Qui veut la peau d'Hortefeux ?

Un appel à la démission de Brice Hortefeux est actuellement en ligne pour quelques paroles maladroitement glissées, à titre privé, sur le ton de la confidence entre militants de l'UMP et provoque un tollé national récupéré par de soit-disant "Républicains" de premier ordre qui essaient, comme les socialos, de redorer leur blason, à l'image de ce gugusse qui vient de lancer une pétition sur le net qui n'a recueilli que ... 16 signatures !

Et voici, ce qu'il nous dit penser des propos malheureux de Brice Hortefeux qui ont vite été déformés par la camarilla des pauvres cons :
"Parce que Brice Hortefeux a tenu des paroles sans ambiguïté, il doit démissionner. Parce qu’il à prononcé des paroles racistes à l’encontre d’un jeune militant Arabe, il doit démissionner. Parce qu’il n’en est pas à son premier dérapage verbal, il n’est ni excusable ni même défendable. Nous appelons donc à sa démission !

Brice Hortefeux, le ministre de l’Intérieur est, une nouvelle fois, au centre d’une violence polémique. La raison : lors du campus d’été de l’UMP à Seignosse, le ministre de l’Intérieur a prononcé des propos racistes à l’encontre d’un jeune militant Arabe, Amine Benalia-Brouch, qui voulait se faire prendre en photo aux côtés du ministre : « Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes », a alors déclaré le ministre, comme on le voit sur la vidéo.
Brice Hortefeux et tout l’appareil politique de l’UMP s’en défendent, dénonçant une « vaine et ridicule tentative de polémique ». Cette polémique est tout sauf ridicule : le ministre de l’Intérieur, sensé représenter les valeurs de la République, a bel et bien prononcé des propos racistes. Cette tentative vaine de calmer un dérapage de plus de la part d’un ministre aux antécédents douteux est carrément insultante : ces propos ne sont ni excusables, ni admissibles, ni même défendables !
Le ministre de l’Intérieur n’est pas à son premier dérapage verbal. On se souvient que lors de la passation de pouvoir, à l’occasion du remaniement ministériel en janvier dernier, Fadela Amara est mutée dans le giron du ministère de l’Intérieur, occupé par Brice Hortefeux. Ce dernier présente « Fadela Amara, qui est une compatriote –comme ce n’est pas forcément évident je le précise ».
Brice Hortefeux peut tenter de se défendre en déclarant que ces propos font « référence aux très nombreux clichés qu’il venait de prendre avec la délégation auvergnat ». Bien tenté mais ne nous y trompons pas : il s’agit de propos sans ambiguïté ! Et en cela, ils sont condamnables !
Dans ces conditions, Nicolas Sarkozy osera-t-il garder Brice Hortefeux qui ne mérite plus d’être ministre ? Le chef de l’Etat osera-t-il aller contre une vindicte populaire, légitime et justifiée, pour défendre « son » ami ? Le président de la République osera-t-il garder ce ministre qui a jeté de l’opprobre à la République ?"

Allez, tirons la chasse !

Commentaires (1)

GOBERT
QUI VEUT LA PEAU DE SOUCHON ?

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.