La revue de presse internationale de l'Idiot &copy

Revue de presse internationale idiote vue et revue par l'Idiot provincial ©

Occupation de l’ambassade britannique à Téhéran : GB GO HOME !

Pourquoi les Iraniens détestent la Grande-Bretagne


"La récente occupation de l’ambassade britannique à Téhéran n’est que la dernière expression du ressentiment iranien vis à vis de l’ex-puissance coloniale qui n’a jamais réellement accepté son éviction...", écrit le journaliste britannique Robert Fisk dans The Independent. (Article traduit et publié par le site info-palestine.net)

’Les Iraniens ont une foule de raisons de détester la Grande-Bretagne, fait-il remarquer, en soulignant que "les Iraniens connaissent bien mieux l’histoire des relations anglo-persanes que les Britanniques".

Par Robert Fisk

"La récente occupation de l’ambassade britannique à Téhéran n’est que la dernière expression du ressentiment iranien vis à vis de l’ex-puissance coloniale qui n’a jamais réellement accepté son éviction...

Lorsque le ministère nouvellement installé de l’orientation islamique a demandé à Harvey Morris, l’homme de l’agence Reuters dans l’Iran post-révolutionnaire, de lui fournir une histoire de son agence d’informations, celui-ci demanda à son bureau de Londres de lui envoyer une biographie du baron von Reuter - et il a été consterné de découvrir que le fondateur de la plus grande agence de presse au monde avait construit des chemins de fer en Iran à son immense profit. « Comment puis-je montrer cela au ministère ? » s’est-il écrié. « En réalité le baron était pire que ce putain de Shah ! » Ce dont, bien sûr, le ministère [de l’orientation islamique] a forcément conscience.

La Grande-Bretagne a monté une invasion conjointe de l’Iran avec les forces soviétiques lorsque le prédécesseur du Shah s’était par trop rapproché des nazis durant la Seconde Guerre mondiale, et elle a ensuite aidé les Américains à renverser le gouvernement démocratiquement élu de Mohammed Mossadegh en 1953, après que le nouveau gouvernement ait nationalisé les possessions pétrolières de la Grande-Bretagne dans le pays.

Cela n’a rien d’un mythe, et il s’agit d’une véritable conspiration sur le terrain. La CIA avait appelé cela l’Ajax Operation et les Britanniques ont sagement mis leurs ambitions en retrait en l’appelant Boot Operation. L’agent du MI6 à Téhéran était le colonel Monty Woodhouse, préalablement notre homme des opérations spéciales dans la Grèce occupée par les Allemands. Je connaissais bien « Monty » - nous avons coopéré ensemble quand j’ai enquêté sur la sinistre carrière militaire de l’ex-secrétaire général des Nations unies Kurt Waldheim - et c’était un homme impitoyable. Woodhouse a amené des armes en Iran pour une encore inexistante « résistance » et il supporta avec empressement le projet de la CIA de financer des mises en scènes de manifestations de « bazaris » à Téhéran (dans lesquelles, bien sûr, des centaines, voire des milliers de gens sont morts) pour renverser Mossadegh.

Et ils ont réussi. Mossadegh a été arrêté - par un agent ensuite mis à mort durant la révolution de 1979 - et le Shah encore jeune fit son retour triomphal pour imposer son règne, aidé en cela par sa police secrète - la SAVAK - dont les séances de torture infligées aux femmes opposées au régime ont été dûment filmées et - selon le grand journaliste égyptien Mohamed Hassanein Heykal - distribuées par les agents de la CIA à leurs alliés en l’Amérique du Sud et dans le monde entier comme un manuel « de formation ». Comment les Iraniens se permettent-ils de se rappeler tout ça ?

Les Iraniens ont découvert dans la masse de documents secrets américains trouvés dans l’ambassade américaine - après son occupation durant la révolution iranienne - non seulement les tentatives de Washington de renverser le nouveau pouvoir de l’ayatollah Khomeiny, mais aussi la poursuite du partenariat des services de renseignement américains et britanniques.

L’ambassadeur britannique, est resté presque jusqu’à la fin convaincu que le Shah, bien que profondément affaibli, allait survivre. Et les gouvernements britanniques successifs ont continué à enrager sur la nature prétendument terroriste du gouvernement iranien. Tony Blair - même lors de l’enquête officielle sur la guerre en Irak - s’est encore mis à délirer sur une soit-disant nécessité de tenir tête à l’agression iranienne.

Quoi qu’il en soit, les Iraniens ont saccagé [notre ambassade] et se sont ensuite enfuis, nous dit-on, avec un tas de documents de l’ambassade britannique. Je suis impatient de lire leur contenu. Nous pouvons être certains qu’il sera bientôt révélé."

Source : The Independent

(Traduction : Info-Palestine.net)

CEP

Russie : pour qui roule l'ONG GOLOS ?

Judas n'est pas la figure biblique

la plus populaire chez nous !

Vladimir Poutine, (très apprécié à l'Idiot provincial pour ses phrases choc) et candidat démocratiquement élu par son parti "Russie Unie" pour la présidentielle de 2012, vient d'en "décrocher" une nouvelle à propos de l'ONG GOLOS portée à bout de bras par les pays occidentaux plus aptes à se mêler de ce qui se passe en Russie que chez eux.

Les Russes sont appelés, ce dimanche 4 décembre, à se rendre aux urnes afin de renouveler la Douma, la chambre basse du Parlement russe.

Vladimir Poutine s'est lancé dans un nouveau discours contre ceux qui bénéficient de "subventions étrangères" afin d'influencer le processus électoral en Russie en déclarant "De l'argent jeté par les fenêtres..... Judas n'est pas la figure biblique la plus populaire chez nous" !

Le site http://www.kartanarusheniy.ru est-il manipulé par les ploutocrates ?

Il n'est pas inutile de rappeler à nos lecteurs que c'est la Fondation américaine pour la démocratie (NED) qui finance, principalement l'ONG GOLOS !

A tous mes ami (e)s du Vénézuela :

A todos mis amigo (s) de Venezuela:

Todos los medios son buenos cuando sonnt eficaz!


Jean-Paul Sartre

Face de book dans le brouillard

Attaque ou panne ? Le site de Facebook était inaccessible jeudi soir.

DNS, qui m'aime me suive ?

Le Parti Social Chrétien vu par une Lux/embourgeoise

Madame "Redeng"

commisaire politique Européenne Lux/embourgeoise

 
N'oubliez pas de demander pardon avec votre Parti Social Chrétien et de venir vous agenouiller devant le drapeau de la libération de l'arc de triomphe restitué par un Américain !
 

Soixante cinq ans d'attente de la récolte des pompiers de la résistance provinciale !

Chandolas conservera en Ardèche la relique de notre indépendance !

Ce drapeau de laïcité symbolise la résistance de toutes les croyances et couleurs de peaux ... Celui du peuple FRANCE !

Le premier pays touristique du monde... Surtout de l'aller !

Gilbert de MONTPLAISIR
Créole Bourbonnais de Glozel

Hells Angels Holland hebben ze bewind van "terreur" aan de Vrije Wheels 2010 Courpière

De week van de provinciale © Idiot Reacties

 (Meer opmerkingen over verdedigers van het geloof)

  Deze zachte Hells Angels

  die worden gezien van de burgemeester

van Courpière :

  bier, vecht, motorfiets

"Als het niveau was veel raved sfeer en we konden biker test de humor van de Hells Angels (wereldwijde consolidatie van Harley. Afdeling Frankrijk organiseerde de Free Wheels): D: D

Voor de meeste nadelen van de Hells Angels zijn niet waar we zijn verzonden raved shit: een Nederlander die er duidelijk op me me te stoppen, een Belg die kwamen om ons te zien en wilde bagare te maken! Het was twee vingers van uitstappen door alle jongens: lol:: lol:

Der Schwelbrand im Zorn gegen den Trikeri Free Wheels 2010 (II)

Nach der Geschichte von "Schlag" erhalten durch trikeyannkrystine

 Ein Courpière der Hells Angels, Polizei umringt von Vertretern der Nationalen Gendarmerie Nationale und gab ein respektables Bild, um die Kommission für die Sicherheit ...

Während in Deutschland ein Hells Angels schlagen mit den Fäusten auf mehrere Offiziere der Polizei (Quelle: Spiegel TV Magazin - Polizei verprügelt Hells Angels mitglied - auf Youtube )

Wir haben gesagt, (Post, 21/08) die Geschichte dieser "Ohrfeige" und das Heulen von ein paar Dutzend Individuen Free Wheels Tod im Jahr 2010, halb betrunken, die "gepackt", wie er ihm erzählt, selbst, den freundlichen trikeyannkrystine Partei auf eine nette kleine Geschichte in Courpière (Quelle: Free Wheels TRIKES ... 2010 ... nicht alle willkommen ... ) und wer sind Kumpels kritisiert ihn und seine nicht zu "Hells Angels".

Dieser Skandal bringen sollte uns mehr Informationen über eine bunte Skizze von Gewalt, weil wir wissen möchten, was wirklich passiert ist, was Recht des Einzelnen auf Inanspruchnahme des Free Wheels 2010, dürfen Weise belästigen ein Trike in diesem .

Wir bitten um ein wenig Geduld mit unseren Freunden, weil wir Trikeri; erwarten, dass die Antwort von der Präfektur von Auvergne (Herren Machetot Dienstleistungen - den Schutz der Bevölkerung - Lassaigne - Public Safety Center -; Castagnet - Wer verwaltet die WHEELS FREE) und das Amt des Präsidenten der Republik, dass wir alarmiert.

Vielleicht ist die "verantwortlich" für die Sicherheit der Free Wheels, Roger Sanchez, wird auch seine kleine Credo bewegen lässt uns einen kurzen Kommentar zu uns sagen, was passiert eigentlich, prahlte er, dass in unsere Kolonnen (Post 16/08) von "Erfolg, sowohl in Bezug auf Besucherzahlen, die Atmosphäre der Sicherheit" der Ausgabe von Free Wheels 2010 und bestätigen, dass nachdem er ziemlich bedrohlich mit der Provinzregierung Idiot Wenn wir wollen bis 2010 mehr wissen über seine Aufgaben innerhalb der Sicherheit der Free Wheels,?

Sofern die Dame, mit ihrem Outfit die Adels fehlte - sie trug Reitstiefel - (lol) auf einer Sitzung des Ausschusses für die Sicherheit auf dem Gelände des Bungee-Jumping wird auch sein, zu erleuchten unsere Laterne uns, indem Sie einen Kommentar abgeben?

Vielleicht ist jetzt Free Wheels (gegründet 2009), von 7500 Euro, Code APE 8299Z entsprechend dem Sektor "Sonstige Aktivitäten zur Unterstützung von NEC Geschäftstätigkeit", sagt von der LED leutselig Mark Kapital "Mikey" wird Grincourt Sie schließlich auch, erzählen Sie uns etwas mehr über diesen Vorfall wurde von den Medien ignoriert sehr nett?

Zu folgen


La nature massacrée pour... 3 jours de beuveries des bikers du Free Wheels 2010 (III)

...Alertés rapidement par l'Idiot provincial, les députés du parti Vert européen, de la gauche Verte nordique, du parti de la Gauche européenne devraient suivre avec attention les moyens logistiques déployés par les communes françaises et européennes pour assurer le déroulement de ce genre de festival dans.... des parcs naturels régionaux ou non.

Les très respectueux députés européens, les plus virulents, contre ce genre de rassemblements seront là pour nous "épauler" dans nos démarches et nous pouvons, dire, aujourd'hui, à la face du monde que le Free Wheels ne se reproduira jamais ! Jamais ! jamais ! ni à Courpière ni dans le parc naturel régional Livradois-Forez :

- Jan Philipp Albrecht (Allemagne)

- Franziska Brantner (Allemagne)

- Daniel Cohn-Bendit (France)

- Marije Cornelissen (Pays-Bas)

- Christian Engström (Suède)

- Judith Sargenti (Pays-Bas)

- Emilie Turunen (Danemark)

et... Claude Turmes (Luxembourg)

 

Dora TRESSE

Frère N° 1

Le général Noriega va-t-il cracher le morceau ?

Les conditions d'extradition du général Noriega étant plus que douteuses, il serait cohérent pour la justice internationale que nos juristes préférés se penchent sur le cas d'une improbable extradition d'un de nos ex-résidents de la République pour un oui ou pour un non.

Imaginons La Corée du Nord demandant des explications à Chirac sur "l'affaire du compte japonais" (Un document interne de la DGSE de 1996 fait état de l'existence d'un compte bancaire de Jacques Chirac au Japon, crédité de « 300 millions de francs » en 1996. Cette note est envoyée par le chef de poste de la DGSE à Tokyo au siège des services à Paris le 11 novembre 1996. Elle fut rendue publique dans le livre « Machinations » des journalistes Laurent Valdiguié et Karl Laske (Denoël, novembre 2006). En 2001, Gilbert Flam, magistrat détaché à la DGSE, a ouvert une enquête au Japon pour vérifier des soupçons d'existence de comptes bancaires appartenant à Jacques Chirac à la Tokyo Sowa Bank et les liens pouvant exister entre Jacques Chirac et l'ancien banquier Shōichi Osada. Après la réélection de Jacques Chirac, en 2002, Gilbert Flam a été limogé. Le 19 avril 2006, dans Le Canard enchaîné, Nicolas Beau affirme qu'un classeur au nom de Gilbert Flam sur « d'hypothétiques comptes bancaires de Chirac au Japon », a été saisi chez le général Philippe Rondot. En 2001, le général Rondot avait mené une enquête interne sur les services secrets pour savoir s'ils avaient enquêté sur Jacques Chirac, à la demande de ce dernier. Interrogé par les juges le 28 mars 2006, le général Rondot a confirmé dans un premier temps l'existence d'un compte Chirac, avant de revenir sur ses déclarations. Selon le Canard enchaîné du 23 mai 2007, de nouveaux documents saisis chez le général Rondot accréditeraient l'existence du compte bancaire en question. Le parquet de Paris aurait tenu une réunion lundi 21 mai 2007 pour examiner les conséquences possibles de ces éléments nouveaux. Une vérification des autorités bancaires, effectuée à la demande de l'ancien président français, à l'automne 2007, a cependant montré l'absence de compte au nom de Jacques Chirac à la TSB), et demandant son extradition au nom de la Kärchérisation de la démocratie, le tout au nom de la l'hypocrite "démocratie" mondiale ?

L'exil du général Noriega en France doit sûrement arranger les plus propres que crades au Panama au nom d'une trop sale coalition entre les USA, la France et le pays du canal.

Parlez entre les murs Noriega, le peuple de France et son bras gauche séculaire, la Rainbow Warior division version DGSE en nage, écartent toutes grandes leurs grandes oreilles !

Marc-Claude de PORTEBANE

Bonne nouvelle vue de Vichy : le concert néo-nazi en Suisse se termine au tribunal (source CRIF)

Revue de presse

Concert néo-nazi en Suisse: dix organisateurs condamnés
09/02/10
 

 
-

 

 

 

Le Tribunal cantonal valaisan a condamné en appel, mardi 9 février 2010, pour discrimination raciale six organisateurs d'un concert néo-nazi clandestin à Brigue en 2005. Six autres recourants ont été acquittés. Le procureur hésite encore à faire recours. Les six condamnés « ont offert une plateforme au groupe en question et lui ont permis d'entonner un chant à caractère antisémite », souligne le tribunal cantonal. Il ajoute que les 6 autres ne sont pas liés à l'extrême droite et n'ont fait que cuisiner ou servir. Le concert avait réuni 400 extrémistes de plusieurs pays. Avertie tardivement, la police n'avait pas dissous la manif.
 
Photo : D.R.
 
Source : SWISS TXT

"La vérité", selon mon ami Marc-Edouard NABE (La Vérité, n°4, février 2004)

EZRA POUND VOUS PARLE !
Inédit

Le motif

   Quand est-ce que le peuple américain et le peuple anglais vont enfin prendre en compte le motif, ce qu’il y a de fondamentalement commun à toutes les guerres ?
   Il faut bien retourner au commencement de cette guerre, en 1696, quand le virus mortel, le virus invisible et silencieux, plus mortel que la syphilis, fut inoculé au peuple anglais. La Banque d’Angleterre ; faire de l’argent à partir du VIDE et en profiter pour prendre des intérêts là-dessus.
   Bon, vous ne pouvez pas être tous des connaisseurs de l’Histoire. Mais essayez de voir ce dont vous pouvez vous souvenir, si vous avez plus de quarante ans.
   Comment la guerre précédente a-t-elle commencé ? Assassinat à Sarajevo. Voyez tous les assassinats qui ont servi d’étincelle pour les guerres. Et ceux qui avaient pour objectif le déclenchement de la guerre, mais où l’amorce était mouillée.
   Réfléchissez à ce qu’il y a en commun. PENSEZ à ce qui était peut-être derrière. Manipuler un peuple, le faire entrer en guerre sans aucune préparation, cela s’appelle détruire un peuple.
   Idéogramme du poignard et de l’éclat. Envoyer un peuple à la guerre sans aucune préparation. Cela s’appelle détruire un peuple. Bien, ne voyez-vous pas quelqu’un en train de cacher le soleil divin au moyen de son corps bouffi ? Roosevelt et Churchill, par exemple, qui ont entraîné les Américains et les Anglais dans la guerre. C’est ça la première phase. Balancer les gens dans des guerres qu’ils ne peuvent gagner. Il était bien connu en Angleterre en 1938 que l’Angleterre ne pouvait pas gagner.
   Fichtre, on m’a bien dit à Londres en novembre 1938 que l’Angleterre allait perdre. Un expert militaire me l’avait dit : « Nous allons perdre l’Inde et nous perdrons toutes nos possessions en Orient ».
   Bon, et alors pourquoi n’a-t-on pas écouté ces hommes-là ? Pourquoi le peuple britannique ne les a-t-il pas écoutés, plutôt que toutes ces cochonneries. Quelle est la cause de tout cela ? Astor, le Times, le Manchester Guardian, et toute la bande. Le frère de l’usurier en chef à la tête de la BBC avant d’en être balayé et remplacé par un autre traître tout aussi menteur et puis par un autre salopard, dernier coup par en dessous donné par M. Churchill. Ouais, et quelle
est la seconde phase, ou deuxième étape dans l’attaque au poison — Londres ou Washington ?
Les hurlements pour la poursuite de la guerre (et non pour la mise en cause des salopards qui en sont la cause).
   Bloquer le cou de la nation contre la scie circulaire, et puis APPUYER. Les Russes dans cette guerre et au cours de la dernière. Quelqu’un les poussait. Quelqu’un avait fait une erreur.
   Merde, tout homme qui meurt dans l’armée de McArthur est sacrifié pour les amis de Frankfurter. Mais non dans le but de vaincre. Pour se détruire lui-même, pour détruire toutes les nations, l’une après l’autre. Afin que ni l’empire russe, ni les autrichiens, ni l’Angleterre ou l’Empire ne survivent, mais pour abattre les puissants.
   Est-ce que vous allez enfin percevoir la nature profonde de ces forces, qui bousculent les nations d’un désastre vers un autre ? La France précipitée contre les invincibles Allemands, l’Angleterre, poussée sans y être préparée, en fait au sommet de l’impréparation, le triomphe des Lehman, Frankfurter, Morgenthau, qui ont précipité l’Amérique dans le conflit, et qui hurlent pour qu’il y ait de nouveaux désastres.
   Je n’ai pas soutenu Lindbergh, je ne suis pas un pacifiste du type de ceux qui reçoivent des prix. Il y a des moments où une nation doit combattre, même quand elle n’a presque aucune chance, comme la Finlande contre la Russie.
   Quand elle est menacée de disparaître. Cela n’était pas le cas en 1939 avec les États-Unis. Personne, dans les cent dernières années, n’a songé à menacer de faire disparaître les États-Unis d’Amérique.
   Un sacré imbécile, une sorte de niais à moitié sous hypnose logé dans notre Maison Blanche a menacé d’affamer le Japon, a adressé à Mussolini et à Hitler des messages indignes d’une collégienne, a menacé d’affamer le monde entier, a raconté des parfaites idioties aux puissances de l’Axe et au Japon. Le monde a vu cette propagande et en a ressenti l’odeur infecte.
   Je n’ai pas, cependant, choisi la ligne de Lindbergh, je la considère comme erronée. La race nordique semblait ignorer totalement la nature des propriétaires de l’Angleterre, exprimait de la sympathie pour ce pays, ne faisant pas la différence entre les agréables Anglais qu’opeut rencontrer, et la bande de voyous assassins et de souteneurs qui ont pris le contrôle du gouvernement de Londres.
   Derrière ces derniers il y a les Beit, Goldsmid, Sassoon, Sieff, et Rothschild. J’ai dit que la cause était pourrie, elle était POURRIE, et on savait qu’elle était pourrie, et on savait que la majorité de l’or dans le monde est aux Etats-Unis, dans l’Empire britannique et en Russie. Et comme on me l’a dit à Washington, toute tentative de diminuer leur pouvoir allait rencontrer de très sérieuses résistances.
   Ouais, enfin, ce ne fut pas une résistance honnête, voyez cette ordure de Donovan, en Yougoslavie, voyez la trahison des uns et des autres par les nations qui sont sous le contrôle de la Vermine de l’or. William Bryan devait être malade. Sa famille est si pourrie qu’ils peuvent laisser Hank Wallace dire « Pas de paix sans retour à l’étalon-or » et ne pas le faire soigner pour infantilisation accélérée.
   Où sont les fils des hommes qui avait le bon sens d’entendre la croix de l’or, sont-ils tous morts ?
   En tous cas, ce n’est plus un secret maintenant. Tous ceux qui sont morts à Dunkerque sont morts pour l’or. Tous ceux qui ont été tués,à Dakar l’ont été au nom de l’or.
   Et le bombardement de Paris ? Comme je vous l’ai dit, pas d’objectif militaire, cela a été fait pour empêcher que les guerres ne cessent, pour accroître le ressentiment en France de telle façon qu’il n’aura pas de paix entre la France et l’Angleterre. En espérant voler la Martinique et puis Madagascar.
   Mais Bon Dieu, regardez l’objectif politique, regardez la trame ? Qui maintenant reçoit une rémunération substantielle pour demander que la guerre soit poursuivie avec la plus grande vigueur ?
   C’est Frankfurter, et ses gants de marionnettiste.
   Frankfurter dans son guignol, et ce fléau de Dieu, Franklin D. Roosevelt, gesticulant et hurlant afin de distraire les enfants, tout en expédiant les gars dans les tranchées. Et les journaux, la presse aux ordres, hurlant que la guerre doit être poussée à tout prix.
   Le lieu où il faut défendre l’héritage américain est sur le continent américain. Et quiconque a aidé Delano Roosevelt à faire entrer l’Amérique en guerre ne peut être assez sensé pour gagner quoique ce soit.
   Si Roosevelt ne se situait pas en-dessous du niveau biologique où le concept de l’honneur entre dans l’esprit humain, sous le niveau biologique où un être humain peut concevoir une chose comme l’honneur, ce menteur monterait les marches du Capitole à Washington et ferait hara-kiri pour se faire pardonner le mal qu’il a fait au peuple américain.
   Et je le dis. Voici mon John Hancock.
   Ezra Pound parlant de Rome, comme citoyen américain, et espérant qu’il existe encore de vrais Américains, à distinguer des IMPORTATIONS.

30 mars 1942. Discours improvisé à Radio-Rome.
« The Pattern ». Traduction : Anne-Sophie Benoit.
                                                                                                         Ezra Pound

Vu de Vichy : le message d'amour d'Holger Apfel !!!

 

                         Arbeit - Familie - Heimat

Brèves idiotes et informations provinciales allemandes

Scandale en allemagne: le parti néo-nazi NPD pourra donc distribuer un CD devant les écoles ?

06.02.10 - 21:35

Le parti néo-nazi NPD a été autorisé par l'office allemand de protection de la jeunesse à distribuer gratuitement devant les écoles un CD qu'il a produit, indique le Süddeutsche Zeitung samedi.

Le disque en question contient des interviews de membres du NPD et de chanteurs sympathisants, entrecoupés de 12 chansons de groupes aux noms évocateurs, tels que Division Germania ou Noie Werte (nouvelles valeurs). Mais selon la directrice de l'"Office allemand de vérification des oeuvres dangereuses pour la jeunesse", Elke Monsen-Engberding, ses membres n'ont pas trouvé d'arguments pour l'interdire. Le contenu du CD relève de la simple expression d'opinions politiques, a-t-elle assuré. Dans des vidéos postées sur son site internet, le NPD salue cette décision.

Claus Cremer, responsable du parti d'extrême-droite pour la Rhénanie du Nord, où est basé l'office fédéral, se réjouit que son parti puisse "continuer à essayer de porter ses idées auprès des jeunes, des écoliers et des premiers votants".

Dans la même vidéo, figure également Frank Schwerdt, responsable des affaires juridiques au sein du parti, et qui a déjà purgé deux peines de prison ferme pour incitation à la haine raciale ou encore pour la production et diffusion de matériel de propagande nazie....

(source : rtbf.be INFO, article de Belga - 06 - 02 - 2010)

www.rtbf.be/.../allemagne-le-parti-neo-nazi-npd-pourra-distribuer-un-cd-devant-les-ecoles

Udo Voigt en meeting

Le musulman fanatique de l'ultra droite nationaliste de Vichy vous parle : le message de Muammar el de Portebane

Bientôt cela fera un an que je me suis converti - officiellement - à la religion du prophète à la mosquée El Hijra de Vichy, le 13 février 2009. Je ne regrette en rien mon choix dicté par une obéissance aveugle à mon prophète محمّد (Mouḥammad) et je me réfère chaque jour aux Hadiths de celui-ci. Frères, soeurs, musulmans soyons fiers de notre soumission à Dieu. Un jour ou l'autre, le banditisme Talmudique sera écrasé !

Quant à mes frères et soeurs de la fière mosquée turc de la rue d'Alsace de Vichy, je leur demande un peu de patience ! Je ne puis être le boulanger et le meunier avec les enfarinés !

Le cartographe palestinien Khalil Tafakji interdit de déplacement à l’étranger

Publié le 9-02-2010

Le blog du Monde Diplo nous apprend que Khalil Tafakji, géographe et cartographe palestinien réputé, et spécialiste de Jérusalem, vient d’être interdit de déplacement à l’étranger par la grande démocratie israélienne. Témoin gênant. Territoires palestiniens : personne ne rentre, personne ne sort. Silence : on confisque, on emprisonne et on tue.

Khalil Tafakji, géographe et cartographe palestinien de Jérusalem, vient de recevoir par simple courrier un ordre signé du ministère de la sécurité intérieure israélien lui interdisant tout voyage à l’étranger pendant les six prochains mois. « Pour des raisons de sécurité », indique la lettre.

Khalil Tafakji n’est pas n’importe qui à Jérusalem. Très respecté et considéré comme un chercheur compétent, il est souvent invité aux Etats-Unis pour des débats ou des conférences. Il a été membre de la délégation palestinienne qui a conduit les négociations de paix pendant une dizaine d’année (d’Oslo à Taba, 1992-2001). Travaillant alors pour l’Autorité palestinienne, il en a été le cartographe en chef. Khalil Tafakji a aussi été un proche collaborateur de Fayçal Husseini, fondateur de la société d’études arabes (Beit Ash-Sharq) en 1983 et de la Maison d’Orient, dévastée et fermée par les autorités israélienne en 2001 (lire dans Le Monde diplomatique : « Le compromis manqué de Camp David », par Fayçal Husseini, décembre 2000, et « Le mur de la honte », par Matthew Brubacher, novembre 2002). Khalil Tafakji dirige actuellement la section cartographique de la société d’etudes arabes, relocalisée depuis dans un quartier d’Al-Ram (localité située au nord de Jérusalem) brutalement coupé en deux par le mur de séparation.

C’est dans un appartement de ce quartier — des fenêtres duquel on voit le mur — que nous l’avions rencontré en décembre 2006 (lire dans Le Monde diplomatique « Comment Israël confisque Jérusalem-Est », par Dominique Vidal et Philippe Rekacewicz, février 2007). Khalil Tafakji travaille notamment avec son fils, que nous avions vu complètement révolté d’avoir été une fois de plus le témoin direct, le matin de notre visite, des humiliations infligées à son père par les soldats israéliens au passage obligé du checkpoint d’Al-Ram, situé à quelques mètres seulement de leurs bureaux. C’est Khalil Tafakji lui-même qui, déployant des trésors de patience et de diplomatie, réussit finalement à calmer son fils. Nous avions en face de nous un homme détendu et mesuré qui, au cours de l’entretien, n’avait pas hésité à nous dire que les Palestiniens seraient même prêts, dans le cadre d’un accord de paix global, à faire des concessions sur certaines grandes colonies israéliennes dans le secteur de Jérusalem. Il est pourtant un spécialiste hors pair des colonies, dont il suit les extensions avec attention. Ses cartes, réputées dans le monde entier, sont utilisées par de nombreux journaux.

« Résident permanent de Jérusalem », il a théoriquement le droit de se déplacer partout en Israël, mais n’a pas pour autant la nationalité israélienne.

« Je suis un homme de paix ! a-t-il déclaré à l’agence Maan le 4 février dernier. Il me semble clair qu’en s’attaquant à moi de la sorte, le gouvernement israélien montre qu’il veut tout sauf faire la paix. »

La journaliste Marian Houk, basée à Jérusalem, s’interroge sur son blog, UN-truth, sur les raisons de cette interdiction. Khalil Tafakji revenait juste d’une tournée de conférences qui l’a mené au Liban, en Turquie et jusqu’en Inde pour parler dans le détail des politiques israéliennes discriminatoires envers les résidents palestiniens. La coïncidence est troublante.

Il a expliqué à Marian Houk que les autorités israéliennes lui avaient simplement téléphoné pour lui demander de se présenter à la Moskobiyya à Jérusalem-Ouest pour signer l’ordre d’interdiction. « Ils m’ont dit que j’avais quatorze jours pour contester la décision, mais avec un motif sécuritaire, il n’y a aucun espoir qu’ils reviennent dessus. »

En attendant, Khalil Tafakji active ses relations à l’étranger pour essayer de peser sur le gouvernement israélien, tout en continuant de travailler et de produire ses indispensables cartes.

En 2003, déjà, lors d’un entretien réalisé pour l’émision « Frontline/World » de la chaîne PBS, la journaliste américaine Robin Shulman lui demanda : « Qu’allez-vous faire de toutes vos cartes ? » Elle le vit tourner la tête par la fenêtre et regarder le checkpoint. Puis il répondit : « C’est pour les archives... Je les laisserai pour l’Histoire. »

dimanche 7 février 2010, par Philippe Rekacewicz

Source : http://blog.mondediplo.net/2010-02-07-Le-cartographe-palestinien-Khalil-Tafakji

de Vichy à Paris : je vous remercie d'être venus nombreux

Stop au despotisme Talmudique !

"Les Arabes et la Shoah" : Gilbert Achkar ce mercredi soir à la librairie Résistances

Publié le 8-02-2010

Rencontre avec Gilbert Achkar qui présentera, ce mercredi 10 février à 19 H 30, son dernier ouvrage : "Les Arabes et la Shoah".

Un livre qui s’appuie sur une vaste documentation pour examiner les réactions arabes à l’antisémitisme et au nazisme.

Un tableau passionnant de l’histoire arabe contemporaine, en même temps qu’un plaidoyer pour une reconnaissance pleine et mutuelle de la "Shoah" et de la "Nakba".

Librairie Résistances :

4 Villa Compoint (angle 40 rue Guy Môquet). 75017 Paris.

M° Guy Môquet ou Brochant (ligne 13). Bus 31. Arrêt Davy-Moines

Site : http://www.librairie-resistances.com

« Mort aux chrétiens » écrit sur une cathédrale à Jérusalem !

Une riposte semble nécessaire pour contrer cette provocation dont personne ne parle :

« Mort aux chrétiens » écrit sur une cathédrale à Jérusalem

« Mort aux chrétiens » écrit sur une une cathédrale à Jérusalem
La cathédrale de la Sainte Trinité (Mission orthodoxe russe) a connu un acte de vandalisme. Dans la nuit du 10 au 11 décembre un inconnu a écrit en grands caractères sur les murs de la partie autel et de l'entrée de cette église: "Mort" et "Mort aux chrétiens".

Une plainte a été déposée à la police. Des menaces semblables avaient été adressées de par le passé verbalement à des représentants du clergé et à des moniales orthodoxes ou relevant d'autres confessions.

Les voyous exigeaient leur départ du pays et menaçaient de "les égorger" en cas de refus. Jérusalem, le 14 décembre. Interfax.

http://www.interfax-religion.ru/?act=news&div=33365

Source de la traduction : http://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/Jerusalem-un-acte-de-vandalisme_a589.html?com#comments

Le nouveau monde info : un peu d'histoire

Mercredi 10 juin 2009

La cuvée 2009 des élections européennes aura été marquée par un renforcement parlementaire des différentes familles de l’extrême droite, même si ces formations ont connu des fortunes diverses en fonction des Etats et de leurs résultats électoraux précédents. Parmi les pays les plus touchés par le phénomène, le Royaume-Uni (inquiétante percée du British National Party, proche du néonazisme), la Flandre toujours (les régionalistes xénophobes captent près du quart des suffrages), la Hongrie (le mouvement Jobbik, violemment anti-rom, réalise une percée historique) et les Pays-Bas (la nouvelle droite populiste de Geert Wilders remporte la deuxième place). Au rayon bonnes nouvelles, la Pologne, où l’extrême droite disparaît totalement du paysage politique après son triomphe aux dernières élections européennes de 2004 (26,7% et 16 eurodéputés). Tour d’horizon de la nouvelle géographie électorale de l’extrême droite.


FRANCE

En France, l’extrême droite poursuit son reflux amorcé depuis l’élection de Nicolas Sarkozy. Le Front National (FN), avec 6,34% des suffrages et 3 sièges, perd 4 eurodéputés par rapport au précédent scrutin de 2004 (9,81%). Une myriade de groupuscules tous plus obscurs les uns que les autres ont émergé dans le sillage de ce reflux. De fait, l’histoire de l’extrême droite française est, depuis quelque temps, très compliquée à suivre dans l’espace périphérique du Front National ! Elle est faite de scissions, de revirements, d’exclusions, de démissions, de créations de structures qui n’ont d’autre objectif que de consacrer « président » leur fondateur. L’emprise de Marine Le Pen – héritière désignée du Chef – sur le parti interdisant à ces califes tout espoir d’en prendre un jour les rênes, ils préfèrent être les maîtres d’une coquille vide que les cadres besogneux d’un grand parti ! Ainsi Carl Lang, transfuge du FN, a créé le Parti de la France (PDF), allié à la Maison de la Vie et des Libertés (MVL) de Jean-Claude Martinez, lui-même démissionnaire du Bureau Politique du Front National. Carl Lang et le PDF, c’est un peu Hitler dans son bunker en mars 1945 : un déni de réalité pathologique qui confine à l’autisme ! Il faut lire, pour en prendre la mesure, le communiqué publié par le petit chef au lendemain des élections : « Après 3 mois d’existence, Le Parti de la France qui présentait ou soutenait des listes aux élections européennes dans le Nord-Ouest, le Centre et le Sud-Ouest (en alliance avec la MVL) vient d’obtenir des résultats encourageants (sic) et prometteurs(re-sic). La première pierre de l’édifice du Parti de la France vient, ainsi, d’être solidement (re-re-sic) posée ». Le score « encourageant » de cet édifice « solide » ? 0,37% au national, soit 63.096 suffrages (0,92% dans le Sud-Ouest pour Jean-Claude Martinez ; 1,52% dans le Nord-Ouest pour Carl Lang ; et 1,89% dans le Centre pour Jean Verdon) ! À mesure que le paquebot frontiste prend l’eau, les ambitieux ou les idéalistes s’en vont donc fonder de frêles esquifs dont la destination est toute tracée avant même d’avoir pris la mer : l’échouage sur les récifs de la réalité. Bruno Mégret en sait quelque chose ; il avait montré la voie en 1999 avec la création du MNR (Mouvement National Républicain), aujourd’hui totalement exsangue, criblé de dettes, et en voie de disparition. Mais en attendant, ne brisons pas leurs grands rêves d’unité du camp patriotique pour enfin mener la révolution nationale ! Autre futur grand parti de la résistance identitaire et nationaliste, donc : la Nouvelle Droite Populaire (NDP). Créée en juin 2008 par des dissidents du Front National (encore !) et d’Alsace D’abord (Robert Spieler), elle articule pour sa part son idéologie autour des vieilles lunes de l’extrême droite identitaire européenne : anti-mondialisme, anti-immigration, défense de l’identité nationale. À peine porté sur les fonts baptismaux, le groupuscule subit une scission de son aile néoconservatrice, menée par Jean-François Touzé, qui enfante dans la douleur la Nouvelle Droite Républicaine (NDR), reprochant à ses anciens amis leur obsession antilibérale et anti-américaine ! Leaders autoproclamés de partis fantômes, tous ces orphelins d’une plateforme commune qui reste à définir tuent le temps en faisant vivre leurs blogs dont la fréquentation doit être à peu près égale à celle de votre site d’info préféré, et en organisant des « colloques », des « comités », qui ressemblent plus à des réunions d’anciens élèves qu’à des conseils nationaux ! Autour de toutes ces petites nébuleuses gravitent également les militants du Bloc Identitaire, proches de l’extrême droite racialiste du WhitePower, qui ont contribué à fonder l’agence NovoPress. Pour que le paysage soit complet, il faut ajouter le Parti Antisioniste conduit par Dieudonné (0,21% des suffrages au national, 1,30% en Ile-de-France, seule région où le parti présentait des listes), conglomérat hétéroclite d’anciens du FN, de l’extrême gauche la plus antidémocratique, d’aventuriers antisémites (pardon : antisionistes) et de révolutionnaires islamistes chiites.




ROYAUME-UNI

Longtemps, le Royaume-Uni a fait figure d’exception dans une Europe gagnée par la prolifération de l’extrême droite, protégé par son système électoral (scrutin majoritaire à un tour) qui contribue à la marginalisation des petits partis, et donc à la groupuscularisation de l’extrême droite. Mais aujourd’hui, au Royaume-Uni, c’est le choc. Le British National Party (BNP), jusqu’alors confiné à la marge du jeu politique, réalise une percée inédite (6,02% des suffrages) et envoie 2 députés à Strasbourg. Le BNP, ce n’est pas le Front National, et encore moins le PVdV de Geert Wilders. Le BNP, dirigé par le sinistre Nick Griffin, est un parti ouvertement raciste, antisémite, lié par un partenariat stratégique et idéologique au NPD allemand néonazi. Parti d’extrême droite le plus virulent d’Europe, le BNP s’engage dans son programme à « enrayer le flux migratoire non-blanc et à restaurer la composition majoritairement blanche de la population britannique qui existait en Grande-Bretagne avant 1948 ». Sous le slogan « Rights for Whites », l’adhésion au parti est soumise à des critères raciaux (ne sont autorisés à devenir membres du parti que « les groupes ethniques britanniques et indigènes provenant de la classe de Caucasien indigène »). Son racialisme biologique le rattache à la famille de l’extrême droite néonazie, avec laquelle les convergences défraient régulièrement la chronique. En 2002, le chef des jeunesses nationalistes du BNP, Mark Collett, déclarait son admiration pour Adolf Hitler et sa haine des Juifs, « qui ne déposeront jamais leur couronne sur la tête du Royaume-Uni ». D’autres membres du parti, comme Scott McLean, sont régulièrement épinglés par les caméras cachées des journalistes à des meetings néonazis, faisant le salut hitlérien devant la croix celtique des suprématistes blancs, entonnant des chants parodiques sur Auschwitz ou embrassant la croix gammée. Aujourd’hui, le parti focalise surtout son discours sur « l’invasion islamique », et appelle à la chasse aux Musulmans. Prospérant dans les banlieues déshéritées ravagées par la misère sociale, les conflits communautaires, l’analphabétisme et le chômage endémique, le BNP avait déjà connu des succès limités géographiquement à la faveur des élections locales de mai 2006.





PAYS-BAS

Rien de tel aux Pays-Bas. Le PvdV de Geert Wilders appartient à une tout autre catégorie de partis d’extrême droite, qui ont réorganisé leur discours autour de problématiques contemporaines, et rompu tout lien avec les partis d’obédience fasciste ou néonazie. Porte-drapeau de la nouvelle droite néoconservatrice, populiste et identitaire (lire ICI notre dossier sur les différentes familles de l’extrême droite européenne), le PvdV a occupé l’espace du populisme néerlandais laissé vacant depuis la chute du parti de Pim Fortuyn en réalisant une percée spectaculaire, avec 17% et 4 sièges, se hissant à la seconde place de l’éventail politique du pays, juste derrière le parti chrétien-démocrate. Promoteur du petit clip de propagande anti-Islam « Fitna », qui ne s’embarrasse guère de nuances pour jouer sur la fibre émotionnelle et flatter les bas instincts populistes de ses compatriotes, Geert Wilders est devenu le symbole de la guerre de civilisation contre l’invasion islamique mais surtout contre les musulmans ! Le parfait petit idiot-utile des islamistes, en somme, avec lesquels il partage le même manichéisme simplificateur et la désignation de boucs émissaires sur lesquels repose la responsabilité d’une culture en décadence… Comme tout néoconservateur qui se respecte, il n’a rien compris (lire notre dossier : populisme et nouvelle droite aux Pays-Bas) !




BELGIQUE

Le pays connaît depuis une quinzaine d’années une crise d’identité exacerbée qui se conjugue à une crise politique latente, dont profite l’extrême droite à chaque scrutin. La problématique irrédentiste a pris des proportions considérables dans le royaume, à un niveau que n’atteint aucun autre État fédéral d’Europe (notamment l’Italie ou l’Espagne). La Flandre, plus riche que la Wallonie, est sensible depuis 1978 aux poussées sécessionnistes portées par le parti d’extrême droite Vlaams Belang (Intérêt Flamand). Fondé en 1978 par des dissidents radicaux de la Volksunie (le premier parti nationaliste important de l’après-guerre) sous le nom de Vlaams Blok, le parti a dû changer de nom le 14 novembre 2004 suite à sa condamnation pour « incitation permanente à la ségrégation et au racisme ». Formellement dirigé par Frank Vanhecke, président à vie du Vlaams Belang, le véritable leader du mouvement est Filip Dewinter, figure de proue du parti dans son bastion d’Anvers, issu du courant interne nationaliste-révolutionnaire. Farouchement xénophobe et sécessionniste, le parti connaît une progression constante qui plombe un peu plus chaque scrutin au fil des années. Filip Dewinter tente depuis un an d’organiser la nouvelle droite néoconservatrice et l’extrême droite autour d’une plateforme commune destinée à lutter contre l’islamisation des villes européennes et la construction de mosquées (avec Hans-Christian Strache, président du FPÖ autrichien ; l’avocat Markus Beisicht, du mouvement allemand Pro-Köln, Robert Spieler, de la Nouvelle Droite Populaire ; les Republikaner allemands, la Lega Nord de Padanie, le Dansk Folkeparti danois et le PvdV hollandais).


Excellente nouvelle de ces élections : le Vlaams Belang enregistre, pour la première fois depuis plus de quinze ans, un net reflux électoral. Avec 9,85% des suffrages sur l’ensemble du pays (15,88% en Flandre), contre 14,3% (23,16%) lors des dernières élections de 2004, le Vlaams Belang abandonne la place de seconde formation politique du royaume qu’il occupait depuis 1995 pour tomber à la quatrième place. Mais ce mauvais score apparent est en trompe l’œil. Le Vlaams Belang a en effet subi la concurrence électorale d’un petit parti nationaliste et populiste évoluant dans les mêmes eaux sécessionnistes : la Lijst Dedeker (LDD : 4,51% et 7,28% en Flandre).



BULGARIE

Ataka, dirigé par Volen Siderov (le « men in black » qui ne sourit jamais), a été fondé en 2005 ; jusqu’alors, la Bulgarie n’avait pas de parti d’extrême droite structuré. Sorti des limbes, le parti a instantanément obtenu 8,93% des voix et 13 députés aux législatives du 25 juin 2005, et connaît depuis une fuite en avant fulgurante et inquiétante dans les sondages. Violemment antisémite et extrémiste, Ataka est un véritable parti national-populiste, qui surprend dans le paysage politique relativement modéré de l’Europe balkanique post-communiste (hormis la Serbie). Lors des premières élections européennes du pays le 20 mai 2007, Ataka a remporté 14,22% ; le 7 juin dernier, il maintient peu ou prou ce résultat, avec 11,2% des suffrages et 2 sièges.




HONGRIE ET RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

Relativement épargnés par le phénomène national-populiste jusqu’en 2006, les deux pays connaissent aujourd’hui un violent retour de flamme dans le sillage de la crise économique, avec la désignation de boucs émissaires sur lesquels se concentrent les attaques racistes : la communauté rom et tzigane. C’est en République tchèque que la campagne raciste a atteint son paroxysme, suscitant l’indignation générale, quand le parti d’extrême droite Národní Strana en pleine expansion, a appelé dans son clip électoral à la « Solution Finale du problème rom ». Sous des slogans simplistes, des images de familles roms, sales, violentes, au rictus de haine et aux visages déformés, qualifiés de « parasites » dont il « faut se débarrasser ». Un climat de haine qui rappelle l’Allemagne des années 30, et des stéréotypes sociaux et raciaux que n’aurait pas reniés le Stürmer. De fait, la campagne raciste porte ses fruits, avec une multiplication des violences à l’égard des roms, menés par les chemises noires d’un nouveau parti proche du néonazisme, le Parti des Travailleurs (Delnicka Strana, DS) : meurtres, enfants brûlés vifs (en Hongrie), pogroms, expéditions punitives (notamment à Litvinov en novembre dernier). Ces violences physiques se doublent d’un discours négationniste sur l’extermination des Roms pendant la Seconde Guerre Mondiale, qu’instrumentalise la pasionaria de Národní Strana, Petra Edelmannová. Sur l’emplacement du camp de concentration de Lety u Pisku, où furent internées plus de 1200 personnes, en grande majorité des Roms, qui ont été par la suite déportées vers Auschwitz ou Buchenwald, a été construite dans les années 70 la plus grande porcherie industrielle du pays, fleuron du régime communiste. Aujourd’hui rachetée par des fonds privés, la porcherie, malgré les condamnations verbales de l’Union Européenne, a encore étendu sa surface. La polémique est venue de la stratégie de communication efficace de Národní Strana, qui a multiplié les manifestations contre le déplacement de la porcherie, arguant que le camp de concentration n’a été qu’un camp d’internement pour asociaux, afin de forcer les Roms à travailler, ces derniers étant des vermines génétiquement inaptes au travail.

me exutoire à la crise en Hongrie. Les Roms sont les victimes expiatoires des ravages sociaux que connaît le pays. Le mouvement identitaire et raciste Jobbik, qui peinait alors à sortir d’un ghetto groupusculaire électoral, a bondi à 14,77% des suffrages et envoie 3 députés au Parlement européen. Un choc pour la classe politique du pays. L’ONU a tiré la sonnette d’alarme : les Tziganes, exterminés par les nazis, sont désormais en proie à une nouvelle vague de haine raciste qui a dépassé le stade des discours ; les Roms sont également pourchassés au Kosovo. Comme dans les années 30, les ravages sociaux induits par la crise économique trouvent un débouché naturel dans le repli identitaire et la criminalisation de minorités ethniques ou religieuses, sur lesquels reposent tous les maux, et accusées de menacer la pureté et l’identité de la nation.




SLOVAQUIE ET SLOVÉNIE

Le SNS (Slovenska Narodna Strana, Parti National Slovaque) de Jan Slota, parti d’extrême droite violemment xénophobe, anti-slovène et anti-tzigane, est devenu la troisième force du pays aux législatives du 17 juin 2006. Le SNS est passé de 3,3% en 2002 à 11,73%. Il participe depuis au gouvernement de la gauche populiste du parti SMER. À l’issue des élections européennes, il remporte 5,56% des suffrages et envoie un eurodéputé à Strasbourg. En Slovénie, le SNS (Parti National Slovène – Slovenska Nacionalna Stranka), dirigé par Zmago Jelinčič est un parti d’extrême droite xénophobe sur le modèle du SNS slovaque. Lors des élections législatives, il n’obtient toutefois pas le même succès que son voisin, et échoue à troubler le jeu politique national. Aux élections européennes, il n’obtient que 2,88% des voix.



ROUMANIE

Romania Mare (Partidul România Mare – Parti de la Grande Roumanie, PRM), dirigé par Corneliu Vadim Tudor, est un parti d’extrême droite mêlant ultranationalisme irrédentiste et nostalgies communistes de l’ère Ceaucescu. Antisémite, anti-hongrois et anti-tziganes, le parti a connu son apogée lors des élections législatives et présidentielles de 2000 qui l’ont propulsé à la deuxième place de l’échiquier politique roumain. Aux élections présidentielles du 16 novembre 2000, Corneliu Vadim Tudor s’est en effet hissé en deuxième position avec 28,7% des suffrages, se qualifiant ainsi pour le second tour où il a obtenu 33% des voix. Avec 8,68% des suffrages aux élections européennes, il envoie 3 eurodéputés à Strasbourg.



GRÈCE

Forte poussée du LAOS dans le pays, qui enregistre un score de 7,15% (contre 4,1% aux dernières européennes de 2004) et envoie 2 eurodéputés à Strasbourg. Formé en 2000, le Laikos Orthodoxos Synagermos (LAOS), Rassemblement populaire orthodoxe, est un parti d’extrême droite dirigé par Giorgos Karatzaferis, transfuge de Nouvelle Démocratie (ND), la grande formation de droite du pays. Violemment antisémite et nationaliste, il peut compter sur le soutien de l’Eglise Orthodoxe grecque, et entend accroître son influence en débauchant les tenants de l’aile nationaliste et populiste de Nouvelle Démocratie.



PAYS NORDIQUES

En Suède, le Sverigedemokraterna remporte 3,3% des suffrages, et n’obtient aucun élu. Au Danemark, le Dansk Folkeparti (DF – Parti du Peuple Danois) réalise une percée spectaculaire, passant de 6,8% en 2004 à 14,8% (2 sièges), à la quatrième place. Le DF fait partie de cette nouvelle droite proche du néoconservatisme, à l’image du PvdV de Geert Wilders, du Parti du Progrès norvégien, ou du FPÖ autrichien (lire notre dossier : l’extrême droite et la nouvelle droite nordique).



AUTRICHE ET ITALIE

En Autriche, l’extrême droite ne parvient pas à réitérer ses excellents résultats de la décennie 90, lorsque feu Jörg Haider représentait la figure la plus importante du national-populisme européen. Les deux partis de l’extrême droite (FPÖ et BZÖ) réalisent cependant une forte progression par rapport au scrutin de 2004 (6,3%), avec respectivement 13,1% (2 sièges) et 4,7%. Véritable star auprès des jeunes (50% des 16-18 ans ont voté pour le FPÖ…), Hans-Christian Strache cultive son image cool et fêtarde, comme son mentor décédé, pour faire oublier l’antisémitisme toujours présent dans le discours du parti, ses velléités antislovènes en Carinthie, et bien sûr son discours anti-musulman. L’extrême droite a subi, pour la deuxième fois, la concurrence d’un parti populiste de circonstance, antifiscaliste, qui ne se manifeste qu’à l’occasion des élections européennes : la Liste Hans-Peter Martin. Avec 17,9% des suffrages, elle a constitué la sensation de ces européennes, en se positionnant à la troisième place sur l’échiquier politique (la liste avait déjà remporté 14% des suffrages en 2004). 

 



La Ligue du Nord (Lega Nord Padania), avec 10,22% des suffrages, réalise un très bon résultat et envoie 9 eurodéputés à Strasbourg. LN est un parti régionaliste d’extrême droite dirigé par Umberto Bossi, dont le projet est la sécession de l’Italie du Nord (appelée Padanie, entité aux contours flous représentant la Lombardie, la Vénétie et le Piémont) sur le modèle du Vlaams Belang en Flandre. Les thèmes identitaires, xénophobes, et anti-musulmans qui traversent le corpus idéologique de la Ligue du Nord la rattachent à la grande famille de l’« extrême droite de la prospérité » (aux côtés du FrP norvégien, du DF danois, du PvdV hollandais). Il est un partenaire gouvernemental incontournable du PDL de Silvio Berlusconi. 
Lire notre dossier : l’extrême droite de l'arc alpin et notre article sur la mort de Jörg Haider.



MALTE

Last but not least, impossible de faire l’impasse sur l’extrême droite maltaise, à laquelle nous avons déjà consacré un article (lire ICI). Le parti mystico-nazi Imperium Europa, dirigé par l’illuminé Norman Lowell, a triplé son score de 2004, avec 1,47% des suffrages. Mine de rien, à la faveur de ces élections, il devient la quatrième formation du pays…




POUR EN SAVOIR PLUS, LIRE NOTRE DOSSIER (CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE)
 

 

 

Inculpation du chef du parti néo-nazi allemand, partisan d'une Mannschaft "blanche"

Inculpation du chef du parti néo-nazi allemand, partisan d'une Mannschaft "blanche"

Udo Voigt a été inculpé pour "incitation à la haine raciale" après la diffusion de prospectus s'attaquant aux Noirs de l'équipe nationale de football.

Le président du parti néo-nazi allemand NPD a été inculpé pour "incitation à la haine raciale" après la diffusion de prospectus s'attaquant aux Noirs de l'équipe nationale de football, a annoncé mardi le parquet de Berlin.

Udo Voigt, 55 ans, ainsi que deux autres hauts responsables de son parti dont les noms n'ont pas été précisés, sont également poursuivis pour "injure", a précisé la procureur Simone Herbeth dans un communiqué. Au printemps 2006, quelques semaines avant le Mondial de football en Allemagne, le NPD avait diffusé un prospectus présentant la photo de dos d'un joueur noir de l'équipe d'Allemagne, associée au slogan "Blanc. Pas seulement une couleur de maillot! Pour une vraie équipe NATIONALE!".

Par ce slogan le NPD a voulu affirmer que "les joueurs qui ne sont pas blancs de peau sont indignes de représenter l'Allemagne dans l'équipe nationale", analyse le parquet, pour justifier ses poursuites. Le milieu de terrain du Werder Brême Patrick Owomoyela, de père nigérian, s'était reconnu sur la photo, et avait déposé plainte. Il avait obtenu satisfaction en avril 2006, et la justice avait interdit et confisqué les prospectus. Par la suite, a expliqué mardi Mme Herbeth, le parti extrémiste avait cependant édité une deuxième version de son prospectus, présentant cette fois une équipe nationale composée de dix Noirs et un Blanc, avec la question "Le Onze national en 2010 ?"

Le plus radical des partis d'extrême droite allemands, créé en 1964 par d'anciens fonctionnaires nazis, n'est pas représenté au Parlement fédéral, mais l'est en revanche dans deux parlements régionaux de l'ex-RDA. Son éventuelle interdiction est un sujet de débat récurrent en Allemagne: l'idée est défendue par quelques responsables politiques de haut rang, mais elle se heurte à des difficultés juridiques. (belga/7sur7)

L’entente France-Québec : un espace économique comme atout

L’entente France-Québec : un espace économique comme atout - 1er décembre 2009
Publié le 10/11/2009 par ThomasROCHE

Après une première journée de colloque (30 novembre) sur l’efficacité économique des espaces civilistes, les Barreaux de Lyon et du Québec organisent un événement exceptionnel consacré aux nouveaux espaces économiques de mobilité professionnelle entre la France et le Québec, et plus généralement entre l’Europe et le Canada.
Signée le 17 octobre 2008 par Nicolas Sarkozy et le Premier Ministre du Québec, l’Entente entre la France et le Québec ouvre des opportunités d’affaires sur la mobilité des professions réglementées.
Les négociateurs des accords présenteront les avantages de ces accords pour le recrutement et la compétitivité
>>: Gil REMILLARD (Ancien Ministre de la Justice du Québec), Yves DOUTRIAUX (Conseiller d’Etat), Paul-Albert IWEINS (CNB), Jean-Michel DOYON (Bâtonnier du Québec), Andrée LONGPRE (Président de l’Ordre des Administrateurs Agréés du Québec) …avec le témoignage d’entreprises et acteurs de la mobilité des professions réglementées.

>>Prix : 150 € / jour (repas compris); 250 € / 2 jours
>>étudiants 50€.
>>Prise en charge possible du coût de la formation par le FIFPL.

>>Dates : Lundi 30 novembre et mardi 1er décembre 2009
>>Lieu : Institut Lumière
>> 24, rue du Premier film
>> 69008 LYON
>>Renseignements et inscription :


  http://cjc.univ-lyon2.fr/367-14-Faire-affaires-Doing-Business-dans-un-monde-crise-Code-civil-a-entente-France-Quebec.html

Vaste escroquerie internationale

Obama Prix Nobel de la Paix : un poisson d’avril ?

 

Publié le 9-10-2009

Il a fallu se pincer, vendredi matin, en apprenant que le Prix Nobel de la Paix 2009 a été décerné au président des Etats-Unis Barack Obama. Mais on est le 9 octobre, pas le 1er avril, et la nouvelle est exacte.

Obama aurait donc, en 8 mois d’exercice du pouvoir à la tête de la plus grande puissance de la planète, apporté, ne serait-ce qu’un infléchissement aux agissements guerriers des Etats-Unis ?

Il s’agit là d’une escroquerie.

Depuis son élection, Obama a au contraire, comme il ne s’en cachait d’ailleurs même pas au cours de sa campagne électorale, accentué la sale guerre contre l’Afghanistan, en annonçant sans cesse de nouveaux renforts ; le « dégagement » de l’Irak, pays détruit par son prédécesseur George W Bush, se fait toujours attendre ; la menace d’attaque militaire contre l’Iran ? « Toutes les options restent sur la table » répètent à l’unisson Obama et ses collaborateurs !

Depuis qu’il est à la Maison-Blanche, Obama n’a même pas été capable de mettre fin à l’une des réalisations les plus répugnantes de l’administration Bush, à savoir la fermeture du centre de torture de Guantanamo, où des centaines d’hommes et parfois d’enfants croupissent depuis des années, non seulement sans avoir été jugés, mais le plus souvent sans même avoir été mis en examen. Ce dossier était le seul pour lequel le candidat Obama avait pris des engagements fermes, mais il ne les a pas tenus.

Et ne parlons évidemment pas de la politique étatsunienne vis-à-vis de son allié Israël. Sous Obama comme sous Bush, les dirigeants israéliens ont poursuivi leur guerre criminelle contre le peuple palestinien, l’étranglant chaque jour un peu plus, sans que Washington y trouve à redire.

La palme de l’hypocrisie washingtonienne se trouve probablement dans sa gestion des affaires nucléaires.

Chef de la première puissance mondiale dans le nucléaire militaire, et de la seule à avoir utilisé l’arme atomique pour massacrer des populations (à Hiroshima et Nagasaki, au Japon, en août 1945), Obama a intégralement repris l’agenda de ses prédécesseurs : ne pas toucher à son propre arsenal nucléaire et ne surtout rien demander au sujet de l’arsenal israélien.

Certes, le comité formé par le Parlement de Norvège pour décerner les Prix Nobel de la Paix a déjà fait, au cours de son histoire centenaire, d’autres choix étranges.

Une série de bellicistes patentés ont été honorés dans le passé, que ce soit l’Américain Henry Kissinger, ou les Israéliens Menahem Begin, Shimon Peres et Itzakh Rabin. Kissinger s’était distingué dans l’intensification de la guerre contre le peuple vietnamien –qui fit 2 millions de morts- ; Menahem Begin , directement impliqué dans le massacre de Deir Yassin en 1948, dirigeait le gouvernement israélien qui agressa sauvagement le Liban à partir de 1978 ; Shimon Peres et Itzakh Rabin (pour ce dernier, jusqu’à sa mort par assassinat en 1995) eurent aussi de longues et sanglantes carrières. Mais au moins ces hommes, au moment où ils reçurent la récompense, pouvaient-ils sauver la face en exhibant publiquement des traités de paix, ou des semblants de traités de paix : ainsi de Kissinger avec l’arrêt de la guerre du Vietnam (1973), de Begin avec le traité israélo-égyptien (avec l’Egyptien Sadate, 1978) ; et de Peres/Rabin, pour les « accords d’Oslo » (avec Arafat, 1994)

Avec la distinction d’Obama, on change de registre.

Le Centre hospitalier universitaire vaudois de Lausanne, a renoncé à se fournir en eau minérale auprès de la firme israélienne Eden

Plus d’eau minérale israélienne Eden Springs au CHU de Lausanne

 

Publié le 27-08-2009

Grâce à la détermination d’une patiente et d’un journaliste suisses, la direction du Centre hospitalier universitaire vaudois de Lausanne, a renoncé à se fournir en eau minérale auprès de la firme israélienne Eden Springs, rapporte le site du journal La Liberté. Le CHU de Lausanne est l’un des principaux établissements hospitaliers européens, avec 7.800 employés, et un budget annuel d’un milliard de francs suisses (700 milllions d’euros).

Par Christian CAMPICHE (La Liberté)

"Le CHUV n’est plus un paradis pour l’eau Eden Springs, titrions-nous dans ces mêmes colonnes, le 11 septembre 2008. Il l’est d’autant moins aujourd’hui que la marque israélienne a été carrément boutée hors des locaux de l’établissement hospitalier vaudois, remplacée par les bonbonnes d’eau Edelvia.

Il y a un peu moins d’une année, nous écrivions que la substitution des bonbonnes Eden Springs était à l’étude au CHUV. Ce dernier a tenu promesse : « Le marché de bonbonnes d’eau au CHUV a été attribué il y a quelques semaines à Edelvia sur la base du meilleur prix dans une procédure d’appel d’offres. Plus de la moitié de la consommation sera parallèlement transférée pendant l’hiver 2009-2010 sur des postes accédant au réseau d’eau potable », précise Oliver Peters, directeur administratif et financier du CHUV. Lequel ajoute que le coût de l’approvisionnement en bonbonnes sera ainsi ramené à environ 40 000 francs par année, soit une économie de 50 000 francs pour le CHUV.

Comme l’an dernier, M. Peters ne se prononce pas sur la question de savoir si le changement de stratégie en matière d’approvisionnement d’eau au CHUV est la conséquence de l’implantation d’Eden Springs dans le Golan. « Périodiquement, le renouvellement du contrat est mis au concours », souligne-t-il.

Aux mains de l’homme d’affaires israélien Roni Naftali, le groupe Eden Springs, dont le siège européen est basé à Préverenges, non loin de Lausanne, exploite une source sise à Dorénaz, en Valais. Ce qui n’empêche pas certaines ONG d’associer son logo à l’occupation de la Palestine, un territoire qui manque cruellement d’eau.

Sensible à la cause palestinienne, la journaliste indépendante Silvia Cattori est intervenue auprès de la direction du CHUV pour demander que le CHUV retire l’eau Eden de ses services."

« Pour des raisons de santé, j’avais été amenée à fréquenter ces derniers jours les couloirs et salles d’attente du CHUV. J’y ai admiré la gentillesse du personnel, la propreté et l’ordre, un cadre de soins rassurant. Mais ces paisibles sentiments ont cédé la place au trouble quand j’ai aperçu plusieurs fontaines d’eau Eden près de l’endroit où je me trouvais. Or cette marque au nom paradisiaque est contrôlée par Eden Springs Ltd, un groupe basé en Israël qui exploite les sources d’eau du Golan. »

Silvia Cattori sait bien que l’eau distribuée au CHUV par Eden ne vient pas du Golan, une région syrienne conquise et annexée par Israël, mais du Valais, de Dorénaz plus précisément, où la société exploite une source et une usine d’embouteillage. Elle n’en déplore pas moins que les fontaines du CHUV arborent un logo que certaines ONG associent à la pénurie d’eau dont souffre la Palestine.

Sur son site officiel www.israelvalley.com, la Chambre de commerce France-Israël relève elle-même que « les ressources en eau forment un argument de poids pour les partisans du maintien de la présence israélienne sur le Golan. En effet, 50% des eaux qui alimentent le lac de Tibériade trouvent leurs sources sur les hauteurs du Golan et au Liban ». Comme Silvia Cattori, des patients, des visiteurs sensibles à la cause palestinienne, pourraient se sentir heurtés chaque fois qu’ils se rendent au CHUV. Et la journaliste de demander que l’établissement hospitalier retire l’eau Eden de ses services.

L’investigation démarre

Bernard Decrauzat lit le message avec attention avant de répondre que, sans entrer dans le débat du « douloureux conflit » Palestine-Israël, il ne considérait pas le produit actuellement en service comme pérenne. « En effet, notre établissement a pour objectif de substituer les bonbonnes Eden par un système de connexion à l’eau courante. Le concept est à l’étude. Je demande à nos services concernés de faire diligence », répondait-il l’an dernier à SilviaCattori.

Le 1er août 2009, le voyant rien venir, Silvia Cattori reprend la plume, et fait remarquer au nouveau directeur de l’hôpital, Pierre-François Leyvraz, que l’eau Eden offerte aux patients des hôpitaux « constitue un fort argument promotionnel pour l’entreprise qui entend axer sa publicité sur « un style de vie actif et équilibré ». Le CHUV et les pharmaciens font ainsi, sans le savoir, une énorme promotion à Eden Springs, une société que l’organisation pacifiste israélienne Gush Shalom appelle à boycotter. Pourquoi ne pas approvisionner le CHUV avec l’eau du robinet qui est, chez nous, d’excellente qualité ? » demande-t-elle.

Cette fois sera la bonne. Le CHUV ne sera bientôt plus approvisionné en bonbonnes Eden Springs, mais avec des bonbonnes d’un autre fournisseur, et d’ici quelques mois par le réseau d’eau courante, une fois les tests achevés.

CAPJPO-EuroPalestine

Grippe A : et si on allait tous passer à la casserole ?

Apparue au Mexique, la grippe A touche désormais de nombreux pays à travers le monde. L'OMS (l'Organisation Mondiale de la Santé) dénombre près de 95 000 personnes contaminées dans 136 pays. Alors que l'épidémie s'étend, une pandémie est à craindre pour cet hiver. L'OMS a élevé le seuil d'alerte au niveau 6 maximum. Les Etats ont décidé de commander des vaccins auprès des laboratoires pharmaceutiques afin de se tenir prêt à une éventuelle campagne de vaccination généralisée.  

Votre avis nous intéresse

L'historien allemand de renom Guido Knopp a comparé l'acteur et membre de l'église de la scientologie Tom Cruise au ministre nazi de la propagande

Scientologie : un historien allemand compare Tom Cruise à Goebbels

 

 

BERLIN, 21 jan 2008 (AFP) - L’historien allemand de renom Guido Knopp a comparé l’acteur et membre de l’église de la scientologie Tom Cruise au ministre nazi de la propagande Joseph Goebbels, dans un article paru dimanche. "Tom Cruise se met en scène comme Goebbels", a dit à Bild am Sonntag l’expert de la Deuxième Guerre mondiale après avoir visionné une vidéo où la vedette hollywoodienne fait un discours devant des membres de la Scientologie. Dans un communiqué transmis à l’AFP à Paris, l’Eglise de Scientologie réagit en écrivant : "Bild am Sonntag est grossièrement irresponsable pour la publication d’affreuses et honteuses affirmations sur M. Cruise. La seule propagande comparable à la période sombre de l’histoire de l’Allemagne est celle de cette publication allemande". Dans la vidéo qui remonte à quatre ans, visible sur l’internet et dont Bild publie des photos, Tom Cruise en costume, chemise et cravate noirs, adossé à un pupitre en marbre et dorures orné du symbole de la scientologie et avec derrière lui une énorme carte du monde, lance : "Should we clean this place up ?" ("Devons-nous nettoyer ce monde ?"). Une foule l’accueille avec un "Yes" ("Oui") massif. "Il est possible que la manière de parler de Cruise soit assez courante dans nombreux +mouvements d’éveil+ aux Etats-Unis," mais "par la force des choses, cette scène rappelle pour chaque Allemand qui s’intéresse à l’Histoire le tristement célèbre discours de Goebbels au Palais des sports," souligne Knopp dans le journal. Le 18 février 1943, Goebbels avait hurlé dans le Palais des sports de Berlin : "Voulez-vous la guerre totale ?", approuvé à l’unanimité par une foule en délire. Selon le communiqué de l’Eglise de Scientologie, "Bild am Sonntag a honteusement mal interprété les paroles de M. Cruise. Il faisait un discours de remerciement pour une récompense humanitaire attribuée en l’honneur de son action dans le domaine de l’alphabétisation". La récente présence à Berlin de l’acteur hollywoodien Tom Cruise, venu incarner pour un tournage le héros anti-nazi Claus von Stauffenberg, avait fait polémique, en raison de son appartenance notoire à la scientologie. Depuis plus de dix ans, l’Allemagne est engagée dans un bras de fer avec l’organisation fondée en 1954 par l’auteur de science-fiction américain Ron Hubbard. Très controversée, elle n’est pas reconnue comme une église, contrairement aux Etats-Unis, et est régulièrement accusée d’être une secte dangereuse par des experts et services de renseignements intérieurs internationaux. Selon une biographie explosive de Tom Cruise venant de paraître aux Etats-Unis, mais non autorisée et dont la plupart des informations ont été démenties par la scientologie, l’acteur serait le numéro deux de l’organisation.

L'ex-ambassadeur égyptien Ibrahim Yousra a saisi la justice sur la question de la vente de gaz égyptien à Israël

L’exportation de gaz vers Israël provoque des remous en Egypte

 

Publié le 1er-08-2009

L’ex-ambassadeur égyptien Ibrahim Yousra a saisi la justice sur la question de la vente de gaz égyptien à Israël, rapporte le quotidien arabe en ligne " Al-Quds al-Arabi".

"L’Égypte ne produit déjà pas assez de gaz pour subvenir aux besoins intérieurs. Comment se fait-il qu’elle l’exporte à Israël à un prix inférieur au prix mondial ?", s’est offusqué cet octogénaire qui lutte contre les transactions secrètes Israël et l’Egypte, estimant que ceci est la preuve de l’état de mépris chez les responsables égyptiens à l’égard des intérêts du pays et de ses ressources naturelles.

"Al-Quds al-Arabi" souligne que c’est le journal économique israélien The marker, qui a révélé cette transaction concernant 12 milliards de mètres cube de gaz, qui aurait été signée par une société privée israélo-égyptienne EMG pour une durée de 17 ans, renouvelable pour cinq ans.

Pour certains, cette société ne serait qu’un cache-sexe du gouvernement égyptien.

CAPJPO-EuroPalestine