Refuge

ADADA d'Ambert a dédié journée du 18 juin aux ânes et non aux cons !

Grâce à Marinette PANABIERE et aux bénévoles de

l'Association nationale des amis des ânes (ADADA)

d'Ambert, le samedi 16/06 a été dédié aux ânes !

Hostien 012

De 10h à 18h, une journée riche en évènements :

PORTES OUVERTES AU REFUGE : 320 ânes qui y sont hébergés, accompagnés par des soigneurs ou des adhérents.

EXPOSITIONS :

« L’ÂNE et l’ÉCOLE » Claude BRANCHAREL a présenté cette année une très intéressante collection d’objets sur ce thème.

Hostien 015Un métier méconnu disparu aujourd’hui : « LE MARCHAND DE PEAU DE LAPIN »  Christian THOMAS qui a dédicacé son livre « Lapin tu as eu ma peau ».

Hostien 016CONFÉRENCE à 16h : « LOU PELHAROT » suivie de la projection exceptionnelle du documentaire « Lapin tu as eu ma peau » de Marc CHARLEY et Christian THOMAS. Merci à l’association AIMTÉ-FILMS qui œuvre au profit du Refuge.

Hostien 010

BRIC à BRAC toute la journée. Les bénéfices des ventes de la brocante sont reversés chaque année au Refuge.

Ada 001ADADA, c'est un réseau de délégués dans toute la France, une équipe de spécialistes (plus de 40 ans d'expérience des ânes), 1 000 adhérents en France et à l'étranger, un refuge à vocation nationale vers Ambert (Puy-de-Dôme), 320 ânes et mulets de tous âges soignées et éduqués et plus de 70 ha de près réservés à leur bien-être.

N'hésitez pas à adhérer à ADADA, faire un don et parrainer un âne afin de lui garantir un avenir serein au refuge.

CARTON ROUGE pour la présidente Natacha HARRY, le directeur de la SPA de Paris qui ORDONNENT une EUTHANASIE à METZ/ARRY !

Pétition au procureur de la République

et au conseil d'administration

de la SPA de Paris !

A1839 1

"Ce vendredi matin, ils en ont gros sur la patate les bénévoles et salariés du refuge SPA d’Arry près de Metz…

Dès 7 heures 30 Caroline arrive au refuge pour offrir à HEROS, brave Rottweiler de 7 ans, sa dernière belle balade, sa dernière bonne bouffe et ses dernières caresses. Total respect de tous pour cette bénévole qui accompagnera ce chien difficile mais attachant, jusqu'à son dernier souffle en lui tenant la patte et en ravalant ses larmes… jusqu’au bout.

Après trois ans de cage depuis 2011 et plus de quatre mois passés dans « le couloir de la mort », HEROS doit mourir aujourd’hui 25 juillet 2014. L’oracle a parlé hier jeudi lors d’une réunion bizarrement fixée à 12 heures 30 par le chef de la bureaucratie SPA, JB Sangnier. Leitmotiv de ce rassemblement devant 25 bénévoles tétanisés : « on va l’euthanasier » sur décision du siège bureaucratique de la SPA… à 400 km de la dure réalité du terrain et de l’intérêt des animaux ! Muni d’un « message de tristesse de Natacha HARRY » (sic !), le directeur a jugé l’affaire suffisamment incendiaire pour faire le déplacement en train de Paris.

« Ce chien est dangereux pour le refuge » argumente ce tout nouveau directeur-copain de Madame Harry, qui avoue au demeurant son ignorance en matière de protection animale…

Le fait est qu’après deux « attaques » à trois ans d’intervalle – 21 déc 2011 puis 10 mars 2014- ce Rott est catalogué « mordeur » dangerosité de niveau 4, selon les critères légaux. Donc déclaré inadoptable.

Caporalisme, faux fuyants, non réponses aux bénévoles, exhortations à « prendre sur soi » pour la chef de refuge, brusques changements de  sujet furent les ingrédients de ce numéro de claquettes manipulatoire du directeur administratif Sangnier qui en laissa plus d’un dans son désarroi.

Toute décision d’euthanasie (particulièrement nombreuses à la SPA) déclenche de fortes réactions émotionnelles, entre abattement, larmes, rage ou culpabilisation et accusations réciproques et disproportionnées. Toute euthanasie est incontestablement un constat d’échec, tandis que ce mot hautement radioactif est rivé comme une épine au cœur de la « protection animale ». De quoi plonger chaque refuge concerné dans une atmosphère lourde…

A plus forte raison lorsqu’il s’agit, comme dans le cas de HEROS, d’une mort perpétrée pour des RAISONS NON MEDICALES, sur un animal en bonne santé et donc vécue comme une PUNITION INJUSTE par les vrais amis des animaux que nous sommes !

De fait, l’injustice subie par ce pauvre Rottoto est double puiqu’après avoir été arraché de justesse par la SPA à une maltraitance de plusieurs années, l’animal n’a pas bénéficié du programme de ré-éducation comportementale de la même SPA, qui aurait pu lui sauver la vie… Tout juste une cellule, le gite et le couvert sont fournis. Quelque ballades parfois, au grès des bonnes volontés. C’est déjà ça sans doute, mais est-ce suffisant pour se rengorger en permanence de ses « fabuleuses performances », comme le fait la SPA avide d’appels aux dons ? Toute euthanasie effectuée devrait être un rappel à la modestie et aux limites trop étroites de la protection animale. C’est le  décalage entre cette vantardise de marketing et une réalité peu reluisante, qui est insupportable aux gens dévoués à la CAUSE ANIMALE.

POURQUOI C’EST SCANDALEUX ?

La mort subitement programmée du Rottweiler HEROS jette une lumière crue sur les dysfonctionnements, la navigation à vue, les non décisions et les promesses non tenues par la DIRECTION PARISIENNE en matière de protection animale. De fait, ce que nous appelions le « pôle protection » ou les « commissions » ont totalement disparus de l’organisation SPA depuis ces cinq dernières années, dont quatre d’administration aussi « provisoire » que désastreuse pour les animaux.

Résultat : plus rien n’est à sa place dans une association qui laisse à la discrétion de ses employés administratifs surpayés, des DECISIONS AUSSI GRAVES QUE l’EUTHANASIE.

La mort ignoble infligée à HEROS souligne une fois de plus l’ABSENCE DU MOINDRE COMITE D’ETHIQUE, maintes fois annoncé et maintes fois promis par l’administratrice Lebossé pour des EFFETS D’ANNONCE, mais qui fait CRUELLEMENT DEFAUT dans une association de soi-disant « bienfaisance animale »…

La mort ignoble infligée à HEROS démontre qu’aucune confiance n’est accordée à certains refuges pour leur permettre de prendre leurs décisions les plus douloureuses de façon collégiale (chef de refuge, mélange de salariés et bénévoles capables). Une décision d’euthanasie –médicale ou non- parachutée des bureaux parisiens et donc non débattue collectivement, ne peux que générer des vindictes, insultes ou menaces contre les responsables de terrain (assassin, salaud de tueur …) et complications relationnelles tout en induisant des deuils compliqués voire pathologiques.

La pratique de HARRY/SANGNIER dans cette affaire est d’autant plus lamentable qu’elle prive tous CEUX QUI ONT UN VECU AVEC L’ANIMAL de la partie sensible et valorisante de leur travail, de leur sentiment d’utilité et de responsabilité. Bref ce caporalisme de Sangnier est méprisant, ringard et CONTRE PERFORMANT. Tous les grands manager modernes savent que des employés bien considérés et responsabilisés sont… meilleurs ! A fortiori dans une « association »…

Enfin l’euthanasie d’HEROS occasionne un CHOC FRONTAL et fait bel et bien apparaître « le vote en AG contre l’euthanasie validé à 94% » comme une PROPAGANDE MENSONGERE proclamée depuis le 5 juillet sur le site officiel SPA ! Autrement dit l’ "euthanasie ZERO » désormais statutaire, n’est qu’un effet d’annonce destiné à RASSURER LE DONATEUR un peu sensible et à booster des appels aux dons aussi larmoyants et bêtifiants qu’agressifs par leur nombre de 15 à 20 chaque année dans les boites aux lettres et nos e-messageries.

Sans oublier de rappeler ces tonitruantes promesses du Docteur Thierry BEDOSSA, vedette du congrès 2014 de la SPA et véto très médiatique qui allait prendre tous les CHIENS DANGEREUX ET LES VIEUX CHIENS DE LA SPA sur ses 70 hectares de l’association AVA et bla bla bla etc… Résultat : dix chiens de Vallerargues livrés à Bedossa moyennant 850 EUROS par chien…  Animal Business quand tu nous  tiens !

Conclusion : HEROS chien maltraité que la SPA n’a pas sauvé, a été tué de façon parfaitement légale et dans le respect des procédures. Et L’ETHIQUE dans tout ça ? Mais quelle éthique ? L’éthique et les tiques sont mortes avec le chien.

Nous te demandons pardon petit ange, nous t’avons pleuré, repose en paix… loin des inhumains de la Société Protectrice des Animaux."

Elizabeth LEBLAY créatrice du site Fbk « spa facilitateur »

https://www.facebook.com/spa.facilitateur

--------------------------------------------------------------

L'Idiot provincial et la Ligue de combat contre les cruautés envers les animaux travaillent sur ce dossier depuis samedi. Vous pouvez suivre notre actu en cliquant sur de lien : www.facebook.com/liguedecombatcontrelescruauteenverslesanimaux.

Joint samedi après-midi par téléphone, le refuge "GERHARD CRAMER", (commune d'Arry, 57680 - 03 87 52 08 99), n'a pas daigné nous répondre concernant le pauvre "Héros" assassiné vendredi dernier par injection.

Nous avons recueilli pas mal de témoignages, notamment en ce qui concerne les journées "Portes Ouvertes" des 16 et 17 mai 2014. Pourquoi des bénévoles ont été "interdit d'accès à cet évènement ? C'est parce qu'ils en savaient peut-être un peu, beaucoup, trop ? Des tenues du refuge ont-elles été ou non vendues au grand public ?

Par ailleurs, nous aimerions savoir quels sont les liens entre le véto du refuge "GERHARD CRAMER" et sa présidente ! Qui soigne les chiens de Mme la présidente ?

Et pour terminer, nous aimerions savoir comment le test comportementaliste s'est effectué sur notre petit camarade "Héros". 

De niveau 1 (l'an passé - niveau toutou -), il serait passé cette année au niveau 4 (mauvais pour lui).

Peut-on aussi nous donner des nouvelles de feu le chien "Bull-Terrier" qui avait pour nom "SNIPER" ? Combien d'injections de CALMI-VET a-t-il reçu ? A-t-il été, oui ou non, "piqué" à travers la grille de son box ?

Peut-on parler "d'erreurs de sécurité" lorsque par deux fois "HEROS" a mordu deux personnes ?

Lors de la première morsure, "Jean Seb" a-t-il bien respecté le règlement de sortie de "HEROS" qui a été en contact avec "M.A" ?

Lors de la 2ème morsure, "Didier" a-t-il bien respecté le règlement de sortie de "HEROS" qui a été en contact avec "X" ? Etait-il normal de sortir "HEROS" avec une laisse "Flexi" à "enrouleur" ?

D'ailleurs pourquoi ce bénévole "Didier" a-t-il été viré du refuge ?

Feu ! Ouvrons le bal !

Donc à suivre

ADADA News. Vif succès de la journée de l'âne 2014 à Ambert

Peintures, vente de calendriers et de bibelots

Bric-à-Brac au profit du refuge pour ânes

La journée de l'âne 2014 et les portes ouvertes

du refuge de l'ADADA et de ses annexes

ont suscité l'admiration des ami-e-s des ânes !

Img 5323

Beaucoup de visiteurs pour cette journée de l'âne 2014, sous les arcades d'Ambert, qui sont venus découvrir et soutenir l'immense travail réalisé par les soigneurs, les vétérinaires, les membres de l'association reconnue d'utilité publique "ADADA"....

Img 5329

.....et surtout faire connaissance avec la présidente Marinette Panabière qui a toujours tout donné pour sauvegarder les ânes que personne ne veut pas ou plus.

Img 5324

Nous avons pu constater que les bénévoles ont bien travaillé leurs stands afin de faire connaître au grand public les ânes et leur environnement à Ambert et sa région du parc naturel régional Livradois-Forez.

Img 5321

Ces ânes qui arrivent dans des conditions, souvent de souffrance extrême, sont soignés, nourris, hébergés avec la plus grande attention.

A noter ce soir, le spectacle de l'humoriste politico-social "L'emmerdeur", à l'amphithéâtre Henri Pourrat (PAF 10 € au profit du refuge).

ADADA à Ambert : le bonjour d'Esmeralda avant l'AG 2014

Avant l'AG 2014 à Ambert

nous avons constaté que les ânes

et les ânesse étaient bien traités !

Img 5203

Le dimanche 22 juin, l'AG de l'ADADA (la plus ancienne association nationale de défense et de protection de l’âne, de tous les ânes, de race ou non, reconnue publique- RUP - ) se tiendra à Ambert en Auvergne.

Img 5143

L'Idiot provincial s'est rendu à plusieurs reprises au siège de cette RUP sise, au 66, avenue de Lyon, pour y rencontrer la présidente Marinette PANABIERE, (retraitée), des soigneurs et des membres du conseil d'administration.

L’ADADA est reconnue d’Utilité Publique par décret du 13 février 2008. Cette reconnaissance d’utilité publique est un gage de sérieux et de crédibilité pour l’ADADA, l’association étant sous un contrôle administratif contraignant. En contrepartie, en ce qui concerne la maltraitance asine, elle assure un service public, auprès des SDPA, des tribunaux, des mairies, des gendarmeries. Pour obtenir cette reconnaissance, l’ADADA a, entre-autres, dû se constituer un fond de dotation réglementé. Elle est légalement autorisée à recevoir des donations consenties par actes notariés et des legs testamentaires – et aussi le bénéfice d’assurances-vie – qui au fil des ans devraient lui permettre de pouvoir assurer le salaire d’un personnel, gage de pérennité.

Img 5152

Nous avons vu au siège de l'ADADA des passionné(e)s du monde animal, mais aussi de nombreux chats, des tortues... et des dirigeants très sympas qui ont tout donné pour les ânes et ânesses en péril pendant plusieurs décennies. Les époux PANABIERE sont des gens extrêmement sympas et très accueillants, ce qui est déjà un gage très appréciable dans ce monde vermoulu qu'est celui du cruel monde animal, comme nous pouvons le voir sur notre page Facebook de la Ligue de combat contre les cruautés envers les animaux : www.facebook.com/liguedecombatcontrelescruauteenverslesanimaux.

Img 5156

Nous avons voulu voir la vie des ânes dans leurs prés. On nous a agréablement suggéré de nous rendre en compagnie d'un soigneur dans un endroit d'Ambert qui est désigné par l'ADADA comme étant celui de "l'infirmerie".

Img 5165

Nous avons pu constater que les ânes et les ânesses étaient bien heureux avec du foin en abondance....

Img 5159

....dans des champs clôturés convenablement....

Img 5164

Img 5162

...des abris propres et bien entretenus....

Img 5163

.....ainsi que de l'eau fraîche et ce, en permanence en cette période de début de sécheresse.

Nous sommes repassés plusieurs fois (à l'improviste) et nous avons remarqué que l'état des parcs (70 ha) était impeccablement bien entretenu (Ici, avec un des soigneurs, Antoine).

Img 5167

L'ADADA est présente dans le Puy-de-Dôme depuis 1999. Auparavant elle se trouvait à Azas (route de Lugan) dans le département de la Haute-Garonne, et avant à "Chantolive" dans le département de son fondateur Raymond Boissy, dit le "peintre de Corrèze", dans le département de la Corrèze. 

Si vous souhaitez acquérir un âne ou une ânesse, nous vous conseillons d'acquérir l'excellent livre de Jacky Davezé et Alain Raveneau "Le Livre de l'âne", dans lequel vous trouverez de nombreuses informations.

L'âne est un compagnon très agréable, mais il a son caractère. Il ne supporte pas les mauvais traitements et n'obéit pas à une demande mal formulée ou si elle peut entraîner des conséquences fâcheuses, de son point de vue. S'il refuse de passer une rigole, c'est qu'il veut, avant de se décider, s'assurer qu'il ne craint aucun danger. Mais l'âne, aimé et qui se sent en confiance, fait preuve de beaucoup de bonne volonté. Favoriser son accueil et son installation est donc important pour le confort de l'âne.... et pour la future relation avec son maître. L'âne craint le froid, l'humidité, les courants d'air et les mouches. Les maladies sont, chez lui, moins fréquentes mais plus graves que chez le cheval. Il lui faut donc un terrain, un abri, une clôture adaptés.

L'ADADA est là pour vous aider, vous conseiller, pour qu'avec la compagnie et l'affection dont il a besoin, l'âne puisse vous donner le meilleur de lui-même pendant plus de 35 ans !

Pour joindre le refuge (créée en 2003) de l'ADADA où sont hébergés plus de 320 ânes, mulets, bardots de toute la France : 

http://www.assoadada.fr/.

Marc-Claude de PORTEBANE

Vent de futures polémiques pour l'association des ânes ADADA à Ambert ?

Les ânes sont-ils tous en bonne santé à Ambert ?

L'audience au tribunal d'instance de Thiers prévue pour demain sera-t-elle prochainement reportée ou maintenue ?

Un des vétérinaires d'Ambert nous a indiqué de faire une demande officielle pour savoir ce qu'il s'était passé pour une ânesse répondant au nom d' "Esmeralda".

Donc dossier à suivre.

La polémique suivie par :

www.facebook.com/liguedecombatcontrelescruauteenverslesanimaux.

L’A.D.A.D.A est la plus ancienne association nationale de défense et de protection de l’âne, de tous les ânes, de race ou non.

Elle a été créée en 1968 par le peintre corrézien Raymond BOISSY.

A cette époque, le but principal était de réhabiliter l’âne afin d’éviter sa disparition, certains étaient offerts à diverses institutions: maisons d’enfants et de retraite…

En 1989, la réhabilitation étant bien amorcée, Jacques GOUNET, nouveau Président, s’entoure de spécialistes en matière asine, qui apportent aide et conseils aux adhérents de plus en plus nombreux.

Marinette PANABIERE devient présidente en 1999. La situation de l’âne a changé, il est devenu à la mode. Cette mode entraîne un danger: l’abandon, qui peut aller du manque de soins à la filière alimentaire… On achète un ânon, petite peluche vivante, et, quand elle grandit, on n’en veut plus. Aussi, l’association se doit d’informer les futurs propriétaires sur leur responsabilité envers l’animal, tout en poursuivant les actions initiales :

  • encourager et responsabiliser les amis des ânes.
  • aimer et faire aimer les ânes.
  • leur assurer les soins indispensables à leur confort et leur bien-être toute leur vie.
  • de faciliter les rencontres et échanges afin de permettre à chacun de progresser dans ses connaissances techniques et de promouvoir les recherches sur le monde asin.
  • organiser des manifestations, des démonstrations, des randonnées, des concours d’attelage ou de bât… dont l’éthique est avant tout festive, éducative, culturelle et jamais mercantile.
  • gérer le Refuge pour ânes

 

L’ADADA aujourd’hui, c’est:

  • un réseau de délégués sur toute la France
  • une équipe de spécialistes ( plus de 40 années d’expérience des ânes!)
  • 1000 adhérents en France et à l’étranger
  • un refuge à vocation nationale, situé à proximité d’Ambert (63)
  • 325 ânes et mulets de tous âges, soignés et (ré)éduqués au refuge

  • + de 70 hectares de prés pour leur bien-être
  • une association reconnue d’utilité publique depuis 2008 !