à respecter les lois, qui parlent de "tolérance zéro" pour ceux qui les enfreignent, et qui vont donner des leçons de démocratie au reste du monde.

      

CEP

Vichy : message à la Juiverie internationale :

La Cour de Cassation à cassé mardi l’arrêt de la Cour d’Appel qui avait relaxé le sioniste Philippe Karsenti, en invoquant sa "bonne foi".

Image tournée par le caméraman de France 2 Talal Abou Rahmeh

Soutenu par le CRIF, Philippe Karsenti accusait le journaliste de France 2 Charles Enderlin d’avoir commis un faux dans l’affaire du meurtre du petit Mohammed Al-Dura.

Condamné en première instance pour diffamation, Philippe Karsenti avait fait appel et obtenu une relaxe, le tribunal ayant pris en compte sa "bonne foi" (on aura tout vu !)

Rappel des faits : Le samedi 30 septembre 2000, au carrefour qui donnait accès à la colonie israélienne de Netzarim, à Gaza, un caméraman de France 2 filme en direct l’agonie d’un enfant, Mohammed Al-Doura, tandis que la visite de Sharon sur l’esplanade des Mosquées avait déclenché la veille la deuxième Intifada.

A l’époque, l’armée israélienne n’avait pas contesté les faits, mais il s’est trouvé ensuite des bonnes âmes dans le lobby israélien pour remettre en cause la réalité des faits, à partir de 2005.

C’est ainsi que Philippe Karsenty (adjoint au maire de Neuilly sur Seine et candidat aux élections législatives - pour les Français de l’étranger - dans la circonscription qui englobe Israël), non seulement remet en cause l’origine des tirs, mais assure que les images sont le produit d’une mise en scène d’une "fausse mort" d’un enfant.

Poursuivi en France pour diffamation par Charles Enderlin, Philippe Karsenty a été condamné en 2006, puis relaxé en 2008 par la Cour d’appel, cette dernière lui reconnaissant le bénéfice de la "bonne foi". C’est cette relaxe qui a été annulée par la Cour de cassation.

CEP

Le salon international de l'agriculture 2012 de Paris avec ou sans Sarko vu de Gaza :

Crise humanitaire à Gaza : Ni eau, ni électricité, ni carburant

 

Ziad Medoukh, professeur de Français à Gaza, souligne que depuis plus d’une semaine les habitants de la bande de Gaza sont, à cause de l’occupant israélien, dans une situation critique.

"Depuis plus d’une semaine, la bande de Gaza vit une véritable crise humanitaire. La fermeture de l’unique centrale électrique a provoqué de longues coupures de courant, jusqu’à 18 heures par jour, ce qui signifie que la maison ou le quartier ont droit à six heures d’électricité quotidiennes. Vous imaginez ? Plus d’un million sept cent mille habitants privés d’électricité pendant des jours et des jours !

Outre ces coupures, en plein hiver, à Gaza, c’est la pénurie d’eau. Tous les puits municipaux qui approvisionnent les habitants fonctionnent à partir du courant électrique. Vous imaginez ? Des foyers privés d’eau pendant des jours et des jours !

Cette situation est liée au manque de fioul et de carburant qui entraient normalement dans la bande Gaza par Israël et l’Egypte. Cette pénurie a des conséquences dramatiques sur la vie quotidienne des Gazaouis et paralyse les secteurs économiques de cette région sous blocus. Imaginez-vous une terre sans électricité, sans eau et sans carburant ? Nous sommes au deuxième millénaire quand même !

Israël refuse l’entrée de matériel et de pièces de rechanges pour cette centrale endommagée par les multiples bombardements, notamment lors de sa dernière offensive contre Gaza en 2009.

L’Egypte refuse de continuer à fournir du carburant via les tunnels, à Gaza. Nous avions mis toute notre espérance dans leur révolution , mais un an après la chute de l’ancien régime de ce pays voisin, pour les Gazaouis , rien n’a changé .

A cause du manque de carburant, les moyens de transports ne peuvent pas fonctionner, les étudiants sont contraints d’aller à pied à l’école ou à l’université, la vie est paralysée. Beaucoup d’usines ont fermé leurs portes, des milliers de travailleurs se retrouvent au chômage, ce qui aggrave la situation déjà délicate des habitants de cette prison à ciel ouvert.

Les hôpitaux et les centres médicaux sont les plus touchés, beaucoup d’opérations chirurgicales sont annulées, beaucoup d’appareils médicaux sont en panne, la vie de centaines de patients est menacée.

 

L’état d’urgence a été décrété dans la bande de Gaza et même les quelques générateurs qui continuent de fonctionner vont être arrêtés, faute de fioul. Devant cette crise, les Gazaouis s’interrogent : Où sont les organisations de droits de l’homme ? Où est le monde dit libre ?"

(21 février 2012 - Ziad Medoukh)

CEP

La culture sous les bombes Talmudiques à Gaza

Le Centre Culturel Français (CCF) de Gaza ne baisse pas les bras : belle exposition de peinture, alors que la situation humanitaire est catastrophique et que chaque jour l’armée israélienne tue ou blesse des Palestiniens.

CEP

Libération de Georges Abdallah : Paris en effervescence !

Rassemblement pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah, lors de la visite du premier ministre libanais à Paris, jeudi 9 février.

Le gouvernement a envoyé des dizaines de camions de policiers et, sans craindre le ridicule, a bloqué Place Victor Hugo les manifestants pacifiques, les entourant pour essayer de les cacher, ce qui n’a pas manqué de susciter l’étonnement et la curiosité des passants !

Communiste révolutionnaire, militant pour une Palestine libre et démocratique, Georges Ibrahim Abdallah est emprisonné en France depuis 1984, soit 28 ans ! Il est libérable depuis 1999, mais Israel et les USA ne veulent pas et la France leur obéit, quitte à être dans l’illégalité.

Maître Verges : "Juridiquement, il aurait dû être libéré déjà il y a 10 ans".

Alain Gresh : "Il s’inscrit dans un combat tout à fait légitime contre une agression étrangère."

CEP

Le Mur sioniste s'attaque au monastère de Crémisan en Cisjordanie

STOP A LA TERREUR TALMUDIQUE !

Un nouveau segment de la « barrière de sécurité » va non seulement scinder ce site de terrasses verdoyantes, mais aussi séparer les membres de cet ordre salésien, les religieuses restant en Cisjordanie tandis que les moines seront du côté israélien.

Israël a trouvé un nouveau moyen d’essayer de diviser moines et religieuses, du monastère de Crémisan, près du village de Al Walaja à proximité de Jérusalem et Béthleem, les moines tirant leurs ressources de la viticulture tandis que les religieuses sont attachées à une école qui accueille 300 enfants de 4 à 16 ans, essentiellement du village de Al Walaja.

Les élèves risquent de ne plus avoir accès à l’école, car il n’existe qu’une seule route vers le monastère, et le mur entraînera un check-point.

Soeur Adriana, la mère supérieure, se bat contre les ordres de démolitions avec toute l’administration du monastère, qui condamne une décision prise par les seules autorités israéliennes. Elle demande l’aide du Patriarche Latin en Israël et a engagé des poursuites judiciaires, contre le projet du tracé du mur à travers le monastère, qui cause d’important dommages, notamment à l’espace de loisir pour les enfants, qui s’étend en face de la bâtisse en pierres abritant des salles de classe d’une propreté éclatante.

Les soldats en train de remettre un ordre de démolition à Soeur Adriana

(Traduction de l’anglais par Anne-Marie Perrin)

Source : http://www.haaretz.com/print-editio...

CEP

Les rendez-vous de Paul TOP : collectif Palestine Paris 8

A ne pas rater :

Rejoignez-moi avec mes camarades maoïstes !

 

 CEP

Une marche pour ne pas oublier les crimes de guerre israéliens contre la population de Gaza.

HALTE AU BANDITISME TALMUDIQUE !

Une vingtaine de membres de la Plate-forme Charleroi-Palestine sont aller manifester ce lundi 19 décembre à l’Hôtel de Ville de Charleroi, juste avant que ne commence le Conseil communal, pour contester le refus de la municipalité d’autoriser une Marche aux flambeaux dans les rues de Charleroi le mardi 27 décembre, pour dénoncer les massacres de Gaza et le blocus.

   

Une marche pour ne pas oublier les crimes de guerre israéliens contre la population de Gaza.

Pour rappel : il y a trois ans, le 27 décembre 2008, l’armée israélienne lança sa guerre d’agression contre Gaza.

Pour la Plate-forme Charleroi-Palestine, il est important de rappeler les crimes de guerre qu’a commis l’armée israélienne, ainsi que de tirer l’attention sur les agressions permanentes qui continuent toujours contre le peuple palestinien à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est et qui mettent l’existence même de la société palestinienne en danger.

Alors qu’elle avait fait une demande pour cette marche dans les règles et dans les délais, le bourgmestre faisant fonction, Paul Ficheroulle, a fait savoir dans un courrier que pour « des raisons d’ordre et de sécurité », la Plate-forme ne pouvait pas marcher dans les rues (elle devait rester statique), qu’elle pouvait seulement faire ce rassemblement à partir de 18 h 30 (à un moment où il n’y a plus un chat dans les rues de Charleroi), et qu’elle ne pouvait pas utiliser de voiture-sono.

La Plate-forme a estimé qu’il s’agissait d’une entrave à la liberté d’expression et de manifestation, contraire au droit, notamment à la position de la Cour européenne des Droits de l’Homme, en ce qu’elle impose sans nécessité une restriction à la liberté d’expression, et que de ce fait la ville risquait une condamnation.

Son avocat, Me Frédéric Ureel a d’ailleurs écrit une lettre au bourgmestre lui demandant de revenir sur sa décision et de « permettre à la Plate-forme Charleroi-Palestine de bénéficier de ses droits fondamentaux en termes de liberté d’opinion, d’expression, de manifestation et de circulation ».

C’est donc avec un bandeau devant la baillon que les membres de la Plate-forme se sont présentés au Conseil communal.

La conseillère Ecologie, Anne Cattiez s’est jointe à l’action en mettant elle aussi un baillon.

M. Paul Ficheroulle, bourgmestre ff., est venu voir le groupe en proposant une rencontre pour assouplir les modalités formulées par la police administrative.

En tout cas, pour la Plate-forme, la volonté de marcher et de se faire entendre reste intacte.

Le rassemblement pour la Marche aura lieu le mardi 27 décembre, à 17 h, place Charles II, devant l’Hôtel de Ville, Charleroi.

Source : www.pourlapalestine.be

CEP

PS : l'Idiot provincial dont la présence est vivement attendue vous invite a rejoindre massivement ce rassemblement populaire !

Du mur de Berlin au mur Sioniste de Jérusalem

La Germanie marche sur l' eau avec des bottes trouées !

La Germanie marche sur l'eau avec des bottes trouées, le casque à pointe pèse trop lourd.

L'Europe du pas de l'oie occupe la France comme Israël la Palestine. A Jérusalem, il n'y avait que la ligne N° 1 qui de religion orthodoxe contraignait les femmes à s'assoir à l'arrière. Maintenant c'est la majorité des lignes. La laïcité minoritaire se rebelle et souhaite manifeste !

Dans trois ans la Grèce ne sera plus dans l' Europe. UN 9 Mai fête des esclavagistes du drapeau religieux européens, sera peut être la date de la révolte des peuples souhaitant disposer d'eux mêmes.

2012 La révolte des peuples contre l' Europe ?

Pacifique ou violente !

Mes vœux de liberté contre la germano - sioniste et les ombres chinoises de l’éléphant d'Inde !

Gilbert de MONTPLAISIR

Les sionistes veulent la peau d’Howard Gutman

Halte au despotisme talmudique !

Les sionistes demandent la peau d’Howard Gutman, ambassadeur des Etats-Unis en Belgique, qui a eu le culot d’expliquer la différence entre antisémitisme et antisionisme, lors d’une conférence à l’intention de la communauté juive belge.

"Et voilà que le représentant de cette Amérique élitiste et arrogante s’est distingué, à Bruxelles, lors d’une conférence sur l’antisémitisme, expliquant à une communauté juive belge, durement éprouvée et très inquiète ces derniers temps, qu’il y a plusieurs antisémitismes et que la cause du mal-vivre des Juifs du "plat pays" et, plus généralement d’Europe, serait peut-être à rechercher du côté d’Israël", s’étrangle un site pro-israélien français.

Les supporters d’Israël ont demandé à Obama de le virer. Il aurait commis l’irréparable, en déclarant : "Il faut établir une distinction entre l’antisémitisme traditionnel, qui doit être condamné, et la haine des Musulmans à l’égard des Juifs qui découle du conflit actuel entre Israël et les Palestiniens. Un traité de paix israélo-palestinien diminuera de manière significative, l’antisémitisme musulman".

Où va-t-on ?

CEP

Le chef d’antenne consulaire français à Gaza, Majdi Shakoura, attaqué par la juiverie !

Halte à la terreur Talmudique !

Le chef d’antenne consulaire français à Gaza, Majdi Shakoura, a été légèrement blessé lors d’un raid aérien israélien dans la nuit de dimanche à lundi dans le nord du territoire palestinien. Agé de 44 ans, le diplomate de nationalité franco-palestinienne a précisé qu’une de ses filles, âgée de 13 ans, avait été blessée et que sa femme, enceinte de deux mois, avait perdu son bébé à la suite de la frappe israélienne qui a endommagé son domicile, soufflant notamment les vitres de la maison, près de Beit Lahya.

Mardi, Bernard Valero, porte-parole du ministère des affaires étrangères, a "vivement déploré les conséquences de ce raid aérien" et "rappelle [à Israël] l’impérieuse nécessité d’éviter toute atteinte à des civils", rapporte l’AFP.

On appréciera à la fois le fait que la technologie ciblée israélienne ait visé la maison d’un diplomate français et que le Quai d’Orsay ne déplore que "ce" raid aérien. Mais après avoir traité Netanyahou de menteur, mieux vaut sans doute ne pas aggraver le cas de Sarkozy, qui s’est pourtant confondu en excuses et autres gentillesses ?

Au cours de la même nuit de dimanche à lundi, on apprend que l’aviation israélienne a également tué un policier palestinien, Mohammed Al-Kilani, 20 ans, et blessé 6 autres Palestiniens, dont deux policiers.

Peut-être grâce à des drones fabriqués en collaboration avec la France ?

CEP

La Palestine est ENFIN devenue membre de l’UNESCO


L’UNESCO n’a pas pas cédé

au chantage et aux menaces !

Un vote majoritaire a consacré la Palestine en tant que membre à part entière et non plus en tant que simple observateur.

PARIS (Reuters) - La Palestine est devenue lundi Etat membre à part entière de l’Unesco.

La demande d’adhésion de l’Autorité palestinienne, qui jouissait jusqu’à présent d’un statut d’observateur auprès l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture, a été validée par un vote au siège de l’organisation à Paris.

Les Etats-Unis avaient menacé, en cas de vote positif, de suspendre leur contribution financière à l’Unesco, qui représente aujourd’hui 22% du budget de l’agence.

La résolution a été adoptée par 107 voix pour, 52 abstentions et 14 voix contre, parmi les pays présents.

La France a voté en faveur de l’adhésion des Palestiniens comme membres à part entière de l’Unesco.

Les États-Unis, l’Allemagne et le Canada ont voté contre, tandis que l’Italie et le Royaume Uni se sont abstenus.

Ce vote représente une nouvelle avancée vers la reconnaissance en tant qu’Etat que sollicite la Palestine, dont l’adhésion pleine et entière auprès des Nations unies est menacée par un veto probable des Etats-Unis.

John Irish, édité par Patrick Vignal

CEP

Gilad Shalit : bingo du Hamas

Le Hamas a enfin obtenu un accord israélien sur une proposition déjà formulée plusieurs fois mais refusée par Israël : la libération du soldat Gilad Shalit contre 1027 prisonniers dans les jours qui viennent.

L’accord serait intervenu grâce à la médiation de l’Egypte, le Hamas obtenant mardi dans la nuit, après un vote des ministres israéliens (26 en faveur, 3 contre), la libération de 1027 prisonniers en 2 phases.

Soit 450, dont 27 femmes, qui seraient libérées dans une semaine, et les autres dans deux mois, a indiqué Khaled Meshaal, intervenant à partir de Damas en Syrie.

Parmi les prisonniers, le Hamas a obtenu la libération de 315 Palestiniens condamnés à vie et en priorité ceux qui ont déjà passé au moins 20 ans dans les geôles israéliennes.

"Nous avons eu à coeur de faire libérer des prisonniers de différentes catégories, âges, localités, de la Cisjordanie à Gaza et de Jérusalem aux hauteurs du Golan" a indiqué le leader du Hamas, qui n’a cependant pas réussi à obtenir la libération de Marwan Barghouti et Ahmad Sa’adat, libération refusée par Netanyahou.

La population de Gaza, s’est répandue en liesse à cette annonce, espèrant que cet accord, amènerait Isrël a renoncer à la terreur qu’il exerce régulièrement sur la bande de Gaza et à lever le siège qu’elle subit depuis 6 ans.

Les négociations avaient commencé jeudi dernier au Caire, et Meshaal a remercié l’Egypte, mais également le Qatar, la Turquie, la Syrie et l’Allemagne, qui ont pris part aux négociations.

4° Festival du film documentaire Israélo-Palestinien 2011

La 4ème édition du festival du film israélo-palestinien s’ouvre ce week-end à Paris, permettant de mettre en valeur les oeuvres de Juliano Mer Khamis, Eyal Sivan, Mohammad Bakri, Michel Khleifi, Anat Even, Adi Barash Et Ruthi Shatz, Tom Carni, Avner Faingulernt et Macabit Abramson.

"Pour la 4e édition de son festival de films documentaires Confluences soutient les cinéastes palestiniens et israéliens qui s’engagent contre la violence insupportable qui mine cette région du monde. Le festival renouvelle son partenariat avec l’école de cinéma Sapir, à Sderot et propose de découvrir plusieurs films de ses élèves. Des débats avec les réalisateurs seront organisés après les projections.Une exposition photographique accompagnera ces projections", indique Confluences.

"Cette année, poursuit le communiqué, notre festival revêt un caractère particulier par l’hommage qu’il rend au cinéaste assassiné Juliano Mer Khamis. Juliano est le réalisateur du film « Les enfants d’Arna », il est le fils d’une militante juive Arna Mer et d’un militant palestinien Saliba Khamis. Il était également le fondateur et directeur du Freedom Théâtre à Jenin. Tous ceux qui continuent à croire qu’un avenir commun est possible entre juifs et palestiniens, tous ceux convaincus que l’égalité doit succéder à l’occupation, sont bouleversés et conscients du drame que représente l’assassinat de cet homme libre. Nous voulons lui rendre hommage à travers notre programmation."

Au programme :

- SAMEDI 24 :

Soirée d’ouverture

● Les enfants d’Arna, Juliano Mer Khamis 2004 / 84 mn / VOSTFR

- DIMANCHE 25 :

● Jaffa : la mécanique de l’orange, Eyal Sivan 2009 / 88 mn / VOSTFR

- LUNDI 26 :

● Depuis que tu n’es plus là, Mohammad Bakri 2005 / 58 mn / VOSTFR

● 1948, Maaloul fête sa destruction, Michel Khleifi 1985 / 30 mn / VOSTFR

- MARDI 27 :

● Closure, Anat Even 2009 / 60 mn / VOST anglais

- MERCREDI 28 :

● The collaborator and his family, Adi Barash et Ruthi Shatz 2011 / 60 mn / VOSTFR

- JEUDI 29 :

● Away from the tribe’s center, Tom Carni 2009 / 58 mn / VOST anglais

- VENDREDI 30 : ATTENTION : REPRÉSENTATION PRIVÉE DESTINÉE AUX PROFESSIONNELS

● Matador of war, Avner Faingulernt et Macabit Abramson 2011 / 60 mn / VOST anglais

Confluences 190 bd de Charonne Métro Philippe Auguste ou Alexandre Dumas

Infos réservation :

P.A.F de 5 euro

Réservations par téléphone au 01-40-24-16-46 ou par mail à resa@confluences.net

Tarifs :

Expo et projections : entrée libre

Spectacles (théâtre, concert) : 15€ /13 € / 10 € (groupe à partir de 10 personnes)

Réservations vivement conseillées pour tous les spectacles 01 40 24 16 46 ou resa@confluences.net

Source : http://confluences.jimdo.com/projec...

Ile Maurice : appel au boycott courageux de Caterpillar, utilisé pour détruire les maisons palestiniennes

Ile Maurice : appel au boycott de Caterpillar

utilisé pour détruire les maisons palestiniennes

Un parti politique mauricien a lancé une campagne pour le boycott de véhicules et autres machines de la marque Caterpillar qui sont largement utilisés pour détruire les maisons palestiniennes.

Le parti Lalit, situé à gauche de l’échiquier politique, a annoncé sa décision de mener campagne contre la société Scomat Ltée, du groupe Ireland Blyth Ltd (IBL) qui représente Caterpillar depuis plus de 80 ans à Maurice lors d’un forum cette semaine, à la veille de la réunion prochaine des Nations Unies sur la demande de reconnaissance de l’Etat palestinien.

"Les machines de construction portant la marque CAT font beaucoup de tort à nos frères et soeurs palestiniens car l’armée israélienne utilise ces mêmes engins pour détruire leurs maisons, ou encore pour ériger des barrages afin de les empêcher de traverser", explique Alain Ah-Vee, un des porte-parole de Lalit, qui a adressé une lettre à la direction d’IBL à ce propos, en début d’année, "pour leur demander de cesser de représenter cette marque", courrier sans réponse jusqu’à présent. D’où la décision de mener une campagne nationale contre la marque CAT.

Le représentant de ce parti va plus loin en soulignant qu’ils demanderont " aussi aux Mauriciens de bien regarder les produits qu’ils consomment et s’ils proviennent d’Israël, de cesser de les acheter."

Intervenant lors de ce forum, l’ancien président de la République, Cassam Uteem, a fait part de son pessimisme pour ce qui est de la situation en Palestine et expliqué que le soutien dont bénéficie Israël de la part de grandes nations telles que les Etats-Unis démontre que la cause palestinienne est loin d’être acquise.

"Les dirigeants israéliens ont clairement démontré au fil des années passées qu’ils n’ont nullement l’intention de négocier. Le seul moyen de leur faire comprendre que nous sommes contre eux, c’est de boycotter tous les produits qu’ils exportent", a déclaré l’ancien président de la République Cassam Uteem.

Source : http://french.news.cn/afrique/2011-...

CEP

Halte au banditisme Talmudique en Cisjordanie :

Le nettoyage Talmudique ethnique se poursuit !

Le nettoyage ethnique se poursuit en Cisjordanie, dans le plus grand silence, des gouvernements comme des "indignés" israéliens qui étaient des centaines de milliers à réclamer ce week-end la "justice sociale".

Des dizaines de colons juifs venant de la colonie illégale Ahya, construite sur les terres du village, ont donné vendredi l’assaut à Jalud, au sud de Naplouse.

Par ailleurs l’armée israélienne est en train de déraciner des centaines d’oliviers dans le village de Al-Walaja près de Béthléem.

"Ils ont attaqué des maisons et ont intimé l’ordre aux villageois palestiniens de quitter leur village en les menaçant de leurs fusils, rapporte Palestine Info. Des affrontements ont alors éclaté entre les villageois et les colons.

Les habitants de Jalud ont jeté des pierres sur les colons et l’armée d’occupation a répondu par des tirs de grenades assourdissantes et de grenades lacrymogènes sur les villageois, provoquant des difficultés respiratoires pour beaucoup d’entre eux." (Source : http://www.ism-france.org/communiqu...)

 

 


 

 

 

 

 

 

 Par ailleurs, Mazin Qumsyieh annonce que les destructions d’oliviers palestiniens dans le village de Al-Walaja ont commencé ce lundi matin et se poursuivront demain.

CEP

L’ambassadeur de l'unité sioniste gicle de la Turquie

Un message clair à la juiverie internationale

Après avoir multiplié les concessions, le gouvernement turc a fini vendredi par annoncer des sanctions contre Israël, son allié régional depuis des décennies, avec renvoi de l’ambassadeur, annulations de tous les contrats militaires, et aide aux familles des 9 citoyens turcs et américains assassinés à bord du Mavi Marmara en mai 2010 pour engager des poursuites judiciaires contre les responsables israéliens du massacre.

Aux lendemains de l’acte de piraterie sanglante opéré par la marine israélienne dans les eaux internationales contre les passagers de la Flottille de la Liberté de Gaza, la Turquie, membre de l’OTAN et pas plus attachée que bien d’autres Etats à la dignité humaine, avait accepté la formation d’une commission d’enquête sous l’égide des Nations-Unies, dont elle savait pourtant par avance qu’elle serait biaisée en faveur d’Israël.

D’abord, parce que cette commission, dite « Commission Palmer » (du nom de son président, l’ancien premier ministre néo-zélandais Geoffrey Palmer) n’avait d’autre objet que de faire contre-poids à la véritable enquête menée par une institution permanente des Nations-Unies, son Conseil des Droits de l’Homme. Ce Conseil a déposé depuis un an des conclusions accablantes pour l’armée israélienne. Comment aurait-il d’ailleurs pu en être autrement, à partir du moment où l’assaut israélien, bien que réalisé de nuit et en haute mer, avait été retransmis, en images et en temps réel, dans le monde entier ? Mais comme les innombrables textes condamnant Israël produits par les Nations-Unies depuis leur création, celui-ci est également resté lettre morte.

Ensuite, parce que la composition même de la « commission Palmer » montrait, dès le premier jour, qu’on avait affaire à une farce. La Commission comptait 4 membres. A savoir, 1 pour le gouvernement israélien, 1 pour le gouvernement turc, tandis que le secrétaire général des Nations-Unies, Ban Ki-Moon, sélectionnait 2 personnalités dites indépendantes sur une liste fournie … par Israël !

Et tandis que le nom de Geoffrey Palmer, professeur de droit public international faisait apparemment consensus, on assistait, médusé, à la nomination du 4ème homme, l’ex-président colombien Alvaro Uribe, tristement célèbre pour les crimes effroyables commis, sous son règne, par les militaires et para-militaires (entraînés …. par Israël !) de la Colombie. Une enquête visant Uribe est d’ailleurs en cours, en Colombie, après la découverte, en juin 2010, d’un énorme charnier contenant les restes de plus de 2.000 victimes des para-militaires au lieu-dit La Macarena.

Dans cette affaire, le gouvernement turc montra jusqu’au bout qu’il était prêt à avaler presque toutes les couleuvres, y compris les affirmations les plus extravagantes du couple Uribe-Palmer, dont des extraits du rapport ont été publiés jeudi par le quotidien (généralement pro-israélien) The New York Times : par exemple, considérer que le blocus de Gaza a « une base légale », ou encore faire grief aux passagers du Mavi Marmara d’avoir « résisté », avec leurs misérables bâtons, à l’assaut meurtrier conduit par les « troupes d’élite » d’une des armées les plus puissantes du monde.

Pour prix de sa capitulation -illustrée, au printemps, par le lâchage de la Flottille de la Liberté II-, le gouvernement d’Ankara se serait contenté d’excuses de la part du gouvernement israélien.

Eh bien, il ne les a pas eues : Netanyahou a fait dire jeudi soir qu’il n’en était pas question, et que les veuves et les orphelins des martyrs du Mavi Marmara pouvaient bien continuer de pleurer.

C’est dans ces conditions que vendredi matin, le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davotoglu, a annoncé le début des sanctions. A moins d’un revirement de dernière minute, et de la présentation effective des-dites « excuses », l’ambassadeur israélien en Turquie devra avoir fait ses valises avant mercredi prochain.

CEP

Boycott de l'unité sioniste : annulation du concert pour le groupe de jazz TUBA SKINNY

Tuba Skinny, un groupe de Jazz and blues de la Nouvelle Orléans vient d’annuler le concert qui était prévu aujourd’hui à Eilat, en Israel. Une décision qui fait suite aux appels de la campagne internationale BDS "Ne jouez pas pour l’apartheid israélien" et des Israéliens en faveur du Boycott ("Boycott from Within").

Tuba Skinny annonce cette annulation sur leur site : http://www.tubaskinny.tk/

Une décision d’autant plus méritoire que ces musiciens ne roulent pas sur l’or, et que le manque à gagner sera significatif.

On peut les remercier et les encourager en chargeant leur album sur internet : http://www.tubaskinny.bandcamp.com/

Les musiciens ont formé ce groupe de musique de jazz et de blues en 2009 après s’être rencontrés dans les rues de la Nouvelles Orléans où ils ont joué ensemble depuis 2006.

Le boycott artistique d’Israël ne cesse de s’étendre, avec un nombre croissant de musiciens (sans parler des acteurs réalisateurs...) qui ont récemment annulé leur spectacle en Israël. Parmi eux : Roger Waters des Pink Floyd, Elvis Costello, The Pixies, Carlos Santana, Pete Seeger, Vanessa Paradis, Massive Attack, ou encore Gorillaz Sound System.

MESSAGE A LA JUIVERIE INTERNATIONALE :

HALTE AUX REPRESAILLES TALMUDIQUES

dans la bande de Gaza !

Non ce n’est pas le "cycle infernal de de la violence" avec ses "attentats" et ses "représailles". C’est un carnage prémédité après des provocations préméditées et incessantes de la part des dirigeants israéliens pour essayer de "légitimer" (eux qui se plaignent tant de la "déligitimisation d’Israël") la poursuite de l’occupation, de la colonisation et de toutes les exactions qui vont avec. Ci-dessous des photos de victimes palestiniennes qui en disent long sur les "terroristes" auxquels s’attaque Israël.

Depuis deux jours l’armée israélienne attaque par les airs, la terre et la mer la population civile de Gaza et on ne sait pas le nombre de morts ni celui des blessés au moment où recommence le cauchemar pour la population gazaouie.

Qui est responsable des attaques sur des cibles militaires à 20km au nord de la ville de Eilat, au sud d’Israël près de la frontière égyptienne ? Le Hamas a nié toute implication dans les attentats qui ont causé la mort de 7 personnes et des blessures à 14 autres Israéliens, dont une majorité de militaires en permission. "Notre stratégie est de résister à l’occupation de la terre palestinienne de l’intérieur plutôt que de l’extérieur », ont déclaré les responsables du Hamas, qui viennent d’annoncer que la trêve qu’ils respectaient depuis 2009 n’a plus lieu d’être.

Pour le reste, les déclarations israéliennes qui se sont succédées ont été on ne peut plus confuses et contradictoires, les porte-parole de l’armée affirmant à la fois qu’il s’y attendaient, mais pas à cette heure là... Très étrange...L’identité des attaquants est inconnue... Mais que font tous les services secrets israéliens ?

Et la "vengeance" a été une fois de plus la "punition collective", qui permet, sans avoir établi les responsabilités, de détourner très commodément l’attention de la poursuite de la colonisation, des manifestations israéliennes contre la vie chère, des interdictions d’aller prier à la mosquée Al-Aqsa pour les Palestiniens de moins de 45 ans, et sans doute de faire capoter la réconciliation entre le Fatah et le Hamas.

On n’a toujours pas entendu de protestations de nos gouvernants concernant ce carnage qui frappe femmes et enfants de Gaza à nouveau, pas plus d’ailleurs que lors des annonces de nouvelles constructions de logements pour colons à Jérusalem Est et en Cisjordanie, au cours de ces derniers jours ?

CEP

Muammar El de PORTEBANE

Destructions de citernes à eau à RASHAYIDA : alertes du Bureau pour la Coordination des Affaires Humanitaires

 

HALTE AUX DESTRUCTIONS TALMUDIQUES


Israël a démoli 20 citernes qui collectent l’eau de pluie de la Rive Ouest pendant la première moitié de cette année, selon le Bureau pour la Coordination des Affaires Humanitaires (BCAH), qui veille sur les conditions dans les territoires palestiniens.

Le bédouin Falah Hedawa garde des moutons dans la région de Rashayida, dans le désert entre la ville de Bethléhem de la Rive Ouest et la Mer Morte,

RASHAYIDA - Creusé dans le roc, les citernes en forme de grotte qui parsèment le désert au-delà de Bethléem, recueillent depuis des siècles l’eau de pluie qui fournit de l’eau aux bergers et à leurs troupeaux pendant tout l’été.

Sous un soleil de plomb, un bédouin âgé explique que les citernes telles qu’ils se les rappelle depuis son enfance, dont beaucoup ont été restaurées afin de fonctionner parfaitement il y a quelques années, contribuent à nouveau à aider sa communauté de chevriers à survivre.

C’est pourquoi, conclut-il, les autorités israéliennes qui contrôlent la Rive Ouest, en ont démoli au moins trois dans cette région depuis novembre.

« Leur but est peut-être de nous faire partir. Mais nous ne partirons pas », a déclaré Falah Hedawa âgé de 64 ans, assis sur des coussins dans sa tente familiale dressée dans les collines qui descendent vers la Mer Morte.

Israël a démoli 20 citernes qui collectent l’eau de pluie de la Rive Ouest pendant la première moitié de cette année, selon le Bureau pour la Coordination des Affaires Humanitaires (BCAH) lequel veille sur les conditions dans les territoires palestiniens.

Cette destruction fait partie d’une accélération marquée des démolitions des bâtiments palestiniens dans la « Région C » - les 60% de la Rive Ouest sur lesquels Israël exerce un contrôle total.

Définie par les accords sur la paix provisoire conclus entre Israël et les Palestiniens dans les années 1990, cette Région C est celle où se trouvent toutes les colonies israëliennes de la Rive Ouest.

Pendant les six premiers mois de 2011, plus de Palestiniens ont perdu leurs maisons que pendant 2009 et 2010 réunis, selon le BCAH. Beaucoup d’entre eux étaient des bédouins. Jusqu’à présent, un total de 342 bâtiments appartenant à des Palestiniens ont été détruits dans cette région.

Il faut souligner que les démolitions sont exécutées au prétexte que ces structures, dont quelques-unes sont de simples tentes, ont été érigées sans la permission des Israéliens, laquelle est quasiment impossible à obtenir.

L’administration civile israélienne de Cisjordanie a également prétendu que la destruction de certaines citernes était justifiée par le fait qu’elles étaient situées dans "des zones d’entraînement militaire où l’utilisation des armes à feu pourraient représenter un danger pour les personnes."

Ceci, affirment les Palestiniens, n’est qu’une excuse qui fait partie d’un système de restrictions visant à décourager les Bédouins et à favoriser l’extension des colonies.

Les organisations non gouvernementales (ONG) qui soutiennent le programme de restauration des citernes se disent fort inquiètes : les Bédouins, dont le nombre avoisine les 25.500 dans la Région C, comptent parmi les plus pauvres de tous les Palestiniens.

DES CITERNES HISTORIQUES

Une fois restaurées, les citernes représentent pour eux un apport gratuit d’eau, diminuant leur dépendance de l’eau amenée à grand coût dans des réservoirs par des tracteurs jusqu’à leurs campements. « Ces citernes sont justifiées par l’histoire », a déclaré Nadi Farraj, expert agricole palestinien qui a contribution à la restauration d’environ 140 vieilles citernes ces quatre dernières années.

Les Bédouins racontent que les citernes datent de l’époque nabatéenne et qu’elles sont donc vieilles de quelque 2 000 ans. Pendant la restauration, les ouvriers appartenant aux communautés bédouines, ont découvert divers objets dont des casques militaires de l’époque ottomane. Sur un site isolé dans le désert, parmi des structures de pierres que l’on peut considérer comme des restes d’une église chrétienne, les ouvriers ont trouvé des fragments d’antiques sols en mosaïque pendant qu’ils restauraient deux citernes où on mène aujourd’hui à boire les chèvres.

On a pris des photographies pendant les travaux de restauration qui montrent des espaces en forme de grottes, soutenus par des piliers et des passages voûtés. Les citernes ne sont pas toutes souterraines. Quelques-unes consistent de bassins creusés au fond de wadis et destinés à retenir les eaux de pluie.

« PENURIE D’EAU PARTOUT »

Dans le désert, aux portes de la ville de Zaatara, une citerne porte un symbole qui prouve qu’elle est antérieure à l’expansion de l’Islam du 7e siècle depuis la péninsule arabique, selon le notable local Ahmad Abou Rabada. Cette citerne est une des deux citernes dont la restauration a été interrompue par Israël en juin juin sous prétexte que la région se trouvait à l’intérieur d’une zone de tir. Abou Rabada a affirmé qu’aucun tir n’y avait été entendu depuis des années.

Il craint que la démolition de la citerne par l’administration ne soit imminente. Les démolitions ont été condamnées par les Nations-Unies. DanChurchAid, une ONG danoise qui a financé le programme, soutient que cinq des citernes sur lesquelles elle a travaillé ont été démolies cette année, trois par l’armée israëlienne et deux par les colons juifs.

« La destruction d’antiques citernes d’eau et de ressources d’eau en général, c’est de la folie, et tout particulièrement dans une situation où les gens souffrent d’une pénurie d’eau », a-t-il déclaré.

Source : 25 juillet 2011. REUTERS/Mohamad Torokman.

(Traduction : Christian PETITJEAN )

CEP

Vichy : pourquoi l'unité sioniste a peur de Salah Hamouri, un enfant de 7 ans ?

Vichy : HALTE AU BANDITISME TALMUDIQUE

Interview de Salah Hamouri par le quotidien L’Humanité. Le jeune franco -palestinien de Jérusalem, qui a écopé de 7 ans de prison en israël pour avoir eu de "mauvaises pensées" à l’encontre d’un rabbin d’extrême droite, est censé sortir de prison le 28 novembre prochain à l’issue d’une détention que notre gouvernement français, si apte à défendre le soldat Gilad Shalit, n’a jamais contestée. La combativité de Salah, qui a toujours mis en avant la libération de tous les prisonniers palestiniens, reste intacte au bout de 7 ans de détention dans des conditions à la mesure de la grande "démocratie" israélienne.

Une dizaine de jeunes communistes viennent de 
se rendre en Israël 
et en Palestine. 
Deux d’entre eux ont pu s’entretenir avec Salah Hamouri, jeune Franco-Palestinien emprisonné depuis 2005 en Israël. 
Fabien Gay 
nous fait part 
de cette rencontre.

Vous venez de rencontrer Salah Hamouri, dans quel état physique et mental 
se trouvait-il  ?

Fabien Gay. Il est assez amaigri par rapport aux photos, mais il va bien physiquement et est très serein. Nous étions tous émus, nous sommes pratiquement les seuls jeunes qu’il a vus depuis six ans. Nous avons beaucoup débattu, et même rigolé, parlé de foot, ce qui lui a fait du bien. Mais 
Salah ne parle jamais de lui. Nous avons réussi à lui poser des questions sur lui. Hormis sa volonté de reprendre des études en sciences politiques et de poursuivre la lutte, il se livre peu et n’évoque pas son avenir. Il souhaite venir en France remercier ceux qui se sont battus pour sa libération, mais il a surtout insisté sur l’ensemble des prisonniers politiques palestiniens en disant : « Nous avons des messages à vous faire passer.  »

Utilise-t-il les rencontres avec 
les délégations pour faire reconnaître la cause de tous les prisonniers  ?

Fabien Gay. Oui, et Salah a préparé notre rencontre avec l’ensemble de ses camarades de cellule. Il a commencé par nous faire part de leur volonté de casser l’image qu’essaie de donner d’eux le gouvernement israélien en les faisant passer pour des terroristes. « On est des êtres humains, nous confie-t-il. Il y a de tout dans la prison : des progressistes, des communistes, des socialistes, des islamistes. En cellule on s’entend tous bien, on discute beaucoup. » Il a eu une pensée pour les 300 enfants de sept à dix-huit ans qui sont toujours dans les geôles israéliennes. Il a eu cette phrase forte  : « Pourquoi un État comme Israël, qui possède 250 bombes nucléaires, a-t-il peur d’un enfant de sept ans  ?  » Il a rappelé leurs difficiles conditions de détention. De plus, ces mineurs sont jugés par un tribunal militaire. Il nous a également parlé des dix-huit prisonniers politiques atteints du cancer dans l’ensemble des prisons.

Quels types de contacts peut avoir Salah avec l’extérieur  ?

Fabien Gay. Ils sont très restreints. Nous avons eu la chance d’obtenir l’autorisation de le rencontrer. Sauf sa famille et les personnes du consulat, Salah n’a droit qu’à trois ou quatre visites par an. Et c’est derrière une vitre qu’il voit sa famille depuis qu’il est incarcéré. Par ailleurs, il parvient à avoir des livres par le consulat, mais pas d’ouvrages politiques. Ces derniers sont interdits.

Ensuite, Salah et ses codétenus ont obtenu une télévision. Ils ont la BBC en arabe mais Al Djazira leur a été retirée car jugée trop pro palestinienne. Ils ont une chaîne sportive aussi. Donc ils ont regardé le dernier match des joueuses françaises à la Coupe du monde, et Roland-Garros.

Il a aussi pu recevoir des journaux. «  L’Humanité est le premier journal que j’ai demandé, mais il a été refusé d’emblée  », nous a-t-il dit. Le Figaro lui a été adressé pendant six mois, mais depuis un mois et demi, plus rien  ! Il a redéposé une demande pour avoir le Monde, en vain.

Enfin, il y a les lettres. Certaines qui lui sont envoyées sont censurées, lorsqu’il y a des coupures de presse par exemple. La censure est très arbitraire. Il y a peu, Salah 
Hamouri a reçu pour la première fois le timbre à son effigie. Auparavant, il était déchiré systématiquement par les autorités. Cette fois-là, cela a fini par passer, sans qu’il sache pourquoi.

Il a tenu à s’excuser de ne pas pouvoir répondre à tout le monde, car il n’a le droit qu’à deux lettres et quatre cartes postales par mois. Quant à Internet, il n’y a aucun accès, et il suit l’actualité au jour le jour grâce à la télévision et la radio.

L’actualité sur la Palestine est nourrie actuellement. Qu’en dit-il  ?

Fabien Gay. Ils ont suivi les événements autour de la flottille pour Gaza. « On a suivi minute par minute. On a partagé leurs peurs et leurs espoirs. On a aussi appris que le bateau avait été arraisonné par les autorités, c’est scandaleux », nous a-t-il raconté. Selon lui, l’Union européenne et la France se rendent coupables du blocus car, en ne faisant rien pour protéger ses ressortissants, elles le cautionnent.

En septembre, sera présentée à l’ONU la demande de reconnaissance de l’État palestinien. À ce sujet, il 
estime qu’il est très important d’avoir des accords entre le Fatah et le 
Hamas. «  Jamais aucun peuple divisé ne s’est libéré. Malgré nos différences, il faut parler d’une même voix  », a-t-il affirmé.

Pour lui, une première «  dynamique d’union » a été enclenchée. À présent c’est à la communauté internationale de reconnaître un État palestinien en septembre, même s’il est convaincu que les États-Unis déposeront leur veto à l’ONU. Il a considéré que « ce n’est pas un point d’arrivée, mais un point de départ qui ne règle pas tout ».

Concernant les révolutions arabes, il a dit l’importance de la mise en place d’États démocratiques et laïcs là où des régimes mettaient la tête de leur peuple sous l’eau et en plus manipulaient la cause palestinienne. « Nous ne souhaitons pas que ces 
régimes antidémocratiques nous 
soutiennent en apparence, alors qu’ils n’ont jamais rien fait  », a-t-il dénoncé.

À propos de la Libye il a déclaré ne pas vouloir d’un « deuxième Irak  » . Pour vous, quel sens a une libération anticipée de Salah Hamouri  ?

Fabien Gay. Sa libération doit advenir le 28 novembre mais il est possible qu’ils le gardent jusqu’au 11 mars 2012 car le système de rétention administrative israélienne permet de retenir six mois supplémentaires un détenu. Nous avons informé Salah qu’après notre interpellation du ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, ce dernier a demandé aux autorités d’Israël la clémence mais n’a reçu qu’une fin de non-recevoir. La lettre de Salah Hamouri aux jeunes communistes

« Je vous envoie mes salutations et aussi celles des prisonniers politiques. Votre soutien est la chose qui tient notre moral et nous donne le sentiment qu’on n’est pas seuls, et on continue notre lutte collective contre l’injustice et toutes les formes de discrimination, et je sais qu’on sera ensemble pour continuer cette lutte humaine malgré la souffrance. Je vous remercie. "

Salah Hamouri Gilboa prison, le 2 juillet

Publié le jeudi 4 août 2011, Arielle Estrada - L’Humanité

Source :http://www.humanite.fr/01_08_2011-s...

CEP

Royaume-Uni : Veolia perd un marché important à cause du tramway de l’apartheid mis en place dans l'unité sioniste !

Ce tramway de l’apartheid Talmudique

qui fait perdre de l'argent à Veolia !

Déjà en pleine déconfiture boursière, le groupe français Veolia, champion de la collaboration avec l’apartheid israélien, vient de perdre un nouveau marché public, au Royaume-Uni, annoncent nos camarades de la Palestine Solidarity Campaign (PSC) britannique.

Il s’agit du marché des transports publics de la ville de Ealing, dans la région de Londres, d’une valeur de 300 millions de £ (350 millions d’euros) sur quinze ans, jusqu’ici alloué à Veolia.

La décision a été prise après que des militants de la PSC ont exposé aux conseillers municipaux d’Ealing la poursuite de la complicité de Veolia avec le « tramway de l’apartheid », qui dessert les colonies juives illégales de la Cisjordanie occupée.

Le Royaume-Uni est l’un des pays au monde sur lequel le groupe français compte le plus pour dégager des profits et verser des dividendes à ses actionnaires : mais au cours des derniers mois, grâce au développement de la campagne BDS (Boycott – Désinvestissements – Sanctions), il a perdu un important contrat de ramassage des poubelles ailleurs dans la région de Londres, ainsi que d’autres contrats à Richmond, Edimbourg et Sandwell.

Dans le communiqué annonçant la décision de la municipalité de Ealing, le PSC rappelle notamment :
-  Qu’en avril 2010, le Conseil des Droits de l’Homme des Nations-Unies a déclaré que le tramway de Jérusalem et son exploitation étaient illégaux. Et ce, par 44 voix contre une seulement, les représentants de la France, du Royaume-Uni et de tous les pays de l’Union européenne appuyant la résolution ((A/HRC/RES/13/7 du 14 avril 2010)

-  Que s’il a effectivement annoncé son envie de se dégager du projet illégal, et de vendre ses parts dans la société chargée de l’exploitation du tramway, Veolia a promis de continuer à vendre des services d’assistance technique pendant une période de cinq ans

-  Et puis, à travers sa filiale TMM, Veolia Transport Israel est gravement compromis dans la gestion de la décharge de Tovlan, implantée dans la Vallée du Jourdain (Cisjordanie occupée). Le site de Tovlan traite les déchets de colonies illégales, et même, selon certaines informations, des déchets importés d’Israël, qui se sert de la Cisjordanie comme d’une poubelle pour ses propres déchets. Le PSC émet plus que des réserves, dans son communiqué, sur la volonté affichée officiellement par Veolia de se désengager du site de Tovlan.

Comme dit en tête de cet article, le groupe Veolia semble payer actuellement en bourse le prix de sa voracité, et de sa volonté de conquérir des parts de marché dans le monde entier. Des résultats financiers inférieurs aux attentes des spéculateurs ont conduit ces dernières semaines à une dégringolade sans précédent du cours de la firme, qui a perdu 40 % de sa valeur en quelques semaines.

CEP

L'armée Talmudique fait la guerre aux enfants !

Violences de l’armée Talmudique :

L’Autorité Palestinienne lance un appel au secours, face à l’escalade alarmante des violences de l’armée israélienne contre les enfants de Cisjordanie.

Dans un communiqué reproduit par l’agence de presse Ma’an, le « gouvernement » palestinien indique que depuis le début de l’année, l’armée et les colons ont tué neuf mineurs, et en ont blessé au moins 200 autres.

« Des centaines d’enfants sont arrêtés illégalement chaque mois par les forces israéliennes, détenus et martyrisés au mépris de toutes les lois, qu’elles soient internationales, israéliennes ou palestiniennes », dénonce-t-il. Et ce, alors que le Conseil de sécurité des Nations-Unies vient tout juste d’adopter à l’unanimité, le 12 juillet dernier, la résolution 1998 sur la protection des enfants dans les zones de conflit.

Témoin, cette vidéo en caméra cachée où l’on voit une équipe de soldats israéliens en civil, à bord d’une camionnette, fondre sur quatre enfants et adolescents qui jouaient au football.

L’un de ces enfants, Islam Jaber, 13 ans, devait ensuite être conduit dans un cimetière, pour y être passé à tabac.

CEP

Omelette Norvégienne et fusillade : Anders Behring Breivik est un admirateur de la « pensée Finkielkraut » !

HALTE AU BANDITISME SIONISTE !


L’auteur du massacre de Norvège, Anders Behring Breivik est un admirateur de la « pensée Finkielkraut », et plus particulièrement du combat de « cet intellectuel de grand talent » contre « le multiculturalisme et le métissage ».

Dans le manifeste mis en ligne quelques heures avant la tuerie de vendredi, Breivik rend d’ailleurs un hommage appuyé au « philosophe » et à sa croisade contre l’anti-racisme.

http://www.youtube.com/watch?v=VnQfrz1DRr8

Peut-être avait-il pris à ce moment-là connaissance d’une énième intervention d’Alain Finkielkraut, prononcée le 28 juin dernier à Varsovie. Regardez, écoutez :

« Attention aux dérapages, EuroPalestine ! Pas d’amalgame s’il vous plaît » diront de bonnes âmes. Pas d’amalgame ? Si, justement : l’un tient le crachoir, et l’autre le fusil.

Mais tandis que le tueur s’apprête -on l’espère en tout cas- à répondre de ses actes devant un tribunal, "l’intellectuel" continue de sévir sur les plateaux de télévision, les antennes de radio (à commencer par celles du service public) et à l’université.

CEP

L'éditeur Hachette refuse de se coucher devant le CRIF !

HALTE AU BANDITISME TALMUDIQUE !

Pour une fois les mesures d’intimidation exercées par le lobby israélien en France ne semblent pas avoir fonctionné, et ce dernier enrage d’apprendre que les éditions Hachette n’ont finalement pas accepté de modifier les deux pages des manuels d’histoire de classe de 1ère, concernant la Nakba, et faisant état de la "catastrophe" que fut l’expulsion de centaines de milliers de Palestiniens par Israël en 1948.

Sous la plume de l’officine sioniste "Europe Israël" :

"France : l’éditeur Hachette refuse de corriger les manuels scolaires anti-israéliens !

Rappelez vous le 30 juin nous révélions qu’un manuel d’histoire destiné aux classes de 1ère aux Editions Hachette réécrivait l’histoire à des fins de propagande anti-israélienne. Le lendemain nous révélions qu’un second manuel Hachette, cette fois destiné aux classes de 4ème, était lui aussi anti-israélien. Le 5 juillet nous écrivions que rien n’était gagné que certains avaient tort de se réjouir d’une révision de ces manuels sans la moindre preuve venant d’Hachette.

Aujourd’hui nous apprenons que les librairies ont reçu un fax d’Hachette afin de remettre en vente les fameux manuels incriminés sans aucune modification ! Hachette précisant que l’entreprise ne céderait pas aux pressions, cédant ainsi aux pressions adverses du lobby pro-palestiniens…

On a pu lire ici est là que les manuels incriminés n’étaient qu’une épreuve non diffusée ce que nous démantions formellement car ces manuels étaient déjà en vente en librairie.

Certain se sont réjouis trop vite du retrait de ces ouvrages et ont cru qu’Hachette allait corriger les quelques pages tendancieuses.

Europe Israël est resté très prudent car nous nous étonnions du double discours d’Hachette qui prétendait que les livres n’étaient que des épreuves avant tirage alors que nous savions qu’ils étaient déjà dans toutes les librairies.

Nous étions également prudent car Hachette n’avait pas pris la peine de répondre à notre courrier. Prudent également de l’absence de réaction officielle des éditions Hachette.

Aujourd’hui la maison d’édition se dévoile en persistant dans la propagande anti-israélienne !

Elle refuse de modifier ces quelques pages dont les auteurs eux-mêmes reconnaissent les erreurs :

En effet l’un des auteurs de ce manuel m’a personnellement appelé au téléphone pour reconnaitre que les erreurs pointées étaient fondées et graves. Il m’a également précisé que le directeur de la publication Monsieur Zachary reconnaissait aussi les erreurs et n’avait pas été assez vigilant sur le contenu de ces pages…

Devant une telle position d’Hachette, nous conseillons donc à l’ensemble de la communauté juive, à l’ensemble des amis d’Israël et à l’ensemble des professeurs, qui ne se reconnaissent pas dans ce parti pris anti-israélien, d’acheter les manuels d’autres éditeurs beaucoup plus sérieux et surtout beaucoup plus neutres…

Nous sortirons dans les prochains jours un dossier sur la société Hachette et ses vieilles "amitiés" particulières qui expliquent peut-être ce type de positions anti-israéliennes…

En attendant d’autres actions contre la société Hachette…

Jean-Marc MOSKOWICZ

Europe Israël

http://www.europe-israel.org/2011/0...

CEP

Mission Bienvenue Palestine : protestations des élus communistes de l'Isère !

Lettre à Alain Juppé des élus communistes

au Conseil général de l’Isère

Courrier du groupe communiste et de la gauche partenaire du Conseil général de l’Isère à Alain Juppé concernant le rôle de la France dans le refus opposé par des compagnies aériennes, dont Air France, d’embarquer des passagers grenoblois, sur instruction du gouvernement israélien, ainsi que sur la constitution de listes noires arbitraires et illégales.

"Vous trouverez ci-joint la lettre que les élus du groupe "communiste et de la gauche partenaire" font partir ce jour a destination du Ministre Alain Juppé afin de protester contre la façon dont les citoyens français ont été traités alors qu’ils comptaient se rendre en Palestine.

Cordialement,

Nicolas Lavergne

attaché du groupe communiste et de la gauche partenaire

Conseil général de l’Isère

Le 15 juillet 2011 22:48, Leila Shahshahani

Chers Mesdames et Messieurs les Elus du groupe communiste,

Suite à notre dernier échange concernant mon voyage en Cisjordanie avec trois autres Grenoblois, dont Jean-Christophe Peres, à propos duquel vous aviez adressé un courrier aux Consulats de France à Tel Aviv ainsi qu’au Ministère des Affaires étrangères, je me permets de vous recontacter afin de vous faire savoir que nous avons tous été empêchés d’embarquer à bord de nos avions vendredi 8 juillet, faisant partie de la liste des 342 personnes jugées "indésirables" par Israël.

Jean-Christophe et moi-même nous sommes même vus refusés d’embarquer à bord de notre vol Air France assurant la liaison Lyon-Paris. Nous avons obtenu pour preuve un "certificat de refus d’embarquement". La police de l’air de l’aéroport Saint-Exupéry n’a pas jugé bon de recevoir notre plainte. Ce n’est qu’en insistant fortement et en rappelant à la personne responsable d’Air France qu’il était proprement scandaleux d’empêcher, sous les ordres d’Israël, des Français de voyager sur leur propre territoire, que nous avons finalement pu rejoindre le reste du groupe à Paris, mais sans espoir d’aller au-delà.

Vous avez certainement suivi le fil des évènements relatés dans plusieurs médias.

Nous souhaiterions savoir quelle suite vous envisagez de donner à cette affaire.

Dans l’attente de vos nouvelles, veuillez agréer nos salutations les plus sincères,

Leïla Shahshahani et Jean-Christophe Peres

CEP

Un musée Talmudique sur le vieux cimetière musulman Ma’man Allah

C'EST UN SCANDALE :

Halte à ce musée Talmudique !

L’agence palestinienne Man, rapporte que le ministère de l’intérieur a donné son feu vert pour le début des travaux de creusement du musée de la soi-disant « Tolérance » à Jérusalem occupée, qui doit être construit sur un site de tombes musulmanes datant de plusieurs siècles.

"Le permis accordé mardi par la commission de district du ministère permet de commencer à creuser immédiatement pour ce projet", a dit Efrat Orbach sans préciser quand ces travaux allaient effectivement débuter.

Elle a par ailleurs indiqué que de "nombreuses étapes" devront encore être franchies pour passer des fondations à la phase de construction du bâtiment lui-même.

Le musée doit être érigé à Jérusalem occupée sur le terrain du vieux cimetière musulman Ma’man Allah où plusieurs oulémas sont enterrés, malgré les nombreuses protestations de la population musulmane.

Selon le département israélien des Antiquités, 200 squelettes ont dû être exhumés pour procéder à un transfert des restes. Le projet, estimé à 250 millions de dollars, est financé par le Centre Simon Wiesenthal.

Ce musée de la soi-disant « Tolérance » "aura pour mission de promouvoir la tolérance et la compréhension entre les différentes religions, juive, chrétienne, musulmane et autres, mais aussi entre les juifs eux-mêmes", avait prétendu en 2002 le rabbin Marvin Hier, fondateur et doyen du Centre Simon Wiesenthal de Los Angeles.

En février 2010, des dizaines de familles palestiniennes avaient appelé l’ONU à intervenir auprès des autorités d’occupation pour obtenir l’arrêt définitif de la construction de ce musée en dénonçant "la profanation du cimetière" et "des violations des conventions internationales".

Les bulldozers des forces d’occupation israéliennes appuyées par une décision de la mairie de Jérusalem occupée ont déjà rasé et détruit une centaine de tombes musulmanes du cimetière historique de Maman-Allah, à al-Qods, qui remonte à l’an 1100 et se trouve être le plus grand et le plus ancien cimetière islamique de la ville. Il regroupe les tombes des compagnons du Prophète Mohammad (S) et des Oulémas.

Une grande partie de ce cimetière a été transformé en jardin pour les colons baptisé « Jardin de l’Indépendance ». Des hôtels et des parkings ont également été construits sur d’autres parties du cimetière.

CEP

BienvenuePalestine, de Bruxelles à Bruxelles fait "carton plein" :

Drapeau de l'Autorité palestinienne

Merci à nos camarades belges pour cette séquence d’une douzaine de vidéos, retraçant la mobilisation de leur délégation à la semaine BienvenuePalestine, de Bruxelles à Bruxelles en passant par la case-prison en Israël pour près de 50 d’entre eux (un lien avec les militants belges est proposé au bas de cet article)

Départ de Bruxelles http://mcpalestine.canalblog.com/archives/2011/07/09/21576270.html#trackbacks

Check-point israélien a l’aéroport de Zaventem http://mcpalestine.canalblog.com/archives/2011/07/09/21576058.html#trackbacks

http://mcpalestine.canalblog.com/archives/2011/07/09/21576070.html#trackbacks

Déclaration du porte-parole du ministère des Affaires étrangères http://mcpalestine.canalblog.com/archives/2011/07/09/21576524.html#trackbacks

Les familles des activistes arrêtés à Tel-Aviv manifestent chez Vanackere http://mcpalestine.canalblog.com/archives/2011/07/10/21577667.html#trackbacks

Solidarité avec nos frères et soeurs de BienvenuePalestine http://mcpalestine.canalblog.com/archives/2011/07/10/21577670.html#trackbacks

Devant le ministère des Affaires étrangères... http://mcpalestine.canalblog.com/archives/2011/07/10/21577736.html#trackbacks

http://mcpalestine.canalblog.com/archives/2011/07/11/21584430.html#trackbacks

http://mcpalestine.canalblog.com/archives/2011/07/11/21584454.html#trackbacks

Retour de 23 belges BienvenuePalestine http://www.youtube.com/watch?v=2JpmL95EMqU

http://mcpalestine.canalblog.com/archives/2011/07/12/21591079.html#trackbacks

Nous avons été pris en otage par Israël http://mcpalestine.canalblog.com/archives/2011/07/12/21591207.html#trackbacks

Six témoignages de nos délégués http://mcpalestine.canalblog.com/archives/2011/07/12/21595122.html#trackbacks

Les Belges de la Flottille accueillis par BienvenuePalestine http://mcpalestine.canalblog.com/archives/2011/07/13/21597827.html#trackbacks

Emission spéciale "BienvenuePalestine 08 juillet 2011" http://mcpalestine.canalblog.com/archives/2011/07/13/21603291.html#trackbacks

Retour de Nadia, Nassima et Mohamed http://mcpalestine.canalblog.com/archives/2011/07/15/21610147.html#trackbacks

Conférence de Presse http://mcpalestine.canalblog.com/archives/2011/07/15/21610176.html#trackbacks

Si tu boycottes Israël … http://mcpalestine.canalblog.com/archives/2011/07/15/21610315.html#trackbacks

Contact : Nordine, Mouvement Citoyen Palestine, http://mcpalestine.canalblog.com

CEP

Mission Bienvenue en Palestine : le maire de Grigny, René Balme, s’adresse aux parlementaires !

Merci à René Balme. Il serait temps que nos élus contestent, comme lui, le comportement du gouvernement français face à l’ensemble des violations du droit subies par les ressortissants français qui veulent se rendre en Palestine.

Grigny, le 12 juillet 2011

Madame, Monsieur le Député, Madame, Monsieur le Sénateur,

En juin dernier, le Conseil municipal de Grigny a voté un soutien à la Mission internationale Bienvenue en Palestine dont l’objectif était, durant la période du 08 au 16 juillet 2011, d’aider les Palestiniens de Cisjordanie à planter ou replanter un maximum d’oliviers sur leurs terres. Je me permets de vous interpeller aujourd’hui, pour vous demander d’intervenir auprès du parlement et du gouvernement français pour qu’ils exigent le droit de passage des ressortissants français de cette Mission auprès des autorités israéliennes.

En effet, Israël se permet de demander aux compagnies aériennes de ne pas valider les billets des membres de cette Mission et de leur interdire l’accès à l’avion. Certains des voyageurs qui ont obtenu leur carte d’embarquement ont été immédiatement arrêtés et emprisonnés à leur arrivée à l’aéroport Ben Gourion, à Tel Aviv. Le gouvernement français reste muet et inactif sur ce scandale qui bafoue la libre circulation de ses ressortissants.

La Mission internationale Bienvenue en Palestine avait également l’objectif d’expérimenter la franchise sur sa destination et ses motivations en refusant de mentir et de se cacher ou de signer des engagements (illégaux) à ne pas se rendre dans les territoires palestiniens. La démonstration est aujourd’hui faite, s’il fallait, qu’au blocus de Gaza établi par le gouvernement israélien depuis quatre ans, s’ajoute un deuxième blocus, tout aussi intolérable, sur l’ensemble des territoires palestiniens de Cisjordanie. Il consiste à refouler des voyageurs, sans motif ; pour d’autres à les humilier pendant des heures et de manière parfois raciste ; pour d’autres enfin à les emprisonner.

Je vous prie de bien vouloir intervenir instamment auprès du parlement et du gouvernement français afin d’exiger des autorités israéliennes qu’elles traitent normalement et correctement les ressortissants français quand ils arrivent dans un aéroport pour se rendre en Palestine, tout comme le sont les citoyens israéliens qui viennent en France.

La France, pays des droits de l’homme ne peut accepter, sauf à se discréditer, que l’on puisse traiter de la sorte ses ressortissants et qu’on les accuse sans aucune preuve de visées subversives ou terroristes alors qu’ils se rendent pacifiquement, fraternellement et dans un but humanitaire dans un pays occupé illégalement depuis des décennies par un État qui viole systématiquement toutes les règles du droit international. Le parlementaire que vous êtes ne peut demeurer silencieux face à cette agression caractérisée de nos compatriotes à l’étranger.

Dans l’attente de vous lire,

je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur le Député, Madame, Monsieur le Sénateur, mes respectueuses salutations.

René BALME Maire

CEP

Réflexion parfumée de Dior sur l'antisémitisme pathologique au pied des parcs de Vichy !

Milton écrivait dans son oeuvre polémique - d'une rare violence - sur la liberté de la presse, intitulée Areopagitica (1644), que si le mauvais n'existait pas, les hommes n'auraient aucun mérite à choisir le bon ; ainsi, dit-il "même les mauvais livres devraient être publiés pour qu'on puisse choisir librement".

Le bon et le mauvais ne peuvent que coexister, ces notions n'ayant aucun sens l'une sans l'autre. Le clivage du monde en deux parties, le bon et le mauvais, est le propre de la pensée du fanatisme fanatique de Vichy.

Lui-même est "bon", tandis que le mal est projeté dans l'Autre, l'ennemi contre lequel il est obligé de mener une lutte "acharnée" et constante pour se préserver. Cette lutte sera d'autant plus âpre qu'il aura mis dans l'Autre les parties les plus mauvaises, les plus indésirables, de sa propre personnalité.

Le prêcheur Topiste ou jésuite qui va tonner contre les péchés de la chair lutte finalement contre ses propres passions qu'il ressent comme inacceptables. Il "flagelle" l'Autre pour expulser ce qu'il sent en lui-même d'insupportable.

L'économie de ces mécanismes psychiques, pour utiliser un concept freudien, aboutit à une sorte de cercle vicieux ; en effet, l'insatisfaction aggrave les tensions, les tensions rendent encore plus insupportables les parties projetées au-dehors, l'agressivité augmente, engendrant une culpabilité qu'il faut éradiquer, ainsi le cercle vicieux est bouclé, de l'antisémitisme à la guerre Sainte, etc...

Alors malade ou délinquant, John Galliano, l'ancien couturier de la maison Dior, inculpé pour injures à caractère antisémite ?

John Galliano, qui sortait de deux mois de désintoxication dans une clinique américaine, a reconnu devant le tribunal correctionnel de Paris "une sorte de délire" dû à ses addictions que son avocat a plaidé avec talent : "Si une chose est claire, c'est que John Galliano était malade. Il était triplement dépendant à l'alcool, aux benzodiazépines et aux somnifères. L'effet  combiné de ces produits est un état d'abandon total. Dans cet état, il était incapable de savoir ce qu'il était et il ne se souvient de rien".

Confronté à une vidéo dans laquelle on le voit insulter ses voisins de table dans un troquet parisien en leur lançant "J'adore Hitler. (...). Des personnes comme vous seraient mortes. Vos mères, vos pères seraient tous des putains de gazés...".

Après de telles déclarations publiques, le tribunal qui doit rendre son jugement le 8 septembre, sera-t-il sensible à l'argument de ces "addictions-maladie" qui surviennent - SI - subitement ?

Moi. Hein ! J'ai toujours été un FANATIQUE !

Moi. Hein ! J'ai toujours dit ce que je pensais - Hein ! - de la Question Talmudique-sioniste.

De tous temps, Hein ! Je me suis battu contre l'intolérance. Hein ! Je me suis défendu contre la paranoïa. Hein !

De tous temps, Hein ! J'ai combattu l'agressivité contre la cause palestinienne !

De tous temps, Hein ! J'ai toujours voulu en "découdre" contre l'autojustification dans la vie sociale et civilisée et le narcissisme Talmudique !

Dans la vie, il y a quatre camps : les sémites, les sionistes, les antisémites et les antisionsites.

L'essentiel est de savoir choisir soit l'une, soit l'autre de ces "addictions" !

L'excellent site "Juifs de France et d'ailleurs" parle des cinq antisionistes les plus radicaux de France : Dieudonné, Kémi Seba, Boris Le Lay, Yahia Gouasmi et "le moins connu" (selon "Juifs de France et d'ailleurs") : Marc-Claude de PORTEBANE, votre serviteur.

 

"Le nettoyage ethnique en Palestine ne passera pas" et "Le bandistisme sionisme sera éradiqué" également, certes !

Main nul besoin d'invoquer dans un état dit - second - "Adolf Hitler" à une terrasse d'un bistrot parigot à de paisibles consommateurs, si ce n'est pour desservir notre cause qui est un combat éternel, juste et équitable !

Antisionisme : oui !

Antisémitisme : non !

Marc-Claude de PORTEBANE alias "Muammar El de PORTEBANE"

La mission BienvenuePalestine en guerre avec la compagnie aérienne hongroise MALEV

HALTE AU BANDITISME TALMUDIQUE !

Des participants à la mission BienvenuePalestine se sont présentés jeudi au commissariat de police de l’aéroport de Roissy-Charles De Gaulle (CDG), pour déposer une plainte y citant la compagnie aérienne hongroise MALEV, pour discrimination à raison de leurs opinions politiques, un délit puni de 3 ans de prison par le code pénal français.

Ils se sont vu opposer par la police un refus d’enregistrer leur plainte, un fonctionnaire leur déclarant :"nous avons reçu l’ordre de ne pas vous entendre. Voyez avec Israël" !

Ces passagers, une douzaine, s’étaient présentés plus tôt dans la journée, pour embarquer à destination de Budapest, où ils devaient prendre un second vol, vendredi matin, à destination de Tel-Aviv. Mais au comptoir d’enregistrement de MALEV, l’employée leur a dit que l’enregistrement était impossible, sur ordre … du gouvernement israélien !

De fait, dans la nuit de mercredi à jeudi, le ministère israélien de l’intérieur a enjoint des compagnies aériennes de faire le travail à sa place, en empêchant les voyageurs de monter à bord., faute de quoi, les appareils seraient interceptés par l’aviation israélienne, et déroutés de force vers un autre aéroport que l’aéroport Ben Gurion de Tel-Aviv.

A la mi-journée jeudi, les passagers de BienvenuePalestine en partance pour Budapest puis Tel Aviv, tous munis de documents de voyage et de billets valides, continuaient de faire le siège du comptoir MALEV à CDG, déclarant qu’ils ne bougeraient pas tant qu’ils n’auraient pas notification écrite de cet acte manifestement illégal.

Parallèlement, ils se rendaient au commissariat local, pour y faire leur déposition, sur les faits, et en pointant notamment les articles 225-1 et 225-2 du code pénal. Ces articles répriment l’entrave à l’exercice normal d’une activité économique (ce qui est le cas d’un billet d’avion, contrat entre un acheteur et un vendeur).

Ces discriminations, à raison du sexe, du handicap, de l’ethnie, de la religion, ou encore des opinions politiques de la victime, sont punies de 3 ans de prison par le code pénal.

CEP

L’histoire déformée de la Palestine dans les manuels scolaires français

Halte au despotisme Talmudique !

Le Crif et autres officines de propagande israélienne poursuivent leurs manoeuvres pour déformer l’histoire de la Palestine dans les manuels scolaires français. La référence à la Nakba notamment, c’est à dire à la spoliation, expulsion de quelque 800.000 palestiniens en 1948, les assassinats de familles entières et les centaines de villages palestiniens rasés ne pourront plus être évoqués, tout comme en Israël, où c’est carrément interdit par une loi.

Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) a reproché aux auteurs du manuel « d’interpréter les faits historiques, de tronquer la vérité, de prendre parti ».

Que le négationnisme israélien n’ait pas de limite, on le savait, que le gouvernement français soit d’une grande lâcheté n’est pas une nouveauté, mais il serait tout de même bienvenu que des enseignants, associés à la rédaction des manuels de nos enfants, fassent un peu de résistance...

D’autant que ces mystifications trompent de moins en moins de monde et que l’information circule désormais massivement par d’autres canaux. Canaux qui ont prouvé leur efficacité en Tunisie et en Egypte, notamment.

Attention, messieurs les maîtres-chanteurs, les jeunes savent de plus en plus de choses, et les tentatives de lavage de cerveau comme votre déni permanent du droit risquent de se retourner contre vous.

Tant va la cruche à l’eau....

Ci-dessous l’article envoyé par le CRIF à tous les médias : "Des passages de manuels d’histoire sur la Palestine vont être modifiés

Des passages de nouveaux manuels d’histoire contemporaine à destination des classes de première générale, contestés par des associations juives, vont être « modifiés » à l’occasion de l’impression des versions définitives, a indiqué lundi l’éditeur Hachette Education.

Ces passages étaient relatifs au « partage de la Palestine », a-t-on précisé de même source. Ils étaient inclus dans des manuels « spécimens » dont la version définitive reste à imprimer, avant distribution aux classes de premières L, S et ES à la rentrée 2011, dans le cadre de nouveaux programmes.

Or, « après relecture, il est apparu que certains passages contestables devaient être modifiés. A l’occasion de l’impression, ils seront changés », a-t-on ajouté, sans préciser le détail des passages mis en cause ni la teneur des modifications.

Le ministère de l’Education nationale n’avait pas réagi lundi en fin de journée.

Contacté par l’AFP, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Richard Prasquier, a évoqué une « présentation du conflit israëlo-palestinien tout à fait scandaleuse ».

Il a notamment dénoncé « une idéologisation », via par exemple l’emploi du mot « nakba » (« catastrophe », selon l’appellation dans le monde arabe de la création de l’Etat d’Israël en 1948 et de l’exode des Palestiniens qui s’en est suivi), quand le terme Israël « n’apparaissait pas ».

Il a par ailleurs dénoncé « des erreurs factuelles », sans préciser lesquelles.  

Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) a reproché aux auteurs du manuel « d’interpréter les faits historiques, de tronquer la vérité, de prendre parti ».

source : http://www.20minutes.fr/ledirect/75...

CEP

Le bateau français "Dignité - Al Karama" de la Flottille de la Liberté file au nez et à la barbe des grecs

HALTE AU BANDITISME TALMUDIQUE !

Le bateau français "Dignité - Al Karama", de la Flottille de la Liberté, a réussi à échapper au blocus illégal du gouvernement grec, et faisait route lundi en début d’après-midi vers la haute mer, a rapporté le journaliste Quentin Girard.

Quentin Girard est à bord du "Dignité - Al Karama", un bateau de petite taille, en compagnie d’une dizaine de volontaires de la Flottille, dont Olivier Besancenot et la députée européenne EELV Nicole Kiil-Nielsen.

Il explique dans son reportage, diffusé à la mi-journée sur le site liberation.fr, que les passagers et lui-même sont parfaitement conscients que leurs chances d’atteindre Gaza sont des plus faibles : s’ils ne sont pas interceptés par la marine de guerre grecque, collaboratrice d’Israël, le risque sera encore plus élevé de l’être par la marine de guerre israélienne.

Il n’empêche, et Quentin Girard est manifestement conscient du moment qu’il vit au moment où il envoie son reportage : les Etats coalisés, malgré toute leur veulerie et leurs armadas, ne viendront à bout, ni de la résistance du peuple palestinien, ni de celle des millions de femmes et d’hommes qui les soutiennent de par le monde....

CEP

Axe Dieudonné, Faurisson à Vichy : exigeons la libération du Cheikh Raed Salah :

Le Cheikh Raed Salah qui représente un des partis d’opposition en Israël et lutte pour la fin de l’occupation et de la colonisation, a été arrêté à Londres alors qu’il se rendait en Angleterre pour une tournée de conférences, et a été prié de repartir. Il a refusé et fait appel de cette décision parfaitement arbitraire et dictée, une fois de plus par le lobby israélien.

Cheikh Raed Salaah, est le dirigeant politique arabe le plus notoire de Jérusalem où il défend notamment la Mosquée Al-Aqsa contre toutes les attaques. Il a été élu maire de municipalités à trois reprises.

Il n’a cessé de revendiquer les droits des Palestiniens dans les territoires palestiniens comme en israël. Il a été arrêté et emprisonné de nombreuses fois par le gouvernement israélien malgré le caractère pacifique des ses actions depuis des années.

En venant à Londres, il s’apprêtait notamment à intervenir devant le parlement britannique. Son programme de conférences était annoncé depuis des semaines. Mais le ministère britannique de l’intérieur qui a tenté de le refouler ne l’a même pas prévenu de cette mesure, qui serait liée à des rumeurs d’antisémitisme propagées contre lui, alors qu’il n’a jamais été accusé de rien de tel en israël même !

Le plus extraordinaire est qu’il se voit reprocher par les autorités britanniques de ne pas être favorable à "une société multiculurelle et de prêcher la haine". Quelqu’un a dû se tromper de cible et zapper que c’est Israel qui refuse les mêmes droits à tous !

Cheikh Raed a entamé une procédure judiciaire pour diffamation.

La pétition ci-dessous demande la libération immédiate de ce défenseur des droits de l’homme et son droit à séjourner en Grande-Bretagne.

www.ipetitions.com/petition/release-shaykh-raed-salah/

CEP

Montreuil : fallait-il soutenir les anarchistes Talmudiques ?

Les Anarchistes contre le Mur sont ces militants israéliens qui refusent la ségrégation et l’occupation imposées aux Palestiniens par leur gouvernement.

Et ils le montrent par leurs actions concrètes aux côtés des Palestiniens : manifestations contre le mur, mais aussi contre les colons et leurs agressions, contre les démolitions de maisons palestiniennes et autres spoliations dont sont victimes les palestiniens.

CEP

L'unité sioniste menace la Flotille de la Liberté !

HALTE A LA TYRANNIE TALMUDIQUE !

Message de Nabil Ennasri, représentant du Collectif des Musulmans de France, actuellement à Athènes, en passe d’embarquer sur un des bateaux pour Gaza, tandis qu’Israel (et les autres dirigeants occidentaux) exercent des pressions sur la Grèce pour qu’elle interdise le départ des bateaux. Espèrons que le gouvernement grec "de gauche" fera un peu de résistance.....

"Nous sommes aujourd’hui à Athènes avec les centaines de militants internationaux qui embarqueront dans les bateaux dans les tous prochains jours. Près d’une douzaine de navires convergent en ce moment vers la Grèce. Notre but reste toujours le même : briser et dénoncer le blocus infâme qui étrangle la bande de Gaza et répondre à la crise humanitaire qui rend la vie insupportables à des centaines de milliers de personnes.

Ce matin, la conférence de presse de la coordination internationale de la Flottille de la Liberté 2 a drainé des dizaines de journalistes du monde entier (CNN, AFP, France 3, Le Monde, Al Jazeera etc). Le message était clair : notre cap restera tourné vers Gaza et la Flottille s’inscrit dans une démarche résolument non-violente.

Non content d’enfreindre quotidiennement le droit international, Israël aujourd’hui menace l’ensemble de la Flottille et même les journalistes. Le cabinet du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou vient de se déclarer « déterminé » à stopper cette opération en donnant des directives claires à sa marine. D’après les informations obtenues par la coordination, les soldats israéliens qui s’apprêtent à réitérer un acte de piraterie dans les eaux internationales menacent de se servir de « snipers » voire de « chiens » pour prendre possession des bateaux !

Enfin, conscient de l’impact médiatique de cette initiative, les autorités israéliennes vont tout faire pour intimider la presse internationale. Pour ceux d’entre les journalistes qui auraient la désinvolture de s’embarquer dans les bateaux, les sanctions tomberont sans sommation : 10 ans d’interdiction d’entrée sur le territoire israélien, confiscation de leur matériel et des sanctions supplémentaires non-précisées. Et la liberté de la presse, on en fait quoi ? Et dire que certains restent persuadés qu’Israël est « la seule démocratie du Moyen-Orient »…

par Nabil ENNASRI

CEP

Voilà ce que subissent les Palestiniens de Jérusalem Est...

HALTE A LA COLONISATION TALMUDIQUE !

Et aucun de nos dirigeants

aucune institution internationale ne réagit !

C’est abject.

"Hier soir a minuit a Beit Safaf (Jérusalem Est), une maison palestinienne qui se trouve à 200 metres du cheekpoint de Gilo ainsi que ses habitants ont été victimes de violence, de destruction de la part d’une centaine de colons de la vieille ville de jerusalem et de la colonie de Gilo.

Alors que la famille palestinienne Khaled Mohamed Alaa eddin composée de la mère, agee de 47 ans, du père de 61 ans, de quatre fils de 22, 27, 28 et 35 ans, ainsi que d’une fille de 21 ans, étaient en train de dormir, des colons ont surgi et ont cassé les fenetres, defoncé la porte d’entrée. Tandis que certains restaient dehors pour encercler la maison, d’autres ce sont introduits et ont saccagé la totalité des meubles, ainsi que tout ce qu’ils ont trouvé sur leur passage.

Apres avoir tout démoli, ils ont commencé à tabasser violemment tous les membres de la famille. Un voisin palestinien reveillé par les hurlements a appelé la police.

Aussi incroyable que ça puisse paraitre, les policiers ont arreté Akram le fils de 35 ans et Alaa le fils de 28 ans, alors qu’ils étaient tous deux recouverts de bleus et de sang ! Mais les colons ont affirmé que ces derniers les avaient frappés...... bien que toute la scene prouve que les agresseurs n’etaient point ces deux jeunes hommes battus a sang, leurs sort nous est inconnu a cette heure .

Les autres membres de la famille restée par terre ne pouvant bouger suite aux coups, ont été transportés a l hopital de Jerusalem Hadasa Ean Karem. La mère, qui a reçu de graves coups à la tête, ne s’est toujours pas reveillée. Le fils Houssam de 27 ans a le bras et la jambe platrés après qu’un colon l’a poussé et battu violemment contre une voiture d’un des colons.

Nous attendons davantage de nouvelles de leur état de santé. Leur famille, vivant en territoire occupé, près de Bethleem, n’a pas l’autorisation d’entrer à Jérusalem. il est donc impossible pour eux de se rendre au chevet de leurs proches.

Le but des colons est de s’emparer de cette maison palestinienne. Comme à l’heure où nous écrivons la maison est vidée de ses habitants, les colons ont la voie libre. Nous essayons en ce moment de trouver des personnes qui pourraient aller défendre cette maison, mais nous avons bien conscience que la situation est tres dangereuse.

Une fois de plus l’injustice s’est reveillée avec le soleil ce matin."

Contact : Mahmoud AL’AA Eddin& Catherine Noel

Al-masara village. 00972599817820

CEP

Quand Estee lauder se fait "reboiser"...

HALTE AU NETTOYAGE ETHNIQUE TALMUDIQUE !

L’association de solidarité avec la Palestine de Thessalonique en Grèce s’est invitée dans un magasin Estee Lauder pour y planter des arbres, imitant en cela le Fonds National Juif (JNF), spécialiste du nettoyage ethnique, qui "reboise" des zones palestiniennes annexées par Israël.

Le JNF, institution quasiment nationale, a accompagné la destruction de plus de 500 villages palestiniens depuis la fin des années 1940, en plantant des arbres et des forêts sur les ruines des maisons palestiniennes. Il se présente désormais comme une association caritative et écologique et se spécialise actuellement dans le "reverdissement" des villages palestiniens du Neguev... après les avoir rasés.

Cette action dans le magasin Estée Lauder (on peut voir des hommes et femmes se présentant comme faisant partie du "Fonds d’Annexion Juif"), a été menée le 28 mai dernier, au lendemain de la déclaration du premier ministre britannique renonçant à son "parrainage" du Fonds national Juif.

La campagne "Stop the JNF" demande au parlement britannique de supprimer au JNF son statut d’association humanitaire (qui lui permet de bénéficier de nombreux avantages fiscaux payés par le contribuable).

L’enseigne Estée Lauder n’a pas été choisie au hasard, puisque son PDG, Ron Lauder, est également le président du JNF, qui milite pour un accès à la terre exclusivement réservé aux juifs.

Une action Estee Lauder similaire avait eu lieu une semaine plus tôt à New York.

CEP

L’unité sioniste aurait assassiné une vingtaine de manifestants non armés à la frontière avec la Syrie

HALTE AUX TUERIES TALMUDIQUES !

Au moins 20 manifestants non armés ont été tués par les troupes israéliennes le long de la frontière syrienne, tandis qu’ils tentaient de traverser la frontière [non-reconnue internationalement] entre les hauteurs du Golan sous occupation et la Syrie, indique Al-Jazeera. Article publié par Info-palestine.net.

"Au moins 20 manifestants ont été assassinés, dont un garçon de 12 ans, et 220 autres ont été blessés tandis qu’ils défilaient sur les hauteurs du Golan, a fait savoir aujourd’hui la télévision d’Etat syrienne.

La foule s’était approchée de la frontière, ce dimanche, un jour considéré comme « jour de la Naksa » ou « jour de la défaite », marquant le 44e anniversaire de la guerre de 1967 au cours de laquelle Israël a occupé la région.

Andrew Simmons d’Al Jazeera, rapportant depuis Jérusalem, dit que l’armée israélienne prétend avoir tiré en l’air et ne fait pas état de victimes.

« Bien que la télévision syrienne ait annoncé des morts, il n’existe aucun moyen de le vérifier pour l’instant », selon lui.

« Mais nous avons vu cette avancée d’un grand nombre de manifestants qui tentaient de traverser une ligne de barbelés, puis s’étaient retrouvés au milieu d’une zone de tranchées. »

Les manifestants, la plupart des jeunes gens, ont finalement réussi à passer à travers les bobines de fils de fer barbelés marquant la [soi-disant] frontière, entrant ensuite dans une zone tampon et rampant vers une seconde clôture gardée par les troupes israéliennes d’occupation.

A certains moments, des manifestants ont été vus évacuant un manifestant mort ou blessé.

Mustafa Barghouthi, un responsable politique palestinien indépendant, a déclaré à Al Jazeera : « Ce que nous avons vu sur les hauteurs du Golan, comme face au checkpoint à Jérusalem [aujourd’hui], se sont des manifestants palestiniens pacifiques réclamant leur liberté et la fin de l’occupation, qui est devenue la plus longue de l’histoire moderne. »

« Et ils ont été confrontés à la terrible violence d’Israël. [Les soldats] ont tiré des coups de feu, envoyé des gaz lacrymogènes, des bombes assourdissantes et des grenades propulsant des produits chimiques dangereux contre les manifestants. »

« Ils nous ont également tabassés. J’étais un de ceux qui a été frappé aujourd’hui par les soldats israéliens alors que nous étions pacifiquement en train d’atteindre le checkpoint à Jérusalem. »

Ghayath Awad, un Palestinien de 29 ans qui a reçu une balle à hauteur de la taille, a déclaré depuis un hôpital à l’agence Associated Press : « Nous avons essayé de couper les barbelés quand les soldats israéliens ont commencé à tirer sur nous. »

Mohammed Hasan, un étudiant de 16 ans, blessé aux deux pieds, a déclaré : « Nous voulons à cette occasion rappeler à l’Amérique et au monde entier que nous avons le droit de retourner dans notre pays. »

Le Département d’État américain a exprimé sa préoccupation ( ?) face aux affrontements.« Nous sommes profondément troublés par les événements qui ont eu lieu plus tôt aujourd’hui sur les hauteurs du Golan causant des blessés et des morts », a déclaré le Département d’Etat dans un communiqué.

Ces récentes manifestations ont pour but d’attirer l’attention sur le sort des réfugiés palestiniens qui ont été chassés de leurs foyers pendant la guerre de conquête de la Palestine par les sionistes en 1948. Aujourd’hui, environ un demi-million de réfugiés palestiniens vivent répartis sur 13 camps en Syrie."

Source : http://english.aljazeera.net/news/m...

L'Allemagne et la leçon Talmudique

Conference de presse de Mazin Qumsiyeh, le 31 mai à Berlin.

Je ne cesse d’être triste, choqué, mais aussi plein de courage devant ce que je vois et entends dans ma tournée de travail en Allemagne. Les leçons de l’Histoire me laissent relativement optimiste, si tristes qu’elles soient, parce qu’elles fournissent une carte incontournable pour le futur.

Hitler (et les sionistes) qui voulaient vider l’Europe des Juifs, ont échoué. Ici en Allemagne, la population juive connait la plus forte augmentation du monde, et plus de la moitié d’entre elle vient d’Israël, le prétendu paradis des Juifs.

Bien des militants pour les droits de l’homme, ici, sont à l’origine des Juifs israéliens ou des Juifs sionistes. Gideon Lévy explique dans le journal Ha’aretz cette semaine comment et pourquoi les Israéliens obtiennent des passeport étrangers, et ce, dans des proportions jamais atteintes jusqu’à présent.

Quand on regarde les sites des anciens camps nazis, tels qu’on les voit sur les images et dans l’histoire de ce passé, on est frappé par la stupidité de ces humains qui croyaient pouvoir en finir, en traitant des créatures humaines de manière aussi ignoble. La terre dispose d’assez de ressources pour tout le monde mais la cupidité et le racisme semblent aiguillonner notre espèce et faire pousser leurs horribles têtes ici et là. La folie et l’arrogance du pouvoir, en se conjuguant à l’indifférence, et en soumettant des créatures humaines à de telles cruautés sont au-delà de toute description, à certaines périodes de notre histoire. Mais à d’autres périodes, le déni (de la Nakba ou de l’holocauste des Juifs) peut heurter les sentiments des survivants. Aucune créature humaine ne peut dire qu’il n’a pas été profondément touché par tout cela. Et, moi, Palestinien, j’ai découvert que cette histoire trop humaine, vraiment dérangeante, est en résonance avec notre propre réalité.

Aujourd’hui, on rapporte que le gouvernement israélien prépare un nouveau plan visant à transférer 30 000 bédouins de leurs villages du Negev « non reconnus » (par Israël) dans des zones de concentration pour des « raisons environnementales ». Il y a 70 ans, des milliers de Roms (Gitans) ont aussi été réinstallés pour améliorer l’environnement. Les Gypsies (Bohémiens) sont toujours maltraités en Allemagne, et ils sont toujours là, en dépit des tentatives précédentes pour les évacuer.

Il y a sept ans, le soulèvement du camp de réfugiés de Jénine et de la vieille ville de Naplouse (des ghettos) a été maté férocement ; soixante ans plus tôt, un soulèvement dans le ghetto de Varsovie a été maté... Des histoires sur des collaborateurs juifs avec les nazis comportent une ressemblance étrange avec la description des collaborateurs palestiniens avec les plans sionistes (y compris des histoires d’extorsions, d’utilisation de membres d’une famille, de l’utilisation de leviers médicaux, ou économiques, etc...)

Des murs de trois mètres de haut à Berlin sont pour la plupart tombés, mais des murs de huit mètres de haut en Palestine sont toujours là. J’ai imaginé que très bientôt, des Palestiniens se feraient plein d’argent en vendant des morceaux du mur israélien d’apartheid. Rêves, mémoire, leçons, larmes, espérance ne connaissent pas de frontières, ni frontières nationales, ni frontières religieuses. Je me souviens du remarquable livre d’un théologien juif, Marc Ellis « Out of Ashes » (« Sorti des Cendres ») et des leçons de son message sur ces horreurs : « plus jamais ça pour aucun être humain » et « plus jamais ça pour les miens ». C‘est cette leçon, j’espère, qui finira par pénétrer chacun d’entre nous.

Nous avons tenu une conférence de presse sur les préparatifs de la mission qui amènera des centaines de militants de la paix à venir en Palestine du 8 au 16 juillet (mission déjà parrainée par 30 associations palestiniennes et soutenue par des centaines d’associations partout dans le monde, cf. PalestineJN.org). Cette conférence de presse s’est tenue Le 31 mai, date à laquelle l’an dernier des commandos de la marine israélienne ont attaqué des bateaux humanitaires de la « Flottile pour la liberté de Gaza », tuant neuf militants et en blessant beaucoup d’autres.

Mais nous sommes animés par la détermination de la société civile internationale, des gens de tous les milieux, qui agissent selon leur conscience, de manière non violente, pour continuer à travailler pour la paix, dans la justice.

Cette détermination contraste avec la collaboration des gouvernements occidentaux qui soutiennent le dernier état colonial d’apartheid restant au monde. Comme on le voit en Tunisie, en Egypte et dans le reste du monde arabe, nous devons avoir confiance dans le pouvoir du peuple.

(Traduit de l’anglais par Carole SANDREL)

CEP

GRANDE MISSION INTERNATIONALE EN PALESTINE

Halte au banditisme Talmudique !

DU 8 AU 16 JUILLET 2011

Quinze associations palestiniennes ont lancé un appel à la société civile internationale pour que hommes, femmes et enfants se retrouvent à leurs côtés, à Jérusalem Est et en Cisjordanie cet été, pour clamer au monde entier leur droit à vivre en paix sur leurs terres, à circuler librement, à se débarrasser de l’occupation, des murs et des ghettos.

Inscrivez-vous !

Réunion d’information :

Mercredi 1 juin de 17h30 à 19h30.

Bâtiment : Espace Culture Cité Scientifique. Avenue Point Carré. Villeneuve d’Ascq. (59)

Métro : Direction 4 Cantons. Arrêt : Cité Scientifique, puis 1 minute à pied du Métro.

 

Venez nombreux !

Plus d’infos sur le site : http://www.BienvenuePalestine.com

Halte à la juiverie internationale : l’annexion de la vallée du Jourdain et du nord de la Mer Morte mises en cause par un rapport exclusif

HALTE A LA JUIVERIE INTERNATIONALE !

L’association israélienne de défense des droits de l’homme vient de publier un rapport montrant point par point comment Israël a instauré dans ces territoires palestiniens un régime qui en exploite intensivement les ressources, à plus grande échelle que nulle part ailleurs en Cisjordanie, et a déjà annexé plus des 3/4 de la vallée du Jourdain et du secteur septentrional de la Mer Morte.

Dépossession et exploitation : la politique israélienne dans la vallée du Jourdain et au nord de la Mer Morte.

La vallée du Jourdain et le secteur septentrional de la Mer Morte incluent les plus importantes réserves territoriales de la Cisjordanie. La zone couvre 1,6 million de dunams (1 dunam = 1000m2), ce qui constitue 28,8% de la Cisjordanie. Soixante cinq mille Palestiniens y vivent répartis dans 29 agglomérations, et environ 15 000 autres Palestiniens résident dans de petites localités bédouines. Quelque 9 000 colons vivent dans 37 colonies de la zone (y compris dans 7 implantations sauvages).

Mainmise sur les terres

JPEG - 80.6 ko
►Serres des colonies près de ‘Ein al-Bida, dans la vallée du Jourdain. Photo : Eyal Hareuveni, B’Tselem, 23 Mars 2011.

►Serres des colonies près de ‘Ein al-Bida, dans la vallée du Jourdain. Photo : Eyal Hareuveni, B’Tselem, 23 Mars 2011.

Israël a eu recours à différents moyens pour prendre le contrôle de la plus grande partie des terres de la zone :

- Des milliers de dunams ont été confisqués aux réfugiés palestiniens et utilisés pour construire là les premières colonies, dès 1968 et tout au long des années soixante-dix. Ceci, en violation d’un ordre militaire.
- Par le biais de manipulations juridiques, Israël a élargi l’inventaire du « territoire national », de sorte que 53,4% de la zone, soit quatre fois plus qu’avant 1967, sont désormais répertoriés comme territoire national.
- Israël a déclaré terrains d’exercices militaires 45,7% de la zone, bien que ces espaces soient situés à proximité de voies de communication majeures, le long de secteurs de colonisation bâtis ou consacrés à l’agriculture, ou encore qu’ils incluent des terrains de colonisation exploités.
- Israël a enclos environ 20% de la zone en les classant comme réserves naturelles, alors que seule une petite partie en a été développée et rendue propre à la visite. Deux tiers des secteurs classés comme réserves naturelles sont aussi des terrains d’exercice militaire.
- Israël a confisqué des terres au nord de la vallée du Jourdain pour le Mur de séparation et a réalisé 64 champs de mines près de la route du Jourdain. Or l’armée elle-même conteste désormais la nécessité des mines comme mesures de sécurité.

Par ces procédés, Israël a pris le contrôle de 77,5% du sol, en empêchant les Palestiniens d’y bâtir, d’y exploiter la terre ou d’y demeurer. 12% de la zone a été dévolue à la colonisation, y compris la totalité de la côte septentrionale de la Mer Morte. La politique israélienne a mis en pièces la sphère spatiale palestinienne et a isolé les localités palestiniennes. Au cours des deux dernières années, l’administration civile n’a eu de cesse de démolir les structures des communautés bédouines de la zone, bien que plusieurs d’entre elles soient antérieures à 1967.

Mainmise sur les ressources hydriques.

JPEG - 90 ko
► Ein Uja spring. Photo : Eyal Hareuveni, B’Tselem, 23 Mars 2011.

► Ein Uja spring. Photo : Eyal Hareuveni, B’Tselem, 23 Mars 2011.

Israël a pris le contrôle de la plupart des sources d’eau dans la zone et les a réservées à l’usage quasi exclusif des colons.

La plupart des forages israéliens en Cisjordanie – 28 forages sur 42 – se trouvent dans la vallée du Jourdain. Ces forages procurent annuellement à Israël quelque 32 millions de mètres cubes, dont la majeure partie est attribuée aux colonies. L’attribution annuelle d’eau aux 9 400 colons de la zone, à partir des forages de la vallée du Jourdain, de recyclage des eaux usées et de réservoirs artificiels est de 45 millions de mètres cubes. L’eau allouée aux colonies leur a permis de développer des procédés d’agriculture intensive et de cultiver tout au long de l’année, leur production étant pour la plus grande part exportée. L’eau attribuée aux colonies représente à peu près le tiers de la quantité d’eau accessible aux 2 millions et demi de Palestiniens vivant en Cisjordanie.

Le contrôle par Israël des ressources hydriques de la zone a entraîné le tarissement d’un certain nombre de puits palestiniens et a conduit à la diminution de la quantité d’eau que peuvent produire d’autres puits et sources. Par comparaison, en 2008, les Palestiniens pompaient 31 millions de mètres cubes, soit 44% de moins que ce qui était produit dans la zone avant l’agrément intérimaire israélo-palestinien de 1995. A cause de la pénurie d’eau, des Palestiniens ont été contraints à délaisser une agriculture qui avait été active et à se rabattre vers des productions moins rentables.

Dans le gouvernorat de Jéricho, la proportion de terres consacrées à l’agriculture est la plus faible parmi les gouvernorats palestiniens de Cisjordanie – 4,7%, comparé à une moyenne de 25%.

Le contrôle israélien de la plupart des terres empêche par ailleurs une distribution équitable des ressources hydriques aux agglomérations palestiniennes de la zone, mais aussi le transfert d’eau vers des localités palestiniennes qui lui sont extérieures. La consommation d’eau dans les localités bédouines correspond à la quantité que les Nations Unies ont fixée comme étant le minimum pour survivre dans les secteurs de désastre humanitaire.

Restrictions de mouvement

JPEG - 103.2 ko
► Tayasir Checkpoint, Vallée du Jourdain. Photo : Keren Manor, 26 Decembre 2010, Activestills.org.

► Tayasir Checkpoint, Jordan Valley. Photo : Keren Manor, 26 December 2010, Activestills.org.

Dans le cadre de l’assouplissement des restrictions de circulation en Cisjordanie lancé en 2009, Israël n’a pas supprimé les restrictions de mouvement dans la vallée du Jourdain, et ce malgré l’absence de menaces contre la sécurité dans cette zone. Israël maintient en fonctionnement quatre postes de contrôle dans la vallée du Jourdain - Tayasir, Hamra, Ma’ale, Efrayim, et Yitav. A ces postes de contrôle, ne sont autorisés à passer que les véhicules appartenant à des Palestiniens qu’Israël reconnaît comme résidents du secteur..

Ces restrictions à la circulation obèrent considérablement la vie des Palestiniens, dès lors que la plupart des structures éducatives et médicales supposées ouvertes aux résidents locaux sont situées hors de la zone.

Restrictions sur la construction.

JPEG - 12.8 ko
► Cabanes démolies par l’ Administration Civile à al-Farsiya - Vallée du Jourdain. Photo : Atef Abu a-Rub, B’Tselem, 19 Juil 2010.

► Cabanes démolies par l’ Administration Civile à al-Farsiya - Vallée du Jourdain. Photo : Atef Abu a-Rub, B’Tselem, 19 July 2010.

La politique planificatrice d’Israël dans la vallée du Jourdain rend impossible aux Palestiniens de bâtir et de développer leurs agglomérations.

L’administration civile n’a préparé des plans que pour une fraction minuscule des localités palestiniennes. En outre, ces plans ne sont rien d’autres que des projets de démarcation, qui n’allouent pas d’espace pour de nouvelles constructions ni des expansions. A titre d’exemple, le plan concernant Al-Jiftlik, la plus grande localité de la Zone C (placée sous contrôle israélien intégral), a laissé hors de ses limites 40% de l’espace constructible du village ; en conséquence de quoi, les maisons de nombreuses familles sont en péril de démolition. Le plan concernant Al-Jiftlik est plus restreint en surface que celui qui a été élaboré pour la colonie de Maskiyyot, bien que Al-Jiftlik compte 26 fois plus d’habitants.

Mainmise sur les sites touristiques.

JPEG - 80 ko
► La plage de bains de mer israélienne, Bianqini, au nord de la Mer Morte. Photo : Keren Manor, 13 Mars 2011, Activestills.org.

► La plage de bains de mer israélienne, Bianqini, au nord de la Mer Morte. Photo : Keren Manor, 13 March 2011, Activestills.org.

Israël a pris le contrôle de la plupart des principaux sites touristiques de la zone – la côte septentrionale de la Mer Morte, Wadi Qelt, les grottes de Qumran, les sources de la réserve de ‘Ein Fashkha, et le site de Qasr Alyahud (là où Jean Baptiste a baptisé Jésus). Des organismes israéliens administrent ces sites. Israël limite par ailleurs l’accès des touristes à Jéricho, en les canalisant vers l’entrée sud de la ville. La conséquence étant que peu de touristes en visite à Jéricho y passent la nuit, ce qui entraîne de lourdes pertes pour l’industrie touristique de la ville.

Exploitation des ressources naturelles.

JPEG - 80.1 ko
► Salle de production à AHAVA, qui produit des cosmétiques à base de boue de la Mer Morte ‘high-mineral-content’. Photo : Keren Manor, 13 Mars 2011, Activestills.org.

► Salle de production à AHAVA, qui produit des cosmétiques à base de boue de la Mer Morte ‘high-mineral-content’. Photo : Keren Manor, 13 Mars 2011, Activestills.org.

Israël autorise des entrepreneurs israéliens à exploiter les ressources de la zone.

La firme de cosmétiques Ahava, dans le kibboutz Mizpe Shalem, élabore ses produits à partir des boues à haute teneur minérale de la Mer Morte septentrionale. Une carrière israélienne proche de la colonie Kokhav Hashahar produit des matériaux de construction. Israël a également mis en place dans la vallée du Jourdain des installations pour le traitement de l’eau et l’enfouissement des ordures en provenance d’Israël et des colonies.

Le droit international prohibe l’établissement de colonies dans des territoires occupés et l’exploitation de leurs ressources.

B’Tselem appelle Israël à évacuer les colonies, à donner aux Palestiniens accès à toutes les terres qui leur ont été fermées et à leur permettre d’utiliser à leur usage les ressources hydriques. En outre, Israël doit fermer les entreprises qui profitent des ressources minérales et des autres ressources naturelles dans la zone, et démembrer les dispositifs de dépôt des ordures.

Source : [http://www.btselem.org/English/Publ...>

Centre israélien d’information sur les droits de l’homme dans les Territoires Occupés. Rapport exhaustif, mai 2012 Dépossession et exploitation : la politique israélienne dans la vallée du Jourdain et au nord de la Mer Morte.

(Traduit de l’anglais par Anne-Marie PERRIN pour CAPJPO-EuroPalestine)

Tous en Palestine en juillet 2011 !


Départs de Vichy garantis !

Tous en Palestine en Juillet 2011

http://www.BienvenuePalestine.com


HALTE A LA TERREUR TALMUDIQUE !


Halte au commerce Talmudique : Agrexco dehors !

Le MEDFEL, salon des fruits et légumes de Méditerranée accueille pour la seconde fois l’entreprise Carmel Agrexco de l’état colonial israélien. Dans le cadre de la Campagne nationale contre Agrexco, la Coalition contre Agrexco et le Collectif Palestine 66 se sont invités, pour la seconde fois également au salon pour dire l’opposition des citoyens et des contribuables de la région au financement d’un terminal fruitier à Sète au profit d’Agrexco et crier "Agrexco Dégage" !!.






63 ans de la Nakba : gigantesque rassemblement à Paris le samedi 14 Mai

Halte au despotisme Talmudique !

A l'occasion des 63 ans de la Nakba, synonyme d'expulsion de près de 800.000 Palestiniens de leurs foyers et de destruction par l'unité sioniste de plus de 500 villages palestiniens, et alors que l'unité sioniste poursuit le nettoyage ethnique, et empêche les réfugiés palestiniens de rentrer chez eux, nous appelons à un grand rassemblement SAMEDI 14 MAI, de 13 H à 18 H à la Fontaine des Innocents, à Paris.

Nous comptons sur votre présence car nous aussi, de Vichy à Paris, nous serons là !

Halte au banditisme Talmudique dans l'unité sioniste !

L'actu vue de Vichy :

Des milliers d’Israéliens ont défilé la semaine dernière dans un quartier de Tel-Aviv peuplé d’immigrés d’Afrique noire pour exiger du gouvernement l’expulsion immédiate de ces derniers. Des Philippins ont, eux aussi, été pris à partie, aux cris de « Négros voleurs et violeurs ! », « Négros criminels, dehors ! » ou « Israël n’est pas une poubelle ! »

"Les manifestants, qui brandissaient des pancartes portant les mêmes revendications, ont pris à partie tous les vendeurs de rue à la peau noire qu’ils rencontraient sur leur passage.

Ni la presse occidentale ni les belles âmes donneuses de leçons du genre Bernard Henri-Lévy ou Alain Finkielkraut n’ont élevé la moindre protestation contre cette agression à caractère ostensiblement raciste. Barack Obama non plus ! Ce qui est tout de même étrange puisque lui, l’allié fidèle d’Israël, celui qui, après Bush, couvre toutes leurs exactions, se serait vu aussi menacé d’expulsion étant donné sa couleur.

On peut tirer deux réflexions de cette « chasse aux négros » :

- voici des gens venus de partout à travers le monde (mais surtout d’Europe) qui, en 1948, ont expulsé la population palestinienne locale pour construire un état et qui aujourd’hui cherchent à réitérer cet acte scélérat à l’encontre des immigrés africains. Ils feignent donc d’oublier qu’ils étaient des immigrés il y a cinquante ans de cela.

- depuis 2.000 ans, ce sont les Européens les bourreaux des Israélites et non les Noirs, les Arabes ou les Asiatiques. De la destruction du Temple par les Romains dans l’Antiquité aux camps d’extermination nazis au XXe siècle, en passant par l’expulsion des Juifs d’Espagne en 1492, la création de ghettos en Europe de l’Est au XIXè siècle ou encore la rafle du Vel d’hiv’ en France, c’est l’homme européen qui a ostracisé, ghettoisé et souvent pogromisé les fils de Sion.

Interrogés, certains manifestants ont déclaré qu’Israël est un pays occidental et qu’à ce titre, il n’a pas à accueillir la lie du Tiers-monde, tous ces porteurs de maladies telles que le sida, ces proxénètes et ces trafiquants de drogue venus du Nigéria, du Mali ou du Congo !!!

Sauf que Dachau et Auschwitz ne se trouvent pas dans un quelconque pays du Tiers-monde jusqu’à plus ample informé…"

Par la rédaction de Montray Kreyol

Reconnaissance d’un Etat Palestinien : l’analyse de Haidar Eid



  Haidar Eid, militant palestinien indépendant du Fatah et du Hamas, vivant à Gaza, met en garde contre les déclarations d’indépendance qui ne garantiraient ni la liberté, ni l’émancipation aux Palestiniens, mais une autonomie sur des fragments de terre palestinienne, sans véritable souveraineté, contrôle des frontières, de réserves hydriques, ni possibilité de retour des réfugiés.

"Déclarer l’indépendance d’un Bantoustan

L’ « euphorie induite », qui caractérise parmi les principaux médias les discussions au sujet de la déclaration à venir d’un Etat palestinien indépendant en septembre, ignore la rudesse des réalités sur le terrain et les avertissements de commentateurs critiques. Dépeindre une telle déclaration comme une « percée » et comme un « défi » au défunt « processus de paix » et au gouvernement droitiste d’Israël ne sert qu’à occulter le continuel déni par Israël des droits des Palestiniens tout en confortant la ratification implicite par la communauté internationale d’une situation d’apartheid au Moyen-Orient.

Le mouvement pour la reconnaissance est conduit par Salam Fayad,, le Premier Ministre désigné de l’Autorité Palestinienne (AP) basée à Ramallah. Il se fonde sur la décision prise au cours des années 1970 par l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) d’adopter le programme plus souple d’une « solution à deux Etats ». Ce programme soutient que la question palestinienne, qui est au cœur du conflit israélo-arabe, peut être résolue par l’établissement d’un « Etat indépendant » en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza, avec Jérusalem-Est pour capitale. Selon ce programme, des réfugiés palestiniens retourneraient vers l’état de « Palestine », mais non vers leurs demeures en Israël, qui se définit lui-même comme « l’état des Juifs ». Pour autant, l’ « indépendance » ne prend pas en compte cette question, pas davantage qu’elle ne prend en considération les appels à transformer la lutte en un mouvement anti-apartheid, émanant de 1,2 million de Palestiniens de nationalité israélienne, qui sont traités comme des citoyens de troisième zone.

Tout ceci est supposé entrer en vigueur après que les forces israéliennes se seront retirées de Cisjordanie et de Gaza. Or ne s’agira-t-il que d’un redéploiement de forces comme on a pu le voir durant la période d’Oslo ? Les promoteurs de cette stratégie prétendent pourtant que l’indépendance garantit qu’Israël traitera comme un seul peuple les Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie et que la question palestinienne peut être résolue conformément au droit international, en donnant de ce fait satisfaction aux droits politiques et nationaux basiques du peuple palestinien.

Laissons de côté le fait qu’Israël tient jusqu’à 573 barrages et points de contrôle permanents à travers la Cisjordanie, sans compter 69 points de contrôle « volants » additionnels ; et il se peut que vous préfériez aussi ignorer le fait que les colonies « purement juives » existantes ont annexé plus de 54% de la Cisjordanie.

Lors de la conférence de Madrid en 1991, Yitzhak Shamir, alors Premier Ministre d’un gouvernement de « faucons » n’avait pas même accepté le « droit » palestinien à une autonomie administrative. Avec l’arrivée du gouvernement de « colombes » Meretz/Travailliste, conduit par Yitzhak Rabin et Shimon Peres, les dirigeants de l’OLP ont mené en Norvège des négociations de derrière le rideau. En signant les Accords d’Oslo, Israël se trouvait dégagé du lourd fardeau d’administrer Gaza et les sept villes surpeuplées de Cisjordanie. La première intifada s’est terminée par une décision officielle – et secrète – de l’OLP, sans atteindre ses objectifs nationaux intérimaires, notamment « liberté et indépendance », et sans l’accord du peuple que l’OLP était censée représenter.

La même idée d’ « Indépendance » a d’abord été rejetée par l’OLP, parce qu’elle ne répondait pas aux « droits légitimes minimaux » des Palestiniens, et parce qu’elle est l’antithèse de la lutte palestinienne pour la libération. Ce qui est proposé en lieu et place de ces droits est un Etat qui n’a d’existence que nominale. En d’autres termes, les Palestiniens sont contraints d’accepter une pleine autonomie sur une fraction seulement de leur terre et ne doivent jamais penser en termes de souveraineté, de contrôle des frontières, de réserves hydriques, et plus important que tout, de retour des réfugiés.

Tels furent les Accords d’Oslo, et telle est aussi la « déclaration d’indépendance » projetée. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que le Premier Ministre Benjamin Netanyahu déclare qu’il « pourrait donner son accord à un Etat Palestinien par l’intermédiaire de négociations ».

Cette déclaration ne promet pas davantage d’être en accord avec le plan de partage des Nations Unies en 1947, qui ne garantissait aux Palestiniens que 47% de la Palestine historique, même s’ils représentaient plus des deux tiers de la population. Une fois déclaré, le futur état palestinien « indépendant » occupera moins de 20% de la Palestine historique. En créant un Bantoustan, et en le dénommant « Etat viable », Israël va se débarrasser du fardeau de 3,5 millions de Palestiniens. L’AP gouvernera le plus grand nombre de Palestiniens sur le plus petit nombre de fragments de territoire – fragments qu’il nous est loisible d’appeler "l’Etat de Palestine ». Cet « état » sera reconnu par des dizaines de pays – ce qui doit rendre fort envieux les infâmes chefs tribaux bantous d’Afrique du Sud !

On peut seulement supposer que l’ « indépendance » tellement glosée et célébrée ne fera que renforcer le rôle joué à Oslo par l’Autorité Palestinienne. C’est-à-dire de prendre des mesures de police et de maintien de l’ordre destinées à désarmer les groupes de résistance palestinienne. Telles furent les premières exigences imposées aux Palestiniens à Oslo en 1993, à Camp David en 2000, à Annapolis en 2007, et à Washington l’an dernier.

Dans le même temps, dans le cadre des négociations et des demandes, aucun engagement ou aucune obligation ne sont imposées à Israël. Tout comme les Accords d’Oslo signifiaient la fin de la résistance populaire et non violente de la première intifada, cette déclaration d’indépendance a un but similaire, à savoir de mettre un terme au soutien international croissant en faveur de la cause palestinienne, qui s’affirme depuis l’assaut d’Israël contre Gaza au cours de l’hiver 2008-2009 et son attaque contre la Flotille de la Liberté en mai dernier.

Et cette déclaration échoue à assurer aux Palestiniens un minimum de protection et de sécurité contre les futures agressions et atrocités israéliennes. L’invasion et le siège de Gaza ont été une conséquence d’Oslo. Avant la signature des Accords d’Oslo, jamais Israël n’avait utilisé à plein son arsenal de F-16, de bombes au phosphore et d’armes à sous-munitions à Gaza et en Cisjordanie. Plus de 1200 Palestiniens ont été tués de 1987 à 1993 durant la première intifada. Israël a surpassé ce chiffre pendant les trois semaines de son invasion en 2009 ; il s’est arrangé pour tuer brutalement plus de 1400 personnes dans la seule Bande de Gaza. Ceci, sans comptabiliser les victimes du siège mis en place par Israël depuis 2006, et qui s’est caractérisé par des bouclages et des attaques israéliennes répétées, avant et depuis l’invasion de Gaza.

Au bout du compte, ce que cette supposée « déclaration d’indépendance » offre au peuple palestinien n’est qu’un mirage, une « patrie indépendante » qui n’est qu’un bantoustan travesti.

Même si elle est reconnue par tant de pays amis, elle est impuissante à accorder aux Palestiniens la liberté et l’émancipation. Un débat critique – donc opposé à celui qui est dévoyé et démagogique – exige l’examen attentif des distorsions de l’histoire par de fausses représentations idéologiques. Ce dans quoi il faut s’impliquer, c’est une vision historique et humaine des questions palestinienne et juive, une vision qui ne dénie jamais ses droits à un peuple, qui garantisse une complète égalité, et qui abolisse l’apartheid – au lieu de reconnaître un nouveau Bantoustan 17 ans après la chute de l’apartheid en Afrique du Sud."

Source : http://al-shabaka.org/declaring-independent-bantustan

(Traduit de l’anglais par Anne-Marie PERRIN pour CAPJPO-EuroPalestine)

Sale guerre en Libye :

de la chute de Mouammar Kadhafi

à la victoire du banditisme Talmudique !

par Marc-Claude de Portebane, mardi 12 avril 2011

Depuis le début des hostilités en Libye, on entends parler les canons en direction de sites militaires mais aussi contre des civils comme vous et moi qui ont mis, pour certains, des années à construire pour conserver et non, conserver pour détruire.

Tout le monde n'habite pas sous une tente et c'est souvent le peuple de base qui trinque comme c'est le cas dans toutes les guerres.

Vouloir la peau de Mouammar Kadhafi c'est mal connaître sa détermination à résister coûte que coûte à l'invasion de son pays par des armées étrangères au comportement de croisés inadmissibles.

Tous les pays du monde se sont bien acoquinés avec le régime du colonel surtout pour combattre le terrorisme, quand cela les arrangeaient... sur le plan intérieur car Kadhafi est la plaque tournante du renseignement en la matière.

Bien sûr, il y a une révolte d'une poignée de combattants des droits de l'Homme mais cela ne semble pas être la représentation de l'ensemble de la population libyenne.

Car comment expliquer pourquoi le peuple libyen, dans sa totale composante ne renverse-t-il pas le guide et ce, à Tripoli pour commencer et pour en finir ?

L'Occident pensait renverser Kadhafi comme on renverse une bouteille à moitié vide sur une nappe de l'OTAN en finir le plus rapidement possible.

Où sont nos spécialistes des écoles militaires et stratégiques qui nous déversent leurs flots de statistiques...;sur les ondes des radios et des TV ?

Kadhafi résiste avec un certain courage et cela risque bien de se retourner contre les guerilleros à cheval sur quelques 4X4, dépendants des frappes et encore plus de frappes aériennes dans un accès de destruction tous azimuts !

Pendant ce temps-là, le banditisme Talmudique a les mains libres pour broyer les femmes et les enfants palestiniens de Gaza !

Attentat commis dans la colonie d’Itamar en Cisjordanie

Ci-dessous le communiqué des Comités Palestiniens de Résistance Populaire Contre le Mur et les Colonies à propos de l’attentat commis dans la nuit de vendredi à samedi dans la colonie d’Itamar en Cisjordanie.

Communiqué :

Les Comités Palestiniens de Résistance Populaire Contre le Mur et les Colonies expriment leur profonde tristesse et chagrin concernant la tuerie qui a eu lieu dans la colonie israélienne d’Itamar. Les Comités populaires estiment que ces meurtres découlent de la politique d’escalade de l’occupant israélien dans ses actions de colonisation, dépossession et d’agression des Palestiniens. Le gouvernement israélien porte donc l’entière responsabilité de cette occupation et de ses conséquences.

Les Comités populaires ont choisi la non violence et la désobéissance civile pour mettre fin à l’occupation israélienne. Bien que ce crime ait été commis sur une terre colonisée, l’assassinat d’enfants est de notre point de vue un crime abject, quels que soient leur nationalité, leur genre, couleur, race ou religion.

Iyad Burnat

friends-of-freedom-and-justice-bilin

Un communiqué qui dit les choses de manière simple et juste contrairement à des propos israéliens ignobles tels ceux de Shimon Pérès, déclarant : "le meurtre de la famille Fogel à Itamar est un acte qui traduit l’absence de visage humain. Aucune religion ou croyance dans le monde ne permet ces actes horribles.’’

Ceux qui tuent des enfants par centaines en permanence, avec leurs chars, leurs drones, leurs snipers, ont un visage humain, eux ?

M. Shimon Peres, qui n’a apparemment pas eu de scrupules à ordonner l’exécution d’une centaine d’enfants et de femmes dans le camp de réfugiés de Canaa, au Sud Liban, en avril 1996, alors qu’il était premier ministre, ferait mieux de se la fermer.