Ballade à moto dans les parcs de Vichy au nez et à la barbe de la police minicipale

Promenade à moto dans les parcs de Vichy (quand on peut... y accéder)

Présentation PARC D'ALLIER :
Conception d’inspiration anglaise, les Parcs d’Allier (Parc Napoléon III, Parc Kennedy, Parc du Soleil et Parc des Bourins) ont été largement influencés par les grands ensembles paysagers parisiens de la fin du XIX e. Epousant un méandre de la rivière Allier, ils possèdent deux grands axes principaux permettant un circuit de promenade offrant une multitude de perspectives champêtres. Au nord du Parc Napoléon III subsistent des bassins, vestiges de la rivière artificielle supprimée en 1867. Ces bassins confèrent au site une animation visuelle et acoustique par la présence des jets d’eau ainsi que par la collection d’anatidés. Les parcs possèdent un patrimoine arboré de qualité comprenant nombre d’arbres remarquables tant par la rareté des essences que par la taille, l’âge ou la forme des végétaux. Il existe près de 2000 arbres plantés dans les quatre parcs. Le Parc Napoléon III est le plus riche en diversité botanique car il contient 807 sujets comprenant 136 espèces réparties en 72 Genres. Un étiquetage original, écologique et respectant les arbres, souligne les végétaux les plus représentatifs le long du principal circuit pédestre. Dans cette optique, des massifs floraux agrémentent certains carrefours des nombreuses allées. Une rocaille constituée de nombreuses variétés d’iris, de plantes vivaces et d’une collection d’arbustes valorise la serre dont la structure en fer forgé est typique de l’époque du Second Empire.


Histoire PARC D'ALLIER :
Par décret du 27 juillet 1861, Napoléon III ordonne la création des Parcs d’Allier à l’emplacement d’un bras secondaire de la rivière ; séparé du lit principal par la construction d’une digue de défense contre les inondations. Dessinés par l’ingénieur Jean François Radoult de Lafosse, les parcs retracent un langage esthétique et pittoresque des jardins anglais très en vogue à l’époque. Créés entre 1862 et 1864 les parcs avaient à l’origine une superficie de 13 hectares. A partir de 1910 une extension fût conçue au Sud de l’existant apportant une superficie supplémentaire de 7 hectares. En 1863, Napoléon III fit construire un chalet imitant les maisons coloniales britanniques et donnant sur le parc; ce style architectural a été copié à proximité constituant ainsi un ensemble exotique de plusieurs chalets longeant les parcs sur le boulevard. D’autres bâtiments ont été édifiés à la création des parcs, notamment une serre de 34 mètres de long (avenue W. Stuki) destinée à l’hivernage des plantes fragiles et deux pavillons identiques d’inspiration anglo-saxonne construits de part et d’autre du pont de Bellerive dont un seul subsiste aujourd’hui (côté Parc Napoléon III). En 1868 un barrage amovible fût installé pour canaliser l’Allier et créer un plan d’eau pour agrémenter les plages des parcs. Appartenant à l’Etat, ces parcs furent entretenus par celui-ci jusqu’en 1914. Après la Première Guerre Mondiale ils ont été cédés par convention à la Compagnie Fermière de l’Etablissement Thermal de Vichy (pendant la grande époque du thermalisme. Depuis 1983 la Ville de Vichy a repris l’entretien et la gestion de ces parcs.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.