Le banditisme basque

Deux nouvelles caches de l'ETA contenant "des armes, des munitions, des explosifs" dont les quantités n'ont pas été précisées ont été découvertes vendredi dans l'Hérault, a-t-on appris de sources proches de l'enquête. Ces caches ont été découvertes à Ferrals-les-Montagnes et près de Vieussan. "Il s'agit de la poursuite du démantèlement de la structure logistique de l'appareil militaire de l'ETA", ont déclaré les mêmes sources.

Mercredi, une première cache avec 112 kilos de substance explosive avait été  découverte à Ferrières, dans les Pyrénées-Atlantique. Jeudi, deux autres caches de l'organisation séparatiste basque ont été découvertes. L'une qualifiée de "très importante" par les enquêteurs, est située à Camplong dans l'Hérault. Les policiers y ont notamment découvert "une grande quantité de matériel électronique pour la fabrication de bombes", deux revolvers, 2.600 cartouches, un silencieux, 450 mètres de cordons détonnant, 83 détonateurs, des substances explosives, des radios portatives, des habits de gendarme, et divers documents, selon le ministère espagnol de l'Intérieur. L'autre cache, située à Helette dans les Pyrénées-Atlantiques, était moins  importante, selon les enquêteurs.  

Ces caches ont été découvertes à la suite de transmission de renseignements des autorités espagnoles, selon plusieurs autres sources proches du dossier. Par ailleurs, trois etarras présumés, interpellés mercredi à Corbier-Villarembert en Savoie, devaient être transférés vendredi dans les locaux de la sous-direction antiterroriste (Sdat) situés à Levallois-Perret  (Hauts-de-Seine).

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau