Le clan Chirac boit la tasse et commence à s'écrouler

Emplois fictifs - Chirac n'en a pas fini avec les juges

jacques chirac
Agrandir l'image

Crédit Photo : TF1/LCI

Jacques Chirac, interrogé par TF1 le 22 novembre 2007

Chirac n'en a pas fini avec les juges

  • L'ancien président de la République a été renvoyé vendredi devant la justice pour son rôle dans l'affaire des chargés de mission de la ville de Paris.

  • Ce renvoi a été décidé contre l'avis du procureur qui demandait un non-lieu

- le 30/10/2009 - 06h21
Mis à jour le 30/10/2009 - 09h16

Jacques Chirac sera le premier président de la République à comparaitre devant la justice. Le prédécesseur de Nicolas Sarkozy a été renvoyé pour "détournement de fonds publics" devant le tribunal correctionnel de Paris par la juge d'instruction Xavière Simeoni. Il devra expliquer son rôle dans l'affaire des chargés de mission de la ville de Paris, dont il fut le maire. Ce renvoi porte sur "21 supposés emplois fictifs", selon son service de presse.  Il bénéficie en revanche "d'un non-lieu pourc", toujours selon son entourage, qui affirme que l'ex-président est décidé à établir "qu'aucun des emplois en débat ne constitue un emploi fictif".

Contre l'avis du procureur qui demandait un non-lieu, Xavière Simeoni a estimé que les charges étaient suffisantes pour un procès, le premier contre un ex-chefde l'Etat en France. L'ordonnance le contraint en principe à s'expliquer devant le tribunal de Paris pour ces emplois qui auraient profité à desmilitants ou élus de son parti, ou encore à des proches, mais le procureur a la possibilité de faire appel.

Il renverrait ainsi l'examen de l'affaire à la chambre de l'instruction de Paris, dans un délai probable de six mois à un an. Jacques Chirac, âgé de 76 ans, a été maire de Paris de 1977 à 1995 puis chef de l'Etat de 1995 à 2007. Mis en examen en novembre 2007, après son départ de l'Elysée où il a bénéficié d'une immunité pénale pendant 12 ans, il a dit à la juge Simeoni à l'instruction qu'il assumait la responsabilité des embauches litigieuses à son cabinet de maire, tout en niant toute malversation.

D'après agence

Source LCI

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.