Créer un site internet

STOP AUX MALTRAITANCES DES ANIMAUX !

POURSUIVONS JUSQUE DANS LES CHIOTTES

CEUX QUI NE DONNENT

NI A BOIRE NI A MANGER AUX ANIMAUX !

Le procès d'un éleveur alsacien s'ouvre ce mardi à Mulhouse.

Il est poursuivi pour avoir sciemment laissé mourir de faim plus de 100.000 volatiles en 2010.

L'affaire a fait le tour de France. En novembre 2010, des riverains du village de Kingersheim dans la banlieue de Mulhouse (Haut-Rhin), incommodés par une invasion spectaculaire de mouches, avaient alerté les autorités. Peu de temps après, des dizaines de milliers de poules pondeuses étaient découvertes mourant de faim dans un élevage industriel tout proche, «Alsace Œufs». Les images des poules mortes, piétinées et picorées par les survivantes dans des casiers métalliques étriqués, avaient alors entraîné un déluge de réactions indignées.

Suite à cette découverte, la préfecture avait pris en main le nettoyage du site et annoncé la distribution de nourriture aux bêtes survivantes, en attendant leur euthanasie, orchestrée le week-end suivant dans un abattoir de la région strasbourgeoise réquisitionné spécialement.

Au total, c'est plus de 100.000 poules qui auront été éliminées. Triste épilogue d'une affaire qui «n'était pas récente», selon le maire de Richwiller, petit village situé à 4 km de Kingersheim. «Les problèmes d'hygiène du poulailler remontaient à bien avant 2007», précise-t-il au Figaro.

L'éleveur en difficultés financières

D'après lepays.fr, le propriétaire, Zeki Karahancer, était en litige avec son fournisseur au moment du drame. Il ne pouvait plus alimenter ses bêtes. L'éleveur lui-même avait d'ailleurs expliqué avoir été pris à la gorge financièrement par l'explosion du prix des aliments et la chute du prix de vente des œufs. Il reprochait également à la société fournissant la nourriture, qui n'était plus payée, d'avoir cessé les livraisons.

Deux associations de défense des droits des animaux, dont Animalsace, ont alors entamé une action en justice à l'encontre de la société exploitant le poulailler industriel et de son gérant. L'avocate de ces associations, Me Caroline Lanty, avait déposé plainte auprès du parquet de Mulhouse pour maltraitance, privation de nourriture, de soins et d'abreuvement par un professionnel. L'avocate avait également mis en cause les services préfectoraux, à qui elle reprochait de ne pas avoir accordé suffisamment d'importance aux conditions d'élevage des animaux et d'avoir réagi tardivement.

(Source : Le Figaro 06/02/2012)

STOP AUX MALTRAITANCES DES ANIMAUX chiottes Kingersheim poules mortes Alsace Œufs euthanasie soif faim maire Richwiller Caroline Lanty privation de nourriture Animalsace

Ajouter un commentaire