Qu'en pense Jean-Michel Chavarochette de la brasserie Le Lutèce SAS à Vichy et président du Groupement des métiers de l'hôtellerie (GMH) de l'Allier ?

Les restaurateurs ont salué cette action sur la TVA qui était très attendue depuis plus de 15 ans par l’ensemble des professionnels du secteur.

Cette convention s’inscrit dans le « projet de loi Tourisme » en cours d’examen au Parlement, comme l’indiquait, récemment, Herbé Novelli, le secrétaire d’Etat au commerce

Néanmoins, cette baisse de la TVA coûtera 2 à 2,5 milliards d’euros aux vaches à lait que sont les contribuables, qui, une fois de plus, feront les frais de cet accord, au cas où il ne serait pas amplement respecté par certains restaurateurs.

Et le comble de cet accord, c’est que certains cafetiers et restaurateurs ne feront rien du tout ou si peu, untel dira qu’il n’a pas baissé les prix car il doit augmenter les salaires, un autre dira le contraire, untel dira qu’il va embaucher, un autre dira que ça suffira bien comme cela et ainsi de suite, vogue le galion !

Selon une toute récente enquête de la direction des Fraudes auprès d‘un peu plus de 3 750 contrôles, à peine plus de la moitié des établissements (53 %) appliqueraient la baisse sur sept produits prévue dans cette convention (où les consommateurs risquent bien de n’y voir que du flammèche) et afficheraient le fameux autocollant officiel « La TVA baisse, les prix aussi » !

C’est à se demander pourquoi les agents de la DGCCRF ne sanctionnent-ils pas, d’ores et déjà, certains de ces récalcitrants qui s’en mettent plein les poches et qui profitent allègrement de cette miraculeuse, bienvenue et protectrice baisse de la TVA pour ne pas la répercuter à leurs consommateurs !

Un comité de suivi, dont la première réunion a été fixée le 22 juillet 2009, fera toute la lumière pour que soit vérifié le respect de tous les engagements pris.

A suivre

Marc-Claude de Portebane ©

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau