Réflexion matinale sur les jardins de Cocagne près de la source contaminée de Fontaurige en Haute-Loire

Comment peut-on assurer la promotion du bio

devant la très droitière mairie du Puy-en-en-Velay

représentative de la version dure du Sarkozysme ?

lepouy-049-3.jpg

Les Jardins de Cocagne sont des jardins maraîchers biologiques à vocation d'insertion sociale et professionnelle.

A travers la production et la distribution de légumes biologiques, sous forme de paniers hebdomadaires, à des adhérents-consommateurs, ces Jardins permettent à des adultes en difficulté de retrouver un emploi et de (re)construire un projet personnel.

Comment peut-on adhérer à une si noble cause environnementale et sociale et d'en faire la promotion devant une mairie de France qui adhérait à 200 % aux idéaux du Sarkozysme qui a tout fait pour "casser" de l'écologiste ?

Comment peut-on proposer au peuple de base la revue des Jardins de Cocagne "L'arrosoir" (n°22) au marché européen du Puy-en-Velay du week-end dernier alors que les partisans de ligne dure de l'UMP ont écrasé sans vergogne le voisin de palier, l'héritier de l'immigration, le professeur, l'épicier arabe, la femme de ménage un peu trop noire ?

Comment Jean-Guy HENCKEL, le fondateur des "Jardins de Cocagne" marqué par le vent de la liberté qui a soufflé sur mai 68 peut-il tolérer que l'on puisse souder l'esprit collectif et l'individualisme forcené des défenseurs de l'acharnement contre les masses les plus pauvres de notre société ?

Quand l'UMP annonçait régulièrement la disparition des classes sociales et de leur lutte, il s'agissait en réalité d'une stratégie de communication et même plus : une véritable guerre psychologique.

Et cette guerre des classes, ce sont les riches qui sont en train de la gagner par, précisément, une guerre psychologique qui s'est mise en place au début des années 1980.

Son but est de "faire accepter aux membres des classes moyennes et des classes populaires l'idée d'un individualisme consommateur" (source : Monique PINCON-CHARLOT, sociologue).

Alors comment peut-on animer divers forums sociaux pour montrer qu'un autre monde est possible, participer à des manifestations d'ancrage biologique dans des communes où les dirigeants ont tout fait pour casser les solidarités populaires alors que la campagne électorale des dernières présidentielles a été précédée et accompagnée de nombreux conflits sociaux conduits pour lutter contre la désindustrialisation, sauver des emplois, améliorer les salaires et les conditions de vie, faire pièce au démantèlement et à la privatisation des services publics, à la transformation du Code du travail en "nouveau code noir de l'esclavagisme néolibéral" (source : Robert CASTEL, sociologue), sanctionnant la perte du droit des travailleurs et la domination du patronat ?

Troublant, non quand Marine le PEN et Nicolas SARKOZY cachent mal leur "haine viscérale" du peuple (source : Gérard MORDILLAT, écrivain et réalisateur) ?

jardins de Cocagne source contaminée Fontaurige Haute-Loire paniers Sarkozysme jardins maraîchers biologiques insertion nouveau code noir de l'esclavagisme néolibéral sociologue lutte des classes classe moyenne peuple de base individualisme consommateurs Jean-Guy HENCKEL mai 68 Monique PINCON-CHARLOT Robert CASTEL Gérard MORDILLAT écrivain réalisateur

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.