Jean-Jack Queyranne

La Région AURA à la rencontre des territoires pour bâtir avenir économique horizon 2021 !

Espérons que ce nouveau schéma SRDEII va vous changer

des observations de la chambre régionale des comptes

sur la gestion calamiteuse de la Villa Gillet des

ex-présidences souci-alistes SOUCHOU & QUEYRANNE

qui nous ont assez pris pour des ignorants !

SavCommuniqué de presse :

"Grande Région industrielle, Auvergne-Rhône-Alpes va prochainement bâtir son nouveau schéma régional de développement économique, d’innovation, d’internationalisation (SRDEII) pour la période 2017 - 2021, véritable feuille de route pour soutenir le développement économique du territoire, dans toute sa diversité.

Premier document stratégique préparé et présenté par le nouvel exécutif régional, le SRDEII est très attendu, compte tenu de la réorganisation des compétences économiques issues de la Loi NOTRe qui a renforcé la compétence économique des régions.

Désormais, le développement des entreprises à l’international et l’attractivité du territoire font partie des thématiques couvertes par cette nouvelle génération de schémas. La Région devient la collectivité responsable du développement économique sur son territoire, notamment pour les politiques de soutien aux PME et aux entreprises de taille intermédiaire.

En Auvergne-Rhône-Alpes, pour tenir compte de leur poids économique, l’agriculture et le tourisme sont intégrés dans le périmètre du SRDEII. Les représentants de ces secteurs sont pleinement associés à la large concertation souhaitée par l’exécutif régional.

Dans ce nouveau contexte législatif, Laurent WAUQUIEZ, Président de la Région Auvergne- Rhône-Alpes et Martial SADDIER, Vice-président délégué aux entreprises, à l’emploi et au développement économique, ont décidé de bâtir cette stratégie à l’horizon 2021 dans le cadre d’une large concertation sur le terrain de tous les territoires d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Lancée en mars par la Haute-Savoie, cette concertation se poursuit dans l’ensemble des départements. Elle va ainsi bien au-delà de ce que prévoit la loi, puisqu’elle permettra de consulter et d’écouter tous les acteurs dans leur diversité afin qu’ils expriment leurs besoins et leurs visions quant au potentiel économique de leur territoire.".

Espérons que ce SRDEII nous changera de la scandaleuse affaire de la "Villa Gillet" où l'argent public - sous les ex-présidences socialistes SOUCHON/QUEYRANNE des régions Auvergne et Rhône-Alpes - a été dilapidé sans presque aucun contrôle.

Le quotidien Le Monde (19/05/2016) a confirmé que maintenant, les choses allaient changer de façon drastique pour cette verrue : "Les trois tutelles de cette institution culturelle de Lyon se sont mis d’accord, mercredi 18 mai, pour revoir sensiblement à la baisse son budget, à la suite d’un rapport très critique de la chambre régionale des comptes Auvergne Rhône-Alpes".

La cour des Comptes matraque L'assoc' PRIORITERRE qui palpait + de 200 000 € de subventions ex-Région Rhône-Alpes !

Merci président Jean-Jack QUEYRANNE et ADEME :

Depuis 2008 + de 200 000 €/an de subventions avec convention

pour la gestion "olé olé" de l'association "Prioriterre"

basée à Meythet en Haute-Savoie (74) !

La chambre régionale des comptes d’Auvergne, Rhône-Alpes a procédé à l’examen de la gestion de l’association Prioriterre dont le siège est à Meythet, département de la Haute-Savoie, pour les exercices 2008 à 2012. Certaines données ont été actualisées, autant que possible, jusqu’en 2013.
Cette association oeuvre dans le domaine des économies d’énergie et du développement durable. Organisme d’information et de sensibilisation du grand public et des particuliers, l’association exerce aussi une activité économique en apportant un conseil professionnel indépendant et de premier niveau à des maîtres d’ouvrage publics et privés. Elle a également développé sur une partie de la période une activité de certification.
La fiabilité des comptes de l’association est mise en cause par des méthodes comptables inadaptées dont la principale consiste à traiter les subventions publiques qu’elle reçoit (60 % des produits) comme des produits répondant à des prestations de services. Ce mode de présentation des comptes, qui n’apporte pas la transparence due aux financeurs publics, ne met pas en évidence la forte dépendance aux financements publics.

L’activité de Prioriterre relève d’un domaine émergent et s’est montrée fragile au cours de la période sous revue. Les produits d’exploitation se sont avérés instables et l’appel au mécénat, qui n’a pu se développer, n’a pas apporté de ressources significatives alors que les charges d’exploitation ont connu ponctuellement des hausses significatives. Il en a résulté une situation financière dégradée, des soldes de gestion critiques, une disparition des fonds propres et une trésorerie négative. L’activité n’a pu se maintenir que par une réduction drastique des charges, un endettement important et plusieurs procédures de conciliation.
Prioriterre a également développé une activité commerciale de certification environnementale, dont les risques statutaires, économiques, financiers et fiscaux ont été sous évalués, et incompatible avec le statut non lucratif de l’association. Cette activité a été filialisée mais dans un cadre insuffisamment précis, qui a conduit à la cession de la filiale. Cette cession a été effectuée dans des conditions irrégulières, l’association ayant financé sur ses fonds l’apport de l’ancien directeur de l’association et dirigeant de la filiale, repreneur de celle-ci, qui s’en était porté acquéreur.
L’association a conservé une activité économique de prestations de services, qui doit la conduire à adopter un mode de gestion adapté et analyser les risques sociaux et fiscaux qui en procèdent. En effet, les interventions de Prioriterre qui correspondaient initialement à une démarche innovante sont aujourd’hui répandues et proches du secteur concurrentiel, ce qui requiert de l’association et de ses financeurs une vigilance accrue. Une partie des subventions apportées par les financeurs publics pourrait relever des règles européennes sur les aides d’Etat.
La gouvernance de l’association n’a pas été satisfaisante sur une partie de période examinée. La direction salariée de l’association est allée jusqu’en 2011 au-delà des délégations de pouvoir qui lui avaient été consenties notamment en matière d’endettement. Elle s’est révélée également active en matière de stratégie, en particulier lors du lancement de l’activité de certification au détriment des dirigeants élus, en retrait sur cette question. Une inflexion a toutefois été constatée à partir de 2012 avec de nouvelles pratiques de gouvernance.
Enfin, le contrôle externe de l’association par les collectivités locales qui la financent s’est avéré insuffisant sur la période avec des exigences variables sur la production de comptes d’emploi conformes à la réglementation.

La chambre régionale des comptes d’Auvergne, Rhône-Alpes a procédé, dans le cadre de son programme de travail, au contrôle des comptes et à l’examen de la gestion de l’Association Prioriterre pour les exercices 2008 à 2012. Certaines données ont été actualisées jusqu’en 2013. Le contrôle a été engagé par lettre en date du 25 novembre 2013, adressée à M. Bernard SERAFINI, président depuis 2010 et à M. François AUNIS qui en a exercé les fonctions jusqu’en 2010.
Les investigations ont porté plus particulièrement sur les points suivants :
 la fiabilité des comptes et la situation financière ;
 l’activité économique de l’association ;
 la gestion des ressources humaines ;
 la gouvernance et le contrôle externe.
Les entretiens préalables, facultatifs en application de l’article L. 243-2 du CJF, ont eu lieu avec M. Bernard SERAFINI et M. François AUNIS le 26 novembre 2014.
Lors de sa séance du 11 décembre 2014, la chambre a formulé des observations provisoires qui ont été adressées le 29 décembre 2014 au président de l’association, M. Bernard SERAFINI. Un extrait concernant sa gestion a été adressé à M. François AUNIS ainsi que pour celles les concernant, aux personnes nominativement ou explicitement mises en cause.
Après avoir examiné les réponses écrites, la chambre, lors de sa séance du 30 juin 2015, a arrêté des observations définitives.

L’association Prioriterre, constituée selon la loi du 1er juillet 1901, est issue de l’association haut-savoyarde pour le développement de l’énergie solaire (AHSDES) fondée le 6 juin 1983 à Armoy (74) à l’initiative d’Albert LEBRETON et Henri PARMENTIER architectes haut-savoyards.
Ces fondateurs avaient le souci d’aborder la question de l’énergie dans la construction de manière globale. L’objectif était de construire des bâtiments consommant le moins d’énergie possible en intégrant dès la conception l’orientation, la distribution intérieure et le « solaire passif ».
En 1987, l’association change de domiciliation et s’installe à Annecy. Durant cette période, la région Rhône-Alpes va s’impliquer dans le domaine de la promotion des énergies renouvelables et lui apporter une première aide. En 1992, les premiers salariés s’installent dans des locaux prêtés par la fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (FRAPNA).
Avec l’accompagnement de l’association, plusieurs chaufferies au bois vont être mises en place dans le département dont celles de Faverges, Bossey, Thorens et Cusy. Ces réalisations assurent sa notoriété. En 1998, l’association devient Energie Environnement 74, présidée par François AUNIS jusqu’en 2010. Les relations vont se développer avec le département de la Haute-Savoie avec plusieurs interventions dans les domaines du logement social, de la précarité, des collectivités locales et des exploitants agricoles.

En 2001, les statuts sont modifiés et un document stratégique Horizon 2004 fixe l’objectif de devenir à terme l’agence de l’énergie de la Haute-Savoie. Il définit aussi les valeurs qui portent la structure et détermine les grands axes d’actions internes et externes qui servent de référence à l’action de l’association. La même année, Energie Environnement 74 est labellisé Espace info énergie (EIE) par l’Agence de l’environnement et de maitrise de l’énergie (ADEME).
En 2006, l’association devient Prioriterre. Elle quitte Meythet pour s’installer à Poisy.
Le 28 mai 2009, l’association s’installe à Meythet dans les locaux de la Maison pour la planète construite par la commune de Meythet. Ce bâtiment à « énergie positive » qui produit plus d’énergie qu’il n’en consomme a été conçu et imaginé par l’association avec l’aide d’architectes suisses et français.
Pendant la période sous revue, l’association a été dirigée par Charles MAGNIER, consultant et conférencier, auteur d’ouvrages spécialisés sur le développement durable. Depuis 2011, l’association est dirigée par Anne HUGUET, auparavant directrice adjointe et élue à Meythet jusqu’en 2012. Au 31 décembre 2012, l’association employait 21 salariés et a créé deux antennes, l’une à Paris et l’autre à Toulouse.
2.2- L’objet social
L’objet social de Prioriterre est de « contribuer à promouvoir, coordonner et développer des actions tendant à économiser l’énergie, à utiliser des énergies renouvelables, à préserver les ressources, à protéger et valoriser l’environnement, dans une logique de développement durable ».
L’association intervient sur deux créneaux complémentaires à vocation d’intérêt général : l’information et conseil au grand public et la promotion et sensibilisation autour de la question énergétique dans le cadre de programmes européens.
2.2.1- L’information et conseil au grand public
L’association réalise de nombreuses actions de communication autour des économies d’énergie et du développement durable. Comme en témoignent ses rapports d’activité, l’association assure des publications, des chroniques radios et fait vivre un site internet. Elle participe à des foires et salons, organise des visites de sites exemplaires sur les thèmes précités, des conférences et des réunions d’information, et s’associe à des manifestations (semaine de la mobilité, semaine du développement durable).
Pour mettre en oeuvre ces actions, un pôle événementiel a été créé. Il regroupait quatre personnes en 2012 au titre de l’animation, des publications et site internet, des relations presse et de la logistique.
Ces actions générales sont complétées d’une information ciblée et d’un conseil. L’association emploie des conseillers qui assurent des permanences téléphoniques et des rendez-vous gratuits sur place ou dans des permanences décentralisées sur toute question relative aux économies d’énergie. L’association Prioriterre est labellisée Espace info énergie (EIE), entrant ainsi dans le réseau français d’information et de conseil de proximité sur la maîtrise de l'énergie et les énergies renouvelables, développé depuis 2001 par l'ADEME en partenariat avec les collectivités territoriales.

L’association est investie dans les programmes environnementaux de l’Union européenne. Depuis 2009, elle participe au programme Energie intelligente pour l’Europe qui a permis à l’association de créer et développer le concours Familles à énergie positive (FAEP) aujourd’hui diffusé au niveau national par l’intermédiaire d’une antenne ouverte à Paris en 2010 et dotée d’une équipe. Ce concours met en compétition des familles s’engageant à diminuer leur empreinte environnementale. Le rôle de l’association est de réaliser les supports de communication (en créant notamment des outils internet) et de former les « parrains » qui encadrent localement l’opération. Le concours FAEP a fait l’objet d’un dépôt auprès de l’institut national de la propriété intellectuelle (INPI) en 2012
L’association participe aussi au sein de ce programme à l’action de promotion Ambassadeurs de l’énergie qui consiste à :
 former les travailleurs sociaux sur les économies d’énergie et l’efficacité énergétique pour qu’ils acquièrent les connaissances de base ;
 accompagner et suivre les travailleurs sociaux confrontés au problème de précarité énergétique dans leur activité professionnelle.
En 2010, elle participe au programme Enercitée visant à sensibiliser le grand public aux économies d’énergie autour de la règle des trois 20 : moins 20 % d’émissions de gaz à effet de serre, moins 20 % de consommation d’énergie, plus 20 % d’énergies renouvelables.
En 2011, dans le cadre du programme Interreg, elle participe à une action Ecostation mobilisant des stations françaises et suisses de sports d’hiver.
2.2.3- Le conseil et la certification
Au-delà de ces activités d’intérêt général, l’association a aussi développé une activité de conseil auprès de maîtres d’ouvrage publics et privés (collectivités locales, bailleurs sociaux, entreprises) ainsi qu’une activité de certification de qualité environnementale, destinée au secteur de la construction, suite à l’acquisition en franchise du label d’origine suisse Minergie.
3- LA FIABILITE DES COMPTES
En préalable à son analyse financière, la chambre constate que les comptes de l’association sont insuffisamment fiables. Les subventions qu’elle reçoit sont intégrées dans la production vendue comme s’il s’agissait de prestations de service. Plusieurs imputations ne sont pas conformes et contribuent à fausser l’information comptable due aux financeurs. Enfin, les encours de production sont évalués de manière discutable, ce qui valorise artificiellement la production de l’exercice.
Cette situation peut s’expliquer par la volonté souvent exprimée par les dirigeants de l’association de gérer la structure comme une entreprise dont le modèle économique serait établi, viable et indépendant. Elle procède aussi d’un manque de maîtrise dans les pratiques comptables, celles-ci consistant notamment et par souci de simplification à suivre ses produits de manière uniforme.

3.1- Le traitement irrégulier des subventions
L’association intervient sur deux créneaux complémentaires à vocation d’intérêt général : l’information et conseil au grand public et la promotion et sensibilisation autour de la question énergétique dans le cadre de programmes européens. Au titre de ces services, elle ne perçoit aucun produit des bénéficiaires et ne réalise donc aucun bénéfice. Il s’agit donc bien d’une activité non lucrative..

SUBVENTIONS AVEC CONVENTIONS

Dont ADEME :

2008 : 197 450 €    2009 : 210 240 €    2010 : 212 160 €  2011 : 294 821 € 2012 : 263 206 €

Dont Région :

2008 : 203 882 €    2009 : 240 470 €    2010 : 221 563 €  2011 : 268 106 € 2012 : 296 348 €

Dont CG 74 :

2008 : 62 761 €    2009 : 59 400 €    2010 : 69 000 €  2011 : 111 000 €     2012 : 57 300 €

A suivre

J-99 : Laurent Wauquiez prend le pouvoir à la région Auvergne/Rhône-Alpes trouée comme un gruyère ?

Baisse des indemnités des élu-es, rétablissement des bourses au mérite, bouclier sécurité, pactes pour l'emploi, défense de la ruralité, formation professionnelle, création d'un campus numérique, nouvelle convention avec la SNCF, économies à tous les étages des paquebots "Hôtels des régions Auvergne et Rhône-Alpes" qui suintent la gabégie, la sur-dimension et les pauses café-cigarette à gogo :

J-99 au 04/01/2016

Laurent WAUQUIEZ est attendu au grand tournant

des promesses électorales pour la nouvelle

grande région Auvergne/Rhône-Alpes !

Reg 2 029La grande région Auvergne/Rhône-Alpes était en effervescence lundi avec l'élection en fin d'après-midi du candidat d' "Un nouveau souffle pour notre région, le Grand rassemblement de la droite et du centre".

Candidat à sa présidence : Laurent WAUQUIEZ. largement vainqueur au second tour des régionales 2015, face aux listes du PS "Nous, c'est la région" et du FN.

Reg 2 024

Bien conscient de toutes ses futures responsabilités, Laurent WAUQUIEZ, dans son discours d'installation, a mesuré - avec un "oeil neuf", selon lui - toute l'ampleur des responsabilités qui seront aussi celles de son groupe : "Nous allons créer une nouvelle région, nous allons forger par notre travail une collectivité nouvelle qui aura la tâche de s'occuper de domaines fondamentaux pour nos compatriotes : l'emploi, l'éducation, les transports, la sécurité...".

Laurent WAUQUIEZ a rappelé les difficultés toujours plus nombreuses vécues par les habitants de la région Auvergne/Rhône-Alpes dans la gestion de leur quotidien, surtout de ceux qui travaillent avec un pouvoir d'achat qui diminue sans cesse sous le poids des impôts, la crainte de l'emploi car notre région est malheureusement, a-t-il martelé, "celle en France qui a connu en 2015 la plus grosse augmentation de son taux de chômage".

Reg 2 028

Laurent WAUQUIEZ a indiqué que nous n'avions pas le droit de sous-estimer le désarroi de cette France qui travaille, "de ces classes moyennes et modestes qui ne comprennent plus le fonctionnement d'un système qui encourage trop peu le travail", rajoutant "Cette crise économique est aussi une crise sociale avec le sentiment d'une perte de sens de notre système de solidarité qui ne vient plus en aide à ceux qui en ont vraiment besoin et qui n'accompagnent pas ceux qui font des efforts. Un système social qui a confondu la solidarité et l'assistanat et qui a oublié que le vrai social et le social par le travail".

Reg 2 043Laurent WAUQUIEZ a convenu que les français se méfient des débats politiques en chambres stériles mais qu'ils croient encore dans leurs maires et aux résultats des élu-es sur le terrain de l'action. La gestion de la Région, "ne sera pas celle de ces prédécesseurs" a-t-il prédit en appliquant d'emblée "l'exemplarité" avec des formules alliant le T.E.F "Travail, Sens de l'effort et la Solidarité" :

- Baisse de 10 % des indemnités des conseillers régionaux.

- Diminution du nombre de membres de la commission permanente, en deça de ce qu'autorise la loi.

- Sens de l'économie sur le train de vie des élu-es (18 millions d'euros).

- Economie d'1 M d'euros sur la durée du mandat pour l'utilisation d'un téléphone portable avec un abonnement.

Region 1 042

Brice HORTEFEUX et Daniel DUGLERY, mais LR de Montluçon

Laurent WAUQUIEZ a indiqué également vouloir faire des économies sur la dépense publique avec son désir de "faire émerger l'administration du XXIème siècle" puisque l'on serait "enfermé depuis trop longtemps dans une spirale infernale consistant à avoir sans cesse plus de dépenses de fonctionnement dans les administrations et à l'arrivée toujours plus d'impôts".

Le défi est donc clair : "Auvergne-Rhône-Alpes doit coûter moins cher que Rhône-Alpes et Auvergne séparément".

Laurent WAUQUIEZ a promis qu'il n'y aurait "aucune augmentation d'impôts ou de taxes" de la Région quelles que soient les évolutions des dotations d'Etat et qu'elles que soient les évolutions de la fiscalité locale en déclarant "Nous financerons nos actions par nos économies" mais aussi en promettant d'organiser une vaste purge : "Nous ferons la chasse à toutes les dépenses excessives. Cela commencera par le train de vie et le fonctionnement de la Région : patrimoine immobilier, parc de voitures, réceptions...".Reg 2 032

Est-il normal qu'un élu joue à la Belote sur internet à la Région Auvergne/Rhône-Alpes en 2016 ?

Laurent WAUQUIEZ s'en est pris également à l'administration française qui est devenue trop "complexe" car elle contrôle, impose ses normes au lieu d'aider et d'accompagner : "Je ne veux plus que l'on vienne pour harceler ceux qui nous sollicitent mais que nous soyons là pour leur dire "que peut-on faire pour vous aider"...".

Laurent WAUQUIEZ veut allier "Coopération" en n'hésitant pas d'ailleurs à faire appel à des gens venant d'horizons différents, du secteur privé, des entreprises comme des associations par exemple pour apporter "leur vision aux équipes" de la nouvelle grande Région et "Partenariat" avec les départements, les intercommunalités et les communes sans pour autant laisser la Région empiêter sur le "mille-feuille administratif" qui nous coûte "déjà bien trop cher pour cela".

Laurent WAUQUIEZ et son équipe s'engagent à défendre l'économie de proximité puisque dans notre Région "trop d'embauches sont découragées par le poids des charges". Ainsi sera lancé, pour relancer l'emploi, et ce, immédiatement un programme dit "Zéro charge" pour la 1ère embauche afin d'accompagner les entreprises, les commerçants, les artisans, les professions libérales dans leurs premiers pas.

Region 1 040

Jean-Pierre BRENAS, élu LR, conseiller municipal à Clermont-Ferrand

Ensuite, fidèle à ses engagements de campagne électorale, Laurent WAUQUIEZ veillera à mettre en place une "préférence régionale" dans les marchés publics qui sont subventionnés par la Région : "Ce sont nos impôts qui les financent, il est normal qu'ils puissent bénéficier en priorité aux entreprises de la Région qui paient leurs impôts et prennent des apprentis dans la Région".

Quant aux étudiants, Laurent WAUQUIEZ souhaite mieux les accompagner et notamment ceux qui sont issus de la classe moyenne ou modeste qui se "donnent du mal" et qui sont des exemples de la "méritocratie républicaine". Un système de bourses sera mis en place pour les "étudiants méritants". Donc, rien pour les feignasses.

Laurent WAUQUIEZ veut aussi contribuer à l'effort national pour mieux "protéger nos compatriotes" en renforçant la sécurité des usagers dans les transports en commun comme la SNCF mais aussi dans les lycées sans oublier un "accompagnement" aux communes qui veulent s'équiper en vidéo-protection car "Personne ne pourrait comprendre que l'on protège les administrations mais que l'on ne fasse rein pour nos TER ou les établissements scolaires de nos enfants".

Region 1 024Laurent WAUQUIEZ et ses coéquipiers se sont aussi fixé des objectifs dans 4 domaines... d'ici la fin de l'été :

- L'apprentissage avec comme objectif d'en faire la 1ère région en France.

- L'agriculture qui ne doit pas s'enfoncer dans le "découragement ou l'irrespect" : présence médicale, couverture portable ou internet, présence des commerces et des services de proximité, attention aux aînés, développement des manifestations culturelles. Côté développement durable, Laurent WAUQUIEZ a signalé que notre grande Région doit faire preuve d'un "sens de la solidarité territoriale" en prenant soin de souligner que "la ruralité n'est pas condamnée au déclin pour peu que l'on en prenne soin", enfonçant un peu plus le clou : "Il n'y a pas de protection de l'environnement et de développement durable sans attention à nos territoires ruraux".

- La formation professionnelle en établissant un système de droits et devoirs : "Plus d'aides pour ceux qui se donnent du mal, moins d'aides pour ceux qui abusent du système. Les financements seront orientés en direction des métiers qui embauchent, ce qui est juste une question de bon sens".

- L'ambition numérique pour notre grande Région : "Je suis convaincu qu'Auvergne/Rhône-Alpes peut devenir la Silicon Valley européenne. Nous avons les chercheurs, les formations, les entreprises, il faut leur donner du souffle à tout cela en aidant les acteurs à travailler ensemble. La première pierre de cette ambition sera la création d'un campus européen des métiers du numérique sur le site abandonné de Charbonnières".

Region 1 037

Le FN Christophe BOUDOT papote ici avec la conseillère PS Farida BOUDAOUD

Christophe BOUDOT pour le FN a dénoncé "le pouvoir socialiste qui a patiemment détricoté notre organisation administrative territoriale et a imposé à nos compatriotes, sans jamais leur avoir demandé leur avis, une réforme territoriale d'opportunité politique", mais aussi "la dette publique régionale qui a été "multipliée par 4 en 10 ans", l'insécurité dans les lycées et les transports ou le "fanatisme islamiste que personne ne veut citer et son terreau d'origine"...

Jean-François DEBAT, au nom des élus socialistes, radicaux de gauche, démocrates, écologistes et apparentés a défendu le bilan "remarquable" de la gauche en Auvergne ou en Rhône-Alpes sous "l'impulsion" des présidents Jean-Jack QUEYRANNE et René SOUCHON dans les domaines de transition énergétique, la protection de l'environnement, les conditions d'un développement "sans précédent" des transports collectifs au travers des TER...

Reg 2 008

Cécile CUKIERMAN (PCF) y est allé de son petit couplet sur l'emploi, l'aménagement du territoire, la fermeture des hôpitaux, la modernisation des lycées et leur rénovation énergétique, la solidarité, la citoyenneté ainsi que la fraternité tout en n'étant pas avare de chiffres : "Avec un budget de près de 3 milliards d'euros, une dette bien inférieure à la moyenne nationale, nous avons les moyens de répondre à ces défis".

Reg 2 039

Après l'élection du président Laurent WAUQUIEZ, les polémiques - en interne - n'ont pas manqué d'éclater. Jean-Jack QUEYRANNE et d'autres élu-es n'ont pas été avares en "confidences"  de toutes sortes à l'Idiot provincial qui était à "l'embuscade" en ouvrant bien grand ses grandes "zoreilles", notamment en ce qui concerne la plainte contre X auprès du Parquet pour détournement de données publiques. Une plainte qui viserait Laurent WAUQUIEZ et son équipe. Jean-Jack QUEYRANNE l'accusant d'avoir utilisé des listings publics de mails dans le cadre de ses opérations de propagande électorale.

Pourtant, les socialistes et leurs alliés écolos sont bien mal placés pour donner des leçons de morale notamment écologiste aux défenseurs de la nature ou même en matière fiscale comme avec l'augmentation scandaleuse des impôts locaux à Clermont-Ferrand par le maire Olivier BIANCHI pour l'an de grâce 2016 !

Qui peut encore croire aux messages écologistes des socialistes et de leurs alliés d'EELV après la décision du 1er ministre Manuel VALLS de demander dernièrement aux représentants de l'Etat au Conseil supérieur de la prévention des risques technologiques, dont la réunion était prévue le 15/12/2015, de donner un avis favorable au projet d'arrêté, préparé par les services du préfet de PACA dans le scandale dit "des boues rouges des Calanques", qui autorise, de nouveau et pour 6 ans, l'entreprise ALTEO à rejeter des effluents toxiques (aluminium, mercure et arsenic) dans le parc national des Calanques tout en mettant en porte-à-faux Ségolène ROYAL qui est opposée à ce chantage à l'emploi de cette société ???

Pendant ce temps-là, la terre ne s'est pas arrêtée de tourner et la majorité des auvergnats et des rhônalpins, (les vaches-à-lait de toutes les classes) vaquaient elles, à leurs occupations quotidiennes car, comme le disait si bien COLUCHE, "Les hommes politiques, c'est comme les trous dans le gruyère : plus y a de gruyère, plus il y a de trous, et malheureusement, plus il y a de trous, eh bien moins il y a de gruyère" !!!

Reportage à Lyon : Marc-Claude de PORTEBANE ©

Misère en Isère : ligne rouge du Center Parcs selon le ZADiste Marc-Claude de Portebane

Interview exclusive dans l'Idiot provincial :

STOP A LA DESTRUCTION

DU BIOTOP A ROYBON (Isère) :

merci de cliquer sur le lien ci-dessous :

http://youtu.be/quuR50YdaPI

Dans une interview dans l'Idiot provincial et retransmise sur la chaîne Youtube, Marc-Claude de Portebane anime le débat public en indiquant que la "ligne rouge" a été franchie, dans le projet de construction d'un Center parcs, dans la forêt de Chambaran.

Un complexe qui se construira sur le "rasage" total de la nature innocente comme à Sivens dans le Tarn où le botaniste Rémi Fraisse a trouvé la mort au lieu de la vie !

L'impact écologique de cette gigantesque infrastructure près du village de Roybon, répartie sur 200 ha de forêt en zone humide, où l'écosystème est particulièrement sensible à l'eau doit mobiliser les esprits des Khmers verts à l'extérieur mais bien rouges à l'intérieur.