Risque de marchandisation du corps humain à l'Etablissement Français du Sang (EFS) ?

Après l'affaire du sang contaminé

quel avenir pour l'EFS ?

Les salariés de l’Etablissement Français du Sang étaient hier en grève pour dénoncer l’arrêt obligatoire de la fabrication de plasma thérapeutique. Ils craignent aussi de perdre le monopole de la collecte.

La grève de cet établissement public a été lancée lundi 29/01 à l'appel de l'intersyndicale CFDT, FO, CGT et CFE car "Ce qui nous inquiête, c'est l'accumulation des menaces sur l'activité et l'emploi" a ainsi résumé Régine BASTY, déléguée centrale CFDT au sein de l'EFS.

"Le risque majeur" étant lié à la fin du monopole de l'EFS sur certains produits puisque à la suite d'une décision du Conseil d'Etat du mois de juillet dernier, l'EFS a en effet perdu le droit de fabriquer un type de plasma thérapeutique - dit SD - à compter du 1er février 2015, plaçant ainsi la filière dans une situation inédite de conccurence.

COLLECTE VERS LE PRIVE

Aa233

Cette nouvelle donne provoque de vives inquiétudes chez les syndicats, tout comme les pressions faites par la LFB (Laboratoire de fractionnement et de biotechnologies, qui produit les médicaments dérivés du sang) sur le gouvernement pour "obtenir lui aussi des prélèvements de plasma en France".

Il s'agirait ni plus ni moins que de faire passer "en catimini" la collecte de plasma d'un établissement public ...vers le privé.

Le LFB est encore détenu à 100 % par l'Etat mais la loi Macron prévoit d'en ouvrir le capital à des investisseurs privés pour - soit-disant - faire face à la concurrence industrielle internationale car comme le rappelle Régine BASTY, "C'est à la suite de l'affaire du sang contaminé et afin d'éviter tout conflit d'intérêts que l'Etat a séparé le collecteur (EFS) du fractionneur (LFB)".

La question de fond est de savoir si la filière plasmatique est une activité qui va continuer à être assurée par le service public ou si elle sera laissée aux industriels privés.

Un avertissement que résume l'intersyndicale "Quand l'économie prend le pas sur les principes moraux et sanitaires, c'est très dangereux".

NPA affaire du sang contaminé loi Macron privatisation LFB Laboratoire de fractionnement et de biotechnologies CGT CFE CFDT FO collecte fabrication plasma thérapeutique EFS grève Etablissement Français du Sang marchandisation corps humain risque

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.