Créer un site internet

STOP AUX NANTIS DE L'ONF : la retraite à taux plein pour l'ensemble des bûcherons

Un scandale : pourquoi le texte de loi

proposé par notre camarade

le député communiste Gérard Le Cam

établissant la retraite à taux plein dès 55 ans

pour tous les bûcherons est-il resté lettre morte ?

Chez les bûcherons, l'âge moyen de mise en incapacité de travail est de 52 ans et demi tandis que celui des décès est de 62 ans 1/2.

"Retraite à 55 ans" : la revendication n'est pas récente et fédère tous les syndicats de la profession puisqu'en 2010 et en 2012, la CGT, FO et la CFDT ont défilé conjointement pour défendre cette noble cause.

En 2000, Didier JULIA, député RPR de l'époque, déposait une proposition de loi qui allait dans ce sens et 4 ans plus tard, notre camarade, le député communiste Gérard Le CAM (actuellement sénateur des Côtes d'Armor), présentait à son tour un texte établissant la retraite à taux plein dès l'âge de 55 ans pour l'ensemble des bûcherons usés par le travail et qui travaillent dans des conditions plus que difficiles.

Statistiquement, c'est le 2° métier, (après le marin pêcheur), le plus risqué en terme d'accidents corporels, la fréquence des accidents y est deux fois plus importante que dans les autres professions, leur taux de gravité étant 5 fois supérieur que dans l'agriculture.

Or, il est quand même incroyable de constater que leur pénibilté de travail n'est, jusqu'à ce jour, toujours pas prise en compte dans le calcul des points ouvrant droit au repos bien vivant, comme le constate notre camarade Marie-Noëlle Bertrand (L'Humanité du 20/12/13).

Chutes de branches, arbres creux, pentes, câblages périlleux, rester des heures dans le froid à couper, tailler, déblayer, etc...., le travail en forêt réserve son lot quotidien de périls et de dangers extrêmes tandis que les démantèlements des structures et les suppressions de postes terminent la série noire....

Mercredi 18/12, tandis que le Parlement des paltoquets adoptait une réforme des retraites introduisant un "compte pénibilité", Patrick BANGERT, salarié de l'Office national des forêts (ONF), délégué CFDT et bûcheron alsacien, épaulé par plusieurs collègues alsaciens, rappelait à un conseiller de Marisol TOURAINE, ministre de la Santé, que "seuls les salariés de l'ONF bénéficient d'une cessation anticipée d'activité à 57 ans", ce qui en dit long, pour commencer, sur le principe de l'égalité en France.

Un cadeau du contribuable pour les 3 000 bûcherons de l'ONF alors que la "piétaille" de nos communes ou des entreprises privées (8 000 bûcherons) n'a toujours pas le droit à la retraite à taux plein .... avant l'âge de 62 ans.

Et quand on sait que la tranche des bûcherons de 60-62 ans accumule 6 fois plus d'accidents du travail que les autres professionnels, nous n'allons pas vous faire de dessin sur l'ambiance néfaste qui règne dans ce milieu qui compte au rang des plus accidentogènes.

L'Etat n'a plus un rond puisqu'il bloque sur le financement et la question est à longueur de journées renvoyée aux négociations entre les organisations professionnelles et les différents employeurs de la sylviculture française aux abois !

Combien faudra-t-il de bûcherons morts supplémentaires pour que l'Etat prenne en compte cette réalité qui coûte tellement moins cher qu'une batterie de missiles de croisière.

Marc-Claude de PORTEBANE

agriculture Côtes d'Armor piétaille ONF député CGT France syndicat FO CFDT retraite l'Humanité égalité accidents Alsace taux plein bûcherons député communiste Gérard Le Cam 55 nas revendication Didier JULIA RPR sénateur dangers extrêmes Marie-Noëlle Bertrand STOP AUX NANTIS DE L'ONF cessation anticipée d'activité sylviculture Marisol TOURAINE Patrick BANGERT

Ajouter un commentaire