bretagne

Les ZADistes d'AURA Environnement anti-Usine à poubelles CSR vers Saint-Etienne s'expliquent dans la presse :

Les ZADistes du Collectif forézien C.H.U.P.A

(Collectif Halte Usine à poubelles vers Andrézieux-Bouthéon)

opposé-es au projet de Méga Usine à poubelles avec du CSR

s'installent définitivement dans le PAF Auvergnat/Rhône-Alpin !

Kmr 007

Le Progrès de la Loire, édition du 08/11/2016

L'assemblée générale des écologistes anarcho-marxistes d'AURA Environnement et des populations riveraines indépendantes de tout esprit partisan concerné-es par le projet de Méga Usine à poubelles de la Loire et visant à produire au moins 55 000 T de l'infâme CSR (Combustible solide de récupération) sur un des 2 sites pressentis à Andrézieux-Bouthéon (15 km au nord de Saint-Etienne) se précise puisqu'elle est prévue le 31/12/2016, comme ils l'ont indiqué dans l'édition du quotidien "Le Progrès" de la Loire de cette semaine.

Le collectif C.H.U.P.A - dont le porte-parole désigné par les opposants est Marc-Claude de PORTEBANE - rassemble plus de 10 000 signatures (Internet : 3 268 signatures - Pétition papier : 7 996 signatures) est opposé au projet de méga Usine à poubelles sur pas moins de 2 sites potentiels voulus par le SYDEMER de Saint-Etienne dans le sud-Forez : la ZAIN Opéra parc international (La Fouillouse/Andrézieux-Bouthéon) et la ZA l'Orme/Les Sources (Veauche/Andrézieux-Bouthéon vers Saint-Bonnet-les-Oules). 

Le collectif C.H.U.P.A, c'est aussi plusieurs dizaines de militant-es et de vastes soutiens issu-es de la société civile qui n'en ont jamais autant su sur la pseudo-valorisation de nos poubelles dans des projets coûteux pour les contribuables, désastreux pour l'environnement, contributeurs à la paranoïa des élu-es en France qui n'en ont que cure des citoyens de base mais qui ne reculent que devant des rapports de force avec les opposants à leurs délires de toute puissance comme à Sivens (Tarn) où, ils n'ont pas hésité la force gendarmesque CONTRE un pauvre garçon - Rémi FRAISSE - qui n'était qu'un résistant à cette saloperie de barrage ne servant qu'à servir la cause bourgeoise et capitaliste de la FNSEA et des gros propriétaires fonciers ui, EUX, n'hésitent pas à déverser leur violence contre l'Etat avec leurs remorques de fumiers divers et avariés !

Un peu comme dans les régimes fascistes, on peut se mettre potentiellement à la place de certains élus, élus par les "Mougeons - moutons/pigeons -" qui ont aussi plus de respect que les animaux martyrisés eux-aussi : "Si tu n'es pas d'accord pour dire OUI à nos projets mégalomaniaques, on te TUERA avec des armes totalement disproportionnées. On écrasera toute contestation. Si les grenades ne suffisent pas, nous enverrons les chars pour vous écraser dans des bains de sang car nous sommes certains d'être une nouvelle caste féodale anti-républicaine qui aime déguster les petits fours et boire dans de belles coupes de champagne reposant sur de belles toiles cirées comme des parquets aux ordres du beaucoup plus fort et moins brillant que le mauvais bois dont nous ne sommes que les VRP...." !!! 

Mais ..... ATTENTION ... au réveil populaire comme aux USA avec la colère des masses populaires ignorées qui ont élu massivement le majestueux Donald TRUMP tandis que les dominants de la mondialisation, sinistres-ministres "collabos de la bourgeoisie de droite comme de gauche", si sûrs d'eux tout en le détestant du plus profond de leur âme - s'ils en ont une, d'ailleurs - n'avaient senti venir la poubelle populaire irrémédiable en plein boomerang pour ne pas dire en pleine poire, cette poire Guyot, par exemple, ou "Tu es Belle Hélène" qui ne pollue pas notre environnement et qui est aussi aussi source, non pas de conflits potentiels avec les défenseurs de Dame nature, mais de vitamines variées dont la B, la C, la provitamine A et la carotène, excellentes pour la forme physique et intellectuelle, surtout lorsqu'il s'agit d'être en permanence vigilants vers nos vergers que nous ne voulons pas pollués par des tas d'ordures !

Avant d'avoir été reconnu comme étant un interlocuteur fiable par le ministère de l'Environnement, le collectif C.H.U.P.A a dû multiplier les actions militantes, les contacts loyaux avec presque tous les élu-es des 600 000 habitants de ce territoire du Sud-Forez qui coupe pratiquement le département de "La Loire" en 2, les multiples tractages pratiquement tout seul, l'occupation du terrain médiatique permanent et ce, nonobstant la dictature de l'information que lui a opposé le SYDEMER puisque le collectif C.H.U.P.A a dû saisir plusieurs fois la CADA et aussi en faisant fi aux nombreuses "menaces" de certains élus qui ont même publiquement proposé de déchirer la pétition de la colère populaire du Sud-Forez en ne la désirant absolument pas dans leurs mairies !

Staline 002 2

Marc-Claude de PORTEBANE, président d'AURA Environnement :

- porte-parole de la Ligue de combat contre les cruautés envers les animaux

- porte-parole du Collectif C.H.U.P.A reconnu comme interlocuteur fiable par

le ministère de l'Environnement et reçu par le directeur cab' préfet 42

- porte-parole de la Ligue de combat contre les cruautés envers les animaux

- président de la commision "Déchets" à la Fapel22 (Bretagne, Côtes d'Armor).

Après la période estivale 2016, le collectif C.H.U.P.A a déclenché - dans le plus grand secret - l'opération "Comment Yukong déplaça les montagnes", en clair, appliquer cette doctrine de Mao tsé toung : "Prendre sa résolution, ne reculer devant aucun sacrifice, surmonter toutes les difficultés pour remporter la victoire".

Le représentant infaillible du collectif C.H.U.P.A a donc écrit au président du SYDEMER pour lui dire qu'il était au "parfum" des fouilles archéologiques réalisées par l'INRAP de Lyon sur la ZAIN Opéra parc international alors que personne n'en parle, que ce soit dans les medias ou chez les politiciens parce que là, le porte-parole du collectif C.H.U.P.A, on en a marre et plus que marre qu'il aille fouiner, fouiner et encore fouiner avec le soutien des ouvrières et des ouvriers comme des intellectuels ; qu'il veuille s'installer lui et son collectif pendant des décennies à Andrézieux-Bouthéon et sa région ; qu'il soit réputé unanimement comme non-violent ; qu'il soit pour la réthorique pacifiste et contre la violence de certains casseurs qui viennent uniquement pour "casser du flic pour juste casser du flic" à longueurs de journées en buvant de la bière et en fumant des joints et qui, finalement, désservent les causes légitimes des populations locales vite abandonnées puis soudainement exposées aux mesures de rétorsion des potentats locaux ; qu'il ait le toupet d'avoir le soutien des populations locales et riveraines de toutes les causes de défense de l'environnement et de protection des animaux ; que par-dessus le marché qu'il veuille, maintenant, constituer une ZAD (Zone à défendre) calquée sur celle de Notre-Dame-des-Landes mais verrouillée, de surcroît, par la discipline marxiste et plus précisémment maoïste issue de la Ligne de masse qui n'a que pour unique objectif de "Servir le peuple" via "Le petit livre rouge" qui prône l'auto-éducation idéologique ; qu'il soit un militant "endurci" par plus de 30 ans de militantisme que ce soit à Greenpeace, chez les autonomes anti-THT de Basse-Normandie, chez les antinucléaires, chez les anti-CSR qui risquent d'être brûlées dans des chaudières utilisant de la Biomasse comme vers Pierrelate pour alimenter potentiellement le réseau chaleur de la Ferme aux crocodiles ; qu'il veuille aussi prendre la défense de ce boeuf retrouvé écartelé face au bitume à Rethel dans les Ardennes ; qu'il soit un opposant irréductible du Combustible Solide de Récupération (CSR) issu de plus de 155 000 T de nos DMR (Encombrants résiduels, autres déchets résiduels, OMr + refus CS) du Sud-Forez et qui risque d'être produit dans les prochaines années sur une des 2 zones vers Andrézieux-Bouthéon ; qu'il soit opposé au "Jus en excès" issu de la méthanisation des autres déchets organiques en se posant les bonnes questions comme quelle quantité de "jus", comment sera traité ce fameux "jus" et dans quelles conditions et que deviendront les résidus de combustion des CSR ; qu'il vienne de recevoir tout dernièrement un "appel de détresse" de Marc ACTIS, le président de l'association "Accueil & Qualité de vie" qui est opposé au projet de nouvelle prison dans sa commune de Saint-Bonnet-les-Oules voisine d'Andrézieux-Bouthéon et ce, non loin de la ZA l"Orme/Les Sources.... ici même où le projet de Méga Usine à poubelles du SYDEMER risque bien de produire et de commercialiser 55 000 T de cet infâme CSR (qui produit des dioxines et des furannes pendant la combustion) à des cimentiers comme Lafarge mais aussi des entreprises locales du département de la Loire, et de surcroît alimentaires surnommées par le SYDEMER comme "Partenaires" et présentées comme "Gros consommateurs", à l'exemple - entre autres - de LUSTUCRU FRAIS (Lorette), de NATRA ZAHOR FRANCE (fabrication de cacao et chocolat à Saint-Etienne), de la FROMAGERIE GUILLOTEAU (à Pélussin), des SALAISONS DE LA BRECHE (préparation industrielle de produits à base de viande à Saint-Just-Saint-Rambert) ou d'une autre marque totalement prestigieuse comme CANDIA (basée à La Talaudière), etc.... 

Poire 114Car lorsque l'on voit les photos prises cette semaine par AURA Environnement et les militants du collectif "Greenbretagne" à Saint-Martin-des-Champs (Morlaix, Bretagne) et qui montrent clairement et de façon nette et précise comment sont stockées à l'air libre ces balles éventrées de CSR chez Guyot Industries (Guyot Environnemment) sur le site de la ZI de Kérolzec, il y a du souci à se faire quant aux pollutions potentielles de la petite rivière "La Pennelé" surtout lorsque l'on observe que les services de l'Etat semblent archi débordés comme l'ONEMA ou la Dréal dans le Finistère pour ne pas verbaliser ce qui avait déjà été dénoncé - également -, fin 2015, par l'association ROBIN des BOIS de Paris alors que les associations environnementales bretonnes comme "Bretagne vivante", "Eaux et Rivières de Bretagne" ne se préoccupent absolument pas des risques potentiels et inadmissibles sur la qualité de l'environnement dans le Finistère, pour ne parler que de ce département !!!

Le CSR, parlons-en mesdames et messieurs les élu-es ! On en VEUT pas de cette saloperie ni à Morlaix, ni vers Pierrelatte, ni vers Saint-Etienne, ni vers Paris, ni partout ailleurs !

Poire 116Une visite "officielle" du site de Kérolzec est organisée le 07/12/2016 par l'exploitant "Guyot Environnement" avec les représentants de "Bretagne vivante" de Brest et de Morlaix, de l'association "Eaux et Rivières de Bretagne", d'autres associations mais pas d'AURA Environnement et de Robin des Bois.

Inutile de vous préciser que "Bretagne vivante" et "Eaux et Rivières de Bretagne" perçoivent de grosses subventions de la part de la Région Bretagne, ce que n'avait d'ailleurs pas hésiter à dénoncer le collectif "GreenBretagne" et "AURA Environnement" dans une pétition qui a fait un "carton" et qui a recueilli, pour l'instant, plus de 23 000 signatures depuis le 14/08/2016 : http://www.mesopinions.com/petition/animaux/stop-extension-usine-intolerable-cochons-landunvez/24312

Le porte-parole du collectif C.H.U.P.A, a donc pris sa plume corrosive, le 28/09/2016, pour écrire au président du SYDEMER dont le siège est dans les locaux de Saint-Etienne Métropole (Loire, Région Auvergne/Rhône-alpes) en lui précisant 5 points importants pour ne pas dire cruciaux :

1- "....En effet, l’INRAP a effectivement conduit une fouille à l'endroit que nous lui avons indiqué (au SO, en face du nouveau stade « L’envol Stadium » mais plus au sud). Ce travail de Post-fouilles en est à ses débuts. L’INRAP a pu mettre en évidence une série d'occupations humaines à caractère rurales qui permettront à terme de reconstituer un historique de l'occupation humaine sur place sur une durée de près de 2000 ans de l'âge du Bronze à l'Antiquité"...

2- "Je demande que cet élément nouveau soit pris en considération, dans le cadre des études sur le choix du site, par le SYDEMER que vous présidez."

3- "J’en profite également pour vous demander, une nouvelle fois, les rapports du bureau d’études sur les comparaisons des différents sites retenus (L’Orme/Les Sources à Andrézieux-Bouthéon, Borde Matin à Roche-la-Molière, Z.A.I.N Opéra Parc International sur les communes d’Andrézieux-Bouthéon/La Fouillouse)."

4- "Ces documents sont indispensables pour que les associations et les riverains puissent se faire une vraie opinion des critères pris en compte sur le choix du site de la future « Usine à poubelles » Méthanisation/CSR."....

5- "Je vous rappelle votre devoir de transparence vis-à-vis des populations locales depuis la création du SYDEMER et sa démarche de concertation".

Avec les preuves accablantes que nous disposons sur le site de stockage de Kérolzec vers Morlaix, toutes les collectivités qui voudront produire du CSR ou qui envoient déjà vers les cimentiers qui ne courrent pas les rues cette infâmie créee par l'être humain devront s'attendre à trouver la RIPOSTE des défenseurs de la nature martyrisée !

Le stockage du CSR est mal géré en France ! Il doit être dénoncé et l'Ademe doit se pencher sur la question au lieu d'attribuer de colossales subventions au nom du contribuable à des firmes qui semblent n'avoir rien à "cirer" de l'environnement !

Une couche de peinture verte sur un camion, un logo, une enseigne, un mur d'entreprise ne semble être qu'une ignoble farce pour notre environnement proche qui récolte la misère - pas seulement dans le Finistère - d'endroits (pourtant classés comme ICPE - Installlations Classées pour la Protection de l'Environnement -) soit-disant protégés par des enquêtes publiques que nous n'avons de cesse de dénoncer comme étant des "parodies" car malheureusement, les élu-es de droite comme de gauche s'aventurent dangeureusement sur le chemin de la "Dictature" de type facilement "absolutiste" sans partage et sans limite, en ne voulant SURTOUT pas de concertation directe avec les populations locales et les riverains parce qu'elles/ils ont peur des réactions épidermiques des gens comme le camarade incontrôlable Marc-Claude de PORTEBANE qui préfère mourir debout que de mourir couché et qui "fout la merde" depuis plus de 30 ans contre ces élites méprisantes et leurs projets de porcheries industrielles, leurs projets de centre de vivisection, leurs projets d'usines à méthanisation ou leurs projets de méga usines à poubelles qui sont, la plupart du temps des "gouffres à pognon" pour les gloutons de l'empire capitaliste qui commence d'ailleurs par s'effriter devant la Résistance populaire, qu'elle soit anarcho-marxiste ou tout simplement apolitique et ce, afin de consolider de ce qu'il reste de cette République française que le nouveau président américain, Donald TRUMP accuse de "n'être plus la France" !

Paul TOP    

Frappe des 100 fleurs : Collectif Greenbretagne + Ligue de combat contre les cruautés envers les animaux fleuriront la Bretagne !

Les écolos-maoïstes de Greenbretagne

et les défendeurs de la Protection Animale (P.A.) de la

Ligue de combat contre les cruautés envers les animaux

lancent l'Opération "Frappe des 100 fleurs" ! Tried1 012 2 jpg a

Après avoir dénoncé sur leur page Facebook l'histoire de ces chats maltraités à Léhon dans les Côtes d'Armor, les cadre-militant-es et sympathisant-es de la Ligue de combat contre les cruautés envers les animaux ont décidé in solidum avec le Collectif "Greenbretagne" de lancer plusieurs actions, à la rentrée septembre 2016 et ce, en Bretagne en faveur des animaux et de la nature innocente.

Plusieurs liens sont à votre disposition pour les rejoindre, via la MP :

https://www.facebook.com/liguedecombatcontrelescruauteenverslesanimaux/

et

http://collectif-greenbretagne.e-monsite.com/

#JesuisMarieLama : les boites de nuit de Rennes et de sa région sont-elles un des tremplins de l'alcoolisme juvénile ? VIII

Les comportements de la jeune rennaise

sont en grande partie portés sur l'alcool

et les boîtes de nuit en sont le tremplin ?

Marie lama 024

Sur la page Facebook de cette boîte de nuit de la région rennaise, aucune mention avertissant des dangers de l'alcool, sur cette photo publiée - en mode public - !!! HALTE AU LAXISME DE L'ETAT !

L'Idiot provincial a saisi l'Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA) qui recommande l’application la plus stricte de la loi Evin – soit zéro publicité – sur Internet !

Exigeons la fermeture administrative temporaire de cette discothèque de la région rennaise !

Après s'être mis en contact avec la préfecture de l'Ile-et-Villaine, les douanes, la DDCSPP, l'Idiot provincial et ses camarades continuent à "ratisser" le terrain des boites de nuit dans un rayon de 50 km autour de Rennes.

Nous avons pris également contact avec nos confrères de Ouest France pour leur faire part de notre projet de marche silencieuse à Rennes en solidarité avec feu Marie Lama, mais aussi pour évoquer ces "menaces" qui commencent à pleuvoir sur l'Idiot provincial.

Cela veut dire que nous sommes sur une des bonnes pistes. Que nous commençons à déranger la pègre locale du monde de la nuit !

Peut-on nous dire pourquoi les tarifs de ces boissons alcoolisées sont-ils si bas ?

Combien de "bracelets des préventes" au Kenland (15 Place des Lices, 35000 Rennes) ont-ils été vendus pour cette soirée ?

052

Nous aimerions également que l'on nous en dise un peu plus long sur ce commentaire, concernant le "Delicatessen", une des boites de nuit rennaise qui appartient aux mêmes gérants du "Baron-club" : http://www.cityvox.fr/discotheques_rennes/le-delicatessen_34992/Avis-Lieu

Par lariche, le 29/07/2008 : "De la poudre aux yeux!!!
Je connais ce lieu depuis longtemps et rien n'a vraiment changé... c'est même pire! Dans le désordre, jeunes branchouilles venus comparer les dernières sapes à la mode rue du chapitre et claquer la paie de ministre de papa, vieux célibataires adossés au comptoir et prêts à tendre un billet à votre dulcinée, l'air de rien, pour s'attacher ses services le temps d'une nuit (cf. pub "tu t'es vue quand t'as bu"), serveurs au top du "j'me la raconte derrière le bar et j'oublies de sourire et... de servir!", chaleur insupportable (clostros s'abstenir), prix défiants toute concurrence (10€ le mauvais champ)... Bref, dans ce lieu où comme dirait un célèbre rappeur "les mecs se font la bise comme dans le show-biz", vous en prenez pour votre dose de clinquant et de répugnant (se la jouer à Rennes devient apparemment une valeur sûre), délestés de quelques euros, suffocants, et avec en guise d'au revoir, une bonne tape dans le dos (pour ne pas dire sur la tronche) des videurs maison. N.B: avec mon pote un peu basané, les videurs nous ont dit d'oublier ce lieu..."

Nous demandons au parquet du procureur de la République de Rennes d'essayer de savoir ce que veut surtout dire le contenu de la dernière phrase !

Tout comme nous demandons au cabinet du préfet de la région Bretagne de nous dire ce qu'il pense de ceci :

Violence GRATUITE de la discothèque l'ESPACE à Rennes :

J'ai décidé de poster cette vidéo prise samedi soir (06/04/13) devant L'ESPACE (discothèque) à Rennes suite aux débordement très agressif des videurs. Ce n'est pas tolérable d'agir ainsi, les videurs ont litéralement tabassé et gazé hommes et femmes devant la discothèque et le tout gratuitement. J'ai eu le temps de prendre cette vidéo comme preuve avant d'être pris en chasse par deux videurs, qui ne semblais pas avoir de bonnes intentions a mon égard... C'est intolérable d'agir ainsi dans un endroit prévut pour se divertir. Plusieurs personnes (dont un pote) on été blessés ( lèvre ouverte, cocard, petit doigt cassé, brûlure dû au gazage a bout portant etc etc...) et se sont retrouvées aux urgences dont une personne gravement blessée. J'espère que cette histoire ne va pas en rester la. J'ai choisi de la diffusé anonymement de crainte de représaille de ces videurs qui abusent de leur pouvoirs. J'aurai aimer pouvoir filmer toute la scene pour que tout le monde se rendent compte de la gravité de leurs actes mais comme vous pouvez le voir j'ai du prendre la fuite... Je comte sur vous pour la diffuser le plus largement possible et si vous avez été témoin de la scène ou si quelqu'un possède d'autres videos, il ne faut pas hésiter a poster."

Précision : le contenu de cette vidéo (https://www.youtube.com/watch?v=ooDIEEw6SNA) n'est plus disponible (http://www.entreprises-commerces.fr/forum/opinion/violence-gratuite-discotheque-espace-rennes-t3293.html).

En ce qui concerne les circonstances dans lesquelles la jeune Marie Lama a été virée de la discothèque "Le Baron-Club", les commentaires vont bon train sur le net :

- "Christian JOUAN 23 Février 2015 à 10h30 Bonjour, Je suis surpris qu'il faille une pétition pour que les tenanciers de cet établissement soient inquiétés. Mettre dehors une personne, sous l'emprise de l'alcool, habillée trés légèrement, sans possibilité de contacter qui que ce soit, sans pouvoir rentrer à son domicile, c'était metre cette personne en grand danger. Il y a donc non assistance à personne en danger. Je crois savoir que le Baccardi à Callac est fermé depuis le décès d'un jeune dans ses murs".  Le Télégramme
- "Michel kerninon 23 Février 2015 à 14h58 Quelle tragédie que la disparition de cette jeune fille ! Et comment autant d'égoïsme, d'irresponsabilité, de manque de solidarité, à la fois de la part de tenanciers et de clients de ces établissements peuvent ainsi conduire au drame ? Combien de jeunes ont disparu à la sortie de ces établissements (il en a été rendu compte ici) et pas seulement sur la route où le bilan est lourd ? Combien de crimes ont été commis dans ces mêmes conditions d'alcoolisation, tolérés voire entretenues commercialement, en Bretagne comme ailleurs ? Rien ne peut justifier un tel laisser-faire et tant de victimes. Les jeunes sont les personnes parmi les plus exposées aux risques. Tant de drames à la sortie de bars ou boîtes de nuit mériteraient que la justice et les pouvoirs publics prennent enfin leur responsabilité. En mettant d'abord en vigueur de véritables dispositions préventives, en multipliant les actions de prévention et de contrôles, en modifiant les horaires d'ouverture excessifs, etc. Il s'agit effectivement d'un délit de non-assistance à personne en danger, de la part des tenanciers d'établissements, des clients présents, des pouvoirs publics et leurs représentants." Le Télégramme
- "Jean Pierre Gruson 23 Février 2015 à 21h41 Ne pas porter assistance à une personne fragilisée par une absorption à priori élevée d'alcool et la mettre à la porte de l'Etablissement sans même prendre la peine de lui rendre les vêtements déposés par elle au vestiaire et sans même s'inquiéter de ce qu'elle va devenir dans la nuit glaciale, ivre et sans ses vêtements, cela porte un nom et ce nom est en effet mise en danger d'autrui." Le Télégramme.
Feu ! Ouvrons le bal !
A suivre
Paul TOP

#JesuisMarieLama : Exigeons une enquête administrative de toutes les boites de nuit de Rennes (VII)

Après le drame de l'étudiante Marie Lama :

quelle déontologie pour les videurs du "Baron-club" ?

La préfecture de l'île-et-Villaine

va-t-elle lancer des vérifications dans le milieu

de la surveillance et du gardiennage Rennais ?

Une entreprise dont l'activité ne consiste pas en l'exercice d'activités privées de sécurité mentionnées dans la loi n° 83-629 du 12 juillet 1983, comme par exemple une discothèque, peut soit recruter directement des salariés, en qualité d'agent de sécurité privée avec accord préalable du préfet (après enquête de moralité et d'honorabilité de ce salarié), soit créer en son sein un service interne de sécurité soumis à autorisation préfectorale, en application de l'article 11 de la loi précitée ou soit faire appel à une entreprise prestataire habilitée par le préfet à exercer les activités privées de sécurité.

La loi n° 2007-297 du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance a modifié la loi du 12 juillet 1983 précitée afin d'instaurer une carte professionnelle des salariés exerçant une activité de surveillance et de gardiennage, de transport de fonds et de protection physique des personnes, à compter du 7 mars 2009.

Ce nouveau dispositif innovant, élaboré en concertation avec les organisations professionnelles, n'a pas modifié pour autant la situation juridique des salariés recrutés en qualité d'agent de sécurité privée par le type d'entreprises précité, tel notamment les discothèques.

Le décret n° 2009-137 du 9 février 2009 relatif à la carte professionnelle précise les conditions de délivrance de cette carte professionnelle par les services préfectoraux à l'égard de tous les salariés effectuant les missions de sécurité privée indépendamment de l'activité de leur employeurs.

Ces agents peuvent faire valoir leur expérience professionnelle en démontrant qu'ils ont exercé une activité de surveillance et gardiennage soit de manière continue entre le 10 septembre 2004 et le 9 septembre 2005 inclus, soit pendant 1 607 heures durant une période de dix-huit mois comprise entre le 10 septembre 2004 et le 9 septembre 2008 inclus pour justifier leur aptitude professionnelle.

Toutefois, l'exercice d'une activité de sécurité privée ne peut être reconnu que dans la mesure où il s'agit d'une activité régulièrement exercée, c'est-à-dire sous le couvert des autorisations administratives nécessaires. À défaut de l'expérience professionnelle, ces personnels peuvent justifier de leur aptitude professionnelle soit par certification professionnelle enregistrée au Répertoire national des certifications professionnelles soit par certificat de qualification professionnelle élaboré par la branche professionnelle, agréé par le ministère de l'intérieur.

Le CQP agent de prévention et de sécurité, par exemple, d'un volume de 70 heures, est dispensé par les centres de formation sur une période de dix jours. Cette formation fait l'objet d'aménagements horaires afin de permettre un meilleur accès à la formation pour les salariés en activité.

Les videurs de la boite de nuit "Le Baron Club" à Rennes avaient-ils le droit de virer à 3h50 du matin la jeune étudiante Marie Lama, en plein hiver, (vraisemblablement assez alcoolisée) et juste vêtue d'un simple tee-shirt, comme s'en est plaint sa maman "Elle s'est donc retrouvée seule, par 0 degré en tee-shirt et sans papier d'identité dans la rue...."

Où est la déontologie de la profession lorsque l'on agit de la sorte ?

Mobilisons-nous pour que la Vérité éclate sur cette sordide affaire !

Merci de signer notre future pétition. Mais chut, nous ne dirons rien de plus pour l'instant !

L'Idiot provincial commence à déranger certains paltoquets de la nuit "Rennaise". Tant mieux, ce n'est qu'un début !

Les menaces commencent à pointer leur nez. Nous n'avons pas peur de la racaille ou de la pègre !

Nous commençons à établir des liens entre X ou Y, Y et Z, etc....

#JesuisMarieLama. Nous sommes mobilisés sur place : la révolution prolétarienne est déjà installée à Sciences-Po de Rennes (VI)

Rejoignez-nous pour en finir

avec les abus impérialistes

sur la région de Rennes !

https://www.facebook.com/SRdIMGHdSP/photos/a.1520841784860480.1073741828.1519242178353774/1542124146065577/?type=1&theater

Aa260

La maman de la jeune Marie Lama

a déposé plainte hier soir

au commissariat de Rennes !

Aa261

Nous allons lancer dans les prochaines semaines une campagne nationale de sensibilisation sur le drame réservé à la jeune Marie Lama dont la maman s'est rendue hier au soir au commissariat de Rennes pour déposer une plainte pour mise en danger de la vie d'autrui !

Nous comptons sur ta mobilisation camarade !

Kamarade n° 1

Enquête sur les boites de nuit Rennaises : le Complexe Le TREMPLIN 35 Montauban De Bretagne ne respecte pas toujours la loi Evin (V)

Suite au décès de la jeune Marie Lama à Rennes, un tour d'horizon des boîtes de nuit de la région de Rennes s'impose. Le laxisme des autorités administratives semble flagrant quant à la publicité sur les boissons alcoolisées ! Hors, la loi Evin limite fortement le droit de faire de la publicité pour les boissons alcoolisées afin de protéger les jeunes des opérations de marketing.

Marie Lama était aussi une cliente de cet établissement.

Le Complexe Le TREMPLIN

35 Montauban De Bretagne

ne respecte pas toujours les dispositions

de la loi Evin sur sa page Facebook

en publiant des photos de certains jeunes

avec des bouteilles d'alcool sur la table !

Marie lama 022

Après le drame de la jeune Marie Lama qui commence à s'amplifier dans toute la France, le responsable de la page Facebook d'une des boites de nuit, que fréquentait la jeune Marie Lama, le "Complexe Le TREMPLIN 35 Montauban De Bretagne' est plein de bonne volonté pour "durcir" certaines "règles" de la nuit Rennaise, alors que dans les faits, nous pouvons observer un certain "laxisme" des autorités administratives devant l'exposition de certaines photos - sur la page Facebook du Tremplin et ce, en mode public - où les bouteilles d'alcool ne sont pas accompagnées des prescriptions relatives à la loi EVIN, comme nous en apportons ici la preuve.

Une réflexion qui semble aller dans le bon sens :

"..Note d’informations....de réflexions.......... .........NOS règles vont se durcir ENCORE.......Vous me connaissez pour mes coups de gueules sur divers sujets concernant le tremplin; de la gestion de notre clientèle et en général sur le monde de la nuit quand quelque chose me chagrine. .je suis une personne entière avec ces défauts aussi, donc même si c’est une page commerciale, libre à moi de la gérer avec ma personnalité, et désolé pour les personnes qui pensent qu’on vit dans un monde tout rose ou les week-ends tout est beau et tout va bien.....Avec nos sincères condoléances pour la famille et surtout un grand respect envers sa maman; les propos qui vont suivre ne sont surtout pas dirigé envers cette maman qui cherche des réponses; s’interroge sur le monde de la nuit et une certaine responsabilité dans son malheur. Aucun jugement ici.... je ne donnerais aucune responsabilité à qui que ce soit.. Oui je comprends la COLÈRE de cette maman et qu’elle puisse en vouloir à la terre entière. . .....MARIE était aussi une cliente du tremplin......LES circonstances; LES commentaires sur les réseaux sociaux m’ont profondément troublés; touchés; interpellés dans ma réflexion du bien fondé de notre métier; et surtout de prendre note de tout ce qui a été dit pour en tirer des conclusions et retaper un GROS COUP sûr la table. ...Des amalgames, Des procès d’intention, Des mots très blessants, et d’une façon générale mettre notre métier dans un sac "noir"...ne peut être dit gratuitement malgré les circonstances. .Je ne peux pas laisser dire que nous, gérants, nous pensons qu’au FRIC; Sans Âme; nous poussons a une consommation d’alcool à outrance; nous faisons un métier de débauche; nous ne respectons pas la clientèle et rien à foutre…etc. etc...Même si je ne suis pas directement concerné, en lisant TOUT ces coms bien veillant j’ai eu un sentiment que depuis 19 ans mon épouse et moi nous faisions le métier le plus honteux qui excite et qu’il est guidé par la main du diable. .bien entendu ces dires sont de personnes qui connaissent très bien notre métier , la loi , le commerce en général......."

................Notre métier "Discothèque "

- Endroit ouvert au public; diffusion de musiques avec piste de danse avec une réglementation bien particulière en rapport avec la licence 4 qui nous donne l’autorisation de vendre toute boisson; alcool fort; BOISSONS SANS ALCOOL à consommer sur place;
AU tremplin les verres d’eau sont Gratuits. .
À aucun moment on OBLIGE nos clients à consommer de l’alcool; L’entrée est gratuite avant 00h30 et après notre clientèle à le choix, entrée payante avec 1 conso alcoolisée ou DEUX conso non alcoolisées

- chaque établissement à le pouvoir de faire une réglementation interne ; imposées pour certaines et recommandées sur d’autres..
- voir photos

.......Recommandations. .........
- être rigoureux sur la gestion des personnes acceptées pour qu’il n’y est pas de trouble à l’ordre public.
- interdire toute personne qui pourrait être à l’origine de trouble à l’ordre public
- interdire la consommation d’alcool sur le parking
- on nous demande de gérer toutes consommations de produits stupéfiants

OUI nous sommes un Commerce légal
Oui nous vendons de l’alcool; boissons non alcoolisées /sandwich /tabac
Oui on gagne " DU FRIC "Comme tout commerce. .(Qui travail gratuitement ??)
Oui nous faisons un beau métier ou les personnes peuvent se rencontrer/ danser / boire / manger/fumer et passer une soirée dans un lieu encadré avec des règles.
Tout cela est une possibilité mais pas une OBLIGATION, nous ne contraignons personnes à faire telles ou telles choses. LA SEULE CHOSE QUE NOTRE CLIENTELE SOIT OBLIGER DE SUBIR C’EST LA MUSIQUE
Ça ! Normal en venant en discothèque cela va de soi.

Depuis 1996 date à laquelle nous sommes devenu patron de discothèque nous avons de suite voulu faire la gratuité pour toutes personnes avant une certaine Heure.. DONC cela veut dire qu’un client peut venir chez nous SANS RIEN DEPENSER et profiter de l’activité première : écouter de la musique et danser…. .d’autres établissements le fond aussi..
ET ON NOUS DIT QU’ON PENSE QU’AU FRIC ET QUE NOUS SOMMES SANS ÂME. .Trouvez-moi un restaurant qui vous donne à manger gratuitement ; et il me semble qu’ils vendent eux aussi de l’alcool, des cigarettes et des boissons sans alcool ; parfois diffusion de musique.et ils gagnent du "FRIC" .Ah OUI CE NE SONT PAS DES BOÎTES DE NUIT..

Pour info le plus gros vendeur de boissons alcoolisées c’est la grande distribution.
Et vous croyez qu’il faille attendre le week-end pour que les gens consomment de l’alcool : école. .soirée étudiante. .rue. Soirée entre amis. Maison .Etc. etc.
Sans oublier ceux qui ne savent pas faire la différence entre boire et BOIRE..

Et vous croyez encore, qu’en 2015 NOUS patrons de boîte de nuit, soyons obligés de pousser les clients à boire. .Je vous invite à passer une soirée derrière un bar et quand vous verrez les réactions de certaines personnes trop alcoolisée, ou à la limite de l’être, qu’on refuse de servir parce-que nos barmen/barmaids ont l’ordre de ne plus servir d'alcool à ces personnes-là oui vous pourrez parler....

AH ! Et comment ont-ils fait pour être à la limite de ne plus pouvoir être servit ou ivre en salle ?? :
- ils ont bu avant de venir chez nous / pas ivre / donc ils rentrent / boivent 2 verres ; les 2 de trop...Avec la chaleur et le temps que l’alcool de l’avant soirée fasse effet
- 1 groupe achète 1 bouteille / certains boivent plus que d’autres / pas assez donc reviennent au bar pour prendre des verres
- filles ou mecs se font payer des verres ou s’invitent sur des bouteilles ou ENCORE mieux volent des verres sur des tables ou terminent des verres non fini (bar ; table; podium) laissés par des clients
- on envoie une personne au bar plus sobre pour acheter bouteille ou verres et voilà peu importe si on continue d’acheter de l’alcool pour son copain ou sa copine même si il/elle est mineur.
Etc etc etc
je ne peux pas tout vous dire ici car OUI on en choppe OUI on surveille MAIS impossible de surveiller tout le monde. Et il ne faut pas oublier que c’est une discothèque PAS UNE PRISON..
Autre exemple : 5 filles mineurs chopés dans les toilettes avec BEAUCOUP DE pom'pot rempli de VODKA PUR / ...bien sûr on a appelé le papa qui les avait amené..

Pensez-vous réellement que cela nous arrange d’avoir des clients trop alcoolisés dans nos établissements / AUX RISQUE D’AVOIR UN DÉBORDEMENT DONC ÉVENTUELLEMENT UNE SANCTION ADMINISTRATIVE
OUI il y a encore des patrons, du personnel qui sont sérieux et qui essaient de faire au mieux leur travail.

OUI ET OUI nous sommes un commerce ou on gère de la clientèle. Donc ! Quel BUT pour nous de jeter les clients dehors comme des mal propres/ ou de faire consommer à outrance nos clients au prix d’avoir des problèmes et/ou fermeture / on frappe nos clients pour rien; ÇA AUSSI !! super ON fout à la porte nos clients. .QUELLE BONNE STRATÉGIE COMMERCIALE. .
Et je vous rassure notre métier fait partie des plus surveiller par les administrations donc le jour où il y a une erreur de faite ; la sanction arrivera très vite..

Il y a tellement de situations différentes ou erreurs humaines aussi, que oui personne n’est à l’abri. ....DONC...voici le principal de mon message

J’ai demandé ce samedi à toute mon équipe que l’on renforce certaines de mes règles en INSISTANT FORTEMENT car quand tout va bien on est super et au moindre souci de notre faute ou PAS on devient de la MERDE et à ce moment-là : le boss est un porte-monnaie ambulant / les barmaids des grosses connasses / barman rare qu’on les insulte ? / les mecs de sécu des muscles sans cervelle / les DJ des prétentieux qui passent leur musique/ Nos danseuses des Putes ...

Voici ce que je leur ai rappelé :

TOUTE personne trop alcoolisée/mineurs (Alcool 0 en dessous de 18 ans) SERA interdite sans discussion possible
TOUTE personne se trouvant dans un état de fatigue trop avancé à l’intérieur sera sorti pour PRENDRE L’AIR ACCOMPAGNÉ D’UN OU D’UNE AMIE le temps nécessaire pour récupérer; si trop / soirée terminée. .
TOUTE personne insultant le personnel derrière les bars parce qu’elle ne comprend pas qu’on refuse de la servir / soirée terminé
TOUTE personne qui gruge pour BOIRE / soirée terminé. .
Surtout les clients pas habitués CI obligatoire à l’entrée. .

Les personnes qui me connaissent et qui ont suivi mes multiples coups de gueule sur différents sujets ET SURTOUT sur l’alcoolisation à outrance des mineurs et des majeurs savent que je ne parle jamais dans le vide et que je suis plus "têtu qu’un Breton" ; déterminé à faire mon maximum pour QUE MON MÉTIER RESTE UN PLAISIR AVANT TOUT...
OUI !! les personnes qui sortent les week-ends représentent aussi les MAUX de la vie de tous les jours..

Et avec toute la bonne volonté humaine possible À Notre niveaux on ne peut pas :

- Changer les comportements de chacun; et sa propre responsabilité
- Refaire l’éducation de nos plus jeune
- Responsabiliser plus les parents
- corriger les bêtises Humaines. .
- être responsable de l’abus de produits. .
- Remplacer les parents
................................................................................
- nous ne sommes pas non plus un hôtel..
- nous ne serons jamais une crèche. .
- nous ne sommes pas non plus gendarme

Oui nous sommes fiers de faire ce métier ; de donner un peu de plaisir à nos clients; de faire oublier le temps de quelques Heures les soucis du quotidien.
OUI il faut s’adapter aux nouvelles donnes; aux nouvelles tendances et nouvelles techniques. Et oui il y a eu une grosse évolution et une grande prise de conscience de la part de chacun, Tant au niveau patron que clients. .pas assez !? Sûrement. .

Mais! Ce n’est surtout pas la minorité des personnes qui ne veulent pas respecter les règles de la vie; du monde du travail et les lois qui doit guider notre jugement sur quoi que ce soit. ..........AUTREMENT on fait plus rien..

Désolé d’avoir été aussi long; j’avais besoin de dire ma vision des écrits vu sur les réseaux sociaux ici ou là. Bien entendu ; des mots; des expressions; je les ai retranscrit comme j’ai pu le voir sans vouloir citer les plus mauvais. .

Beaucoup de choses ont été dites déjà..
JE VEUX SURTOUT AUCUN COMMENTAIRE ici de personnes qui savent tout sur tout et rien sur rien ; qui refont le Monde et ces lois. Qui transforment les écrits; les faits.... PAS ENVIE DE M’AGASSER CETTE FOIS. Ils seront bloqués et bannis.
Le sujet est assez grave pour ne pas en rajouter. .

Bien sûr comme à mon habitude je reste à l’écoute de vos réflexions constructives qui peuvent toujours nous menés vers l’avant.

La direction Mike".

Marie lama 025

MAIS L'Idiot provincial a cependant relevé quelques "failles" dans ce nouveau discours.

Comment se fait-il que l'on trouve sur la page de ce complexe, des photos de jeunes gens bien en évidence accompagnés d'alcool sans les mentions de la loi Evin sur l'abus d'acool dangereux pour la santé ?

Marie lama 029

Où sont les mentions sur les abus d'alcool dangereux pour la santé publique

qui apparaissent sur certaines photos et pas sur d'autres ????

Marie lama 030

Sur certaines photos, la mention apparaît, sur d'autres non ?

Un oubli qui va permettre au préfet Patrick Strzoda, préfet de la région Bretagne, préfet d'Ille et Vilaine, de zoomer un peu plus - maintenant - les nuits de le région de Rennes où le laxisme de l'Etat commence à faire preuve d'un certain relâchement, non ?

Marie lama 032

Le cabinet du préfet mis au parfum ! L'Etat doit envisager la fermeture de TOUTES les boites de nuit de la région de Rennes, le temps de laisser du temps aux enquêtes judiciaires et administratives de faire toute la lumière sur le décès tragique de la jeune étudiante "Marie Lama".

Marie lama 034

Un peu de décence ne serait pas de trop, non ?

Après avoir claqué une partie de son fric dans une boîte de nuit de Rennes, une jeune étudiante en a été virée en pleine nuit, semble-t-il sans ménagement - en plein froid sans que l'on s'assure vraiment de sa sécurité.

Merci la solidarité de certains noctambules rennais qui s'offusquent maintenant de notre projet de marche pour l'étudiante Marie Lama !!!!

Combien sont-ils de ces courageux qui sont intervenu-es pour prêter assistance à la jeune étudiante ?

Nous ferons claquer la Vérité ! Toute la France aura les yeux braqués sur Rennes ! Que cela plaise ou non aux "apprentis mafieux" qui font du business à gogo sur le dos dénudé des nuits bretonnes !

C'est une question de temps ! Nous arriverons bien à mobiliser la France entière sur ce scandale qui tient absolument à demeurer "local".

Donc de quoi "fouiner" dans tous les sens pour le médiatiser un maximum, dans un geste citoyen, pour que cela ne se reproduise plus !

Exigeons une enquête approfondie sur les activités diverses des uns et des autres sur cette région rennaise !

A suivre

Paul TOP

#JesuisMarieLama : la mobilisation pour une marche silencieuse à Rennes est en marche (IV)

Le lien de notre évènement

pour le 16/06/2015 à 14h00 :

www.facebook.com/jesuismarielama.

A1566


Le corps de Marie Lama a été retrouvé samedi dans un cours d'eau, un mois après sa disparition. La jeune étudiante avait été exclue de la discothèque Le Baron à Rennes après s'être endormie sur une banquette, sans son manteau ni son sac. Une enquête administrative vise l'établissement.
La mort de Marie Lama aurait-elle pu être évitée ? La mère de la jeune étudiante, disparue depuis le 16 janvier et dont le corps a été retrouvé samedi, en est convaincue. La jeune femme de 22 ans, étudiante en master Information-Communication à Rennes 2, avait disparu il y a donc plus d'un mois après une soirée arrosée en boîte de nuit avec ses amis. Ce soir-là, elle avait dépensé 80 euros en boissons au club Le Baron, à Rennes, indique Ouest France. Ivre selon toute vraisemblance, elle s'est ensuite endormie sur une banquette de l'établissement. Les videurs du club ont alors chassé la jeune fille, sans lui permettre de passer au vestiaire reprendre son manteau et son sac.

Nous demandons - par cette mobilisation nationale et internationale - que toute la lumière soit faite sur les circonstances exactes du décès de cette jeune fille que l'infâme personnel de cette boîte de nuit auraît laissé en pleine rue, en plein hiver, vers 4 h du matin avec les circonstances aggravantes de non-assistance à personne en danger.

Nous appellons l'ensemble de nos camarades et la jeunesse de France à se mobiliser à Rennes pour défendre l'intégralité des droits de la personne en Bretagne et/ou partout en France !

La discothèque a-t-elle servi de l'alcool à Marie Lama si elle était déjà ivre ? Y-a-t-il eu des manquements à la législation en vigueur ?

Les étudiant-es sont le fleuron de la France. Nous devons les protéger !

Quelque soit le comportement de Marie, il est inadmissible d'avoir jeté à la rue cette jeune étudiante dans de telles conditions immondes !

Mobilisons-nous ! Nous ne lâcherons rien !

Simples citoyens, militants des droits de la Femme ou de l'homme, camarades libertaires, camarades des fédérations anarchistes, anarcho-bolcheviques, Zadistes, Altermondialistes, Femmes et hommes de courage, Montrons notre détermination - DANS LES RUES DE RENNES - pour qu'éclate la vérité sur le décès tragique de cette jeune étudiante !

Stop à ce mauvais genre de "vigiles" ! Ces "sous-hommes" doivent être déchus de la nationalité française ! L'Etat doit affuter son glaive ! Pas de pardon pour les ordures qui mettent à la porte une petite étudiante en plein hiver dans une tenue où la mort frôle au coin de la rue !

Assez également de ces dirigeants de sociétés complètement irresponsables qui doivent être considérés comme les complices de leurs propres employés !

Je demande à la Jeunesse étudiante de France de se soulever à Rennes, sous ma bannière, celle de la liberté contre l'injustice et la bêtise humaines, tout en sachant que notre manifestation ne sera effective que lorsque nous disposerons des autorisations administratives pour manifester dans les rues de Rennes !

Nous devons soutenir la République et ses valeurs républicaines ! A toi camarade Valls de nettoyer les écuries d'Augias à Rennes !

Comme pour Charlie, nous écraserons les oppresseurs potentiels.... dans la rue !

Nous ne sommes pas pressés ! Rien ne presse, pour nous ! Seule ne comptera que notre mobilisation de masse !

Marc-Claude de PORTEBANE

Avant l'affaire Lama, les vigiles du "Baron-club" de Rennes étaient déjà dans le pif des clients (II)

Ambiance "électrique" aux vestiaires

au "Baron-club" de Rennes :

exigeons la fermeture de cette verrue !

Fev 2015 846

l'un se plaignait d'un poignet cassé....

Fev 2015 847

.... l'autre, de la façon dont on l'avait jeté brutalement sur le bitume !!!!

Aa258

Que s’est-il passé dans la nuit du jeudi 15 au vendredi 16 janvier 2015

après l'exclusion de Marie Lama de la boîte de nuit "Le Baron" ?

Comment peut-on jeter à la rue, en plein hiver, une jeune fille - de surcroît potentiellement alocolisée - avec un simple tee-shirt sur le dos et ce, à 3h50 du matin ?

Si ce n'est pas de la non-assistance à personne en danger, qu'est-ce donc ?

Qui est ou - sont - le ou - les - vigile-s en question ?

Qui sont ces "fumiers" qui sont pénalement co-responsables ?

A suivre

Exclusif. VIGILANCE PORCHERIE AGONAC : le permis de construire annulé par la mairie

Le permis de construire délivré pour

la SAS Elevages de CAZAS 

représentée par Francis Lebas

a été annulé par la mairie d'Agonac !

L'ex-maire de la commune d'Agonac, Jean-Claude Brouillaud, a signé un arrêté municipal en date du 20/03/2014 portant retrait d'un permis de construire au nom de la commune d'Agonac.

Ce permis de construire (PC 024 002 13 R0002) a été délivré le 12/02/2013.

Le demandeur étant la SAS Elevages de CAZAS, représentée par Francis Lebas, pour la rénovation de 3 bâtiments d'élevage et la construction de 2 bâtiments d'élevage de cochons au lieu-dit "Laborie" à Agonac.

L'élu s'est appuyé sur le code de l'urbanisme, le PLU approuvé le 02/10/2007, ce permis accordé le 23/05/2013 et sur la demande de retrait en date du 08/03/2014.

Le début de la mobilisation a encore payé, mais nous restons tous vigilants.

Nous voulons une déclaration du porteur de ce projet ou un communiqué de presse pour ne plus voir aucune nouvelle construction de nouvelles porcheries qui viendra ternir l'image de cette petite commune de la Dordogne située, comme l'avait relevé très justement l'Idiot provincial, dans le périmètre éloigné de captage de la source d"eau potable "Le Toulon" qui alimente la ville de Périgueux et son agglomération.

Jointe cet après-midi par téléphone, le nouveau maire d'Agonac élu....ce week-end, Mme Christelle Boucaud, nous a assuré qu'il n'y aura aucune autre demande de permis de construire d'une nouvelle porcherie.

Certes ! Mais que valent les bonnes paroles face au tout puissant lobby porcin ??? On a vu ce que cela a donné en Bretagne. Ils ont continué à mentir, mentir à tout le monde.

La vigilance anti-porcherie est maintenue. Le cabinet de Mr le préfet de la Dordogne a été mis "au parfum" aujourd'hui de notre projet de nos futurs camps de la résistance autour de Périgueux afin de sensibiliser l'opinion publique et les medias !

Nous serons inflexibles avec le lobby porcin, ici ou ailleurs en France, d'ailleurs, surtout que sont désormais finies les longues enquêtes publiques ! Finie lʼinformation sur les risques environnementaux que posent de tels élevages ! Et afin que les nuisances soient encore plus proches des gens, rien nʼempêchera lʼadministration préfectorale dʼaccorder une dérogation aux 100 mètres règlementaires des habitations proches, comme elle le fait déjà si souvent.

On imagine les motifs dʼune colère bien légitime de ces citoyens bien ordinaires confrontés à cette situation fréquente après la décision du Ministre de lʼAgriculture de faire passer le seuil dʼautorisation dʼouverture dʼune porcherie de 450 à 2000 cochons.

Que faire alors pour une personne victime immédiate de telles nuisances sinon de s'opposer de façon catégorique et surtout massive ?

En ce qui nous concerne, la mobilisation est maintenue et le projet de camps de la résistance également tant que les populations locales ne seront pas rassurées sur l'avenir environnemental de leurs territoires où le tourisme vert rapporte plus que l'agriculture, en terme d'image, notamment !

Marc-Claude de PORTEBANE

VICTOIRE DE NOTRE PETITION : Halte au projet de porcherie aux Bouys à Chirat l'église dans l'Allier en Auvergne !

Vos 10 930 signatures seront transmises

à Philippe MARTIN

ministre de l’Écologie, du Développement durable

et à M. les préfet de l'Auvergne et de l'Allier !

http://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/halte-projet-porcherie-aux-bouys-chirat/10827

Le 18/10/2013, l'Idiot provincial avait décidé de "taper du poing" sur la table après avoir été alerté d'un projet d'extension et de création d'une porcherie à Chirat l'Eglise dans l'Allier en créant une pétition intitulée "Halte au projet de porcherie aux Bouys à Chirat l'église, Allier en Auvergne" alors que les associations environnementales de l'Allier n'avaient pipé mot, idem pour la presse locale qui n'en avait rien soufflé dans ses colonnes qui servent habituellement à stocker les épluchures de pommes de terre.

Grâce à la justesse de cette pétition claire et concise et très largement relayée par nos réseaux sociaux, nous avons pu alerter l'opinion publique sur ce projet de porcherie sur caillebotis dans une zone rurale à très faible densité démographique (7,4 habitants au km²).

En effet, le lobby porcin, après les désastres écologiques en Bretagne, a compris qu'il fallait mieux implanter de nouvelles porcheries dans les zones rurales les moins peuplées de France, à commencer par l'Auvergne si riche par ses atouts environnementaux reconnus par des organismes internationaux.

Le lobby porcin recherche donc des implantations dans des endroits "désertiques" parce que les populations locales ne s'impliquent pas ou peu dans les enquêtes publiques, parce que les écolos officiels ne viennent pas dans les "trous" perdus si des équipes de TV ne se déplacent pas.

En 3 semaines, nous avons pu atteindre notre objectif de + de 10 000 signatures.

Du très rarement vu en matière de pétitions CONTRE des élevages porcins à "grande échelle" que l'Idiot provincial aidé de plusieurs dizaines de militants écologistes ne veut pas voir, ni en Auvergne ni ailleurs, partout en France.

Nous avons sensibilisé l'opinion publique sur les souffrances endurées par les cochons élevés sur caillebotis dans des conditions infernales et qui ont soulevé plus de 420 commentaires.

L'Idiot provincial a pu montrer sa puissance de "frappe" en rangeant sous sa bannière les populations qui s'opposeront toujours à la maltraitance des animaux.

Nous avions prévu des camps de la Résistance avec des militants venus de toute la France. Nous n'avons pas pu trouver de terrain pas trop loin de ce projet de porcherie comme on nous l'avait promis. Nous stoppons donc les actions militantes sur le terrain. 

Nous avons remporté notre pari : récolter plus de 10 000 signatures du 18/10 au 31/12/2013.

Nous les opposants allons revoir nos stratégies pour les prochains projets car rien ne remplace l'action militante sur le terrain des opérations.

Merci à toutes et à tous les courageux d'avoir validé vos signatures pour le bien-être des porcs qui sont des animaux victimes du consumérisme à outrance.

Marc-Claude de PORTEBANE

L'arnaque des "bonnets rouges" "Bretons" fabriqués en Ecosse

Info l'Humanité : quand les "bonnets rouges"

vendent de la contrefaçon !!!

Un responsable d’Armor Lux a reconnu que les 7500 bonnets vendus samedi dernier lors de la manifestation de Quimper étaient importés d’Ecosse et n’ont pas été fabriqués ni en Bretagne, ni par la marque elle-même.

Le collectif «Vivre, travailler et décider en Bretagne!» à l’initiative du mouvement breton des Bonnets rouges contre l’éco-taxe et qui se revendique agir pour l’emploi local a déclaré avoir vendu 7500 de ces couvre-chefs lors de la manifestation organisée à Quimper (Finistère) samedi dernier, 2 novembre. Des bonnets vendus cinq euros sur le camion-podium qui portaient effectivement la célèbre marque bretonne Armor Lux.

Auto-contrefaçon

Seulement, l’étiquette était douteuse. Ne ressemblant pas aux étiquettes originales de la marque. Et surtout apposée sommairement  par deux points de couture sur un reste d’étiquette visiblement coupée.

De la contrefaçon ? Nous avons posé la question, par téléphone, à un responsable des ventes d’Armor Lux, qui nous a « en toute transparence » éclairé sur la question. Sollicité par les élus engagés dans le collectif, le PDG d’Armor Lux, Jean-Guy Le Floch a effectivement offert 900 bonnets rouges «en signe de solidarité et d’amitié pour la manifestation organisée à Pont-de-Buis le 26 octobre dernier», a tenu à rappeler le cadre dirigeant. Il en a d’ailleurs été fait largement écho dans les médias.

Confrère importateur ?

Mais quand il s’est agi de fournir 10 000 autres bonnets rouges pour faire face à la demande dans le cadre de l’organisation de la manifestation de Quimper, la firme textile a préféré se tourner vers «un confrère écossais», a poursuivi le responsable des ventes. Des bonnets en acrylique sur lesquels «Amor Lux a apposé sa marque, c’est vrai». «Ils ont été vendus au collectif au prix coutant de quatre euros», a-t-il encore précisé. Ce «confrère écossais» est-il fabricant, ou seulement négociant en bonnets venus d’Asie ou d’ailleurs? Nous n’en saurons pas davantage.

Leçon de patriotisme

Dans le contexte où les Bonnets rouges entendent tenir la dragée haute au gouvernement, n’hésitant pas à donner des leçons de patriotisme en dénonçant les importations de marchandises de l’étranger et les subventions accordées à des boîtes étrangères tout en fustigeant l’Europe, avouez que cette affaire d’import de bonnets et de contrefaçon maison n’est pas un mince symbole! N’oublions pas que ce sacré bonnet a même trouvé sa place sur une affiche du Front national, qui n’a de cesse de demander la fermeture des frontières. Chapeau!  

L'huma 07/11/2013

Après les "bonnets rouges", la Jacquerie généralisée pour la taxe sur le foncier non-bâti ?

C'est ce craignent les petits barons socialistes de

terrain qui viennent de tirer la "sonnette d'alarme"

à l'Elysée, à Bercy ou à Matignon !

a2040.jpg

Selon la loi de finances, la taxe sur le foncier non-bâti va croître significativement dans les "zones urbanisables entourant un bassin de population de plus de 50 000 habitants", car il s'agit avant tout, d'inciter les propriétaires à se débarrasser des terrains constructibles.

La hausse prévue risque de faire l'effet d'une "bombinette" à retardement puisqu'elle atteindra les 20 % en 2014, autant en 2016, sans compter un prélèvement de 5 euros par m² en janvier.

A titre d'exemple : pour un hectare, cela représentera une hausse minimale.... de 50 000 euros.

La FNSEA, la Coordination rurale et plusieurs élus ruraux ont demandé audience, qui à l'Elysée, qui à Matignon, qui au ministère de l'Agriculture mais, pour l'instant, personne ne semble mesurer l'impact d'une telle "bourde" de l'exécutif car la fronde menace sutout, parmi les petits propriétaires, dont les agriculteurs qui sont en train de devenir la "vache à lait" de nos chers "VRP du vent", allez hop, du balais, vous commencez à nous ennuyer avec toutes vos taxes qui ne servent qu'à engraisser les énarques de Bercy coupés des masses populaires et qui commencent par nous saouler avec leurs "berceuses à l'eau de rose", juste.... à la veille des élections minicipales de 2014 !

LEVEE DE BOUCLIERS : STOP au parfumage de lisier dans la région de Chirat l'Eglise dans l'Allier en Auvergne !

STOP AUX SULFATAGES DE LISIER 

DANS LA REGION DE CHIRAT L'EGLISE !

VOICI LES DANGERS DU LISIER DE PORC :

en Bretagne, ils n'ont fait que nous mentir

la nature est la seule à en payer le prix fort !

Ne "gobez" pas les études des lobbys !

Les effluents d’élevage, déchets des activités agricoles et d’élevage, sont des sources de pollutions importantes de l’environnement : 

- pollution des eaux souterraines, superficielles et littorales par les nitrates et les phosphates contenus dans les lisiers et purins épandus de façon excessive sur les cultures, 

- émission de polluants dans l’air et nuisances olfactives (ammoniac, gaz à effets de serre : méthane (CH4) et protoxyde d’azote (NO2)) provenant essentiellement des déjections

- pollutions des sols par les métaux lourds et le phosphore contenus dans les déjections destinées à l’épandage.

Les agriculteurs ont, depuis toujours, utilisé les effluents d’élevage (lisiers, purins…) comme fertilisants pour les récoltes. La pratique la plus courante est l’épandage qui consiste à répandre sur les cultures les excréments des animaux afin que la terre récupère les composants azotés et phosphorés.
S’il est mal géré, c’est à dire apporté en excès ou pendant la période hivernale – du fait de capacités de stockage limitées et de cette période de travail moins soutenu, la terre n’est pas en mesure d’absorber tous les composés, en particulier azotés. Les composés en excès sont alors entraînés par le ruissellement des précipitations et peuvent atteindre les différentes sources en eau, nappes phréatiques et réservoirs d’eau.

POLLUTION DE L’EAU

• L’azote
La forme azotée utilisée par la terre est l’azote minéral (ammoniacal). Les lisiers contiennent de l’azote à la fois sous forme organique et ammoniacale. Une partie de l’azote organique (non directement utilisable par les cultures) est minéralisé sous forme ammoniacale au cours des douze mois qui suivent l’épandage. Dans ce bilan, le reliquat d’azote inorganique est celui qui est susceptible de polluer les eaux.
Les directives européennes tolèrent une concentration limite en nitrates NO3 dans les eaux de drainage des cultures égale à 50 mg/l ; mais, lors de pratiques d’épandage mal gérées, cette valeur peut être largement dépassée.

Par ailleurs, les émissions d’ammoniac constituent une autre source de pollution : elles contribuent à l’acidification des sols, des eaux et des pluies. Plus globalement, les apports d’azote par retombées atmosphériques d’ammoniac perturbent les écosystèmes naturels et provoquent l’eutrophisation des systèmes aquatiques (appauvrissement de l’eau en oxygène dissous). Ce phénomène est la conséquence du développement d’algues (cyanophycées) lié à la présence de grandes quantités d’azote ou de phosphore. L’activité des
algues consomme l’oxygène dissous dans l’eau et conduit à l’asphyxie des organismes consommateurs d’oxygène : plancton, poissons…

Le phosphore 

Cet élément est surtout contenu dans les parties solides des déjections animales. En situation d’excédents, les phosphates s’accumulent dans le sol car ils ne sont pas lessivables, sauf à des taux excessifs. Le phosphore peut se retrouver dans les cours d’eau du fait de l’érosion. Il favorise alors le phénomène d’eutrophisation des lacs, réservoirs et cours d’eau.

POLLUTION DE L’AIR

L’activité d’élevage, principalement du fait des déjections animales, est à l’origine d’émissions d’un grand nombre de composés gazeux. Parmi ces gaz, les plus préoccupants sont :
- l’ammoniac (NH3), issu de l’hydrolyse naturelle de l’urée,
- le méthane (CH4), produit lors de la fermentation anaérobie des acides gras dans le lisier,
- le dioxyde de carbone (CO2) : gaz à effet de serre (air expiré par les animaux),
- l’hydrogène sulfuré (H2S), issu de la décomposition microbienne d’aminoacides contenant
du soufre,
- le monoxyde de carbone (CO), dangereux pour la santé humaine,
- le protoxyde d’azote (N2O) détériorant la couche d’ozone, produit lors des processus de nitrification-dénitrification.
La plupart des autres composés sont présents à l’état de traces mais collectivement participent aux mauvaises odeurs.
Les gaz sont produits, dans les bâtiments d’élevage, par le stockage du mélange fèces et urines, et à l’extérieur, dans les zones de stockage, suite à l’activité microbienne qui s’y développe et dont l’intensité dépend de la température et de la dilution des déjections.

Les pratiques actuelles conduisent à une récupération et un stockage des déjections sous forme liquide (généralisation des élevages sur caillebotis) : le lisier, particulièrement malodorant. Les principaux composés volatiles malodorants présents dans les déjections animales résultent de l’activité anaérobie ; il s’agit des acides gras volatils (AGV), des aldéhydes, des alcools…

POLLUTION DES SOLS

Les activités d’élevage, et notamment le recyclage des déjections animales en agriculture, ont été reconnues comme une pratique permettant de maintenir et d’améliorer la fertilité des sols.
Cependant, les apports répétés de quantités excessives de lisiers et de fumiers peuvent aboutir à l’accumulation de composés stables comme le phosphore et les métaux lourds !

ON vous MENT en PERMANENCE 

CAR la FRANCE ne PERSPECTE PAS

la DIRECTIVE NITRATES mais préfère  

PAYER des AMENDES colossales à

Bruxelles avec l'argent de VOS IMPOTS !!!

La Directive Nitrates vise à la protection des eaux vis-à-vis de la pollution nitrique d’origine agricole afin de : 
- respecter la limite de potabilité fixée par l’Organisation Mondiale de la Santé (concentration maximale admissible en NO3)
dans les eaux destinées à la consommation humaine égale à 50 mg/l),
- réduire les problèmes d’eutrophisation des eaux littorales.
La concentration en nitrates dans les eaux souterraines ou de surface de nombreuses régions d’agriculture intensive a régulièrement augmenté. Dans plusieurs régions, la concentration en nitrates des eaux est maintenant deux fois plus élevée que la concentration admise pour la potabilité. La directive a exigé des états membres un contrôle de la concentration en nitrates des eaux de surface et souterraines et un état des lieux de l’eutrophisation des eaux.
Par ailleurs, la Directive nitrates a été l’occasion de définir des zones agricoles « vulnérables » : il s’agit de zones d’excédents de production où la quantité de déjections animales dépasse un certain seuil (170 kg/ha).

La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a condamné, le 13 juin 2013, la France pour manquement dans la mise en œuvre de la directive nitrates.

La Commission avait annoncé le 27 février 2012 qu'elle allait traduire Paris devant la Cour, après lui avoir adressé un avis motivé en octobre 2011. Elle reprochait à la France une désignation incomplète des zones vulnérables à l'occasion de leur révision effectuée en 2007, estimant que dix zones vulnérables dans les bassins Rhin-Meuse, Loire-Bretagne, Rhône-Méditerranée-Corse et Adour-Garonne auraient dû être ajoutées.

"Les gouvernements français ont préféré appliquer la directive a minima faisant ainsi supporter aux contribuables et aux consommateurs le milliard d'euros que coûte chaque année la pollution des eaux par les nitrates, plutôt que de faire évoluer les systèmes de production agricoles" dénonce de son côté Jean-François Piquot, porte parole de l'association Eau et Rivières de Bretagne !

L'eurodéputée Sandrine Bélier estime aussi que l'Etat français "cède depuis des décennies aux sirènes des lobbies de l'agriculture intensive et s'éloigne de son rôle de garant de l'intérêt général".

QU'ON ARRETE DE NOUS MENTIR 

DANS LES ENQUETES PUBLIQUES : 

L'ETAT EST INCAPABLE D'EXERCER

SES POUVOIRS DE POLICE !

"Le déni de réalité dans lequel la France s'enfonce en matière de pollution des eaux nous revient en boomerang avec une double peine : pollution de nos eaux par les nitrates avec les algues vertes, pour lesquelles la cour d'appel de Rennes et menace de très fortes sanctions pécuniaires", a réagit l'ancienne ministre de l'Ecologie, Corinne Lepage.

Comme l'a souligné l'avocat spécialiste du droit de l'environnement, Arnaud Gossement, "ce dossier est sans doute l'un des plus graves échecs non seulement dans l'application mais pour le droit de l'environnement". Il révèle, ajoute le juriste, "une carence importante du dialogue environnemental qui reste à organiser véritablement" ainsi qu'"une incapacité de l'Etat à exercer ses pouvoirs de police et à organiser un nouveau modèle agricole".

A quoi servent donc les enquêtes "publiques" puisque, dans ce dossier même de Chirat l'Eglise, le porteur du projet, le Gaec SIMONIN-VERNADEL nous a caché le volet économique en ces termes : ".... Une étude économique a été réalisée pour accompagner le projet. Compte-tenu de la confidentialité des données contenues dans cette étude, celle-ci n'a pas été diffusée lors de l'enquête publique, mais elle a été remise à la Préfecture, à l'inspecteur des installations classées et au commissaire enquêteur (source : Mémoire en réponse du Gaec SIMONIN-VERNADEL - Les Bouys - 03330 CHIRAT L'EGLISE) !!! 

Cette enquête publique était-elle uniquement destinée à l'administration et au commissaire-enquêteur, Jacques Combaud ?

N'est-ce pas la preuve que le Gaec SIMONIN-VERNADEL ne tient pas à nous dire TOUTE la vérité sur ce projet d'exploiter un élevage porcin au lieu-dit "Les Bouys" ?

N'est-ce pas la preuve que le rapport du commissaire-enquêteur est potentiellement "faussé", pour commencer, par rapport à ce volet économique qui est tout de même à ne pas négliger.

Ceci en dit long sur la mentalité du lobby porcin en France !

Mais, ce n'est pas à nous, ici, que l'on nous fera "gober" l'exception de "Confidentialité". Surtout pas !

Notre pétition a déjà récolté plus de 10 000 signatures depuis le 18/10/2013. 

Le projet des 2 porcheries de CHIRAT L'EGLISE sera médiatisé au MAXIMUM et non pas par les médias "mange-merde" qui vivent des subsides de l'Etat, ce même Etat qui est incapable de faire la police en matière environnementale, par faute de moyens financiers et techniques, alors qu'il préfère dilapider l'argent de nos impôts en payant et négociant des amendes insupportables à Bruxelles comme nous venons de le voir à propos de la directive NITRATES que le lobby du cochon maltraite, tout comme, le bien-être des porcs qui ne semble pas du tout émouvoir toute cette engeance impérialiste qui ne pense qu'au profit au détriment de la cause animale.

COMBATTONS avec la dernière énergie le lobby porcin ! Regardez la Bretagne ! Regardez partout où il y a des autorisations d'agrandir les élevages porcins ! Regardez ! Partout, c'est le désastre ! Partout !

Place aux élevages alternatifs !

Au départ, ils partent de moins de 450 porcs, ensuite, ils progressent à plus de 4 500 porcs et ensuite, cela n'en finit plus. Ils travaillent en coordination au sein de la filière porcine.... qui bat de l'aile en France.

Ils nous montent des élevages dans des zones extrêmement rurales, où il y a très, tres peu d'habitants (Le Bouchet Saint-Nicolas : 233 habitants ; Chirat l'Eglise : 137 habitants) car ils s'imaginent que les gens ne viendront pas aux enquêtes publiques, que peu de personnes se plaindront des épandages de lisier, que peu de gens ne liront le rapport du commissaire-enquêteur et le mémoire du pétitionnaire, que le CoDERST va avaler la "pillule" ce qui confortera le locataire de la préfecture en question dans son bon droit pour émettre son arrêté préfectoral.

Les "études d'impact" sont confiées à des bureaux d'étude dont le métier est avant tout de faire rentrer du pognon dans leur entreprise, puis d'aller dans le sens du pétitionnaire. Les textes règlementaires sont cités pour aller dans le sens du projet en question et le tout est bien "ficelé" pour les porteurs de projets.

Voilà, Madame, Monsieur, vous avez payé tant, vous avez une "bonne" "étude d'impact"..... SURTOUT faite pour "rassurer" les OPPOSANTS "éventuels" des "trous" perdus de rase campagne de France et de Navarre.

Mais STOP ! L'Idiot provincial veille au grain ! Nous connaissons depuis 30 ans TOUTE la filière ! TOUTE, et ce, grâce à notre ténacité légendaire !

Hier, un projet de porcheries à Chirat l'Eglise qui semblait passer comme une "lettre à la poste", aujourd'hui plus de 10 000 signatures en 3 semaines (du jamais vu en matière de projet de porcheries) et demain des actions, des actions et encore des actions pour qu'aucune autorisation de nouvelles porcheries ne vienne sulfater en lisier nos campagnes si verdoyantes, notre espace rural, notre tourisme vert, nos si belles demeures auvergnates, nos rivières et surtout la si belle image de notre Auvergne qui n'a pas besoin de nouvelles porcheries intensives pour conquérir le coeur du patrimoine de l'UNESCO !

Nous sommes attachés à Notre Auvergne ! Nous la défendrons bec et ongles !

Citoyennes Auvergnates, Citoyens Auvergnats ! Citoyennes Bourbonnaises, Citoyens Bourbonnais ! Citoyens français ! Citoyens mondiaux !

Je vous appelle à la REVOLTE au nom de la protection des porcs qui vivent l'enfer dans les élevages sur caillebotis contre ce projet de ces 2 porcheries à Chirat l'Eglise !

Je vous appelle à la REVOLTE au nom de la protection de notre TOURISME VERT. 

Montrons notre force et notre détermination à TOUS ceux qui veulent polluer notre Auvergne.

STOP à la BARBARIE de ces pauvres cochons dans ces immondes élevages sur caillebotis ! 

A l'assaut ! Ne ménagez pas votre sueur pour défendre notre si belle région qui est une des plus belles de France !

Battons-nous pour la sauvegarde de l'Auvergne, une et indivisible ! Battons-nous pour la défense des porcs sans défense !

Que Brigitte Bardot rejoigne notre noble cause !

Nous avons des ami(e)s de partout ! Grâce aux réseaux sociaux, utilisons nos contacts !

Merci de nous soutenir en signant notre pétition.

Je sais, via nos rapports quotidens, que vous signez du monde entier et que vous répondez à mon appel pour le bien-être animal et pour la défense de notre environnement auvergnat ! 

Je vous demande de multiplier par 10 notre lien : http://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/halte-projet-porcherie-aux-bouys-chirat/10827

A vos bonnets verts !

A suivre

Marc-Claude de PORTEBANE

UNESCO : Projet de porcherie à Chirat l'Eglise en Auvergne et filière porcine de l'abattoir GAD de Lampaul-Guimiliau (Finistère) dans la merde !

Alors que des projets de porcheries intensives sur caillebotis

poussent comme des champignons en France !!!

La coopérative agricole CECAB 

qui a pris le contrôle de l'abattoir GAD 

n'est pas un modèle de gestion 

puisqu'elle importe des ouvriers roumains

afin de contourner la résistance

des salariés bretons !!!!

Tout va mal pour la filière porcine bretonne, alors que des demandes d'autorisation de constructions de porcheries de plus en plus grandes ne cessent de se multiplier en France grâce au lobby de la filière porcine qui à défaut d'être dans le rose (sur le plan bien-être animal/souffrance des porcs dans les élevages sur caillebotis) est dans le rouge (gestion).

La mort de l'abattoir GAD de Lampaul-Guimiliau (Finistère) est ENCORE un des mauvais exemples de la MAUVAISE gestion française de la filière porcine puisque la ccopérative agricole CECAB, spécialisée dans le commerce de légumes et riche de 75 filiales, n'a pas vu monter la concurrence allemande, qui a joué un tour de cochon à la filère française : la transformation du lisier en méthane.

Aussi "grâce" à cette pestilentielle "alchimie", ce gaz rapporte désormais plus que la viande de porc aux éleveurs allemands, qui, tout en payant avec un salaire de misère leur main-d'oeuvre majoritairement immigrée, cassent le prix du kilo de porc. Bilan : il y a 10 ans, l'Allemagne importait massivememnt sa viande de porc ; aujourd'hui, elle trucide annuellement 60 millions de gorets, contre 25 millions pour la France.

STOP AU PROJET DE PORCHERIE

A CHIRAT L'EGLISE EN ALLIER/AUVERGNE :

COMMME PLUS DE 10 000 PERSONNES EN 14 JOURS

SIGNEZ NOTRE PETITION QUI IRA A L'UNESCO 

http://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/halte-projet-porcherie-aux-bouys-chirat/10827

Alors à quoi bon autoriser de nouveaux projets de nouvelles porcheries de plus en plus importantes et de les implanter "en douce", dans nos régions très rurales et axées sur le tourisme vert comme à Chirat l'Eglise, dans l'Allier, en Auvergne alors que notre si belle et encore verte Auvergne est candidate "via la chaîne des Puys - Faille de Limagne" au patrimoine mondial de l'UNESCO ?

En septembre, deux experts internationaux se sont rendus au coeur de la Chaîne des Puys, en septembre, pour examiner sur le terrain notre dossier de candidature au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Pendant cinq jours, ils ont passé au peigne fin la candidature de la Chaîne des Puys - faille de Limagne au patrimoine mondial. 
Tom Casadevall, volcanologue américain qui a travaillé avec Haroun Tazieff dans les années 1980, et Josephine Langley, écologue anglo-mauricienne, se sont rendus dans le Puy-de-Dôme, du 15 au 20 septembre. 
Mandatés par l'UICN, ils ont mené sur le terrain l'expertise de la candidature. Leur objectif : vérifier la valeur universelle du site et son intégrité. Du survol des volcans en hélicoptère à la présentation de l'ensemble tectono-volcanique en passant par la découverte des lieux d'accueil des visiteurs, ce riche programme de visites et de rencontres leur a permis d'examiner le périmètre du bien, son mode de gestion, sa gouvernance et les menaces qui pèsent éventuellement sur lui. 

Reçus par des représentants du Conseil général, du Parc naturel régional des Volcans d'Auvergne, de l'université, de la Région et de l'Etat, les deux experts ont pu échanger avec de nombreux acteurs de la Chaîne des Puys : agents et élus locaux mais aussi propriétaires, éleveurs, forestiers, bergers, carriers et professionnels du tourisme. 
S'ils n'étaient pas habilités à donner leur avis (celui-ci doit rester confidentiel), les représentants de l'UICN ont néanmoins salué « la transparence, le caractère complet de la visite et la qualité des interlocuteurs ». Autre point positif : ils ont remarqué la forte mobilisation locale des Puydômois ainsi que les mesures déjà mises en oeuvre pour préserver le site. Au total, ce seront une quinzaine d'avis qui seront recueillis pour cette expertise internationale. 
L'UICN publiera sa recommandation finale en avril 2014, environ deux mois avant que le Comité du patrimoine mondial décide de l'inscription de la Chaîne des Puys - faille de Limagne au patrimoine de l'humanité.

Sauvons "Le bon coin 63" en Auvergne. Sauvons "Le bon coin 03" de l'Allier ! Sauvons "Le bon coin Vert" de l'Auvegne !

Puisque la filière porcine est en déroute en France et tout particulièremment en Bretagne, pourquoi se remettrait-elle sur les "rails" en Auvergne et plus précisémment avec le TOUT PETIT village de Chirat l'Eglise "planqué" dans son - encore - chouette paysage buccolique du département de l'Allier qui fait encore figure de "bon élève" en matière de qualité environnementale ?

MOBILISONS-NOUS ! STOP AU PROJET DE PORCHERIE A CHIRAT L'EGLISE ! VENEZ VISITER L'EGLISE ET NON LE PROJET DE 2 NOUVELLES PORCHERIES AU LIEU-DIT "LES BOUYS" !

MCDP

PETITION : STOP au projet de décret du gouvernement AYRAULT autorisant les élevages de 450 à 2000 porcs sans enquête publique à partir du 01/01/2014

MERCI DE SIGNER EN MASSE NOTRE PETITION !

SCANDALE : Le cadeau d'AYRAULT, des socialos et des Verts

offert sur un plateau au lobby de l'élevage du cochon intensif :

au 01/01/2014 plus aucune enquête publique

pour les constructions de porcheries intensives

passant de 450... à 2000 porcs !!!

On se souvient que le 28/06/2010, Marylise LEBRANCHU, pas encore ministre du gouvernement AYRAULT, mais députée du Finistère, avait écrit au président de l'association écologiste "Eau et Rivières de Bretagne" en lui disant tout le mal qu'elle pensait de l'amendement déposé par le député UMP des Côtes d'Armor, Marc LE FUR, par ces mielleuses paroles "Il est évident que le groupe socialiste demandera le retrait de cet agrément qui serait un recul considérable en matière d'environnement dans un contexte de mise en place de lutte contre la prolifération d'algues vertes sur nos plages et l'augmentation du taux de nitrates dans les eaux bretonnes"!!!

Le président des amis du cochon à l'assemblée nationale et député LE FUR voulait faire voter une cochonne idée : FAIRE PASSER DE 450 A 2000 le nombre de cochons à partir duquel l'éleveur doit demander une SIMPLE autorisation pour construire sa porcherie.

A l'époque, devant le tollé des élus bretons de gauche, avec à leur tête le président de la Région Bretagne, Jean-Yves LE DRIAN, qui demandait le retrait de cet amendement "démagogique et dangereux", le gouvernement FILLON avait fait nette marche arrière, abandonnant LE FUR au fur et à mesure de la levée de boucliers contre tous nouveaux cadeaux aux éleveurs de porcs qui détruisent l'environnement.

Trois ans plus tard, le 1er ministre, Jean-Marc AYRAULT, reprend à son compte, sous la forme d'un décret, la funeste proposition de LE FUR puisque la semaine dernière, Matignon a mis en ligne ledit texte pour "consultation publique", au nom du fameux "Choc de simplification des procédures" si cher à ce gouvernement, (où les écolos d'EELV font mauvaise figure de simples figurants) exit l'obligation faite aux éleveurs de se soumettre à une enquête d'utilité publique (dans le cadre des installations classées pour la protection de l'environnement - ICPE - ) et à une étude d'impact sur l'environnement dès lors que le projet d'élevage (le plus souvent intensif) dépasse le seuil des 450 porcs.

Désormais, pour construire une porcherie de 2 000 cochons, il suffira de faire une simple déclaration à la préfecture du coin, et comme cela les populations locales concernées par les différentes nuisances n'en sauront strictement rien.

L'idée d'alléger les règles d'ouverture d'une porcherie figurait depuis avril au menu du "Plan stratégique pour la filière porcine française" lancé par le gouvernement avec le soutien actif du patron de la Fédération nationale porcine pour faire, ainsi, avaler la pillule aux bobos-écolos.

En effet, si il y a la "crise" du cochon et que nous serions bien moins compétitifs que nos voisins, ce serait de la faute à Bruxelles et de ses normes ennuyeuses qui empoisonneraient la vie de nos si "sympathiques" éleveurs... si "attendris" au malheureux sort des porcs élevés dans ces immondes "Goulags à cochons"

Ni Marylise LEBRANCHU, ni Jean-Yves LE DRIAN n'ont pipé mot à ce "méga cadeau" d'AYRAULT au lobby du cochon, alors que la France a été condamnée, en juin, par la Cour de justice de l'Union européenne pour non-respect de la directive Nitrates et qu'elle est en train de négocier pour éviter l'amende de plusieurs dizaines de millions d'euros qui lui pend au nez avec une astreinte qui pourrait atteindre plus de 100 000 euros par jour.... à la charge du contribuable.

Par la présente pétition, nous demandons au président François Hollande de revenir sur ce projet de décret et de durcir les conditions d'autorisations pour les constructions ou les extensions de porcheries de plus de 450 porcs conformément aux orientations de l'Union Européenne !

Notre dernière pétition et nos actions CONTRE le projet d'extension et de construction de la porcherie de Chirat l'Eglise dans l'Allier, en Auvergne, doivent nous permettre de faire entendre nos voix, partout en France, POUR la défense des conditions de vie décente des porcs, POUR la défense de notre environnement, POUR le respect de directive Nitrates et ce, nonobstant le forcing du lobby porcin qui ne pense qu'à passer "en force" pour nous imposer ce qu'on ne veut ABSOLUMENT pas au Danemark (impossible de construire une porcherie à moins de 350 m d'une zone urbaine, contre seulement 100 m chez nous) ou en Hollande, où l'on trouve le même nombre de cochons au mètre carré qu'en Bretagne (il est STRICTEMENT interdit sur les 3/4 du pays d'installer ou d'agrandir une porcherie) !!!

STOP au projet de décret du gouvernement AYRAULT autorisant les élevages de 450 à 2000 porcs à se multiplier sans enquête publique à partir du 01/01/2014 !

Marc-Claude de PORTEBANE

PETITION ; STOP au PROJET de PORCHERIE à CHIRAT L'EGLISE. L'Auvergne va-t-elle devenir une porcherie ?

Mobilisation générale dans les prochains jours

CAMARADES AUVERGNATS, CHERS AMI-E-S

NE LAISSONS PLUS PASSER UN SEUL PROJET

DE PORCHERIE DANS NOTRE AUVERGNE :

10 000 signatures pour notre pétition !

Camarades Bourbonnais

Vous et nous, sommes attachés à nos territoires de notre si belle Auvergne.

Lundi 14 octobre, 75 tour opérateurs provenant de 19 pays européens sont venus rencontrer les acteurs professionnels du Massif Central à Polydôme à Clermont-Ferrand, dans la cadre du salon Green France.

Jean-François Jobert, directeur du CRDTA ( comité régional du développement touristique en Auvergne) a indiqué que "Le tourisme est un secteur économique porteur, il doit se développer dans la région et pour ça, il faut attirer une clientèle étrangère".

Comment allons-nous pouvoir développer notre tourisme vert en accueillant de nombreux touristes, comme par exemple, des pays scandinaves, si d'un autre côté les pouvoirs publics autorisent les pulvérisations d'odeurs infernales - via le lisier de porcs - sur nos terres déjà si vertes !

De nouvelles autorisations de toujours et encore de nouvelles porcheries par les autorités préfectorales risquent de réduire l'image de notre si belle région au nouveau slogan : "L'Auvergne va-t-elle devenir une porcherie ?"

NON et NON ! Battons-nous pour la défense de nos territoires auvergnats ! Plus une SEULE extension, plus un seul projet ne doit passer en Auvergne.

Ne fermez pas les yeux sur l'avenir de nos enfants ! Prenez en exemple ce qui s'est passé en Bretagne ! La Bretagne est devenue une vaste porcherie ! Les pouvoirs publics, les "experts", les agriculteurs, les professionnels des lobbys des porcheries sur caillebotis, les chambres d'Agricultures toujours favorables à ces funestes projet ont MENTI aux population !

Ils ont menti, menti, menti ! Et regardez donc maintenant le spectacle que la Bretagne offre au monde entier : celui des algues vertes !

STOP AUX PORCHERIES EN AUVERGNE. Nous comptons sur une mobilisation sans précédent de toutes les Bourbonnaises et de tous les Bourbonnais, et ce, dans les prochains jours.

ORGANISONS LA RESISTANCE VERTE EN ALLIER, ET PAS SEULEMENT EN PAROLES MAIS EN ACTES PACIFIQUES !

Oui, dans les prochains jours, nous aurons besoin massivement de vous pour protester contre ce projet de porcherie à Chirat l'Eglise, dans l'arrondissement de Montmarault.

Forts de notre expérience en Basse-Normandie avec notre lutte contre les lignes THT et à Notre-Dame-des-Landes en Loire-Atlantique, nous allons construire un "Camps" de la résistance aux porcheries.

Ils devront passer sur nos corps pour nous faire partir de notre futur camps de la Résistance aux porcheries en Bourbonnais.

Ne laisssons pas à une poignée de quelques grosses exploitations agricoles le soin de détruire l'image de notre Auvergne !

Mobilisons-Nous ! Aidons-nous les uns, les autres !

Nous voulons 10 000 signatures de toute l'Auvergne pour notre pétition (version papier) afin de dire "STOP A L'EXTENSION DE LA PORCHERIE DE CHIRAT L'EGLISE"

Marc-Claude de PORTEBANE

Ancien candidat à la députation de l'Allier

NON à la porcherie de Chirat l'église ! Faune, flore et lessivage des sols gavés de lisier : l'avertissement du commissaire-enquêteur !

Inventaire faunistiques et floristiques :

le commissaire-enquêteur a lancé un avertissement

en cas de mauvaise gestion des épandages !

La polémique commence à s'ébruiter par rapport à la demande d'autorisation d'exploiter un élevage de porcs (relevant d'une ICPE) et présenté par le Gaec SIMONIN-VERNADEL au lieu-dit "Les Bouys" à Chirat l'Eglise.

HALTE A L'AUGMENTATION DE 3 097 "ANIMAUX-EQUIVALENTS" A CHIRAT L'EGLISE ! QUE L'ON ARRETE, EN FRANCE, DE PAPOTER SUR CES NOMBRES D'ANIMAUX EQUIVALENTS QUI SERVENT A "EMBROUILLER" L'ESPRIT DES HABITANTS LOCAUX !

Surtout quand on sait que les coefficients d'équivalence pour les porcins sont les suivants : 1 porcelet < 30 kg = 0,2 animaux-équivalents ; 1 truie = 3 animaux-équivalents ; 1 verrat = 3 animaux-équivalents ; 1 cochette = 1 animal-équivalent ; 1 porc à l'engrais = 1 animal-équivalent... (source : Maison de l'agriculture de l'Aisne) ! De l'Aisne, pas de l'Allier !!!

L'élevage du GAEC SIMONIN-VERNADEL comptera APRES projet :

- 319 reproducteurs

- 864 porcelets en post-sevrage

- 3827 porcs en engraissement et cochettes.

Faites le calcul !

Le GAEC SIMONIN-VERNADEL ne précise pas dans son mémoire ce que sont des "reproducteurs". En fait, il s'agit de "truies et de verrats" (source : préfecture des Pyrénées Atlantiques) ! Un comble d'aller chercher cette info dans les Pyrénées Atlantiques !!!

La méthodologie suivie, pour l'enquête publique de Chirat l'Eglise, a été celle précisée par l'administration pour la réalisation des études d'impact sur l'environnement des installations d'élevage. Il s'agissait de recenser, à proximité des installations et parcelles d'épandage, les milieux naturels intéressants et reconnus puisque les principaux types de milieux naturels ainsi que les mesures de protection concernant la faune et la flore sont "clairement" répertoriés sur une carte.

Un sujet ultra "sensible" que 2 personnes ont soulevé lors de l'enquête publique puisqu'il a été "demandé quelles seront les conditions de remise en état du site en fin d'exploitation" !!!!

La Bretagne est caractérisée par la pratique d'une agriculture intensive. Les quantités d'effluents d'élevage et d'engrais minéraux apportés aux cultures demeurent largement excédentaires par rapport aux besoins des cultures. Pour les productions végétales, des quantités importantes de pesticides sont utilisées. Ainsi, différents éléments migrent dans l'eau et viennent perturber l'équilibre chimique et microbiologique des écosystèmes aquatiques et les divers usages de l'eau.

En 2004, sur 6 % de la surface agricole utile, la Bretagne participe à 56 % de la production nationale de porcs. Cela amène les éleveurs à gérer des quantités importantes de déjections animales.

Parmi celles-ci, les lisiers sont riches en éléments nutritifs (azote, phosphore et potassium) sous des formes directement assimilables par les plantes. Ils renferment aussi des éléments dits secondaires, tels que le calcium ou le magnésium, et des oligo-éléments (présents en petites quantités), comme le cuivre, le zinc et le fer. Tous sont essentiels à la nutrition des cultures.

Le volume et la composition chimique des effluents varient selon l'espèce animale, son régime alimentaire, la présentation des aliments et, dans une moindre mesure, l'âge des animaux. Il est donc difficile d'estimer globalement la part d'azote, de phosphore ou des autres éléments présents dans les effluents.

Par exemple, un apport de 170 unités d'azote sous forme de lisier de porc représente en moyenne 108 kg de phosphore.

De plus, les fécès des animaux à sang chaud sont très riches en microorganismes . Et, si l'on rapporte la quantité rejetée en fonction de la masse de fécès excrétée, on considère qu'un porc représente pour les apports en microorganismes l'équivalent d'un rejet de 30 habitants tandisqu'une volaille 0,06.

Les rejets de bactéries dans l'environnement sont limités par les pratiques agricoles qui consistent à stocker le lisier dans des fosses. Lorsque les conditions d'épandage sont respectées (stockage des effluents au moins deux mois sans nouvel apport en fosses à lisiers, épandage et enfouissement respectant la réglementation -calendrier, parcelles-), ces rejets sont bien absorbés par l'environnement. D'autant que certains microorganismes ne survivent pas très longtemps, de l'ordre d'une semaine, dans les sols et les rivières.

Toutefois, certains peuvent perdurer des semaines, voire des mois dans l'environnement et poser des problèmes. La capacité épuratrice des cours d'eau, associée à une bonne pratique agricole, limite l'impact sur l'environnement.

Malheureusement la non-conformité de certains établissements (sous-équipement en fosses à lisiers) dans des régions sensibles (bord de rivière ou bord de mer) peut avoir des conséquences importantes sur la détérioration des ressources en eau.

Le ruissellement des sols par la pluie peut multiplier concentrations et flux d'un facteur 10 à 100 en quelques heures.

Alors pourquoi devrions-nous avoir, subitement "confiance" à ce qu'on nous dit en Auvergne alors qu'en Bretagne, les taux explosent de partout ?

D'autant plus que le commissaire-anquêteur, Jacques COMBAUD, a clairement averti (source : rapport et avis motivé de l'enquête publique de Chirat l'Eglise) : "...Par contre, une mauvaise gestion des épandages d'effluents peut avoir des conséquences sur la qualité des eaux par ruissellement ou lessivage..." !!!

Battons-nous pour la sauvegarde de l'Auvergne Verte et non "Brune". Nous allons passer bientôt à l'action ! Soulevez-vous ! Le parti révolutionnaire national-bolchevique vous apporte son soutien inconditionnel. Nous, nationaux-bolcheviques sommes avec vous toutes et toutes ! (source : Facebook) !

CITOYENNES et CITOYENS de BELLENAVES, CHIRAT L'EGLISE, COUTANSOUZE, LE THEIL, LOUROUX-DE-BOUBLE, TARGET, VOUSSAC : ORGANISONS LA RESISTANCE VERTE ! STOP AUX NUISANCES OLFACTIVES ! STOP AU LISIER !

Nous allons montrer notre détermination qui est intacte et ce, malgré, les "menaces" de "chantage" dont nous commençons à être les victimes !

A suivre

Paul TOP

STOP AU PROJET DE "GOULAG" A COCHONS A CHIRAT L'EGLISE EN BOURBONNAIS

STOP AU LISIER EN BOURBONNAIS !

Sulfatage de gaz carbonique et hydrogène sulfuré :

58 Observations défavorables contre

46 favorables ont été émises lors de l'enquête publique !

porc-003.jpg

L'enquête publique d'avril à mai 2013 relative à la demande d'exploiter une porcherie aux "Bouys" à Chirat l'Eglise, par le Gaec SIMONIN, a déclenché de vives inquiétudes des populations locales qui ne veulent pas voir leur patrimoine "sulfaté" à grande échelle par les émanations de gaz carbonique et hydrogène sulfuré, en clair, encore et encore plus de lisier pour accompagner les touristes, les ramasseurs de champignons, de fleurs, de baies diverses qui composent cette belle région encore sauvage du Bourbonnais, entre Montmarault et Ebreuil !

Les habitants locaux sensibles à leur environnement, se référant à des considérations générales et aux mauvaises expériences de Bretagne ou de Hollande, ont massivement émis des observations défavorables, contre "l'élevage en batterie, hors sol", en employant des expressions comme "Goulags à cochons", "Usines à viande", "Industrie", "à grande échelle", "gigantesque".

Le commissaire-enquêteur, Jacques Combaud, reconnaissant lui-même "...l'élevage peut-être comparé à un "process industriel...." !

De nombreuses personnes ont également associé ces formes d'élevage, comme ce funeste projet, à "des problèmes sanitaires dus au surnombre, provoquant le stress des animaux, des maladies obligeant à des traitements médicamenteux que l'on retrouve dans la viande, ne pouvant produire que des viandes de mauvaise qualité".

De simples opposants ont dénoncé "des règles insuffisantes ou incohérentes" comme "Pourquoi oblige-t-on les particuliers à de coûteux systèmes d'assainissement alors qu'on autorise l'épandage des excréments de porcs" ?

D'autres on fait part de leur préoccupation : "On se demande qui contrôle, on doute de l'application des préconisations, on exige un suivi rigoureux".

....

A suivre

MCDP

HALTE au projet de porcherie à Chirat l'Eglise : la révolte gronde non loin des gites de France, des ZNIEFF et de Natura 2000

STOP AUX SULFATAGES DE LISIER

NON DES LOIN DES ZONES

ZNIEFF, NATURA 2000

ET DU GITE DE FRANCE "LES BOUYS"

porc-050.jpg

Le projet d'agrandissement de la porcherie est seulement à 300 m du gite du château des Bouys

un ancien relais de chasse du XVIII ème siècle. Bonjour les nuisances olfactives

 sous les vents de direction sud-sud-est de fréquence 9,7 % !!!

porc-047.jpgForêt des Colettes à 6 km, Accrobranche à 6 km, classement 3 épis

Ouverture du 4 janvier au 29 décembre : 460 euros pour 2 nuits

Sympa les week-end-barbecue pour le proprio et les touristes

alors que le commissaire-enquêteur reconnaît que 

"la population porcine va BEAUCOUP augmenter " !!!!

Le projet de porcherie du GAEC SIMONIN-VERNADEL du lieu-dit "Les Bouys" commence à réveiller les esprits depuis que l'Idiot provincial a mis le "feu aux poudres" dans l'Allier et plus précisémment à Chirat l'Eglise dans le canton d'Ebreuil, arrondissement de Montluçon.

Ce projet de porcherie a fait l'objet d'une enquête publique, puisqu'il s'agit d'une ICPE (installation classée pour la protection de l'environnement), qui s'est déroulée d'avril à mai 2013.

Les observations de la population opposée contre ce funeste projet sont nombreuses car il est hors de question que le Bourbonnais devienne une nouvelle "Bretagne" où le moindre projet de porcherie a soulèvé l'indignation générale où préfets, administrations, chambre d'agriculture et divers "experts" se sont moqués des gens et où le taux de nitrates dépassent largement les seuils autorisés.

En France, les populations concernées par les nouveaux projets de porcherie n'ont plus confiance. De quelques porcs au début, les élevages s'agrandissent pour diverses raisons, la nature et les cochons sont les seuls a "trinquer" devant la folie consumériste humaine.

Plus aucun projet d'extension de porcherie ne doit passer et nous devons nous mobiliser, ici ou ailleurs, car nous tenons à préserver l'image touristique de l'Auvergne. La vitrine immobilière se doit d'être protégée. La VRAIE information des habitants aussi. 

Dans le cas présent, la demande d'autorisation d'exploiter cet élevage de porc est programmée pour accueillir plus de 4 000 (4 183) porcs désignés de nos jours par "animaux équivalents", nouveau terme utilisé dans le "jargon" agricole et destiné, selon de nombreuses associations environnementales, à "induire" les gens en erreur puisque la plupart des habitants ne font pas la différence en un "porc" et un "animal équivalent".

Une porcherie est composée, depuis la nuit des temps de porcs, de truies, et de porcelets et non pas "d'animal équivalent". On achète du saucisson de porc et non pas du saucisson d'animal équivalent !

Ce projet de porcherie semblait passer "en douceur" (la presse locale n'en a pipé mot), mais patratas, l'empêcheur de tourner en rond "L'Idiot provincial", alerté par la population, était derrière "les fagots" depuis plus de 6 mois.

LES ELUS DE LA COMMUNE DE TARGET

S'INQUIETENT DES ODEURS DE LISIER

POUR LES PETITS DE LA MATERNELLE

Depuis ce début de semaine, nous avons déclenché "l'offensive générale" qui devra embraser toute l'Auvergne car les populations concernées en ont marre de ces projets d'extension de porcherie, à l'image du valeureux conseil municipal de la commune de Target (10 km de Chirat l'Eglise) dans l'Allier qui a déjà émis un avis défavorable sans compter les inquiétudes d'une autre commune et des populations concernées.

Pour bien comprendre ce projet de porcherie, nous allons vous présenter l'historique, le projet, le plan d'épandage, les observations du public, le point de vue du pétitionnaire, l'avis motivé du commissaire-enquêteur et ce, dans le menu détail.

Nous connaissons depuis de nombreuses années tous ces projets de porcherie et si les associations environnementales faisaient leur "boulot", nous n'aurions pas à monter "au créneau" pour alerter l'opinion publique.

HISTORIQUE

Le 27/08/2012, Fabienne SIMONIN et Frédéric VERNADEL ont sollicité autorisation du préfet de l'Allier pour étendre l'élevage de porcs existant situé à "Le Bouys" à Chirat l'Eglise à un projet classé sous la rubrique 2102/1° de la nomenclature des installations classées.

Depuis le 25/07/1999, l'arrêté préfectoral (n° 5909/99) leur donne déjà l'autorisation pour un élevage de porcs correspondant à 1086 "animaux équivalents" (les bovins comptant environ 120 têtes).

FAUT-IL RECOMMENCER L'ENQUETE PUBLIQUE ?

Petit clin d'oeil au tribunal administratif de Clermont-Ferrand : le GAEC SIMONIN-VERNADEL (Siret 41069335200016, capital social : 399 000 euros, APE 0146Z) a été créée le 30/01/1997 et non pas... en 2010.... comme c'est indiqué dans le rapport du commissaire-enquêteur, Jacques COMBAUD !!!! Les comptes concernant le Chiffre d'Affaires n'ont pas été déposés en 2011 et pour 2012, les comptes ne sont pas disponibles. Pourquoi ?

Les élus de la commune de Chirat l'Eglise (Nicolas DUBOISSET, Bernadette BARADAT-FOURANE, Evelyne NIAUX-PETER, Marie-Noëlle SEMPERBONI, Hervé BERTHON, Roland BIDET, Michel FORET, Fabrice SERRE, Gérard THEVENIOT, Philippe TOUZAIN), le savent-ils, eux ?

La surface exploitable est aujourd'hui de 129 ha. Une fabrique d'aliment à la ferme a été créée en 2007 ; la production d'aliment est de 690 T actuellement pour l'essentiel des céréales produites, pour une part sur la ferme et devrait passer à 2 500 T.

L'élevage répond à 2 cahiers des charges :

- une filière certification de conformité de produit "Qualité Carrefour" filière non OGM

- le système Viande porcine française garantie de traçabilité.

Les animaux sont et seront abattus à Lapalisse. La coopérative CIRHYO à Montluçon assure et assurera la commerialisation des porcs et le conseil technique.

Nous avons pris contact avec la coopérative CIRHYO, où après nous avoir raccroché au nez parce que nous serions des "opposants", alors que nous souhaitons juste quelques infos concernant le "conseil technique" apporté à ce projet.

Nous avons pu - brièvement - "parler" - une seconde fois - avec le directeur, Mr DUTOIT qui parle d'une "opposition à caractère immobilière dans une zone ultra-agricole", nous indiquant de façon laconique "On est pas dans la communication". Amen ! Bouche cousue

Le président de CIRHYO, Francis LE BAS, a été mis au "parfum" sur son portable. Espérons que sa réunion à Clermont-Ferrand n'en sera pas "perturbée" !

Nous serons donc, de façon évidente, attentifs à la "Communication" sur ce projet de porcherie à Chirat l'Eglise, de la part des 25 administrateurs (GAEC, SCEA, EARL, SARL, etc...) de cette coopérative CIRHYO !

A moins que les associations de consommateurs de la filière "CARREFOUR" nous donnent, eux, leur point de vue et ce, au niveau national !

Nous ne sommes pas des "chiens" comme nous l'avons expliqué à CIRHYOLe service de presse du ministère de l'Ecologie et du Développement durable en sera informé ! Assez de non-communication des professionnels du monde des porcheries !

Les populations concernées par les projets de porcherie ont le droit d'être informées de A à Z sur TOUS les sujets et notamment ceux ayant trait aux plans d'épandage et au bon suivi de la protection des animaux !

Pour tout contact concernant le projet de la future association environnementale de lutte contre le projet de cette porcherie, merci de nous envoyer un mail via le formulaire de contact. Merci.

PS : 

STOP AU MARTYR INFERNAL DES COCHONS

ELEVES SUR CAILLEBOTIS !

ORGANISONS LA RESISTANCE !

a2016.jpg

Plusieurs abattoirs utilisent l'électronarcose pour rendre les cochons inconscients. Des tenailles électrifiées sont plaçées chaque côté de la tête du cochon. Il arrive fréquemment que le voltage soit inadéquat ou pas assez élevé ou que l'instrument ne soit pas maintenu assez longtemps sur l'animal ce qui fait que les cochons sont encore conscients lorsqu'ils sont saignés ! Si tous les gens savaient ce qui se passe réellement dans les grandes fermes industrielles d'aujourd'hui, peut-être y penseraient-ils deux fois avant de se délecter de viande de cochons martyrisés!!! La transformation intentionnelle d'une telle vie en une masse de souffrance et de désespoir est un crime ! Qu'est-ce, sinon celà ?

La suite de ce projet de "Goulag à cochons" à suivre au prochain numéro

MCDP

Un nouveau restaurant à la gare SNCF de Vichy : le PYL-PYL

Espérons que le délai de recours contentieux au titre du code de l'urbanisme arrivera vite au 17 janvier 2012 !

Tout le monde attend avec impatience l'ouverture du futur grand restau de Vichy "Le PYL-PYL" et surtout son grand chef, le breton attaché à son territoire et à la cuisine de bon goût, Pierre-Yves Lorgeoux !!

Le poulet Bourbonnais sera-t-il mis en exergue !!!

pb-ii-100.jpgCôté recto :

pb-ii-103.jpg

version chicos !

Côté verso :

pb-ii-101.jpgversion moins chicos !

Orange préfère Internet aux personnes sous oxygène !!!

Quand le téléphone est en dérangement, Orange ne répond pas si vous n'êtes pas abonné à Internet (L'Huma 4/01).

Sympa, non comme méthode ?

Nos collègues de l'Huma sont allés faire une petite virée en Bretagne, chez une dame de 90 ans, isolée. Effarant !

Cette dame, sous assistance respiratoire plusieurs heures par jour s'est inquiétée de ne pouvoir joindre les urgences, n'ayant plus de téléphone depuis le 31 décembre. Or, au 39 00, seuls les clients disposant d'une ligne dotée d'Internet intéressent en priorité.

Par contre, un abonné ayant, lui, un forfait en illimité, internet et la TV s'est rendu compte le 1er janvier que rien ne marchait. Il a appelé le 39 00 : 24h après, comme par miracle, un technicien est arrivé.

Comme le remarque fort justement l'Huma, "Vous payez 40 euros par mois, vous avez l'internet et vous êtes en bonne santé : Orange dépannera vite."

Par contre, vous payez 15 euros par mois, n'avez que le téléphone et êtes sous oxygène : la réparation attendra.

Cool !!!

Essayez d'appeler votre direction régionale Orange la plus proche de votre domicile et vous verrez bien ce que l'on vous dira sur la marche à suivre .... en matière d'urgence médicale.

HALTE AU LISIER dans les Côtes d'Armor

STOP AUX EPANDAGES DE LISIER !

Alors que les enquêtes publiques

sont à l'eau de rose

la nature paie la note en Bretagne !

Deux associations écologistes ont porté plainte mercredi au pénal à Saint-Brieuc, notamment contre le préfet des Côtes-d'Armor, après l'hécatombe de sangliers en juillet dans l'estuaire du Gouessant, pollué par les algues vertes, a-t-on appris auprès de leur avocat.

Me Claude Larzul a déposé plainte au nom des associations Sauvegarde du Penthièvre et Sauvegarde du Trégor, devant le procureur de la République de Saint-Brieuc, contre "les représentants de l'Etat et notamment les préfets (successifs) des Côtes-d'Armor, leurs donneurs d'ordre ou supplétifs ou tous autres auteurs, coauteurs ou complices", selon le texte de la plainte.

ABSENCE DE MESURES

La mort de 36 sangliers l'été dernier à cause des gaz toxiques dégagés par des algues vertes en putréfaction implique la violation de textes du Code de l'environnement, selon l'avocat. "Nous avons considéré que l'absence de mesures" prises par le préfet le fait notamment tomber sous le coup de l'article L. 341-20, "qui punit de 45 000 euros d'amende et de trois ans d'emprisonnement le fait de laisser se dégrader un site classé comme la baie de Saint-Brieuc", a-t-il précisé. L'article "impose au préfet de prendre toute mesure pour préserver" ces sites, a-t-il assuré.

La plainte repose également sur l'article L. 216-6, "qui réprime par 75 000 euros d'amende et deux ans d'emprisonnement le fait de laisser s'écouler dans les eaux des substances nuisibles à la santé et à la faune", comme les épandages de lisier et l'excès de nitrates qui créent ces algues vertes, a précisé Me Larzul.

L'ÉTAT JUGÉ RESPONSABLE

Le tribunal administratif de Rennes, en 2007, et la cour administrative d'appel de Nantes, en 2009, avaient déjà jugé "que les algues vertes proviennent d'une politique de laisser-faire" et que "les représentants de l'Etat sont les responsables de cette situation", a rappelé l'avocat. "Dès lors que la responsabilité de l'Etat a été stigmatisée par des juridictions administratives, les représentants de l'Etat doivent répondre de ces infractions devant les tribunaux correctionnels", a-t-il argumenté.

Une plainte concernant la mort en 2009, dans les Côtes-d'Armor, d'un transporteur d'algues vertes, Thierry Morfoisse, est par ailleurs en cours d'instruction au pôle santé de Paris.

(Source : LeMonde.fr)