Opération commando de GREENPEACE à l'assaut du réacteur de la centrale de Nogent-sur-Seine

Halte au Nucléaire vulnérable !

Opération commando :

nos camarades de GREENPEACE

s’introduisent comme dans "un moulin"

dans un réacteur

à la centrale de Nogent-sur-Seine

carte.pngCe matin à l’aube, des militants de Greenpeace se sont introduits dans la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine (Aube) à 95 kilomètres au sud-est de Paris pour porter un message: “Le nucléaire sûr n’existe pas”.

 A 7h30 : les militants sont parvenus à monter sur le dôme d’un des deux réacteurs et sont en train de peindre le signe "Danger" sur celui-ci.

Cette action montre à quelle point les centrales nucléaires françaises sont vulnérables : de simples militants, aux intentions pacifistes, ont réussi, avec peu de moyens, à atteindre le cœur d’une centrale nucléaire ! Pourquoi ? Comment ? Car les dispositifs de sécurité existants sont insuffisants !

Nucleaire-Jaude-033.jpgnumerisation0001.jpgAu printemps de cette année, Paul Top et ses camarades de Greenpeace

se sont déjà allongé place de Jaude à Clermont-Ferrand

lors d'un DIE-IN afin de protester contre le nucléaire (Source : La Montagne)


Interrogé ce matin sur France Info, Eric Besson, ministre de l'Industrie et de l'Energie, a estimé que si l'enquête confirmait cette intrusion, cela signifierait qu'il y aurait eu « dysfonctionnements et qu'il faudra prendre des dispositions pour que ça ne se reproduise pas ».


Et si les pseudos-terroristes

de feu le GPEP de la Haute-Loire

avaient monté cette opération :

auraient-ils été "blanchis"

EUX ?

10h30 : la gendarmerie a annoncé aux médias que sept militants avaient été interpellés sur le site de Nogent-sur-Seine.

10h45 : Certains médias relaient des intrusions sur d’autres sites nucléaires, nous ne donnons pour l’instant pas de précision sur le nombre de militants présents sur les installations nucléaires ni les noms des sites concernés. Areva, EDF, les forces de l’ordre sont les mieux placées pour dire où les militants ont été repérés ! Voir le communiqué sur le sujet : Militants délogés à Nogent mais Greenpeace annonce sa présence sur d’autres sites nucléaires

11h02 : Rappelons ici la démarche : Cette action montre à quel point les centrales nucléaires françaises sont vulnérables : de simples militants, aux intentions pacifistes, ont réussi, avec peu de moyens, à atteindre le cœur d’une centrale nucléaire ! Pourquoi ? Comment ? Car les dispositifs de sécurité existants sont insuffisants ! Greenpeace demande au gouvernement d’élargir le périmètre de l’audit des installations nucléaires françaises en y intégrant l’ensemble des risques.

11h34 : Où l’on apprend sur le live de BFMTV que le ministère de l’Intérieur décrète une fouille approfondie de toutes les centrales … A la recherche des activistes.

12H17 : petite interruption de service, le serveur a du mal à gérer le grand nombre de connexions simultanées... comme dans l'électrique finalement, tout est question de gestion du réseau !

11h55 : A Chinon, une banderole a été découverte, "accrochée sur la clôture extérieure", lors d'une ronde du personnel de surveillance peu avant 7H00, a expliqué le service de presse de la centrale.

11h47 : des militants sont toujours au cœur d'autres sites nucléaires en France. Mais où ? Les fouilles sont en cours d'après le porte-parole du ministère de l'Intérieur...

11h42 : Lu sur une dépêche AFP chez Europe 1 : "Une fouille "approfondie" de toutes les centrales et installations nucléaires en France était en cours lundi à la suite de l'intrusion de militants de l'organisation Greenpeace dans la centrale de Nogent-sur-Seine, dans l'Aube, a annoncé un porte-parole du ministère de l'Intérieur. Ce porte-parole a assuré qu'à "aucun moment, l'intégrité des installations nucléaires n'a été mise en péril" par l'intervention des militants de Greenpeace."

12h51 : Une banderole proclamant "Le nucléaire sûr n'existe pas" a été brièvement déployée tôt lundi matin sur la clôture extérieure de la centrale de Chinon (Indre-et-Loire) mais aucune alarme d'intrusion n'a été déclenchée d'après les services de sécurité de la centrale... Alors, eux, ils sont où, si ce n'est pas à Chinon ?

La démonstration dans cette "passoire" saluée par Noël Mamère :

« A Nogent-sur-Seine les militants ont réussi à monter sur le dôme, c'est-à-dire le coeur de la centrale, au nez et à la barbe de ceux qui prétendent assurer notre sécurité. C'est la preuve que les écologistes ont raison de dénoncer les mensonges de l'Etat et du lobby nucléaire », a expliqué le député-maire (EELV) de Bègles (Gironde). « Dans ce secteur hypersensible, la transparence devrait être la règle et dans une grande démocratie comme la France il n'y a pas de place pour l'incontrôlable. Il faut sortir du nucléaire et se débarrasser de cette menace ».

 

GPEP nucléaire Clermont-Ferrand gendarmerie Greenpeace EELV terrorisme Noël Mamère dysfonctionnements dôme PASSOIRE DIE IN Opération commando assaut réacteur centrale Halte au Nucléaire intentions pacifistes NOGENT-SUR-SEINE intrusion BFMTV France Info Eric Besson

Ajouter un commentaire