L'insécurité menace le centre-ville de Clermont-Ferrand, la ville de "papa m'a dit" qui est devenu une ville sale

Non seulement les commerces en centre-ville se plaignent d'une activité économique plutôt en baisse mais, le plus attristant dans cela, serait le mépris d'une partie de la municipalité de gauche face aux petits boutiquiers. La dernière réunion organisée entre "Clermont Avant Tout" présidée par Jean-Pierre Brenas et la mairie de gauche aurait été le symbole de la décadence de la communication entre ces deux entités. Le chiffre d'affaire des petits commerçants clermontois n'a fait que dégringoler depuis 2002, annonçant une chute de 4 % chaque année, avec une sacré aggravation au premier trimestre 2009 et il semblerait que rien ne serait fait par la ville pour stopper la dégringolade actuelle et encore moins pour aider au redressement d'une ville privée de centre-ville dynamique, "dynamitée" par ce projet absurde de passage du tram qui attire quelques gogos sur les terasses ensoleillées de la place de Jaude en berne sauf que le problème de l'insécurité serait, à en croire la municipalité clermontoise, qu'une pure illusion de l'esprit.

Quand on est bien au frais dans les salons climatisés de l'Hôtel de ville, on ne peut voir de près les chiffres chauds de la délinquance. C'est certain !

Les projets de "papa m'a dit" (Serge Godard) semblent effectivement en panne, comme le projet d'urbanisme dans le Carré Jaude 2 comme cela était prévu initialement. Et on ne parle pas du délabrement ambiant : l'avnir de l'Hôtel Dieu qui resterait dans le flou lu plus artistique, la grande bibliothèque en friches, le développement de la place Gaillard, n'en parlons pas où tout le monde ne semble pas d'accord sur une certaine conccurence excessive qui aurait pour seul but d'annilier les petits commerces déjà bien mal en point.

L'affaire des enseignes, taxées de pollution visuelle, est venue réconforter ceux qui ne sont plus au diapason avec la municipalité gangrenée par le contentement de soi, la marche tranquille vers la continuité dans la continuité continuelle !

Si les projets semblent en panne sèche, l'insécurité gagne en proportion avec tous ces cambriolages et ces agressions relevées dans la press locale.

A quoi bon !

Marc-Claude de Portebane




Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau