Apave

Cette si mystérieuse "Panne mécanique" au CVO de Saint-Barthélemy-de-Vals qui rend le SYTRAD de Valence muet comme une carpe !

Le SYTRAD de PORTE-LES-VALENCE botte

en "touche" concernant la "panne mécanique" :

un Collectif de riverains est en voie de constitution

pour connaître la VRAIE vérité sur son fonctionnement.

Sytrad bis 026Le 08/12/2015 l'Idiot provincial participe à la réunion avec les riverains sur le site CVO d'Etoile-sur-Rhône.

Au menu : l'ERS (L'Evaluation des Risques Sanitaires) réalisée par l'Apave les 12, 13, 14 janvier 2015

Le centre de Valorisation Organique des déchets ménagers résiduels, situé à Saint-Barthélemy-de-Vals d'une capacité annuelle de 40 000 T sépare les divers déchets contenus dans la poubelle d'ordures ménagères résiduelles et isolent les déchets fermentescibles pour produire du compost "normé" sur site, ainsi que les métaux recycables et les combustibles en vue d'une valorisation matière et énergétique dans des unités spécialisées.

L’exploitation du site suite aux travaux d’optimisation a démarré le 8 juillet 2013.

Le 21 août 2013 un incendie en a détruit une partie du système de traitement de l’air.

Les travaux de réparation ont été entamés le 2 mars 2015. La première phase des travaux de réparation a débuté le 2 mars 2015 : suite au déblaiement des gravats et débris de l’incendie des fissures ont été constatées sur les murs du local laveur. Ces fissures ont impliqué une phase d’expertise débutée en juillet et toujours en cours pour vérifier si le génie civil devait être renforcé.

Dans un mail que nous avons reçu aujourd'hui, (et faisant suite à notre participation à la réunion des riverains sur le site CVO d'Etoile-sur-Rhône le 08/12/2015), le SYTRAD nous confirme de façon très laconique que "l’usine est à l’arrêt suite à une panne mécanique", sans plus de précisions.

Un peu simplet comme réponse, non ?

A suivre

Lapalisse : le torchon brûle au pays des Vérités entre les SMIT, le garagiste et la mairie (II)

Pourquoi l'agent Renault Mr Duperau

s'oppose-t-il à une expertise judiciaire

de sa cabine de peinture ?

Suite

Même si aucun riverain ne semble s'en être plaint, les vapeurs dégagées dans l'environnement sont-elles toxiques ? Oui ou non ?

Il est bien évident que ce garagiste achète ses produits (peintures à l'eau et vernis à base de solvants) chez le concessionnaire Renault du coin et on voit mal la maison Renault revendre à ses agents des produits polluants.

Mais l'installation de Mr Dupereau est-elle conforme ? Mr Dupereau est-il en mesure d'en apporter la preuve ?

Un srict contrôle soumis à l'approbation des services de l'Etat et suivi de près par des organismes conventionnels comme l'Apave ou le cabinet Socotec ne serait-il pas rassurant pour la famille SMIT, les lapalissois mais aussi réconfortant pour le garagiste qui a du mal à comprendre que l'on puisse "s'attaquer" à lui, le petit garage de Lapalisse ?

Existe-t-il un "grand" ou un "petit" code de l'environnement ?

Mais pourquoi ce garagiste de Lapalisse note-t-il, sur un simple cahier, les dates de remplacement des filtres, comme il nous l'a précisé ? Pourquoi un simple cahier ? Vérifié par qui en plus ? Et à quelle cadence ?

La DREAL n'étant pas compétente - puisqu'il ne s'agit pas d'une installation classée - n'est-ce pas dans les pouvoirs de la police du maire qu'il faudrait trouver une solution pour que s'apaisent les esprits ?

Le PV de constat établi par le garde-champêtre le 14/09/2011 est-il communiquable au peuple de base de Lapalisse ?

Nous avons essayé de joindre plusieurs fois Jacques de Chabannes que ce soit en mairie de Lapalisse ou à l'antenne du conseil général à Vichy où il était en commission pour la maison de "l'handicap". Mais en vain !

Le secrétariat général de la mairie de Lapalisse a été incapable de nous dire, ce matin, quelle était la personne des services techniques de Lapalisse qui "gérait" ce dossier. Est-ce Mr Chapon ? Est-ce Mr Barbarin ? Ou est-ce Mr Bardon qui travaille à la communauté de communes du Pays de Lapalisse ?

Toutefois un RDV a été fixé, avec le premier magistrat de la commune, dans les prochains jours, pour évoquer ce dossier devenu de plus incompréhensible pour la famille SMIT qui ne demande qu'à respirer l'air pur de la communauté de communes de Lapalisse qui se dit dotée d'un environnement naturel de qualité (source : le site de la com' com' du Pays de Lapalisse) avec "bocages préservés et verdoyants, relief varié avec de nombreux ruisseaux et rivières, un patrimoine forestier important... et donc propice à d'agréables randonnées à pieds, en VTT, à cheval ou en calèche..".

Bouche cousue

Et a-t-on déjà vu un maire "menacer" un de ses concitoyens de représailles pénales en cas "d'inexactitudes" sur sa prétendue inaction dans le règlement d'un litige et contenant "des propos irrévencieux et même outrageants à son égard" comme l'atteste le courrier du maire en date du 18/01/2012 ?

numerisation0002-2-1.jpgCertes, un élu est une femme ou un homme qui se doit d'être respecté mais alors pourquoi ce "fumier", cette "ordure" de Sarko ou ce "connard" d'Hollande devraient-ils tolérer de telles insultes certainement plus offensantes que les quelques mots "irrévencieux" des SMIT envers un élu reconnu pour son pragmatisme et sa sympathie et de surcroît radical de gauche ?

Chabannes n'est pas comme feu Le Provost, l'ex-maire honni de la droite Bourbonnaise, et c'est tant mieux tant qu'il en sera ainsi !

Alors pourquoi cette affaire SMIT n'a-t-elle pas été "expédiée" un plus rapidement depuis leur complainte et ce, depuis le 18/04/2011 ?

Pourquoi Mr Duperau s'oppose-t-il à une expertise judiciaire alors "qu'il n'est pas établi que son installation professionnelle génère une quelconque pollution (ordonnance de référé du TGI de Cusset en date du 25/01/2012 - les SMIT ont été "déboutés de leur demande d'expertise qui ne saurait pallier leur carence dans l'administration de la preuve qui leur incombe...")

La famille SMIT n'a pas complètement tort sur un autre sujet : celui du stockage des pneus.

Là, en effet, le garagiste, (qui est de bonne foi), nous a indiqué qu'il avait été "obligé" de stocker ces pneumatiques dans un endroit abrité.

L'ambiance électrique entre le maire et une de ses citoyennes de base - bénéficiant de l'aide juridictionnelle totale - à suivre avec délectation !

Paul TOP