Département

Nicolas DARAGON au chevet du tourisme/thermalisme du Département du Puy-de-Dôme !

Rencontre au Conseil départemental du Puy-de-Dôme

entre Eric GOLD chargé des grands projets

et le conseiller régional Nicolas DARAGON :

les PNR seront-ils oubliés par Laurent WAUQUIEZ !

Dept63 0062° journée "2A" de visite en Auvergne pour le vice-président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Nicolas DARAGON, délégué au tourisme et au thermalisme qui a rencontré au conseil départemental du Puy-de-Dôme son président Jean-Yves GOUTTEBEL ainsi qu'Eric GOLD mais aussi Pierrette DAFFIX-RAY, vice-présidente du département du Puy-de-Dôme en charge du tourisme.

Au menu de Nicolas DARAGON qui est venu découvrir l'offre touristique en Auvergne en attendant l'audit + le diagnostique complet qui définira les nouveaux modes de travail pour les 86 contrats en cours représentant 10 M€ et ce, en lien avec le CRDTAuvergne qui devrait fusionner en juillet 2016 avec son confrère de Rhône-Alpes :

- les diversités du territoire

- découverte de la rivière Allier entre Brioude et Vichy

- le thermalisme

- la chaîne des Puys candidate au patrimoine mondial de l'Unesco

- le plateau de Gergovie

- les aides aux entreprises touristiques et leurs articulations Département/Région

- identification des 10 stations de "pleine santé" avec détermination des 7 ou 8 les plus dynamiques

- Partenariat avec Volvic, etc....

A défaut de soutien à l'assistanat aux "pauvres", la nouvelle région Auvergne/Rhône-Alpes va-t-elle désormais assister les grandes entreprises privées et faire du "clientélisme" avec les villes gérées par, maintenant, les élu-es de droite ?

Nicolas DARAGON devrait, à première vue, contenter élu-es de gauche comme de droite puisque, selon lui, la Région aura une "puissance de frappe" non négligeable, en Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Visite touristique du VRP Région AURA Nicolas DARAGON à travers routes défoncées Allier go to Le Pal et Bling Bling Vichy !

Le vice-président délégué au tourisme Région Auvergne-Rhône-Alpes

Nicolas DARAGON est allé en bon VRP de Laurent WAUQUIEZ

faire des risettes au conseil départemental de l'Allier incapable

d'entretenir les routes vers le parc animalier et d'attractions Le Pal !

Pal 019

La 1ère visite de Nicolas DARAGON, le maire de Valence et vice-président délégué au tourisme au sein de la Région Auvergne-Rhône-Alpes avait pourtant débuté sous de bonnes intentions au parc d'attractions et animalier LE PAL qui accueille plus de 575 000 visiteurs/an loin devant la "ville-latrine" aux vitrines "maréchalisantes" : Vichy qui s'enlise encore dans la sottise en 2016.

Pal 012Au volant de la maison "LE PAL", Arnaud BENNET, son dynamique et ambitieux PDG qui voudrait que les deniers publics ne soient "dilapidés" dans des projets publics qui viendraient lui faire de la concurrence déloyale, très attaché aux mauvais réseaux routier desservant son parc qui est devenu la 3° destination des touristes en Auvergne-Rhône-Alpes.

Les touristes n'attendent-il pas avec impatience l'audit commandé par le nouveau président de la Région Auvergne/Rhône-Alpes, Laurent WAUQUIEZ qui ne tient pas à "endosser" la gabégie de l'ex-présidence QUEYRANNE ?

Au cours de son périple chez les paltoquets Bourbonnais, Nicolas DARAGON, qui est un des seuls vice-présidents de la toute nouvelle région à avoir établi sa "feuille de route", était accompagné, non pas du président de la cour des comptes régionale, mais de son "guide" made in "Auvergne Nouveau Monde", Jean-François JOBERT, directeur général du CRDTA, (Comité régional de développement touristique) de feu l'ex-région Auvergne qui ne devrait pas tarder à fusionner avec Rhône-Alpes.

A quoi bon faire voyage avec le CRDTA quand celui-ci n'est même pas capable de fournir une SEULE info, un seul document de presse aux médias censés informer celles et ceux qui préfèrent passer leurs vacances estivales, non pas au gouffre "VULCANIA" (pourtant créée par VGE) mais au parc "LE PAL" des sensations internationalement reconnues comme La Suisse ?

A quoi bon faire route vers "LE PAL" quand l'asphalte de cette maudite RCEA regorge de cadavres ou de nids-de-poules en venant des Vérités de Lapalisse, les foies, de Vaumas à Saint-Pourçain-sur-Besbre ?

Mais que fait donc pour les voies ouvertes aux carnages routiers bourbonnais, Bernard COULON, le vice-président du Département de l'Allier délégué au tourisme, qui avec le passage de la caravane du tour de France ne cesse de faire de sa commune de Saint-Pourçain-sur-Sioule un des points forts du tourisme dans l'Allier en ne cessant de grignoter, sur les territoires communautaires voisins - comme la Communauté de communes voisine de Varennes-Forterre -, budgets et idées ?

Cette vice-présidence - d'ailleurs - au Département de l'Allier n'a-t-elle pas été la contrepartie d'un "échange tactique" aux sénatoriales puisque le candidat COULON Bernard a laissé la place au candidat Claude MALHURET, maire de Vichy ?

Pal 022Le nouveau vice-président régional Nicolas DARAGON est-il venu à Moulins rencontrer Bernard COULON pour faire des risettes aux miettes de medias présents lors de la visite au très chicos Hôtel de Paris (qui a connu jadis une sévère faillite avec la gestion Groupama), et pour ne visiter de façon religieuse que sauna, hammam, bain bouillonnant, espaces relaxation, flotarium ou chapelle désacralisée de l'Hôtel de Paris ?Pal 027

Rien n'a filtré du très, très confidentiel repas organisé avec l'argent public au restaurant du très chicos Hôtel de Paris et ces dorures où l'on mange à 78 € par personne tandis que le chômage ne cesse de grimper parmi les classes moyennes, parmi les cadres et surtout les classes pauvres de cette nouvelle grande région Auvergne-Rhône-Alpes !

Parions que ce genre de communication sera ainsi pendant toute la présidence de Laurent WAUQUIEZ où l'on ne semble se servir des médias comme des faire-valoir ou pour "servir la soupe" afin de donner une image de "saint-es" des élu-es auprès des travailleurs et surtout de l'électorat en cas de besoin, à savoir uniquement pour les élections.

Pal 047Après l'Hôtel de Paris, Nicolas DARAGON est allé à la rencontre de Delphine PINASA, la directrice du  Centre national du costume de scène puis à la rencontre d'une poignée d'élus de Vichy Val d'Allier à l'opéra de Vichy où le maire de Bellerive-sur-Allier, Jérôme JOANNET, a bien failli prendre une "syncope" en voyant arriver "l'Idiot provincial", ouille, ouille, voilà de retour "le loup dans la bergerie".

Alors ce fut là aussi une visite, au son du pas de course sans les chevaux du PMU, des dorures ou des salons peu républicains de Napoléon III - encensé par Bernard KADJAN adjoint au tourisme à Vichy - de cet opéra qui a connu également ses heures de honte dans les années 40 puisque le "maréchal Putain" s'en servait d'assemblée nationale lorsque la France était sous le joug de l'Allemagne d'Adolf HITLER.

Idem pour l'Hôtel de Paris à Moulins, les medias virés de la visite protocolaire de Nicolas DARAGON, les élu-es (dont Jean-Yves BIGNON, adjoint-au thermalisme à Vichy ou Frédéric BONNICHON, maire de Châtel-Guyon et conseiller régional) et les directeurs généraux des services de VVA (Yvonic RAMIS) et de Vichy (Pierre DERVIEUX) ont pu ainsi  "tranquilou" s'entretenir avec DARAGON Nicolas des futurs projets touristico-thermaux qui les lieront avec la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes comme si, dans l'Allier....

Pal 034

....il n'y en avait que pour Vichy et encore Vichy et Moulins, une ville terne et sans goût où l'alcoolisme et la pauvreté font bon ménage et ce nonobstant les "lifting" des Halles ou du quartier de la gare où il ne fait pas trop bon acquérir une nouvelle licence de taxi pour ne pas être dans la polémique (une audience de ce jour au tribunal administratif de Clermont-Ferrand devrait nous dire prochainement si un arrêté du préfet de l'Allier sur les autorisations de stationnement sera cassé ou non. Mais chut).

A quoi servent donc ces visites protocolaires des vice-présidents de la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes (qui roulent tels des petits barons avec voiture + chauffeur) sur les routes bourbonnaises plus que mal entretenues par ce Département des présidents successifs incapables de sortir l'Allier du bourbier du désenclavement ?

"Arrière, gueux ! Place aux nouveaux maîtres de la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes dirigée par Laurent WAUQUIEZ" !

Marc-Claude de PORTEBANE

TATOU JUSTE : le Collectif contre le projet d'Usine à poubelle vers Saint-Etienne voit juste !

Plus de 2 500 tracts ont été distribués par le

Collectif "Halte Usine à poubelles vers Andrézieux-Bouthéon"

en ces mauvais temps de COP21 à Saint-Etienne !

Tatoujuste 019

PETITION :

http://www.mesopinions.com/petition/politique/halte-usine-poubelles-za-vers-andrezieux/15574

Alors que l'hypocrisie collective s'empare de la COP21, les militant-es du Collectif "Halte Usine à poubelles vers Andrézieux-Bouthéon" ont massivement distribué leurs tracts contre le projet d'implantation d'une usine TMB/Méthanisation, au nord de Saint-Etienne, vers Andrézieux-Bouthéon, près des habitations de La Fouillouse, de Saint-Bonnet-les-Oules, de Saint-Galmier ou de Saint-Just-Saint-Rambert, de Veauche ou même de Veauchette.

La 10° édition du salon "TATOU JUSTE" était sponsorisée par Saint-Etienne Métropole (SEM), la ville de Saint-Etienne, le CRESS (Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire en Rhône-Alpes), la très catho radio RCF, la région Rhône-Alpes, le Département de la Loire, Rencontres solidaire, Radio Ondaine et la voix sans supposé maître : Radio Dio.

Plus de 20 militant-es du Collectif anti Usine à poubelles ont, au travers de leur "éco-geste", sensibilisé l'opinion publique sur le projet du SYDEMER de construire la plus vaste usine à poubelles TMB/Méthanisation vers Andrézieux-Bouthéon au Nord de Saint-Etienne.

Présent sur le stand de Greenpeace, le Collectif C.H.U.P.A a tenu a rappeler les dangers inhérents au projet de la future usine (Tri Mécano-Biologique) à poubelles qui attend les populations riveraines d'Andrézieux-Bouthéon :

- Odeurs insoutenables constatées dans toute la France,

- Risque d'accident grave type AZF

- Dégradation des conditions de vie, de travail, de commerce

- Perte de valeur des biens immobiliers...

Le projet du SYDEMER est déjà périmé comme en témoigne les échecs des territoires ayant choisi ce système à l'image du SYTRAD vers Valence où le compost de mauvaise qualité a été refusé par les agriculteurs, où l'explosion des coûts n'a cessé de se dégrader pour les contribuables, où la déresponsabilisation du citoyen a été mise en exergue pour ne plus l'inciter à trier ses déchets.

Le Collectif C.H.U.P.A propose :

  • Le compostage individuel et collectif de la fraction fermentescible des OM comme préconisé par l’ADEME et France Nature Environnement pour produire un compost de qualité
  • La redevance incitative pour réduire les quantités de déchets à traiter et permettre des économies pour les citoyens responsables.

PETITION : Stop aux fusillades inadmissibles sur des chats innocents à Bournezeau en Vendée

MOBILISATION INTERNATIONALE

Enflammons toute la France !

Le Canard Enchaîné informé ce matin !

A l'attention de M. le président de la République

François Hollande

P9260053

Merci de cliquer sur lien de la pétition :

http://www.mesopinions.com/petition/animaux/stop-aux-fusillades-inadmissibles-chats-innocents/12826

"Nous avons été informés en début de semaine sur plusieurs cas de fusillades de chats sur la commune de Bournezeau (Région : Pays de Loire - Département : Vendée - Arrondissement : La Roche-sur-Yon - Canton : Chantonnay - Communauté de communes des Deux-Lays).

Le jeudi 11/09/2014, "IMBALA" une petite chatte se faisait tirer dessus, (certainement en journée), près de l'impasse du Pailler à Bournezeau. En début d'après-midi, le voisin du propriétaire d'IMBALA l'a trouvé dans son jardin,"hurlant à la mort" avec en prime l'arrière train paralysé. La femme du propriétaire et voisine l’ont emmenée immédiatement chez un des vétérinaires à Bournezeau (cabinet vétérinaire du Paillet) pensant qu’elle s’était faite renverser par une voiture.
Lorsque le vétérinaire lui a rasé le dos pour voir sa blessure... il a découvert un trou bien circulaire.
"IMBALA" a ensuite été transporté dans la commune voisine (distante de 12 km) à Chantonnay (clinique vétérinaire des Deux-Lays) pour effectuer des radios plus approfondies. Et là, effectivement le long de sa colonne vertébrale, un plomb a été découvert !!! Des anti-inflammatoires et des anti-douleurs lui ont été administrés.
Aucune évolution n'étant constatée, sur les conseils du vétérinaire de Chantonnay, le propriétaire d' "IMBALA" et la voisine s'orientaient vers le CHV Atlantia à Nantes où elle y était conduite dès vendredi soir.
Samedi 13 septembre, un scanner était passé. Bilan : vertèbre cassée. Pronostic, selon notre témoignage : "ils ne savaient pas si l’onde de choc a créé des lésions sur la moelle épinière ou si la compression de l’os crée l’inflammation".

Dans tous les cas, sans retirer le morceau de vertèbre impossible d’espérer une amélioration. Elle a donc été opérée samedi après-midi. Mais il faudra du temps pour savoir si elle pourra réellement récupérer l’usage de ses pattes.

Le propriétaire d' "IMBALA" a déposé une plainte à la gendarmerie du chef-lieu de canton sis à Chantonnay.

Les fusillades continuent à Bournezeau car deux jours avant "BEKO" un autre chat des voisins du propriétaire d' "IMBALA" a disparu... puis a été retrouvé dans un état complètement amaigri tout en boitant. Personne ne comprend ce qui lui est arrivé...Mais lui aussi a reçu une décharge de plombs à l'abdomen (nécessité d'opération chez le véto). Et vlan, une nouvelle plainte à la gendarmerie.

La Mairie a été informé immédiatement de l'acte gravissime commis contre "IMBALA" et des affiches ont été placardées dans le bourg pour que chacun prenne bien conscience de la bêtise humaine, d’autant plus que cela se passe en plein dans le bourg de Bournezeau (3 156 habitants) et ce près de la boulangerie, du centre de loisirs et du parc de la commune).
L'appel que j'ai reçu hier soir du sous-préfet Frédéric Lavigne, (le directeur de cabinet du préfet de Vendée), confirme bien que le préfet Jean-Benoît Albertini et la préfecture de la Vendée ont bien reçu 5/5 nos alertes concernant ces lamentables fusillades à Bournezeau, tout en sachant que l'enquête est bien évidemment gérée par la compagnie départementale de la gendarmerie nationale de La Roche-sur-Yon, des brigades de gendarmerie des Essarts et de Chantonnay (C'est la Brigade territoriale de proximité de gendarmerie de Chantonnay - dirigée par l'adjudant-chef Yves Le Creurer - qui est chargée des investigations).

"Qui est ce dingue à Bournezeau qui met tout la population animale en danger avec sa carabine à plombs", se demandent les habitants ?"

Marc-Claude de PORTEBANE
Ex-candidat à la députation de l'Auvergne

Projet du futur Collectif-Camps de la Résistance Anti-Porcherie à Agonac en Dordogne

- Le bon coin : recherchons terrains amis pour installer nos éventuels campements de la Résistance.

Collectif anti-porcheries industrielles et

projet de camps de la Résistance en Dordogne :

Pour une lutte radicale

Contre le projet de porcherie à Agonac !

Qui sommes-nous ?

Nous sommes un groupe apolitique et surtout indépendant de militants membres de plusieurs collectifs notamment de défense de la cause animale ou environnementaux opposés depuis plus de 25 ans aux projets de porcheries dites "industrielles" et rassemblés sous la bannière du site internet "l'Idiot provincial" : http://l-idiot-provincial.e-monsite.com/

Nous commençons à être bien connus du lobby porcin et des internautes pour nos pétitions, dont la plus célèbre, "Halte au projet de porcherie aux Bouys à Chirat l'église dans l'Allier en Auvergne !" qui a soulevé plus de 11 000 signatures en l'espace d'un mois via une mobilsation sans précédent sur les réseaux sociaux : http://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/halte-projet-porcherie-aux-bouys-chirat/10827 dont les médias auvergnats se sont fait largement l'écho, comme la radio France Bleu Pays d'Auvergne ou France 3 Auvergne :  http://auvergne.france3.fr/2014/01/11/onze-mille-signatures-pour-sauver-les-cochons-de-l-allier-392777.html

Cette pétition contre ce projet de porcherie à Chirat l'église est la première en France à avoir reçu autant de signatures en si peu de temps. Nous tenons à notre si chère autonomie et nous ne voulons pas de récupération de la part des associations écologistes des partis bourgeois comme cela a été le cas pour Chirat l'Eglise lors d'une hypocrite tentative fin 2013 et ce, devant la préfecture de l'Allier à Moulins.

Nous sommes une poignée de militants, dont certains sont issus :

- de la mouvance nationale-bolchevique française (Parti révolutionnaire national-bolchevique),

- des amis du Front de libération des animaux,

- des sections anarchistes ou altermondialistes,

- des militants de certaines associations environnementales aguerris aux occupations de terrain (Notre-Dame des Landes)

- des camarades antinucléaires (camp anti­nu­cléaire à Valognes pour stop­per Castor) 

- des camarades antii-THT (lignes Très Hautes Tension) issus des actions historiques dans le Cotentin-Maine avec l'occupation du camps de la Résistance au bois de Chéfresne (département de La Manche, région Basse-Normandie, canton de Percy, arrondissement de Saint-Lô).

Nous aimons la planification, pas les désordres qui font désordre pour LA CAUSE DU PEUPLE pour les populations présentes sur place.

Nous avons tiré les leçons du violent face à face avec les compagnies de gendarmerie, en juin 2012, avec les victimes des affrontements qui ont opposés les forces de l’ordre à des militants anti-THT venus participer à un week-end de résistance à Montabot (Un militant interpellé et trois hospitalisés : deux blessés à la tête victimes d’éclats de grenades détonantes et un à la jambe - 550 gendarmes mobilisés pour 100 militants, crainte éventuelle de présence d’explosifs et de tout autre objet susceptible de troubler l’ordre public -).

En attendant que nous ayons tous les "éclaircissements" possibles sur ce dossier, nous recherchons donc des volontaires bénévoles pour garder notre camps de la Résistance 24/24, si celui-ci devait se mettre en place dans les prochaines semaines.

- Recherchons ingénieurs, techniciens. Nous contacter par mail à cette adresse :  resistance-anti-porcherie.agonac@laposte.net

- Des "Camps de la Résistance", (mouvants pour l'instant), sont susceptibles de se mettre en place (mais nous attendons les éventuelles autorisations nécessaires pour leurs mises en place, - préfecture de la Dordogne à Périgueux pour les rassemblements en lieux publics, délai de 7 jours, à confirmer - ).

- Des conférences de presse nationales sont prévues également.

- Merci de respecter la nature, de ramasser tous vos déchets, de laisser les endroits propres comme ils étaient au départ.

- Attention aux provocations sur le terrain, soyez vigilants. 

Merci à toutes et à tous.

Paul TOP

STOP A LA MALTRAITANCE DES PORCS : Plus de 6 700 signatures en 7 jours pour notre pétition contre le projet de porcherie à Chirat l'Eglise en Auvergne

HALTE AUX MARTYRS DES PAUVRES COCHONS !

Nous devons atteindre 10 000 signatures

dans les meilleurs délais pour empêcher

ce projet de porcherie à Chirat l'Eglise !

Gifs Animés cochon 63

a2016.jpg

L'indignation est à son comble depuis que nous avons été le seul média à parler du projet de porcherie à Chirat l'Eglise (Région Auvergne, département de l'Allier, Arrondissement de Montluçon, canton d'Ebreuil, Communauté de communes Sioule, Colettes et Bouble).

Merci à toutes et à tous de faire circuler et de partager notre pétition pour la protection des porcs et pour sauvegarder notre tourisme vert en Auvergne : 

http://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/halte-projet-porcherie-aux-bouys-chirat/10827

Nous vous demandons de boycotter la filière "Qualité Carrefour" tant que les porcs ne seront pas respectés !

ORGANISONS UNE REVOLTE SANS PRECEDENT

EN FRANCE CONTRE LA SOUFFRANCE DES PORCS

ELEVES DANS DES PORCHERIES SUR CAILLEBOTIS

Q'est-ce que les élevages en bâtiment sur caillebotis qui représente plus de 90% des élevages de porcs français. ? Dans ces élevages, les animaux sont élevés à l'intérieur de bâtiments. Le sol de ces bâtiments est constitué d'un sol ajouré nommé caillebotis qui permet d'évacuer les déjections des animaux (urine plus excrément dont le mélange est appelé lisier) dans des fosses situées dans la partie basse de ces bâtiments. Les déjections suivent ensuite un circuit par gravité jusque dans des grandes cuves de stockage appelées fosses à lisier. Voici comment sont élevés ces pauvres porcs qui ne verront un brin d'herbe de leur vie :

Pas de litière de paille

Le sol nu et les caillebotis peuvent causer des blessures, des boiteries de l’inconfort et empêche un comportement normal de fouille.

Des densités d’élevage trop élevées

Les porcs sont souvent gardés dans des élevages surchargés avec peu ou pas d’espace pour prendre de l’exercice ou exprimer leur comportement naturel.

Le sevrage précoce

Les porcelets sont généralement enlevés brutalement de leur mère à l’âge de quatre semaines alors que à l’état naturel le sevrage se ferait progressivement vers l’âge de trois ou quatre mois.

La coupe des queues

A cause des densités d’élevage trop élevées et de l’environnement appauvri, il est fréquent que les porcs mordent la queue de leurs congénères. C’est la raison pour laquelle on coupe généralement la queue des porcs.

La castration

En France et en Europe les porcelets sont généralement castrés les premiers jours de leur courte vie sans anesthésie.

STOP A LA BARBARIE

CONTRE LES PORCS SANS DEFENSE :

VOICI CE QUE L'ON VOUS CACHE :

Les cochons, truies et porcelets.

"Lors de mes études dans mon lycée agricole, j'ai effectué plusieurs semaines de stage dans la partie naisseur /engraisseur de l'élevage de porc. La maternité est l'endroit qui m'a le plus choqué, l'endroit de toutes les tortures.

Les cochettes sont élevées en groupe jusqu'à ce qu'elles soient "en production", c'est-à-dire en âge d'être inséminées et de faire des petits, vers 8-9 mois. Elles sont inséminées "grâce" à des grandes paillettes de sperme (que j'ai eu l'immense dégoût de manipuler) :


"Les truies sont bloquées dans des cages et leurs derrières sont dirigés vers nous : les élèves. Nous avons chacun 10 truies à inséminer. Les paillettes de sperme doivent être enfoncées dans le vagin de la truie et nous devons laisser fondre le sperme congelé à l'intérieur de la truie. On enlève le bâton et on passe à la suivante". (Extrait de mon journal de bord personnel).

Les truies donnent naissance en moyenne à 14 petits par mise bas. Elles mettent bas dans des sortes de cages où leurs déplacements sont réduits : Elles peuvent être debout pour manger ou allongées pour nourrir les porcelets. Les truies sont réformées (conduites à l'abattoir) à environ 3 ans après avoir donné naissance à 5 portées.

Un cadre de rêve pour élever vos enfants...

Dans les élevages de porcs, les porcelets sont sevrés à l'âge de 24 jours alors que leur sevrage sans la manifestation de l'homme dans leur cycle naturel est d'environ 4 mois. Dans la première semaine de leur vie les porcelets sont maltraités à souhait.


Ce matin en salle de maternité j'ai vu que la numéro **** avait mis bas de 13 petits porcelets. L'un d'eux assez faible ne tétait pas et restait allongé sur le sol. Je le poussais donc du bout des doigts pour tenter de le stimuler. Mon maître de stage est arrivé par derrière,  il a pris le porcelet par la queue et l'a lancé contre le mur de la porcherie. 
Je me suis retrouvée là, très choquée par ce geste d'une violence insupportable. Le maître de stage m'a regardé et a semblé être perturbé par ma mine choquée,  il a donc dit : "- Il allait mourir de toute façon, va le mettre  dehors et reviens après". J'ai hoché la tête et je suis allée prendre le porcelet qui,  à mon grand désespoir, était toujours à moitié conscient  J'ai interrogé le maître de stage du regard et il m'a dit:  "- c'est les nerfs ça ! Il ne souffre plus t'en fais pas". (Extrait de mon journal de bord).

Les "soins" maltraitances aux porcelets.

Le limage des dents est effectué afin de limiter le taux de cannibalisme chez les animaux (qui se manifeste lorsque les animaux sont trop nombreux dans une case). Le coupage de la queue à l'aide d'un fer chauffant ou d'une pince sert au même motif. Les porcelets étaient tatoués grâce à une pince.


Les joies de la castration à vif 

En travaux pratiques, les élèves de ma classe et moi-même avons pu nous exercer à castrer des porcelets. Expérience forte en émotions.


"Je regarde le professeur, il prend un porcelet et l'installe la tête à l'envers entre ces jambes. Il prend le scalpel et l'enfonce rapidement dans les deux testicules du pauvre petit cochon qui se met à pousser des cris effroyables (semblables à des cris d'enfants), ensuite il met son doigt dans la testicule ouverte en ressort un ligament de chair, le coupe avec son scalpel, fait un noeud et passe au suivant". (Extrait de mon journal de bord personnel).


Une de mes amies a tué un porcelet : elle a trop tiré sur le ligament du testicule et les intestins ce sont déversés sur ses jambes. Une semaine plus tard elle donnait sa démission.

L'infirmerie était l’endroit que je détestais le plus. C'est l'endroit où on isolait les cochons qui présentaient des malformations, des abcès ou des blessures. Les cochons n'y étaient pas soignés (sauf plaies ouvertes) : Il s'agissait simplement de voir s'ils allaient tenir jusqu’à ce que le camion d'abattage arrive.


Second stage

J'ai effectué deux semaines de stage chez une famille d'éleveurs très sympathiques (j’espère que cela ne vous choquera pas, mais je trouve qu'en effet dans les souffrances causées aux animaux dans les élevages, ce ne sont pas les éleveurs qu'il faut blâmer mais les personnes qui les dirigent et les obligent à produire plus en dépit de la qualité de vie des animaux).

Ces éleveurs possédaient un bâtiment d'élevage de porcs. Ils accueillaient des porcelets qu'ils devaient engraisser. La période d'engraissement est la période après le sevrage où le "but" est de faire prendre un maximum de poids à l'animal. Ce poids tourne entre 115 et 120 kg et la période d'engraissement dure 6 mois.

J'ai pu donc observer et pratiquer aux "soins" des animaux.
"Ce matin nous avons vacciné les petits cochons contre la toux. La méthode consiste à rassembler les 25 cochons d'une même case dans un coin à l'aide de panneaux. Les cochons son très serrés, ils se marchent dessus... Certains commencent même à avoir le derrière violet à cause de l'étouffement. Puis on pique et on marque au crayon chacun des cochons vacciné. Il fait une chaleur insoutenable et l'odeur est presque insupportable." (extrait de mon journal de bord personnel).


En effet, dans ces bâtiments il fait une température environnant les 30°C. C'est une chaleur étouffante et si vous n'êtes pas habitué à l'odeur suffoquante,  vous vous gratterez la gorge plusieurs jours après être resté dans ces bâtiments. Les cochons sont logés dans des cases (sur caillebotis où ce stage a été effectué) et nourris avec une farine alimentaire (farine mélangée avec de l'eau dans une immense cuve avec un aspect de bouillie infecte).

Le stress,  la souffrance, la température élevée, le manque d’espace et l’absence de terre où fouiller peuvent amener les animaux à s’entre tuer  : aussi il ne m'était pas rare en rentrant dans une salle d'engraissement de sentir une odeur de fer qui ne s'oublie pas : l'odeur du sang. C'est une vision épouvantable.  Un cochon inerte sur le sol froids et dur,  avec du sang recouvrant son corps et les autres cochons le groin rempli de cette substance visqueuse et rouge.

"Ce matin nous avons transféré des cochons d'une salle de la porcherie à une autre. 27°C, odeur répugnante... Porc sur caillebotis sans paille. Pas de lumière naturelle.
Nourriture: Eau + farine alimentaire.
Je rentre dans la case avec le panneau qui sert à se protéger et à diriger les cochons, je les incite gentiment à sortir en les stimulants avec des petits coups de doigts sur le dos. D'un coup alors qu'ils avancent calmement vers la sortie, l'ouvrière (qui est une jeune femme que je trouvais bien sympathique) claque un gros coup de bottes dans le derrière du cochon." 
(Extrait de mon journal de bord personnel).

Dans cette exploitation j'ai pu découvrir le tatouage des porcs d'une façon différente de celle que j'avais vue dans mon lycée. "Sinon ce matin j'ai eu le droit à une explication sur le tatouage des porcs. Je connaissais déjà la technique de pince qui enfonce l'encre dans l'oreille. Mais là où je suis, ils ont un manche avec des piques qui dessinent le numéro au bout. Pour tatouer les cochons ils faut les frapper très fort afin que les piques pénètrent la peau". (extrait de mon journal de bord personnel).

La plupart des élevages français ont ce même cahier des charges. Ce que j'ai vu dans ces exploitations ne sont aucunement des exceptions. 

J'ai appris que dans la souffrance nous sommes tous égaux"


ORGANISONS LA RESISTANCE VERTE

CONTRE TOUS LES ELEVAGES FRANCAIS

COMBATTONS POUR LA DIGNITE DES PORCS !

Organisons la "Résistance Verte" CONTRE tous les élevages français ! Donnons une nouvelle dignité aux porcs innocents et à tous les animaux vivant dans de semblables conditions !

A suivre 

Marc-Claude de PORTEBANE

Musicales d'Issoire Val d'allier : tua res agitur et (II)

Qu'en est-il de la qualité acoustique

des concerts de musique classique donnés 

en l'abbatiale Saint-Austremoine d'Issoire ?

img-1536-1.jpg

Selon Mme Monique Blanc-Verdier qui était chargée de récolter les fonds (300 euros) pour la location de l'abbatiale Saint-Austremoine d'Issoire lors des "Musicales 2013", au nom de l'association diocèsaine de la paroisse "La Maison paroissiale" au pays d'Issoire, l'acoustique ne serait vraiment pas "formidable".

Mme Monique Blanc-Verdier (qui centralise les demandes de concert), nous a déclaré "Moins il y a de concerts dans notre abbatiale, mieux on se porte, puisque cette église est essentiellement occupée par le culte".

En ce qui concerne les XVIII Musicales d'Issoire Val d'Allier 2013, Mme Monique Blanc-Verdier, (qui n'a pas géré la billeterie), nous a assuré qu'il y avait eu "moins de monde cette année qu'en 2012".

Est-ce dû à la plus ou moins mauvaise qualité "acoustique" ?

La meilleure sonorité s'est-elle effectuée au choeur, à la croisée ou vers la tribune ? Combien de m² ont-ils été dégagés pour les deux concerts des " 18 ° Musicales Val d'Allier" ? 

Avis aux experts ! Nous demandons qu'une expertise soit réalisée par les élus du "Pays d'Issoire", du département et de la Région Auvergne sur la qualité auditive de cette abbatiale lorsque des concerts sont donnés.... grâce aux deniers publics.

Les concerts donnés en l'abbatiale d'Issoire ne sont-ils pas qu'une pâle copie du majestueux festival de La Chaise-Dieu pratiqué en l'abbatiale Saint-Robert à l'acoustique remarquable et reconnue pas tous ?

Merci de nous donner plus de précisions concernant la qualité de l'accoustique pour les concerts que vous avez écouté en cette abbatiale Saint-Austremoine d'Issoire via notre messagerie (Contacts).

A suivre avec gourmandise.

Réflexion matinale vers le captage de la source contaminée de Fontaurige à Cayres à propos du temps des vaches maigres dans le Velay

A la soupe !

Au XIX° siècle, on mangeait mieux dans les villes que dans les campagnes. La tradition des paysans ripailleurs, des gueuletons de fête au village, et des grandes beuveries d'après les moissons appartient à l'histoire récente.

En Auvergne, le temps des vaches maigres s'est maintenu, en gros, jusqu'à la guerre de 1914.

La châtaigne règnait partout avec, immédiatement après, la pomme de terre et le sarrasin. Pour ce qui était des céréales, c'est le seigle qui dominait. Le froment quant à lui était en quantité négligeable. Partout la graisse, c'était le saindoux. Dans certaines régions : l'huile de noix. Ailleurs, les bases de l'alimentation régionale, c'était l'importance des châtaignes. On y découvrait le blé noir qui, cuit en galettes ou en bouillie était au menu de tous les jours. On cuisait son pain avec le grain qu'on avait récolté et que l'on avait fait moudre. On cuisait chez soi ou au village. Le pain servait essentiellement à tremper la soupe.

numerisation0010-3-1.jpg

La paysanne et le paysan du Velay étaient de grands mangeurs de soupe qui fut, pendant longtemps, leur plat de résistance. Au point que, maintenant encore, on emploie l'expression "faire la soupe", qui équivaut à "préparer le repas". Il faut dire qu'elle unissait en une seule marmite lard ou petit salé, légumes et pain, ce qui, selon la diététique actuelle, représente un repas complet. Soupes "fricassées" faites rapidement, en un tournemain ; soupes longuement et doucement mitonnées, qui attendaient dans la soupière de faïence, glissée sous l'édredon, le retour des champs ; soupes d'été, soupes d'hiver, plus consistantes, dont on disait que "pour tenir au corps", il fallait que la cuillère puisse s'y planter toute droite ; soupes de pain de seigle, rafraîchissantes ; soupes grasses à faire "chabrol"....

C'était le bon temps quand la viande bovine, exempte d'éléments chimiques et toxiques, ne tuait pas "à petit feu la terre qui nous tue par la même occasion".

Chaque crise sanitaire laisse derrière elle de nouvelles restrictions de liberté parce que les abus n'ont cessé de progresser. Depuis l'épidémie de la vache folle, il est interdit de vendre des taureaux n'ayant pas été préalablement testés. Les scandales sanitaires de ces dernières années ont permis le puçage systématique des animaux d'élevage.

L'arriveé de la FCO (fièvre catarrale ovine) a été le détonateur pour accélérer la mise en place du fichier SIGAL, qui recense tous les bovins du territoire et permet de connaître l'état sanitaire de chaque animal.

Puisque les animaux sont fichés, il ne sera sans doute pas très difficile de savoir quels sont ceux qui sont venus si près du périmètre de captage de l'eau potable de Fontaurige dans le Velay et qui a été... contaminé pendant de nombreux jours sans que les populations n'en soient correctement averties puisqu'il faut déjà un délai de 48 h à l'ARS pour connaître les résultats des analyses en provenance du laboratoire départemental !

Nous ici, nous ne pouvons que constater la "mauvaise foi" de l'ARS et d'autres collectivités pour nous communiquer la Vérité sur les causes de cette pollution.

Après, les medias se poseront - tardivement - la question de savoir naïvement pourquoi autant de gens votent pour le danger mortel de la démocratie : Marine LE PEN !

Paul TOP

Cayres : menu complet pour la réunion publique du PPVV le 9 mars 2012 (I)

Au menu de la réunion publique

du collectif PPVV, le 9 mars 2012 :

ppvv-2012-a-091-3.jpgL'extension de la porcherie

du Bouchet-Saint-Nicolas ?

ppvv-2012-a-052-2.jpg Le lavage des remorques agricoles

à la fontaine publique de Cayres...

ppvv-2012-a-075-2.jpg

...avec du fumier dégoulinant sur la voie publique ?

ppvv-2012-a-078.jpg

 La casse des intallations

  au Bouchet-Saint-Nicolas ?

ppvv-2012-a-058.jpgLa longue marche arrière

des engins agricoles à Cayres ?

ppvv-2012-a-072-2.jpgppvv-2012-a-074-2.jpg

 L'interdiction de marcher sur

le lac du Bouchet gelé ?

ppvv-2012-a-046-2.jpgLa pêche à la carpe, au coup, à la mouche, le 3 juin

lors de la journée nationale de la pêche ?

ppvv-2012-a-037.jpgLe début des travaux au lac du Bouchet

du si charmant

chalet-auberge du département ?

ppvv-2012-a-041-2.jpg
A suivre

Contournement du Sud-Ouest de Vichy : que de cadeaux pour le loto de l'amicale laïque de Serbannes ?

Une balade dans les bois des environs de Brugheas

en guise de "cadeau" pour le prochain loto

de l'amicale laïque de Serbannes ?

mfe-008-2.jpgUn coffret de photos offert par l'Idiot provincial

sur l'honteuse déforestation

du contournement du sud-ouest de Vichy

scud-iii-020-2.jpgscud-iii-024.jpgLes écoulements d'eau : bouchés !

En avant la boucherie !

grand-debat-i-036.jpggrand-debat-i-041-2.jpg

Bientôt la formation de lacs ?grand-debat-i-042.jpg

sur la D 221 vers Brugheas ?grand-debat-i-046.jpgVers l'ex-SPA : labourages à gogo

grand-debat-i-006-2.jpgMême en dehors du "chantier" !!!

grand-debat-i-014-2.jpggrand-debat-i-015-2.jpg

Qui récupère les copeaux ?

grand-debat-i-028-2.jpg

A qui est vendu le bois de chauffage

ou de coupe ?

grand-debat-i-011-2.jpgEt quelle sera sa destination finale ?

Combien d'unités coupées ?

Qu'en pense Charasse le dépité

député radical de gauche

soutenu par les écolos locaux

sous la férule de rond-de-cuir ?

Combien de nouvelles plantations ?

Le département n'avait pas d'autres solutions ?

A suivre

L'injuste trou dans les archives départementales de l'Allier à Yzeure

Un si injuste "trou" aux

archives départementales de l'Allier ?

Comment se fait-il qu'il y ait un "trou" dans les minutes civiles de 1958 à 1963 aux archives départementales de l'Allier ?

Quel sens donner à l'avenir, à la solidarité des générations pour qu'elles soient de moins en moins informées ?

Guichet fermé pour le centre de l'illustration à Moulins

Un si beau bâtiment cet hôtel de Mora restauré par le Département !!!

N'est-ce pas un peu dommage de le colorer avec si peu de goût ?

De 1940 à 1944, l'Hôtel de Mora est devenu le siège de la Kommandantur.

Un musée sur cette période sombre de l'histoire moulinoise et colorié par les enfants d'une maternelle n'aurait-il pas été du plus bel effet ?

uab-011.jpgCriant

Réflexion matinale sur un régal qui doit se populariser et non s'embourgeoiser : le poulet Bourbonnais

EN TANT QUE CONSOMMATEURS DE BASE

NOUS DEVONS FAIRE ENTENDRE LA VOIX

DU CONSOMMATEUR DE BASE

POPULARISER ET NON EMBOURGEOISER

LE POULET BOURBONNAIS !

Nous devons populariser la consommation du poulet Bourbonnais issu des basse-cours des métayers Bourbonnais et non l'enfermer dans une coquille bourgeoise et luxueuse qui n'a pas fait "exploser" sa commercialisation puisqu'il n'a toujours pas encore obtenu l'AOC !

Tout comme nous devons soutenir le travail effectué de nos jours par la poignée d'éleveurs et les quelques abattoirs qui refusent qu'il ne soit confiné dans l'anonymat !

Le Département de l'Allier veille lui-aussi au grain et nous remercions Jean-Paul Dufrègne, le président communiste du conseil général de l'Allier de prendre "en main" ce dossier qui nous tient tous à coeur !

Faites-nous part de vos observations en cliquant sur le lien suivant :

www.le-poulet-bourbonnais.com

Arbre de l'espoir à Vendat mais à quelques kilomètres de là : déforestation du désespoir et son lot de massacres en forêt de La Boucharde

Arbre de l'espoir à Vendat dans l'Allier :

pb-ii-005.jpgDéforestation et extermination accrue

sur les parcelles du Département de l'Allier

pour le contournement du Sud-Ouest de Vichy

avec l'accord du dépité de Vichy

le député radical de gauche Gérard Charasse

soutenu par les écologistes locaux !!!

scud-iii-050.jpg


Réflexion matinale au pied des chênes massacrés dans la forêt de Montpensier à cause du contournement du Sud-Ouest de Vichy

Contournement Sud-Ouest de Vichy :

HALTE A LA DEFORESTATION

DES MASSIFS DE MONTPENSIER

ET DE LA BOUCHARDE !

scud-iii-017.jpgCe matin, assis au pied des chênes massacrés dans la forêt de Montpensier à cause du contournement du Sud-Ouest de Vichy, je me suis dit que j'allais devoir retourner au Lycée. Aujourd'hui est un jour nouveau. L'année 2012 commencera le 13 janvier.

Je me suis donc dit, calé au pied des chênes massacrés dans la forêt de Montpensier à cause du contournement du Sud-Ouest de Vichy, que je retournerais à l'Ecole d'Aristote afin de reprendre mes cours sur le Bonheur.

"Le bien", disait-il c'est-à-dire le bonheur individuel de chaque être, "réside dans le développement complet et harmonieux des fonctions caractéristiques de sa nature". Or, la fonction spécifique de l'homme n'est-elle pas la raison ? La condition essentielle du bonheur humain réside donc dans l'activité raisonnable. Non que nous devions refouler complètement tous les désirs de notre sensibilité ; ce serait supprimer les mobiles de notre activité.

scud-iii-033-2.jpg
Quant au bonheur collectif, il dépend, dans un Etat, de l'obéissance à la loi, qui est souveraine. Or, ce bonheur consiste à posséder non seulement les biens matériels, mais les biens infiniment plus précieux : ceux de l'âme, que résume la vertu.

Cependant, Epicure, plus modestement, cultivait son "Jardin". Voici ce qu'il répétait à ses amis, les idiots de province :

"Le Bonheur tient à deux conditions essentielles : l'absence de douleurs dans le corps et de troubles dans l'âme".

scud-iii-052.jpg
Comment pouvoir, en janvier 2012, cumuler Bonheur individuel et Bonheur collectif lorsque l'on observe l'acharnement dont font preuve les hommes chargés de massacrer deux forêts ancestrales, au nom du contournement du Sud-Ouest de Vichy : les forêts de La Boucharde et de Montpensier ?

scud-iii-017-2.jpgJe vous remercie pour tout ce que vous voudrez bien faire pour le respect dû à feu les chênes majestueux qui gisent désormais à terre, pour Notre TERRE broyée par les bulldozers de l'horreur absolue en signant ma prochaine pétition visant à alerter l'opinion publique sur ce massacre intolérable de ces forêts appartenant au Département de l'Allier.

Paul TOP

Voyage au bout de la nuit : Contournement Sud-Ouest de Vichy, HALTE A LA DEFORESTATION (II)

Contournement Sud-Ouest de Vichy :

le conseil général de l'Allier

scud-iii-028.jpg
à qui appartient ses terrains

scud-iii-003.jpg
procède à ce massacre !!!

scud-iii-065.jpg
Avec l'accord du dépité de Vichy CHARASSE :

scud-iii-005-2.jpg
comment ils massacrent nos forêts !

scud-iii-029-2.jpgDe Serbannes à Hauterive...

scud-iii-034.jpg
...d'Espinasse-Vozelle à Brugheas !

scud-iii-018.jpg
J'appelle à l'action ceux de mes partisans

et ceux du peuple de base

scud-iii-027.jpgopposés au massacre intolérable de la nature

qui ne veulent pas rester les bras croisés !

scud-iii-032-2.jpgSus aux conditions de maltraitance inouïe

de l'innocente nature !

scud-iii-060.jpgLes francs-maçons de gauche sont-ils....

scud-iii-050.jpg
les pires ennemis de la nature ?

Je vous appelle à combattre les élus comme Charasse, pour qui j'ai le plus profond mépris sur ce dossier, afin que notre cause soit entendue pour que cesse l'horrible mutilation de nos forêts ancestrales !

scud-iii-070.jpg
Et Gérard Charasse sait bien comment nous serions capable de retourner l'opinion contre lui, n'en déplaise à Pommeray Christophe !