HALTE Projet Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon

Projet Usine à poubelles CSR Andrézieux-Bouthéon : tractage massif rentrée scolaire 2016 et Forum associations du Collectif ZADiste CHUPA !

Les militan-tes du Collectif CHUPA révolté-es

(Halte Usine à poubelles CSR à Andrézieux-Bouthéon)

maintiennent pression contre implantation future Usine à poubelles : 

1 Distribution tracts école Jeanne d'Arc Andrézieux-Bouthéon & école privée des Quatre vents à Saint-Bonnet-les-Oules !

Jarcand 028 2 jpg a

Effet surprise lors de la rentrée scolaire 2016 devant l'école Jeanne d'Arc à Andrézieux-Bouthéon : une douzaine de militant-es du Collectif CHUPA et de l'association environnementale "AURA Environnement" ont distribué, de façon pacifique, ....

Jarcand 025.... des centaines de tracts afin de protester contre le projet des élu-es du SYDEMER de Saint-Etienne qui voudraient installer la future méga Usine à poubelles (Méthanisation + production de CSR) de la Loire ....

Jarcand 011...... sur 2 zones commerciales situées à proximité des communes de Saint-Bonnet-les-Oules....

Jarcand 009.... d'Andrézieux-Bouthéon, La Fouillouse, Saint-Just-saint-Rambert, Veauche :  L'Orme les Sources et la ZAIN Parc Opéra International.

Jarcand 0162- Distribution tracts Forum des associations La Fouillouse, Saint-Galmier......Mont 010

Petit rappel : le collectif ZADiste CHUPA est soutenu par plus de 10 000 personnes au travers ses pétition (3253 signatures internet et plus de 7 000 version papier).

Lien : http://www.mesopinions.com/petition/politique/halte-usine-poubelles-za-vers-andrezieux/15574

La lutte continue.

Spécial Euro 2016 : pendant 9 jours, à Saint-Etienne, c'était Poubelle la vie !

Les syndicats CGT de la ville et de Saint-Etienne Métropole

ont signé un protocole d'accord après 9 jours de grève

alors qu'ils n'ont obtenu.... que des mini-miettes !

ZaeLe juge des référés du tribunal administratif de Lyon, saisi par le maire Gaël PERDRIAU, a ordonné hier aux grévistes qui bloquaient l'accès au Centre technique municipal (CTM) de libérer fissa les lieux dans les 2 heures suivant l'énoncé du jugement, sinon c'était l'évacuation manu militari.

Le juge ayant en effet souligné, notamment, que ce piquet de grève entravait le bon fonctionnement des services municipaux et compromettait l'organisation des différentes animations liées à l'Euro.

Poub 012

Les abords de la préfecture42 et du Département42 à Saint-Etienne hier 08/06/2016 !!!

Le camarade Cédric CROZET, élu CGT à la Ville de Saint-Etienne ainsi que les camarades Magali BADIOU et Saïd ZAHIR ont été condamnés in solidum à verser 1 200 € à la Ville de Saint-Etienne qui aura été incapable de nettoyer ses rues et boulevards pendant ses 9 jours où l'insalubrité et les odeurs pestilentielles ont régné en maître !

Par contre, la CGT n'a obtenu que très peu d'avantages (8 embauches à la fois à la Ville et à Métropole). A quoi bon faire 9 jours de grève pour des "cacahuètes" ?

L'incapacité de Saint-Etienne Métropole a assurer un minimum d'hygiène "poubelliste" aux habitants de la communauté urbaine a d'ailleurs fait réagir, hier, un internaute, (Gérard ARNAUD) sur le Mur de la page Facebook de nos camarades de la "CGT Territoriaux Saint-Etienne" : " je suis agent de maintenance au foyer résidence MAISON DE L'AMITIE à Unieux, je comprend votre mouvement de greve. Mais pour moi qui gere les ordures menageres au quotidien d'un établissement de 78 logements, je suis decu par le manque de considération vis à vis de ces personnes qui pouraient etre vos parents, vos grand parents voir meme vos arrieres grands parents pour certains d'entre vous. En leur temps eux aussi ont connus des conflits et se sont battu pour deffendre leurs droits qui aujourd'hui sont devenus vos acquis. Par respect pour eux et aussi pour moi je ne le cache pas, un seul de vos camion pourrait leur rendre plus agreables les abords de leur résidence il meritent bien un peu de respect ,de consideration,et de quietude dans un environement calme et propre. Mon message sera peu etre lettre morte mais au moin j'aurai essayé.Bien cordialement et bon courrage dans votre action Gérard".

Za1

Le SENAT a supprimé les 35h et propose 12h par jour et 48 ou 60h par semaine !!!!!

Les élu-es de Saint-Etienne Métropole ont montré qu'avec eux, SEULE ne pouvait compter que l'emploi de la force - via un jugement au TA - et la condamnation judiciaire de celles et ceux qui s'opposaient à eux. La fumisterie de l'Euro 2016, (Le 1er match de l'Euro 2016 à Saint-Étienne, Portugal-Islande, se tiendra mardi 14 juin. La fan zone est installée parc François Mitterrand, à 500 m de la gare principale de la ville, sur l'axe qui mène au stade Geoffroy-Guichard) étant nettement plus importante que les conditions de travail de nos camarades du Centre technique municipal ! Ceci en dit long, aussi, sur le devenir politique de l'infâme projet de la loi El Khomri (ou Loi Travail) qui devrait être adoptée en principe à l'été 2016, sauf retrait du projet de loi par le Gouvernement....de gauche !

Le Collectif C.H.U.P.A à la conférence "Zéro Déchet" à Lyon 4° avec Béa JOHNSON et maire David KIMEFELD !

Les anarcho-écolos du Collectif C.H.U.P.A d'Andrézieux-Bouthéon

et d'AURA Environnement étaient à la conférence de Béa JOHNSON

"Zéro Déchet - Les solutions au quotidien" à Lyon le 04/06/2016 !

Mez 058Plusieurs militant-es écologistes du Collectif C.H.U.P.A  (Halte Usine à poubelles vers Andrézieux-Bouthéon) et d'AURA Environnement ont participé samedi 04/06/2016 à une conférence à la Maison des associations, 28, rue Denfert Rochereau à Lyon 4° et ce, sous la présidence d'honneur de Gérard COLLOMB, (sénateur-maire de Lyon), David KIMEFELD (Maire du 4° arrondissement et 1er Vice-président de la Métropole de Lyon en charge de l'économie) et d'Emeline BAUME (Conseillère déléguée de la Métropole de Lyon en charge de la Prévention des déchets).

Béa JOHNSON est une française installée aux USA. Avec sa famille, ils ont éliminé la poubelle de leur quotidien depuis 2008.

Mez 039Mez 046Dans l'après-midi, les anarchos-marxistes du Collectif C.H.U.P.A  (Halte Usine à poubelles vers Andrézieux-Bouthéon) et d'AURA Environnement avaient tracté aux abords de cette Maison des associations tout en sensibilisant les lyonnais à la brocante du quartier de La Croix-Rousse (plus de 400 exposants).....

Mez 053......sur le Méga projet d'Usine à poubelles Méthanisation/CSR sur 2 sites pressentis vers Andrézieux-Bouthéon, (15 km au nord de Saint-Etienne).

Les 300 participants ont pu entendre et poser des questions à Béa JOHNSON qui est une Avignonnaise installée aux Etats‐Unis depuis 20 ans.

Elle y est devenue célèbre en développant le concept de «zéro déchet» dans un livre éponyme traduit dans le monde entier.

Béa JOHNSON a participé à cette conférence‐débat le samedi 4 juin à 19h à la Maison des associations du 4e arrondissement de Lyon, à l’invitation d’Emeline BAUME, conseillère déléguée à la prévention des déchets à la Métropole de Lyon : «Notre territoire est labellisé depuis peu "Territoire Zéro gaspi, zéro déchet", proposer ce temps de rencontre et de dialogue ouvrira cette voie vers une consommation responsable limitant la production de déchets".

Béa JOHNSON a radicalement changé son mode de vie pour ne plus produire qu’un litre de déchets par an !

Un exploit qu’elle a relaté dans son livre «Zéro déchet» et qu’elle a détaillé lors de son intervention de samedi à Lyon. Elle a calculé avoir fait 40% d’économies en adoptant ce mode de vie.

En tournée en France et en Europe pour expliquer sa démarche, Béa JOHNSON prodigue aussi ses conseils à de grandes chaines de Supermarchés au Brésil notamment.

Mez 054Marc-Claude de PORTEBANE, le porte-Parole du Collectif C.H.U.P.A. a pris publiquement la parole en informant le public sur le Méga projet d'Usine à poubelles vers Andrézieux-Bouthéon tout en insistant sur les couches-culottes aux odeurs pestilentielles qui risquent d'être acheminées par millions vers les quartiers huppés d'Andrézieux-Bouthéon et mélangées à des sacs plastiques ou de vieux chiffons immondes pour devenir, ensuite du CSR (Combustible Solide de Récupération) transformé en plaquettes solides et être ensuite brûlés chez des cimentiers de la Loire (Lafarge ?), voire des industries alimentaires de La Loire qui n'en veulent absolument pas (Lustucru, Candia....) vu l'immense tollé médiatique que cette folie provoquerait en déchaînant les internautes, les consommatrices ou les populations riveraines !

Le Collectif ZADiste C.H.U.P.A. qui représente plus de 10 000 personnes via ses pétitions papier et internet est le seul à se battre sur Andrézieux-Bouthéon contre ce projet d'Usine à poubelles. Plusieurs entreprises dont de nombreux transporteurs mais aussi de simples ouvriers ont décidé de le soutenir dans sa lutte totale contre ce projet ruineux en termes écologistes, économiques, touristiques et aussi financiers pour le simple quidam qui sort ses poubelles chaque semaine !

Saint-Eienne Métropole invite le collectif CHUPA à s'expliquer sur future gestion déchets de la Loire !

Alors que le président du SYDEMER refuse tout contact :

le président de Saint-Etienne Métropole Gaël PERDRIAU

reconnaît le collectif CHUPA opposé à la future Usine TMB de la Loire

comme partenaire potentiel pour les futures concertations filière/Site !

Zad2 Les zadistes contre le projet de l'unité de tri mécano-biologique

appelés en renfort par les populations locales de Bordères-sur-l'Echez (65)

viendront soutenir le collectif CHUPA si celui-ci le juge nécessaire à Andrézieux-Bouthéon !

Photo Regis Cothias / France 3 Midi-Pyrénées

Ce matin, dans les locaux de Saint-Etienne Métropole, le collectif CHUPA (d'obédience anarcho-marxiste) basé à Andrézieux-Bouthéon savourait une autre victoire : celle d'être ENFIN reconnu comme un interlocuteur efficace dans le dossier de la future gestion des déchets de la Loire mais aussi dans toute la région Auvergne-Rhône-Alpes avec sa méga association en cours de constitution : AURA Environnement.

Ce RDV crucial et d'importance non-négligeable a été obtenu à la force du poignet par le porte-parole du collectif CHUPA, Marc-Claude de PORTEBANE, et ce, après une forte et constante présence militante sur le terrain avec ses camarades de la région d'Andrézieux-Bouthéon mais aussi écologistes du Grand-Lyon.

Le collectif CHUPA représente plus de 9 000 personnes au travers sa pétition (internet et papier) et a réussi, (comme annoncé dans Le Progrès du 14/09/2015), à opérer un maillage total du territoire du SYDEMER (204 communes pour 600 000 habitants) et ce grâce aussi aux recommandations militantes de ses camarades zadistes de Bordères-sur-l'Echez opposés eux aussi à un projet d'usine TMB (UTV 65) ! En effet, comme le titre L'Express "Les "méchants zadistes" sont devenus "sauveurs" puisque des riverains de la banlieue de Tarbes, lassés de ne pas être entendus, ont fait appel à des zadistes pour relayer leur combat contre un projet d'usine de traitement de déchets".

Le collectif CHUPA est venu au secours des populations de la région d'Andrézieux-Bouthéon (qui ne savent rien parce que les élu-es du SYDEMER n'appliquent pas la concertation promise sur le réajustement du choix de sa filière qui doit être entièrement revue) pour implanter une potentielle ZAD (zone à défendre) vers Andrézieux-Bouthéon au nord de Saint-Etienne.

Pour corroborer son discours, le collectif CHUPA avait invité des membres d'une autre association d'opposants basée à Saint-Bonnet-les-Oules qui, eux-aussi, ont vivement reproché au SYDEMER son manque de communication vis-à-vis des populations locales tenues dans l'ignorance.

Le président de Saint-Etienne Métropole, Gaêl PERDRIAU a déroulé ce matin le "tapis rouge" au collectif CHUPA puisqu'étaient également présentes Florence NICOLAS, directrice de la gestion des déchets de Saint-Etienne Métropole et Magali GRETTEAU, directrice-adjointe de cabinet de Saint-Etienne Métropole.

Le camarade porte-parole du CHUPA a demandé que son collectif et les autres associations de la région d'Andrézieux-Bouthéon soient pleinement engagés au sein des structures du vieillissant conseil consultatif du SYDEMER afin de donner leurs avis constructifs sur le projet d'Usine à poubelles si un des deux sites (l'Orme/les Sources ou la ZAIN Opéra Parc International) étaient retenus dans les prochains mois.

Le camarade porte-parole du CHUPA, Marc-Claude de PORTEBANE, a demandé plus de transparence dans la communication du SYDEMER qui ne communique pas avec les forces populaires du Forez-Sud opposées à la méthanisation de nos poubelles en indiquant "Nous sommes obligés de mendier l'information à droite et à gauche alors que le SYDEMER fait travailler un bureau d'études, le cabinet Merlin, avec l'argent du contribuable ! Le SYDEMER ne tient pas à jour son site internet financé par l'argent de nos impôts ! Le collectif CHUPA a vu toutes les portes des EPCI du Forez-Sud se fermer de façon inadmissible parce qu'il osait demander leur avis aux élu-es du peuple de base qui n'ont pris aucune délibération dans leur communes respectives sur le choix du site de la future Usine à poubelles, sur le recadrage de la nouvelle filière des DMR, sur également le recadrage du coût du traitement des DMR à l'horizon 2030 que ce soit au niveau du CSR - Combustible solide de récupération - ou de la méthanisation !).

Le collectif CHUPA a indiqué que le coût actuel du traitement des déchets du Sud-Loire oscillait entre moins de 75 €/T à moins de 115 €/T, en pointant le doigt sur les futures finances de Saint-Etienne Métropole qui sont pratiquement dans le rouge et que le projet de future Usine à poubelles constituerait - au bas mot - un investissement colossal de plus de 105 M€ avec un coût net de pas loin de 140 €/T HT à la charge du contribuable qui n'en peut plus de supporter de nouvelles taxes !

Présent également dans la région de Valence (Drôme) pour épauler les associatons locales environnementales, le collectif CHUPA qui est en train de constituer un vaste collectif d'élu-es et d'associations entend démontrer aux habitants du Forez que SEULE ne paie que la mobilisation par une action directe efficace et permanente face à des élu-es puissants qui ne partagent rien, à l'image du SYTRAD, que les camarades livronnais connaissent par coeur et ce, depuis plus de 10 ans !

Le SYTRAD de Valence ou le SYDEMER de Saint-Etienne ne comprennent qu'un seul langage : la détermination dans le respect de la République qu'ils foulent à leurs pieds par leur arrogant mépris !

Ce qui n'est pas le cas du président de Saint-Etienne Métropole, Gaël PERDRIAU, qui est un homme intelligent et fin stratège, lui !

Ne lâchons rien, camarades !

Paul TOP

 

 

 

1° Victoire Collectif CHUPA CONTRE projet Usine à poubelles l'Orme-les-Sources Andrézieux-Bouthéon

Victoire provisoire du collectif CHUPA

opposé au projet d'Usine à poubelles vers le site

de l'Orme/les Sources à Andrézieux-Bouthéon :

le SYDEMER de Saint-Etienne devra choisir

d'abord la filière de traitement de ses déchets !

Aa121

Après la mobilisation et la vigilance des miltitant-es du collectif "Halte Usine à poubelles vers Andrézieux-Bouthéon" contre le projet d'Usine à poubelles vers Andrézieux-Bouthéon, les membres du conseil consultatif réunis le 22/01/2016, au SYDEMER, dans les locaux de Saint-Etienne Métropole à Saint-Etienne, ont largement désavoués le comité syndical au moyen du formulaire que cette structure leur demandait d'envoyer avant le 19/02/2016, et ce, au regard des éléments techniques exposés.

Les résultats du vote des 18 structures invitées composant cet antique conseil consultatif (créé officiellement lors de sa 1ère réunion le 15/09/2010) sont un véritable camouflet pour le SYDEMER :

- 12 retours du formulaire

- 6 refus de prendre position faute du.... SYDEMER d'avoir choisi la bonne filière au préalable

- 3 voix pour le site de l'Orme/les Sources à Andrézieux-Bouthéon

- 2 voix pour le site de Borde Matin à Roche-la-Molière

- 1 voix pour la ZAIN Opéra Parc à Andrézieux-Bouthéon/La Fouillouse.

Il n'y a que le collectif CHUPA qui a participé massivement à faire "échouer" ce choix de site vers Andrézieux-Bouthéon - comme n'importe autre collectif national - en préconisant les contacts téléphoniques, courriers, mails, prises de RDV avec les élu-es, les associations, les collectivités territoriales ou ministres au dépens des actions bruyantes de masse ou de désordre public dans les rues.

Depuis plus d'un an le collectif CHUPA a été le SEUL à se "battre" sur tous les fronts afin d'avertir les populations locales de la Loire contre les dangers du TBM/Mécanisation (Tri mécano-biologique) et de son infâme compost que personne ne veut sur nos terres ancestrales.

Hormis les élus de l'opposition de la liste de Jean-Marc PANGAUD à Andrézieux-Bouthéon et l'association de défense de l'environnement "Accueil qualité de vie" de Saint-Bonnet-les-Oules qui ne soutient que notre pétition, le collectif CHUPA a mené en solitaire la lutte contre ce projet de TMB qui va à l'encontre de la loi de transition énergétique.

Comme cela avait été annoncé dans le long article du journal "Le Progrès" (14/09/2015), le collectif CHUPA (et ce dans le cadre d'une philosophie maoïste et Républicaine), a confirmé ses actions de masse, en participant à une immense campagne de mobilisation des populations du Forez via tractages sur les marchés, chez les commerçants, dans les usines, dans les rues ... sans aucune concession.

Les populations du Forez mais aussi d'autres territoires ont ainsi réservé un excellent accueil au collectif CHUPA en signant massivement la pétition (version papier). Des réunions en "petit comité" ont été organisées pour diffuser la Vérité sur les aléas du tri-mécano biologique. Des élu-es n'ont pas hésité à mettre à la disposition du collectif, locaux, documents administratifs, cartographies, photocopieuses, etc...

Depuis l'article du journal "Le Progrès" de septembre 2015, le collectif CHUPA a du faire face à un véritable "tir de barrage" des porteurs de ce projet d'Usine à poubelles mais aussi d'autres associations environnementales PUMA (Pour l'Usine à poubelles Mais chez les Autres).

Certains appels pour des RDV avec des élu-es des collectivités territoriales ont été directement transférés au SYDEMER qui n'a jamais donné au Collectif la moindre information, hormis le mépris et les délibérations publiques (demandées sur place ou par mail au SYDEMER).

Le ton était également donné dans une réunion publique, comme celle du SYMOLY, où un membre du bureau du SYDEMER appelait publiquement ces collègues élu-es à ne pas prendre en mairie la pétition "papier", conseillant d'ailleurs directement de la mettre à la poubelle.

Bonjour le presque-appel au lynchage !!!!

Les multiples demandes de RDV avec le maire de Saint-Etienne, Gaël PERDRIAU, ont été constamment refusées et ce, nonobstant l'accord de principe qui avait été accordé par Magali GRETTEAU, directeur de cabinet-adjoint, lors de la réunion de Saint-Etienne Métropole à Saint-Paul-en-Jarez.

La démocratie a été bafouée et foulée aux pieds alors que le Collectif CHUPA avait toutes les recommandations de la ministre de l'Environnement, Ségolène ROYAL. Même les zadistes de Bordères-sur-l'Echez, (Région de Pau, opposés à un projet d'Usine à poubelles), n'ont jamais obtenu la moindre réponse du ministère de l'environnement !

La pétition du collectif a été interdite en mairie de Saint-Bonnet-les-Oules, la commune qui devrait faire face au futur projet d'Usine à poubelles si le site de l'Orme/les Sources à Andrézieux-Bouthéon était un jour retenu ! Ce qui risque de bien être le cas !

Le collectif CHUPA ne s'en ait tenu pourtant qu'aux recommandations de l'ADEME et de FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT en proposant un compostage individuel afin de produire un compost de qualité ainsi que la redevance incitative pour réduire les déchets à traiter et permettre des économies pour les citoyens responsables !

La lutte contre ce projet d'Usine à poubelles vers Andrézieux-Bouthéon continuera massivement pendant encore pendant de nombreuses années et le TMB/Méthanisation sera dénoncé à Saint-Etienne mais aussi à Pau, à Valence, à Fos-sur-Mer, partout en France et partout en Europe !

Le collectif CHUPA est reconnu au niveau national, que ce soit auprès de l'ARIVEM-Méthanisation, Zéro Waste, la Frapna, et tant d'autres collectifs en matière environnementale.

Football UEFA 2016 : Mahamadou DIARRA sous-préfet, directeur cabinet préfet Loire laxiste sécurité

Est-il normal après le départ du préfet Fabien SUDRY

que son directeur de cabinet Mahamadou DIARRA

fasse preuve de laxisme avec ces élus de Neulise

et ce, à quelques mois avant l'euro 2016 ?

Diarra 010

Que penser de cette distribution de tracts en terme de blocage "laxiste" de la voie publique ?

En effet, ils étaient plus de 60 "VRP" de 4 communautés de communes du Roannais (Balbigny, pays d'Urfé, CoPLER, Val d'Aix + Isable) pour "se réunir", surtout pour bloquer le rond-point de Balbigny, un axe assez fréquenté puisqu'il se situe à la sorie de l'échangeur de l'A89 et de la RD82 afin de protester en faveur de leur propre projet "Loire et Monts Communauté" qui se veut une réponse contre le projet initial de l'ex-préfet Fabien SUDRY parti en catastrophe lors du dernier remaniement ministériel du 11 janvier puisqu'il a été nommé directeur de cabinet de Jean-Michel BAYLET, ministre de l'aménagement du territoire, de la ruralité et des collectivités territoriales.

On voit bien que le pouvoir politique semble plus intéressant que la gestion d'une préfecture de province puisque le préfet Fabien SUDRY ne sera resté qu'une seule petite année dans la Loire, du 11/02/2015 au 17/02/2016.

Le département de la Loire désormais orphelin de son préfet, c'est donc son tout jeune directeur de cabinet, Mahamadou DIARRA, (décret du 21/01/2016 au J.O) qui assure la gestion des services préfectoraux. Donc bien comprendre que Mahamadou DIARRA (ENA, promotion Winston-CHURCHILL 2014-2015) doit être extrêmement débordé.

A tel point d'oublier que le fait de bloquer un rond-point est un délit.

Le 28/08/2013, le site d'informations Métronews nous rapportait qu'un étudiant Marseillais de 20 ans avait été condamné pour avoir bloqué le Prado à Marseille pour un mariage, au volant d'une Renault Mégane pour assurer "la bonne coordination du cortège" parti de La Joliette afin d'emprunter le boulevard Michelet en créant un embouteillage ! Un policier tentait de le faire partir, mais en vain. Face au refus d'obtempérer, le jeune homme a été placé en garde-à-vue tout un week-end, puis jugé en comparution immédiate pour "entrave à la circulation", une peine passible de 2 ans de prison et 4 500 € d'amende comme le rappelait La Provence ! L'imprudent en a été quitte à être condamné à 200 € d'amende et sa Mégane cabriolet prêtée par un ami a, elle, été quand même saisie !

Ces élus de la Loire qui ont bloqué le rond-point pendant au moins 1 heure ont-ils été condamnés ? Le fait d'être un élu donne-t-il le droit de ne pas respecter le code de la route ? Alors merci à qui selon vous ?

La loi est-elle différente pour un zadiste, un automobiliste lambda ou un élu ?

Qu'en sera-t-il de la gestion du dossier "Sécurité" lors du futur agenda sportif de la Loire puisque Saint-Etienne accueillera, en juin 2016, pas moins de 4 matches lors de l'UEFA EURO 2016 ?

Les blocages de rond-point pourront-ils continuer en toute impunité dans ce département de la Loire qui recherche désespérément un préfet car les dossiers "chauds" ne manquent pas : A 45, projet usine à poubelles, carte intercommunale, etc...

Cette réunion secrète du conseil consultatif du SYDEMER à Saint-Etienne vu par le Collectif C.H.U.P.A d'Andrézieux-Bouthéon !

Le collectif "Halte Usine à poubelles vers Andrézieux-Bouthéon"

a réussi à "infiltrer" la réunionite ultra-confidentielle organisée par

le SYDEMER sur le choix de son futur site d'implantation

de sa future Méga Usine à poubelles de la la Loire !

MethaLe 22/01/2016, le SYDEMER ne tenait surtout pas à inviter le Collectif "Halte Usine à poubelles vers Andrézieux-Bouthéon" qui représente plus de 9 000 personnes via la pétition de son porte-parole Marc-Claude de PORTEBANE désigné également comme le monsieur "Déchets" de plusieurs régions de France, voire même comme un interlocuteur efficace soutenu par de nombreux élus à l'exemple du maire et du conseil municipal unis TOUS ENSEMBLE contre le CVO de Saint-Barthélémy-de-Vals dans la Drôme et son compost infâme qui pollue nos terres ancestrales....Sytrad 1 001

Les maires d'Andrézieux-Bouthéon Jean-Claude SCHALK, de Saint-Bonnet-les-Oules Guy FRANCON, de Veauche Monique GIRARDON, le président de la chambre d'agriculture de la Loire Raymond VIAL et l'ensemble des élu-es du Forez vont-ils accepter que nos terres céréalières soient polluées par ce compost infâme utilisé, par exemple, dans la Drôme et qui contient un max de quantités d'inertes et d'impuretés (prises en compte par la norme NF U44-051 !!!) en fonction de la dose et de la fréquence d'épandage comme les films plastiques, les métaux ou le verre ... si la filière TMB des études 2012 du SYDEMER était retenue ? (Source : Compilation des analyses de compost du CVO de Saint-Barthélémy-de-Vals).

......avec ces épandages composés de chrome, de nickel, de plomb, de cuivre, de zinc ou de cadnium avec la bénédiction du SYTRAD dont les comptes financiers sont de plus en plus dans le rouge puisque son auto-financement lui permet tout juste à payer ses dettes car le TMB (Tri-mécano biologique) coûte une véritable fortune aux contribuables drômois.... qui ne savent rien ou presque parce que les élus de ce genre d'Usines à poubelles ne tiennent absolument pas à ce que des trublions viennent mettre le pif là où ça coince !

Syt 1 001Ultra-confidentiel pour 2016 dans la région de Valence mais mauvaise nouvelle pour les contribuables : les frais généraux seront de 3,35 € TTC/hab, le Tri des collectes sélectives de 5,13 € TTC, de 7,44 € TTC pour les OMr tandis que le traitement des OMr explosera lui, à 176,25 TTC/T OMr !

Le SYTRAD pourrait-il nous expliquer pourquoi il va emprunter 1 460 000 € (l'un d'une durée de 20 ans pour 730 000 € et l'autre de la même somme pour une durée de 20 ans) si ce n'est que pour financer ENCORE des travaux et ENCORE des travaux sur ces CVO qui ne cessent d'être en panne comme sur le CVO que gère VEOLIA à Saint-Barthélémy-de-Vals ??? Et nous ne vous parlons pas de la mise en place de 2 autres emprunts, l'un de 1 170 000 € et l'autre de 1 000 000 € au Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes et à la Caisse d'Epargne Loire-Drôme-Ardèche !

Nous sommes sur le point de créer un Collectif sur la région de Valence car nos camarades des associations environnementales sont usé-es soit par des années de lutte du pot de terre contre le pot de fer, soit par lassitude car le SYTRAD est un "cancer" qui malmène pas seulement l'environnement mais aussi les militant-es qui pensent qu'un comité syndical entendra les complaintes des riverains ou des populations locales qui ne veulent ni de compost, ni de CSR (Combustible solide de récupération) et encore moins de pollutions olfactives que ce soit à Saint-Barthélémy-de-Vals ou à Saint-Valloire-en-Sorlin, où se déroule en ce moment, en mairie, une enquête publique de modification du PLU parce que le maire et son conseil municipal ne veulent plus de cette "verrue" SYTRAD, un gouffre financier qui ampile mécontents sur mécontents.

Pour en revenir à la réunionite du SYDEMER du 22/01, il a été demandé aux 18 structures présentes ou représentées de classer (au regard des éléments techniques exposés) les sites potentiels (étudiés par le cabinet MERLIN) et de justifier le choix avec des "Eléments de justification synthétique". Les sites devant être classés du plus souhaitable en 1er au moins souhaitable en 3°.

M19 029 2 jpg aLe retour de ce formulaire de restitution de l'avis de ce vieillissant conseil consultatif (qui n'a pas été changé depuis 2010/2011 et qui ne prend AUCUNEMENT en compte en représentation les associations de la nouvelle Région Auvergne/Rhône-Alpes mais uniquement celles de l'ex-région Rhône-Alpes, comme nous l'avons fait remarquer au SYDEMER) devait être retourné au SYDEMER avant le 19/02/2016, soit hier.

Celà arrangeait bien le SYDEMER de ne pas inviter, à cette réunionite du 22/01/2016, notre Collectif CHUPA (représenté par plus de 9 000 personnes via ses pétitions internet + papier) qui est pourtant reconnu par le Ministère de l'Environnement (la ministre Ségolène Royal a chargé le préfet de la Loire de nous tenir au parfum de chaque avancée de ce dossier), sans compter le cabinet du président de la République qui est informé de notre démarche.

Parmi le panel "averti" des "acteurs locaux" à vocation "départementale" ou de l'ancienne région "Rhône-Alpes", les 18 structures représentées se composaient de la Fédération de pêche et la protection du milieu aquatique, de la Fédération des chasseurs, de la Coordination départementale pour une gestion écologique des déchets, de la FRAPNA Loire, de la LPO, de la CLCV, de l'APIL de la Loire, de la confédération syndicale des familles, d'AMORCE, du Comité de développement des Monts du Lyonnais, du SIEL 42, ALEC 42, de la chambre d'agriculture 42, du SCOT Sud-Loire, du Département de la Loire, du conseil Régional (jusqu'en 2015 Olivier LONGEON), du député Régis JUANICO et de la DDT 42.

Nous avons contacté quelques unes de ces "structures" comme la CLCV (Consommation Logement & Cadre de vie représentée par son coordinateur Bastien MONTAMBERT qui n'était même pas au courant de cette réunionite du conseil du SYDEMER), la Fédération de la pêche nous a demandé des précisions parce qu'apparemment... ils n'avaient pas tout pigé !!! L'ALEC 42 n'a pas envoyé de représentant et s'en est excusé auprès du SYDEMER.

Et nous ne vous parlons pas de la présence ou même de l'avis demandé au SCOT Sud-Loire - qui est pratiquement "juge" et "partie" - puisque parmi ces administrateurs....on retrouve certains membres du bureau du SYDEMER, comme son 1er vice-président Alain BERTHEAS (suppléant du SYDEMER), son 4° vice-président Gilles THIZY (suppléant du SYDEMER), sa 6° vice-présidente Sylvie FAYOLLE (Titulaire du SYDEMER). On en dira pas plus, non plus, sur les représentants des communautés de communes à ce SCOT Sud-loire mais on peut parler en toute discrétion de Jean-Claude SCHALK (Titulaire au SCOT, un des délégués de Saint-Etienne Métropole et titulaire.... au SYDEMER), Marc ARCHER (Communauté d'agglo' Loire-Forez mais aussi suppléant.... au SYDEMER).

M19 001 2 jpg aa

Et chacun connaît toute l'importance du SCOT Sud-LOIRE dont l'enjeu est de préparer l'avenir en matière d'urbanisme, d'habitat, de développement économique, d'équipements publics, de transport, d'implantation commerciales et d'environnement, d'ici 2030 ! Le SCOT Sud-Loire est un document de planification dont l'objectif majeur est de promouvoir pour les années à venir un "cadre de vie de qualité" pour tous les habitants des 116 communes qui forment le Sud-Loire en mettant en oeuvre un projet de "développement durable". Ce document fixe un certain nombre d'orientations "fortes" : consommation de l'espace, protection des espaces naturels, agricoles et forestiers des paysages, d'accompagnement et de maîtrise du développement commercial, etc...

Idem pour le SIEL 42 : son 4° vice-président Jean-Pierre BERGER est aussi le "berger".... du SYDEMER en y étant membre suppléant.

Cela ne tombe-t-il pas bien pour nous vers Andrézieux-Bouthéon dans le Forez d'avoir, finalement, certains co-administrateurs du SYDEMER et du SCOT Sud Loire car, sans pour autant mélanger le mauvais mélange des genres, nous pouvons être certains qu'ils ne nous installeront pas la future "Usine à poubelles", version méthanisation, dans ces 2 zones vers Andrézieux-Bouthéon qui ont eu pratiquement la faveur du cabinet MERLIN : l'Orme/Les Sources et la ZAIN Opéra Parc International au détriment de celle de Roche-la-Molière qui a été sévèrement "matraquée" lors de ce conseil consultatif de l'amer SYDEMER où notre Collectif CHUPA a été rayé de la carte de l'information ?

Le SYDEMER ne veut pas entendre la voix des habitant-es du Forez-Sud car ils nous craignent, car ils savent que nous ferons descendre dans la rue plus de 500 personnes (en janvier 2013, à Gannat dans l'Allier nous étions plus de 1 000, sous une pluie glaciale rassemblant des Français mais aussi des Italiens, des Suédois, des Espagnols ou des Anglais à défiler sans slogan mais au son des tambours, avant de nous rassembler devant un laboratoire pratiquant l'infâme expérimentation animale), que nous sommes susceptibles de faire venir de toute la France des rescapé-es de Notre-Dame-des-Landes ou d'autres ZAD nationales comme celle de Pau opposée elle-aussi au projet d'Usine à poubelles TMB/Méthanisation, que la destruction d'espèces protégées par SNF a déjà été la "goutte de trop" et que plusieurs militant-es ALF de la la cause animale sont prêts à descendre dans les rues d'Andrézieux-Bouthéon pour demander des explications aux élu-es sur ce massacre où la nature et la faune ont déjà été saccagées par cette entreprise SEVESO qui a détruit 20 ha de chênaie fourmillant d'espèces protégées au sud de son site de La Fouillouse, à l'est de la D 100 conduisant à Saint-Galmier depuis l'A 72, où pas moins de 43 espèces animales protégées avaient été recensées dans ces 20 ha, neuf de chauves souris, deux d'amphibiens, cinq de reptiles et 27 d'oiseaux dont des pics mar ou encore un couple de Milans noirs.

Etonnant que le SCOT Sud-Loire n'ait pas réagi, d'ailleurs !

Après la série d'attentats islamistes qui a frappé notre pays, le directeur de cabinet du préfet de la Loire m'a demandé, en décembre 2015 en préfecture de la Loire "d'épargner ses forces de police et de gendarmerie". Nous avons donné notre parole que rien ne se ferait sans concertation avec le directeur de cabinet du préfet de la Loire. Nous ne voulons pas de désordre qui desservirait notre cause pacifiste et locale englobant populations riveraines et locales, salariés du peuple de base, industriels et agriculteurs (qui s'activent en mode silence/autonomie) mais nous faisons "tampon" avec notre base qui commence à s'agiter depuis plusieurs semaines.

Presidence rep 001 jpg a jpg repuNous ne cèderons sur rien et nous ne lâcherons rien sur le TMB/Méthanisation vers Andrézieux-Bouthéon ou ailleurs ! Le message a été reçu 5/5 par la présidence de la République et donc par le préfet de la Loire voire même celui de la nouvelle grande région Auvergne/Rhône-Alpes, à Lyon, parce que nous sommes respectueux de la parole donnée à l'Etat !

Lors de ce conseil consultatif en date du 22/01/2016, le SYDEMER a présenté de "façon synthétique" l'analyse des 3 sites d'implantation potentiels de la future Méga "Usine à poubelles" de la Loire afin de donner un "avis motivé" sur le site d'implantation le plus "pertinent", tout en précisant aux membres présent "NOTA : Phase cruciale du projet et rapport de confiance nécessaire entre le SYDEMER et vous, le SYDEMER attend la plus stricte confidentialité sur ces données : préserver un climat serein pour choix des élus".

M19 004 2 jpg 2

Le SYDEMER a rappelé les fondements de son projet :

Situation actuelle : installation de Stockage de Déchets Non Dangereux (ISDND) de Borde Matin à Roche-la-Molière, déchets résiduels du territoire enfouis sans valorisation préalable, autorisation administrative jusqu'en 2026 pour 500 000 T/an, propriété et exploitation privée avec situation monopolistique.

Pourquoi une "Usine à poubelles" (le terme est de nous) :

Répondre aux évolutions réglementaires part rapport à la LTE (Loi de transition Energétique) afin d'assumer et garantir l'avenir du traitement des déchets afin de retrouver une maîtrise publique (à minima foncière)..... avec (en illustration de l'Usine de Marseille/Fos-sur-Mer qui ..... soulève les populations locales épouvantées par les odeurs insupportables et les risques sanitaires).....

M19 8

En 2010 INERIS a présenté un rapport accablant contre les risques sanitaires et accidentels liés à la Méthanisation : (Scénarios accidentels retenus pour une configuration de taille industrielle et agricole : Rupture guillotine d’une canalisation de biogaz située à l’extérieur, Explosion dans un local industriel de compression de biogaz liée à une rupture guillotine d’une canalisation de biogaz, Explosion dans un local de séchage liée à une rupture guillotine d’une canalisation de biogaz, Explosion dans un digesteur industriel ou agricole en fonctionnement normal et à vide. Méthanisation : Explosion de l’ATEX interne dans un gazomètre agricole ou industriel, Explosion de l’ATEX formée suite à la ruine du gazomètre. Les principaux risques de ces différents types de biogaz sont liés à leurs principaux composants : Inflammabilité / explosibilité (méthane, hydrogène, sulfure d’hydrogène), Toxicité aigüe par inhalation (sulfure d’hydrogène), Anoxie (CO2, N2). Enfin, outre le sulfure d’hydrogène, le biogaz contient, à l’état de traces, des gaz odorants (composés soufrés dont mercaptans, azotés, aldéhydes, acides gras volatils) pouvant entraîner des nuisances olfactives." - 6 mai 2010 -

Composition du biogaz : Éléments majeurs : CH4, CO2, H2O, H2, O2 Éléments mineurs : H2S (hydrogène sulfuré) : jusqu’à 5000 ppmv. Toxique, explosif et nocif pour l’environnement : lors de la combustion, se transforme en SO2 (origine des pluies acides) : valeur maximum de rejet sur installations de Méthanisation : combustion fixée à 200 mg/Nm3 par arrêté du 25/07/1997 : Composés organiques volatils (total < 1% v/v). Certains sont toxiques/cancérigènes. Lors de la combustion, ils se transforment en CO2, Métaux : peu de données. Ils sont présents en ultra-traces, Particules : existent dans le biogaz mais sont éliminées par tous les traitements. - 6 mai 2010 -

Quels risques sanitaires dont CANCERS ou risques industriels

dont EXPLOSIONS potentielles pour les salariés du Groupe COMBRONDE...

Syd2 048

si le projet de Méga Usine à poubelles (centre de la croix en violet)

venait se positionner sur le site de la ZAC

L'Orme/Les Sources à Veauche/Andrézieux-Bouthéon ...M19 021..... ou pour les salariés de NESTLE PURINA PECTARE FRANCE

à Andrézieux-Bouthéon...

Pig and 044.... ou pour les autres entreprises de transports

situées à proximité des transports COMBRONDE.....Pig and 043

....ou pour la verrerie O-I MANUFACTURING à Veauche

dont les palettes risques d'être souillées par les odeurs...

Mfr 42 044....des jus issus de la méthanisation des

215 000 T de DMR issus des poubelles de la Loire ?

Explosion dans un local industriel de compression de biogaz liée à une rupture guillotine d’une canalisation de biogaz ATEX à la stoechiométrie dans le local de compression suite à une fuite de canalisation de biogaz sous une pression de 1,8 bar rel et un diamètre de 300 mm, sans tenir compte de la ventilation du local de 9 000 m3. L’explosion primaire dans le local suite à l’inflammation de l’ATEX à la stoechiométrie dans le local de compression éjecte à l’extérieur 90 % du volume inflammable initial à travers les parois soufflées du local

Distance d’effets à 200 mbar : 95 m

Distance d’effets à 140 mbar : 125 m

Distance d’effets à 50 mbar : 300 m

Distance d’effets à 20 mbar : 675 m

Des projections de débris (bardage,…) sont possibles sur quelques dizaines de mètres.

Méthanisation - 6 mai 2010- 19

...... améliorer l'impact environnemental, production locale d'énergie verte et de récupération, réduction des Gaz à effet de Serre émis (gain d'environ 250 000 T équivalent CO² par an à l'échelle du SYDEMER, réduction risque de nuisances olfactives/résidus stockés : installation confinée, avec captation et traitement de l'air vicié !

Le SYDEMER a présenté les sites étudiés par le cabinet MERLIN : ZA L'Orme les Sources, la ZAIN Opéra Parc International (Andrézieux/Bouthéon/La Fouillouse) et Borde Matin à Roche-la-Molière.

M19 20

Les critères que l'antique Conseil consultatif du SYDEMER n'a pas retenu !!!

Les 8 principaux critères retenus par le conseil consultatif du SYDEMER ont été les suivants :

1 - Risques de nuisances, 2- Environnement de proximité, 3- Opportunité pour le secteur, 4- Zones naturelles protégées et identifiées, 5- Débouchés biogaz/CSR, 6- Shéma de transfert, 7-Risques naturels/industriels et servitudes associées, 86 Accessibilité au site.

Le prix à la T ? Cela n'a intéressé personne ! L'Usage actuel et antérieur de la parcelle ? Que nenni ! La viabilisation du futur site ? Que dalle ! Peut-être que les co-administrateurs du SCOT Sud-Loire/SYDEMER ont pensé que cela ne pouvait pas intéresser les élu-es composant le territoire du SYDEMER (Hypothèse 2012 : Population 2030 : 590 à 627 000 habitants).

A l'heure où le président de la Région Auvergne/Rhône-Alpes, Laurent WAUQUIEZ, prône l'exemplarité financière des élu-es, n'aurait-il pas été plus intéressant pour le SYDEMER/Cabinet MERLIN de communiquer à ce "Conseil consultatif" - composé d'une antique représentation territoriale datant des années 2010/2011 - le coût de traitement des DMR (Déchets ménagers résiduels : les déchets ménagers résiduels (sacs noirs) sont constitués des déchets restants à l'issue de toutes les opérations de tri, recyclage et valorisation. Ils sont appelés « déchets ultimes » et sont destinés à être enfouis) à l'échéance 2030 et ce, par Annuité, Fonctionnement, Evacuation, Recette.... en bons comptables des deniers publics ?

Pour choisir le meilleur site, les représentant-es du Conseil consultatif n'ont pas eu à se fatiguer les neurones puisque les shémas avec leur point de vigilance (en bleu) et leur point faible (en rouge) ont décerné la médaille d'or au site de l'Orme (Andrézieux-Bouthéon) et la médaille d'argent à la ZAIN Opéra Parc International (Andrézieux-Bouthéon) tandis que le site de Roche-la-Molière a été criblé de points faibles pratiquement à chaque page (sauf 1).

A l'Orme Les Sources : Aucun point faible, que du bonheur, en fait ! Aucun Point rouge pour le risque de nuisances (Position des riverains/vents dominants et Impact flux camions) hormis un Point de vigilance pour le "Passage sur une courte portion de la RD 200 déjà sollicitée (amont) accès SNF et commune Saint-Bonnet-les-Oules", selon le SYDEMER/Cabinet MERLIN), aucun point faible pour l'Environnement de proximité ...... alors que l'Environnement industriel commence à monter au créneau..... (Le collectif CHUPA vient d'informer le transporteur François COMBRONDE sur le projet du SYDEMER qui ne semble pas l'entendre de cette oreille), que la proximité de l'aéroport de Saint-Etienne-Bouthéon et des activités de loisirs sont situés à partir de 400 m et que les 1ères habitations sont situées à partir de 420 m.

Les vents dominants à l'Orme/les Sources ?

Il semblerait que nous ayons une carte des vents dominants un peu plus précise que celle du SYDEMER puisqu'elle indique également la vitesse. Rassurez-vous, nous ne l'avons pas reçu de la responsable de la DGAC de l'aéroport de Saint-Etienne-Bouthéon qui n'a rien voulu nous communiquer.

M19 021 2 jpg aPar contre, nous avons reçu un mail très sympa du service de presse de la préfecture de Région à Lyon - à qui nous avons fait une demande officielle - et qui nous a guidé pour vous informer de façon correcte sur la juste position des vents dominants à Andrézieux-Bouthéon. 

Rose dv and 001 jpg a

Notre carte des vents mauvais à Andrézieux-Bouthéon est un peu plus précise :

On peut constater que le groupe COMBRONDE et les entreprises proches risquent d'être complètement impactées par les risques sanitaires et accidentels potentiels liés à la méthanisation des poubelles (composées notamment de couches culottes imbibés d'urine et d'excréments, de serviettes hygièniques bien dosées et contenant des produits chimiques permettant une meilleure absorption et qui peuvent exceptionnellement causer des effets indésirables, d'oeufs pourris, de cadavres d'animaux, de lisiers, de fientes, fumiers, de restes alimentaires qui auront bien macéré quand il fera 38° à l'ombre, etc...) des 600 000 habitants de l'immmense territoire du SYDEMER !

Les "quelques habitations" dénommées ainsi par le SYDEMER/cabinet MERLIN et situées au Nord/Ouest auront à subir les mêmes désagréments tout comme les premières habitations situées à partir de 420 m. Le SYDEMER/Cabinet MERLIN a oublié de préciser que le tribunal administratif de Pau avait donné raison à une dame habitant à moin de 500 m d'un projet d'Usine à poubelles identique à celui prévu par le SYDEMER  (Nous avons remis une copie de ce jugement au directeur de cabinet de Mr le préfet de la Loire) !Pig and 039

L'Orme les Sources (située dans le périmètre de protection du site SNF SEVESO) et en face des hauteurs de Saint-Bonnet-les-Oules n'a pas été considérée comme proche de zones naturelles protégées. Evidemment, il n'y en a pas de recensées. Les espèces protégées situées vers SNF ont été priées de dégager sous les coups de butoir des pelleteuses et les engins de chantier comme nous l'avons dénoncé dans notre pétitition qui est la 1ère de France à récolter autant de signatures (internet et papier) en matière de TMB..

Quelques points de vigilance (en bleu) ont tout de méme été retenu pour ce site de L'Orme/Les Sources :

- Débouchés Biogaz + CSR : possibles débouchés CSR à moyen et long terme.

- Schéma de transfert, Impact sur les transports" : (Impact pour les bennes provenant de l'Ondaine : bilan transport amont/aval d'environ 6 M T/km). Bonjour les rotations des camions !

La médaille d'argent a été décernée au site de la ZAIN Opéra Parc International Andrézieux-Bouthéon/La Fouillouse qui a eu droit comme son "collègue" le site de l'Orme/Les Sources à ses petits Points de vigilance de couleur bleu....

M19 022..... mais à aucun point faible (en rouge) : Zain 127

La ZAIN Opéra Parc International qui se veut la vitrine chic de la Loire est dans un état de décomposition et de dégradation avancé. Les 117 M€ d'investissement du SYDEMER pour la filière chiffrée en 2012 serviront-ils à éponger les dettes de cette zone délabrée située....

And foot 022......juste en face du nouveau complexe sportif de la Gouyonnière (où les terres agricoles - juste en face - viennent d'être massacrées et bien nivelées par les engins de chantier en ce début d'année 2016 ...

And foot 41

.....ce qui n'a pas suscité la moindre protestation des conseillers départementaux PS Pierrick COURBON ou Arlette BERNARD (canton 16 - Saint-Etienne -3) pourtant tellement ardents défenseurs des terres agricoles mais ailleurs qu'à Andrézieux-Bouthéon ....suivez notre regard LOL en direction de Roche-la-Molière, SVP)......

And foot 040.....d'une capacité totale de 5 000 places (à l'occasion de l'Euro 2016, ce nouveau stade a été retenu par les instances de l'UEFA pour être mis à la disposition des équipes nationales qui souhaiteraient en profiter).

- Périmètre de protection du site SNF (SEVESO) en limite de site ou distant de 50 m (mais non concerné par les contraintes réglementaires).

- Servitudes aéroport : Servitudes enduisant contraintes sur forme de méthaniseurs et implantation des bâtiments.

- Accessibilité au site : Aucune dessserte ferroviaire possible.

- Zones naturelles protégées (Natura 2000, espèces protégées, captage eau potable, ZNIEF) : Corridor écologique en bordure, ZNIEFF Type I 430 m et ZNIEFF Type II à 240 m.

- Débouchés Biogaz + CSR : Réseau gaz transport uniquement (raccordement plus important) et possibles débouchés CSR à moyen et long terme. (Alors que ni SNF et NESTLE ne sont intéressés par le Biogaz et le CSR, selon nos informations).

- Schéma de transfert, impact sur les transports : Impact pour les bennes provenant de l'Ondaine : bilan transport amont/aval d'environ 6 M T/km. Bonjour les rotations des camions !

M19 023Par contre, les membres de l'antique Conseil consultatif ont eu droit à la "totale" pour le 3° et dernier site : celui de Borde Matin à Roche-la-Molière qui a été "bombardé" de Points faibles (en rouge) dans les documents. A croire que la réunionite de cet antique Conseil consultatif ne se sera tenu que pour éliminer ce 3 ° site où le SYDEMER/Cabinet MERLIN ont sonné particulièrement la "charge" sur les zones naturelles protégées et plus sur le Corridor écologique qui empiète sur 2 ha.

Tout a été fait pour laisser à penser - sans aucune information supplémentaire et complètement à charge - que la future Usine à poubelles aurait un impact directe sur le Corridor écologique.

Le Collectif CHUPA entend dire la VERITE aux élu-es du SYDEMER et aux 600 000 habitants concernés sur cette zone naturelle protégée que le SYDEMER a oublié de parler de façon plus approfondie aux 18 structures de cet antique Conseil consultatif :

Corridor :

Le Schéma de cohérence Territorial (SCoT) Sud Loire arrêté le 06/06/13 définit, entre autres, les objectifs de préservation et de restauration des corridors terrestres. Du SCoT est issu le Document d’Orientation et d’Objectifs (DOO). C’est le DOO qui précise les modes d’application du SCoT. Il répertorie les espaces naturels, agricoles et forestiers en vue de leur préservation et notamment les corridors écologiques terrestres.

Le corridor écologique terrestre est un ensemble d’espaces qui doit permettre le passage de la faune (dans le but de faciliter les échanges génétiques et préserver la biodiversité). Ces espaces sont composés de zones naturelles ou agricoles peu urbanisées. Ils permettent de mettre en relation les cœurs verts du territoire.

Sur les vues aériennes ci-dessous (issues du SCoT Sud Loire) figure le tracé du corridor écologique de Roche la Molière – Saint-Genest Lerpt. Rlma

Cette prise de vue correspond à la planche F

de la vue aérienne située ci-dessous.

Rlmb

Autre point faible visé par le SYDEMER/MERLIN : Voie d'accès à réaliser, avec traversée du corridor écologique ou servitude de passage société SITA pour accès mutualisé avec ISDND.

Or, le SYDEMER/Cabinet MERLIN n'a pas précisé que l'on observe que le corridor passe par la zone qui correspond à l’entrée du site. Pour autant, l’implantation du projet du SYDEMER à l’ouest de l’ISDND n’aurait aucun impact supplémentaire sur le corridor puisque l’entrée du site sera conservée en l’état et servira aux deux installations. La voie d’accès au SYDEMER passera par un talus qui n’est que très partiellement concerné par le corridor : le ratio de surface impactée potentiellement par le talus est infime au regard de la taille du corridor et ne remet pas en cause sa fonctionnalité. De ce fait, le déplacement des espèces n’est pas ou de façon négligeable entravé, ce qui est l’objectif d’un corridor.

De nombreux camarades écologistes nous ont fait par de leurs craintes concernant le Ruisseau Borde Matin. Nous leur apportons les précisions suivantes que le SYDEMER/Cabinet MERLIN a "oublié"  de préciser :

Le Borde Matin est un cours d’eau qui est retenu en amont hydraulique du site sur la partie Nord Est par une digue. Il est canalisé par un ouvrage foré dans le substratum rocheux sous l’installation de stockage. Dans ce forage passe la canalisation de dérivation qui est constituée de PEHD (polyéthylène haute densité). Cette canalisation ressort en aval hydraulique du site au sud-ouest. Protégé par cette canalisation, le ruisseau n’entre pas en contact avec les déchets.

Conformément à l’arrêté préfectoral de l’ISDND, des analyses sont réalisées sur le cours d’eau en amont et en aval de la canalisation de dérivation. Ces points de prélèvement sont nommés respectivement Borde Matin amont et Borde Matin aval.

L’installation de traitement des lixiviats du site rejette les effluents traités en aval du point de prélèvement nommé Borde Matin aval. Ces rejets sont prélevés puis analysés à fréquence hebdomadaire. L’arrêté préfectoral définit les seuils de rejet pour les effluents traités.

En plus des prélèvements et analyses  déjà cités, des analyses sont faites sur le Borde Matin en aval du rejet de la STEP, le point de prélévement est nommé Borde Matin 50m après rejet.

Enfin, le Borde Matin est un affluent de l’Ondaine qui se trouve environ 800 m en aval du site sur la commune de Firminy. Des analyses sont également faites sur l’Ondaine en amont et en aval de l’affluence du Borde Matin. Depuis 2012, en plus des analyses prévues à l’arrêté préfectoral l’indice biologique global normalisé (IBGN) et l’indice biologique diatoméees (IBD) sont réalisés annuellement sur l’Ondaine.

Les prélèvements sont réalisés par un cabinet extérieur et analysés par un laboratoire accrédité. L’ensemble des résultats est transmis à la DREAL, communiqué dans le rapport annuel d’activité consultable par tous et présenté lors de la CSS.

Le SYDEMER/Cabinet MERLIN a oublié de préciser aux membres de l'antique Conseil consultatif que lors de la dernière Commission de Suivi de Site (CSS) du 17/11/2015 à Borde Matin, Florence NICOLAS, directrice gestion des Déchets de Saint-Etienne Métropole en tant qu'expert (invitée) n'avait pas émis d'observations sur une potentielle pollution de ces 2 cours d'eau ....puisque le site de Borde Matin respecte les prescriptions de l'arrêté ininial d'autorisation qui date de 1997 et qui s'applique jusqu'en 2026, comme nous l'a confirmé la DREAL.

Autre points faibles qui ont matraqué le site de Borde Matin :

- Risques de nuisances : Traversée de zones habitées à Roche-la-Molière pour les principaux accès alors qu'il n'y en a pas eu de recensées pour les 2 sites d'Andrézieux-Bouthéon.

Si l'autoroute A 72 reliant Andrézieux-Bouthéon était fermée momentanément à la circulation....

Orcival 004.....les camions ne seraient-ils pas obligés de rouler sur la D 1082, vers les zones habitées et résidentielles des quartiers chics de La Fouillouse gérée par l'excellent maire Yves PARTRAT, et notamment non loin de la maison de retraite, la Crèche Halte Garderie La Cachette des Ecureuils, la salle polyvalente, et plus grave encore presque tout près des Ecoles primaires publiques Les Cèdres ?

Et pour terminer, nous ne pouvons pas rester bouche-bée devant les commentaires - à charge - sur les vents dominants de Roche-la-Molière présentée par le SYDEMER/Cabinet Merlin à l'antique Conseil consultatif de ce 22/01/2016 :

Rose dv and 001

NOTRE CARTE de la ROSE des VENTS DOMINANTS à ROCHE-LA-MOLIERE observés au niveau de la station de mesure de Saint-Etienne Grand Clos (période 2012 à 2014) se semble pas être la même que celle communiquée par le SYDEMER à l'antique Conseil consultatif du 22/01/2016.

- Sous vents dominants : centre de stockage, zone habitée de Beaulieu (500 m Nord), habitations isolées (500 m Nord-Est), alors que les Sous vents dominants ont été grossièrement minimisés pour le site de l'Orme/Les Sources (pourtant composées de zones industrielles et de "quelques habitations à 1 km Nord-Ouest" - les "quelques" est employé par le SYDEMER/Cabinet Merlin -)...

M19 020 jpg bQuels intérêts pour le SYDEMER/Cabinet MERLIN de minorer le nombre des habitations vers le site de L'Orme/Les Sources à Andrézieux-Bouthéon/Veauche ???

.....ou le site de la ZAIN Opéra Parc International (aéroport, activité loisirs, zone habitée le Belvédère à + d'1 km Sud-Est) !!!

Nous demandons à Eric BERLIVET le président du SYDEMER de convoquer une nouvelle réunion du Conseil consultatif - élargi à notre Collectif CHUPA "Halte Usine à poubelles vers Andrézieux-Bouthéon" qui est le SEUL à apporter toute la vérité et qui représente plus de 9 000 personnes - en tenant compte de tous les paramètres sur un choix correct de site sans parti pris et ce, afin que la CONCERTATION sur le choix du site - promise par le SYDEMER avec les populations concernées par ce projet de Méga "Usine à Méthanisation de nos poubelles"  - se fasse de façon la plus démocratique possible et non avec des structures antiques datant de 2010/2011 !

Cette réunion du 22/01/2016 de l'antique Conseil consultatif dans les locaux du SYDEMER à Saint-Etienne est ABSOLUMENT caduque car elle n'est pas encadrée par le respect de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte qui a été publiée au J.O le 18/08/2015.

Le SYDEMER doit ainsi revoir, D'ABORD, ses objectifs de valorisations matière et biologique des déchets ménagers de son territoire et non choisir dans la précipitation absolument un site qui serait en désaccord avec la ministre de l'Environnement, Ségolène ROYAL, qui a déclaré sans ambiguïté : "La loi étant maintenant promulguée, chacun doit pouvoir passer à l'action".

K1 024 jpg 3

Les révoltés vers Andrézieux-Bouthéon

en Auvergne/Rhône-Alpes ne lâcherons rien !

Fly 001

Reportage : Marc-Claude de PORTEBANE ©

Porte-parole du Collectif CHUPA

marc-75@laposte.net

Pour info : cet article doit être communiqué aux 600 000 habitants composant le SYDEMER. Merci de ne pas oublier de porter la mention "L'Idiot provincial ©

Aux poubelles ces toutes petites cachotteries du vieux Conseil consultatif du SYDEMER de Saint-Etienne (I)

Le 22/01/2016, le SYDEMER de Saint-Etienne qui veut

construire la Méga Usine à poubelles de la Loire

s'est bien gardé de rajeunir les structures vieillissantes

du Conseil consultatif datant de... l'ex-région Rhône-Alpes !

M19 009

La réunionite du conseil consultatif du SYDEMER 22/01/2016 se voulait secrète et aucun document ne devait en filtrer. Pas un mot, surtout pas une image du cabinet MERLIN ne devait parvenir à Marc-Claude de PORTEBANE, le porte-parole du Collectif C.H.U.P. A (Halte Usine à poubelles vers Andrezieux-Bouthéon) considéré comme l'empêcheur de tourner en rond par ce comité syndical installé dans les bureaux de Saint-Etienne Métropole, chez le voisin Gaël PERDRIAU.

Sans aucune concertation - comme le promet le site internet du SYDEMER - avec les populations de son immense territoire (204 communes pour 600 000 habitants) sur le choix du futur site d'implantation de la future Méga Usine à poubelles de la Loire, le SYDEMER représenté par son président Eric BERLIVET (maire UDI de Roche-la-Molière) et sa technicienne Florence NICOLAS ont décidé de ne pas tenir compte du poids non-négligeable de ce Collectif qui rassemble plus de 9 000 signatures via ses pétitions internet et version papier.

Non, le SYDEMER a décidé de convier 18 structures vieillissantes datant bien avant l'élection d'Eric BERLIVET, le 12/06/2014, à la tête du SYDEMER.

M19 001 2 jpg a

Depuis le 01/01/2016, la nouvelle grande Région a pour nom "Région Auvergne-Rhône-Alpes" et non pas "Région Auvergne" ou ""Région Rhône-Alpes". Pour Florence NICOLAS, si !

Mais Madame NICOLAS à quoi servent vos 40 000 € de salaire payé par le contribuable, si vous ne voyez pas la différence ?

Est-il normal que le SYDEMER composé des élu-es suivants, fasse de la rétention de l'information au Peuple souverain, comme au bon vieux et nauséabond temps du maréchal PETAIN :

TITULAIRES :

- Erie BERLIVET : maire de Roche-la-Molière, UDI (parti Radical), 12° vice-Pdt CC Saint-Etienne Métropole – SEM - (en charge de la collecte des ordures ménagères, du tri sélectif et de la gestion des déchets), Mairie 04 77 90 77 00 mairie@mairierochelamoliere.fr

- Roland BENOIT : élu à Ailleux, CC Pays d’Astrée, titulaire du Contrat de rivère du bassin versant du Lignon, Commerçant, Mairie : 04 77 24 65 10 mairie-ailleux@orange.fr 148 Hab.

- Christiane BOUTEILLE : maire de La Chapelle-sur-Coise, 9° vice-Pdt CC Hauts-du-Lyonnais (Elimination et valorisation des déchets – Référent technique Christian DESSAIGNE), Mairie 04 78 44 54 17 mairie.la-chapelle-sur-coise@cc-hauts-du-lyonnais.fr

- Evelyne CHAREYRE : maire de Bonson, CC Loire Agglo Forez, contact@mairie-bonson.fr Mairie 04 77 55 14 16, Sans profession déclarée, Mairie 04 77 55 14 16, contact@mairie-bonson.fr  

- Paul CORRIERAS : 7° adjoint de Saint-Etienne, en charge de la démocratie locale, la proximité, la gestion de l’espace public (conseils de quartier, accueil new stéph’, éclairage public, propreté, collecte des déchets avec SEM, entretien voirie, déneigement, sécurité hivernale, jardins ouvriers, espaces verts, parcs et jardins, coordination des actions « animal dans la ville » et « ville éthique », Nouveau Centre, Jardins Volpette, Mairie 04 77 48 77 48, courriermairie@saint-etienne.fr

- Patrick DEMMELBAUER : 5° adjoint-maire de Saint-André-le-Puy (Bâtiments, Jeunesse et sports – Coordination Associations, Salle Eyraud, Urbanisme), 5° vice-Pdt CC Pays de Saint-Galmier en charge « Economie de proximité et Touristique », mairie.st.andre.le.puy@wanadoo.fr , 04 77 94 51 23, Retraité salarié privé

- Jean-Maxence DEMONCHY : conseiller municipal de Saint-Sixte, conseiller communautaire CC Pays d’Astrée, Mairie 04 77 24 65 20 mairie.stsixte42@wanadoo.fr

- André DERORY : maire de Saint-Georges-en-Couzan, CM Déchèterie, Titulaire CC Loire Agglo Forez, 04 77 24 81 70 mairie.saintgeorgescouzan@wanadoo.fr , Délégué de  CC et membre du SYMILAV (www.gesteau.eaufrance.fr, Lignon du forez, Natura 2000), habitants : les « Saint-Georgiens »

- Pierre DREVET : membre bureau SYDEMER, maire de Saint-Agathe-la-Bouteresse, Pdt CC Pays d’Astrée, Mairie 04 77 97 41 93, mairie@ste-agathe-la-bouteresse.fr

- Jean-Pierre DUBOST : CM de Marols, titulaire CC Pays de Saint-Bonnet-le-Château, 04 77 76 71 94 marols.mairie@wanadoo.fr, titulaire Syndicat des Eaux de la Citre à la Mare 04 77 46 26 72 sidecm42@yahoo.fr

- Julien DUCHE : maire de Poncins, membre bureau SYDEMER, 3° vice-Pdt CC Feurs-en-Forez (gestion des déchets, piscine), délégué CC Feurs-en-Forez au SCOT Loire Centre, Mairie 04 77 27 80 09 mairie.poncins@wanadoo.fr

- Norbert DUPEYRON : maire de Chevrières, pdt CC Communes Forez-en-Lyonnais, Mairie 04 77 94 02 50 mairiechevrieres@orange.fr

- Joël EPINAT : 1er Vice-Pdt SYDEMER, maire de Saint-Bonnet-le-Courreau, 3° vice-pdt CC Loire Agglo Forez (ordures ménagères et déchètteries), Mairie : 04 77 76 81 87 stbonnet.courreau@wanadoo.fr

- Sylvie FAYOLLE : maire de Saint-Paul-en-Cornillon, 3° vice-pdt SEM (développement durable), Mairie : 04 77 35 71 19 mairie@ville-stpaulencornillon.fr  

- Christian FAURE : membre bureau SYDEMER, 1° vice-Pdt CC Collines du Matin (tourisme, patrimoine à Panissières), maire d’Essertines-en-Donzy, Mairie : 04 77 28 61 99, mairie.essertines.en.donzy@wanadoo.fr  

- Marc FAURE : maire La Ricamarie, membre de SEM, 04 77 81 04 00 mairie@ville-la-ricamarie.fr (refus du book de ZEMMOUR « Le suicide français ». (Assoc Culturelle franco-polonaise 04 77 57 80 58).

- Alain GAUTHIER : 1° adjoint au maire de Montbrison (appel d’offres), 9° vice-Pdt CC Loire Agglo Forez (moyens généraux et grands équipements), membre du Centre De Gestion 42 (CDG), Mairie 04 77 58 00 16 mairie@ville-montbrison.fr

- Michel GUILLARME : maire de Sainte-Foy-L’Argentière, membre bureau SYDEMER, 6° vice-pdt CC SIMOLY (Environnement, patrimoine), Mairie : 04 74 70 03 95 mairie@sainte-foy-largentiere.fr et maire non-vice-pdt CC Chamousset-en-Lyonnais (04 74 70 58 00 Le Pontet 69930 Saint-Laurent-de-Chamousset)

- Yves GRANDRIEUX : maire de Saint-Martin Lestra, prof, 2) vice-pdt de CC Collines du Matin (Panissières 04 77 28 71 24 contact@collinesdumatin.fr) , Mairie : 04 77 28 50 84 mairie.sml@wanadoo.fr

- Marc HOSTIN : 1° adjoint-maire de Valeille, membre CC Feurs-Forez, Mairie 04 77 28 93 64 mairie.valeille@wanadoo.fr

- Cassandre JANVIER : 1° adjoint maire de Saint-Bonnet-les-Oules, Boss de Clyde International SAS, conseiller communautaire CC Pays de Saint-Galmier (environnement), Mairie : 04 77 54 05 82 mairie@saint-bonnet-les-oules.fr

- Christian JULIEN : maire de Saint-Genest-Lerpt, 6° vice-pdt SEM (budget), Mairie 04 77 50 51 80 mairie@ville-st-genest-lerpt.fr

- Jacques LAFFONT : maire Bellegarde-en-Forez, membre bureau SYDEMER, CC Pays de Saint-Galmier, (s’est battu contre intégration forcée à SEM – L’Huma 21/11/2013), Mairie 04 77 54 48 11 mairiebellegarde@wanadoo.fr

- Alain MARQUET : CM de La Tourette, 2° Vice-Pdt SYDEMER, 2° vice-Pdt CC Pays de Saint-Bonnet-le-Château (ordures ménagères), membre du Syndicat Intercommunal d’Adduction d’Eau du Haut-Forez adhérent au Syndicat Mixte de Production et d’Adduction d’Eau (avec Proriol), vice-pdt du Téléservice du Haut-Forez, Mairie 04 77 50 08 43 mairie.latourette@wanadoo.fr (retraité agricole),

- Henri NIGAY : CM de Feurs, ex-CG UPL Feurs, Mairie : 04 77 27 40 00 mairiedefeurs@feurs.fr  

- Yves PARTRAT : maire de La Fouillouse, 04 77 30 10 34 mairie@lafouillouse.fr

- Marc PETIT : maire de Firminy, 2° Vice-Pdt SEM (en charge de la mobilité durable, organisation transports), Mairie : 04 77 40 50 60 mairie@ville-firminy.fr

- Jérôme PEYER : adjoint au maire de Boisset-Saint-Priest, conseiller communautaire délégué à l’environnement CC LOIRE-FOREZ, DVG, (Liste Indignés sénatoriales 2011, 16 voix, 0, 93 %), (forez-info.com - Nuit de la chouette dans Forez « Trop d’éclairage nuit », Mairie : 04 77 76 11 60 mairie.boisset-saint-priest@wanadoo.fr

- Jean-Paul RIVAT : Adjoint-maire de Saint-Chamond, Conseiller communautaire délégué de JF BARNIER 14° vice-pdt SEM (Commission de Concession d’Aménagement - CCA -),

- Gabriel ROUDON : maire de Véranne (40 mn de Vienne, 1h de ST-Etienne), 7° vice-Pdt chargé de l’Environnement (Elimination et Valorisation des déchets, Gestion des rivières) à la CC Pilat-Rhodanien, Pdt du Conseil de l’Artisanat de la FFB Région Rhône-Alpes (CARA), membre bureau SYDEMER, Chaque année manif sportive Le Pilatrail, Mairie 04 74 87 37 52 mairie.veranne@orange.fr

- Jean-Claude SCHALK : maire d’Andrézieux-Bouthéon, 5° vice-pdt SEM (Voiries communautaires), Titulaire du SCOT Sud-Loire , 04 77 55 03 42 mairie@andrezieux-boutheon.com

- Alain THOLOT : Adjoint-maire de Saint-Marcellin-en-Forez (Commission Travaux, Finance & Personnel, Conseiller communautaire CC LOIRE-FOREZ (siège Montbrison), Cadre Sect Privé alain.tholot@saintmarcellinenforez.fr , Mairie 04 77 36 10 90 administrativede@wanadoo.fr

- Jean-Paul VERNEY : élu CM de Maclas, Membre de la commission Développement économique et emploi et membre de la commission Environnement (gestion des déchets et Rivières) et membre de la commission Eau de la CC Pilat-Rhodanien, Mairie 04 74 87 38 04 mairie@maclas.fr

- Robert VIANNET : 1° adjoint-maire de Roisey (commission bâtiments), Titulaire commission Finances à CC Pilat-Rhodanien, Mairie 04 74 87 48 93 mairie.roisey@wanadoo.fr

- Serge VRAY : maire de Chenereilles, Front de gauche, ex-conseiller général PCF canton de Saint-Jean-Soleymieux, 1° vice-Pdt CC Pays de Saint-Bonnet-le-Château (SCOT, PLUI, Contrats de rivière, PLH), Mairie 04 77 76 70 80 chenereilles.cne@wanadoo.fr

A suivre citoyennes et citoyens Républicains

Marc-Claude de PORTEBANE

INTERNATIONAL BOYCOTT Nestlé et Nestlé Purina Petcare France à Veauche dans la Loire !

12512705 10153444055107620 4270404038169506382 n

Nestlé baby milk marketing malpractice front page news in the Botswana Gazette today as government investigates violations of regulations.(Nestlé lait pour bébé faute de marketing nouvelles en première page dans la Gazette du Botswana aujourd'hui que le gouvernement enquête sur les violations de la réglementation.)

La direction de Nestlé Purina Petcare France

à Veauche dans la Loire refuse de communiquer

sur le projet d'installation de la plus grande

Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon/Veauche !

Le Collectif C.H.U.P.A (Halte Usine à poubelles vers Andrézieux-Bouthéon) a demandé le 12 janvier 2016, par mail, de rencontrer la direction de l'usine Nestlé Purina Petcare France à Veauche dans la Loire pour se présenter et voir quels étaient leurs potentiels besoins en CSR ou Biogaz ou chaleur si le SYDEMER de Saint-Etienne prévoyait d'installer une usine TMB vers Andrézieux-Bouthéon.

Joint hier soir au téléphone par le Collectif C.H.U.P.A, la direction de l'usine Nestlé Purina Petcare France de Veauche représentée par son directeur Mr CIROU a, de façon méprisante, répondu de façon lapidaire "Pas de commentaires à formuler".

La réaction du Collectif C.H.U.P.A ne s'est pas fait attendre : il rejoindra la campagne internationale de Boycott de Nestlé et attirera l'attention sur le manque de communication de NESTLE en France.

Bizarre comme réaction alors que l'engagement de Purina en faveur de l'environnement se vante comment "recycler vos emballages dans le respect de l'environnement" que ce soit pour les aliments pour chats (Veterinary Diets, Friskies, PROPLAN Nutri Savour, One, Cat show, Félix, Gourmet), chiens avec (PROPLAN, One my Dog, Dog Chow, Friskies, Fido, Veterinary Diets) ou les accessoires comme avec (Félix, Friskies, Tidy Cats, Purina Adventuros) !!!

La Ligue de combat contre les cruautés envers les animaux monte à son tour au créneau en écrivant à la direction de Purina tout en étant vigilante dans la région !

En effet, le 21/08/2015, le site militant "L'Idiot provincial" nous apprenait que plus de 245 000 T de déchets seraient valorisés sur trois sites, dont deux situés en rase campagne près d'Andrézieux-Bouthéon où la nature et la faune ont déjà été saccagés par SNF qui a détruit 20 ha de chênaie fourmillant d'espèces protégées au sud de son site de La Fouillouse, à l'est de la D 100 conduisant à Saint-Galmier depuis l'A 72, où pas moins de 43 espèces animales protégées avaient été recensées dans ces 20 ha. neuf de chauves souris, deux d'amphibiens, cinq de reptiles et 27 d'oiseaux dont des pics mar ou encore un couple de Milans noirs.

Nestle 2Nestlé : mettez fin à l’exploitation d’enfants dans votre chaîne d’approvisionnement de cacao !

Pas les enfants !

Nestlé est accusé de traite et de travail forcé d’enfants dans les plantations de cacao en Côte d’Ivoire. Nous sommes en 2015 et pour accroître ses profits criminels, le géant du chocolat va jusqu’à réduire des enfants en esclavage.

La liste des chefs d’accusation est effrayante. Les enfants soumis au travail forcé ne sont pas payés, doivent transporter des charges lourdes, sont exposés à des substances toxiques et font l’objet de menaces physiques. Et ce n’est pas tout ! Nombre de ces pauvres enfants seraient selon toute vraisemblance vendus par des trafiquants qui les enlèvent ou les achètent eux-mêmes dans des pays voisins de la Côte d’Ivoire !

Ces révélations intolérables mettent Nestlé dans l’embarras et constituent une menace sans précédent pour son image de marque. Unissons nous pour pousser le géant du chocolat à enfin prendre ses responsabilités et mettre immédiatement fin au travail des enfants dans les plantations de cacao.

Dites à Nestlé de mettre fin à l’exploitation d’enfants dans les plantations de cacao — asservir des enfants pour faire du profit est inhumain!

Selon le cabinet Hagens Berman qui porte l’affaire en justice, Nestlé travail avec des fournisseurs qui exploitent des enfants – dans des conditions « dangereuses » et « pénibles » – dans les plantations en Côte d’Ivoire. Au total, 1,1 millions d’enfants étaient concernés en 2013-2014 !

Il y a quelques mois, 48 enfants âgés de 5 à 16 ans avaient été secourus par les forces de police dans les plantations de cacao en Côte d’Ivoire. D’après Interpol, ces enfants étaient originaires du Burkina Faso, de Guinée, du Mali et du nord de la Côte d’Ivoire. Ils « travaillaient dans des conditions extrêmes, particulièrement dangereuses pour leur santé », et certains le faisait « sans recevoir ni salaire, ni éducation ».

Ces enfants devraient recevoir l’amour de leur famille, jouer avec leurs copains, suivre le chemin de l’école et non pas celui de la traite dans des plantations de cacao !

« Les consommateurs qui sont venus nous consulter ont été indignés d’apprendre que les sucreries qu’ils mangent avaient un arrière-goût si sombre et amer, que le travail des enfants et l’esclavagisme faisaient partie de la production de chocolat par Nestlé », affirme Steve Berman, membre du cabinet Hagens Berman, au journal Le Monde.

Il est temps d’agir massivement et ensemble, afin d’envoyer un message clair à Nestlé et toutes ces multinationales de l’agro-alimentaire qui profitent de l’exploitation d’enfants dans leurs chaînes d’approvisionnement.

Dites non au travail forcé des enfants dans les exploitations de cacao de Nestlé! Exigez que Nestlé mette immédiatement fin à ces pratiques inhumaines et assume toutes ses responsabilités!

Le collectif CHUPA rend une visite surprise à la CSS du site à poubelles de Borde Matin à Roche-la-Molière (42) !

Fuites écolos à la Commission de suivi du Site (CSS) :

le Collectif "HALTE Usine à poubelles vers Andrézieux-Bouthéon"

a commencé à visiter le plus grand site à poubelles de la Loire

de Borde Matin à Roche-la-Molière !

Part 007

ACTE I

Le vent soufflait encore très fort hier, lorsque plusieurs militants du Collectif C.H.U.P.A (dont leur porte-parole Marc-Claude de PORTEBANE) sont venu visiter le centre de stockage de Borde Matin à Roche-la-Molière (banlieue de Saint-Etienne) exploité par la Satrod (une fliale du groupe SITA) spécialisée dans le transfert et le traitement des déchets ménagers et assimilés par stockage en classe II.

L'occasion aussi de faire connaissance avec Jacky BORNE, vice-président de la FRAPNA Loire sur le site et de représentants d'autres associations locales environnementales à Roche-la-Molière, dans la journée, comme avec Oumissa AMAKOUD, la présidente-adjointe de l'Association socio-culturelle pour la défense du quartier Beaulieu-Pontin et de son environnement, qui a très gentiment reçu chez elle le porte-parole du Collectif C.H.U.P.A pour lui faire part de l'état d'abandon inadmissible de son quartier par la municipalité..... dirigée par l'équipe du maire Eric BERLIVET ..... qui est aussi le président du SYDEMER.

Le Collectif C.H.U.P.A opposé au projet d'Usine à poubelles vers Andrézieux-Bouthéon du SYDEMER - qui veut construire une usine de style TMB (Tri mécano-biologique) via la méthanisation qui soulève des vagues d'indignation dans la France entière - a voulu connaître les installations de stockage des déchets existantes dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Le SYDEMER ayant invité d'autres associations environnementales à visiter de telles usines TMB comme vers Hénin-Beaumont, le Collectif C.H.U.P.A, qui représente plus de 8 000 personnes au travers sa pétition, a décidé de se passer de l'improbable invitation du SYDEMER puisque cette collectivité ne communique pas sur le choix de son futur site, ni sur le choix de filière tout en méprisant les citoyens qui sont tenus dans l'ignorance. Aucun maire n'a pris de délibération pour s'exprimer sur le sujet.

Le mutisme - avec les deniers publics - ne commence-t-il pas à coûter plus que très cher au contribuable ? La concertation promise aux habitants sur le choix du site par le SYDEMER ne semble pas venir.

Au contraire, devant l'opposition du Collectif C.H.U.P.A, les élu-es du SYDEMER - aux dernières nouvelles - tenteraient de passer en "force" - en imposant un site aux populations locales puis choisiraient la filière car celle choisie en 2012 n'a plus l'aval du ministère de l'environnement et encore moins du législateur.

C'est donc vers Andrézieux-Bouthéon - où il n'y aurait aucun débouché biogaz ou CSR - où le "coup de force" tenterait de s'imposer et plus particulièrement dans la ZAIN OPERA PARC International qui au lieu de repésenter la vitrine "chic" de la Loire n'est qu'un vaste champs de ruines et de dégradations naturelles et physiques.

Le Collectif C.H.U.P.A - après avoir été alerté par des élu-es et des militants d'associations environnementales-, a découvert fin d'année 2015 qu'une réunion de la Commission de Suivi de Site (CSS) avait eu lieu sur le site de Roche-la-Molière.

Parmi les représentants des administrations publiques, il fallait noter la présence de Pascal SIMONIN et Cécile MASSON pour la DREAL, Odile PRACCA et Isabelle GRANGETTE pour la DDPP, René CHEVRON pour la DDT et Denis DOUSSON pour l'ARS.

Le responsable du site Marcel CERDAN représentait l'entreprise Sita et parmi les délégués des collectivités territoriales, il fallait compter sur la présence de Mireille FAURE, conseillère déléguée à Roche-la-Molière, Henri BOUTHEON, 1er-adjoint au maire du Chambon-Feugerolle, le très sympathique Raphaël BROUALLIER, adjoint-au maire de Firminy, Juliette HAUW, adjointe en charge du Développement durable à Unieux et Eric BERLIVET en tant que vice-président de Saint-Etienne Métropole (SEM).

Parmi nos collègues représentants des associations de protection de l'environnement et des riverains il fallait compter sur la présence de Jacky BORNE, d'Oumissa AMAKOUD, de Pascale DUROUSSET de la Coordination départementale pour une gestion écologique des déchets et de Sébastien TEYSSIER, directeur de la LPO.

A noter également la participation de Florence NICOLAS, la directrice Gestion déchets de Saint-Etienne Métropole .... que le Collectif C.H.U.P.A a essayé de joindre - vainement - à plusieurs reprises.

En vrac, en ce qui concerne la présentation des dossiers d'informations annuels 2013 et 2014, Florence NICOLAS aurait demandé "des précisions sur les résultats d'analyse d'azote, le taux de valorisation, ", Jacky BORNE " des explications sur la qualité des lixiviats ou sur la production de biogaz"....

Au niveau des inspections, Florence NICOLAS aurait avoué "convenir" que "L'orientation vers la méthanisation serait cohérente avec la politique générale de gestion des déchets puisque le stockage de matières organiques fermentescibles n'est pas la vocation d'une ISDND"..... alors que le tribunal administratif de Pau vient d'annuler l'arrêté préfectoral autorisant le syndical du coin des Hautes-Pyrénées à exploiter une unité de valorisation de déchets non dangereux sur la commune de Bordères-sur-l'Echez !!!!!V4

A Saint-Barthélémy-de-Vals (près de Valence), le compost sort de chez VEOLIA. La remorque - non-bâchée - pleine à craquer de compost de très mauvaise qualité qui a déjà dégueulé sur la chaussée - sera étendue dans les champs des alentours. Malheureusement nos camarades étaient planqués aux alentours et la discussion a tourné à l'aigre avec cet agriculteur qui a voulu "confisquer" l'appareil photo. Il a fallu l'intervention du maire de Saint-Barthélémy-de-Vals pour que cet agriculteur arrête de "menacer" notre camarade. Les riverains n'en peuvent plus du passage des convois de compost dans les communes. Les élus et les populations locales de Saint-Barthélémy-de-Vals en ont plus que marre de ce projet de ce genre d'usine TMB/Méthanisation qui devrait voir le jour vers Andrézieux-Bouthéon dans la Loire !!!! - Photo Collectif CHUPA

"D'autres visites sont programmées sur le site de Borde Matin et nous espérons que nous continuerons de le faire de façon concertée et démocratique avec le directeur du site de SITA de Roche-la-Molière pour mieux comprendre l'actuelle valorisation des déchets du département de la Loire" nous ont déclaré plusieurs membres du Collectif C.H.U.P.A qui espèrent être aussi bien les bienvenus sur d'autres sites en France comme par exemple chez VEOLIA à Valence où nous avons quelques "bombinettes" à retardement qui ne vont pas tarder à "péter" au nez et à la barbe des dirigeants du SYTRAD (le SYDEMER local) qui n'en finit plus de jeter l'argent public par les fenêtres parce que les usines TMB sont non seulement un désastre pour l'environnement mais aussi un gouffre pour les contribuables, notamment en ce qui concerne l'exploitation du site de Saint-Barthélémy-de-Vals où des pratiques scandaleuses seront mises sur la place publique.

Et les "menaces" contre nos camarades écologistes de la région de Valence seront mises à nu.

Des comptes sur le gaspillage de l'argent public seront bientôt demandés aux élu-es mais aussi aux responsables administratifs de certaines collectivités qui devront répondre de leur responsabilité personnelle ou in solidum sur des projets sur-dimensionnés.

N'oublions pas, aussi, que Laurent WAUQUIEZ a insisté sur l'importance de réduire les dépenses publiques lors de son élection à la présidence de la nouvelle grande région Auvergne/Rhône-Alpes.

Ceci doit être valable aussi bien que pour le département de la Drôme que de la Loire.

Nous attendons avec impatience la facture d'honoraires (qui sera envoyée par le bureau d'études au SYDEMER), dont nous voulons une copie.

Dans ce pays, nous avons une Cour régionale des comptes ! Nous la tiendrons informée si l'on nous fait de la "rétention" de l'information !

A suivre...

L'exemple d'usine à Poubelles du SYDEMER à Hénin-Beaumont matraqué par la Cour des Comptes d'Arras !

Les magistrats de la Chambre régionale des comptes

Nord-Pas de Calais Picardie matraquent le SYMEVAD

et ont vivement critiqué ses choix tels que la

détermination des critères d'analyse des offres

ou l'estimation du montant du marché du centre de tri !

Notre pétition :

http://www.mesopinions.com/petition/politique/halte-usine-poubelles-za-vers-andrezieux/15574

Les juges de la cour des comptes du Nord-Pas de Calais Picardie ont rendu leur rapport d'observations défiintives en date du 19/04/2012 à propos du projet TVME (nouveau siggle remplaçant le TMB) du SYMEVAD d'Evin Malmaison (Pas-de-Calais).

Né au 1er janvier 2007 du regroupement des communautés d’agglomération d’Hénin-Carvin et du Douaisis, et de la communauté des communes Osartis, le syndicat mixte d’élimination et de valorisation des déchets (SYMEVAD) a hérité d’équipements dont le remplacement devait intervenir rapidement.

Dans ce contexte, une stratégie globale de gestion des déchets, alliant politique de prévention des déchets et modes de traitement innovants a été élaborée.

Deux équipements importants marquent la période 2009 à 2012, au cours de laquelle les dépenses d’investissement se sont élevées à 39 M€ : le centre de tri d’Evin-Malmaison récemment entré en service et l’usine de traitement et de valorisation matière et énergie (TVME), dont le marché de conception-réalisation-exploitation a été attribué en 2012 (sa construction devrait s’étaler de 2014 à mi 2015 sur le site de l’ancien incinérateur d’Hénin-Beaumont).

La recherche d’une performance environnementale de haut niveau de ces équipements a été bénéfique aux finances du SYMEVAD.

En ce qui concerne le centre de tri, le Symevad a opté pour un tri performant des déchets provenant des collectes sélectives, ce qui lui assure un bilan financier plus favorable que prévu, grâce à de meilleures ventes de matières triées et à des économies sur les frais de personnel et sur le traitement des refus de tri. Dans son choix du maître d’oeuvre, le SYMEVAD ne s’était toutefois pas orienté vers un candidat privilégiant un process (suite d’opérations par lesquelles un flux de déchets recyclables mais hétérogènes est progressivement séparé en plusieurs flux triés et propres à être valorisés par les industriels du recyclage.), aussi automatisé.

Pour les travaux, un important avenant au marché de gros oeuvre, entraînant quelques mois de retard pour l’ensemble du chantier, a été décidé sur le fondement contestable de motivations et d’études succinctes.

Enfin, près de 2 M€ ont été versés pour une couverture quasi-intégrale en panneaux photovoltaïques. Cette dépense devrait être couverte en une dizaine d’années par les recettes de vente d’électricité, grâce aux tarifs de rachats qu’il était encore possible d’obtenir à l’époque, et à un concours financier européen.

Selon les magistrats de la cour des comptes d'Arras : "Faute d’avoir rédigé le cahier des charges correspondant d’une manière rigoureuse, le SYMEVAD aurait pu être conduit à retenir une offre qui a été considérée comme la plus intéressante financièrement, en dépit d’estimations surévaluées de la production électrique et des recettes afférentes".

En ce qui concerne le TVME, le choix du SYMEVAD s’est porté sur une proposition encore plus innovante, permettant une valorisation énergétique maximale de la fraction organique des ordures ménagères, sans production de compost. La possibilité de vendre du biogaz à des tarifs très attractifs, intervenue en cours de procédure, a finalement rendu l’offre correspondante mieux-disante. Il existe un enjeu énergétique six fois plus fort que celui du biogaz : celui du combustible solide de récupération. Mais ce dernier, qui fait l’objet d’attentions poussées pour en faire un produit de la meilleure qualité possible, ne pourra pas être vendu par le SYMEVAD, qui devra à l’inverse payer un prix pour obtenir qu’il soit brûlé.

L’importante subvention obtenue auprès de l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), ainsi qu’un ajustement de la taille de l’équipement à un tonnage différent de celui envisagé initialement, ont permis une amélioration significative de l’équilibre financier de ce projet. Son bon bilan économique semble limité à un petit nombre de combinaisons optimales de ses dimensions, telles que celles qui ont été fixées par avenant.

Les juges ont indiqué que "Les clauses contractuelles de valorisation de certains sous-produits, ou d’intéressement des deux parties à cette valorisation, mériteraient d’être réexaminées, sur la forme et sur le fond."

Outre des erreurs dans les formules de calcul, elles contiennent un mécanisme ayant un effet incitatif qui pourrait s’avérer défavorable à la préservation des intérêts financiers du SYMEVAD.

Des dispositifs contractuels sommaires et juridiquement fragiles ont été décelés dans d’autres marchés, en particulier celui ayant pour objet l’exploitation du centre de compostage des déchets verts de Sin-le-Noble.

La chambre régionale des comptes a donc invité le SYMEVAD "à définir un cadre contractuel précis pour l’exploitation de son futur centre de compostage dont la réalisation est prévue, dans les prochaines années, à Vitry-en-Artois."

Rappel à la réglementation

1. Fixer de manière définitive, avant l’ouverture des offres, les paramètres de cotation pouvant avoir un impact sur les écarts de notes entre les candidats : Partiellement mis en oeuvre.

Recommandations

1. En matière de marchés publics, faire en sorte que les rectifications des performances annoncées dans les offres puissent se traduire effectivement dans les notations retenues, plutôt que d’attribuer des notes correspondant à la meilleure des deux performances, celles avant et après vérification : Non mise en oeuvre.

2. Veiller au risque d’augmentation des tonnages de « mélange pour surtri » dans le cadre de l’exécution du marché TVME : Partiellement mis en oeuvre.

3. Veiller au niveau du prix de la fourniture de CSR (Combustible Solide de Récupération) à des utilisateurs par le maintien d’une politique active de leur suivi des débouchés alternatifs : Partiellement mis en oeuvre.

4. S’attacher lors de l’étude de contrats d’exploitation à une correcte évaluation de l’économie des offres des entreprises en matière d’intéressement du SYMEVAD, ainsi qu’à l’existence de moyens de contrôle adéquats de l’assiette de cet intéressement : Partiellement mis en oeuvre.

I. PROCEDURE

L’examen de la gestion du Symevad a porté sur la période courant à partir de l’année 2007. Il a concerné en grande partie les questions de commande publique.

L’entretien de fin de contrôle prévu par l’article L. 243-1 du code des juridictions financières a eu lieu le 22 novembre 2013 avec le président du syndicat.

La chambre a essentiellement procédé au contrôle de la commande publique s’agissant de l’exploitation d’installations et plus particulièrement des investissements, compte tenu de l’importance du programme global poursuivi par le SYMEVAD.

Lors de sa séance du 6 février 2014, la chambre a formulé des observations provisoires, qu’elle a adressées le 29 avril 2014 au président du SYMEVAD. Elle en a également adressé des extraits à cinq sociétés cocontractantes du syndicat.

Le 25 septembre 2014, la chambre a, après avoir examiné leurs réponses, arrêté les observations définitives ci-après.

II. OBSERVATIONS DEFINITIVES

I - LA CREATION DU SYMEVAD ET SES ORIENTATIONS

Le syndicat mixte d’élimination et de valorisation des déchets (SYMEVAD) qui dispose d’un cadre institutionnel favorable à la définition d’une politique globale de gestion des déchets ménagers, a choisi des objectifs environnementaux élevés pour le renouvellement des équipements dont il a hérité. L’effort d’équipement important consenti ne devrait toutefois pas remettre en cause son équilibre économique.

A - Présentation du SYMEVAD

Le SYMEVAD, créé par arrêté préfectoral au 1er janvier 2007, est composé de trois établissements publics de coopération intercommunale, dont il a reçu la compétence relative au traitement des déchets : les communautés d’agglomération d'Hénin-Carvin et du Douaisis et la communauté de communes Osartis.

Sa population est supérieure à 300 000 habitants ; elle correspond à une échelle adaptée à la mise en oeuvre d’une politique complète de traitement des déchets ménagers et assimilés.

La compétence traitement et valorisation des déchets ménagers et assimilés qu’il détient comprend :

- l’enfouissement, le traitement thermique et la valorisation énergétique des déchets ;

- la valorisation organique des déchets ménagers et assimilés ;

- le tri et la valorisation matière des déchets ménagers et assimilés ;

- l’enfouissement, la valorisation ou le réemploi des encombrants ménagers ;

- le transfert, le réemploi, la valorisation ou le traitement des déchets issus des déchèteries ;

- le pilotage des programmes de prévention de la production des déchets ménagers.

Les trois agglomérations membres du Symevad, compétentes en matière de collecte, ont conservé le pouvoir décisionnel en matière de mode de financement du service ; il comprend l’arbitrage entre l’instauration de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères et le financement par le budget général.

Les recettes de fonctionnement du syndicat représentent de 16 à 20 M€ HT2 par an. Elles comprennent, pour l’essentiel, les reventes de matériaux issues du recyclage des déchets, les contributions financières des éco-organismes agréés et celles des membres du Symevad. La quasi-stabilité des dépenses du même type a permis à l’excédent de fonctionnement de s’accroître pour atteindre 4 M€ en 2012. Les dépenses d’investissement qui ont représenté 39 M€ de 2009 à 2012 ont également été financées par, notamment, des subventions et des emprunts ; le stock de dettes du Symevad s’élève à environ 15 M€ à fin 2012.

L’effort d’équipement soutenu sur la période constitue le début d’un programme d’investissement conséquent nécessité par le vieillissement des équipements hérités de ses adhérents : un centre de valorisation organique, c’est-à-dire de compostage, à Sin-le-Noble, un centre de tri des déchets issus des collectes sélectives à Évin-Malmaison, de conception ancienne et de taille insuffisante, et une usine d’incinération à Hénin-Beaumont, dépourvue de dispositif de valorisation de l’énergie et dont l’exploitation devait théoriquement prendre fin en 2010.

La nécessité du renouvellement total de ces structures a facilité la définition d’une politique complète de gestion des déchets ménagers, à laquelle le SYMEVAD s’est attaché dès sa création.

B - Le renouvellement des équipements

Avec le souci d’atteindre des objectifs élevés en matière environnementale, le SYMEVAD s’est rapidement lancé dans un programme d’investissements de l’ordre de 80 M€, dont la réalisation est en cours.

1 - Le programme d’investissements du SYMEVAD

Il comprend essentiellement les remplacements du centre de tri (15 M€), de l’unité de compostage de Sin-le-Noble (6 M€), et de l’usine d’incinération d’Hénin-Beaumont (55 M€).

2 Le syndicat est assujetti à la TVA.

La substitution d’un centre de traitement et valorisation matière et énergie (TVME) à ce dernier équipement a été précédée de la construction du centre de tri et de la détermination de modes de valorisation.

2 - Deux préalables à la reconstruction d’un centre de traitement des ordures ménagères résiduelles

Attentif au caractère sensible de la reconstruction d’un nouvel équipement sur le site d’une usine d’incinération, le SYMEVAD a commencé par engager deux politiques lui permettant d’acquérir une image positive en matière environnementale.

Il a rapidement lancé une politique de réduction à la source des déchets, notamment par le développement du compostage individuel, ainsi que par la distribution d’autocollants « stoppub». Cette politique a été formalisée par l’adoption d’un plan local de prévention des déchets (PLP) en partenariat avec l’Ademe.

Il s’est ensuite engagé dans la construction, à Évin-Malmaison, d’un centre de tri moderne pour les déchets issus des collectes sélectives, visant notamment à atteindre une capacité suffisante pour trier l’ensemble de son gisement, à augmenter les performances de tri, et à améliorer les conditions de travail des salariés. La conception du bâtiment a été l’occasion de retenir une démarche de haute qualité environnementale (HQE), en particulier en matière énergétique (isolation, énergie solaire).

3 - Le choix d’une valorisation organique différenciée

En théorie, du compost peut être produit à partir des déchets verts (tontes de pelouses, tailles de haies et d’arbustes…), mais aussi de la fraction fermentescible des ordures ménagères (FFOM, restes de cuisine et de repas). À défaut de faire le choix d’une collecte sélective de la FFOM, celle-ci se retrouve dans les ordures ménagères résiduelles (OMR). La production de compost à partir de ce gisement est très difficilement conciliable avec les exigences de qualité et d’innocuité environnementale.

Face à ces exigences, le SYMEVAD a choisi de valoriser différemment son gisement de déchets. Il a limité la production de compost au gisement des déchets verts qui représentait en 2012 près de 36 000 tonnes, deux tiers provenant du site de Sin-le-Noble, propriété du SYMEVAD, et un tiers d’un site privé à Harnes.

Son dernier grand chantier, avec la réalisation d’une ressourcerie à Évin-Malmaison, sera la construction d’un nouveau centre de valorisation organique, situé à Vitry-en-Artois et dimensionné pour la totalité du gisement du Symevad, contrairement au centre de compostage de Sin-le-Noble qu’il remplacera, hérité de la communauté d’agglomération du Douaisis.

Pour le remplacement de l’usine d’incinération d’Hénin-Beaumont, après avoir dans un premier temps situé sa démarche dans le cadre de la catégorie assez hétérogène des « traitements mécano-biologiques » (TMB), il a tenu compte de la connotation péjorative de cette appellation.

Il a ainsi choisi une dénomination différente pour cet équipement, à savoir celle de centre de traitement et valorisation matière et énergie (TVME).

Soucieux de montrer la faisabilité d’une valorisation de la fraction organique des ordures ménagères résiduelles, il n’a exclu initialement aucune des deux pistes que sont la production de biogaz ou de combustible solide de récupération (CSR). Il a finalement adopté un concept, éprouvé depuis une décennie à Kahlenberg en Allemagne mais inexpérimenté en France, qui permet de générer à la fois ces deux sous-produits susceptibles d’une valorisation énergétique.

Contrairement aux filières connues de TMB, ce projet a été reconnu par l’Ademe, qui a apporté un soutien financier de 5 M€. Un subventionnement de 3 M€ a également été obtenu de la part du FEDER.

La maturation de ce projet n’a pas permis d’aboutir à la réalisation d’un équipement en temps utile pour respecter la date limite de fermeture de l’usine d’incinération d’Hénin-Beaumont, en 2010. Le SYMEVAD a obtenu, moyennant quelques aménagements, sa prolongation jusqu’en décembre 2013, date de début des travaux de construction du TVME.

C - Présentation globale de l’équilibre économique du SYMEVAD

Grâce notamment à des concours de circonstances favorables, l’effort d’équipement important du SYMEVAD, qui lui permettra à l’avenir d’afficher des performances environnementales particulièrement satisfaisantes, présente la particularité, assez nouvelle pour ce secteur d’activité, de ne pas entraîner, de manière prévisible, d’augmentation importante du coût net global de traitement des déchets.

Le gel des contributions des membres du syndicat, de 2009 à 2015, devrait pouvoir être maintenu sur une période au moins égale à celle qui avait été fixée a priori, abstraction faite des surcoûts liés, de manière transitoire, à l’absence d’équipement disponible pour le traitement des OMR, (Ordures ménagères résiduelles), entre l’arrêt de l’exploitation de l’usine d’incinération d’Hénin-Beaumont et la mise en service, sur le même site, du TVME.

À la lecture notamment des chiffres de la « matrice », ou cadre de remontée d’information à destination de l’Ademe, les plus grands enjeux financiers de la gestion du SYMEVAD sont :

- le traitement des ordures ménagères résiduelles qui coûtait au SYMEVAD, en 2011, de l’ordre de 6 M€ par an, dont 4,3 M€ au titre de l’exploitation de l’usine d’incinération d’Hénin-Beaumont. Compte tenu de son ancienneté, par ailleurs à l’origine de ses faibles performances environnementales, ce chiffre n’incluait pas d’amortissements.

Une fois le TVME mis en service, le coût net de traitement des mêmes OMR devrait être de l’ordre de 7 M€, amortissements inclus ;

- l’effort réalisé en matière de collectes sélectives (hors verre), par les intercommunalités membres du syndicat a permis au SYMEVAD de percevoir, en 2011, plus de recettes (de l’ordre de 6 M€ au total - En particulier grâce aux soutiens à la tonne triée reçus de la part des éco-organismes -) qu’il n’a effectué de dépenses (de l’ordre de 4,5 M€). Avec l’augmentation de la qualité et de la quantité des matériaux triés, la réduction des refus de tri et des dépenses de personnel grâce à une automatisation poussée, l’entrée en service du nouveau centre de tri devrait largement compenser le niveau des coûts d’amortissement ;

- les autres enjeux qui concernent les déchets des déchèteries, pour lesquels les dépenses s’élèvent à 3,5 M€ environ, ainsi que les déchets verts et encombrants non collectés en déchèteries, pour moins de 2 M€. Les recettes afférentes à ces trois catégories de déchets sont peu élevées.

II - LA CONSTRUCTION ET LE DEBUT DE L’EXPLOITATION DU NOUVEAU CENTRE DE TRI D’ÉVIN-MALMAISON

La conduite de ce projet, estimé à environ 15 M€, a connu des choix évolutifs quant au niveau d’automatisation du « process », et une gestion coûteuse des fondations. Cet équipement dispose par ailleurs d’une toiture photovoltaïque. Sa mise en service industrielle a débuté le 25 août 2011.

A - Les grandes options possibles et le choix du maître d’oeuvre

1 - Les anciennes conditions offertes par le centre de tri et les améliorations attendues du projet

La vétusté de l’ancien centre de tri était préjudiciable aux conditions de travail des personnels et à la bonne valorisation du gisement de déchets issus des collectes sélectives. Son sous-dimensionnement obligeait le SYMEVAD à externaliser une partie de la prestation de tri.

Dans ce contexte, deux objectifs ont fait l’objet de consensus : une amélioration importante des conditions de travail des trieurs et une exemplarité environnementale. Le SYMEVAD a également fait construire un bâtiment attenant à l’atelier de tri, destiné à accueillir ses bureaux ainsi qu’un pavillon de la communication.

Les juges ont d'ailleurs indiqué : "En revanche, le degré d’automatisation du process de tri aurait mérité une information préalable, les enjeux en termes de coût d’investissement étant inverses de ceux concernant les dépenses et recettes d’exploitation. L’absence d’explication sur ce point a pesé sur le concours de maîtrise d’oeuvre...."

A suivre

Mais quel rôle joue donc Raphaël Brouallier-Chavassieux, l'adjoint "écolo" EELV au maire de Firminy et MEMBRE TITULAIRE du SYDEMER ?

Raphaël BROUALLIER-CHAVASSIEUX, l'adjoint "écolo" d'EELV

au maire de Firminy et MEMBRE TITULAIRE du SYDEMER

vote à 100 % pour ce projet d'Usine à poubelles vers les 3 sites

potentiels d'Andrézieux-Bouthéon, La Fouillouse, Roche-la-Molière !

image: http://collectifhalteusinepoubellesandrezieuxboutheon.e-monsite.com/medias/images/eelv-firm-079.jpg?fx=r_800_844

Eelv firm 079

 

Troublant, non ?

A la veille des élections régionales 2015 "Auvergne/Rhône-Alpes", ne serait-il pas bien que les électrices et les électeurs écologistes qui soutiennent le groupe Europe-Ecologie-Les-Verts connaissent un peu le fonctionnement de leurs élu-es dans le département de la Loire, notamment ?

image: http://collectifhalteusinepoubellesandrezieuxboutheon.e-monsite.com/medias/images/eelv-firm-080.jpg?fx=r_750_443

Eelv firm 080

Le Collectif "Halte Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon" vient de faire une découverte pour le moins surprenante en épluchant les différentes décisions du SYDEMER (Syndicat Mixte d'Etude pour le traitement des Déchets Ménagers et assimilés Résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais) de Saint-Etienne qui comprend nombre d'élu-es titulaires depuis l'élection du président Eric BERLIVET, (maire de Roche-la-Molière), au scrutin secret lors de la séance de ce comité syndical, le 12 juin 2014 à 14h00, secrétaire de séance : Julien DUCHE.

image: http://collectifhalteusinepoubellesandrezieuxboutheon.e-monsite.com/medias/images/eelv-firm-078.jpg?fx=r_750_443

Eelv firm 078

Le comité syndical est l’instance décisionnelle du Sydemer ; il est composé de 34 élus de son vaste territoire qui regroupe 204 communes dont celle de Firminy, où Raphaël BROUALLIER-CHAVASSIEUX en est  le 4° adjoint délégué au développement économique (relations avec Saint-Etienne Métropole dans le domaine économique, notamment), à l'économie sociale et solidaire et au développement durable.

Depuis mars 2008, le Maire de la commune est Marc PETIT (PC). Il est également Conseiller général du canton de Firminy depuis 2000. Marc PETIT a été réélu en mars 2014 pour un second mandat ; Il est également Vice-président en charge de la mobilité durable, de l'organisation et de la prospective des transports et des déplacements de la communauté d'agglomération de Saint-Etienne Métropole.

La commune de Firminy est adhérente à la communauté d'agglomération "Saint-Etienne-Métropole" présidée par Gaël PERDRIAU (maire de Saint-Etienne, ex-UMP et maintenant aux "Républicains" de Sarkozy).

image: http://collectifhalteusinepoubellesandrezieuxboutheon.e-monsite.com/medias/images/eelv-2-002.jpg?fx=r_750_443

Eelv 2 002

Dans la présentation de son site internet visible par le grand public, le SYDEMER - dans un exemplaire exemple de transparence - s'est bien gardé de vous dire qui étaient ses 34 élu-es, la composition de son bureau de 9 élus représentant les 9 collectivités membres (président, 2 vice-présidents + 6 autres membres qui établit et prépare le contenu des réunions du comité syndical).

Nous, le Collectif, nous le savons alors que la plupart des associations locales et environnementales ne le savent pas, car, dans ce pays, nous sommes, pour la plupart d'entre nous des "MOUGEONS" (Moutons-Pigeons).

Alors que nous, le Collectif "Halte Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon" nous sommes pratiquement les seul-es à dénoncer ce projet d'Usine à poubelles vers 3 sites (Roche-le-Molière et 2 autres en zone rurales : La Fouillouse et Andrézieux-Bouthéon), alors que les associations environnementales nationales nous mettaient pas plus tard qu'hier en "garde" contre les "SCANDALES" nationaux du TMB (tri mécano-biologique) via la Méthanisation, nous nous sommes aperçus que le camarade écologiste d'EELV, Raphaël BROUALLIER-CHAVASSIEUX, avait bien approuvé le BILAN des actions du SYDEMER visant le projet construction de cette Usine à poubelles pour l'année 2013 articulé autour de 4 axes :

- a) La Recherche de sites et la concertation sur la filière (Construction d'une grilles de critères d'analyse de site/s d'implantation pour les futures installations de traitement, hiérarchisation de ces critères par les élus du comité syndical, mobilisation du conseil consultatif : tout d'abord, lors d'une session de retour sur les travaux de recherche de zones compatibles, puis leur contribution à la hiérarchisation des critères).

- b) Choix des modalités juridiques les plus adaptées à la réalisation du projet de cette "Usine à poubelles" et à la gestion des installations (Une étude juridique approfondie a été menée par le Cabinet ........ dans le cadre du marché d'assistance à maîtrise d'ouvrage portant sur les montages juridiques possibles pour la gestion des futures installations de traitement et les modes de coopération possibles, entre les EPCI membres du SYDEMER, pour la réalisation du projet...).

- c) Approfondissement des techniques (Colloques avec la DREAL, AMORCE, dont celui avec l'ADEME "Prévention et gestion des déchets dans les territoires" comprenant notamment des ateliers sur l'intérêt des CSR pour les collectivités, ou encore sur les modes de gestion des déchets organiques - Méthanisation, biogaz, TMB, etc...-.

- d) Participation active à l'actualité départementale et réglementaire en lien avec les orientations du SYDEMER (Participation à la commission consultative du PPGDND de la Loire en cours d'élaboration et lien avec le SCOT Sud-Loire en cours de révision, en vue de faire intégrer des éléments du projet SYDEMER dans le futur document).

Tout comme le compte administratif 2013 validé par les 34 délégués syndicaux en exercice (23 présents, 28 voix délibératives dont 5 pouvoirs : Marc FAURE (maire de La Ricamarie) ayant donné pouvoir à Jacques LAFFONT (maire de Bellegarde-en-Forez), Alain GAUTHIER (1er adjoint au maire de Montbrison) ayant donné pouvoir à Joël EPINAT (maire de Saint-Bonnet-le-Courreau), Yves GRANDRIEUX (maire de Saint-Martin-Lestra) ayant donné pouvoir à Marc RODRIGUE (maire de Jas), Cassandre JANVIER (1ère adjointe maire de Saint-Bonnet-les-Oules) ayant donné pouvoir à Patrick DEMMELBAUER (adjoint au maire de Saint-André-le-Puy) et Alain THOLOT (adjoint au maire de Saint-Marcellin-en-Forez) ayant donné pouvoir à Evelyne CHAREYRE (adjointe au maire de Bonson).

Nous attendons donc avec impatience la réponse du camarade Raphaël BROUALLIER-CHAVASSIEUX qui a donc, de facto, approuvé la délib' du comité syndical du 28/03/2013 visant le choix du montage juridique, pour la conception, la réalisation, l'exploitation et la maintenance de l'unité de PTMB.

image: http://collectifhalteusinepoubellesandrezieuxboutheon.e-monsite.com/medias/images/eelv3-002.jpg?fx=r_800_366

Eelv3 002

En effet, en juillet 2012, le SYDEMER a fait le choix de la future filière de traitement des déchets qui devra se mettre en oeuvre en 3 temps et reposer sur, notamment, "La mise en place, dans les 3 à 5 ans, d'une unité de Pré traitement mécano biologique (PTMB) - La fraction organique extraite sera traitée dans une unité de méthanisation (souligné en gras dans la délib' en question), permettant de récupérer de l'énergie sous forme de biogaz et de produire du compost valorisable en agriculture)...

Alors que dans toute la FRANCE les usines à poubelles version TMB font "bondir" de colère les riverains, les populations locales ou les associations environnementales, qui, comme nous le Collectif "Halte Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon" refusent d'être défendus par les partis écologistes institutionnels, nous savons aujourd'hui qui défendra notre cause et qui nous installera de nouvelles Usines à poubelles dont personne ne veut PLUS à cause des nuisances de la Méthanisation, de la très mauvaise qualité du soit-disant "compost", du surcoût de ses exploitations ruineuses pour les finances publiques.

Et que l'on ne vienne pas nous dire que la toute récente "Usine à poubelles" d'Hénin-Beaumont possède tout le recul nécessaire pour se faire une idée précise ou non des nuisances potentielles !

Même si certaines associations locales (qui bouffent à tous les râteliers) vont essayer de nous faire d'Hénin-Beaumont, la prochaine "vitrine" du SYDEMER, il n'y a pas que notre Collectif "Halte Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon" au niveau national qui surveille de très, très près "Hénin-Beaumont".

NOUS DENONCONS CES USINES à POUBELLES car ce sont des SCANDALES à répétition dénoncés par les VRAIS ECOLOGISTES :

- Un scandale agricole et alimentaire :

 Le digestat, dont l’épandage est prévu sur les terres agricoles (interdit chez nos voisins européens), est toxique, porteur de métaux lourds, plastiques et verres. Les terres agricoles vont irrémédiablement être souillées.

- Un scandale environnemental :

 Les usines de TMB-Méthanisation ne sont pas une alternative à l’incinération et à la mise en décharge, et n’en diminuent pas la part, contrairement aux exigences européennes et nationales.
 Avec le bouchage récurrent des digesteurs, la matière fermentescible n’est plus traitée, et est enfouie brute en décharge, en contradiction avec les exigences européennes et la sauvegarde de l’environnement.
 La filière de la méthanisation va être totalement décrédibilisée, alors que cette filière est prometteuse, lorsqu’elle traite des biodéchets (déchets organiques triés à la sources, jamais mélangés avec des plastiques, verres, métaux lourds…), loin de toute habitation (en raison des nuisances et risques d’incident industriel).
 Ces usines sont contraires au recyclage et à la valorisation des déchets, empêchant le développement du tri à la source, seule solution pour permettre une gestion durable et satisfaisante de nos déchets.

- Un scandale social et humain :

 Ces usines produisent des nuisances olfactives et auditives récurrentes, ressenties à plus d’un kilomètre à la ronde.
Outre la pénibilité de ces nuisances, ces dernières ont de graves conséquences :
 Une atteinte à la valeur des biens immobiliers des habitants et entreprises riveraines de l’usine.
 Un impact sanitaire grave (risques endocriniens, respiratoires, etc), la santé des habitants et travailleurs riverains, ainsi que des employés de l’usine, étant substantiellement altérée.
 Les entreprises riveraines de ces usines vont fuir.
 Les projets de valorisation urbaine proches de ces usines vont être abandonnés.

- Un scandale sécuritaire :

 Ces usines sont des usines à gaz au sens propre du terme. Des risques d’incident industriel, incendies ou explosions, existent, et ont été constatés sur de nombreuses usines en Europe. La vie de milliers de riverains est menacée si ces usines sont construites proches des habitations et centres d’accueil du public.

- Un scandale financier :

 Sur les usines existantes, le dépassement de budget est compris entre 50% et 120%.
· Afin de palier les nuisances, des dizaines de millions d’euros sont dépensés systématiquement.
· Il faut payer pour l’exploitation, mais aussi pour enfouir le digestat en décharge, et pour dédommager l’exploitant du manque à gagner en raison de l’impossibilité de vendre le digestat.

Alors dans quel camp te situes-tu, camarade d'Europe Ecologie Les Verts, Raphaël BROUALLIER-CHAVASSIEUX ? Tu marches avec le SYDEMER en tant que membre titulaire (et accessoirement comme membre suppléant) en soutenant ce projet d'Usine à poubelles ou tu ne démissionnes pas au risque d'envenimer le débat avec tes soutiens originels : les riverains, les populations locales et les collectifs environnementaux opposés à ces projets insensés qui sont une "bombe à retardement" et ce, à quelques mois des élections régionales 2015 ?

Marc-Claude de PORTEBANE

Porte-parole du Collectif "Halte Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon


En savoir plus sur http://collectifhalteusinepoubellesandrezieuxboutheon.e-monsite.com/blog/halte-projet-sydemer-usine-a-poubelles-vers-andrezieux-boutheon/mais-quel-role-joue-donc-raphael-brouallier-chavassieux-l-adjoint-ecolo-d-eelv-au-maire-de-firminy-et-membre-titulaire-du-sydemer.html#0aC7G2x2Y4F7oVhm.99

HALTE Projet Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon : c'est l'article du Progrès qui a mis le feu aux poudres sur la ZA OPERA PARC INTERNATIONAL !

La polémique sur un des 3 futurs choix d'implantation

de l'Usine à Poubelles voulu par le SYDEMER

a été déclenchée le 05/08/2015 par le "Progrès" à

propos de la ZAIN OPERA aux portes de La Fouillouse !

image: http://collectifhalteusinepoubellesandrezieuxboutheon.e-monsite.com/medias/images/le-progres-022.jpg

Le progres 022

Le 05/05/2015, la plupart des élus, riverains, habitants des 3 zones concernées par le projet d'Usine à Poubelles du SYDEMER de Saint-Etienne, ont été informés par le journal "Le Progrès" du début de la polémique qui ne cesse, depuis, de gonfler avec la pétition lancée par notre Collectif qui dépasse, aujourd'hui, les 4 500 signatures.

Seulement voilà, quand on est en vacances, ailleurs, on est très peu informés sur ce qui se passe dans son canton ou dans sa commune.

Raymond PICQ, le correspondant du Progrès à La Fouillouse commençait la "fusillade" sur le projet du SYDEMER de Saint-Etienne et nous informait de ce qui "commence à secouer le microcosme local", indiquant que le maire de La Fouillouse, Yves PARTRAT, "tente pour sa part de calmer les esprits", puis "...vaste usine...", puis encore "...245 000 tonnes de déchets...", ensuite "...La ZAIN de l'Opéra, dans le prolongement de SNF, fait partie de ces trois sites. Coût de l'opération : 100 millions d'euros...", mais encore des camions de "...trente à cinquante 38 tonnes qui passeront par là chaque jour, ce seront sans doute des odeurs et des risques d'infiltration de produits nocifs dans le sol..."., et pour terminer "...des points noirs, on le sait bien".

image: http://collectifhalteusinepoubellesandrezieuxboutheon.e-monsite.com/medias/images/le-progres-022.jpg-2.jpg?fx=r_780_538

Le progres 022 jpg 2

 

Pourquoi le SYDEMER a-t-il choisi, sur les 3 sites retenus, 2 ZA vers Andrézieux-Bouthéon ?

Bizarre, non ?

Pourquoi Le Progrès a-t-il lancé la 1ère polémique sur un des 3 sites situé.... vers Andrézieux-Bouthéon et non vers le 3°, à Roche-la-Molière ???

Notre Collectif explore plusieurs pistes, car il faudrait que l'on cesse de nous prendre pour des ignares !


En savoir plus sur http://collectifhalteusinepoubellesandrezieuxboutheon.e-monsite.com/blog/halte-projet-sydemer-usine-a-poubelles-vers-andrezieux-boutheon/halte-projet-usine-a-poubelles-vers-andrezieux-boutheon-c-est-l-article-du-progres-qui-a-mis-le-feu-aux-poudres-sur-la-za-opera-parc-international.html#QWgJjfY7HMimeSRk.99

Forum des Associations d'Andrézieux-Bouthéon, Roche-la-Molière, La Fouillouse, Saint-Galmier : le Collectif anti-Poubelles CHUPA cartonne

Plus de 800 tracts remis

Plus de 100 signatures pétition papier récoltées :

les gens ne sont au courant de rien !

Forum assoc 009Le Collectif "Halte à l'Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon" (C.H.U.P.A.) a fait un "carton" hier, lors du Forum des associations, en tractant auprès des associations loi 1901 des communes d'Andrézieux-Bouthéon (Complexe d'animation des bords de Loire), de La Fouillouse et de Saint-Galmier (Hippodrome) dans le département de la Loire.

Forum assoc 007

Hippodrome de Saint-Galmier

Les populations locales tenues pratiquement dans l'ignorance ne sont aucunement au courant du projet de construction d'une "Usine à poubelles" sur 3 sites dont deux situés en zone rurale comme vers Andrézieux-Bouthéon (ZA L'ORME ou la ZAIN OPERA PARC INTERNATIONAL).

Forum assoc 012

La Fouillouse

Notre pétition (version papier) a reçu un accueil plus que satisfaisant auprès d'une population impactée directement ou indirectement par le projet du SYDEMER qui veut installer une vaste "Usine à poubelles" vers Andrézieux-Bouthéon et Roche-la-Molière.

Les associations sportives, les associations culturelles, les particuliers nous ont apporté un soutien massif. Plus de 10 personnes ont demandé à rejoindre notre Collectif "Halte à l'Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon".

Forum assoc 003

Complexe d'animation des bords de Loire d'Andrézieux-Bouthéon

(Merci au conseiller municipal Serge ESCOFFIER et président du Tennis-club d'Andrézieux-Bouthéon d'avoir accepté de mettre une petite pile de nos tracts sur ses tréteaux à destination des visiteurs).

Les adhérents et les membres des bureaux des associations - le Forez Athlétic Club, la Médiathèque, la Pétanque de l'envol, le Saint-Etienne-Andrézieux masculin handball SAM HB...

Forum assoc 001....le Tennis-Club, le Golf des bords de Loire, l'AAPMA "Les pêcheurs du Lignon, le Club de pêche sportive-Forez-Velay, le Rugby Club d'Andrézieux-Bouthéon, les Scouts de France, le Basket-Club, Les marcheurs de l'association "Les Pas Pétillants" qui organisent gaiement 3 marches/semaine dans nos si verdoyantes contrées,....

Forum assoc 010.... l'association Saint-Galmier Loisirs, le Club Badmiton-La Fouillouse, les associations d'Amitié Franco-Portugal, etc....- nous ont confirmé être opposés aux nuisances PTMB (pré-traitement mécano-biologique).

Forum assoc 015

Stade Beaulieu à Roche-la-Molière

Nous avons donc expliqué, à chaque citoyen rencontré, à chaque signature de la pétition du Collectif "Halte à l'Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon", les risques inhérents au PTMB :

Risques pour la collectivité

En choisissant ce mode de gestion, la collectivité prend plusieurs risques :

- Le compost, occasionnellement ou chroniquement, peut ne pas répondre aux normes, donc doit aller en décharge (coût supplémentaire) ;

- Même un compost aux normes peut peiner à trouver des débouchés – et ceci est étroitement lié à la confiance de l’utilisateur et du consommateur des produits agricoles ;

- Scénario catastrophe : pollution ponctuelle non détectée à l’usine, procès, perte de confiance dans le compost ;

- L’intérêt pour le compostage domestique peut baisser, et la quantité totale de déchets augmenter à coût supplémentaire ;

- Déresponsabilisation des habitants par rapport aux déchets à augmentation des quantités totales et baisse de la qualité du tri des recyclables et des toxiques ;

- Une hausse du compostage domestique pourrait entraîner une baisse de qualité du compost industriel, à cause d’un changement de la nature des ordures ;

- La redevance incitative, un levier très fort pour la réduction des déchets, serait délicate à mettre en œuvre à cause de sa tendance à augmenter le compostage domestique ;

- De nouvelles normes européennes, prévues en l’absence d’une Directive biodéchets, pourraient être impossibles à atteindre avec un compost sur OMR


Risques pour l’environnement

- Accumulation de certains éléments traces métalliques dans le sol jusqu’à un niveau inquiétant en moins de 25 ans ;

- Accumulation des composés organiques persistants dans le sol (effets sur l’écosystème) et leur apparition dans l’eau potable à effets possibles de dérèglement hormonal, cancers et autres ;

- Altération du sol par les plastiques (microparticules)....

MCDP

Le Collectif CHUPA exige la concertation promise par le SYDEMER sur le choix du site d'implantation ! Frappe Eclair de Nuit (4)

Les élus de base, le grand public, les populations locales des 204 communes concernées, les riverains, les acteurs locaux des enjeux économiques, les exclus du système, les leviers du tourisme du Forez, ceux qui cherchent vainement sur les sites internets de leurs communes respectives, les opposants à la méthanisation de nos poubelles, les agriculteurs inquiets pour leurs terres agricoles, les "gueux" qui paient taxes et encore taxes en France, les sans-voix du peuple de France, les associations locales, le Collectif "Halte Usine Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon -Loire - C.H.U.P.A -", etc....

attendent :

la vraie concertation du SYDEMER de Saint-Etienne

promise par le SYDEMER sur l'examen

du ou des sites d'implantation potentiels

maintenant et non pas à la fin 2015 !!!

Les 600 000 habitants des collectivités territoriales suivantes, (de la Commmunauté d'aggglomération Loire-Forez, du SIMOLY -Syndicat des Monts du Lyonnais -, de la Com' Com' du Pays de Saint-Galmier, de la Com' Com' de Feurs-en-Forez, de la Com' Com' du Pilat Rhodanien, de la Com' Com' du Pays d'Astrée, de la Com' Com' du Pays de Saint-Bonnet-le-Château et de la Com' Com' des Collines du Matin.), attendent avec impatience que les 34 délégués du SYDEMER de Saint-Etienne, (depuis le déclenchement de la vraie contestation populaire par l'Idiot provincial et du Collectif "Halte Usine Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon -Loire - C.H.U.P.A -), ....annoncent au grand public la prochaine date de la démarche de concertation annoncée - à grand renfort de publicité - sur le site internet du SYDEMER.

Depuis que l'Idiot provincial et le Collectif "Halte Usine Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon -Loire - C.H.U.P.A - ont déclenché la contestation vers les 3 lieux susceptibles d'accueillir un projet de ce que l'on nous présente comme un "futur pôle de valorisation" mais qui est en fait - et surtout - une méthode immonde en terme de nuisances : la méthanisation.

Généralement, les riverains, les habitants des villes et villages environnants de ces vastes "usines à poubelles" qui ont poussé comme des champignons se réveillent avec "la gueule de bois" comme à Montpellier, vers Valence ou comme dans l'exemple de projet du SYDEMER... à Fos-sur-Mer où la levée de boucliers n'arrive, malheureusement, que trop tard.

La chapelle 005

Ce n'est pas lorsque "l'usine à poubelles" est définitivement construite, que les odeurs pénètrent insidieusement dans les usines et que les ouvriers n'en peuvent plus qu'il faille se mobiliser en masse !!! C'est ce que nous avons indiqué en substance cette semaine au responsable de l'UL CGT d'Andrezieux-Bouthéon, Jean-Luc FERRAPIE et à ses 2 collègues de la commission exécutive qui distribueront, (individuellement et sous le manteau), nos tracts alertant les populations locales sur les nuisances de la méthanisation...

Puisque nous sommes dans la communication avec le grand public, autant en parler.

Comment se fait-il que la fameuse "démarche de concertation" voulue par le SYDEMER qui doit porter sur l'examen du/des sites d'implantation potentiels du projet de méthanisation de nos poubelles, a-t-elle du retard ou même alors "du "plomb dans l'aile" ?

Chut ! Il se susurrerait que cette 2° phase dite de "concertation", (depuis que l'Idiot provincial et le Collectif "Halte Usine Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon -Loire - C.H.U.P.A" - commencent à mobiliser les populations locales), soit remise... aux calendes grecques.

Cette "démarche de concertation" voulue par le SYDEMER - pour rassurer les population - devait s'activer sur 3 principes flatteurs (E.T.A.), comme "l'équivalence : toute personne à la possibilité de s'exprimer, d'émettre un avis ou de poser une question : la transparence : l'information autour du projet se doit d'être claire et accessible et l'argumentation".

Le SYDEMER nous explique ce qu'il entend par "Concertation" : "La concertation est une période d’échanges avec les parties prenantes et acteurs en lien avec le projet porté par le syndicat. Le SYDEMER vous propose de vous impliquer dans ses choix en vous informant, en collectant vos avis, en répondant à vos questions, afin de faire progresser son projet en faveur du territoire. Il s’agit d’une aide à la décision.
La concertation est …
… une volonté du SYDEMER : la mise en œuvre de la concertation procède d’une volonté politique. Il incombe donc aux élus du SYDEMER de veiller à sa mise en œuvre.
… en amont du projet : inscrit dans une logique de territoire, la concertation accompagne le projet avant que les décisions ne soient prises. Elle est une aide à la décision pour les élus du SYDEMER.
… aussi large que possible : à travers un conseil consultatif, constitué d’acteurs du territoire. Elle vise également le grand public et ne se limite pas à la population riveraine du projet."
.

La 1ère phase de concertation sur la filière s'est bien tenue en 2 réunions publiques (le 22/05/2012 à Montrond-les-Bains lors des Foréziales et le 05/06/2012 au Musée d'Art Moderne de Saint-Etienne Métropole). Elles ont rassemblé "quelque 110 personnes" selon le SYDEMER, " tandis que .."Ces temps de rencontre ont permis de présenter les solutions techniques étudiées et de répondre aux questionnements du plus grand nombre".

Nota Bene : ces 2 réunions dite de "concertation" ne se sont pas déroulées dans les communes concernées - directement ou indirectement - par le projet de méthanisation de nos poubelles du SYDEMER comme Andrézieux-Bouthéon, La Fouillouse, Roche-la-Molière, Saint-Bonnet-les-Oules, Saint-Galmier, Saint-Just-Saint-Rambert ou Veauche !!!

L'Idiot provincial commence à gêner. Notre Collectif "Halte Usine Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon -Loire - C.H.U.P.A dérange. La preuve ?  

Stbonnet d ane 001

Autre exemple de démocratie Républicaine, le maire de Saint-Bonnet-les-Oules, Guy FRANCON, a refusé, cette semaine, que notre pétition papier soit mise à la disposition de ses concitoyens Républicains à la mairie de sa commune qui sera potentiellement impactée par les nuisances de la méthanisation si l'usine à poubelles se monte dans les ZA de l'Orme ou de la ZAIN Opéra Parc International. Nous respectons sa décision.

Notre pétition papier n'est que mollement signée par les associations locales de défense de l'environnement. Des pressions intolérables commencent à pointer du nez. La trouille s'agite sur les visages fièvreux. Peu nous importe, pourvu que les populations locales soient correctement informées et mobilisées par notre Collectif "Halte Usine Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon -Loire - C.H.U.P.A", voilà bien l'essentiel.

NOUS ATTENDONS VIVEMENT LA 2° CONCERTATION INDISPENSABLE PROMISE PAR LE SYDEMER !

Nous avons nos arguments. Les populations locales qui n'étaient pas informées commencent par l'être. Nos militant-es se tiennent prêt-es pour converger en masse vers Andrézieux-Bouthéon. Un projet de ZAD est à l'étude - le secrétariat du préfet de la Loire a commencé par être informé début août - car nous sommes sur des zones publiques. Nous maintiendons le cap, nous allons nous faire aider par les medias nationaux dont le Canard enchaîné, les réseaux sociaux seront en effervescence, les populations locales ne seront pas laissés sur le bas côté de la route de l'ignorance crasse, nous dénoncerons les petits barons locaux qui n'ont que mépris pour la démocratie directe et qui font le jeu de Front national en dilapidant l'argent public et en nous méprisant !

La roue commence à tourner, mais... grâce à l'Idiot provincial, dans l'autre sens. Les élus ne sont même pas informés par leurs maires respectifs !!! Drôle de démocratie pour un projet qui se veut être un "outil adaptable" sur le Sud de la Loire !!!

Jean-Marc PANGAUD, le conseiller municipal d'opposition au maire d'Andrézieux-Bouthéon nous a demandé de lui fournir des arguments "forts" de ce projet de PTMB qui n'a pas été abordé en séance publique et qui le sera à la prochaine session du conseil municipal fin septembre 2015. Le débat risque d'être houleux, n'en doutons pas !

Partout, ailleurs, dans les 204 communes, les gens nous contactent et se posent des questions. Ils n'étaient pas ou très peu au courant. Les masses ne sont au courant de rien alors que... vous n'avez qu'à lire ce qui se passe ailleurs, en France....

Le 14/04/2010 dans La Gazette.fr : "Le préfet de l’Hérault, Claude Baland, n’écarte pas la possibilité d’une fermeture temporaire de l’usine de méthanisation Amétyst, qui traite les déchets de l’agglomération de Montpellier, si les mauvaises odeurs qu’elle dégagent devaient persister au-delà de l’été." !!!

Danger 1 017

Le 31/05/2012, le grand quotidien "Ouest France" tire la sonnette d'alarme : "Des odeurs et des mouches.... les riverains de Biopôle à bout - Saint-Barthélemy-d'Anjou" !

Danger 1 012

A Fos-sur-Mer (le modèle du SYDEMER en ce qui concerne la mise en oeuvre de la Méhanisation : Biogaz valorisé énergiquement, possibilité de produire du compost norme NFU 44051 valorisé en agriculture) : "Les plaintes s'accumulent, le compost pourtant normé a été jeté en, grande partie au centre de stockage ...."

Danger 1 013

Le 04/10/2011, "Le Midi Libre" enfonce le clou sur l'usine de méthanisation exécrable : "Montpellier Des magistrats pointent du doigt les dysfonctionnements du site Ametist" !Danger 1 015

Le grand public de la région d'Andrézieux-Bouthéon attend vivement la vraie concertation promise par le SYDEMER. Les élus du SYDEMER s'y sont engagés. Tiendront-ils parole ?

On demande au SYDEMER de ne pas attendre la fin d'année 2015 pour nous informer sur le choix du ou des sites retenu-s !

Citoyennes, Citoyens, restons solidaires. Unissons-nous ! Mobilisons-nous en masse CONTRE l'Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon : Défendons nos zones rurales ! Défendons nos terres ! Défendons notre économie : Défendons nos centres touristiques ! Défendons nos libertés individuelles inscrites dans la Constitution, comme la liberté d'expression et le plus important, Défendons la République !

CHUT ! Une réunion est programmée prochainement par le Collectif "Halte Usine Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon -Loire" - C.H.U.P.A - avec les responsables des associations environnementales locales et nationales pour déterminer une action commune. Invité d'honneur : GREENPEACE. Merci de lire attentivement le site du Collectif C.H.U.P.A : http://collectifhalteusinepoubellesandrezieuxboutheon.e-monsite.com/

Merci de signer notre pétition papier ou version internet : http://www.mesopinions.com/petition/politique/halte-usine-poubelles-za-vers-andrezieux/15574

Marc-Claude de PORTEBANE

HALTE Projet Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon : quelles Volontés et Ambitions renouvelées pour Andrézieux-Bouthéon ?

Pourquoi Jean-Claude Schalk

le maire d'Andrézieux-Bouthéon

risque bien de ne pas être d'accord

avec le candidat-maire Jean-Claude Schalk ?

Mail maire andrezioux 001

En 2014, avant les élections minicipales, le candidat-maire d'Andrézieux-Bouthéon, Jean-Claude Schalk, élu depuis 1998, conduisait la liste « VOLONTÉ ET AMBITION RENOUVELÉES pour Andrézieux-Bouthéon » et donnait sa version, sur le blog "Le Stéphanois à la Casquette" (Rencontre du Mercredi 19 Février 2014), à la question posée (par le stéphanois à la casquette que l'on voit serrer la "paluche" au candidat Schalk Jean-Claude) : " Même si l’opposition est la règle de la démocratie, comment réagit-on en tant qu’homme à la critique ?".

Pour le candidat-maire Jean-Claude Schalk, "Il y a 2 formes de critiques, il y a la critique malsaine et non fondée, qui ne cherche que la polémique, celle-là n’a pas d’intérêt. Lorsque la critique peut être fondée sur une vision différente que l’on peut avoir, cela s’entend, on peut ne pas être d’accord. Même moi je ne suis pas toujours d’accord avec le maire :). Ce n’est pas une critique mais une notion de débats et d’échanges. La critique infondée n’a pas de sens. Clémenceau disait : « Ne craignez jamais de vous faire des ennemis ; si vous n’en avez pas, c’est que vous n’avez rien fait. » quand on a dit cela tout naturellement il faut-être capable d’accepter la critique."....

L'Idiot provincial qui n'est jamais avare de citations, surtout pour citer Henry de Montherlant (élu à l'Académie française sans en avoir fait expressément la demande) "Le puissant commande. L'opinion gouverne", va donc aller à l'essentiel et tendre vers la critique fondée en posant cette simple question au maire Schalk Jean-Claude :

- Quand est-ce que nous aurons une réponse à notre mail adressé au maire d'Andrézieux-Bouthéon.... le 14/08/2015, à propos, en vrac... du projet d'Usine à Poubelles du SYDEMER, de SNF Group, le coût du site internet de la commune, des délibérations de la commune d'Andrézieux-Bouthéon pas mises à la dispositions des citoyennes et des citoyens d'Andrézieux-Bouthéon... ?

L'opinion publique attend votre réponse Mr le maire !

"We have a dream" - nous avons un rêve, nous aussi, Mr le maire, pour reprendre votre "I have a dream" dans votre réponse à l'interview du stéphanois à la casquette !!!

Lien de l'interviouwe :

http://www.lestephanoisalacasquette.fr/municipales-2014-andrezieux-boutheon-jean-claude-schalk/

MCDP