Mao Tsé-toung

Les ZADistes d'AURA Environnement anti-Usine à poubelles CSR vers Saint-Etienne s'expliquent dans la presse :

Les ZADistes du Collectif forézien C.H.U.P.A

(Collectif Halte Usine à poubelles vers Andrézieux-Bouthéon)

opposé-es au projet de Méga Usine à poubelles avec du CSR

s'installent définitivement dans le PAF Auvergnat/Rhône-Alpin !

Kmr 007

Le Progrès de la Loire, édition du 08/11/2016

L'assemblée générale des écologistes anarcho-marxistes d'AURA Environnement et des populations riveraines indépendantes de tout esprit partisan concerné-es par le projet de Méga Usine à poubelles de la Loire et visant à produire au moins 55 000 T de l'infâme CSR (Combustible solide de récupération) sur un des 2 sites pressentis à Andrézieux-Bouthéon (15 km au nord de Saint-Etienne) se précise puisqu'elle est prévue le 31/12/2016, comme ils l'ont indiqué dans l'édition du quotidien "Le Progrès" de la Loire de cette semaine.

Le collectif C.H.U.P.A - dont le porte-parole désigné par les opposants est Marc-Claude de PORTEBANE - rassemble plus de 10 000 signatures (Internet : 3 268 signatures - Pétition papier : 7 996 signatures) est opposé au projet de méga Usine à poubelles sur pas moins de 2 sites potentiels voulus par le SYDEMER de Saint-Etienne dans le sud-Forez : la ZAIN Opéra parc international (La Fouillouse/Andrézieux-Bouthéon) et la ZA l'Orme/Les Sources (Veauche/Andrézieux-Bouthéon vers Saint-Bonnet-les-Oules). 

Le collectif C.H.U.P.A, c'est aussi plusieurs dizaines de militant-es et de vastes soutiens issu-es de la société civile qui n'en ont jamais autant su sur la pseudo-valorisation de nos poubelles dans des projets coûteux pour les contribuables, désastreux pour l'environnement, contributeurs à la paranoïa des élu-es en France qui n'en ont que cure des citoyens de base mais qui ne reculent que devant des rapports de force avec les opposants à leurs délires de toute puissance comme à Sivens (Tarn) où, ils n'ont pas hésité la force gendarmesque CONTRE un pauvre garçon - Rémi FRAISSE - qui n'était qu'un résistant à cette saloperie de barrage ne servant qu'à servir la cause bourgeoise et capitaliste de la FNSEA et des gros propriétaires fonciers ui, EUX, n'hésitent pas à déverser leur violence contre l'Etat avec leurs remorques de fumiers divers et avariés !

Un peu comme dans les régimes fascistes, on peut se mettre potentiellement à la place de certains élus, élus par les "Mougeons - moutons/pigeons -" qui ont aussi plus de respect que les animaux martyrisés eux-aussi : "Si tu n'es pas d'accord pour dire OUI à nos projets mégalomaniaques, on te TUERA avec des armes totalement disproportionnées. On écrasera toute contestation. Si les grenades ne suffisent pas, nous enverrons les chars pour vous écraser dans des bains de sang car nous sommes certains d'être une nouvelle caste féodale anti-républicaine qui aime déguster les petits fours et boire dans de belles coupes de champagne reposant sur de belles toiles cirées comme des parquets aux ordres du beaucoup plus fort et moins brillant que le mauvais bois dont nous ne sommes que les VRP...." !!! 

Mais ..... ATTENTION ... au réveil populaire comme aux USA avec la colère des masses populaires ignorées qui ont élu massivement le majestueux Donald TRUMP tandis que les dominants de la mondialisation, sinistres-ministres "collabos de la bourgeoisie de droite comme de gauche", si sûrs d'eux tout en le détestant du plus profond de leur âme - s'ils en ont une, d'ailleurs - n'avaient senti venir la poubelle populaire irrémédiable en plein boomerang pour ne pas dire en pleine poire, cette poire Guyot, par exemple, ou "Tu es Belle Hélène" qui ne pollue pas notre environnement et qui est aussi aussi source, non pas de conflits potentiels avec les défenseurs de Dame nature, mais de vitamines variées dont la B, la C, la provitamine A et la carotène, excellentes pour la forme physique et intellectuelle, surtout lorsqu'il s'agit d'être en permanence vigilants vers nos vergers que nous ne voulons pas pollués par des tas d'ordures !

Avant d'avoir été reconnu comme étant un interlocuteur fiable par le ministère de l'Environnement, le collectif C.H.U.P.A a dû multiplier les actions militantes, les contacts loyaux avec presque tous les élu-es des 600 000 habitants de ce territoire du Sud-Forez qui coupe pratiquement le département de "La Loire" en 2, les multiples tractages pratiquement tout seul, l'occupation du terrain médiatique permanent et ce, nonobstant la dictature de l'information que lui a opposé le SYDEMER puisque le collectif C.H.U.P.A a dû saisir plusieurs fois la CADA et aussi en faisant fi aux nombreuses "menaces" de certains élus qui ont même publiquement proposé de déchirer la pétition de la colère populaire du Sud-Forez en ne la désirant absolument pas dans leurs mairies !

Staline 002 2

Marc-Claude de PORTEBANE, président d'AURA Environnement :

- porte-parole de la Ligue de combat contre les cruautés envers les animaux

- porte-parole du Collectif C.H.U.P.A reconnu comme interlocuteur fiable par

le ministère de l'Environnement et reçu par le directeur cab' préfet 42

- porte-parole de la Ligue de combat contre les cruautés envers les animaux

- président de la commision "Déchets" à la Fapel22 (Bretagne, Côtes d'Armor).

Après la période estivale 2016, le collectif C.H.U.P.A a déclenché - dans le plus grand secret - l'opération "Comment Yukong déplaça les montagnes", en clair, appliquer cette doctrine de Mao tsé toung : "Prendre sa résolution, ne reculer devant aucun sacrifice, surmonter toutes les difficultés pour remporter la victoire".

Le représentant infaillible du collectif C.H.U.P.A a donc écrit au président du SYDEMER pour lui dire qu'il était au "parfum" des fouilles archéologiques réalisées par l'INRAP de Lyon sur la ZAIN Opéra parc international alors que personne n'en parle, que ce soit dans les medias ou chez les politiciens parce que là, le porte-parole du collectif C.H.U.P.A, on en a marre et plus que marre qu'il aille fouiner, fouiner et encore fouiner avec le soutien des ouvrières et des ouvriers comme des intellectuels ; qu'il veuille s'installer lui et son collectif pendant des décennies à Andrézieux-Bouthéon et sa région ; qu'il soit réputé unanimement comme non-violent ; qu'il soit pour la réthorique pacifiste et contre la violence de certains casseurs qui viennent uniquement pour "casser du flic pour juste casser du flic" à longueurs de journées en buvant de la bière et en fumant des joints et qui, finalement, désservent les causes légitimes des populations locales vite abandonnées puis soudainement exposées aux mesures de rétorsion des potentats locaux ; qu'il ait le toupet d'avoir le soutien des populations locales et riveraines de toutes les causes de défense de l'environnement et de protection des animaux ; que par-dessus le marché qu'il veuille, maintenant, constituer une ZAD (Zone à défendre) calquée sur celle de Notre-Dame-des-Landes mais verrouillée, de surcroît, par la discipline marxiste et plus précisémment maoïste issue de la Ligne de masse qui n'a que pour unique objectif de "Servir le peuple" via "Le petit livre rouge" qui prône l'auto-éducation idéologique ; qu'il soit un militant "endurci" par plus de 30 ans de militantisme que ce soit à Greenpeace, chez les autonomes anti-THT de Basse-Normandie, chez les antinucléaires, chez les anti-CSR qui risquent d'être brûlées dans des chaudières utilisant de la Biomasse comme vers Pierrelate pour alimenter potentiellement le réseau chaleur de la Ferme aux crocodiles ; qu'il veuille aussi prendre la défense de ce boeuf retrouvé écartelé face au bitume à Rethel dans les Ardennes ; qu'il soit un opposant irréductible du Combustible Solide de Récupération (CSR) issu de plus de 155 000 T de nos DMR (Encombrants résiduels, autres déchets résiduels, OMr + refus CS) du Sud-Forez et qui risque d'être produit dans les prochaines années sur une des 2 zones vers Andrézieux-Bouthéon ; qu'il soit opposé au "Jus en excès" issu de la méthanisation des autres déchets organiques en se posant les bonnes questions comme quelle quantité de "jus", comment sera traité ce fameux "jus" et dans quelles conditions et que deviendront les résidus de combustion des CSR ; qu'il vienne de recevoir tout dernièrement un "appel de détresse" de Marc ACTIS, le président de l'association "Accueil & Qualité de vie" qui est opposé au projet de nouvelle prison dans sa commune de Saint-Bonnet-les-Oules voisine d'Andrézieux-Bouthéon et ce, non loin de la ZA l"Orme/Les Sources.... ici même où le projet de Méga Usine à poubelles du SYDEMER risque bien de produire et de commercialiser 55 000 T de cet infâme CSR (qui produit des dioxines et des furannes pendant la combustion) à des cimentiers comme Lafarge mais aussi des entreprises locales du département de la Loire, et de surcroît alimentaires surnommées par le SYDEMER comme "Partenaires" et présentées comme "Gros consommateurs", à l'exemple - entre autres - de LUSTUCRU FRAIS (Lorette), de NATRA ZAHOR FRANCE (fabrication de cacao et chocolat à Saint-Etienne), de la FROMAGERIE GUILLOTEAU (à Pélussin), des SALAISONS DE LA BRECHE (préparation industrielle de produits à base de viande à Saint-Just-Saint-Rambert) ou d'une autre marque totalement prestigieuse comme CANDIA (basée à La Talaudière), etc.... 

Poire 114Car lorsque l'on voit les photos prises cette semaine par AURA Environnement et les militants du collectif "Greenbretagne" à Saint-Martin-des-Champs (Morlaix, Bretagne) et qui montrent clairement et de façon nette et précise comment sont stockées à l'air libre ces balles éventrées de CSR chez Guyot Industries (Guyot Environnemment) sur le site de la ZI de Kérolzec, il y a du souci à se faire quant aux pollutions potentielles de la petite rivière "La Pennelé" surtout lorsque l'on observe que les services de l'Etat semblent archi débordés comme l'ONEMA ou la Dréal dans le Finistère pour ne pas verbaliser ce qui avait déjà été dénoncé - également -, fin 2015, par l'association ROBIN des BOIS de Paris alors que les associations environnementales bretonnes comme "Bretagne vivante", "Eaux et Rivières de Bretagne" ne se préoccupent absolument pas des risques potentiels et inadmissibles sur la qualité de l'environnement dans le Finistère, pour ne parler que de ce département !!!

Le CSR, parlons-en mesdames et messieurs les élu-es ! On en VEUT pas de cette saloperie ni à Morlaix, ni vers Pierrelatte, ni vers Saint-Etienne, ni vers Paris, ni partout ailleurs !

Poire 116Une visite "officielle" du site de Kérolzec est organisée le 07/12/2016 par l'exploitant "Guyot Environnement" avec les représentants de "Bretagne vivante" de Brest et de Morlaix, de l'association "Eaux et Rivières de Bretagne", d'autres associations mais pas d'AURA Environnement et de Robin des Bois.

Inutile de vous préciser que "Bretagne vivante" et "Eaux et Rivières de Bretagne" perçoivent de grosses subventions de la part de la Région Bretagne, ce que n'avait d'ailleurs pas hésiter à dénoncer le collectif "GreenBretagne" et "AURA Environnement" dans une pétition qui a fait un "carton" et qui a recueilli, pour l'instant, plus de 23 000 signatures depuis le 14/08/2016 : http://www.mesopinions.com/petition/animaux/stop-extension-usine-intolerable-cochons-landunvez/24312

Le porte-parole du collectif C.H.U.P.A, a donc pris sa plume corrosive, le 28/09/2016, pour écrire au président du SYDEMER dont le siège est dans les locaux de Saint-Etienne Métropole (Loire, Région Auvergne/Rhône-alpes) en lui précisant 5 points importants pour ne pas dire cruciaux :

1- "....En effet, l’INRAP a effectivement conduit une fouille à l'endroit que nous lui avons indiqué (au SO, en face du nouveau stade « L’envol Stadium » mais plus au sud). Ce travail de Post-fouilles en est à ses débuts. L’INRAP a pu mettre en évidence une série d'occupations humaines à caractère rurales qui permettront à terme de reconstituer un historique de l'occupation humaine sur place sur une durée de près de 2000 ans de l'âge du Bronze à l'Antiquité"...

2- "Je demande que cet élément nouveau soit pris en considération, dans le cadre des études sur le choix du site, par le SYDEMER que vous présidez."

3- "J’en profite également pour vous demander, une nouvelle fois, les rapports du bureau d’études sur les comparaisons des différents sites retenus (L’Orme/Les Sources à Andrézieux-Bouthéon, Borde Matin à Roche-la-Molière, Z.A.I.N Opéra Parc International sur les communes d’Andrézieux-Bouthéon/La Fouillouse)."

4- "Ces documents sont indispensables pour que les associations et les riverains puissent se faire une vraie opinion des critères pris en compte sur le choix du site de la future « Usine à poubelles » Méthanisation/CSR."....

5- "Je vous rappelle votre devoir de transparence vis-à-vis des populations locales depuis la création du SYDEMER et sa démarche de concertation".

Avec les preuves accablantes que nous disposons sur le site de stockage de Kérolzec vers Morlaix, toutes les collectivités qui voudront produire du CSR ou qui envoient déjà vers les cimentiers qui ne courrent pas les rues cette infâmie créee par l'être humain devront s'attendre à trouver la RIPOSTE des défenseurs de la nature martyrisée !

Le stockage du CSR est mal géré en France ! Il doit être dénoncé et l'Ademe doit se pencher sur la question au lieu d'attribuer de colossales subventions au nom du contribuable à des firmes qui semblent n'avoir rien à "cirer" de l'environnement !

Une couche de peinture verte sur un camion, un logo, une enseigne, un mur d'entreprise ne semble être qu'une ignoble farce pour notre environnement proche qui récolte la misère - pas seulement dans le Finistère - d'endroits (pourtant classés comme ICPE - Installlations Classées pour la Protection de l'Environnement -) soit-disant protégés par des enquêtes publiques que nous n'avons de cesse de dénoncer comme étant des "parodies" car malheureusement, les élu-es de droite comme de gauche s'aventurent dangeureusement sur le chemin de la "Dictature" de type facilement "absolutiste" sans partage et sans limite, en ne voulant SURTOUT pas de concertation directe avec les populations locales et les riverains parce qu'elles/ils ont peur des réactions épidermiques des gens comme le camarade incontrôlable Marc-Claude de PORTEBANE qui préfère mourir debout que de mourir couché et qui "fout la merde" depuis plus de 30 ans contre ces élites méprisantes et leurs projets de porcheries industrielles, leurs projets de centre de vivisection, leurs projets d'usines à méthanisation ou leurs projets de méga usines à poubelles qui sont, la plupart du temps des "gouffres à pognon" pour les gloutons de l'empire capitaliste qui commence d'ailleurs par s'effriter devant la Résistance populaire, qu'elle soit anarcho-marxiste ou tout simplement apolitique et ce, afin de consolider de ce qu'il reste de cette République française que le nouveau président américain, Donald TRUMP accuse de "n'être plus la France" !

Paul TOP    

HALTE Projet Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon : Le Collectif CHUPA annoncera ce week à Roybon son projet de ZAD avec EELV !!

FRAPPE ECLAIR DE NUIT N° 5 :

Le Collectif Halte Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon

annoncera publiquement ce week-end à Roybon (Isère)

lors du rassemblement Citoyen - Ecologique - Solidaire

organisé par EELV Auvergne-Rhône-Alpes

son projet de création d'une ZAD vers Andrézieux !

Comment nous rejoindre :

Aujourd'hui : covoiturages à partir de Saint-Etienne, Lyon, Grenoble, Clermont-Ferrand, Valence, Roanne, Moulins, Le Puy-en-Velay, Montbrison.... pour rejoindre nos camarades venus de toute la France

Lieu : Domaine de la Brunerie - Tremplin Sport Formation 180, boulevard de Charavines 38500 Voiron

Ateliers : comment appliquer la doctrine de SUN TZU et l'expérience révolutionnaire de Mao tsé-Toung en terme de communication et d'actions sur le terrain

Demain à partir de 09h 30 :

Journée de débats et de construction du Rassemblement 2015 pour Auvergne Rhône-Alpes

Une navette fera l’aller retour depuis la gare de Voiron toute la journée.

Ouvert à tous !

Au programme :

► 9h30 – 10h : accueil, café et retrouvailles

► 10h -10h 45 : « Le Rassemblement citoyen, écologique et solidaire », entrons en campagne !

Avec
Jean-Charles Kohlhaas tête de liste du Rassemblement
Corinne Morel Darleux, porte parole du Rassemblement
et l’équipe d’animation régionale de la campagne

► 10h45 – 13h : Gouvernance de campagne : « Quel rôle pour l’Assemblée Représentative du Rassemblement ? »

Le Rassemblement détonne. Ethique, transparence, gouvernance partagée, autant de propositions que nous voulons voir s’appliquer en Auvergne / Rhône-Alpes et qui seront appliquées pendant cette campagne.

L’Assemblée Représentative du Rassemblement va voir le jour à la fin du mois, tous les signataires sont invités à formaliser ensemble le rôle de cette assemblée.

Méthode d’animation : le débat en étoile

► 13h – 14h30 : Déjeuner sur le site (gratuit pour les participants)

► 14h30 – 16h30 : Parlons projet

De mi-septembre à mi-octobre, le Rassemblement va mettre en débat son projet. Après un travail collaboratif tout l’été, près de 110 propositions sont prêtes à passer l’épreuve du débat citoyen.

Pour commencer le débat et découvrir des techniques d’animation :

Ateliers :

– Mobilité / méthode du débat mouvant
– Gouvernance / méthode des petits papiers
– Economie circulaire / méthode de l’arpentage
– Aménagement du territoire / technique d’Elias

► 16h30 – 17h : En avant !
En compagnie des soutiens du Rassemblement : Eric Piolle, Elisa Martin, Philippe Meirieu

Lien de l'évènement : http://collectifhalteusinepoubellesandrezieuxboutheon.e-monsite.com/blog/zad-halte-usine-a-poubelles-vers-andrezieux-boutheon-1/fappe-eclair-de-nuit-n-4-le-collectif-chupa-annoncera-ce-week-end-a-roybon-son-projet-de-zad-vers-andrezieux-boutheon-avec-eelv.html

Halte au projet de golf à Montcombroux-les-Mines : la ZAD sauvera les grenouilles ! Natura nihil frustra facit (IV)

Camarades de la contestation radicale

nous vous demandons de bloquer

tout nouveau désastre écologique !

Volvic 048

Notre projet de ZAD à Montcombroux-les-Mines prend chaque jour de l'ampleur face au massacre gratuit de la nature et de sa faune silencieuse. 

Nous ne voulons plus de cette destruction gratuite de la nature qui devrait valoriser plus la spéculation immobilière qu'un golf réservé aux nantis qui se ficheront et se contre-ficheront du tourisme vert en Bourbonnais.

La destruction de nos sols millenaires s'est effectuée sans grande opposition et ce, nonobstant les porte-voix du collectif sans nom de nos camarades opposants écologistes de l'Allier.

Nous, anarcho-bolcheviques, qui ne sommes pas inféodés à n'importe quel pouvoir, nous allons montrer de quoi nous sommes capables !

Nous connaissons ce territoire comme "notre poche", plusieurs de nos camarades sont des cavaliers confirmés, nous avons des potes de partout, Moulins, Vichy, Montluçon, Gannat, Le Montet, Le Donjon, Cérilly, Bransat, etc...

Nous avons nos "bases arrières", nous avons des drones, nous sommes équipé-es, nous avons nos réseaux Zadistes, nous ne sommes pas trop communicants mais l'Etat nous respecte parce que nous avons des convictions issues de la doctrine maoïste, celle qui est modeste et prudente, qui se garde de toute présomption et de toute précipitation pour ne servir que le peuple de tout notre coeur. 

"Servir le peuple de tout coeur, sans nous couper un seul instant des masses ; partir, en tout, des intérêts du peuple et non ceux de l'individu ou d'un petit groupe ; identifier notre responsabilité devant le peuple avec notre responsabilité devant les organes dirigeants du Parti - voilà ce qui inspire nos actes". (Du gouvernement de coalition - 24/04/1945 - Oeuvres choisies de Mao Tsé-toung - Tome III).

Dans les prochains jours, nous sommes en mesure de vous annoncer qu'une "frappe chirurgicale" sera en mesure de nous positionner face à ce projet de golf de Montcombroux-les-Mines parce que si nous ne sommes pas les plus fort-es, nous ne seront que les plus faibles.

Or, la doctrine qui est la nôtre se veut d'engagement révolutionnaire et anti-conformiste.

Grâce à ma ténacité et à la conduite exemplaire de mes camarades de la P.A (protection animale), nous avons pu, petit à petit, être reconnu-es comme des combattant-es exemplaires tout en ne relâchant rien de rien.

Nous n'avons jamais rien NEGOCIE avec le pouvoir en place ! Jamais RIEN !

Nous avons toujours laissé large place à notre idéal, mais, avec la triste réalité de notre quotidien, nous avons toujours accordé le temps et le mouvement au déplacement des masses et ce, dans le plus grand secret, car nous sommes soit sur "Ecoutes" soit "Surveillés", soit "Entendus", pour ne pas dire "Enregistrés".

Lol ! La CNIL, (cf. nos échanges), avec ses maigres moyens, veille mais reconnaît, que le ministère de l'Intérieur ne tient pas ses promesses !

Peu importe, car nous avons une vision marxiste des choses, celle de la perssuasion des masses du Peuple de base, car nous sommes issu-es, ne l'oublions.... pas de Thermidor !

Nous serons toujours des khmers verts à l'extérieur, mais bien rouges à l'intérieur !!!

Un grand merci au dépité PS, Guy CHAMBEFORT (PS), ce député.... de gauche qui apporte TOUT son soutien.... aux forces du capital, celles des promoteurs de ce projet de gof à Montcombroux-les-Mines, celles des inscrits à l'ISF et au fric !!!

Marc-Claude de PORTEBANE

"Sauve qui peut le court-métrage" de Clermont-Ferrand : le fric du contribuable coulera encore à flot pendant 3 ans !

Exigeons les entrées gratuites pour les auvergnats qui

raquent 10 fois (Toutes subventions + entrées payantes) !

La région Auvergne a décidé d'attribuer

sur 3 ans plus de 400 000 €/an de subvention à

l'association "Sauve qui peut le court métrage" :

où va l'argent du contribuable ?

Img 8741

A l'occasion du 37° Festival international qui se déroule du 30 janvier au 7 février, René SOUCHON, le président de la Région Auvergne a signé jeudi 5 février 2015, à l'hôtel Océania à Clermont-Ferrand, une convention pluriannuelle d'objectifs, fixant des engagements pour les années 2015, 2016 et 2017.

Cette convention réaffirme la volonté de la Région Auvergne de poursuivre son soutien à la culture, une source de richesses locales, agent de socialisation mais aussi d'outil d'éducation à la citoyenneté.

Aa302

La prochaine affiche de l''édition 2016 du Festival Court Métrage de Clermont-Ferrand ?

Selon la Région Auvergne : "Grâce à ses différentes actions, l'association "Sauve qui peut le court métrage" concoure à la diffusion de la culture, à l'éducation, à l'image, à l'ouverture mais aussi au rayonnement national et internationnal de l'Auvergne. Le Festival international court métrage de Clermont-Ferrand et son marché du film, l'ensemble des activités d'éducation à l'image avec le Pôle régional d'éducation à l'image, l'opération "Lycéens et apprentis au cinéma", l'opération "Passeurs d'images", la mission de bureau d'accueil des tournages avec la Commission du film Auvergne et enfin les activités de diffusion et de médiation, sont autant d'actions qui démontrent, s'il en est encore besoin, la place et le rayonnement acquis au plan international, national, régional et local de "Sauve qui peut le court métrage".

Cette convention a donc été conclue entre le brave président de la Région Auvergne René SOUCHON et Jean-Claude SAUREL, le président de l'association loi 1901 "Sauve qui peut le court métrage" pour une durée de 3 ans et ce, à compter du 01/01/2015.

Img 8750

Une signature de convention plus ou moins "baclée" à l'hôtel Océania à Clermont-Ferrand où il n'y avait même pas une jolie affiche de l'édition 2015 de ce 37° Festival du Court Métrage sur les murs (constat des journalistes présents). Sur la photo : Farida BOUDAOUD : vice-présidente déléguée à la culture et à la lutte contre les discriminations à la région Rhône-Alpes (vice-présidente socialiste du conseil régional, ne fera pas campagne auprès de Jérôme STURLA, le maire socialiste sortant de Décines. Elle est présente sur une liste de “Rassemblement de la gauche” menée par le communiste Michel BURONFOSSE, actuel adjoint à l’environnement.) ; Jean-Claude SAUREL : président de l'association "Sauve qui peut le court métrage" ; René SOUCHON : président de la Région Auvergne : Nicole ROUAIRE : vice-présidente EELV du Conseil régional d'Auvergne en charge de la Culture, du Patrimoine et du Développement des Usages Numériques et Olivier BIANCHI, le nouveau maire PS de Clermont-Ferrand.

En effet, la Région s'engage à contribuer financièrement à la réalisation du programme d'annuel de cette association. Pour la 1ère année, le montant de la subvention régionale s'établit à 434 200 € répartis comme suit :

- Festival et marché du film : 210 000 €

- Commission du Film : 125 000 €

- Pôle régional d'éducation à l'image : 47 800 €

- Lycéens et apprentis au cinéma : 23 600 €

- Régionalisation et programmation en 1ère partie : 19 800 €

- Passeurs d'images : 8 000 €.

Depuis 2004, la Région Auvergne a alloué un montant total d'aide de 4 465 171 € à l'association "Sauve qui peut le court métrage".

Ce qui n'est pas rien en ces temps de disette.

Numerisation0008 9

Pourquoi présenter au budget 2015 des recettes prévionnelles plus qu'à la baisse par rapport aux montants alloués ?

A l'heure de la vaste crise économique qui écrase notre pays et notamment les classes les plus pauvres de notre société, ne serait-il pas normal que l'association "Sauve qui peut le court métrage" ne fasse pas payer les entrées à l'ensemble des auvergnat-es qui casquent.... finalement les entrées payantes et cela pas moins de 10 fois via... au moins 10 subventions publiques (Ville de Clermont-Ferrand, Conseil régional d'Auvergne, Conseil général du Puy-de-Dôme, Clermont-Communauté, DRAC Auvergne, CNC, Union Européenne, SACEM, ACSE + subventions diverses) ?

Exigeons les entrées gratuites pour l'édition 2016 du Festival Court Métrage de Clermont-Ferrand à l'ensemble des auvergnates et des auvergnats les plus précaires, les SDF, les handicapés, les chômeurs et les autres classes moins aisées dont la fin du mois se termine très souvent autour du 10 !!!

Qu'elles sont les réelles retombées économiques de ce festival international du court métrage pour toute la région Auvergne ?

Dans les prochaines semaines, nous allons mettre en place notre propre étude d'impact, et nous vous remercions pour cet immense travail de "fourmi" - nous cherchons des volontaires -, afin que nous puissions connaître les véritables chiffres sur ce festival : visiteurs venus de l'extérieur ou non, journées de visite directement attribuables à ce festival, nombre d'euros d'impact économique direct, comportements de consommation, ressources et dépenses des organisateurs, nombre de places gratuites, provenance des visiteurs grand public, etc...

Il est grand temps que nos élu-es, nos camarades-républicains arrêtent de distribuer en vrac l'argent public, de fournir des "arguments" à l'anti-France : au FHAINE (l'affront national), aux ennemis de la liberté et à ceux qui divisent les françaises et les français en jetant les classes les unes CONTRE les autres !

D'un côté, au niveau national : l'austérité.

De l'autre, au niveau régional : la distribution de subventions à caractère "bourgeoises" éloignées des préoccupations du "Peuple de base" qui, bien malheureusement.... "traîne la savate" et ce....en 2015 !

N'oubliez pas ce qu'a déclaré le visionnaire Jean-Luc MELENCHON (01/02/2015 - JDD) : "Ce qui est commun à toute ­l'Europe, ce sont les politiques d'austérité qui détruisent nos sociétés. Et elles aggravent le problème de la dette en prétendant le résoudre.." !

A suivre...

Reportage et photos : Marc-Claude de PORTEBANE ©

Etude d'impact en cours : Chantal LEVEQUE

C'est la goutte de trop qui fera déborder le vase à La Goutelle ? In nocte consilium (III)

#Esprit de Charlie en Auvergne

A défaut de réponse du maire de La Goutelle

peut-être que le service de presse

du premier ministre Manuel Valls

prendra la peine de répondre à notre mail ?

Aa230

Voici la copie du mail que nous avons adressé ce jour au maire de La Goutelle. Depuis notre précédent mail en date du 21/01/2015, le maire de cette commune de La Goutelle n'a toujours pas répondu. Manque de temps certainement. Par contre, nous avons eu droit à une "remontée de bretelles-en-chef" sur la page Facebook de la mairie de La Goutelle que vous pouvez consulter sans risque d'indigestion à l'adresse suivante : https://www.facebook.com/lagoutelle?fref=n

Monsieur le maire,
Lors de votre conseil municipal du 15/10/2014, étaient présents :
Vous-même le maire (Frédéric Saby), vos adjoints : Marie-Jeanne Labonne (1er), Odile Chomette (2ème),  André Fournier (3ème) ainsi que vos conseillers municipaux : Michaël Besserve, Frédéric Dugout, Dominique Fournier, Christelle Monnet, Josianne Moutarde, Franck Pere, Mathieu Thomas et Roland Vialis.
Etaient excusés :
............, 4° adjoint (procuration au maire : Frédéric Saby)
Jean-François Marcheix (procuration à Frédéric Dugout)
Damian Walsh (procuration à Michaël Besserve)
Parmi les 14 points de l'ordre du jour, "Versement d'une subvention aux associations".
Votre conseil municipal de ce 14/10/2014 a proposé pour délibération  le versement de deux subventions à l'amicale des sapeurs-pompiers de La Goutelle :
- 1 100 € (participation au règlement de l'assurance-vie et l'assurance décès-invalidité soit 50 € par pompiers)
- 500 € (subvention exceptionnelle).
Ce versement de deux subventions à cette association loi 1901 (l'amicale des sapeurs-pompiers de La Goutelle ) ne correspond pas à la dénomination exacte de la "Société amicale des sapeurs-pompiers de La Goutelle", enregistrée le 31/01/1937 à la sous-préfecture de Riom et que nous nous sommes procurés. Trouvez-vous cela normal ?
Ce versement de deux subventions à cette association loi 1901 (l'amicale des sapeurs-pompiers de La Goutelle) a été voté à l'unanimité, soit 15 voix POUR par les conseillers municipaux et vous lors de cette séance du conseil municipal du 15/10/2014. Il n'y a pas eu d'abstention, ni de vote contre.
Dans le formulaire Cerfa de la déclaration de la liste des personnes chargées de l'administration d'une association en date du 08/05/2011 adressé à la sous-préfecture de Riom (63) et reçu en sous-préfecture de Riom, le 13/05/2014 (récépissé n° W634001956), on peut lire, notamment, que parmi les administrateurs il y a :
- Secrétaire : .............
- Trésorier-adjoint : ....
Est-ce votre 4° adjoint, Mr ..... qui vous a donné procuration pour le versement de ces 2 subventions à "l'Amicale des sapeurs-pompiers de La Goutelle" et pour qui vous avez voté ?
Quels sont les liens de parenté entre la secrétaire, de l'association loi 1901 connue en sous-préfecture de Riom par la dénomination de "SOCIETE AMICALE DES SAPEURS-POMPIERS DE LA GOUTELLE",  ....... et  ............. ?
Que pensez-vous du délit potentiel de la "Prise illégale d'intérêt" sanctionné par l'article 432-12 du code pénal ?
Quelle a été in solidum l'attitude de votre conseil municipal à propos de l'intérêt général et de l'intérêt public ?
Que pensez-vous de la mise en place des règles strictes pour qu'il n'y ait pas de mélange d'élus, de fonctionnaires et de représentants des associations au sein des commissions participants aux préparations des décisions, aux délibérations et aux votes, quand ils sont intéressés à la décision directement ou indirectement, à titre personnel ou familial ?
Le respect essentiel de ces règles ne permet-il pas d'éviter toute suspicion, et ne limite-t-il pas la tentation potentielle d' "abus de pouvoir", comme le rappelle Mr Xavier Samuel, conseiller référendaire à la Cour de cassation ?
Que pensez-vous de la "Procuration en blanc" à un de ses conseillers municipaux (en l'occurrence celle de Mr....... à vous-même ?
Que pensez-vous de la participation d’un élu intéressé à une décision d’octroi de subvention par une procuration en blanc ?
La chambre criminelle de la Cour de cassation n'a-t-elle pas considéré que la participation à une décision de subventionnement, fût-ce par personne interposée munie d’une procuration en blanc, d’un élu intéressé vaut surveillance ou administration de l’opération au sens de l’article 432-12 du Code pénal ?
Dans l'attente de votre réponse, je vous prie de croire, Monsieur le maire, à l'expression de mes salutations distinguées.

Pour information :
- le service de presse de Mr le président de la République
- le service de presse de Mr le 1er ministre
- le service de presse de Mr le ministre de l'Intérieur
- le service de presse de Mme le garde-des-Sceaux
- le secrétariat du cabinet de Mr le préfet de la région Auvergne
- le secrétariat de Mr le sous préfet par intérim de Riom
- le secrétariat du SDIS 63, à l'attention de Mr le Colonel Jean-Yves LAGALLE

Camp de la Résistance au "Cou de l'oie" à Arfeuilles : les médias cherchent à connaître nos "Opé" Absit reverentia vero (IX)

Les médias cherchent à savoir

s'ils doivent envoyer des caméras

à Arfeuilles pour l'immonde

"fête" du "Cou de l'Oie" !!!

"En ce qui nous concerne, qu'il s'agisse d'un individu, d'un parti, d'une armée, d'une école, j'estime que l'absence d'attaques de l'ennemi contre nous est une mauvaise chose, car elle signifie nécessairement que nous faisons cause commune avec l'ennemi. Si nous sommes attaqués par l'ennemi, c'est une bonne chose, car cela prouve que nous avons tracé une ligne de démarcation bien nette entre l'ennemi et nous.

 Et si celui-ci nous attaque avec violence, nous peignant sous les couleurs les plus sombres et dénigrant tout ce que nous faisons, c'est encore mieux, car cela prouve non seulement que nous avons établi une ligne de démarcation nette entre l'ennemi et nous, mais encore que nous avons remporté des succès remarquables dans notre travail".

Mao Tsé-Toung - Le petit livre rouge - Etre attaqué par l'ennemi est une bonne et non une mauvaise chose - 26 mai 1939 - Oeuvres choisies - La ligne de masse - Tome III.

Img 2808

Le collectif du comité central de la "Ligue de combat contre les cruautés envers les animaux" a tenu hier, dans le plus grand secret, plusieurs réunions dans toute la France à propos de l'odieuse "fête" macabre du "Cou de l'Oie" 2014 à Arfeuilles dans l'Allier.

La "pression" médiatique est forte ainsi que celle des administrations.

Ce matin, j'ai donné une interview à plusieurs radios dont celle de "France Bleu Pays d'Auvergne" qui passera demain en - Non stop - nos communiqués révolutionnaires. Ceux qui méprisent et sous-estiment notre philosophie révolutionnaire marxiste en seront pour leurs frais !

Ainsi, la rédaction de FR3 Auvergne cherche absolument à savoir si nous effectuerons, une ou plusieurs "Opé" à Arfeuilles....histoire d'envoyer ou non des équipes de caméras. Le gasoil est aussi cher de nos jours, au même titre que les pneumatiques "offerts" par Michelin à la gendarmerie....question de moyens. Mais chut, nous n'en dirons pas plus pour l'instant.

J'ai donné ordre à mes camarades de "couper" leur tétéphone demain à partir de midi jusqu'à lundi 12h.

Puisque le sous-préfet de Vichy a donné l'ordre à la secrétaire générale de la sous-préfecture de ne plus nous parler, et bien nous, nous ne parlerons plus à qui que ce soit : gendarmerie, administration ou médias à la solde des partis bourgeois, et ce, à partir de demain midi.

Nous appliquerons la logique révolutionnaire marxiste-léniniste calquée sur le modèle des luttes de nos camarades khmers rouges (avant la prise du pouvoir - saluée à l'époque par Le Figaro -) ou de celle de nos camarades communistes du parti communiste cubain (PCC) avec à leur tête notre icône le "Che" ou le camarade Fidel Castro. Point à la ligne ! Et avec tous les risques que cela comporte !

Nous avons donné notre "main à l'administration", maintenant, elle veut notre "bras", et ainsi de suite, la suite, vous la connaissez !

Img 5913

"Seuls les gens qui ont une vue subjective, unilatérale et superficielle des problèmes se mèlent de donner présomptueusement des ordres ou des instructions dès qu'ils arrivent dans un endroit nouveau, sans s'informer de la situation, sans chercher à voir les choses dans leur ensemble ni à en pénétrer l'essence même : il est inévitable que de telles gens trébuchent." (De la pratique - juillet 1937 - Oeuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome I).

Nous devons apprendre à examiner les questions sous tous les aspects, à voir non seulement la face mais aussi le revers des choses et des phénomènes. Dans des conditions déterminées, quelque chose de mauvais peut produire de bons résultats et, à son tour, quelque chose de bon peut en produire de mauvais !

Le projet de "Camp de la résistance" à Arfeuilles est et sera maintenu ! Nous le maintenons ! Même "mouvant" au point de vue "tactique" révolutionnaire.

Nous ne dévoilerons rien de nos intentions ou non. Personne ne sera rien.

Dans nos groupes autonomes, il y a ceux qui "papotent" pour se rassurer et d'autres qui la "ferment".

Le régime libéral de "gauche" sous lequel nous vivons est extrêmement nuisible pour les structures révolutionnaires. C'est un corrosif qui ronge l'unité, relâche les liens de solidarité, engendre la passivité et amène des divergences d'opinions. Il prive les rangs de la révolution de la P.A (Protection Animale) d'une organisation solide et d'une discipline rigoureuse, empêche l'application intégrale de la politique et coupe les organisations de la "Ligue de combat contre les cruautés envers les animaux" des masses populaires placées sous leur direction. C'est une tendance des plus pernicieuses !

Si vous voulez que ce perdure l'édition 2014 de cette macabre "fête" du "Cou de l'Oie", faites-le !

Si vous ne le voulez pas, à toi de voir camarade de la Cause animale.

Ce qu'il nous faut, c'est un état d'esprit enthousiaste mais calme, et une activité intense mais bien ordonnée !

Marc-Claude de PORTEBANE

Camarade n° 1

Cou de l'Oie à Arfeuilles dans l'Allier : Absit reverentia vero (I)

Mobilisons-nous en masse

pour dire STOP à l'odieuse "Fête"

du "cou de l'Oie" à Arfeuilles dans l'Allier !

Voici le lien de ta pétition camarade pour défendre la cause des Oies même mortes :

http://www.mesopinions.com/petition/animaux/odieuse-fete-oie-mutation-prefet-allier/12583

J'ai toujours dit que dans la vie, SEULE, l'organisation révolutionnaire était cruciale quand on veut agir dans l'efficacité.

En 2012, lors de l'AG au camp de la Résistance anti-THT (Lignes très hautes tension) et antinucléaire à Le Chéfresne (Basse-Normandie), je suis intervenu plusieurs fois devant mes camarades anarchistes, révolutionnaires pour défendre mon point de vue en tant que marxiste et plus particulièrement en tant que maoïste. Mes camarades des actions contre les trains des déchets nucléaires de Valogne et d'autres sujets répulsifs ne voulaient comprendre que l'on puisse encore défendre, de nos jours, des points de vue révolutionnaires sur la base du "Petit Livre Rouge". Et pourtant, dans les 1900, la plupart des révolutions ayant pris pour idéologie le marxisme, ont réussi à défendre la Cause du peuple.

En ce qui concerne l'immonde édition 2014 de la Fête du "Cou de l'Oie" à Arfeuilles dans l'Allier (Région : Auvergne, département : Allier, arrondissement : Vichy, canton : Lapalisse, intercommunalité : communauté de communes de la Montagne Bourbonnaise, maire : Jacques Terracol - mandat 2014/2020), nous avons décidé d'appliquer comme méthode de pensée et de travail, la philosophie marxiste qui estime que l'essentiel, ce n'est pas de comprendre les lois du monde objectif pour être en état de l'expliquer, mais c'est d'utiliser la connaissance de ces lois pour transformer activement le monde !

Comme le disait le président Mao tsé-Toung, "Si l'on veut obtenir des succès dans son travail, c'est-à-dire arriver aux résultats attendus, on doit faire en sorte que ses idées correspondent aux lois du monde extérieur objectif ; si tel n'est pas le cas, on échoue dans la pratique. Après avoir subi un échec, on en tire la leçon, on modifie ses idées de façon à les faire correspondre aux lois du monde extérieur et on peut ainsi transformer l'échec en succès ; c'est ce qu'expriment les maximes "La défaite est la mère du succès" et "Chaque insuccès nous rend plus avisés" !

Ce week-end, le comité central de la "Ligue de combat contre les cruautés envers les animaux" s'est réuni clandestinement et a décidé des actions potentielles et des objectifs à atteindre pour que l'infâme édition 2014 du "Cou de l'Oie" à Arfeuilles ne puisse démocratiquement se tenir puisque l'image d'un animal déjà mort et décapité par des cavaliers montés sur des chevaux de trait est néfaste pour la société civile.

En 2013, ce sont 6 Oies qui ont été décapitées devant une foule composée d'adultes mais aussi de nombreux enfants à qui on inculque une drôle façon de ne pas respecter un animal mort qui a droit à autant de droits au respect qu'un individu décédé.

Nous avons tous à l'esprit la sinistre affaire de la profanation du cimetière juif de Carpentras en 1990 et la mobilisation du peuple français contre la barbarie.

Mobilisons-nous massivement pour défendre la cause du Peuple et la cause des Oies, fussent-elles mortes.

Les animaux - même morts - méritent d'être respectés !

Nous sommes des militantes et des militants pacifiques mais, nous nous battrons démocratiquement pour défendre les droits des animaux et plus particulièrement des Oies ! Nous ne cèderons rien !

Si nous devons aller en prison pour défendre la Cause des Oies, et bien nous irons en prison.

Nous mobiliserons "Ciel et terre" pour que les Oies soient vraiment respectés à Arfeuilles ou ailleurs !

Ceux qui me détestent me détestent et tant mieux. Ceux qui me suivent savent que je suis un combattant communiste qui n'a jamais renié sa nouvelle appartenance politique, ni ses camarades et encore moins sa nouvelle cause : la cause animale !

L'Allier est mon territoire depuis 30 ans !

Je suis un révolutionnaire ! Un révolutionnaire sulfureux, mais, moi, j'avance avec mes tripes comme l'ont fait avant moi, d'autres camarades dans d'autres causes multiples comme Montherlant, Céline, Jean-Edern Hallier ou Brigitte Bardot pour la cause animale.

S'il faut souffrir à ce mauvais "Jeu de l'Oie", et bien, je puis vous garantir que nous donnerons notre peau, aussi bien pour les Oies comme pour les Loups !

Je reste persuadé que les Oies m'en remercieront lorque je serais mort.

Absit reverentia vero "Ne craignons pas de dire la vérité." !

Marc-Claude de PORTEBANE

Nos camps de la résistance Antiporcherie à Agonac calqués sur la résistance antinucléaire et anti-THT en Basse-Normandie

Camarades girondins

venons à l'aide des 

Périgourdines, Périgourdins !

abc1.jpg

Les camps de la  anti  industrielles de l' provincial vont fleurir vers  dans le 

Camarades périgoudin(e)s, nous vous proposons la mise en place de "camps de la Résistance" autour de Périgueux pour dire "Non aux élevages sur caillebotis" en Dordogne. Nous avons "ciblé" 3 élevages qui commencent à soulever l'indignation générale depuis que l'Idiot provincial a prévu de mobiliser ses camarades pour venir en aide aux populations locales excédées par les nuisances locales et dénoncées par nos camarades des associations régionales comme le "Sépanso" ou "l'Apea" qui agissent, eux, sur le terrain environnemental.

Nous, nous défendons la cause animale même si nous avons de bons rapports avec nos camarades, car nous ne serons jamais un facteur de division entre nous. Nous avons des preuves qui disent (en provenance du lobby porcin) qu'il faudrait absolument nous "canaliser" parce que nous, si nous ne sommes pas encore des "Girondins", nous sommes du clan des "Montagnards" car issus, pour la plupart d'entre nous, d'une région voisine à la vôtre, l'Auvergne, notre si belle Auvergne verdoyante - candidate au patrimoine mondial de l'Unesco - que le lobby porcin commence à dévorer.

J'ai lancé une pétition en Auvergne qui a rassemblé plus de 11 000 signatures contre l'extension de la porcherie de Chirat l'Eglise dans l'Allier. Nous n'avons été aidés par personne. Personne ne nous a soutenus. Pas plus les medias du système que les associations environnementales des partis bourgeois qui sont venues, ensuite, (au vu du succès de notre pétition) faire de la récup' sur notre dos en allant manifester à une petite quinzaine devant la préfecture de l'Allier : Moulins et ce, fin 2013.

Cette fibre de l'indépendance unilatérale, je l'ai conquise à la force de mes poignets, parce que, si j'ai des défauts, j'ai au moins une qualité : je suis dur comme le fer. Dur avec moi-même et dur avec mes camarades. En ce sens, en tant que national-bolchevique, je suis un révolutionnaire qui applique à la lettre la réthorique maoïste que cela plaise ou non. Je n'ai jamais trahi mes convictions ! Jamais ! 

L'ex-préfet des régions Auvergne et Aquitaine, Patrick Stefanini, (un haut-fonctionnaire respectable), disait de moi que j'étais "inflexible" et "redoutable". Le bâtonnier et ancien-maire de Clermont-Ferrand, Gilles-Jean Portejoie, dit lui aussi que je suis "redoutable" et "redouté". Personne n'a oublié que j'ai fait "capoter" l'édition du "Free Wheels", le plus grand rassemblement de Harley-Davidson en Europe à Courpière (Puy-de-Dôme) et que j'ai eu, à subir, à de maintes reprises de violentes menaces à tel point que j'ai dû alerter Interpol. Mais, je n'ai jamais faibli dans quoique ce soit.

Je suis intervenu en AG après avoir "mérité mes galons" en gardant pendant plusieurs nuits le camps de la Résistance anti-THT (lignes Très Hautes Tension)à Chéfresne en Basse-Normandie, et ce, dans des conditions atmosphériques et hygièniques des plus basses, grelotant de froid et vivant pratiquement en ermite. Tout cela parce que nous ne voulions pas que notre "bois de la Résistance" soit l'objet d'une attaque physique de la part des forces aux ordres du gouvernement bourgeois pro-nucléaire.

Lors de cette AG à Chéfresne, j'ai pris publiquement la défense des populations locales particulièrement exposées aux représailles de l'Etat et condamné toute forme de violence envers les représentants de l'Etat, car au final, l'addition a été salée pour les agriculteurs et opposants locaux qui se sont retrouvés pour un oui, pour un non, devant les tribunaux.

Le lobby nucléaire a menti et continue de mentir aux masses populaires. Le lobby porcin ment et a menti en Bretagne.

Nous devons considérer ces différents lobbys comme des ennemis de classe et les combattre sur le terrain des idées justes et des contradictions, avec l'aide du Parti révolutionnaire national-bolchevique ou d'autres structures autonomes environnementales et/ou de défense de la cause animale.

Le président Mao tsé-Toung disait à propos des idées justes : "...Dans la lutte sociale, les forces qui représentent la classe d'avant-garde subissent parfois des revers, non qu'elles aient des idées fausses, mais parce que, dans le rapport des forces qui s'affrontent, elles sont temporairement moins puissantes que les forces de la réaction ; de là viennent leurs échecs provisoires, mais elles finissent toujours par triompher....".

Dans notre lutte contre les porcheries industrielles, si nous voulons éviter les écueils, nous nous devons d'être fermes dans nos convictions mais agir avec prudence et pragmatisme. Si la "révolution anti-porcheries" n'est pas un dîner de gala, il nous faut garder la "tête froide" en agissant avec le maximum d'organisation. 

kan-159.jpg

Nous serons fermes pour nos "camps de la Résistance anti-porcheries" à Agonac mais nous ne répéterons pas les erreurs de Montabot : comme vous pouvez le lire sur ces deux témoignages :

"Le 24 juin 2012 sur la commune de Montabot, Manche, nous avions donné rendez-vous aux forces de l’Ordre et notre invitation a bien fonctionné : elles étaient là. L’assemblée du Chefresne avait décidé en mars d’organiser un week-end de résistance au projet de ligne THT « Cotentin-Maine » actuellement en construction, avec pour ambition de créer des « interférences sur la ligne ». La commune du Chefresne résiste depuis le début, depuis 2006 : elle ne veut pas de THT sur son territoire. Il y a parallèlement, à cette opposition officielle, une ribambelle d’actions qui ont été menées contre des pylônes, du matériel de RTE. Nous sommes venus soutenir ces « rebelles » car le problème est mondial. Oui mondial.

Les massmedias oubliant systématiquement le fond du problème, nous sommes obligés de rappeler systématiquement qu’ils font partie intégrante du régime totalitaire dans lequel nous vivons. La société du spectacle et la manipulation de masse des opinions a succédé aux dictatures directes et brutales du XXè siècle. Il n’y a plus besoin de tuer des opposants politiques qui pensent autrement que le pouvoir central, il suffit de mentir partiellement sur eux dans les massmédias, de détourner le sens de leurs actions et de leur paroles. Mentir partiellement est nettement plus efficace que mentir de manière éhontée. C’est encore ce qui s’est passé avec les articles de « Ouest-France » par exemple. Bien mal avisé celui qui ne lit que cette presse de propagande du Préfet.

Après tant d’années de résistance, le Maire du Chefresne a fini par démissionner de son mandat, et ses conseillers aussi. La pression venant du Préfet s’est accentuée au fur et à mesure que la ligne se construisait. L’histoire du camp Gaulois qui résiste avec une potion magique, c’est de la bande-dessinée. Et là, on en est loin : l’avant-veille du camp, le 20 juin à six heures du matin, des gendarmes mobiles ont défoncé la porte d’entrée du château d’eau communal, ont violemment expulsé les gens qui y dormaient puis ont confisqué le matériel qui y était entreposé : banderoles, affiches, tracts, ficelles, scotch. Un camion bâché est arrivé, des militaires en sont descendus et ont investi le château d’eau. Le Maire s’est alors rendu sur place avec son écharpe tricolore, a expliqué que le bâtiment communal avait été légalement prêté à une association « loi 1901 », mais les nouveaux squatters sont restés sur place. Il faut dire que d’en haut du château d’eau, les forces de l’Ordre avaient une excellente vue sur le camp de resistantes, mais aussi sur les pylônes 221, 222, et 223, situés sur la colline en face, à Montabot.

Au camp le samedi 23 juin après-midi, un adjoint du Maire du Chefresne est venu et s’est lancé dans un témoignage de leur combat pendant toutes ces années. Au bout de dix minutes à revivre les épisodes de leur lutte, sa voix s’est étranglée lorsqu’il a voulu remercier les trois cents jeunes qu’il avait devant lui, d’être venus les supporter. L’émotion l’a empêché d’en dire plus. Un éleveur victime en 1981 de la construction de la première ligne THT en Cotentin a parlé du combat qu’il mène depuis, puisqu’il a toujours refusé les sommes d’argent proposées par EDF et les cabinets ministériels en échange de son silence. De la nature des sols dépend des phénomènes d’induction qui perturbent les animaux. Dès qu’une ligne THT apparaît, les bêtes souffrent. Mais sur 6000 éleveurs en France, si 60 d’entre eux vendent leur exploitations pour la transformer en parcelle de céréales à cause de la ligne, l’Etat s’en contrefiche. La « Justice » a suivi, comme Himmler a suivi Hitler. Jamais un éleveur n’a obtenu gain de cause face à RTE, EDF et l’Etat : le juge oublie son devoir comme on efface la craie sur un tableau noir. Et l’on est censé oublier ce qui est présenté comme des cas isolés.

La ligne THT Cotentin-Maine est le pur produit de la mafia des cupides-autoritaires qui organise le régime totalitaire en France et ailleurs : cette ligne participe à la création d’un gigantesque réseau de circulation d’information mondial, avec non seulement vente d’électricité mais aussi contrôle des populations et automatisation de leurs échanges avec l’administration centrale. Le courant électrique sera produit par des éoliennes en mer du Nord, par des centrales nucléaires comme l’EPR de Flamanville, mais aussi mécaniquement par les trois réacteurs de Tricastin qui sont maintenant libérés de l’alimentation électrique de l’usine Eurodif qui a fermée. On vient d’apprendre qu’il y a une ligne THT en prévision dans le Pas de Calais, à Arras. En Allemagne, pas moins de cinq lignes THT sont programmées pour évacuer l’électricité des parcs éoliens offshore de la mer du Nord vers toute l’Europe. La THT de Perpignan -enfouie- servira pour l’électricité solaire venant du Sahara. Bref, les lignes THT sont des infrastructures juteuses qui font faire des sacrées affaires aux producteurs d’électricité et de services d’acheminement d’information. La France, comme disait Talleyrand sous l’Empire, « c’est une bonne affaire ».

Concernant notre action, il n’était bien sûr pas question pour les forces de l’Ordre de nous laisser accèder aux pylônes le jour prévu. Ils ont donc encerclé le camp dès le soir du 23 et il n’y avait aucune autre possibilité qu’une rencontre frontale. A Valognes, le 23 novembre 2011, quelques enfants de la liberté avaient pu accéder aux voies de chemin de fer pour saboter la ligne SNCF et rabattre le caquet à Areva et son papa l’Etat en retardant le départ du train de nuclear marchandizing vers l’Allemagne. A Montabot le 24 juin 2012, il n'y avait qu'une seule issue dans le bocage normand : les pierres contre les grenades, une marche pour l’honneur. Avec deux blessés à l’oeil et deux à la jambe*, plus un jeune arrêté après avoir été tabassé, le bilan est honnête car il faut bien reconnaître que s’ils avaient voulu l’alourdir, ils auraient pu : une vingtaine de gendarmes mobiles ont repoussé deux cent cinquante manifestants jusque dans leur camp, les bronches pleines de gaz « CS », à la limite de l’asphyxie. Ils avaient de quoi les exterminer.

Beaucoup de lecteurs se poseront la question de l’inconscience : à quoi cela sert-il de caillasser pour caillasser ? Il nous apparaît que parmi les différentes mouvances qui refusent le régime totalitaire, celles qui prônent l’action directe, la violence, la clandestinité, ont pu avoir du crédit dans ce qui s’est passé à Montabot. Le dilemme se posait en 1941-1943 en France occupée : les actions violentes des FTPF semblaient démesurément faibles vu l’effet produit sur l’adversaire. Si la violence est en soi condamnable, il faut comparer celle produite par les enfants de la liberté à Montabot en 2012, à celle perpétrée en permanence par l’Etat et ses myriades d’entreprises cupides-autoritaires : la fabrique de l’exclusion sociale et de la précarité au service de la baisse du coût du « travail », le chômeur ou le fainéant comme nouveau « juif » à culpabiliser, dénoncer et discriminer. Une fois qu’on a vu mais surtout vécu la violence institutionnelle, on trouve que lancer une pierre sur une cohorte de professionnels de la guerre, c’est peu de choses, même si cela n’a rien de glorieux car nous sommes tous fait pareils.

Nous savons que les forces de l’Ordre nous fichent et qu’elles n’hésiteront pas à nous arracher à nos vies sur terre si nous venions à obtenir un crédit auprès des gens. Notre seul espoir à tous, par-delà les frontières, c’est qu’une grande masse parvienne à réaliser dans quel monde elle vit, prenne conscience de sa vie. Ceci afin de faire tomber la main-mise des massmédias sur le cerveau qui annule les informations des organes sensitifs comme l’éblouissement de la pleine lune, la fraîcheur de la mare, le claquement d’un bec sur l’écorce, les paroles des vieux, la courbe d’un nu.

A la lecture de ce compte-rendu, nous pensons avoir fait passer l’essentiel : notre détermination n’a fait que grandir, s’affermir sur le camp de résistance du Chefresne. Nous appelons à l’utilisation de la diversité pour construire un mouvement d’une ampleur considérable dont la base ne devra jamais céder un pouce de terrain ni à la société nucléaire et son monde, ni au gouvernement représentatif, dont les deux organes – la pyramide des élus et la pyramide des fonctionnaire- organisent l’impuissance politique du peuple avec l’instrument des massmédias.

* [Note] : Ce sont en fait bien plus de blessé-e-s qui ont été répertiorié-e-s dont six ont du être hospitalisé-e-s en urgence, deux pour des blessures à l’oeil, trois pour des blessures aux jambes et l’une pour des blessures multiples par éclats sur tout le corp et qui a du être opérée pour en retirer un du bras."

chef-041.jpg

kan-137.jpg

Notre "camps de la Résistance" au Bois de Chéfresne rasé par RTE..... pendant notre absence et en plein hiver !!!

A2103

Autre témoignage d'une de nos camarades :

"Laisser place à la fragilité ou tout détruire.

Je me suis fait tirée dessus par un flic.

J'ai 15 impacts de métal dans le corps et ils y resteront ; la jambe, l'os du genoux, le vagin, le sein, le bras. Le nerf de mon bras droit a été sectionné, on a du opérer. Dans un an peut être je retrouverai ses capacités.

J'écris pour qu'"on" ne puisse pas dire qu"on" ne savait pas. Qui veut savoir sait.

J'écris pour qu'on arrête de nous censurer, frapper, enfermer, tuer derrière une soit disant démocratie et un soit disant état de droit.

J'écris parceque je n'en peux plus qu'on renvoie les violences aux pays lointains et pauvres en se décharge lâchement des questions révolutionnaires qui se posent en tunisie, en lybie, en Egypte, en Syrie ... disant qu'en France c'est pas la même, qu'en France c'est différent, et même pire...

Ecrire parce qu''à 20 ans j'ai subie, vu et entendu trop de violences policières derrière des vitrines de mensonges et de propagande marchande.

Écrire parce qu’il m'est insupportable de sentir cette boule d’angoisse dans mon ventre quand je croise un flic, et ce brouillard de solitude et d'impuissance face au système policier.

Écrire faute hurler que ça ne peut plus durer, et de prendre acte.

Ecrire parceque la liberté dans la civilisation occidentale est un mensonges meurtrier.

Ecrire parce qu'il y a trop de silences et de mensonges sur la répression, sur nos luttes, sur les dangers du nucléaire, entre autre, sur la violence du système.

Cette fois-ci, ça s'est passé au Chefresne, une commune qui résiste à l'implantation d'une ligne très haute tension de 170 km de long (cette ligne participe à la création d’un gigantesque réseau de circulation d’information mondial, avec non seulement vente d’électricité mais aussi contrôle des populations et automatisation de leurs échanges avec l’administration centrale. Le courant électrique sera produit par des éoliennes en mer du Nord, par des centrales nucléaires comme l’EPR de Flamanville, mais aussi mécaniquement par les trois réacteurs de Tricastin qui sont maintenant libérés de l’alimentation électrique de l’usine Eurodif qui a fermée ; http://antitht.noblogs.org/255 )

Mais je porte en mois bien des blessés, bien des morts, bien des non dits, pas qu'en France, pas qu'ailleurs .

Je porte en moi des prisons pleines et je sais les impunités à répétions pour les bourreaux légitimes.

Amin Bentounsi a été assasiné le 21 avril par balle, dans le dos, et suite à ça des policiers manifestent armés, en uniforme, revendiquant le droit de tuer en prevention.

Depuis leur mise en services le flash ball, les grenades assourdissantes et celles de desenclerment ont fait beaucoup de blessés, des oeils perdus, des plaies, des handicaps, des morts; personne n'a gagné devant la justice.

Je sais des villes de plus en plus sécuritaires, un arsenal juridique de plus en plus liberticide, le perfectionnement du contrôle de la population en meme temps que celui des frontières.

J'écris parce que j'en ai marre qu'on me demmande si "ça va". A ceux à qui j'ai dit "oui", la politesse ou l'habitude.

bref.

Nous nous sommes fait tirés dessus sous des pylones THT qui pullulent dans la campagne, dans un désastre mondial qui menace de péter à tout moment et dans lequel on nous voudraient civilisé, passif. Nous, à force, dépossédés de presque tout; de notre histoire, de son sens, du langage, de l'information, de nos corps, de nos désirs, de notre temps, de nos vies. Alors qu'on nous voudraient inoffensifs, craintifs, non violents, je ne veux pas qu'on me parle comme à "la malade", qu'on m'infantilise, qu'on me plaigne. J'ai besoin qu'on prenne soin des uns des autres, pour durer, j'ai besoin qu'on riposte aussi. J'ai besoin, pour guérir, d'un système sans flics, sans pouvoir.

Oui, tenons compte des dégâts d'un fragment de guerre sociale explicite, de son lot de douleurs et de violence, mais n'abandonne pas, organisons nous. Ce qui ne tue pas rend plus fort parait-il, à condition de ne pas se mentir.

Vous voulez des détails? Les mass-médias sont venus dans ma chambre d’hôpital avant l'opération. Un médecin généraliste, présent sur le camps, avait témoigné des violences policières et de l'utilisation d'armes de guerre ( grenades de Dé-encerclement, grenade assourdissantes, gaz lacrymogène, matraque...) laissant de nombreux blessés. Il avait été formidable sur le camps mais là il arrivait géné ; les mouches à merde du pouvoir, autrement dit les journalistes, voulaient filmer les impacts de métal dans les corps pour diffuser le témoignage. Pas d'image, pas de parole, c'était leur chantage. Ils restèrent une heure dans la chambre, tentant de se défendre de la bassesse de leur journaux (voir les revues de presse sur : http://www.percysoustension.fr )et de leur démarche.

En voyant, sans surprise, ce qui en sort, un rectificatif s'impose.

L'avancée des travaux de la ligne rend plus qu'urgente et nécessaire une résistance concrète et de terminée sur les infrastructures.

"Il est maintenant évident et nécessaire, vu ce que nous imposent les pylônes dressés sur nos terres, que beaucoup de personnes sentent l’envie en eux d’agir directement contre ce maillon faible de l’industrie nucléaire vu l’inacceptable répression des opposants, les droits fondamentaux des personnes bafoués, les humiliations qu’inflige RTE à la population." (extrait de l'appel tous au chefrenes, wk de resistance; http://www.stop-tht.org/)

Ces lignes participent à la dépossession de nos vies et s'imposent avec la même arrogance et le même fascisme que l'aéroport à Notre Dame des Lande, le tgv entre Lyon et Turin, la centrale à gaz au Finistère, les éco-quartiers dans nos villes gentrifiées ou encore que les prisons à visages humains, belle image de l'hypocrisie du merdier actuel.

Alors d'où vient la violence?

On le sait et on peut s'en indigner après coups, mais il est important de le rappeller : les appels publiques de rencontres ou d'action entrainent inévitablement un énorme déploiement du dispositif policier: Occupation policière et militaire du territoire, contrôle et fouilles de ceux qui y passent, surveillance (hélicoptères, dispositif d'écoute), renforts entrainés au terrain ( dans le cas du Chefresne, la spig, les garde mobile de blain, entrainé sur la lutte de notre dame des landes). ILs étaient plus de 500 armés sous les pressions d'une préfecture traumatisée par Valognes (ou la perte de la maitrise d'un territoire.)

Leur volonté semble clair : casser le mouvement, faire mal, physiquement et moralement.

Alors que les mass-media construisent méticuleusement la figure du dangereux radical qui veut en finir (avec on ne sait quoi) et qui vient de loin pour ça ( figure menaçante et complètement dépolitisée), ils passent sous silence les luttes et la répression croissante qu'elles subissent. Un territoire qui résiste est souvent occupé militairement, comme on le voit au Chefresne, à Notre Dame des Landes ou encore au Val de Suse; Sur fond d'expropriation, d'expulsions se déroulent quotidiennement les pressions psychologiques, financières, judiciaires et policières. Derrière la soit disant liberté de penser: l'interdiction d'agir. On nous tanne d'être non violent sous une violence croissante.

Le 24 juin, une manifestation est partie vers le château d'eau, lieu de rencontres et de résistances, expulsé le mercredi 20 juin. Un autre cortège, dont je faisait partie, est allé en direction des pylônes (deux debout et un encore au sol). Il est difficile de dire s'il faut définitivement abandonner toute action de masse annoncée, si c'était un casse pipe d'aller à ce qui ne serait qu'affrontement anticipé par des flics mieux équipés, de se dire que la peur l'envie d'annuler était presente la veille et le matin et qu'elle était peut être sagesse. Il semble important de questionner nos mode de prise de descision dans des moments d'urgence et de "spectacle" comme celui-ci. "La marche pour l'honneur" mentionné dans un retour (lien ci dessus) laisse un triste arrière gout de ces armées de déja-vaincus avançant vers leur perte. Etre transversales, imprévisibles, inattendus pour ne pas devoir devenir force militaire… Un ami me dit après coup " cette fois encore on est pas passé loin de la mort, un d'entre nous aurait pu y rester".

Dans la campagne grise de gaz nous n'avions pas le rapport de force ou l'intelligence nécessaire pour ne pas se faire repousser assez rapidement et violemment vers le camp. On entendait des détonations, des cris et sur la dernière charge les regards que je croisais étaient effrayés ou souffrants. Les lignes de flics, en entendant "il y a des blessés, du calme" se sont mis a charger en gueulant et tirant. Après avoir eu l'impression de bruler, j'ai eu celle de perde mon bras, puis la peur qu'ils nous tirent dans le dos ou qu'ils arrêtent. Quelqu'un m'a saisit et m'a sortie de là.

A ceux qui disent que la guerre est finie, je leur dis qu'elle est latente, cachée, mais qu'on peut compter nos morts, pour ne pas les oublier. Un opposant est passé il y a quelque années sous un train castor qu'il a voulu bloquer en s'enchainant sur la voie. D'autres y ont laissé leur tendons, brulé par la disque use des flics qui voulaient les enlever, d'autres … la liste est incomplète. Combien de morts par le nucléaire, de Hiroshima à Fukushima en passant par ceux qu'on cache chez nous, combien de tonnes de déchets qui s'entassent, combien d’irradiés, et combien de faux débats démocratiques?

Là, c'était une tente médic pleine de blessés. Tristement mais efficacement les gestes et les réflexes se mettent en place : soigner dans l'urgence, maitriser sa douleur et accompagner celle des autres, évacuer malgré les barrages de polices, éviter celui qui bloquaient l'accès à l'hopital de st Lo, attendre deseperement les pompiers bloqués, subir la réquisition d'un de leurs véhicules pour évacuer un policier égratigné au détriment d'une fille risquant de perdre la vue ...

En arrivant à l'hopital, je raconte tous ça en montrant mon corps mutilé. On s'indigne, on s’énerve, on déplore dans le service hospitalier pas familier des violences policière de la France de 2012. Certains auraient voulu aller à la manifestation mais travaillaient, certains m'ont dit en levant le poing de continuer la lutte, d'autres n'en revenait pas, quelqu'un m'a dit "nous avons fait la guerre en Normandie, on sait ce que c'est". J'ai au téléphone un responsable de l’accessibilité des soins de l’hôpital de st Lo ( par rapport au barrage, deux fourgons et une lignes de garde mobile sur la route-sur la voie d'accès au CHU). Je répète, je dis que les pompiers n'arrivent pas à accéder au camp, il me répond qu'il fait ce qu'il peut. Il ajoute surtout qu'il reçoit, depuis le matin, des pressions de la préfecture pour avoir le nom et la nature des lésions des blessés du Chefresne. Il m'assure que le secret médical ne permet aucune fuite. Je lui dit de tenir face aux pressions et je le remercie pour cela.

Je serai transférée et opérée. Je vous passe les moments où, dans cette chambre, j'ai eu l'impression d'être en taule ou que j'ai craint l'arrivée des flics, les moments où l’étonnement des gens me donnait envie de leur dire mais ouvre les yeux et informe toi, l’inquiétude pour ceux resté au camps, l'envie de parler avec tous ceux qui ont vécu ce moment, l'envie de dire que je n'en veux qu'aux flics, l'envie de casser la télé ou d'occuper le plateau au moment des infos régionales...

Je sais juste qu'un moment me hante; cette heure entière où, mon bras anesthésié dans la salle d'attente du bloc opératoire, je n'ai pu m’empêcher et m’arrêter de pleurer. Pas que mon bras, pas que ces éclats, pas que le stress, mais la détresse de se savoir partie prenante d'une guerre pacifiée et dont les raisons comme les conséquences ne resteront connus que d'un petit nombre de camarades, noyées dans une indifférence générale.

J'ai une grosse question dans la gorge, que faire maintenant par rapport à cette violence policière. Je sais que je n'ai rien à attendre de cette justice de classe sinon une tribune ou une médiatisation du problème. Et encore. Je la sais quotidienne cette violence. Je nous sais nombreux enragés. Je nous sais un peu seuls et démunis aussi.

Déjà j'en profite pour affirmer que ce n'est pas être violent que d'aller avec casque masque à gaz et protection en manifestation, c'est la condition de notre survie physique.

Ensuite qu'il nous faudra être plus intelligents que la police, que leur juges, que leur infiltrés, que leur système de contrôle.

Et pour finir que j'aimerai bien qu'on ne laisse pas faire parce que l'on sait, car "qui ça étonne encore", les violences policières sont entrées dans la réalité et la banalité du politique.

Amal Bentounsi appelait à un mouvement national contre le permis de tuer pour la police, j’appelle à une insurrection internationale contre la police, ce qu'elle nous inflige, contre ce qu'elle défend, contre ceux à qui elle sert.

C'est facile d'écrire mais on ne sait jamais que ça soit lu.

A bientot".

Source : https://www.nantes.indymedia.org/articles/25993.

a387-1.jpg

Si nous voulons éviter ce genre de pierre d'achoppement, je vous demande de nous organiser avec une rigueur implacable pour que la résistance anti-porcheries industrielles ne soit pas nuisible aux populations locales et à leurs modes de vie !

Nous donnons donc RDV au lobby porcin et à ceux qui maltraitent les cochons dans leurs porcheries sur caillebotis galvanisées qui sont des univers carcérals d'un autre âge ! Les populations locales s'inquiètent de l'influence de ce genre d'exploitations sur l'environnement et sur la qualité de la vie en région rurale. Elles ne sont jamais écoutées parce qu'on leur fait des promesses qui ne sont que des leurres. On a pu en mesurer l'impact en Bretagne. Ils n'en veulent et n'en peuvent plus des porcheries dites "industrielles" !!!

Nous ne négocierons JAMAIS sur le bien-être animal ! Nous ferons face au lobby porcin et nous le mettrons face à ses responsabilités.

Les porcs ont des droits ! Ils sont bafoués ! Nous les défendrons becs et ongles à l'avenir. 

En avant, camarades ! A l'action !

Marc-Claude de PORTEBANE

Comité de soutien à "La Truffade" de MONTOLDRE : l'appel de Marc-Claude de PORTEBANE

Hier soir, nous avons jeté les bases de

notre futur comité de soutien au restaurateur

"La Truffade de Saint-Eloi" et cet 

après-midi une autre idée d'association

de soutien à ce comité a été lancée !

A2131

Hier soir, nous étions une demi-douzaine de camarades à apporter notre soutien à une noble cause, celle de la défense des travailleurs indépendants qui en ont assez d'être les "vaches à lait" du système à la "Française" et de leur défit lancé aux travailleurs indépendants.

Vous en saurez beaucoup plus dans les prochaines semaines car rien ne presse dans la vie puisque le restaurateur de Montoldre "La Truffade de Saint-Eloi" a bien patienté, lui aussi, quelques années dans l'espoir qu'on le laisse travailler tranquillement et en toute sérénité sans animosité aucune envers qui que ce soit ou alors, il faudra nous démontrer le contraire.

Entre 12 et 14h, nous avions téléphoné à Mme Margelidon-Fouquet, le nouveau maire de Montoldre pour l'avertir de la future création de ce futur comité de soutien, pour l'assurer de notre esprit de concorde et pour lui demander d'être un des membres d'honneur de notre association loi 1901. Ce à quoi, elle déclina fort poliment.

Par contre, le restaurateur aurait passé lui, 2h dans le bureau de l'élue et ce, dans l'après-midi. Chut ! Vous n'en saurez pas plus.

Cet après-midi, dans la région de Clermont-Ferrand j'ai décidé, avec quelques camarades nationaux-bolcheviques, de lancer une réflexion sur la création potentielle d'un Comité de soutien au Comité de soutien au restaurateur "La Truffade de Saint-Eloi parce que, nous, nous aimons bien le goût du secret et que nous ne voulons ni être espionnés ni pointés du doigt.

Ce Comité de soutien au Comité de soutien aura une dimension plus régionale et sera appelé à soutenir d'autres comité de soutien à des travailleurs indépendants. Il interviendra en teme de communication, notamment.

Moi, j'adopte et j'adopterais toujours la doctrine nationale-maoïste du président Mao tsé-Toung lorsqu'il affirmait que dans la vie, "Les contradictions et la lutte sont universelles, absolues, mais les méthodes pour résoudre les contradictions, c'est-à-dire les formes de lutte, varient selon le caractère de ces contradictions : certaines contradictions revêtent le caractère d'un antagonisme déclaré, d'autres non. Suivant le développement concret des choses et des phénomènes, certaines contradictions primitivement non antagonistes se développent en contradictions antagonistes, alors que d'autres, primitivement antagonistes, se développent en contradictions non antagonistes" (Le petit livre rouge - De la contradiction - Août 1937 - Oeuvres choisie de Mao tsé-Toung, tome I.

Ceux qui critiquent le Comité de soutien au restaurateur "La Truffade de Saint-Eloi en disant que c'est une association communiste, ont tout faux.

Par contre, ceux qui diront que le futur Comité de soutien au Comité de soutien au restaurateur "La Truffade de Saint-Eloi" est composé de camarades nationaux-bolcheviques n'auront pas tout faux puisqu'ils auront bien raison.

Ne confondons pas le communisme (PCF, communisme de gauche, en déclin) et le national-Bolchevisme (PARTI REVOLUTIONNAIRE NATIONAL-BOLCHEVIQUE, communisme de droite, en pleine ascension) !

D'où l'utilité du rappel de la maxime du président Mao tsé-Toung telle que je l'ai révélée aux merdias français lors de l'inauguration de la statue du président Mao à Montpellier en donnant une interview à France 3 Languedoc-Roussillon et à une douzaine de radios nationales et internationales... que vous pourrez consulter en cliquant sur ce lien : http://youtu.be/Y40A1tL-hIA

Paul TOP

Municipales 2014/Clermont-Ferrand : JP BRENAS face à 4 candidats du Front de gauche dont Marc-Claude de PORTEBANE

Municipales 2014 à Clermont-Ferrand :

La tête de liste de la droite Jean-Pierre Brenas

devra faire face à 4 candidats du Front de gauche

dont le national-bolcheviste

Marc-Claude de Portebane !

Jean-Pierre Brenas, qui a été désigné le 9/7/2013 à Paris tête de liste pour les municipales de 2014 au détriment du candidat malheureux Gilles-Jean Portejoie, bat déjà le pavé clermontois en vue des prochaines municipales de 2014 de Clermont-Ferrand.

numerisation0003-12.jpg

Le candidat Jean-Pierre Brenas (président du groupe d'opposition municipale UMP-UDI) qui veut permettre à chaque clermontois de faire entendre sa voix sur les dossiers qui le concernent, s'engage au niveau de la fiscalité à ne pas augmenter les impôts locaux (taxe foncière, taxe d'habitation).

Jean-Pierre Brenas devra faire face au candidat du parti socialiste mais désormais à quatre candidats de l'extrême gauche clermontoise : Patricia Guilhot (Parti de gauche), Alain Laffont (Gauche antilibérale), Cyril Cineux (PCF) et......le trouble-fête et polémiste Marc-Claude de Portebane (communiste dissident, national-bolchevique, Greenpeace).

isab-770.jpg

(Marc-Claude de Portebane est un homme politique auvergnat

dissident communiste car maoïste, militant de Greenpeace

national-bolcheviste, activiste écologiste, militant humanitaire.

Membre de la commission communication du Comité pour Wissam.

 Ici au siège de la fédération communiste de Clermont-Ferrand)

Théoriquement il ne devrait y avoir qu'une seule tête de liste de la dynamique Front de gauche mais le national-bolcheviste Marc-Claude de Portebane (qui a le soutien de certains milieux anarchistes) semble bien décidé à partir à l'assaut de la citadelle clermontoise en rassemblant les déçus du PS, d'Europe-Ecologie Les Verts, du parti communiste mais aussi du Front de gauche. Ami de longue date avec le bâtonnier Gilles-Jean Portejoie mais aussi avec le maire de Clermont-Ferrand, Serge Godard, il peut compter également sur de nombreux ami(e)s progressistes et nombre d'élus divers gauche ou divers droite auvergnats :

uma-003-2-1.jpg

Tractage pour le Dr Alain Laffont (NPA)

fh-308.jpg

Présidentielles pour François Hollande, Nevers

place du palais ducal, 1er mai 2012

leon-salon-027.jpg

Marche-protestation (flèche verte)

contre l'incinérateur de Clermont-Ferrand

avec Serge Godard, Alexandre Pourchon et divers élus

Au sein de la fédération du parti communiste du Puy-de-Dôme, le maoïste Marc-Claude de Portebane, (que l'on voit ci-dessous dans la vidéo de FR3 Languedoc-Roussillon à Montpellier lors de l'inauguration de la statue de Mao tsé-Toung), bénéficie du soutien du député de Thiers/Ambert André Chassaigne.... pour qui... il a fait campagne lors des dernières législatives :

www.youtube.com/watch?v=Y40A1tL-hIA

mao-34-158.jpg

La bataille s'annonce donc explosive à gauche mais aussi à droite.

Et rien ne dit que Gilles-Jean Portejoie n'aura pas une investiture à droite !

Chantal LEVEQUE

Le maoîste Paul TOP (UMA) était présent à l'inauguration de la statue de Mao tsé-Toung à Montpellier

mao-34-158.jpgLe président du courant de l'UMA (Union Maoïste) Paul TOP et une douzaine de maoîstes ont fait le déplacement, place du XXe siècle, à Montpellier pour l'inauguration de la statue du président Mao Zedong, fondateur et dirigeant historique de la République Populaire de Chine et du parti communiste chinois.

Dans de nombreuses interviews, Paul TOP a remercié le président de la communauté d'agglo de Montpellier, Jean-Pierre MOURE d'avoir respecté le testament de feu Georges FRECHE.

Jean-Pierre MOURE, qui est un homme d'honneur, a également inauguré les statues de Gandhi, Golda Meir, Mandela et Nasser qui ont rejoint Jaurès, Churchill, Lénine, Roosevelt et de Gaulle.

Le reportage de France 3.fr Languedoc-Roussillon :

Merci de cliquer ci-dessous

Montpellier : 5 nouvelles statues du XXe siècle - polémique - Hérault ...


La cérémonie a été perturbée par des fascistes de la "Ligue du Sud", dont se réclame le député-maire d'Orange, Jacques Bompard.

Un individu a délibérement foncé sur le président Jean-Pierre MOURE en clamant des diatribes hostiles au président Mao qui a toute sa place en Europe et plus précisemment à Montpellier.

Si l'UMA a pris acte de ce trouble à l'ordre public, nous n'allons pas tarder à venir chercher Bompard sur ses terres orangeâtres.

La guerre est donc déclarée et nous verrons bien si les "diguelettes" de la vermine fasciste résisteront bien longtemps sous l'assaut des "orgues de Staline"  et plus particulièrement des maoïstes français qui ont fait trembler le pouvoir en mai 68.

Le fascisme et le nazisme ont bien plus de sang sur les mains que le maoïsme.

Chantal LEVEQUE

Statue de MAO à Montpellier :

Le président de la communauté d'agglo

Jean-Pierre MOURE

mérite la mairie de Montpellier

pour avoir respecté la parole

de feu Georges FRECHE !

gf-055.jpg

Le président de la communauté d'agglo Jean-Pierre MOURE a validé l'installation de cinq nouvelles statues dont celle, la plus prestigieuse, du président MAO tsé-TOUNG, sur la place du XX°-Siècle dans le quartier Port Marianne situé dans la ZAC Portes de la Méditerranée - Odysseum à Montpellier.

Parmi les réactions les plus positives qui ont répondu en écho aux volontés de feu Georges FRECHE, il faut noter celles de Michel PASSET (conseiller d'Agglomération et adjoint communiste au maire de Montpelier) et des courageux socialistes Michaël DELAFOSSE (adjoint PS au maire de Montpellier, conseiller d'Agglomération) et Philippe SAUREL (adjoint PS au maire de Montpellier, conseiller d'Agglomération) qui eux, n'ont pas renié le vote du 15 janvier 2009 alors que TOUS les conseillers d'agglomération de Montpellier avaient voté l'érection de ces statues place du XX° siècle !


Le président Jean-Pierre MOURE a ajouté la mise en place de bornes interactives afin de replacer les grands hommes dans leur contexte sans occulter les aspects négatifs sur leurs parcours.

Pendant 50 ans, Georges FRECHE a été un ami et un partenaire de la civilisation chinoise (source : L'Agglo, 2007) puisqu'il a été un des rares invités au premier repas de l'ambassadeur de Chine à Neuilly, après la reconnaissance de la Chine populaire par le général de GAULLE.

Si Georges FRECHE n'a jamais eu l'occasion de rencontrer le président MAO, il a en revanche serré la main du premier ministre ZHAO Ziang et du président DENG Xiaoping.

Aux côtés de la future statue du président MAO, figurent déjà JAURES, LENINE, ROOSEVELT, CHURCHILL et de GAULLE.

Dans cette seconde phase d'installation, il faudra noter, également, la présence de GANDHI, NASSER et MANDELA?

Grâce à Georges FRECHE, "ces statues seront un moyen de montrer l'Histoire et ceux qui l'on faite à tous ceux qui ne savent pas", comme l'indique fort justement l'hebdo "qui pimente l'info" locale "Jeudi tout" 11/07) !

Front de gauche contre Affront national à Hénin-Beaumont dans le Pas-de-Calais :


L'UMA de Paul TOP

(Union maoïste Auvergne)

prête à épauler le Front de gauche

dans le berceau ouvrier français à

Hénin-Beaumont dans le Pas-de-Calais !

numerisation0015-2-2.jpg

poing-rouge (1)

Jean-Luc Mélenchon expliquera cette semaine dans la presse pourquoi il a décidé de se porter candidat dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, à Hénin-Beaumont, face à la présidente du Front national, Marine Le Pen.

Front de la sueur ouvrière et paysanne contre Affront national, déclenchons avec Jean-Luc Mélenchon l'insurrection civique.

L'UMA en cours de réflexion est prête pour passer à l'action.

Réflexion matinale sur la Révolte des lycéens de Louis-le-Grand à Paris près de la source polluée de Fontaurige sur les terres de Wauquiez

union-maoiste-005-2.jpgLe 6 mai 2012 doit être la grande date

des premiers frémissements de colère

de la révolution culturelle française

de la révolte des jeunes et des étudiants

qualifiés sans arrêt d'alcooliques

de drogués et de dépravés !

revolution-culturelle-2.jpg"Comment s'y prendre pour déterminer si un jeune est révolutionnaire ou non ? Comment faire la distinction ? Il n'y a qu'un seul critère : ce jeune veut-il se lier aux masses ouvrières et paysannes et se lie-t-il effectivement à elles ? S'il le veut, et s'il le fait, c'est un révolutionnaire ; dans le cas contraire, c'est un non-révolutionnaire ou un contre-révolutionnaire. Qu'il se lie aujourd'hui aux masses d'ouvriers et de paysans, il est un révolutionnaire ; que, demain, il cesse de le faire, ou qu'il se mette au contraire à opprimer les gens du peuple, et il sera alors un non-révolutionnaire ou un contre-révolutionnaire".

"L'orientation du mouvement de la jeunesse" - 4 Mai 1939 - Oeuvres choisies de Mao Tsé-toung, Le Petit Livre Rouge, tome II

Le fait est indéniable. Durant toute la période des élections, pendant de longs mois, ni les candidats, ni les medias et les organisations politiques ne se sont penchés sur la jeunesse traitée en quantité négligeable. Sauf pour la stigmatiser (les lycéens et les étudiants sont qualifiés d'alcooliques) et remettre en cause le bac et l'avenir des jeunes.

Les jeunes sont les premiers touchés de plein fouet par la galère, le chômage et la misère. Le système capitaliste tente de vouer la jeunesse à la déchéance comme les politiciens avec toutes leurs mesures anti-jeunes.

Avec l'austérité de M. Sarkobush, l'éducation est réduite à une peau de chagrin. Les 150 000 suppressions de postes de profs conduisent à la liquidation des options, des matières et à abandonner le soutien des élèves les plus en difficulté. Les classes sont surchargées et chacun doit se débrouiller comme il peut. Derrière, c'est l'avenir des jeunes qui est remis en cause.

A deux mois du bac, les candidats à la présidentielle affirment que "le baccalauréat n'a plus de valeur" pour justifier leur réforme en profondeur du bac, c'est-à-dire liquider le bac comme diplôme national et premier grade universitaire car il garantit des droits conquis par de longues luttes, surtout dans les fonctions publiques.

Avec l'autonomie-privatisation des universités, les campus privés à l'américaine se développent et la sélection par l'argent règne. Derrière cette offensive sans précédent contre les universités publiques, c'est la brèche ouverte pour privatiser toute l'éducation de la maternelle au lycée.

C'est dans ce contexte que les lycéens les plus conscients de Louis-le-Grand ont compris que leur vie ne pouvait pas se jouer par le dépôt d'un bout de papier dans une urne. Les propositions de la droite, comme de la gauche, se concentrent dans la poursuite de l'austérité qu'elle soit de droite ou de gauche. Les lycéens, comme les jeunes, n'en veulent pas. D'ailleurs, les jeunes se sont massivement abstenus lors du premier tour et il en sera probablement de même pour le deuxième tour des élections présidentielles.

Le fait, que les lycéens de Louis-le-Grand décident de prendre en main leur avenir et se réunissent en décidant de sortir eux-mêmes leur propre journal lycéen intitulé "La parole aux lycéens", est gage d'espoir. Ils veulent devenir des acteurs historiques, mais le poids de la société, la pression de vie quotidienne est là. C'est un acte d'émancipation et nous savons que l'émancipation des jeunes se fera par eux-mêmes.

L'issue est dans la construction de

La Force Jeune Révolutionnaire

numerisation0001-12.jpg

Nous sommes dans une société où tout est fait pour abrutir la jeunesse, l'empêcher de réfléchir, lui interdire de s'exprimer ; où dès le plus jeune âge, on lui apprend la soumission pour aller vers la surexploitation. Elle veut comprendre le monde dans lequel elle vit pour mieux la combattre. L'issue est dans la construction de La Force Jeune Révolutionnaire.

Le système capitaliste tente de broyer la jeunesse. En Grèce, les jeunes sont dans la misère, en Espagne, un jeune sur deux est au chômage. Soit c'est la déchéance, soit on se lève. L'homme est faible car il est à genoux.

Debout jeune garde ! Comme le disait Archimède : "donnez-moi un levier et je soulèverai le monde".

Les lycéens sont capables de construire de grandes choses, l'unité sur des bases claires fait leur force. En tout cas, c'est limpide : l'austérité de droite comme de gauche, ils n'en veulent pas.

Les lycéens du plus grand lycée de France de Louis-le-Grand nous montrent la voie à suivre.

Une avant-garde se lève et en appelle à toute la jeunesse consciente pour s'organiser ensemble afin de peser sur l'histoire !

Paul TOP

fondateur de l'UMA

(Union Maoïste Auvergne)

Réflexion matinale au bord de ma petite fontaine à Escurolles sur le printemps des peuples !

bandeauplaceaupeuple.jpg

Dimanche dernier, le jour de Pâques, je suis allé avec ma camarade, rendre une visite amicale à une autre camarade qui vit dans les froideurs encore hivernales des Combrailles d'Auvergne. Nous avons été reçus chaleureusement par la camarade qui a fait, dans son temps, des études supérieures (Ingénieur, école des Mines) et qui se retrouve, hasard de la vie, dans un état de pauvreté absolue et de dénuement total.

J'ai été agréablement surpris de trouver pêle-mêle sur la vieille table du salon tout un tas de journaux comme Le Monde, mais aussi, entre quelques tasses de café encore colorées du marc de la veille, parmi des ouvrages révolutionnaires, quelques bouquins que j'affectionne tout particulièrement comme Louis-Ferdinand CELINE, Léon BLOY, Mao Tsé-toung, Robert BRASILLAC, Jules VALLES ou le poête Antonio MACHADO.

Nous avions froid, que dis-je, nous grelottions de froid. Tout par un coup, au fond de la pièce de vie, j'ai aperçu une église aux qualités architecturales. La camarade-ingénieur m'a fait observer que dans ce village, il n'y avait bien que cet édifice à rester encore "debout" avec la mairie. En effet, les services publics ont disparus depuis "belle lurette" faisant place nette à la désertification rurale.

Je me suis approché de la vitre et j'ai remarqué qu'un carton faisait office de vitre, laissant l'air glacial pénétrer dans cette pièce qui respirait pourtant les arts et la littérature alors que le poêle à bois continuait à dévorer bûches sur bûches.

Revenant vers la table et ses chaises Art Déco bancales pour serrer de mes doigts la tasse de café encore brûlante, je me suis souvenu du discours de Jean-Luc MELANCHON à la Bastille le 18 mars 2012 : "Nous sommes le cri du peuple ! Le peuple des oubliés, des méprisés, des abandonnés (....) Le cri de tous ceux qui voudraient apporter le concours de leur intelligence et refusent la morale de l'égoïsme. Je vous appelle à commencer le printemps des peuples !".

Devant tant de misère, j'ai réfléchi sur le discours du maire du Puy-en-Velay, Laurent WAUQUIEZ qui n'a eu de cesse d'affronter les pauvres aux autres classes alors que la France est défigurée par les inégalités sociales..

Cela m'a conforté dans mon dégoût profond de la droite en général - que j'ai pourtant largement soutenue - et qui n'a eu de cesse de conforter les HALLYDAY et Cie qui paient moins cher leurs impôts à l'étranger et l'abjecte oppression de cette funeste "troïka" : FMI, Commission européenne et Banque centrale européenne.

Le gaullisme est mort avec le général de GAULLE et la V° n'est plus adaptée aux temps actuels.

Vérité de Lapalisse : le peuple attend plus de justice et d'équité contre l'oligarchie qui domine le peuple français.

La vague "MELANCHON" est de plus en plus forte, rien ne sert de vouloir aller de toute force à contre-courant. Même chez les cadres et les ingénieurs la lutte aux côtés du Front de gauche séduit de plus en plus.

La vague MELANCHONISTE balaiera, un jour ou l'autre, la droite et le PS et à ce moment-là, des "têtes rouleront" et les sangsues seront "exterminées" !

Paul TOP

Réflexion de l'après-midi sur l'enthousiasme de la paysannerie gonflée de primes au 154° concours agricole de Varennes-sur-Allier

Tandis que les cours du Charolais dégringolent

et que la paysannerie gonfle sous les subventions

les mauvais esprits restent dans les esprits !

Ceux qui, en période révolutionnaire, ne savent qu'emprunter la voie routinière sont absolument incapables de discerner notre enthousiasme en faveur d'une redistribution des terres.

Ce sont des aveugles ; ils voient tout en noir. Parfois, ils vont jusqu'à renverser les faits et à faire passer le blanc pour le noir. N'avons-nous pas suffisamment vu de ces gens-là ? Ceux qui ne savent que suivre les chemis battus sous-estiment toujours l'enthousiame du peuple. Quand une chose nouvelle apparaît, ils ne l'approuvent jamais, d'emblée ils s'y opposent.

Puis, ils reconnaissent leur tort et font quelque autocritique. Mais par la suite, en présence d'une autre chose nouvelle, ils se comportent de la même manière en reprenant ces deux attitudes. C'est de cette façon qu'ils réagissent devant toute chose nouvelle.

Ces gens-là sont toujours dans un état de passivité. Ils n'avancent jamais dans les moments décisifs.

Ils ont toujours besoin qu'on leur donne un grand coup dans le dos pour qu'ils fassent un pas en avant !

L'essor du maoïsme dans les campagnes - Mao-tsé toung - Le petit livre rouge - La ligne de masse - 1955

Réflexion matinale sur les nuisances émanant d'une cabine de peinture automobile au pied des barrières de Lapalisse

lp-2012-045.jpgPourquoi autant de barrières de "dégel" au pays des Vérités :

il n'y a plus de pelles ou de sel à Lapalisse ?

Avis à la population de Lapalisse !

"Il faut annoncer les réunions d'avance, comme si l'on affichait un avis à la population, pour que chacun sache ce qui va être discuté et quels problèmes sont à résoudre, et que chacun s'y prépare assez tôt. Dans certains endroits, des réunions de cadre sont convoquées sans que rapports et projets de résolutions soient prêts ; on les improvise tant bien que mal lorsque les participants sont déjà là ; cela rappelle le dicton : "Troupes et chevaux sont là, mais vivres et fourrage ne sont pas prêts". Cette façon de s'y prendre n'est pas bonne. Ne vous hâtez pas de convoquer les réunions si elles ne sont pas bien préparées.

Mao Tsé-Toung - Le petit livre rouge - Méthodes de travail des comités du parti - 13 mars 1949 - Oeuvres choisies - Le rôle dirigeant des comités de parti - Tome IV.

Réflexion maoïste de la soirée sur la Chine antique

"Tout homme doit mourir un jour, mais toutes les morts n'ont pas la même signification.

Un écrivain de la Chine antique, Sema Tsien, disait : "Certes, les hommes sont mortels ; mais la mort des uns a plus de poids que le mont Taichan, celle des autres en a moins qu'une plume."

Mourir pour les intérêts du peuple a plus de poids que le mont Taichan mais mourir pour les exploiteurs et les oppresseurs a moins de poids qu'une plume !".

Mao Tsé-Toung - Le petit livre rouge - Servir le peuple - 08 septembre 1944 - Oeuvres choisies - Tome III.

Escurolles : clair de lune, Sénèque et lycanthrope au fil de l'Andelot (I)

"La méthode de travail fondamentale, qui doit être ancrée dans l'esprit de tout communiste, c'est de déterminer la ligne à suivre d'après les conditions réelles.

L'examen des erreurs commises montre qu'elles sont toutes dues au fait que nous nous sommes écartés de la réalité à un moment et en un lieu donnés, et que nous avons déterminé de façon subjective la ligne à suivre pour notre travail".

 Mao Tsé-Toung - Le petit livre rouge - Discours prononcé à une conférence des cadres de la région libérée de Chansi-Souei-yuan - 1er avril 1948 - Oeuvres choisies - Méthodes de pensées et de travail - Tome IV

escud-i-015.jpg

Recette matinale sur la critique et l'autocritique à propos des amis du poulet Bourbonnais

"Dans notre lutte contre le subjectivisme, le sectarisme et le style stéréotypé, il est deux préceptes que nous ne devons pas perdre de vue : en premier lieu, "tirer la leçon des erreurs passées pour éviter le retour" et, en second lieu "guérir la maladie pour sauver l'homme.

Il est indispensable de dénoncer toutes erreurs commises dans le passé, en dehors de toute considération de personne, de soumettre à une analyse et à une critique scientifiques tout ce qu'il y a eu de négatif dans le passé, afin d'agir à l'avenir avec plus de circonspection, et de travailler mieux : tel est le sens du premier précepte.

Toutefois, en mettant en évidence les fautes et en critiquant les défauts, nous poursuivons le même but qu'un médecin qui soigne un malade : il le soigne pour lui sauver la vie et non pour amener sa mort.

Quelqu'un souffre de l'appendicite : le médecin enlève l'appendice et sauve ainsi la vie du malade.

 

accident-003-2.jpgle-poulet-bourbonnais.com

photo-poulet-bourbonnais.jpgSi celui-ci qui, ayant commis une erreur, ne dissimule pas sa maladie par crainte du traitement et ne persiste pas dans son erreur au point de ne plus pouvoir être guéri, s'il manifeste honnêtement, sincèrement, le désir de se soigner, de se corriger, nous nous en réjouirons et nous le guérirons, afin qu'il devienne un bon camarade du Parti.

Nous ne pourrons remplir cette tâche avec succès si, cédant à l'impulsion d'un moment, nous FRAPPONS sans merci.

Pour soigner des maladies, idéologiques et politiques, il faut se garder des brutalités : la seule méthode juste et efficace, c'est de - guérir la maladie pour sauver l'homme - ".

Mao Tsé-Toung - Le petit livre rouge - La critique et l'autocritique - Pour un style correct de travail dans le Parti - 1er Février 1942 - Oeuvres choisies - Tome III. 

Le Puy-en-Velay : si l'enfant du pays savait tout

gif gratuit policierspaul-top-iii-024.jpg

"L'existence sociale des hommes détermine leur pensée. Et les idées justes qui sont le propre d'une classe d'avant-garde deviennent, dès qu'elles pénètrent les masses, une force matérielle capable de transformer la société et le monde"

Mao Tsé-Toung - Le petit livre rouge - D'où viennent les idées justes - mai 1963 -

Pensée matinale sur la ligne de masse à propos du tourisme vert dans le Sancy-Artense :

"Nous devons aller dans les masses, nous mettre à leur école, généraliser leur expérience, en dégager des principes et des méthodes encore meilleurs, encore plus systématiques, puis les communiquer aux masses (par la propagande), appeler les masses à les suivre pour résoudre leurs problèmes, de sorte qu'elles se libèrent et conquièrent le bonheur."

 

Mao Tsé-Toung - Le petit livre rouge - Organisez-vous - 29 novembre 1943 - Oeuvres choisies - La ligne de masse - Tome III.

Réflexion matinale de Paul TOP au pied du massif du Sancy

"Nous devons bannir de nos rangs toute idéologie faite de faiblesse et d'impuissance. Tout point de vue qui surestime la force de l'ennemi et sous-estime la force du peuple est faux"

Mao Tsé-Toung - Le petit livre rouge - La situation actuelle et nos tâches - 26 mai 1939 - Oeuvres choisies - Tome IV.

p1010396.jpg

 

Pensée topïste de l'après-midi de Paul TOP

"Si un processus comporte plusieurs contradictions, il y en a nécessairement une qui est la principale et qui joue le rôle dirigeant, déterminant, alors que les autres n'occupent qu'une position secondaire. Par conséquent, dans l'étude de tout processus complexe où il esiste deux contradictions ou davantage, nous devons nous efforcer de trouver la contradiction principale. Lorsque celle-ci est trouvée, tous les problèmes se résolvent aisément" !

Le petit livre rouge - De la contradiction - Août 1937 - Oeuvres choisies de Mao Tsé-toung -