Brice Hortefeux peut-il "encadrer" les arabes auvergnats ? Origine du futur complot médiatique

La vidéo fait grand bruit. Le quotidien Le Monde a mis en ligne jeudi après-midi sur son site internet une vidéo qui aurait été tournée le 5 septembre dernier lors de l'Université d'été de l'UMP à Seignosse dans les Landes. On y voit le ministre de l'Intérieur poser pour des photos avec Jean-François Copé et Amin, un jeune militant d'origine arabe. On entend plaisanter sur son origine auvergnate.

Dans un brouhaha festif, une militante lance alors : "Amin, il est catholique. Il mange du cochon et boit de l'alcool". C'est alors que Brice Hortefeux rétorque, sans avoir conscience qu'il est filmé : "Il ne correspond pas au prototype. Il en faut toujours un. Quand il y en a un ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes". 

"Vaine et ridicule tentative de polémique"

Dérapage ? Faux, répond le ministre de l'Intérieur. Brice Hortefeux "dénonce une vaine et ridicule tentative de polémique", et affirme que "pas un seul" de ses mots ne faisait "référence à une origine ethnique supposée d'un jeune militant". Le propos du ministre, explique-t-on dans son entourage, "fait référence au nombre de clichés déjà pris avec des Auvergnats", après qu'il eut été "assailli" de demandes de la part  de ces derniers pour poser avec eux. Jeudi soir, le ministre de l'Intérieur est allé plus loin dans les explications : alors qu'il se dirigeait vers la sortie "après avoir pris des dizaines de  photos, notamment avec la délégation auvergnate, un jeune m'arrête et me demande une photo", a-t-il raconté. "La réalité, c'est qu'il y a eu des blagues sur mes origines auvergnates  (...) Et j'ai indiqué que quelques photos, ça allait et que je ne pouvais pas en  faire plus car il fallait que je reparte. Ça se limite à ça".

Le militant UMP défend le ministre

Le militant UMP présent sur cette vidéo, interrogé dans un premier temps par Le Monde.fr, a refusé lui aussi d'y voir un dérapage et a défendu le ministre : "Ça a été entièrement sorti du contexte. Mon secrétaire départemental blaguait avec le ministre parce qu'il parle auvergnat et c'est de là que c'est parti." Visiblement énervé d'apparaître ainsi sur ces images, il a affirmé : "C'est honteux. Je suis arabe mais il m'a tout à fait respecté, ce n'était pas du tout mal placé. Et je ne considère pas que c'est un dérapage."  Allant lui aussi plus loin dans les explications jeudi soir, ce militant a ajouté : "Il avait pris des photos avec des Auvergnats avant, et moi je lui en  rajoute une de plus : c'est ça qu'il voulait dire. Si les propos avaient été racistes j'aurais réagi parce que mon intégrité aurait été attaquée".

Dans un premier temps, l'entourage de Jean-François Copé, qui était présent sur la vidéo, contacté par LCI.fr, a indiqué que le patron du groupe UMP ne souhaitait faire "aucun commentaire" sur cette séquence. Même position de la secrétaire d'Etat à la Politique de la Ville, Fadela Amara, qui ne souhaitait faire "aucun commentaire".

Cette affaire survient au moment où le préfet Paul Girot de Langlade vient d'être mis à la retraite d'office, soupçonné d'avoir tenu des propos racistes à l'égard du personnel noir de l'aéroport d'Orly. "Cette 'affaire', qui n'était à l'origine qu'un banal incident a été orchestré par l'actuel ministre de l'Intérieur", avait dénoncé le préfet. Selon lui, Brice Hortefeux a agi de la sorte "probablement pour faire oublier son passage au ministère de l'Intégration où il a mené une politique plus sévère que dans le passé et pour se refaire à bon compte une virginité de parfait antiraciste".

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau