Accident tragique de la route à Vendat : le VRP, rond comme une queue de pelle, au volant de sa puissante Peugeot 3008 Crossover, renverse le jeune ap

Cinq heures du mat’, au bout de la ligne droite de la départementale 37, au niveau du pont entre Charmeil et Vendat, le 2 juillet 2009. Dans quelques minutes le jeune apprenti boulanger Florian Heugas aura des frissons et claquera des dents. Ses cris de douleur augmenteront le son de sa voix. Pour Florian Heugas, seul sur la chaussée, dans ses vêtements froissés, ce sera l’insomnie, sommeil cassé. Dans quelques minutes, le jeune Bussétois, Florian perdra la tête avant de perdre définitivement la vie le vendredi 3 juillet à 11h, jour de deuil pour la famille Heugas, jour de deuil pour tout le monde, jour de deuil pour les usagers de la route pris en otage par les chauffards alcoolisés, beurrés, complètement bourrés, archi saoul, rassasié de vinasse.

De son côté, un exemple de l’inconduite automobile, un VRP complètement « schlass » au volant d’un puissant bolide de typa Peugeot 3008 Crossover ne fera qu’une « bouchée » du pauvre Florian Heugas qui restera plus de 24 h dans un état critique, pour finalement décéder le vendredi 3 juillet 2009 à 11 h.

Cet exemple de l’inconduite routière a été placé en cellule de dégrisement trois heures après ce meurtrier accident et ce, après avoir commis un délit de fuite inacceptable et inexcusable.

C’est grâce au témoignage d’un chauffeur de taxi que l’on a pu savoir ce qui s’était réellement passé.

L’exemple de l’inconduite routière dépassait un véhicule et se serait rabattu sur le côté droit avant le choc. Le bolide aurait alors percuté le deux roues du jeune Florian par l’arrière. D’après les premiers éléments de l’enquête, il semblerait que la rembarde du pont ait empêché le jeune Florian, ou son egin, de tomber dans le vide. Le jeune Florian qui aurait heurté de plein fouet le pare-brise du Peugeot Crossover a été retrouvé à 100 m du point d’impact. Le Peugeot Crossover étant à 300m, couché dans le fossé;

Si le bolide était couché dans le fossé, le chauffard meurtrier, lui, n’a rien trouvé de mieux que de s’enfuir, un délit très grave.

Ce VRP de 37 ans habitant Vendat, qui s’est lâchement enfui, s’est caché dans les champs des alentours puis est allé « sur les conseils » d’un ami à son domicile où l’attendaient de pied ferme une patrouille de gendarmes.

Comble du comble, l’individu archi pompette présentait à ce moment-là un taux d’alcoolémie de 1,32 gramme par litre de sang. On comprend mieux pourquoi il s’est dépêché de fuir dans la cambrousse, aggravant son cas en ne portant pas assistance à ce pauvre apprenti boulanger qui a eu la malchance d’aller à son travail comme à l’accoutumée.

A suivre

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau