Créer un site internet

agriculture

La Région AURA à la rencontre des territoires pour bâtir avenir économique horizon 2021 !

Espérons que ce nouveau schéma SRDEII va vous changer

des observations de la chambre régionale des comptes

sur la gestion calamiteuse de la Villa Gillet des

ex-présidences souci-alistes SOUCHOU & QUEYRANNE

qui nous ont assez pris pour des ignorants !

SavCommuniqué de presse :

"Grande Région industrielle, Auvergne-Rhône-Alpes va prochainement bâtir son nouveau schéma régional de développement économique, d’innovation, d’internationalisation (SRDEII) pour la période 2017 - 2021, véritable feuille de route pour soutenir le développement économique du territoire, dans toute sa diversité.

Premier document stratégique préparé et présenté par le nouvel exécutif régional, le SRDEII est très attendu, compte tenu de la réorganisation des compétences économiques issues de la Loi NOTRe qui a renforcé la compétence économique des régions.

Désormais, le développement des entreprises à l’international et l’attractivité du territoire font partie des thématiques couvertes par cette nouvelle génération de schémas. La Région devient la collectivité responsable du développement économique sur son territoire, notamment pour les politiques de soutien aux PME et aux entreprises de taille intermédiaire.

En Auvergne-Rhône-Alpes, pour tenir compte de leur poids économique, l’agriculture et le tourisme sont intégrés dans le périmètre du SRDEII. Les représentants de ces secteurs sont pleinement associés à la large concertation souhaitée par l’exécutif régional.

Dans ce nouveau contexte législatif, Laurent WAUQUIEZ, Président de la Région Auvergne- Rhône-Alpes et Martial SADDIER, Vice-président délégué aux entreprises, à l’emploi et au développement économique, ont décidé de bâtir cette stratégie à l’horizon 2021 dans le cadre d’une large concertation sur le terrain de tous les territoires d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Lancée en mars par la Haute-Savoie, cette concertation se poursuit dans l’ensemble des départements. Elle va ainsi bien au-delà de ce que prévoit la loi, puisqu’elle permettra de consulter et d’écouter tous les acteurs dans leur diversité afin qu’ils expriment leurs besoins et leurs visions quant au potentiel économique de leur territoire.".

Espérons que ce SRDEII nous changera de la scandaleuse affaire de la "Villa Gillet" où l'argent public - sous les ex-présidences socialistes SOUCHON/QUEYRANNE des régions Auvergne et Rhône-Alpes - a été dilapidé sans presque aucun contrôle.

Le quotidien Le Monde (19/05/2016) a confirmé que maintenant, les choses allaient changer de façon drastique pour cette verrue : "Les trois tutelles de cette institution culturelle de Lyon se sont mis d’accord, mercredi 18 mai, pour revoir sensiblement à la baisse son budget, à la suite d’un rapport très critique de la chambre régionale des comptes Auvergne Rhône-Alpes".

Budget 2016 de "Rupture" région AURA : l'environnement prend une claque !

Tandis que les associations environnementales vont trinquer

la chasse, le lobby des agriculteurs de la FNSEA

les barons de la finance, les firmes anti-écologistes

ne souffriront pas de la non-augmentation de la carte grise !!!

Bud reg ii 008

Eric FOURNIER, vice-président environnement (2° à partir de la gauche) s'est montré plus que lapidaire sur les questions environnementales dont le budget va fondre comme neige au soleil de sa ville de Chamonix-Mont-Blanc !

Le président de la région AURA (Auvergne-Rhône-Alpes), Laurent WAUQUIEZ, a présenté avec ses vice-présidents le budget primitif 2016, "Un vrai plan pour mettre fin aux gaspillages" de l'ex-présidence - il faut le reconnaître - un peu "holé, holé" dans de nombreux domaines en pointant 4 rapports de la chambre régionale des comptes, dont certains "ciblent des dérives de gestion lourdes" :

- un rapport provisoire sur la gestion 2010-2014

- un rapport provisoire sur la gestion d'ERAI pour 2008 à 2014

- un rapport provisoire sur la participation de la région Rhône-Alpes à l'exposition universelle de Shanghai

- un rapport provisoire sur la Villa Gillet.

Laurent WAUQUIEZ a indiqué que tous les indicateurs étaient "au rouge" depuis 10 ans, insistant sur le fait que pas une seule économie n'avait été effectuée sur cette période puisqu'entre 2005 et 2015, les dépenses de fonctionnement de la région ont augmenté de + de 900 M€ alors que les recettes n'ont augmenté que de + de 790 M€, ce qui a fait que la dette a connu une augmentation de + 1,6 Mds €, d'où une augmentation des impôts de + 440 M€ à la charge des contribuables pris en "otage".

Laurent WAUQUIEZ a déploré ce constat amer puisque, aujourd'hui, la région Auvergne-Rhône-Alpes serait l'avant-dernière région française en termes de dépenses d'investissement par habitant tout en insistant sur le désengagement massif de la part de l'Etat qui ne cesse de se défausser sur les collectivités avec une nouvelle baisse imposée de 51 M€ des dotations par rapport à 2015.

Bud reg ii 018 Si le président Laurent WAUQUIEZ montre l'exemple en utilisant un modeste Scénic, son chauffeur n'hésite pas, lui, à se garer en toute impunité devant le conseil régional de la nouvelle région AURA !

L'objectif de la nouvelle région a été fixé afin d'effectuer des "coupes rases" dans les dépenses de fonctionnement administratif pour remettre l'argent des Auvergnats et des Rhônalpins au service des projets avec une volonté affichée de rompre avec les gaspillages des années 2004/2015, comme par exemple, le retour à l'exemplarité des élus (- 5,8 M€ en 2016) : suppression des téléphones portables et forfaits afférents, réduction du nombre de vice-présidents de 29 à 15, réduction des membres de la Commission permanente de 187 à 45, baisse des indemnités des conseillers régionaux et des membres du CESER, baisse des moyens alloués aux groupes en personnels et en moyens matériels, baisse des crédits affectés à la rémunération des collaborateurs de cabinet, baisse du train de vie de la collectivité (- 5,5 M€ en 2016), baisse du budget communication (- 500 000 €), gestion du parc automobile (vente de plus de 50 véhicules - gain de 500 00 €), baisse du budget de fonctionnement informatique (-400 000 €), baisse des marchés de renfort/interim ponctuels (- 230 000 €), baisse des frais d'hôtel pour 156 000 €, économie sur les marchés de maintenance pour 150 000 €, baisse des dépenses de navettes reliant le nouveau siège de Lyon pour 120 000 €, baisse des frais de taxis (- 100 000 €), baisse des dotations en fournitures de bureau (- 50 000 €), baisse de l'enveloppe dédiée aux repas de travail, séminaires, plateaux-repas, accueil café (- 35 000 €), baisse des dépenses de courrier (- 35 000 €), réorientation forte de la politique d'impression de la reprographie en noir et blanc (- 25 000 €).

Après avoir donné un bon coup de pied dans les dépenses somptuaires, Laurent WAUQUIEZ a annoncé des économies de fonctionnement qu'il surnomment d' "historiques" en rabotant de façon louable sur les services généraux (18 M€), sur le fonctionnement (36 M€) dont - 6,6 M€ sur les dépenses de transports (rénégociation de la convention TER et application des pénalités lorsque les trains sont en retard - la grève de la semaine dernière a ainsi rapporté 300 000 € aux contribuables d'AURA -).

La surprise dans ces économies de fonctionnement dites "historiques" est venue de la part du vice-président Eric FOURNIER (délégué à l'environnement, au développement durable, à l'énergie et aux Parcs naturels régionaux) qui a parlé d'une "purge" de 4,2 M€ sur l'environnement : rénégociation avec l'Agence de l'eau (- 2,2 M€ d'économies) et réorganisation des financements associatifs (- 2,9 M€) pour "moins de fonctionnement et plus de projets accompagnés".

L'autre surprise est venue de Philippe MEUNIER (député du Rhône et 9° vice-président en charge de la sécurité, aux partenariats internationaux, à la chasse et à la pêche), qui veut mettre un terme à des subventions reconnus commes "injustifiables" comme celle de 1 million d'€ à des collectivités sénégalaises pour lutter contre le réchauffement climatique ou les 2 subventions d'un total de 250 000 € en faveur de la biodiversité et aux tribus autochtones en Equateur.

Arts 007Arts 009 Les Journées européennes des métiers d'Art - dans les locaux de l'ex-région Auvergne à Clermont-Ferrand - ont rassemblé plusieurs centaines de visiteurs ce week-end et ce, malgré le manque flagrant d'exposants !

Drastique toilettage de l'ordre de - 4,9 M€ sur le redéploiement de la politique de subventions pour mettre un "terme" aux financements dits "exotiques" comme par exemple les 3,5 M€ en 8 ans pour le volet "mobilité internationale" du Fonds d'innovation artistique en Rhône-Alpes (FIACRE) avec des subvnetions telles que : "Les Nuits sonores" à Barcelone (22 000 €), le spectacle "Duras, notre contemporaine" au Burkina-Faso (10 000 €), le projet d'art contemporain "Drive in" en Corée-du-Sud (9 000 €), la tournée en Espagne du groupe "Macabé et zombi orchestra" (3 500 €), ou encore les Arts du cirque au Chili et en Colombie (10 000 €).

Si l'environnement et la culture seront en partie "amputés", le choix de la nouvelle région se portera sur une concentration de ses moyens afin de renforcer l'activité économique et l'emploi (+ 3,1 M€ pour les entreprises à travers ses dispositifs d'aide directe et d'ingénierie financière). Les entreprises aidées devront prendre, en échange, par voies de conventions, des engagements d'embauche d'apprentis formés par la Région.

Le développement touristique bénéficiera, lui, d'une manne de 1,4 M€, les économies de fonctionnement réalisées sur la fusion des comités régionaux du tourisme Auvergne et Rhône-Alpes (CRT) seront réinjectées dans le soutien direct aux projets ("Plan Montagne" destiné à subventionner de manière plus efficace l'immobilier et l'équipement matériel des stations de ski et "Plan thermal" visant à renforcer les infrastructures d'accueil du tourisme thermal).

La Région AURA augmentera également ses capacités d'interventions dans un "moment de grande crise" pour le domaine agricole avec + 4,3 M€ (l"objectif étant de renforcer l'aide à l'investissement dans les exploitations et entreprises agricoles au moment de l'installation et de la transmission, de soutenir la structuration de filières agricoles et végétales, de mettre en place un "Plan Eau et Agriculture" pour sécuriser les capacités d'irrigation des agriculteurs.

La Région AURA financera près de 100 nouveaux projets de recherche et l'innovation, le plus souvent développés en lien avec les entreprises pour lancer ensuite et "sans délai" les premiers projets prévus au nouveau contrat de plan Etat-Région.

Le budget 2016 de la Région AURA améliorera l'efficacité opérationnelle des interventions régionales en matière de formation professionnelle continue et d'apprentissage (500 Places supplémentaires de formation sanitaire et sociales), et 4 domaines seront mis en avant :

- le développement numérique (accélération du déploiement de la fibre très haut débit)

- la sécurité des Auvergnats et des Rhônalpins (polémique sécurité des lycées, sécurisation dans les communes via le déploiement de la vidéo-protection, acquisition de 37 rames de train express régional équipées de caméras de vidéo-protection couvrant 80 % des espaces voyageurs dans les trains).

- l'investissement dans les lycées (investissement de 262 M€ intégrant une aide renforcée dans les lycées de la "curaille")

- l'investissement dans les transports et les infrastructures (modernisation de l'axe Clermont-Ferrand/Paris, schéma directeur de la ligne ferroviaire Montluçon/Bourges, regénération de la ligne Le-Puy-en-Velay/Firminy, aménagements de la ligne Saint-Gervais/Chamonix/Vallorcine et le projet CEVA (Cornavin/Eaux-Vives/Annemasse) ainsi que le soutien au projet de participation financière de la Région AURA à lla construction de l'autoroute A 45 et le vote d'une autorisation de programmes de 100 M€ pour matérialiser cette participation.

Une présentation du futur budget 2016 sous fonds de polémiques Droite/Gauche puisque Jean-François DEBAT, le président du groupe socialiste, démocrate, écologiste et apparentés au conseil Régional promet, en fin de semaine, de revenir sur les 100 premiers jours du mandat de Laurent WAUQUIEZ.

Le 12 avril marquant, en effet, la fin des 100 premiers jours de la mandature de Laurent WAUQUIEZ !

En direct de Lyon Marc-Claude de PORTEBANE

AURA Environnement déclare la guerre au projet autoroute A45 !

Auvergne Rhône-Alpes Environnement (AURA)

mènera une lutte implacable

contre tous les projets visant à se servir de l'A45

comme plateforme de pollution supplémentaire !A45 027

Communiqué de presse :

AURA Environnement a décidé de lever et de souder les masses en renouant avec la symbolique marxiste-léniniste propre à l'organisation strictement politique des FARC.

Nous appelons tous nos camarades à soutenir toutes les associations locales opposées à ce projet d'autoroute et à prévoir d'organiser vers Andrézieux-Bouthéon/La Fouillouse dans la Loire le début de la résistance avec la création d'une méga ZAD face à ce projet polluant supplémentaire.

Alors que les caisses de Saint-Etienne Métropole sont vides et que celles de la région AURA (Auvergne/Rhône-Alpes) ne sont guère reluisantes, AURA Environnement dénonce le plan de financement estimé à 1, 2 milliards d'euros que devront supporter en grande majorité les contribuables de la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes (Etat 430 M€, Saint-Etienne Métropole et le Département de la Loire une somme identique répartie à part égales + 100 M€ de la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes afin de "soulager ces deux collectivités locales"..... à condition que ces dernières s'engagent financièrement. Le solde devant être réglé par le concessionnaire choisi - Vinci - qui percevra ensuite les péages de l'A45).

Pour gagner encore plus de fric, de La Fouillouse dans la Loire à Brignais dans le Rhône, ils sont prêts à faire payer ENCORE les contribuables/usagers en détruisant encore plus de terres boisées, de terres agricoles, de villages ...alors que l'actuelle A 47 étant gratuite mériterait de plus amples aménagements entre Saint-Chamond et Givors !

AURA Environnement apporte son soutien aux élu-es et aux habitant-es des communes de Chaussan, Givors, Saint-Laurent d'Agny, Saint-Jean-de-Touslas, de Sainte-Catherine, de Saint-Sorlin, de Montagny, de Messimy, de Mornant, de Taluyers, de Thurins, de Soucieu-en-Jarest, de Vaugneray ainsi qu'aux autres villages qui ne se sont pas encore mobilisé-es.

Le projet A45 serait une catastrophe sur le plan économique, agricole et environnemental : en effet, qui peut croire que seulement 2800 habitants seraient concernés par les nuisances de l'A45 alors que cette autoroute couperait en deux la commune de La Talaudière.

Tout le monde sait aujourd'hui qu'un kilomètre d'autoroute correspond à un territoire d'environ 10 ha : c'est donc plus de 400 hectares qui seront enlevés à des zones fruitières, maraîchères, viticoles ou naturelles protégées. Pour satisfaire des intérêts de quelques industriels, l'agriculture de toute une région qui mérite d'exister et d'être soutenue serait sinistrée sur une bande de 8 à 10 kilomètres de largeur à cause de la pollution propagée par les gaz d'échappement.

De l'A45 au projet d'Usine à poubelles vers le site de l'Orme/Les Sources à Andrézieux-Bouthéon, ne laissons pas la nouvelle région AURA (Auvergne-Rhône-Alpes) devenir une catastrophe économique, environnementale et animale !

Rejoins nos camarades zadistes : http://www.aura-environnement.com/

Aa200 1
 

A1827

Enterrement de la Région Auvergne : Brice HORTEFEUX allume comme un sapin de noël le président René SOUCHON !

Brice HORTEFEUX a sonné la charge contre

le dernier président de la Région Auvergne !

Symoly 081

Brice HORTEFEUX, lors de la dernière session du conseil régional d'Auvergne, s'est emporté contre la majorité du conseil régional d'Auvergne en lui indiquant qu'elle ne parviendrait pas à faire oublier aux Auvergnats qu'elle est "partie prenante et solidaire de l'accumulation des échecs du président de la République, du gouvernement et de sa majorité.

- Echec absolu contre le chômage : en 41 mois de pouvoir, il a augmenté 37 fois

- Echec de la politique fiscale : comme vous-même en Auvergne, vos amis aiment les impôts : depuis 2012, pas moins de 53 hausses ou créations d'impôts nouveaux au point qu'en 2015, nous avons travaillé en moyenne jusqu'au 29 juillet pour payer l'avalanche d'impôts, cotisations et taxes et ce n'est qu'à compter du 30 que les français ont travaillé pour eux.

Echec de la maîtrise de la dépense publique qui, contrairement à ce qui se passe dans la totalité des grands pays d'Europe, continue à augmenter chez nous, 8,5 milliards d'euros en plus l'année prochaine pour la loi de Finances....

Echec en matière de dialogue social, avec rien qu'en 8 jours les manifestations inédites depuis 32 ans de policiers, d'avocats et de l'administration pénitentiaire".

A 46 jours du RDV devant les Auvergnats, Brice HORTEFEUX s'en est pris aux potentielles contradictions du président SOUCHON avec la fusion Auvergne-Rhône-Alpes, décidée "sans aucune concertation, sans aucun débat, en ayant ignoré les élus territoriaux, à commencer par les conseillers régionaux".

3° charge de Brice HORTEFEUX concernant la "volte-face sur la liaison grande vitesse" des élus de la région Auvergne avec cet exemple de gaspillage des campagnes dites de "communication" qui auraient représenté 250 000 €.

Brice HORTEFEUX a dressé le bilan de la majorité sortante vis-à-vis des auvergnats :

- Augmentation des impôts régionaux de 70 % en 5 ans, repportant 240 millions d'euros, soit l'équivalent de 6 lycées ..... qui n'ont pas vu le jour.

- Hausse de la dette de 50 %, en 2014 son encours est de 371 €/habitant alors que la moyenne nationale est inférieure à 272 €.

- Des emprunts toxiques - tous souscrits depuis 2004 - s'élevant à 118 millions d'euros et un emprunt obligatoire auvergnat en 2011 qui fut un échec avec seulement 3 000 souscripteurs, avec un coût bien plus élevé pour la région, dépassant 5 % au lieu des 3 % bancaires, et n'apportant en réalité pas un centime supplémentaire à l'action économique.

- Des frais de communication qui ont explosé depuis 2004 et ont augmenté entre 2008 et 2012...

- Recul sur l'action économique : sur ces 3 dernières années, les moyens d'intervention en faveur des entreprises, (de ceux qui créent des emplois), ont baissé de 30 %, passant de 65 millions d'euros, inscrits au BP 2012 à 45 millions, tel que cela apparaît dans le compte administratif 2014.

- Sentiment d'abandon du monde agricole. Plus de 30 % des exploitations auvergnates sont en difficulté et près de 10 % au bord du dépôt de bilan. Au niveau de la Région Auvergne : une baisse de la moitié des crédits consacrés à l'agriculture en 10 ans : 14 millions d'euros en 2004, 7 millions en 2014....".

A SUIVRE : les interventions des groupes PS-MAJORITE, FDG, EELV et la réponse de René SOUCHON.

En direct de la Région Auvergne : Marc-Claude de PORTEBANE

Campagne GREENPEACE LECLERC/PESTICIDES : TOUS au LECLERC d'ANDREZIEUX-BOUTHEON !

Nous avons demandé des explications au département

fruits et légumes du LECLERC d'Andrézieux-Bouthéon

dans la Loire qui se retranche sous sa centrale d'achats !

Crvobmhwoaeye6m

Nous dénonçons les pratiques obscures du numéro 1 de la grande distribution en France.

En effet, derrière des prix imbattables, des fruits et légumes parfaits toute l’année et une communication hyper léchée, E.Leclerc cache une sombre réalité : celle d’agriculteurs qui n’ont d’autre choix que d’utiliser des pesticides pour fournir les volumes nécessaires qui satisferont les exigences démesurées de E.Leclerc.

En tant que président-directeur général de l’enseigne, Michel-Édouard Leclerc doit prendre ses responsabilités.

Des prix imbattables pour des fruits et légumes parfaits toute l'année : voilà ce que se vante de proposer Leclerc à ses clients. Mais ce que l'enseigne ne dit jamais, c'est que derrière cette offre si alléchante se cache une réalité bien sombre : celle d'agriculteurs qui n'ont actuellement pas d'autre choix que d'utiliser des pesticides pour fournir les volumes nécessaires qui satisferont les exigences démesurées de Leclerc. Le numéro 1 de la grande distribution en France, et champion des prix bas, connu pour la férocité de ses négociations commerciales, se garde bien de communiquer sur l'envers du décor : les conséquences environnementales et sanitaires des pesticides.

Nous demandons à Leclerc :

  • d'éliminer en priorité les pesticides les plus dangereux (pour les abeilles et la santé humaine) dans la production des pommes et des pommes de terre,
  • de soutenir les agriculteurs qui s'engagent à produire sans pesticides,
  • d'être transparent vis-à-vis des consommateurs sur le recours aux pesticides dans la production de notre alimentation et le soutien aux agriculteurs.

 

Ce matin, nous avons pris contact avec Mr J., le responsable du rayon fruits/légumes du LECLERC d'Andrézieux-Bouthéon, (Adresse : Zac Migalon Rue 130, Rue Charles Voisin, 42163 Andrezieux-Boutheon Cedex. Téléphone :04 77 02 10 21), pour lui demander comment son enseigne communique avec les fruits et légumes contenant des pesticides.

Après en avoir papoté quelques mots avec sa responsable "qualité", il a préféré "botter en touche", direction sa centrale d'achats !!!

Vous savez ce qu'ils vous retent à faire pour sensibiliser l'opinion publique de région d'Andrézieux-Bouthéon au nord de métropole de Saint-Etienne !!!

GRACE A LECLERC, FAITES LE PLEIN DE PESTICIDES !!!

Leclerc obscur2

 

ACTION ! BOYCOTT ! ACTION ! SENSIBILISATION DES CONSOMMAYEURS ! STOP #LeclercObscur !

POLEMIQUES. Interview au journal "LE PROGRES " de la Loire de Marc-Claude de PORTEBANE, le porte-parole du Collectif C.H.U.P.A d'Andrézieux-Boutheon

POURQUOI LE COLLECTIF "HALTE à L'USINE

à POUBELLES vers ANDREZIEUX-BOUTHEON"

A RAISON DE SE MOBILISER

CONTRE LE PROJET D'USINE à POUBELLES

vers ANDREZIEUX-BOUTHEON ?

La Tribune-Le Progrès (Edition de Saint-Etienne/Andrézieux-Bouthéon du lundi 14/09/2015) :

image: http://collectifhalteusinepoubellesandrezieuxboutheon.e-monsite.com/medias/images/k1-024.jpg?fx=r_850_829

K1 024

- Le porte parole du Collectif Marc-Claude de PORTEBANE : "Blackout complet en terme de communication de la part du SYDEMER ... pas de concertation locale sur ce projet depuis 2012 .... les maires ne sont pas au courant.... levée de boucliers sur le TMB à Fos-sur-Mer.... les agriculteurs ne veulent pas de ce compost car il y a du verre et du plastique... le biogaz sera impur..... les déchets ultimes seront encore enfouis à Roche-la-Molière .... encore des trafics de camion .... notre pétition touchera les 204 communes concernées."

image: http://collectifhalteusinepoubellesandrezieuxboutheon.e-monsite.com/medias/images/k1-032.jpg?fx=r_550_598

K1 032-

"...Les élus n'ont pas crié haut et fort que trois sites avaient été retenus...."

image: http://collectifhalteusinepoubellesandrezieuxboutheon.e-monsite.com/medias/images/k1-025.jpg?fx=r_650_816

K1 025

- "Des remous autour d'une usine pour les déchets ultimes"

image: http://collectifhalteusinepoubellesandrezieuxboutheon.e-monsite.com/medias/images/k1-025.jpg-2.jpg?fx=r_550_156

K1 025 jpg 2-

"....Cet été, fermeture de l'usine de valorisation de l'agglomération d'Angers qui a eu un fonctionnement chaotique depuis sa création seulement quatre ans auparavant. 60 millions d'euros ont été engloutis à perte. Le compost obtenu par tri mécano biologique n'a jamais été pur. De plus, en raison d'un problème d'aération, les salariés respiraient de trop fortes concentrations d'ammoniac...."

image: http://collectifhalteusinepoubellesandrezieuxboutheon.e-monsite.com/medias/images/k1-025.jpg-3.jpg?fx=r_700_1077

K1 025 jpg 3

- "....Il vous est reproché un manque de communication..."

REPONSE d'Eric BERLIVET, le président du SYDEMER :

image: http://collectifhalteusinepoubellesandrezieuxboutheon.e-monsite.com/medias/images/k1-026.jpg?fx=r_550_598

K1 026


En savoir plus ici : http://collectifhalteusinepoubellesandrezieuxboutheon.e-monsite.com/blog/presse-medias-tv-halte-usine-a-poubelles-vers-andrezieux-boutheon/l-entretien-au-journal-le-progres-du-porte-parole-du-collectif-halte-usine-a-poubelles-vers-andrezieux-boutheon.html

Forum des Associations d'Andrézieux-Bouthéon, Roche-la-Molière, La Fouillouse, Saint-Galmier : le Collectif anti-Poubelles CHUPA cartonne

Plus de 800 tracts remis

Plus de 100 signatures pétition papier récoltées :

les gens ne sont au courant de rien !

Forum assoc 009Le Collectif "Halte à l'Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon" (C.H.U.P.A.) a fait un "carton" hier, lors du Forum des associations, en tractant auprès des associations loi 1901 des communes d'Andrézieux-Bouthéon (Complexe d'animation des bords de Loire), de La Fouillouse et de Saint-Galmier (Hippodrome) dans le département de la Loire.

Forum assoc 007

Hippodrome de Saint-Galmier

Les populations locales tenues pratiquement dans l'ignorance ne sont aucunement au courant du projet de construction d'une "Usine à poubelles" sur 3 sites dont deux situés en zone rurale comme vers Andrézieux-Bouthéon (ZA L'ORME ou la ZAIN OPERA PARC INTERNATIONAL).

Forum assoc 012

La Fouillouse

Notre pétition (version papier) a reçu un accueil plus que satisfaisant auprès d'une population impactée directement ou indirectement par le projet du SYDEMER qui veut installer une vaste "Usine à poubelles" vers Andrézieux-Bouthéon et Roche-la-Molière.

Les associations sportives, les associations culturelles, les particuliers nous ont apporté un soutien massif. Plus de 10 personnes ont demandé à rejoindre notre Collectif "Halte à l'Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon".

Forum assoc 003

Complexe d'animation des bords de Loire d'Andrézieux-Bouthéon

(Merci au conseiller municipal Serge ESCOFFIER et président du Tennis-club d'Andrézieux-Bouthéon d'avoir accepté de mettre une petite pile de nos tracts sur ses tréteaux à destination des visiteurs).

Les adhérents et les membres des bureaux des associations - le Forez Athlétic Club, la Médiathèque, la Pétanque de l'envol, le Saint-Etienne-Andrézieux masculin handball SAM HB...

Forum assoc 001....le Tennis-Club, le Golf des bords de Loire, l'AAPMA "Les pêcheurs du Lignon, le Club de pêche sportive-Forez-Velay, le Rugby Club d'Andrézieux-Bouthéon, les Scouts de France, le Basket-Club, Les marcheurs de l'association "Les Pas Pétillants" qui organisent gaiement 3 marches/semaine dans nos si verdoyantes contrées,....

Forum assoc 010.... l'association Saint-Galmier Loisirs, le Club Badmiton-La Fouillouse, les associations d'Amitié Franco-Portugal, etc....- nous ont confirmé être opposés aux nuisances PTMB (pré-traitement mécano-biologique).

Forum assoc 015

Stade Beaulieu à Roche-la-Molière

Nous avons donc expliqué, à chaque citoyen rencontré, à chaque signature de la pétition du Collectif "Halte à l'Usine à Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon", les risques inhérents au PTMB :

Risques pour la collectivité

En choisissant ce mode de gestion, la collectivité prend plusieurs risques :

- Le compost, occasionnellement ou chroniquement, peut ne pas répondre aux normes, donc doit aller en décharge (coût supplémentaire) ;

- Même un compost aux normes peut peiner à trouver des débouchés – et ceci est étroitement lié à la confiance de l’utilisateur et du consommateur des produits agricoles ;

- Scénario catastrophe : pollution ponctuelle non détectée à l’usine, procès, perte de confiance dans le compost ;

- L’intérêt pour le compostage domestique peut baisser, et la quantité totale de déchets augmenter à coût supplémentaire ;

- Déresponsabilisation des habitants par rapport aux déchets à augmentation des quantités totales et baisse de la qualité du tri des recyclables et des toxiques ;

- Une hausse du compostage domestique pourrait entraîner une baisse de qualité du compost industriel, à cause d’un changement de la nature des ordures ;

- La redevance incitative, un levier très fort pour la réduction des déchets, serait délicate à mettre en œuvre à cause de sa tendance à augmenter le compostage domestique ;

- De nouvelles normes européennes, prévues en l’absence d’une Directive biodéchets, pourraient être impossibles à atteindre avec un compost sur OMR


Risques pour l’environnement

- Accumulation de certains éléments traces métalliques dans le sol jusqu’à un niveau inquiétant en moins de 25 ans ;

- Accumulation des composés organiques persistants dans le sol (effets sur l’écosystème) et leur apparition dans l’eau potable à effets possibles de dérèglement hormonal, cancers et autres ;

- Altération du sol par les plastiques (microparticules)....

MCDP

Foire internationale Cournon 2015 : l'Idiot provincial et les agriculteurs de la filière Bio d'Orcival seront mobilisés contre les brebis galeuses !

Visuel 1278 x 537 nouveau visuel

Du grabuge en perspective ce week-end lors de l'édition de la foire internationale 2015 de Clermont-Cournon avec les militants de l'Idiot provincial et leurs camarades agriculteurs de la filière Bio mécontents de ne pas avoir été retenus par la SAFER Auvergne pour la vente du site de l'INRA !

Orcival 023Les trouble-fêtes ont prévu quelques actions !!!

Photos : conférence de presse à la mairie d'Orcival cette semaine avec l'Idiot provincial, La Montagne et Le Paysan d'Auvergne.Orcival 25

Merci au maire de nous avoir ouvert les portes de sa mairie d'Orcival !

Orcival 028Des lacunes potentielles auraient été relevées par les agriculteurs de la région d'Orcival, comme cela nous a été précisé lors de cette conférence de presse. Une agricultrice n'aurait eu que 3 semaines pour présenter son dossier à la SAFER Auvergne.

Pourquoi les jeunes agriculteurs Bio n'auraient-ils eu juste le droit de visiter qu'1 seul bâtiment agricole ? Quel est le rôle de la FNSEA dans cette affaire ?

Nous-y travaillons, camarades !

L'Idiot provincial, soutenu par le maire, les agriculteurs BIO, les éleveurs de brebis et la population prévoit un projet de ZAD (Zone A Défendre).

La vente du domaine du Roc (INRA) par la SAFER Auvergne à Orcival finira en Justice !

La SAFER Auvergne fait-elle preuve de favoritisme

avec la vente des bâtiments de l'INRA ?

Aa728

Une pétition a été mise en ligne par des jeunes agriculteurs dans la région d'Orcival qui contestent la décision de la SAFER Auvergne dans le cadre de la vente du domaine du Roc. L'Idiot provincial avait déjà pris contact avec l'INRA Paris et la SAFER Auvergne via son président qui après avoir voulu nous inviter à "déjeûner" (Lol) s'était par la suite réfugié dans le silence. Idem du côté du secrétariat et du conseiller foncier de la SAFER Auvergne qui étaient resté "muets" comme des carpes. Lien de notre article : http://l-idiot-provincial.e-monsite.com/blog/do/tag/inra/

Les jeunes agriculteurs bio avaient - à l'époque - préféré se passer de nos camarades militants de l'Idiot provincial alors que nous avions le soutien du maire d'Orcival et d'une centaine de personnes pour monter une ZAD locale qui aurait attiré l'attention des medias locaux et de l'opinion publique. Ils ont préféré faire "cavalier seul". On ne peut être bon sur son tracteur et maître en stratégie !

Bilan : la vente a bien été faite... mais au profit d'une grosse exploitation du coin - que nous avions identifié à l'époque - au détriment du GFA des jeunes agriculteurs bio locaux à qui, il aurait été logique de laisser une petite chance pour faire vivre leurs familles dans des lopins de terre un peu plus grands.

Question subsidiaire : est-il normal que le délégué cantonal de la SARFER Auvergne n'avait pas tous les éléments de ce dossier en main ?

La suite de cette affaire rocambolesque devant les tribunaux pour dénoncer les irrégularités potentielles ? Voici le texte de la pétition qui est adressée au préfet du Puy-de-Dôme.... alors que depuis le 1er août 2015, il n'y a plus de préfet dans le Puy-de-Dôme. Ce sera désormais au préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes d'en être informé :

"La SAFER Auvergne a mis en vente le domaine du Roc à Orcival (Puy de Dôme) appartenant à l'INRA comprenant 150 Ha dont 30 en Agriculture Biologique, 2 bâtiments d'élevage et 4 maisons d'habitation pour un montant total de 1.4 millions d'euros hors frais.

La candidature devait porter sur la totalité, d'où notre volonté de créer un GFA (Groupement Foncier Agricole) qui regroupe 11 agriculteurs de la commune dont 4 jeunes en cours d'installation.

Suite aux diverses commissions d'attribution, la SAFER Auvergne préfère l'attribuer à une grosse exploitation déjà existante (170 ha) dont les associés possèdent déjà plusieurs sociétés, au lieu de remplir son rôle qui est de favoriser l'installation des jeunes et la transmission des exploitations.

En conclusion, les jeunes de la commune d'Orcival ne s'installeront pas et l'avenir de certaines exploitations remis en cause, au détriment d'un investisseur.

Le GFA souhaite contester la décision de la SAFER, et engager un recours devant la justice.

En signant cette pétition, nous demandons à Monsieur le Préfet de la région Auvergne qui a le pouvoir sur la décision finale, de revoir la position de la SAFER.".

MCDP

Lien de la pétition : http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2015N48117

Frappe Eclair de Nuit (2) Pétition du collectif CHUPA : Halte à l'usine à poubelles sur deux ZA vers Andrézieux-Bouthéon !

.... Le CHUPA monte au front des poubelles ....

Le Collectif Halte Usine Poubelles vers

Andrézieux-Bouthéon -Loire (CHUPA) dénonce les intrigues :

Halte à l'usine à poubelles sur deux ZA

vers Andrézieux-Bouthéon !

Kst 001

Merci de signer notre pétition version papier et internet dont voici le lien :

http://www.mesopinions.com/petition/politique/halte-usine-poubelles-za-vers-andrezieux/15574

Auteur : Marc-Claude de Portebane, Ex-candidat à la députation de l'Auvergne-Rhône/Alpes

Créé le 24/08/2015 - Fin le 30/11/2027

À l'attention : de M. le président de la République, M. le préfet de Région Auvergne/Rhône-Alpes et M/ le préfet de La Loire
 

Une usine de TMB méthanisation doit s'installer au cœur de nos habitations dans deux zones d'activités vers Andrézieux-Bouthéon (dont une assez délabrée et délaissée au vandalisme comme celle de la ZAIN OPERA PARC INTERNATIONAL et l'autre, celle de l'ORME) avec un projet très reluisant dit "Site de valorisation des déchets" et porté à bout-de-bras par le SYDEMER (Syndicat mixte pour le traitement des Déchets Ménagers et Résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais) de Saint-Etienne représentant neuf collectivités du sud de la Loire, soit 204 communes pour 600 000 habitants.

Ensemble arrêtons ce projet immonde ! Réagissons : stoppons sa construction ! 

Le Collectif "Halte Usine Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon -Loire" qui regroupe des riverains et des opposants à ce type de valorisation de ces déchets d'Andrézieux-Bouthéon, de La Fouillouse, de Saint-Bonnet-les-Oules, de Saint-Galmier, de Veauche mais aussi de la région de Saint-Etienne entend par cette pétition s'opposer à ce type de projet qui portera atteinte à la qualité de vie et à l'environnement de la région d'Andrézieux-Bouthéon et de sa région.
 

On aurait aimé être informes, mais aucunes délibérations dans les conseils municipaux : on nous cache la vérité avec l'argent de nos impôts !

Le 21/08/2015, le blog militant "L'Idiot provincial" nous apprenait que plus de 245 000 T de déchets seraient valorisés sur trois sites, dont deux situés en rase campagne près d'Andrézieux-Bouthéon où la nature et la faune ont déjà été saccagés par SNF qui a détruit 20 ha de chênaie fourmillant d'espèces protégées au sud de son site de La Fouillouse, à l'est de la D 100 conduisant à Saint-Galmier depuis l'A 72, où pas moins de 43 espèces animales protégées avaient été recensées dans ces 20 ha. neuf de chauves souris, deux d'amphibiens, cinq de reptiles et 27 d'oiseaux dont des pics mar ou encore un couple de Milans noirs.

Stop aux invasions de mouches !


Les installations TMB sont régulièrement matraquées par la Cour des comptes ou la chambre régionale des comptes qui a déjà passé en revue les dysfonctionnements de l'usine de méthanisation Garosud (Hérault). Les résultats sont déplorables ! Au menu : odeurs, mise au point retardée, argent public dilapidé : un casse-tête, pour l’Agglo, son exploitant, les riverains... ainsi qu’une très mauvaise affaire pour les finances publiques. D’emblée, les magistrats financiers s’interrogaient : "Il n’était peut-être pas opportun de construire l’équipement dans une zone urbaine, proches d’habitations et d’entreprises."  

L'usine de Méthanisation du projet du SYDEMER : il s’agit d’une "technique" permettant de transformer la matière fermentescible en gaz et en compost, en faisant pourrir par fermentation les restes d’aliments pendant trois semaines à une température de 55°C, dans d’immenses cuves de plus de 20 mètres de haut et 15 mètres de large, appelées des « digesteurs ». Ces usines sont présentées par leurs promoteurs comme la solution d’avenir au traitement des déchets, en tant qu’alternatives à la mise en décharge et à l’incinération, produisant en plus du gaz et du compost, à partir de nos poubelles de tous les jours.

Mais lorsque l’on regarde les usines existantes, les rapports officiels, les études techniques, les travaux réalisés par les associations, les avis du monde de l’agriculture, et le vécu des riverains, la réalité est bien différente !

A Saint-Barthélémy-d'Anjou, Le "réseau sentinelle" qui surveille le fonctionnement de l’usine a enregistré des mauvaises odeurs qui ont été perçues dans le voisinage de l’usine, 23 jours sur 31. (…) Et ces odeurs pénètrent à l’intérieur des maisons y compris lorsque les fenêtres sont fermées !

Cerise sur le gâteau : « Les analyses de l’air effectuées aux abords de l’usine ont permis de détecter la présence de champignons, de moisissures et de bactéries aux noms très compliqués et dont on ne sait pas quels peuvent être les effets sur la santé humaine dans la durée. » Source : (St Barthélémy d’Anjou infoplus).


Nous, citoyennes et citoyens rassemblé-es autour du "Collectif Halte Usine Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon -Loire", en partenariat amical et in solidum avec les associations locales comme "La Fouillouse protégée" ou l'association "Accueil Cadre de Vie" de Saint-Bonnet-les-Oules, nous demandons l'arrêt immédiat de l'étude du projet du SYDEMER qui viendra perturber notre patrimoine historique, nos traditions, notre histoire, notre environnement et notre faune !

QUE L'ON CESSE DE NOUS MENTIR !

Mosq 004

 

Collectif Halte Usine Poubelles vers Andrézieux-Bouthéon -Loire (CHUPA)

ZI Sud - Avenue Benoit Fourneyron
42 160 Andrézieux-Bouthéon
 

Odeurs infernales Région Andrézieux-Bouthéon : bientôt 245 000 T de poubelles écrabouillées par le SYDEMER de St-Etienne. Frappe Eclair de nuit (I)

NON aux convois monstrueux de camions !

NON aux odeurs infernales à proximité des pavillons !

NON au pseudo-compost impropre à l'agriculture !

STOP au projet d'usine de valorisation des déchets

du SYDEMER dans le Forez-Sud touristique

et surtout vers Andrézieux-Bouthéon !

La région du Forez-Sud et plus particulièrement celle du bassin économique et touristique d'Andrézieux-Bouthéon risque de devenir une nouvelle zone à risque pour les populations locales avec le projet du SYDEMER de Saint-Etienne (Loire) de construire une vaste usine dite " Pôle de valorisation des déchets" (pour ne pas effaroucher les populations locales) qui sera implantée en rase campagne dans un secteur riche en paysages verdoyants, en patrimoine architectural important, en jolis pavillons où il fait bon prendre l'apéritif à la fraîche en ces temps de canicule, en activités culturelles et festives actives, en territoires où la petite agriculture est encore une source de survie avec la production de ce bon lait frais qui fait encore honneur à nos producteurs locaux, en manifestations diverses en faveur de l'émancipation du peuple forézien très attaché aux valeurs de son vaste territoire (Culturellement, la région du Forez est associée à un paysage globalement rural, évoluant deouis la plaine jusqu'aux Hautes Chaumes (classées zones naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique, Natura 2000...) ; à l'eau (La Loire et ses affluents, étangs, sources d'eau minérale et thermale) ; à des productions agricoles importantes comme les Côtes-du-Forez, la Fourme de Montbrison, les vins du pays d'Urfé...) ; à des édifices du Moyen Age (superbes églises, prieurés, châteaux, urbanisme moderne tel que les bâtiments "Le Corbusier" à Firminy...).

Le SYDEMER (Syndicat mixte d'Etudes pour le traitement des Déchets Ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais) a été crée par l'arrêté INTER-PREFECTORAL de la Loire et du Rhône (N° 429/2008 du 19/11/2008). Cette struture est portée par 34 élus représentant 9 EPCI (Établissement Publics de Coopération Intercommunale) du sud de la Loire et des Monts du Lyonnais sur un vaste territoire de 204 communes et près de 600 000 habitants.Son objectif n'est pas une mince affaire puisqu'il est de décider de l’avenir du traitement de vos déchets ménagers sur le sud de la Loire pour les prochaines décennies.

 Le SYDEMER est composé d'élu-es issu-es de la Commmunauté d'aggglomération Saint-Etienne Métropole, de la Commmunauté d'aggglomération  Loire-Forez, du SIMOLY (Syndicat des Monts du Lyonnais), de la Com' Com' du Pays de Saint-Galmier, de la Com' Com' de Feurs-en-Forez, de la Com' Com' du Pilat Rhodanien, de la Com' Com' du Pays d'Astrée, de la Com' Com' du Pays de Saint-Bonnet-le-Château et de la Com' Com' des Collines du Matin.

Carte sydemer 2

Ses compétences sont les suivantes :

1- réaliser les recherches et études ayant pour objectifs :

- la détermination d’une filière, incluant éventuellement plusieurs procédés complémentaires, pour le traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels.

- l’élaboration des solutions et scénarios comprenant des analyses techniques et économiques permettant d’apprécier leurs impacts sur l’environnement

- la détermination, en connaissance de cause, du ou des sites d’implantation associés à la filière globale de traitement choisie.

2- lancer toute prospection pour identifier des terrains s’approchant au mieux de l’ensemble des contraintes réglementaires.

3- arrêter et acquérir tout foncier présentant un intérêt à la mise en application des solutions et scénarios arrêtés.

Actuellement, les déchets résiduels du SYDEMER sont confiés à une société, (SATROD - groupe SITA - Pôle propreté du groupe SUEZ-LYONNAISE DES EAUX- 1er opérateur européen et 4° mondial de la gestion des déchets), propriétaire et exploitante de l’Installation de Stockage de Déchets Non Dangereux (ISDND) de Borde Matin à Roche-la-Molière, qui, conformément à l'arrêté préfectoral en vigueur n'a qu'une durée de vie limitée à demain...soit... en 2026.

Zain 163

Selon le SYDEMER, aujourd'hui, "...Aucune valorisation des déchets ménagers résiduels n’est effectuée, avant stockage, sur ce site...".

"L’enjeu" pour le SYDEMER serait donc de mettre en place, avant cette échéance, de nouveaux outils de valorisation-traitement plus "vertueux" - selon lui - pour "l' environnement" déjà largement amoché dans le secteur de 2 des 3 sites situés au Nord de Saint-Etienne...Atlantik 016
 
...et retenus (parmi 10 sites) pour le lancement de l'étude préalable.
 
1° SITE RETENU par le SYDEMER et DEVOILE en EXCLUSIVITE par L'IDIOT PROVINCIAL : LA ZA L'ORME
Syd 2 001 bis 1
Syd 2 001 bis 1Site n° 1 confidentiel retenu par le SYDEMER et dévoilé par l'Idiot provincial. A droite du projet, (flèche verte), la très bourgeoise commune de Saint-Bonnet-les-Oules directement concernée par les nuisances. En dessous de la flèche rouge, l'usine sulfureuse de SNF Group qui bouffe de l'énergie (classée Seveso - SNF est le leader modial des polyacrylamides avec une capacité de 800 kt/an de polymère actif. Ces polymères hydrosolubles sont employés dans la fabrication d'eau potable, le traitement des eaux résiduaires, le gaz - Gaz de schiste ou de houille -, la récupération assistée du pétrole, les mines, le papier, l'agriculture, le textile et la cosmétique) !!!St bonnet les oules depuis site 2 a
 
En face de la croix rouge du site de la ZA l'Orme, les communes concernées : Andrézieux-Bouthéon ( 9 700 habitants), Veauche (8 500 habitants) et à la marge Saint-Bonnet-les-Oules. Surface mesurée : environ 38 ha sur les 3 communes. Servitude aéronautique à 427 mNGF (côte terrain 400 mNGF, source : IGN). PLU communes d'Andrézieux-Bouthéon et Veauche (Non récupérable sur internet). Nota Bene : on voit bien la covisibilité avec la commune de Saint-Bonnet-les-Oules - reconnaissable à son château et à son église - qui surplombe le site ! 
 

2° SITE RETENU par le SYDEMER et DEVOILE en EXCLUSIVITE par L'IDIOT PROVINCIAL : LA ZAIN OPERA PARC INTERNATIONAL

Syd 4 001

Site n° 2 confidentiel retenu par le SYDEMER et dévoilé par l'Idiot provincial.

Au centre de la croix rouge, la ZAIN Opéra Parc international....

Zain 115PLU : Zonage 1 AU ZAIN "zone à usage d'activité ZAIN (périmètre de ZAC"

Cette ZAIN comporte dans son environnement immédiat des secteurs habitation et pavillonaires...

Zain 144

.....est dans un état lamentable (nos drones ont effectué pas moins de 600 photos) sur les 30 ha que composent cette zone

Zain 158...actuellement en friche où la nature est massacrée avec ces plantations qui crèvent dalle et soif ..

Zain 149

....où l'argent public a été honteusement dilapidé par négligence éhontée....

Zain 131

.... laissant aux vandales le soin de détruire des installations jadis flambant neuves....

Zain 162..... Cette zone d'une surface totale de 400 ha, est, comme par pur hasard...

Zain 152....située au sud de SNF qui massacre des centaines d'arbres pour son extension

de plus en plus inquiétante pour l'environnement !!!

Opera 025 ii....bien à l'abri des regards des automobilstes empruntant la courte voie express D100

Opera 026....qui relie l'A72 d'Andrézieux-Bouthéon à Chamboeuf desservant l'aéroport de Saint-Etienne-Bouthéon les ZI des alentours, Saint-Bonnet-les-Oules !!

Les types de déchets qui seront concernés seront les déchets ménagers et assimilés résiduels (DMAr) comprenant :

- les ordures ménagères résiduelles après collectes sélectives (OMr) 

- les déchets types encombrants collectés en déchèteries et non valorisés

- les déchets résiduels des communes (déchets de nettoiement et d’activité des services municipaux…)

- les refus de collecte sélective (issus des centres de tri) 

- les refus des installations de compostage des déchets verts.

Le SYDEMER estime qu'à l'horizon 2030, 245 000 tonnes de déchets ménagers résiduels seront pris en charge annuellement dans ses futures installations. Ces 245 000 tonnes devraient tenir compte des objectifs du Grenelle de l’environnement et du Plan départemental de gestion des déchets ménagers et assimilés de la Loire, tant en matière de diminution de la production que de valorisation des déchets. Ce projet de valorisation de ces 245 000 tonnes de déchets sera validé par une gigantesque usine - qui soulève déjà un vent de révolte conduit par l'Idiot provincial - qui viendra s'adosser contre plusieurs communes tendance "chicos" du Forez-Sud, avec au menu de cette infâme usine où défileront odeurs, trafic de poids lourds et risques de pollution :

Au Centre du projet :

- la dynamique et sportive bourgade d'Andrézieux-Bouthéon qui nous raconte sur son site internet vouloir s'engager dans la voie du "développement durable" (sic)....Opera 010

Le maire d'Andrezieux-Bouthéon étant en vacances loin de cette maison bourgeoise de 1860

le Castel Martouret (transformé en mairie)...

Opera 006

l'Idiot provincial et ses camarades en ont profité....

Budget and 001

....pour passer au "crible" les volumineux documents de gestion minicipale, ou.... de la gestion de l'eau via le S.I.PRO.FOR.S (A NOTER : La vidange du barrage de Grangent du 11/01 au 24/052012 a engendré une dégradation de la qualité de l'eau brute avec une augmentation importante du taux d'ammoniaque....d'où mise en service de plus en plus de traitement par chloration/déchloration ) !!!

A l'Est :

- La très bourgeoise et très sécurisée commune de Saint-Bonnet-les-Oules, (où nous avons été reçu le 17/08/2015 par le maire Guy FRANCON et sa 1ère adjointe Cassandre JANVIER - présidente de CLYDE INTERNATIONAL qui négocie tous thermoplastiques et élastomères sous forme de compounds, déclassés, régénérés, broyés ou à broyer -), dans cette charmante mairie qui recueillera les nuisances du futur projet du SYDEMER, comme si les fumées blanches ou bleues de SNF et ses sirènes infernales le 1er mercredi du mois à midi ne suffisaient pas pour troubler la tranquilité des habitants qui en ont plus que marre ;

SAINT-BONNET-LES-OULES dans toute sa splendeur ....

Zain 086

....tranquilité et beauté à la fois.....

Zain 087.....sa mairie et son château....Opera 002

..... son panorama avec ses pavillons à caractère bourgeois ultra sécurisés....

Zain 080

..... N'hésitez pas à contacter la gendarmerie si l'étanchéité du projet d'usine à poubelles

du SYDEMER présente des nuisances olfactives potentielles ....

STOP aux NUISANCES du PROJET du SYDEMER

et aux ODEURS PESTILENTIELLES !

Zain 071

....qui s'acharneront sur le tourisme local encore vert ......

Opera 041..... alors que la nature commence à se déchaîner à Saint-Bonnet-les-Oules....

Syd route 3..... (Dimanche 07/06/2015 : la RD 54 entre Saint-Héand et Saint-Bonnet-les-Oules....

......a été coupée suite à l’effondrement de la chaussée)....

Img 1415

....Les "boules" à Saint-Bonnet-les-Oules où le cadre de vie commence

à se dégrader avec ces chiottes de mauvais goût près de l'église....

Img 1422

..... VIVEMENT les Assises Chrétiennes de l'Ecologie avec les Anarcho-bolcheviques de l'Idiot provincial !

- La verdoyante commune de La Fouillouse et ses pavillons d'une retraite bien méritée par des années de labeur qui sera, elle aussi, exposée de plein fouet aux risques sur la santé publique, et ce nonobstant les déclarations de son maire et membre du SYDEMER, Yves PARTRAT qui affirmait le 05/08/2015 dans les colonnes de notre confrère "Le Progrès" : "On ne piègera personne....j'ai visité l'usine de Ingelheim en Allemagne... c'est propre, il n'y a pas d'odeurs... plus on enfouit, plus on paye....".

Atlantik 070

Le maire de La Fouillouse Yves PARTRAT ne parle des NUISANCES dénoncées par l'Idiot provincial, comme par exemple :

- La mauvaise gestion des intrants qui peut provoquer l’inhibition du digesteur et entrainer l’arrêt de la production.

- Le digestat produit par l’installation de biométhanisation est étroitement liée aux substrats introduits dans l’installation. Or, que celui-ci soit valorisé directement en agriculture ou transformé en amendement à d’autres usages, il doit respecter certaines caractéristiques. Par conséquent, l’introduction d’un substrat «pollué» même en quantité infime, affectera l’ensemble du digestat. Dans les deux cas, la vidange d’une installation et l’élimination du digestat engendrera probablement des frais important qui devraient coûter très cher aux contribuables du vaste territoire du SYDEMER.

- Ce qu'oublie de nous préciser Yves PARTRAT, c'est que chaque installation de biométhanisation possède un digestat différent en fonction de différents paramètres : nature des substrats, température des cuves, temps de séjour dans l’installation, système de séparation de phase... Par conséquent, il est très difficile de généraliser la situation, d'autant plus que pour certains substrats comme les déchets carnés, une  hygiénisation est obligatoire afin de supprimer les problèmes pathogènes, ce qui ne sera pas le cas pour les ressources agricoles où la situation est "explosive" en terme de contestations des populations locales, car nous, nous avons des témoignages accablants, non pas d'usines nouvellement crées pour faire "gober" aux populations locales des balivernes sur des usines ayant pas ou peu fonctionné !!!

- La commune de Veauche qui a vu naître et décèder l'ancien footballeur champion de France avec l'ASSE.

A l'Ouest :

- La petite ville de Bonson qui regroupe un peu plus de 3700 habitants et qui saura vous accueillir grace à son riche tissu associatif, le dynamisme de ses commerces et le développement de sa zone d’activités des Plaines ; la commune de Saint-Cyprien avec la découverte de son espace détente au gour des "Véroniques", où vous pourrez suivre le sentier thématique si bien fait.

Au Nord :

- La commune de Veauchette et ses envies de promenade entre étangs majestueux et bord de Loire où il fait bon respirer l'air qui risque de devenir de moins en moins pur avec les vents mauvais du projet d'usine à poubelles du SYDEMER...

Domaine des etangsAu Sud :

- La cité au passé historiquement riche des villages Saint-Just et de Rambert réunie en 1973 pour accoucher de Saint-Just-Saint-Rambert où se cotoient centres et base de loisirs pour les enfants...

Ces 245 000 T de déchets seront concentrés dans une vaste usine de méthanisation qui aura pour mission de les transformer en 3 étapes :

1- la Méthanisation : Biogaz valorisé énergétiquement avec priduction de compost valorisé en agriculture.... qu'ailleurs les agriculteurs ne veulent pas !

2- la production de Combustible Solide de Récupération (CSR) qui devrait avoir pour objectif de répondre à un besoin en ressource énergétique pour des projets industriels ou des réseaux de chaleur

3- la création d'un stockage - de petite taille, nous dit-on - propre au SYDEMER pour les déchets restants (40 000 T) qui seraient dépourvus de la matière organique qui est responsable des odeurs et qui seront ensuite enfouis SEULEMENT après la fin de l'exploitation de l'installation de stockage de l'actuel site de Roche-la-Molière, soit après... 2026.

A quoi bon vouloir faire transiter ces 40 000 T par des milliers de camions jusqu'à 2026 jusqu'au centre d'enfouissement de Borde-Martin à Roche-la-Molière qui ne seront pas enfouies tout de suite par le SYDEMER sur les ZA de l'ORME ou de la ZAIN OPERA PARC INTERNATIONAL quand on veut appliquer le Grenelle de l'environnement ???

Nous avons établi des contacts avec les associations locales dont :

- L'association "La Fouillouse protégée" dirigée par notre camarade Richard ATLAN qui a bien voulu nous réserver un accueil chaleureux et nous accorder une interview dont en voici la teneur :

Atlantik 077

 

L'Idiot provincial est allé à la rencontre de Richard ATLAN, le président de l'association environnementale "La Fouillouse protégée", - une des nombreuses voix opposantes comme le site d'informations militantes "l'Idiot provincial" -, opposées à la construction par le SYDEMER de Saint-Etienne d'un site de valorisation des déchets ménagers aux portes de la commune de La Fouillouse, une commune située aux portes de Saint-Etienne. Trois sites ont été retenus par le Syndicat mixte d'études pour le traitement des déchets ménagers (SYDEMER), pour valoriser les 245 000 T de ces déchets qui risquent d'enflammer les esprits et les passions : La Fouillouse, Andrézieux-Bouthéon et Roche-la-Molière.

Direction une vaste usine dont les risques pour l’environnement soulèvent déjà de nombreuses interrogations ailleurs et qui aura pour mission de transformer ces déchets ménagers, le but étant d'en faire après séparation mécanique, puis affinage, soit du compost, soit du combustible solide pour alimenter les cimenteries, soit du biogaz pour le chauffage…
Richard ATLAN – apolitique – qui se bat avec ses camarades en faveur de plusieurs causes environnementales dans la région stéphanoise mène depuis plusieurs années cinq principales luttes :
- les nuisances de l’aéroport à d’Andrézieux-Bouthéon.  
- les risques d’explosion du site de l’usine SNS Floergern à d’Andrézieux-Bouthéon.
- les dangers inhérents aux antennes relais.
- les panneaux publicitaires, où il n’y a pas de réglementation locale à la Fouillouse.
- le projet de l’autoroute A 45.
La dernière sortie médiatique de Richard ATLAN concerne le trafic des odeurs et des risques de pollution sur la zone d’activités de l’Opéra à La Fouillouse (dans le prolongement de SNF) qui fait partie de l’un des 3 sites retenus par le SYDEMER pour la construction du futur pôle de valorisation des déchets ménagers à l’horizon 2016.
Une polémique a déjà éclaté en 2014 quand l'entreprise SNF (classée SEVESO) spécialisée dans la fabrication de Floculant a voulu doubler sa production de polycrylamide passant de 75.000 à 150.000 tonnes. Une extension qui avait déjà du mal à passer chez les riverains qui ont lancé – via Richard ATLAN et son association – une pétition locale qui a été réjetée par le préfet de la Loire.

 

- L'association "Qualité du Cadre de vie" dont le siège social est à la mairie de Saint-Bonnet-les-Oules est dirigée par le nouveau président Marc ACTIS, élu cette année....

Img 1427

Cette association créée le 07/05/1990 a pour but de "Préserver le cadre de vie et le patrimoine existant, ainsi que l'environnement rural ; donner un avis qualitatif sur tous les projets en matière d'urbanisme ; d'être reconnue consultative par le conseil municipal ; de faire des propositions, recueillir les avis et doléances des habitants, en relation avec les domaines de compétence de l'association".
Suite à l'AG du 13/06/2001 - Séance levée à 21h15 -, le bureau se composait du président Jean-Louis FRANCON, du vice-Pdt Albert RAMBAUD, de la secrétaire Marie-Paule MEYRIEUX, de la secrétaire-adjointe Dominique MICHARD et de la trésorière Claude BAYARD. Tous les 5 demeurant à Saint-Bonnet-les-Oules.

Depuis le 01/07/2015 la région Auvergne est devenue la grande Région "Auvergne-Rhône-Alpes". L'Idiot provincial sera présent sur cet immense territoire avec Lyon comme capitale régionale. Nous avons tissé notre toile avec les élus composant cette nouvelle structure depuis la visite du président Jean-Jack QUEYRANNE qui suit, avec le président de l'ex-région Auvergne, René SOUCHON, l'ensemble de nos luttes en faveur de l'environnement mais aussi du juste combat de la cause animale.

La région Auvergne-Rhône-Alpes est une des treize futures régions administratives françaises prévues par la réforme territoriale de 2014. Elle s'étend sur 69 711 km2 et compte 7 695 264 habitants. Sa véritable mise en place est prévue après les élections régionales de décembre 2015 où nous allons nous régaler à observer les différentes gesticulations de celles et ceux qui desservent plus la République qu'il ne la serve avec des projets insensés comme celui du SYDEMER dans le Sud-Forez et plus particulièrement vers Andrézieux-Bouthéon où l'on semble s'acharner contre des espaces naturels innocents qui sont la proie d'élu-es sans scrupules qui dilapident l'argent public dans des projets burlesques qui détruisent inlassablement faune et flore à coups de bulldozers.

Présent sur les 3 sites retenus par le SYDEMER depuis le 15/06/2015, l'Idiot provincial, en coordination avec les populations inquiètes et les associations environnementales des alentours des 2 sites proches d'Andrézieux-Bouthéon, a lancé plusieurs "alertes" face aux potentielles nuisances de ce projet dit "de valorisation des déchets" via la bio-méthanisation qui suscite le dégoût dans d'autres régions, comme nous sommes en mesure de le démontrer par des exemples concrets et non par le 'verbiage' d'élu-es qui, pour la plupart, ne cherchent qu'à investir dans des projets démesurés qui ne tiennent pas compte des populations locales qui sont en ont assez de voir leur qualité de vie baisser à la vitesse grand V et leurs impôts locaux augmenter de façon toute aussi vertigineuse.

Notre confrère La Tribune (19/07/2015) a relevé que le site existant de Roche-la-Molière présentait de nombreux atouts à ne pas négliger, assurant que le trafic des camions diminuerait de façon effective. Alors quel intérêt le SYDEMER aurait-il à dépenser encore plus d'argent public dans un projet d'un nouveau site de traitement des déchets dans 2 zones, dont 1 assez délabrée et délaissée au vandalisme ambiant comme celle de la ZAIN OPERA PARC INTERNATIONAL et l'autre, celle de l'ORME qui enverra des nuisances certaines aux communes avoisinantes ?

Quels intérêts ont les maires des communes directement impactées, comme ceux de Saint-Bonnet-les-Oules, de La Fouillouse, d'Andrézieux-Bouthéon par ce projet, vaste "Usine à poubelles", s'il venait à se réaliser sur le territoire de leur commune ? Pourquoi les maires seraient-ils donc si volontaires pour ces terrains qui jouxtent des terrains agricoles ?

Aucune délibération n'a été prise, ni par les communes concernées ni par les communes composant le SYDEMER !!!

Nous sommes en plein déni de démocratie et  personne, à part l'Idiot provincial, ne pipe mot sur ce mauvais état de la démocratie directe. Combien de collectivités territoriales publient sur leur site de façon systématique leurs lots d'ordres du jour, documents préparatoires et rapports ? Combien mettent en ligne, en direct sur internet, leurs séances ? Bien peu ont le souci de créer et de mettre à jour en temps réel un Open data qui assure la transparence de leur gouvernance ! Le jour de la séance : peu de chaises pour le public. Après la séance, les comptes rendus sont tardifs et inaccessibles. Sur le site de la commune d'Andrézieux-Bouthéon, à l'onglet horizontal - Je M'informe -, il n'y a aucun compte-rendu du conseil municipal.

Autre exemple ?

Syd2 015A la mairie de Saint-Héand, la secrétaire est arrivée avec un carton de soit-disant délibérations "non-reliées par les bonnes soeurs du coin avec qui la commune a cessé de travailler". MDR (mort de rire). Inutile de nous avoir fait perdre notre temps chère madame, car l'Idiot provincial n'a pas mis longtemps à trouver la parcelle de bois située au lieu-dit "Pécelière" pour rencontrer les habitants locaux et leur parler de la rétention de l'information que nous a si bien accordé le responsable projets-Loire, Fabien BILLAUD, du CEN (Conservatoire d'Espaces Naturels Rhône-Alpes).

SNF A MASSACRE 20 HA DE CHENAIE FOURMILLANT D'ESPECES PROTEGEES !!!

Pic mar dico 1g

Alors que nous avions l'autorisation de SNF - via Mr GUEHO - pour obtenir du CEN toute communication des aspects financiers et techniques concernant les mesures compensatoires demandées à SNF et validées par un arrêté préfectoral, car SNF a détruit 20 ha de chênaie fourmillant d'espèces protégées au sud de son site de La Fouillouse, à l'est de cette fameuse D 100 (que nous avons évoqué plus haut) conduisant à Saint-Galmier depuis l'A 72. Pas moins de 43 espèces animales protégées avaient été recensées dans ces 20 ha. 9 de chauves souris, deux d'amphibiens, cinq de reptiles et 27 d'oiseaux dont des pics mar ou encore un couple de Milans noirs !!! Petite précision mais de taille : les fonds accordés au CEN Rhône-Alpes pour cette opération proviennent.... de SNF. Mr BILLAUD nous a renvoyé "la balle" en nous demandant de nous adresser à SNF (sic) et des services de l'Etat ! De quoi éclairer notre lanterne, en effet, sur ces aspects techniques et financiers.

A SAINT-HEAND, ILS NE VEULENT PAS DE L'USINE A POUBELLES VERS ANDREZIEUX-BOUTHEON !

Img 1453

Matin et soir, c'est l'heure de la traite de son troupeau qui remonte

des pâturages encore aux bonnes odeurs pour Michel de Saint-Héand !

Le 2° bois, encore plus à l'est situé sur la commune de Saint-Héand (qui ne figure pas sur un GPS), dit 'de Pécelière" bénéficie de ces mesures compensatoires. Acheté au très endetté CHU de Saint-Etienne par SNF, il a été rétrocédé gratuitement à la ville d'Andrézieux-Bouthéon. (La 1ère adjointe - Christiane RIVIERE - qui nous a reçu à son bureau de la mairie d'Andrézieux, parle d'1 € symbolique). La gestion des 80 ha se fera via l'ONF, tendance développement de la biodiversité que revenus sylvicoles.

Syd2 012

Ouf ! On respire à Saint-Héand au milieu des vaches laitières et plus particulièrement dans la ferme de notre ami Michel et de son épouse Anne qui connaissent la valeur de la sueur quotidienne, le respect des animaux élevés au pré dans le cadre de la commercialisation du lait équitable !!!

Mieux que dans les 2 zones de l'Orme ou de l'Opéra que risque de choisir le SYDEMER pour sa future "Usine à poubelles" dont l'étude a été confiée à un bureau d'études dont nous tairons le nom pour simplement ne pas le nommer ! Coût annoncé pour commencer : 248 648 € ! Combien d'années de travail pour un-e camarade-ouvrier-e cela représente-t-il ?

Atlantik 021

Assez d'argent public dilapidé - au nom de l'application du Grenelle de l'environnement - dans des études où, dans d'autres endroits, des centaines de millions ont été dépensés... en pure perte ! DEFENDONS L'ECO-RESPONSABILITE !

Devant toutes ces réelles inquiétudes recensées parmi les populations riveraines et locales de tout le Forez-Sud et face aux nombreuses nuisances de ce projet dit de "Site de valorisation des déchets" que ces élus du SYDEMER nous présentent de façon bien trop "reluisante" - à l'image du maire de la Fouillouse et membre du SYDEMER, Yves PARTRAT, qui n'a pas voulu honorer notre RDV le 06/08/2015 à 13h45 au siège du SYDEMER à Saint-Etienne Métropole -, l'Idiot provincial - soutenu par les populations riveraines et du Forez-Sud, les associations environnementales -, a décidé d'organiser la contestation révolutionnaire en mobilisant notre expérience et notre savoir-faire depuis de nombreuses années en opposition totale et irréductible aux projets destructeurs de l'environnement.

Les gens ne savent rien parce que l'on ne leur dit rien. Il y a bien eu un début de concertation populaire que le SYDEMER rend public sur son site internet mais le dernier document disponible remonte.... à 2012. En effet, la dernière réunion publique remonte au 05/06/2012 au Musée d'Art Moderne de Saint-Etienne Métropole.

La réunion du 05/06/2015 à la Chambre des Métiers de Saint-Etienne ? Personne n'en a entendu parler. L'Idiot provincial a attiré l'attention des préfets du Rhône et de la Loire sur cette réunion du SYDEMER à la Chambre des Métiers (mail du 10/08/2015). Une demande de compte-rendu a été faite le 06/06/2015 par nos camarades de "La Fouillouse protégée". Pas un mot, ni à nos camarades ni à l'Idiot provincial.

Nous sommes en août 2015. Depuis 3 ans, c'est le silence radio seulement rompu par la sirène mensuelle de SNF qui, entre temps, active ses bulldozers pour décapiter des arbres centenaires aux abords de son entreprise et d'un des 2 sites retenus par le SYDEMER ! Où est l'application du Grenelle de l'environnement dans tout cela quand elle est au service du capitalisme qui mégote - comme SNF - ces derniers jours sur les augmentations de salaire comme nous l'ont confirmé dernièrement nos camarades de la CGT du l'UL d'Andrézieux-Bouthéon ?

ORGANISONS LA RESISTANCE avec le COLLECTIF HALTE à l'usine à POUBELLES vers ANDREZIEUX-BOUTHEON ( C.H.U.P.A.) !

Img 1429A suivre.

Reportage : Marc-Claude de PORTEBANE

ACTION DIRECTE : Soutenons les paysans de la Conf’ menacés par la répression syndicale !

Contre l’industrialisation de l’agriculture

Allons-nous ressortir des tiroirs

les revendications de l'ultra gauche

contre les gros bonnets de la FNSEA ?

Aa251

La ferme-usine des 1000 vaches est devenue un symbole : celui de l’industrialisation de l’agriculture. Un élevage démesuré, voué à alimenter un méthaniseur sur-subventionné, du lait écoulé à prix cassé, et aucun paysan à l’horizon.

Mais c’est toute l’agriculture que les politiques actuelles poussent à l’industrialisation, et donc à la disparition des paysans.

Les semences que les industriels reproduisent à notre place niant des millénaires de savoir-faire paysan ; les OGM qui imposent l’usage d’herbicides ; le puçage électronique obligatoire des animaux, adapté seulement aux gros troupeaux ; la règlementation sanitaire qui favorise les aliments industriels au détriment des produits fermiers ; la Politique agricole commune qui exclu les fermes moyennes et diversifiées en continuant d’engraisser les plus nantis…

En amont (semences, intrants), comme en aval (agro-alimentaire), les industriels se sont installés dans notre métier. Aujourd’hui, c’est à la production qu’ils s’attaquent ! Le modèle des 1000 vaches, même s’il ne récolte que peu de soutiens affichés, est celui vers lequel nous sommes incités à nous tourner. Avec la fin des quotas laitiers en 2015, on pousse les producteurs de lait à l’agrandissement, à la modernisation, à des investissements sans limite qu’une improbable croissance des marchés d’exports serait sensée justifier !

Mais n’a-t-on donc rien appris du passé ? Ne sait-on plus ce qu’est une crise de surproduction ? Envisage-t-on de produire à la place des paysans des autres pays ? Va-t-on vraiment oublier notre vocation : produire une alimentation de qualité ? Croit-on que les conditions de travail sont meilleures dans une usine ? Peut-on se passer de paysans ?

La Confédération paysanne dit NON ! Nous faisons le choix de nous battre, de prendre nos responsabilités pour que l’agriculture reste le métier des paysans. Nous le faisons pour notre avenir, mais aussi pour le vôtre ! SOUTENEZ-NOUS !

Déforestation, agriculture, océans, énergie, climat : rejoignez nos camarades de Greenpeace

En route vers 2015… Avec vous ?

Nos Groupes Locaux (GL) vous attendent dans 26 villes de France !

Faire le bilan d’une année qui s’achève n’est pas chose facile… Résumer 2014, ses campagnes, ses actions, ses mobilisations, ses victoires et ses coups durs prendrait des pages et des pages !

Nous avons donc choisi de le faire en vidéo. Une minute et vingt-six secondes, pour montrer 2014 : car les actes pèsent plus que les mots.

http://youtu.be/g_2dWv7dg8c

Et surtout, nous ne voulons pas que cette année passée soit une fin : elle est, pour nous, la meilleure façon de vous inviter à agir à nos côtés en 2015 !

Déforestation, agriculture, océans, énergie et climat… Nos campagnes se poursuivent, au delà de l’année calendaire ! Nous sommes au travail pour 2015… Et nous avons besoin de vous, de votre soutien, de votre présence, de votre mobilisation.

Communiqué Greenpeace

Sivens : le "coup d'Eclat" fasciste des socialistes du Tarn "fusillé" par l'Europe !

On comprend maintenant pourquoi les élus du Tarn

tenaient tant à ce fameux "barrage" de Sivens

quitte à "dessouder" du militant écolo !

Aaaa16

......Compte tenu des caractéristiques du projet contesté (13 mètres de hauteur, pas de passe-à-poisson), le barrage ne sera pas franchissable par les espèces piscicoles !!!!

Dans un courrier de dix-neuf pages, que vient de rendre public le ministère de l'Ecologie, la commission européenne, (signé par Karmenu VELLA, membre de la commission), a rappelé que le projet de Sivens entraînera «la destruction directe de 12,7 hectares de zones humides alluviales à fortes valeurs patrimoniales et en affectera significativement 5,4 hectares supplémentaires».

«Insuffisances de l'étude d'impact», «altération majeure des milieux aquatiques», «destruction d'habitats», manquement de la République française aux «obligations qui lui incombent»...cette lettre de mise en demeure adressée par la commission européenne au gouvernement français dans cet immode dossier du barrage de Sivens (Tarn) est très sévère tout en pointant du doigt la sous évaluation des impacts du projet par les autorités françaises.

Dans ce cas-là, on comprend mieux pourquoi les administrations du Tarn tenaient tant à faire aboutir ce projet quitte à passer en "force" avec l'emploi de la force publique pour écraser toute forme de contestation !

En ce qui concerne la destruction des habitats, la commission a noté que "Les milieux aquatiques seront profondément altérés sur le linéaire du cours d'eau transformé en retenue. Le projet aura incontestablement un impact sur la faune piscicole, la flore aquatique et les invertébrés benthiques, tant en termes de composition que d'abondance, qui sont alors des éléments constitutifs de l'état écologique des rivières au titre de la directive 2000/60/CE".

L'étude d'impact n'ayant pas analysé l'élément de qualité "régime hydrologique" de l'état écologique sur la base de méthodes compatibles avec la directive 2000/60/CE, les autorités françaises ne peuvent justifier - selon Bruxelles - que "cet élément de qualité de la masse d'eau ne sera pas dégradé par le projet contesté".

A la lumière de ce qui précède, la Commission soutient que la construction du projet contesté "entrainera une modification des caractéristiques physiques de la masse d'eau. La gestion de cette retenue, majoritairement pour l'alimentation des besoins en eaux agricoles d'irrigation, modifie également le régime hydrologique de la masse d'eau. Il s'agit donc d'altérations de nature à causer une détérioration de l'état écologique de la masse d'eau qui va à l'encontre des objectifs environnementaux fixés à l'article 4, paragraphe 1, point a), i) de la directive 2000/60/CE.".

Selon ces dispositions, les autorités françaises auraient dû en l'espèce :

- prendre toutes les mesures pratiques pour atténuer l'incidence négative du projet contesté sur l'état de la masse d'eau;
- inclure le projet contesté avec ses justifications dans le plan de gestion de district hydrographique Adour Garonne
- démontrer que le projet contesté répond à un intérêt général majeur et/ou que les bénéfices pour l'environnement et la société qui sont liés à la réalisation des objectifs environnementaux énoncés à l'article 4 paragraphe 1 de la directive 2000/60/CE sont inférieurs aux bénéfices pour la santé humaine, le maintien de la sécurité pour les personnes ou le développement durable qui résultent du projet contesté,
- démontrer que les objectifs bénéfiques poursuivis par le projet contesté ne peuvent, pour des raisons de faisabilité technique ou de coûts disproportionnés, être atteints par d'autres moyens qui constituent une option environnementale sensiblement meilleure.

La Commission européenne a estimé que la République française a manqué aux obligations qui lui incombaient en vertu de la directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l'eau, en particulier celles tirées des dispositions de l'article 4 paragraphe 1, point a), i) et ii) et paragraphe 7.

Voilà Camarades comment nous sommes gouvernés ! Ce "coup d'Eclat" de type fasciste doit être sanctionné ! C'est à "Albi Nord-Est" que nous devons retrouver les racines du mal français devenu désormais européen pour ne pas dire mondial car le monde entier a suivi le "meurtre" de Rémi Fraisse qui est et restera une tâche indélébile dans l'histoire de France ! Nous devons concentrer nos efforts sur Albi, Arthès, Le Garric et Lescure d'Albigeois !

Nous devons examiner tous les aspects de ce projet de "barrage" en remontant plusieurs années en arrière et "ratisser" le plus large possible en récoltant le maximum d'informations diverses.

Nous devons nous occuper sérieusement non pas tant des élus du Tarn favorables à cette "verrue" mais aux militants socialistes ou radicaux qui doivent avoir sur leur conscience le sang versé par le martyr Rémi Fraisse.

La "vermine" anti-démocratique doit être vite extirpée du Tarn avant que le fascisme ne montre son vrai visage dans les prochaines années, voire, dans les prochains mois.

Feu ! Ouvrons le bal !

A suivre

Paul TOP

Mortel barrage de Sivens : le gouvernement VALLS s'engage vers une forme de "fascisme" espagnol

Le gouvernement de Manuel VALLS

devient de plus en plus autoritaire :

Exigeons la démission de Cazeneuve !

La mort de notre Kamarade Rémi Fraisse âgé juste de 21 ans doit nous faire réfléchir sur les méthodes de plus en plus autoritaires du gouvernement de Manuel VALLS et de son ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve qui porte l'entière responsabilité de ce drame ignoble vis-à-vis d'un partisan du droit à dire "STOP" à un projet contestable et insensé dans le Tarn.

Tandis que les techniciens de la police scientifique ne possédent en effet toujours pas l’intégralité du sac à dos de notre Kamarade Rémy FRAISSE dont l’analyse pourrait permettre de nous éclairer sur les causes de son décès dans la nuit de samedi à dimanche entre 2h et 3h du matin, nous devons nous mobiliser pour que ce projet de barrage haut de 12,8 m et long de 315 m qui doit couper la vallée du Tescou au profit, SEULEMENT, d'une trentaine d'agriculteurs spécialisés dans le maïs, soit stoppé définitivement puisqu'il est, (de surcroît), dans le collimateur du rapport officiel (commandé il y a un mois par la ministre Ségolène ROYAL) rendu ce lundi par deux ingénieurs des Ponts des Eaux et des Forêts !

L'expertise du projet de ce barrage de Sivens (porté à bout-de-bras par le président - SOCIALISTE - du conseil général du Tarn, Thierry CARCENAC), établie par Nicolas FORRAY et Pierre RATHOUIS (Ingénieurs généraux des ponts, des eaux et des forêts) matraque les défenseurs de ce projet en commençant par ceci : "Des besoins réels, mais évalués de manière contestable" :

- Le choix d'un barrage en travers de la vallée a été privilégié sans réelle analyse des solutions alternatives possibles. Ceci est d'autant plus regrettable que le coût d'investissement rapporté au volume stocké est élevé.

- L'estimation des besoins a été établie sur des données anciennes et forfaitaires.

Le contenu de l'étude d'impact est considéré comme très moyen, au-delà de la stricte question des solutions alternatives. Par exemple, l'impact sur le régime hydraulique du cours d'eau en aval de la retenue est décrit assez sommairement.

- La mission préconise que la question du coût de fonctionnement soit regardée de plus près afin d’asseoir les redevances d'usage sur des bases étayées.

- Aucune alternative à ce rejet dans le Tescou n’a été explorée.

- La capacité de la retenue de Sivens étant sur-évaluée du fait d'un volume de substitution trop élevé, une solution consisterait à réduire la hauteur de la digue, et par conséquent le volume d’eau stockée.....

Nota Bene : les experts n’ont pas examiné le coût total de fonctionnement du projet alors que le Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du TESTET leur a communiqué une estimation à hauteur de 360 000 €/an dont 95 % seraient à la charge des contribuables.

L’arrêt du chantier ne relève que du conseil général !!!

En effet, Le conseil général du Tarn est le maître d’ouvrage, et a confié sa réalisation par mandat de gestion à la Compagnie d’Aménagement des Coteaux de Gascogne (CACG). Ce projet de barrage de Sivens situé sur la commune de Lisle-sur-Tarn (département du Tarn) a été déclaré d'utilité publique, déclaré d'intérêt général et autorisé au titre de la loi sur l’eau par arrêtés préfectoraux et inter-préfectoraux des 2 et 3 octobre 2013. Ces décisions ont été contestées devant le juge administratif et.... l’instruction est encore en cours.

Aujourd'hui dans La Dépêche du Midi, CARSENAC indique "J'envisage de suspendre les travaux" !

Il aura fallu un mort pour que le président SOCIALISTE du conseil général du Tarn CARCENAC se positionne ENFIN pour que l'assemblée départementale doive redébattre ce vendredi des préconisations des experts dans une vision du changement climatique et de tout ce qui se passe en matière d'eau sur le bassin du Tarn-et-Garonne !!!!

EXIGEONS la démission du ministre de l'Intérieur qui aurait dû exiger plus de retenue aux fonctionnaires du GIGN plus aptes à "casser" du simple militant !

Qu'on envoie donc le GIGN faire ses preuves en IRAK avec les islamistes de Daech et non pas sur les militants anars ou de gauche qui ont voté HOLLANDE afin de permettre à VALLS de poser son "cul" dans les fauteuils de cette République qui l'a accueilli les bras ouverts, non pas pour se montrer autoritaire en faisant des risettes à Bayrou mais pour être humble avec le peuple de gauche !

Marc-Claude de PORTEBANE

GREENPEACE NEWS : un village italien dit non aux pesticides

Le “vert” est dans la pomme :

un village italien dit non aux pesticides

Dans les vergers qui entourent le village de Malles, au cœur de la vallée de Venosta dans le nord de l’Italie, scintillent des milliers de pommes jaunes et rouges qui n’attendent qu’à être cueillies…
Ces pommes, dont la culture fait vivre la région toute entière, vont bientôt être cultivées sans aucun pesticide.

Comment ce petit village d’environ 5 000 habitants est-il en passe de devenir un exemple pour l’agriculture écologique en Europe ?

img

Les pesticides déclarés “non grata” par referendum

Les riverains des vergers se plaignaient, saison après saison, de l’utilisation massive de pesticides à proximité de leurs lieux de vie, de leurs maisons, de leurs jardins, de leurs écoles. Ils ne supportaient plus que des substances toxiques dangereuses viennent empoisonner leurs aliments et leur eau.

Face à la pression des habitants, la mairie a fini par agir en organisant un referendum populaire. Résultat : 75 % des votants se sont prononcés pour l’interdiction totale des pesticides dans les vergers alentours. C’est donc la pression populaire qui a eu raison des pratiques agricoles non durables.

Les apiculteurs de la région se plaignaient aussi depuis longtemps de pertes très importantes au sein de leurs colonies d’abeilles, liées à l’usage massif de pesticides. Quand on sait que la production mondiale de nourriture dépend à 35% des insectes pollinisateurs et que 4 000 variétés de fruits et légumes cultivés en Europe n’existeraient pas sans le travail assidu des abeilles, on comprend pourquoi les habitants de Malles ont choisi de miser sur la production écologique. Ils ont tout à gagner sur le plan de la santé et de la protection de l’environnement, mais aussi en matière de développement puisque cette décision pourra encourager d’autres activités, par exemple le tourisme écologique et agricole.

Un exemple à suivre : à qui le tour ?

Les autorités municipales de Malles sont en train de modifier les réglementations locales en conséquence. Ce référendum pourrait avoir un effet domino dans l’ensemble de la région, notamment dans la province voisine du Trentin où des associations locales récoltent des signatures pour obtenir la même interdiction.

Cette initiative pourrait aussi s’étendre au-delà des frontières italiennes. En France, de nombreuses communes ont pris des vœux pour s’opposer à la culture des OGM sur leur territoire. A quand des communes françaises qui s’opposent aux substances toxiques que sont les pesticides ?

Pour sortir de l’agriculture toxique, d’autres modes de production sont possibles

Des pratiques d’agriculture écologique existent et fonctionnent. À travers des exemples concrets, nous vous les présentions il y a quelques mois : lutte antiparasitaire naturelle, aménagement d’espaces de biodiversité dans et autour des champs, rotation de cultures… Dans l’ensemble de l’Europe, des agriculteurs se mobilisent pour garantir la disponibilité d’aliments sains aujourd’hui et demain.

Nous devons changer de modèle agricole ! C’est possible et nous le savons. Le village de Malles vient de nous montrer que, lorsqu’ils se mobilisent, les citoyens peuvent se faire entendre. Des alternatives durables existent pour sortir de l’impasse de l’agriculture toxique.

VOUS pouvez participer à la métamorphose du modèle agricole en vous mobilisant en ligne. Interpellez les acteurs de l’agribusiness, demandez-leur de sortir la France de l’agriculture toxique. Faites-leur savoir que vous les avez à l’œil.

Plus de 10 000 signatures en 14 jours pour notre pétition : "CHASSE HONTEUSE AU LOUP ! Exigeons la démission de Ségolène Royal !"

OBJECTIF : 100 000 SIGNATURES !

STOP AUX ARNAQUES AUX INDEMNISATIONS

Plus de 300 ELEVEURS DES ASTURIES

ACCUSES DE FRAUDE !!!!

Aa73

http://www.mesopinions.com/petition/animaux/chasse-honteuse-loup-exigeons-demission-segolene/12646

Ma pétition intitulée "CHASSE HONTEUSE AU LOUP ! Exigeons la démission de Ségolène Royal !" réalise un véritable "tabac" puisqu'elle rassemble en moins de 15 jours, plus de 10 000 signatures !

Notre objectif est de récolter 100 000 signatures pour que cessent ces tueries immondes (déguisées sous le terme de "Prélèvements" pour ne pas effaroucher les opposants) pour une population de quelques loups estimés à 250 en France (données ONCFS).

Sous la pression des lobbies du monde de l’élevage et des fédérations de chasseurs, Ségolène Royal et Stéphane le Foll ont signé le 5 août dernier un odieux arrêté (publié au JO du 14 août : JORF n°0187 du 14 août 2014 page 13553, texte n° 3.), autorisant de fait la chasse au loup dans notre pays.

Un comble pour un gouvernement de gauche dont la base de son électorat est très souvent CONTRE la chasse et plus particulièrement contre l'assassinat ou le braconnage des loups en France !

Alors que les agents de l'ONCFS font correctement leur travail, (l'ONCFS n’a jamais eu pour mission de tuer les animaux sauvages), le gouvernement du camarade Valls II, autorise les préfets à matraquer les loups qui sont devenus des proies à abattre absolument !

Les carnages ont déjà commencé !

Ainsi, la préfecture des Alpes-Maritimes a annoncé qu’une jeune louve de 12 kg avait été abattue dans la soirée du 29 août sur la commune de Guillaumes. Le tir a été réalisé dans le cadre d’un arrêté de prélèvement valable sur la moyenne vallée du Var (Beuil, Pierlas, Guillaumes, Ilonse et Puget-Rostang). Il s’agissait d’une femelle née cette année, probablement âgée d’environ 3-4 mois vu son poids, autrement dit un louveteau qui ne chassait pas encore… 

"Quel effet sur la prédation des troupeaux ?" se sont interrogés nos camarades de FERUS ?

Cependant, le tribunal administratif de Toulon a suspendu un arrêté préfectoral autorisant le prélèvement de loups dans le département du Var, une décision accueillie "favorablement" par les associations de défense de l'animal.

Ailleurs, les tueries vont se multiplier, comme dernièrement dans la Meuse où des tirs dits de "prélèvement" ont été autorisés.

Ce qui a fait la "joie" de la FDSEA de la Meuse qui a exprimé mercredi sa «satisfaction» après l'annonce de l'autorisation des tirs de prélèvements, et a enjoint «les louvetiers et les personnes assermentées à être efficaces et plus malins que le prédateur».

En juillet, le Sénat a définitivement adopté un projet de loi sur l'avenir de l'agriculture qui autorise les éleveurs à abattre des loups dans des conditions encadrées, malgré l'opposition des écologistes. La disposition législative est toutefois contraire à la convention de Berne signée par la France qui classe Canis Lupus parmi les «espèces strictement protégées».

Le loup commence à avoir "bon dos"  pour pallier aux difficultés financières du petit monde "Pastoral" qui n'en finit pas de "pleurer" sur son sort alors que l'agriculture d'aujourd'hui est en chute libre ! Les suicides des agriculteurs ne cessent, d'ailleurs, de se multiplier.

Les arnaques aux indemnisations d'attaques de loup commencent à voir le jour ! Dans les Asturies, en Espagne, pas moins de 300 éleveurs sont accusés de fraude. En effet, suite à une plainte des associations ASCEL (Association pour la conservation et l’étude du loup ibérique) et coordination écologique des Asturies, la Guardia Civile a débuté une enquête sur une importante arnaque à l’indemnisation dans la communauté autonome des Asturies (Espagne). Sur 10 000 dossiers examinés, 1200 environ présentent des irrégularités. Plus de 300 éleveurs seraient concernés !!!

L’escroquerie atteindrait un demi-million d’euros (entre 800 et 65 000 euros selon les éleveurs). Pour un dommage dû au loup, les éleveurs recevaient deux fois une compensation : d’un côté de la part du gouvernement des Asturies et de l’autre de la part d’une société publique d’assurance agricole subventionnée en majeure partie par le dit gouvernement.

L’enquête porte également sur une autre fraude à l’indemnisation : des vérifications mal faites et des preuves (notamment photos) qui auraient servi pour plusieurs indemnisations différentes. Des gardes seraient même complices pour se partager le montant des indemnisations avec les éleveurs. Les sommes versées représenteraient 35% du montant des dommages dus au loup.

En France, la Ligue de combat contre les cruautés envers les animaux avance à "pas de loup" concernant les potentielles subventions.

Vous aurez les noms, prénoms + adresse des éleveurs susceptibles d'avoir été indemnisés par la SEULE faute des loups.

Nous serons implacables avec l'engeance qui se sert du loup comme "alibi" aux difficultés économiques.

La "Bête du Gévaudan" ne sera CERTAINEMENT pas, UNE NOUVELLE FOIS, l'attaction des villageois et des souvenirs d'après-guerre !

Que NOTRE message soit bien perçu par certains éleveurs, car, si, il le faut, nous monterons à l'assaut des alpages pour défendre de notre corps les loups, les louves et les petits louveteaux !

Marc-Claude de PORTEBANE

Cadavre de ce mouton au bord de la RN7 à Varennes-sur-Allier : Saria Industries, Ddcspp 03, Agranet, préfecture, fondation BB, PMAF alertés (Suite)

Suite à nos révélations d'hier, saura-t-on

à qui appartient ce cadavre de mouton

de race "Suffolk" abandonné

plusieurs jours sur la RN 209 - ex-RN7 - ?

Img 6166

La personne qui a laissé au bord de la RN7 (A Varennes-sur-Allier, la RN 7 a été déclassée pour devenir la RN 209), le cadavre de ce mouton depuis au moins jeudi dernier à la vue de milliers d'automobilistes sur l'axe Lyon/Paris a-t-elle bien prévenu le groupe Saria Industries de Bayet dans l'Allier ?

Le pôle équarrissage de SARIA Industries, représenté par la marque SIFDDA, collecte auprès des éleveurs et de la filière viande les matières pouvant présenter un risque pour la santé et pour l’environnement. Celles-ci font ensuite l’objet d’un traitement spécifique au sein d’unités industrielles dédiées. Les farines issues de ce traitement sont détruites par incinération; les graisses, après stérilisation, sont utilisées comme combustible pour répondre aux besoins en énergie des sites industriels.

- Contacté par l'Idiot provincial, SIFDDA Centre (site de Bayet) est en train d'effectuer des recherches afin de vérifier si l'appel pour l'enlèvement de ce cadavre a bien été effectué la semaine dernière.

Les demandes d'enlèvement étant traitées via le 0891 700 102 ( 0,225 euros la minute ), - puisque la messagerie de contact du site internet de Saria Industries n'est absolument pas sécurisée : http://www.saria.fr/srfr/profil/saria-industries/sifdda/ Bouche cousue - ou via le portail des agriculteurs  www.agranet.fr. -, il ne devrait pas être très, très difficile de remonter jusqu'à l'appel du ou des propriétaire-s ou de la police sanitaire de la commune de Varennes-sur-Allier, à moins que la Ddcspp 03 (Yzeure) ait été encore plus rapide que nous !!!

En tout cas, vendredi ce n'était pas le cas et encore moins hier soir (selon le témoignage concordant de X que nous avons reçu via notre MP).

- Nous avons pris contact avec le site Agranet (responsable Daniel Trocmé), mais ce portail - via sa hot-line - nous a indiqué n'être qu'un prestataire informatique de services pour Saria Industries. Donc retour à Saria Industries.

- La Ddcspp 03 - services vétérinaires, section ovine - est mise au parfum. Une éventuelle "réquisition" pourrait être prise pour l'enlèvement de ce mouton qui serait de race "Suffolk". Et comme il n'y en a pas beaucoup dans l'Allier - selon la Ddcspp 03 -, l'identification du propriétaire et du cadavre pourrait s'avérer assez rapide.

Le suffolk a la laine blanche et la peau noire. C'est une race assez prolifique, surtout réputée pour la formidable précocité de ses agneaux, qui ont une très bonne croissance ainsi qu'une bonne conformation, et cela sans excès de gras. Ce sont ces qualités qui ont conduit la race à se développer dans le monde entier, notamment pour améliorer les aptitudes bouchères des agneaux de races locales peu productives.

- Le cabinet de Mr le préfet de l'Allier "mis au jus" également par l'Idiot provincial.

L'enlèvement des cadavres par Saria industries étant un service payant, la "tentation" - inadmissible - pour certains éleveurs ne serait-elle pas d'abandonner sur les voies publiques ou dans d'autres endroits, des cadavres d'animaux qui n'ont plus.... aucune valeur marchande ?

- Le département juridique de la fondation Brigitte Bardot - malgré ses effectifs restreints à causes des vacances - vient également de nous donner quelques précieuses informations sur la mesure sanitaire obligatoire qui s'impose.

- La PMAF (protection mondiale des animaux de ferme) trouve cette situation pas vraiment "normale" et nous suggère - au cas où l'enquête le déterminerait - de placer d'éventuels autres moutons dans une de leurs fermes d'accueil.

Si tel était le cas, nous pourrions - éventuellement - très bien mobiliser l'attention de l'ensemble de nos militantes et de nos militants de la "Ligue de combat contre les cruautés envers les animaux" (www.facebook.com/liguedecombatcontrelescruauteenverslesanimaux.) sur ce secteur de la Communauté de communes "Varennes-Forterre" et plus précisémment sur l'axe direct de Varennes-sur-Allier, d'autant plus que nous avons des informations selon lesquelles le voisinage, (où serait posé le cadavre de ce mouton de race "Suffolk"), commencerait à se poser de nombreuses questions ayant trait aux odeurs et aux risques potentiels sanitaires.

- Début d'après-midi de ce jour : le service communication de Saria Industrie nous indique que le site de Bayet n'a reçu aucun appel concernant une quelconque demande d'enlèvement de ce mouton et se tient prêt à nous faire une éventuelle étude d'identification de la puce, via son lecteur de puces.

A suivre

Marc-Claude de PORTEBANE

TOUS AVEC GREENPEACE : le Conseil d’Etat puis les parlementaires se sont tour à tour prononcés contre le maïs OGM !

Le Conseil d’Etat refuse la suspension

en urgence de l’arrêté d’interdiction

du MON810 !

L’Association générale des producteurs de maïs, branche spécialisée de la FNSEA, et deux exploitants agricoles ont saisi le Conseil d’Etat fin mars afin de faire suspendre l’arrêté pris par le ministre de l’Agriculture le 14 mars 2014 interdisant la commercialisation, l’utilisation et la culture de maïs MON810. Leur demande portait sur deux volets : l’urgence, et le fond de la mesure.

La requête de suspension en urgence a été rejetée le 5 mai par le juge des référés du Conseil d’Etat aux motifs que “les requérants ne justifient pas d’une situation d’urgence”, et que“l’arrêté ne porte pas une atteinte grave et immédiate à la situation économique des requérants ni à la filière”.

A 16h30, nous nous réjouissions déjà de cette annonce. Le champ de maïs OGM MON810 que nous dénoncions vendredi dernier lors d’une action à Saubens, près de Toulouse, reste donc illégal ! Sa destruction doit être ordonnée par les services de l’Etat !

Cependant, cet arrêté d’interdiction de culture du MON810 reste sous le coup d’un recours pour annulation sur le fond par les mêmes requérants. Et le Conseil d’Etat a déjà, par le passé, cassé à deux reprises ce type d’arrêtés…

Au tour des parlementaires d’interdire le maïs transgénique

Les bonnes nouvelles ne sont pas arrêtées là, puisque quelques heures plus tard, ce sont les parlementaires qui ont enterré la culture des maïs transgéniques.
Contrairement à l’arrêté ministériel, la proposition de loi qui a été faite par le député socialiste Bruno Le Roux ne concerne pas uniquement le maïs OGM MON810. Toutes les variétés de maïs transgéniques sont concernées !

L’Assemblée nationale s’était déjà prononcée en faveur de cette proposition de loi le 15 avril. Le Sénat a donc mis un point final à la navette législative en adoptant à 172 voix contre 147 la proposition de loi interdisant la mise en culture des variétés de maïs génétiquement modifié.

Soulagement en France, maintenant il faut agir au niveau européen

L’interdiction de culture des OGM en France est donc maintenue pour cette année, et les suivantes, au moins en ce qui concerne les maïs. Cependant, la situation juridique reste fragile, tant au niveau de l’arrêté ministériel, qu’au niveau de la loi : 81 sénateurs UMP viennent de saisir le Conseil constitutionnel, jugeant que la primauté du droit communautaire n’est ici pas respectée. De plus, de nombreux OGM, dont le Pioneer 1507, sont en attente d’autorisation au niveau de l’UE.

Si nous avons gagné du temps au niveau national, il est toujours aussi urgent que la réglementation européenne évolue, afin que les procédures d’autorisation des OGM soient considérablement renforcées, et que nous en soyons définitivement protégés. Cette demande est en attente depuis le Conseil de l’Environnement de décembre 2008 où elle a été adoptée à l’unanimité, et il est crucial que la France reste ferme sur ce sujet.

Nous attendons les propositions de monsieur Le Foll et de madame Royal en la matière, notamment suite aux annonces de cette dernière en conférence de presse il y a deux semaines.

La mobilisation et les actions payent ! Nous devons continuer à tout faire pour sortir la France du modèle agricole toxique dans lequel elle se trouve et l’emmener sur la voie de l’agriculture écologique, car des solutions existent !

Aidez-nous en interpellant celles et ceux qui peuvent sortir la France de cette impasse. Rejoignez les Guetteurs.

Marc-Claude de PORTEBANE "Guetteur de Greenpeace" 

Les méthodes de voyou de la FDSEA 43 contre les agences de la Police de l'eau

Avec les agriculteurs de la FDSEA

la Haute Loire va-t-elle devenir

un véritable Far-West ?

Partout en France et depuis quelques mois, la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitation Agricole (FNSEA) muscle ses discours, répand de fausses informations et organise des actions d’intimidation, de démonstration de force envers les fonctionnaires en charge du respect de l’application des lois liées à l’environnement : dégradation de bâtiments publics, détérioration d’équipements publics, déversements de fumier, curage illégal de ruisseau, insultes, menaces…

La Haute-Loire ne fait pas exception à la règle. En février 2012, Gilbert Bros (alors président de la Chambre d’Agriculture) avait donné le top départ avec son édito « Les malfaisants d’écolos » dans le journal "Haute-Loire Paysanne".

Depuis, le discours décomplexé des responsables agricoles fait son chemin.

Aujourd’hui, la Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitation Agricole (FDSEA) de Haute-Loire demande au Préfet l’arrêt des contrôles de la police de l’eau jusqu’au 1er octobre 2016, menace les agents de l’ONEMA (Office de l’Eau et des Milieux Aquatiques) « de se défendre à leur façon » ou encore lancer une « chasse aux sorcières » sur les réseaux sociaux des agents de la police de l’eau….

Les agriculteurs de la FDSEA veulent-ils un département de non-droit ? Vont-ils transformer la Haute Loire en véritable Far-West  ? Y-aura-t-il des récompenses pour les fonctionnaires « Wanted » ?

Cette fausse “déclaration de guerre” cache en réalité un modèle agricole en pleine crise, qui plutôt que d’évoluer vers une agriculture plus durable pour nourrir sainement les citoyens tout en préservant les équilibres naturels et s’adapter face au réchauffement climatique, recherche des boucs émissaires…

SOS Loire Vivante – ERN France apporte son soutien aux organismes en charge d’assurer le contrôle et l’application des lois environnementales et demande que le climat s’apaise pour que les agents puissent exercer leurs fonctions en toute sérénité.

STOP AUX PESTICIDES ET AUX OGM : LA FRANCE 1er MARCHE EUROPEEN SELON GREENPEACE

Une semaine pour dire non aux pesticides …

toute l’année pour agir !

Img 0820

Les cultures potagères en jardinière restent une alternative aux sols des potagers lessivés par les pesticides !!!

la Semaine pour les alternatives aux pesticides, coordonnée par Générations Futures s’est achevée hier. A cette occasion, en tant que partenaire de cet événement, nous avons organisé, à travers toute la France, de nombreuses mobilisations pour informer sur les dangers des pesticides et promouvoir des alternatives.

Une addiction indéfectible

Depuis les années 1950, les pesticides sont utilisés de manière intensive et alimentent un modèle agricole productiviste qui trouve maintenant ses limites. Les pesticides sont un fléau. D’autant plus que la France y est complètement accro.
Malgré les déclarations d’intention du gouvernement, les objectifs en termes de réduction de l’utilisation des pesticides sont loin d‘être atteints. Leur consommation est même encore en augmentation !
La France reste la première consommatrice de pesticides en Europe et la 4ème au niveau mondial. En moyenne, 75 000 tonnes de pesticides sont produites tous les ans en France, et 65 000 sont utilisées, ce qui représente 1/3 des tonnages consommés en Europe.

Les pollinisateurs, premières victimes de cette addiction

Les pollinisateurs sont la clé de voûte de notre sécurité alimentaire. Quelques chiffres pour preuve :
- Sans eux, 4000 variétés de fruits et légumes n’existeraient pas
- 35% de la production mondiale de nourriture dépendent des insectes pollinisateurs
- 80% de la pollinisation sont pris en charge par les abeilles et les guêpes
- 265 milliards de dollars : c’est la valeur annuelle estimée du service rendu par la pollinisation dans le monde
Pourtant, les pollinisateurs sont en déclin. Un déclin notamment dû à l’agriculture industrielle et aux géants de l’industrie des pesticides qui entretiennent notre addiction et n’ont que faire de ces considérations.

Mais le changement doit aussi venir des marques agro-alimentaires qui sont, aujourd’hui encore, très nombreuses à utiliser des pesticides tueurs d’abeilles, alors que des alternatives existent ! Cela s’appelle l’agriculture écologique. Elle repose sur la biodiversité, sur la protection des sols, des eaux et du climat et ne contamine pas l’environnement avec des produits chimiques ou des OGM.

Pour toutes ces raisons, nous avons participé à la Semaine pour les alternatives aux pesticides afin d’informer sur les dangers des produits phytosanitaires et promouvoir les solutions.

Exclusif. VIGILANCE PORCHERIE AGONAC : le permis de construire annulé par la mairie

Le permis de construire délivré pour

la SAS Elevages de CAZAS 

représentée par Francis Lebas

a été annulé par la mairie d'Agonac !

L'ex-maire de la commune d'Agonac, Jean-Claude Brouillaud, a signé un arrêté municipal en date du 20/03/2014 portant retrait d'un permis de construire au nom de la commune d'Agonac.

Ce permis de construire (PC 024 002 13 R0002) a été délivré le 12/02/2013.

Le demandeur étant la SAS Elevages de CAZAS, représentée par Francis Lebas, pour la rénovation de 3 bâtiments d'élevage et la construction de 2 bâtiments d'élevage de cochons au lieu-dit "Laborie" à Agonac.

L'élu s'est appuyé sur le code de l'urbanisme, le PLU approuvé le 02/10/2007, ce permis accordé le 23/05/2013 et sur la demande de retrait en date du 08/03/2014.

Le début de la mobilisation a encore payé, mais nous restons tous vigilants.

Nous voulons une déclaration du porteur de ce projet ou un communiqué de presse pour ne plus voir aucune nouvelle construction de nouvelles porcheries qui viendra ternir l'image de cette petite commune de la Dordogne située, comme l'avait relevé très justement l'Idiot provincial, dans le périmètre éloigné de captage de la source d"eau potable "Le Toulon" qui alimente la ville de Périgueux et son agglomération.

Jointe cet après-midi par téléphone, le nouveau maire d'Agonac élu....ce week-end, Mme Christelle Boucaud, nous a assuré qu'il n'y aura aucune autre demande de permis de construire d'une nouvelle porcherie.

Certes ! Mais que valent les bonnes paroles face au tout puissant lobby porcin ??? On a vu ce que cela a donné en Bretagne. Ils ont continué à mentir, mentir à tout le monde.

La vigilance anti-porcherie est maintenue. Le cabinet de Mr le préfet de la Dordogne a été mis "au parfum" aujourd'hui de notre projet de nos futurs camps de la résistance autour de Périgueux afin de sensibiliser l'opinion publique et les medias !

Nous serons inflexibles avec le lobby porcin, ici ou ailleurs en France, d'ailleurs, surtout que sont désormais finies les longues enquêtes publiques ! Finie lʼinformation sur les risques environnementaux que posent de tels élevages ! Et afin que les nuisances soient encore plus proches des gens, rien nʼempêchera lʼadministration préfectorale dʼaccorder une dérogation aux 100 mètres règlementaires des habitations proches, comme elle le fait déjà si souvent.

On imagine les motifs dʼune colère bien légitime de ces citoyens bien ordinaires confrontés à cette situation fréquente après la décision du Ministre de lʼAgriculture de faire passer le seuil dʼautorisation dʼouverture dʼune porcherie de 450 à 2000 cochons.

Que faire alors pour une personne victime immédiate de telles nuisances sinon de s'opposer de façon catégorique et surtout massive ?

En ce qui nous concerne, la mobilisation est maintenue et le projet de camps de la résistance également tant que les populations locales ne seront pas rassurées sur l'avenir environnemental de leurs territoires où le tourisme vert rapporte plus que l'agriculture, en terme d'image, notamment !

Marc-Claude de PORTEBANE

Projet du futur Collectif-Camps de la Résistance Anti-Porcherie à Agonac en Dordogne

- Le bon coin : recherchons terrains amis pour installer nos éventuels campements de la Résistance.

Collectif anti-porcheries industrielles et

projet de camps de la Résistance en Dordogne :

Pour une lutte radicale

Contre le projet de porcherie à Agonac !

Qui sommes-nous ?

Nous sommes un groupe apolitique et surtout indépendant de militants membres de plusieurs collectifs notamment de défense de la cause animale ou environnementaux opposés depuis plus de 25 ans aux projets de porcheries dites "industrielles" et rassemblés sous la bannière du site internet "l'Idiot provincial" : http://l-idiot-provincial.e-monsite.com/

Nous commençons à être bien connus du lobby porcin et des internautes pour nos pétitions, dont la plus célèbre, "Halte au projet de porcherie aux Bouys à Chirat l'église dans l'Allier en Auvergne !" qui a soulevé plus de 11 000 signatures en l'espace d'un mois via une mobilsation sans précédent sur les réseaux sociaux : http://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/halte-projet-porcherie-aux-bouys-chirat/10827 dont les médias auvergnats se sont fait largement l'écho, comme la radio France Bleu Pays d'Auvergne ou France 3 Auvergne :  http://auvergne.france3.fr/2014/01/11/onze-mille-signatures-pour-sauver-les-cochons-de-l-allier-392777.html

Cette pétition contre ce projet de porcherie à Chirat l'église est la première en France à avoir reçu autant de signatures en si peu de temps. Nous tenons à notre si chère autonomie et nous ne voulons pas de récupération de la part des associations écologistes des partis bourgeois comme cela a été le cas pour Chirat l'Eglise lors d'une hypocrite tentative fin 2013 et ce, devant la préfecture de l'Allier à Moulins.

Nous sommes une poignée de militants, dont certains sont issus :

- de la mouvance nationale-bolchevique française (Parti révolutionnaire national-bolchevique),

- des amis du Front de libération des animaux,

- des sections anarchistes ou altermondialistes,

- des militants de certaines associations environnementales aguerris aux occupations de terrain (Notre-Dame des Landes)

- des camarades antinucléaires (camp anti­nu­cléaire à Valognes pour stop­per Castor) 

- des camarades antii-THT (lignes Très Hautes Tension) issus des actions historiques dans le Cotentin-Maine avec l'occupation du camps de la Résistance au bois de Chéfresne (département de La Manche, région Basse-Normandie, canton de Percy, arrondissement de Saint-Lô).

Nous aimons la planification, pas les désordres qui font désordre pour LA CAUSE DU PEUPLE pour les populations présentes sur place.

Nous avons tiré les leçons du violent face à face avec les compagnies de gendarmerie, en juin 2012, avec les victimes des affrontements qui ont opposés les forces de l’ordre à des militants anti-THT venus participer à un week-end de résistance à Montabot (Un militant interpellé et trois hospitalisés : deux blessés à la tête victimes d’éclats de grenades détonantes et un à la jambe - 550 gendarmes mobilisés pour 100 militants, crainte éventuelle de présence d’explosifs et de tout autre objet susceptible de troubler l’ordre public -).

En attendant que nous ayons tous les "éclaircissements" possibles sur ce dossier, nous recherchons donc des volontaires bénévoles pour garder notre camps de la Résistance 24/24, si celui-ci devait se mettre en place dans les prochaines semaines.

- Recherchons ingénieurs, techniciens. Nous contacter par mail à cette adresse :  resistance-anti-porcherie.agonac@laposte.net

- Des "Camps de la Résistance", (mouvants pour l'instant), sont susceptibles de se mettre en place (mais nous attendons les éventuelles autorisations nécessaires pour leurs mises en place, - préfecture de la Dordogne à Périgueux pour les rassemblements en lieux publics, délai de 7 jours, à confirmer - ).

- Des conférences de presse nationales sont prévues également.

- Merci de respecter la nature, de ramasser tous vos déchets, de laisser les endroits propres comme ils étaient au départ.

- Attention aux provocations sur le terrain, soyez vigilants. 

Merci à toutes et à tous.

Paul TOP

Directive nitrates : le lobby agricole et les chambres d'agriculture enfoncent la France

Le lobby agricole et les chambres d'agriculture

déclarent la guerre à l'UE et aux

contribuables français qui vont casquer !

Après avoir été condamnée en juin dernier pour désignation incomplète des zones vulnérables, la France devrait bientôt écoper d'une condamnation pour insuffisance des programmes d'actions.

L'agriculture française est en faillite, les fins de mois sont difficiles, le lobby agricole français est sur le déclin et ne représente plus un modèle de vie pour l'avenir des jeunes agriculteurs mais cela ne fait rien, pourvu que les primes diverses et avariées profitent aux plus gros propriétaires, plus on sabotera kl'environnement, plus on fera taire la voix des écologistes moins la terre sera débarrassée de ses pollutions ingrates et plus les nitrates pollueront nos rus, rivières et nos fleuves !

Ainsi, parmi ses conclusions («Manquement d’État – Directive 91/676/CEE – Protection des eaux contre la pollution par les nitrates à partir de sources agricoles – Périodes d’épandage d’effluents d’élevage – Capacité des cuves destinées au stockage des effluents d’élevage – Limitation de l’épandage – Interdiction d’épandage sur les sols en forte pente ou sur les sols détrempés, inondés, gelés ou couverts de neige.») présentées le 16 janvier 2014, l'avocat général de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), Juliane Kokott, demande une nouvelle condamnation de la France pour mauvaise transposition de la directive "nitrates".

La Commission européenne avait assigné la France en février 2012, estimant qu'elle n'avait pas garanti la mise en œuvre correcte et complète de toutes les exigences de la directive dans les zones vulnérables protégées par les nitrates ou susceptibles de l'être.

 La République française a enfreint les dispositions combinées de l’article 5, paragraphe 4, ainsi que de l’annexe II (A.1, A.2, A.3 et A.5) et l’annexe III (1.1, 1.2, 2 et 3) de la directive 91/676/CEE parce que :

– l’arrêté du 6 mars 2001 relatif aux programmes d’action à mettre en œuvre dans les zones vulnérables afin de réduire la pollution des eaux par les nitrates d’origine agricole ne prévoyait pas d’interdictions d’épandage des fertilisants de type I pour les grandes cultures d’automne;

– l’annexe I, partie I, de l’arrêté du 19 décembre 2011 relatif au programme d’actions national à mettre en œuvre dans les zones vulnérables afin de réduire la pollution des eaux par les nitrates d’origine agricole ne prévoit que des restrictions minimes à l’épandage de fertilisants de type I sur des prairies implantées depuis plus de six mois;

– l’arrêté du 6 mars 2001 interdisait l’épandage de fertilisants de type I pour les grandes cultures de printemps seulement entre le 1er juillet et le 31 août;

– l’arrêté du 6 mars 2001 interdisait l’épandage de fertilisants de type II pour les grandes cultures d’automne seulement entre le 1er novembre et le 15 janvier;

– l’arrêté du 6 mars 2001 interdisait l’épandage de fertilisants de type III pour les grandes cultures d’automne et de fertilisants de type II pour les grandes cultures de printemps seulement jusqu’au 15 janvier;

– l’annexe I, partie I, de l’arrêté du 19 décembre 2011 n’interdit pas l’épandage de fertilisants de type II sur des prairies implantées depuis plus de six mois dès le 15 septembre;

– l’annexe I, partie I, de l’arrêté du 19 décembre 2011 n’interdit pas l’épandage de fertilisants de type III sur des prairies implantées depuis plus de six mois dans les régions montagneuses en février, lorsque les températures y restent inférieures à 5 degrés;

– les capacités de stockage des effluents d’élevage prévues à l’article 2, paragraphe 1, points 1 et 2, et à l’annexe I, partie II, de l’arrêté du 19 décembre 2011 sont calculées sur la base d’interdictions d’épandage de trop courte durée;

– l’annexe I, partie II, point 2, de l’arrêté du 19 décembre 2011 permet le stockage du fumier compact pailleux jusqu’à une durée de dix mois sans prévoir une protection entre le sol et les effluents ou une couverture de ceux-ci;

– l’arrêté du 19 décembre 2011 ne comporte pas de dispositions suffisamment précises relatives à la fertilisation équilibrée;

– l’arrêté du 6 mars 2001 ne prenait pas suffisamment en compte les différences de production de lait pour déterminer les quantités d’azote produites par les vaches laitières et se basait sur un coefficient de volatilisation trop élevé;

– l’annexe II de l’arrêté du 19 décembre 2011 se base sur des coefficients de volatilisation trop élevés pour déterminer les quantités d’azote produites par les bovins, sauf les vaches laitières, ainsi que pour la volaille, les ovins, les caprins, les équins et les lapins;

– elle n’interdit pas d’épandre des effluents d’élevage, à proximité d’eaux superficielles, sur des pentes supérieures à 15 %, ainsi que, superficiellement, sur des sols en jachère dont la pente est de 8 % à 15%; ainsi que parce que

– le point 2.5, sous 3, de l’annexe de l’arrêté du 6 mars 2001 permet d’épandre des fertilisants sur des sols qui alternent gel et dégel en l’espace de 24 heures et permet sous certaines conditions, d’épandre des fertilisants de type I et III sur des sols gelés ainsi que de fertilisants de type I sur des sols enneigés.

Le recours ayant été rejeté pour le surplus, la France a donc été condamnée aux dépens !

Merci au lobby agricole de nous faire supporter ses erreurs qui ne sont plus béantes mais gigantesques !

STOP AUX NANTIS DE L'ONF : la retraite à taux plein pour l'ensemble des bûcherons

Un scandale : pourquoi le texte de loi

proposé par notre camarade

le député communiste Gérard Le Cam

établissant la retraite à taux plein dès 55 ans

pour tous les bûcherons est-il resté lettre morte ?

Chez les bûcherons, l'âge moyen de mise en incapacité de travail est de 52 ans et demi tandis que celui des décès est de 62 ans 1/2.

"Retraite à 55 ans" : la revendication n'est pas récente et fédère tous les syndicats de la profession puisqu'en 2010 et en 2012, la CGT, FO et la CFDT ont défilé conjointement pour défendre cette noble cause.

En 2000, Didier JULIA, député RPR de l'époque, déposait une proposition de loi qui allait dans ce sens et 4 ans plus tard, notre camarade, le député communiste Gérard Le CAM (actuellement sénateur des Côtes d'Armor), présentait à son tour un texte établissant la retraite à taux plein dès l'âge de 55 ans pour l'ensemble des bûcherons usés par le travail et qui travaillent dans des conditions plus que difficiles.

Statistiquement, c'est le 2° métier, (après le marin pêcheur), le plus risqué en terme d'accidents corporels, la fréquence des accidents y est deux fois plus importante que dans les autres professions, leur taux de gravité étant 5 fois supérieur que dans l'agriculture.

Or, il est quand même incroyable de constater que leur pénibilté de travail n'est, jusqu'à ce jour, toujours pas prise en compte dans le calcul des points ouvrant droit au repos bien vivant, comme le constate notre camarade Marie-Noëlle Bertrand (L'Humanité du 20/12/13).

Chutes de branches, arbres creux, pentes, câblages périlleux, rester des heures dans le froid à couper, tailler, déblayer, etc...., le travail en forêt réserve son lot quotidien de périls et de dangers extrêmes tandis que les démantèlements des structures et les suppressions de postes terminent la série noire....

Mercredi 18/12, tandis que le Parlement des paltoquets adoptait une réforme des retraites introduisant un "compte pénibilité", Patrick BANGERT, salarié de l'Office national des forêts (ONF), délégué CFDT et bûcheron alsacien, épaulé par plusieurs collègues alsaciens, rappelait à un conseiller de Marisol TOURAINE, ministre de la Santé, que "seuls les salariés de l'ONF bénéficient d'une cessation anticipée d'activité à 57 ans", ce qui en dit long, pour commencer, sur le principe de l'égalité en France.

Un cadeau du contribuable pour les 3 000 bûcherons de l'ONF alors que la "piétaille" de nos communes ou des entreprises privées (8 000 bûcherons) n'a toujours pas le droit à la retraite à taux plein .... avant l'âge de 62 ans.

Et quand on sait que la tranche des bûcherons de 60-62 ans accumule 6 fois plus d'accidents du travail que les autres professionnels, nous n'allons pas vous faire de dessin sur l'ambiance néfaste qui règne dans ce milieu qui compte au rang des plus accidentogènes.

L'Etat n'a plus un rond puisqu'il bloque sur le financement et la question est à longueur de journées renvoyée aux négociations entre les organisations professionnelles et les différents employeurs de la sylviculture française aux abois !

Combien faudra-t-il de bûcherons morts supplémentaires pour que l'Etat prenne en compte cette réalité qui coûte tellement moins cher qu'une batterie de missiles de croisière.

Marc-Claude de PORTEBANE

LEVEE DE BOUCLIERS : STOP au parfumage de lisier dans la région de Chirat l'Eglise dans l'Allier en Auvergne !

STOP AUX SULFATAGES DE LISIER 

DANS LA REGION DE CHIRAT L'EGLISE !

VOICI LES DANGERS DU LISIER DE PORC :

en Bretagne, ils n'ont fait que nous mentir

la nature est la seule à en payer le prix fort !

Ne "gobez" pas les études des lobbys !

Les effluents d’élevage, déchets des activités agricoles et d’élevage, sont des sources de pollutions importantes de l’environnement : 

- pollution des eaux souterraines, superficielles et littorales par les nitrates et les phosphates contenus dans les lisiers et purins épandus de façon excessive sur les cultures, 

- émission de polluants dans l’air et nuisances olfactives (ammoniac, gaz à effets de serre : méthane (CH4) et protoxyde d’azote (NO2)) provenant essentiellement des déjections

- pollutions des sols par les métaux lourds et le phosphore contenus dans les déjections destinées à l’épandage.

Les agriculteurs ont, depuis toujours, utilisé les effluents d’élevage (lisiers, purins…) comme fertilisants pour les récoltes. La pratique la plus courante est l’épandage qui consiste à répandre sur les cultures les excréments des animaux afin que la terre récupère les composants azotés et phosphorés.
S’il est mal géré, c’est à dire apporté en excès ou pendant la période hivernale – du fait de capacités de stockage limitées et de cette période de travail moins soutenu, la terre n’est pas en mesure d’absorber tous les composés, en particulier azotés. Les composés en excès sont alors entraînés par le ruissellement des précipitations et peuvent atteindre les différentes sources en eau, nappes phréatiques et réservoirs d’eau.

POLLUTION DE L’EAU

• L’azote
La forme azotée utilisée par la terre est l’azote minéral (ammoniacal). Les lisiers contiennent de l’azote à la fois sous forme organique et ammoniacale. Une partie de l’azote organique (non directement utilisable par les cultures) est minéralisé sous forme ammoniacale au cours des douze mois qui suivent l’épandage. Dans ce bilan, le reliquat d’azote inorganique est celui qui est susceptible de polluer les eaux.
Les directives européennes tolèrent une concentration limite en nitrates NO3 dans les eaux de drainage des cultures égale à 50 mg/l ; mais, lors de pratiques d’épandage mal gérées, cette valeur peut être largement dépassée.

Par ailleurs, les émissions d’ammoniac constituent une autre source de pollution : elles contribuent à l’acidification des sols, des eaux et des pluies. Plus globalement, les apports d’azote par retombées atmosphériques d’ammoniac perturbent les écosystèmes naturels et provoquent l’eutrophisation des systèmes aquatiques (appauvrissement de l’eau en oxygène dissous). Ce phénomène est la conséquence du développement d’algues (cyanophycées) lié à la présence de grandes quantités d’azote ou de phosphore. L’activité des
algues consomme l’oxygène dissous dans l’eau et conduit à l’asphyxie des organismes consommateurs d’oxygène : plancton, poissons…

Le phosphore 

Cet élément est surtout contenu dans les parties solides des déjections animales. En situation d’excédents, les phosphates s’accumulent dans le sol car ils ne sont pas lessivables, sauf à des taux excessifs. Le phosphore peut se retrouver dans les cours d’eau du fait de l’érosion. Il favorise alors le phénomène d’eutrophisation des lacs, réservoirs et cours d’eau.

POLLUTION DE L’AIR

L’activité d’élevage, principalement du fait des déjections animales, est à l’origine d’émissions d’un grand nombre de composés gazeux. Parmi ces gaz, les plus préoccupants sont :
- l’ammoniac (NH3), issu de l’hydrolyse naturelle de l’urée,
- le méthane (CH4), produit lors de la fermentation anaérobie des acides gras dans le lisier,
- le dioxyde de carbone (CO2) : gaz à effet de serre (air expiré par les animaux),
- l’hydrogène sulfuré (H2S), issu de la décomposition microbienne d’aminoacides contenant
du soufre,
- le monoxyde de carbone (CO), dangereux pour la santé humaine,
- le protoxyde d’azote (N2O) détériorant la couche d’ozone, produit lors des processus de nitrification-dénitrification.
La plupart des autres composés sont présents à l’état de traces mais collectivement participent aux mauvaises odeurs.
Les gaz sont produits, dans les bâtiments d’élevage, par le stockage du mélange fèces et urines, et à l’extérieur, dans les zones de stockage, suite à l’activité microbienne qui s’y développe et dont l’intensité dépend de la température et de la dilution des déjections.

Les pratiques actuelles conduisent à une récupération et un stockage des déjections sous forme liquide (généralisation des élevages sur caillebotis) : le lisier, particulièrement malodorant. Les principaux composés volatiles malodorants présents dans les déjections animales résultent de l’activité anaérobie ; il s’agit des acides gras volatils (AGV), des aldéhydes, des alcools…

POLLUTION DES SOLS

Les activités d’élevage, et notamment le recyclage des déjections animales en agriculture, ont été reconnues comme une pratique permettant de maintenir et d’améliorer la fertilité des sols.
Cependant, les apports répétés de quantités excessives de lisiers et de fumiers peuvent aboutir à l’accumulation de composés stables comme le phosphore et les métaux lourds !

ON vous MENT en PERMANENCE 

CAR la FRANCE ne PERSPECTE PAS

la DIRECTIVE NITRATES mais préfère  

PAYER des AMENDES colossales à

Bruxelles avec l'argent de VOS IMPOTS !!!

La Directive Nitrates vise à la protection des eaux vis-à-vis de la pollution nitrique d’origine agricole afin de : 
- respecter la limite de potabilité fixée par l’Organisation Mondiale de la Santé (concentration maximale admissible en NO3)
dans les eaux destinées à la consommation humaine égale à 50 mg/l),
- réduire les problèmes d’eutrophisation des eaux littorales.
La concentration en nitrates dans les eaux souterraines ou de surface de nombreuses régions d’agriculture intensive a régulièrement augmenté. Dans plusieurs régions, la concentration en nitrates des eaux est maintenant deux fois plus élevée que la concentration admise pour la potabilité. La directive a exigé des états membres un contrôle de la concentration en nitrates des eaux de surface et souterraines et un état des lieux de l’eutrophisation des eaux.
Par ailleurs, la Directive nitrates a été l’occasion de définir des zones agricoles « vulnérables » : il s’agit de zones d’excédents de production où la quantité de déjections animales dépasse un certain seuil (170 kg/ha).

La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a condamné, le 13 juin 2013, la France pour manquement dans la mise en œuvre de la directive nitrates.

La Commission avait annoncé le 27 février 2012 qu'elle allait traduire Paris devant la Cour, après lui avoir adressé un avis motivé en octobre 2011. Elle reprochait à la France une désignation incomplète des zones vulnérables à l'occasion de leur révision effectuée en 2007, estimant que dix zones vulnérables dans les bassins Rhin-Meuse, Loire-Bretagne, Rhône-Méditerranée-Corse et Adour-Garonne auraient dû être ajoutées.

"Les gouvernements français ont préféré appliquer la directive a minima faisant ainsi supporter aux contribuables et aux consommateurs le milliard d'euros que coûte chaque année la pollution des eaux par les nitrates, plutôt que de faire évoluer les systèmes de production agricoles" dénonce de son côté Jean-François Piquot, porte parole de l'association Eau et Rivières de Bretagne !

L'eurodéputée Sandrine Bélier estime aussi que l'Etat français "cède depuis des décennies aux sirènes des lobbies de l'agriculture intensive et s'éloigne de son rôle de garant de l'intérêt général".

QU'ON ARRETE DE NOUS MENTIR 

DANS LES ENQUETES PUBLIQUES : 

L'ETAT EST INCAPABLE D'EXERCER

SES POUVOIRS DE POLICE !

"Le déni de réalité dans lequel la France s'enfonce en matière de pollution des eaux nous revient en boomerang avec une double peine : pollution de nos eaux par les nitrates avec les algues vertes, pour lesquelles la cour d'appel de Rennes et menace de très fortes sanctions pécuniaires", a réagit l'ancienne ministre de l'Ecologie, Corinne Lepage.

Comme l'a souligné l'avocat spécialiste du droit de l'environnement, Arnaud Gossement, "ce dossier est sans doute l'un des plus graves échecs non seulement dans l'application mais pour le droit de l'environnement". Il révèle, ajoute le juriste, "une carence importante du dialogue environnemental qui reste à organiser véritablement" ainsi qu'"une incapacité de l'Etat à exercer ses pouvoirs de police et à organiser un nouveau modèle agricole".

A quoi servent donc les enquêtes "publiques" puisque, dans ce dossier même de Chirat l'Eglise, le porteur du projet, le Gaec SIMONIN-VERNADEL nous a caché le volet économique en ces termes : ".... Une étude économique a été réalisée pour accompagner le projet. Compte-tenu de la confidentialité des données contenues dans cette étude, celle-ci n'a pas été diffusée lors de l'enquête publique, mais elle a été remise à la Préfecture, à l'inspecteur des installations classées et au commissaire enquêteur (source : Mémoire en réponse du Gaec SIMONIN-VERNADEL - Les Bouys - 03330 CHIRAT L'EGLISE) !!! 

Cette enquête publique était-elle uniquement destinée à l'administration et au commissaire-enquêteur, Jacques Combaud ?

N'est-ce pas la preuve que le Gaec SIMONIN-VERNADEL ne tient pas à nous dire TOUTE la vérité sur ce projet d'exploiter un élevage porcin au lieu-dit "Les Bouys" ?

N'est-ce pas la preuve que le rapport du commissaire-enquêteur est potentiellement "faussé", pour commencer, par rapport à ce volet économique qui est tout de même à ne pas négliger.

Ceci en dit long sur la mentalité du lobby porcin en France !

Mais, ce n'est pas à nous, ici, que l'on nous fera "gober" l'exception de "Confidentialité". Surtout pas !

Notre pétition a déjà récolté plus de 10 000 signatures depuis le 18/10/2013. 

Le projet des 2 porcheries de CHIRAT L'EGLISE sera médiatisé au MAXIMUM et non pas par les médias "mange-merde" qui vivent des subsides de l'Etat, ce même Etat qui est incapable de faire la police en matière environnementale, par faute de moyens financiers et techniques, alors qu'il préfère dilapider l'argent de nos impôts en payant et négociant des amendes insupportables à Bruxelles comme nous venons de le voir à propos de la directive NITRATES que le lobby du cochon maltraite, tout comme, le bien-être des porcs qui ne semble pas du tout émouvoir toute cette engeance impérialiste qui ne pense qu'au profit au détriment de la cause animale.

COMBATTONS avec la dernière énergie le lobby porcin ! Regardez la Bretagne ! Regardez partout où il y a des autorisations d'agrandir les élevages porcins ! Regardez ! Partout, c'est le désastre ! Partout !

Place aux élevages alternatifs !

Au départ, ils partent de moins de 450 porcs, ensuite, ils progressent à plus de 4 500 porcs et ensuite, cela n'en finit plus. Ils travaillent en coordination au sein de la filière porcine.... qui bat de l'aile en France.

Ils nous montent des élevages dans des zones extrêmement rurales, où il y a très, tres peu d'habitants (Le Bouchet Saint-Nicolas : 233 habitants ; Chirat l'Eglise : 137 habitants) car ils s'imaginent que les gens ne viendront pas aux enquêtes publiques, que peu de personnes se plaindront des épandages de lisier, que peu de gens ne liront le rapport du commissaire-enquêteur et le mémoire du pétitionnaire, que le CoDERST va avaler la "pillule" ce qui confortera le locataire de la préfecture en question dans son bon droit pour émettre son arrêté préfectoral.

Les "études d'impact" sont confiées à des bureaux d'étude dont le métier est avant tout de faire rentrer du pognon dans leur entreprise, puis d'aller dans le sens du pétitionnaire. Les textes règlementaires sont cités pour aller dans le sens du projet en question et le tout est bien "ficelé" pour les porteurs de projets.

Voilà, Madame, Monsieur, vous avez payé tant, vous avez une "bonne" "étude d'impact"..... SURTOUT faite pour "rassurer" les OPPOSANTS "éventuels" des "trous" perdus de rase campagne de France et de Navarre.

Mais STOP ! L'Idiot provincial veille au grain ! Nous connaissons depuis 30 ans TOUTE la filière ! TOUTE, et ce, grâce à notre ténacité légendaire !

Hier, un projet de porcheries à Chirat l'Eglise qui semblait passer comme une "lettre à la poste", aujourd'hui plus de 10 000 signatures en 3 semaines (du jamais vu en matière de projet de porcheries) et demain des actions, des actions et encore des actions pour qu'aucune autorisation de nouvelles porcheries ne vienne sulfater en lisier nos campagnes si verdoyantes, notre espace rural, notre tourisme vert, nos si belles demeures auvergnates, nos rivières et surtout la si belle image de notre Auvergne qui n'a pas besoin de nouvelles porcheries intensives pour conquérir le coeur du patrimoine de l'UNESCO !

Nous sommes attachés à Notre Auvergne ! Nous la défendrons bec et ongles !

Citoyennes Auvergnates, Citoyens Auvergnats ! Citoyennes Bourbonnaises, Citoyens Bourbonnais ! Citoyens français ! Citoyens mondiaux !

Je vous appelle à la REVOLTE au nom de la protection des porcs qui vivent l'enfer dans les élevages sur caillebotis contre ce projet de ces 2 porcheries à Chirat l'Eglise !

Je vous appelle à la REVOLTE au nom de la protection de notre TOURISME VERT. 

Montrons notre force et notre détermination à TOUS ceux qui veulent polluer notre Auvergne.

STOP à la BARBARIE de ces pauvres cochons dans ces immondes élevages sur caillebotis ! 

A l'assaut ! Ne ménagez pas votre sueur pour défendre notre si belle région qui est une des plus belles de France !

Battons-nous pour la sauvegarde de l'Auvergne, une et indivisible ! Battons-nous pour la défense des porcs sans défense !

Que Brigitte Bardot rejoigne notre noble cause !

Nous avons des ami(e)s de partout ! Grâce aux réseaux sociaux, utilisons nos contacts !

Merci de nous soutenir en signant notre pétition.

Je sais, via nos rapports quotidens, que vous signez du monde entier et que vous répondez à mon appel pour le bien-être animal et pour la défense de notre environnement auvergnat ! 

Je vous demande de multiplier par 10 notre lien : http://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/halte-projet-porcherie-aux-bouys-chirat/10827

A vos bonnets verts !

A suivre

Marc-Claude de PORTEBANE

Ecotaxe à la porcherie de Quimper : bonnet blanc et blanc bonnet, c'est du cochon ou du report ?

Les bonnets rouges bretons 

moins à l'aise pour parler de la souffrance

des porcs dans les élevages intensifs

ont fait reculer le gouvernement sur l'écotaxe !

a845.jpg

Panique à bord ! 

L'optimisme légendaire de Flamby (François Hollande) s'est effondré, ces deux dernières semaines. L'exécutif s'est trouvé piégé : soit il se couchait devant la jacquerie bretonne sur l'écotaxe, et il risquait d'ouvrir la voie à la contagion ; soit, au contraire, il y résistait, et il risquait de déclencher des réactions violentes aux conséquences imprévisibles.

L'Elysée et Matignon ont donc choisi, une nouvelle fois, le rétropédalage, en supprimant une taxe votée - fait plutôt plus que rare - à l'unanimité à droite comme à gauche, (Décidée au Grenelle de l'environnement par Borloo sous Sarko et signée des deux mains par la droite comme par la gauche, à qui il revenanit, après plusieurs ajournements, de la faire appliquer), au lieu d'enfoncer la pédale !

Résultat : une volée de lisier de cochons en batterie sur caillebotis, de choux-fleurs aux pesticides et de boulons, balancée par des patrons, des syndicalistes, des agriculteurs et des régionalistes, tandis que la droite qui ne manque pas d'air non plus dans la contradiction, monte au créneau en qualifiant sa propre taxe d'inique, sans parler de Borloo qui hurle que l'on a "dénaturé" son invention !!!

HALTE au projet de porcherie sur caillebotis à Chirat l'Eglise : votre page Facebook

Voici votre page facebook :

www.facebook.com/halteprojetporcherie.chirat.l.eglise.

Merci de nous rejoindre pour la défense de la cause animale.

STOP AU MARTYR DES COCHONS DANS LES ELEVAGES SUR CAILLEBOTIS !

Pétiton (version papier) : Nouvelle enquête publique pour le projet de porcherie de Chirat l'Eglise ?

L'Auvergne va-t-elle devenir

une porcherie géante ?

Halte au projet de porcherie au lieu-dit "Les Bouys" à Chirat l'Eglise dans l'Allier en Auvergne.

À l'attention : de Philippe MARTIN, Ministre de l’Écologie, du Développement durable - M. les Préfets de l'Auvergne et de l'Allier.

STOP aux nuisances olfactives ! STOP au lisier ! OUI au tourisme vert !
Sans compter la mise aux normes de la porcherie actuelle, il est projeté la construction de 2 nouvelles porcheries à Chirat l'Eglise dans l'Allier devant accueillir 4 183 animaux-équivalents dans une zone très touristique du Bourbonnais Vert.

Du lisier aux odeurs suffocantes sera pulvérisé sur plus de 700 ha dans les communes de BELLENAVES, CHIRAT L'EGLISE, COUTANSOUZE, DEUX-CHAISES, LE THEIL, LOUROUX-DE-BOUBLE, TARGET, VOUSSAC : organisons la résistance verte !

TOUT NE VOUS PAS ETE DIT PENDANT L'ENQUETE PUBLIQUE :
Après enquête publique, le commissaire-enquêteur a indiqué : "Le dossier comporte, en effet, quelques oublis ou erreurs, certes regrettables mais des oublis qui, pour la plupart ne remettent pas en cause l'économie générale du dossier. Il en est ainsi des hébergements touristiques qui sont omis à certains paragraphes et identifiés à d'autres....".

LE VOLET ECONOMIQUE A ETE CLASSE "CONFIDENTIEL" AU GRAND PUBLIC : QUE NOUS CACHE-T-ON ? NOUS VOULONS LA VERITE !

Le GAEC SIMONIN-VERNADEL (porteur du projet) indique..."Le projet a nécessité la tenue de rencontres diverses et nombreuses avec les acteurs de la filière et les organismes de crédit. Une étude économique a été réalisé pour accompagner le projet. COMPTE-TENU DE LA CONFIDENTIALITE DES DONNEES CONTENUES DANS CETTE ETUDE, CELLE-CI N'A PAS ETE DIFFUSEE LORS DE L'ENQUETE PUBLIQUE, mais elle a été remise à la préfecture, à l'inspecteur des installations classés et au commissaire-enquêteur !!!

BONJOUR LE LISIER NON LOIN DES ZONES SENSIBLES :
- En application de la directive sur les nitrates, la commune de Bellenaves a été classée "zone vulnérable", la dose maximum de nitrates à épandre y est déjà limitée.
- La parcelle la plus proche n'est qu'à 150 m de la zone Natura 2000 "Forêt des Colettes".

PROTEGEONS NOS POINTS D'EAU QUI ONT ETE OUBLIES :
- 2 sources, 2 puits et 90 points d'eau ont été répertoriés par le commisssaire-enquêteur.
Le commissaire-enquêteur indique qu'il est tout à fait possible que "quelques points d'eau aient été oubliés. Lesquels ? "Oubliés" ?

UN GITE A 300 m DES PORCHERIES, QUEL TOURISME EN AUVERGNE ?
- l'habitation la plus proche de ces porcheries ne sera qu'à 200 m.
- un gîte "Le château des Bouys" n'est qu'à 300 m des porcheries.
- le lieu d'hébergement "DOG HOTEL", situé à 250 m de la parcelle de sulfatage de lisier a été "oublié" dans le répertoire des lieux d'hébergements à Chirat l'Eglise !

PAS D'INVENTAIRE DES RESIDENCES SECONDAIRES :
- Exigeons l'inventaire des résidences secondaires et pas que les habitations permanentes.

RISQUES DE RUPTURE DE STOCKAGE DU LISIER PAS EXCLUS :
- Les fosses seront enterrées, rendant le risque de rupture de l'ouvrage "quasi-inexistant". Pourquoi "quasi-inexistant".
- On nous dit que les ouvrages de stockage seront construits dans les "règles de l'art" par une société spécialisée. C'est un secret de nous dire laquelle ?

EXIGEONS LE RESPECT DES PORCS ET LA PROMOTION DE L'ELEVAGE ALTERNATIF VERS UNE ETHIQUE DE L'ALIMENTATION :
- Exigeons le respect des porcs et la promotion de l'élevage alternatif vers une éthique de l'alimentation.
Constatant que l'élevage intensif implique nécessairement la maltraitance des porcs :
- Nous demandons aux éleveurs de ne plus pratiquer la coupe des queues et des dents de manière routinière et de mettre en place des systèmes permettant de limiter la sur-agressivité chez les porcs.
-Nous demandons aux éleveurs de mettre à disposition des animaux des matériaux manipulables tel que la paille ou le foin. Les porcs peuvent ainsi exprimer leurs comportements naturels d'animaux fouisseurs. La sur-agressivité exprimée dans un environnement appauvri et sans activité possible est alors fortement diminuée.
- Nous demandons à l'industrie porcine de respecter les échéances de la déclaration européenne sur les alternatives à la castration chirurgicale des porcs, c'est-à-dire de prendre en compte la douleur des porcelets par analgésie prolongée et/ou anesthésie à partir du 1er janvier 2012 et de ne plus pratiquer la castration chirurgicale à compter du 1er janvier 2018.
- Nous demandons aux éleveurs de mettre en place des pratiques d'élevage des truies leur permettant d'exprimer leurs comportements maternels. Elles doivent être libres de leurs mouvements et avoir à disposition des matériaux de nidification (paille, foin et/ou branchages).
- Nous demandons aux organismes de sélection des lignées de porcs charcutiers et de truies allaitantes de prendre en compte des critères de rusticité dans leur sélection. Ainsi, l'apparition de problèmes génétiques comme l'ostéochondrosis (problèmes articulaire) et le Porcine Stress Syndrome (animaux stressés sujets aux crises cardiaques) est limitée.
- Nous demandons à ceux qui tirent des revenus de la commercialisation de la viande de porc de favoriser les produits provenant d'élevages respectueux des animaux en tant qu'êtres sensibles et de cesser les actions de marketing masquant la réalité des conditions de vie dans ces élevages.
- Nous demandons aux restaurateurs et aux chaînes de restauration de cuisiner des porcs provenant majoritairement des élevages alternatifs.
- Nous demandons aux autorités scientifiques et vétérinaires sincèrement préoccupées par le bien-être des animaux, d'avoir le courage, malgré les pressions politiques et économiques, de dénoncer les méthodes de production intensives pour ce qu'elles sont.
- Nous demandons à la justice de rappeler que les lois imposent une limite à la souffrance que l'on peut infliger à un être sensible, et qu'elles doivent être correctement appliquées.
- Nous demandons aux consommateurs de porcs de ne pas cautionner et perpétuer l'élevage intensif par leur comportement d'achat et de favoriser les produits provenant des élevages alternatifs.

HALTE A LA MULTIPLICATION DE TOUTES CES PORCHERIES DANS NOTRE AUVERGNE ENCORE VERTE ET TRES TOURISTIQUE, MAIS POUR COMBIEN DE TEMPS ENCORE ?

En tant que consommateurs déterminés à mettre de l'éthique dans notre assiette, et constatant que ces souffrances n'existent que pour conquérir le plus grand nombre possible d'acheteurs, nous refusons de consommer du porc bon marché provenant de l’élevage intensif.

Marc-Claude de PORTEBANE
Ex-candidat à la députation de l'Allier (Auvergne)

Mail : halte-projet-porcherie-chirat-l-eglise@laposte.net 

Site : http://l-idiot-provincial.e-monsite.com/.

IL EST URGENT DE REAGIR. HABITANTS CONCERNES ET DEFENSEURS DE L’ENVIRONNEMENT, MOBILISONS NOUS AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD.

EXIGEONS UNE AUTRE ENQUETE PUBLIQUE !

Nom                Prénom               Adresse                 Téléphone                       Mail

NON à la porcherie de Chirat l'église ! Faune, flore et lessivage des sols gavés de lisier : l'avertissement du commissaire-enquêteur !

Inventaire faunistiques et floristiques :

le commissaire-enquêteur a lancé un avertissement

en cas de mauvaise gestion des épandages !

La polémique commence à s'ébruiter par rapport à la demande d'autorisation d'exploiter un élevage de porcs (relevant d'une ICPE) et présenté par le Gaec SIMONIN-VERNADEL au lieu-dit "Les Bouys" à Chirat l'Eglise.

HALTE A L'AUGMENTATION DE 3 097 "ANIMAUX-EQUIVALENTS" A CHIRAT L'EGLISE ! QUE L'ON ARRETE, EN FRANCE, DE PAPOTER SUR CES NOMBRES D'ANIMAUX EQUIVALENTS QUI SERVENT A "EMBROUILLER" L'ESPRIT DES HABITANTS LOCAUX !

Surtout quand on sait que les coefficients d'équivalence pour les porcins sont les suivants : 1 porcelet < 30 kg = 0,2 animaux-équivalents ; 1 truie = 3 animaux-équivalents ; 1 verrat = 3 animaux-équivalents ; 1 cochette = 1 animal-équivalent ; 1 porc à l'engrais = 1 animal-équivalent... (source : Maison de l'agriculture de l'Aisne) ! De l'Aisne, pas de l'Allier !!!

L'élevage du GAEC SIMONIN-VERNADEL comptera APRES projet :

- 319 reproducteurs

- 864 porcelets en post-sevrage

- 3827 porcs en engraissement et cochettes.

Faites le calcul !

Le GAEC SIMONIN-VERNADEL ne précise pas dans son mémoire ce que sont des "reproducteurs". En fait, il s'agit de "truies et de verrats" (source : préfecture des Pyrénées Atlantiques) ! Un comble d'aller chercher cette info dans les Pyrénées Atlantiques !!!

La méthodologie suivie, pour l'enquête publique de Chirat l'Eglise, a été celle précisée par l'administration pour la réalisation des études d'impact sur l'environnement des installations d'élevage. Il s'agissait de recenser, à proximité des installations et parcelles d'épandage, les milieux naturels intéressants et reconnus puisque les principaux types de milieux naturels ainsi que les mesures de protection concernant la faune et la flore sont "clairement" répertoriés sur une carte.

Un sujet ultra "sensible" que 2 personnes ont soulevé lors de l'enquête publique puisqu'il a été "demandé quelles seront les conditions de remise en état du site en fin d'exploitation" !!!!

La Bretagne est caractérisée par la pratique d'une agriculture intensive. Les quantités d'effluents d'élevage et d'engrais minéraux apportés aux cultures demeurent largement excédentaires par rapport aux besoins des cultures. Pour les productions végétales, des quantités importantes de pesticides sont utilisées. Ainsi, différents éléments migrent dans l'eau et viennent perturber l'équilibre chimique et microbiologique des écosystèmes aquatiques et les divers usages de l'eau.

En 2004, sur 6 % de la surface agricole utile, la Bretagne participe à 56 % de la production nationale de porcs. Cela amène les éleveurs à gérer des quantités importantes de déjections animales.

Parmi celles-ci, les lisiers sont riches en éléments nutritifs (azote, phosphore et potassium) sous des formes directement assimilables par les plantes. Ils renferment aussi des éléments dits secondaires, tels que le calcium ou le magnésium, et des oligo-éléments (présents en petites quantités), comme le cuivre, le zinc et le fer. Tous sont essentiels à la nutrition des cultures.

Le volume et la composition chimique des effluents varient selon l'espèce animale, son régime alimentaire, la présentation des aliments et, dans une moindre mesure, l'âge des animaux. Il est donc difficile d'estimer globalement la part d'azote, de phosphore ou des autres éléments présents dans les effluents.

Par exemple, un apport de 170 unités d'azote sous forme de lisier de porc représente en moyenne 108 kg de phosphore.

De plus, les fécès des animaux à sang chaud sont très riches en microorganismes . Et, si l'on rapporte la quantité rejetée en fonction de la masse de fécès excrétée, on considère qu'un porc représente pour les apports en microorganismes l'équivalent d'un rejet de 30 habitants tandisqu'une volaille 0,06.

Les rejets de bactéries dans l'environnement sont limités par les pratiques agricoles qui consistent à stocker le lisier dans des fosses. Lorsque les conditions d'épandage sont respectées (stockage des effluents au moins deux mois sans nouvel apport en fosses à lisiers, épandage et enfouissement respectant la réglementation -calendrier, parcelles-), ces rejets sont bien absorbés par l'environnement. D'autant que certains microorganismes ne survivent pas très longtemps, de l'ordre d'une semaine, dans les sols et les rivières.

Toutefois, certains peuvent perdurer des semaines, voire des mois dans l'environnement et poser des problèmes. La capacité épuratrice des cours d'eau, associée à une bonne pratique agricole, limite l'impact sur l'environnement.

Malheureusement la non-conformité de certains établissements (sous-équipement en fosses à lisiers) dans des régions sensibles (bord de rivière ou bord de mer) peut avoir des conséquences importantes sur la détérioration des ressources en eau.

Le ruissellement des sols par la pluie peut multiplier concentrations et flux d'un facteur 10 à 100 en quelques heures.

Alors pourquoi devrions-nous avoir, subitement "confiance" à ce qu'on nous dit en Auvergne alors qu'en Bretagne, les taux explosent de partout ?

D'autant plus que le commissaire-anquêteur, Jacques COMBAUD, a clairement averti (source : rapport et avis motivé de l'enquête publique de Chirat l'Eglise) : "...Par contre, une mauvaise gestion des épandages d'effluents peut avoir des conséquences sur la qualité des eaux par ruissellement ou lessivage..." !!!

Battons-nous pour la sauvegarde de l'Auvergne Verte et non "Brune". Nous allons passer bientôt à l'action ! Soulevez-vous ! Le parti révolutionnaire national-bolchevique vous apporte son soutien inconditionnel. Nous, nationaux-bolcheviques sommes avec vous toutes et toutes ! (source : Facebook) !

CITOYENNES et CITOYENS de BELLENAVES, CHIRAT L'EGLISE, COUTANSOUZE, LE THEIL, LOUROUX-DE-BOUBLE, TARGET, VOUSSAC : ORGANISONS LA RESISTANCE VERTE ! STOP AUX NUISANCES OLFACTIVES ! STOP AU LISIER !

Nous allons montrer notre détermination qui est intacte et ce, malgré, les "menaces" de "chantage" dont nous commençons à être les victimes !

A suivre

Paul TOP

HALTE au projet de porcherie à Chirat l'Eglise : la révolte gronde non loin des gites de France, des ZNIEFF et de Natura 2000

STOP AUX SULFATAGES DE LISIER

NON DES LOIN DES ZONES

ZNIEFF, NATURA 2000

ET DU GITE DE FRANCE "LES BOUYS"

porc-050.jpg

Le projet d'agrandissement de la porcherie est seulement à 300 m du gite du château des Bouys

un ancien relais de chasse du XVIII ème siècle. Bonjour les nuisances olfactives

 sous les vents de direction sud-sud-est de fréquence 9,7 % !!!

porc-047.jpgForêt des Colettes à 6 km, Accrobranche à 6 km, classement 3 épis

Ouverture du 4 janvier au 29 décembre : 460 euros pour 2 nuits

Sympa les week-end-barbecue pour le proprio et les touristes

alors que le commissaire-enquêteur reconnaît que 

"la population porcine va BEAUCOUP augmenter " !!!!

Le projet de porcherie du GAEC SIMONIN-VERNADEL du lieu-dit "Les Bouys" commence à réveiller les esprits depuis que l'Idiot provincial a mis le "feu aux poudres" dans l'Allier et plus précisémment à Chirat l'Eglise dans le canton d'Ebreuil, arrondissement de Montluçon.

Ce projet de porcherie a fait l'objet d'une enquête publique, puisqu'il s'agit d'une ICPE (installation classée pour la protection de l'environnement), qui s'est déroulée d'avril à mai 2013.

Les observations de la population opposée contre ce funeste projet sont nombreuses car il est hors de question que le Bourbonnais devienne une nouvelle "Bretagne" où le moindre projet de porcherie a soulèvé l'indignation générale où préfets, administrations, chambre d'agriculture et divers "experts" se sont moqués des gens et où le taux de nitrates dépassent largement les seuils autorisés.

En France, les populations concernées par les nouveaux projets de porcherie n'ont plus confiance. De quelques porcs au début, les élevages s'agrandissent pour diverses raisons, la nature et les cochons sont les seuls a "trinquer" devant la folie consumériste humaine.

Plus aucun projet d'extension de porcherie ne doit passer et nous devons nous mobiliser, ici ou ailleurs, car nous tenons à préserver l'image touristique de l'Auvergne. La vitrine immobilière se doit d'être protégée. La VRAIE information des habitants aussi. 

Dans le cas présent, la demande d'autorisation d'exploiter cet élevage de porc est programmée pour accueillir plus de 4 000 (4 183) porcs désignés de nos jours par "animaux équivalents", nouveau terme utilisé dans le "jargon" agricole et destiné, selon de nombreuses associations environnementales, à "induire" les gens en erreur puisque la plupart des habitants ne font pas la différence en un "porc" et un "animal équivalent".

Une porcherie est composée, depuis la nuit des temps de porcs, de truies, et de porcelets et non pas "d'animal équivalent". On achète du saucisson de porc et non pas du saucisson d'animal équivalent !

Ce projet de porcherie semblait passer "en douceur" (la presse locale n'en a pipé mot), mais patratas, l'empêcheur de tourner en rond "L'Idiot provincial", alerté par la population, était derrière "les fagots" depuis plus de 6 mois.

LES ELUS DE LA COMMUNE DE TARGET

S'INQUIETENT DES ODEURS DE LISIER

POUR LES PETITS DE LA MATERNELLE

Depuis ce début de semaine, nous avons déclenché "l'offensive générale" qui devra embraser toute l'Auvergne car les populations concernées en ont marre de ces projets d'extension de porcherie, à l'image du valeureux conseil municipal de la commune de Target (10 km de Chirat l'Eglise) dans l'Allier qui a déjà émis un avis défavorable sans compter les inquiétudes d'une autre commune et des populations concernées.

Pour bien comprendre ce projet de porcherie, nous allons vous présenter l'historique, le projet, le plan d'épandage, les observations du public, le point de vue du pétitionnaire, l'avis motivé du commissaire-enquêteur et ce, dans le menu détail.

Nous connaissons depuis de nombreuses années tous ces projets de porcherie et si les associations environnementales faisaient leur "boulot", nous n'aurions pas à monter "au créneau" pour alerter l'opinion publique.

HISTORIQUE

Le 27/08/2012, Fabienne SIMONIN et Frédéric VERNADEL ont sollicité autorisation du préfet de l'Allier pour étendre l'élevage de porcs existant situé à "Le Bouys" à Chirat l'Eglise à un projet classé sous la rubrique 2102/1° de la nomenclature des installations classées.

Depuis le 25/07/1999, l'arrêté préfectoral (n° 5909/99) leur donne déjà l'autorisation pour un élevage de porcs correspondant à 1086 "animaux équivalents" (les bovins comptant environ 120 têtes).

FAUT-IL RECOMMENCER L'ENQUETE PUBLIQUE ?

Petit clin d'oeil au tribunal administratif de Clermont-Ferrand : le GAEC SIMONIN-VERNADEL (Siret 41069335200016, capital social : 399 000 euros, APE 0146Z) a été créée le 30/01/1997 et non pas... en 2010.... comme c'est indiqué dans le rapport du commissaire-enquêteur, Jacques COMBAUD !!!! Les comptes concernant le Chiffre d'Affaires n'ont pas été déposés en 2011 et pour 2012, les comptes ne sont pas disponibles. Pourquoi ?

Les élus de la commune de Chirat l'Eglise (Nicolas DUBOISSET, Bernadette BARADAT-FOURANE, Evelyne NIAUX-PETER, Marie-Noëlle SEMPERBONI, Hervé BERTHON, Roland BIDET, Michel FORET, Fabrice SERRE, Gérard THEVENIOT, Philippe TOUZAIN), le savent-ils, eux ?

La surface exploitable est aujourd'hui de 129 ha. Une fabrique d'aliment à la ferme a été créée en 2007 ; la production d'aliment est de 690 T actuellement pour l'essentiel des céréales produites, pour une part sur la ferme et devrait passer à 2 500 T.

L'élevage répond à 2 cahiers des charges :

- une filière certification de conformité de produit "Qualité Carrefour" filière non OGM

- le système Viande porcine française garantie de traçabilité.

Les animaux sont et seront abattus à Lapalisse. La coopérative CIRHYO à Montluçon assure et assurera la commerialisation des porcs et le conseil technique.

Nous avons pris contact avec la coopérative CIRHYO, où après nous avoir raccroché au nez parce que nous serions des "opposants", alors que nous souhaitons juste quelques infos concernant le "conseil technique" apporté à ce projet.

Nous avons pu - brièvement - "parler" - une seconde fois - avec le directeur, Mr DUTOIT qui parle d'une "opposition à caractère immobilière dans une zone ultra-agricole", nous indiquant de façon laconique "On est pas dans la communication". Amen ! Bouche cousue

Le président de CIRHYO, Francis LE BAS, a été mis au "parfum" sur son portable. Espérons que sa réunion à Clermont-Ferrand n'en sera pas "perturbée" !

Nous serons donc, de façon évidente, attentifs à la "Communication" sur ce projet de porcherie à Chirat l'Eglise, de la part des 25 administrateurs (GAEC, SCEA, EARL, SARL, etc...) de cette coopérative CIRHYO !

A moins que les associations de consommateurs de la filière "CARREFOUR" nous donnent, eux, leur point de vue et ce, au niveau national !

Nous ne sommes pas des "chiens" comme nous l'avons expliqué à CIRHYOLe service de presse du ministère de l'Ecologie et du Développement durable en sera informé ! Assez de non-communication des professionnels du monde des porcheries !

Les populations concernées par les projets de porcherie ont le droit d'être informées de A à Z sur TOUS les sujets et notamment ceux ayant trait aux plans d'épandage et au bon suivi de la protection des animaux !

Pour tout contact concernant le projet de la future association environnementale de lutte contre le projet de cette porcherie, merci de nous envoyer un mail via le formulaire de contact. Merci.

PS : 

STOP AU MARTYR INFERNAL DES COCHONS

ELEVES SUR CAILLEBOTIS !

ORGANISONS LA RESISTANCE !

a2016.jpg

Plusieurs abattoirs utilisent l'électronarcose pour rendre les cochons inconscients. Des tenailles électrifiées sont plaçées chaque côté de la tête du cochon. Il arrive fréquemment que le voltage soit inadéquat ou pas assez élevé ou que l'instrument ne soit pas maintenu assez longtemps sur l'animal ce qui fait que les cochons sont encore conscients lorsqu'ils sont saignés ! Si tous les gens savaient ce qui se passe réellement dans les grandes fermes industrielles d'aujourd'hui, peut-être y penseraient-ils deux fois avant de se délecter de viande de cochons martyrisés!!! La transformation intentionnelle d'une telle vie en une masse de souffrance et de désespoir est un crime ! Qu'est-ce, sinon celà ?

La suite de ce projet de "Goulag à cochons" à suivre au prochain numéro

MCDP

STOP aux épandages aériens de pesticides dans le Lot

Delphine Batho, ministre de l'Ecologie, vient de déclarer sur BFM TV qu'elle souhaitait l'interdiction pure et simple des épandages aériens : nous attendons donc des actes, en conformité avec les mots.

Dans de nombreux départements français, les préfectures autorisent des épandages aériens de pesticides toxiques qui risquent de décimer les abeilles. C'est le cas du Lot où j'habite et où j'anime une association de protection de la nature.

J'ai décidé d'agir avant qu'il ne soit trop tard. Le Préfet du Lot M. Gonzalez a ouvert une consultation publique sur le sujet, qui prend fin aujourd'hui. J'ai donc lancé une pétition urgente sur Change.org lui demandant d'interdire ces épandages dangereux. Et des milliers de voix pourraient le convaincre de prononcer l’interdiction.

Cliquez ici pour signer ma pétition

Le problème concerne toute la France. Alors que d'autres préfets cèdent à la pression des lobbys de l'agrochimie pour autoriser ces produits dangereux, une première victoire dans le Lot pourrait envoyer un signal fort remettant en cause l'ensemble des autorisations.

Cliquez ici pour rejoindre mon appel

Je sais combien les abeilles, garantes du maintien de la biodiversité, sont directement menacées par l'exposition aux pesticides utilisés dans l'agriculture. En raison de sa dangerosité pour la santé animale et humaine, l'épandage aérien de pesticides est d’ailleurs interdit en France depuis 2010. 

Mais un arrêté ministériel de 2011 autorise les préfets à accorder des dérogations, qui sont en train de devenir la norme: 800 demandes de dérogation ont été déposées dans le pays depuis le début de l'année, et plusieurs préfectures les ont déjà acceptées.

La pression est en train de monter : citoyens, apiculteurs et élus se mobilisent pour refuser ces épandages. C'est le cas dans le Lot où ensemble, nous remettrons ma pétition à la fin de la consultation publique. Avec votre aide, nous pouvons gagner.

Signez ma pétition demandant au Préfet du Lot d'interdire les épandages aériens de pesticides.

Merci d'agir pour faire changer les choses

Nathalie Chalut-Michel

Week-end de résistance à la ligne THT Maine-Cotentin (I)

Pourquoi Le Canard Enchaîné

risque bien de mettre

d'en remettre une nouvelle couche !!!

Du 22 au 24 juin dernier a eu lieu un week-end de résistance à la construction de la ligne THT (Très Haute Tension) Maine-Cotentin. Ce week-end s'insrivait dans la continuité de réflexion, d'informations et d'actions collectives menées depuis plusieurs mois.

Les deux premiers jours étaient consacrés à des échanges entre locaux et militant(e)s antinucléaires venu(e)s d'un peu partout.

Deux cortèges sont partis du camp, l'un marchant vers la mairie du Chefresne, l'autre vers les pylônes. Ces deux cortèges étaient totalement solidaires, en lien permanent, et poursuivant la même volonté politique.

Au sein de ces deux cortèges, les militants indiquent qu'ils étaient une vingtaine, tous antinucléaires, à s'être constitué comme un groupe "médical" autogéré en capacité d'assumer les premiers secours.

Au sein même de cette équipe médic, ils se sont inscrit dans une perspective politique d'échanges et de transmissions de savoirs et pratiques, rejetant les notions d'experts et de spécification des tâches.

Selon les opposants à la ligne THT Cotentin-Maine, ce constat se veut précis des événements et tiens à dénoncer "les violences « policières » assumées et préméditées par la préfecture de la Manche" qui ont eu lieu ce dimanche 24 juin mais aussi parce que cette journée n'est ni à oublier ni à banaliser, et qu'elle marque une nouvelle fois l'impunité et la monstruosité militaire.

il a semblé important aux militants que ces constats et ces dénonciations soient diffusés largement aussi bien au cercle antinucléaire, aux professionnels en contact avec les victimes, qu'à n'importe qui ayant à faire aux forces de l'ordre.

Cela, à la fois en solidarité avec nos ami(e)s et aussi, à visée d'auto-médiation..

A suivre

Chantal LEVEQUE & Paul TOP

STOP THT Cotentin-Maine : derrière l'urgence, la bêtise.

Retour sur le week-end de résistance

du CHEFRESNES !

Témoignage sur un scandale :

"Avancer en ayant oublié sa tête c'est revenir en ayant perdu un bras.

Laisser place à la fragilité ou tout détruire.

Je me suis fait tirée dessus par un flic.
J'ai 15 impacts de métal dans le corps et ils y resteront ; la jambe, l'os
du genoux, le vagin, le sein, le bras. Le nerf de mon bras droit a été
sectionné, on a du opérer. Dans un an peut être je retrouverai ses
capacités.

J'écris pour qu'"on" ne puisse pas dire qu"on" ne savait pas. Qui veut
savoir sait.
J'écris pour qu'on arrête de nous censurer, frapper, enfermer, tuer
derrière une soit disant démocratie et un soit disant état de droit.
J'écris parce que je n'en peux plus qu'on renvoie les violences aux pays
lointains et pauvres en se décharge lâchement des questions
révolutionnaires qui se posent en tunisie, en lybie, en Egypte, en Syrie
... disant qu'en France c'est pas la même, qu'en France c'est différent,
et même pire...
Ecrire parce qu''à 20ans j'ai subie, vu et entendu trop de violences
policières derrière des vitrines de mensonges et de propagande marchande.
Écrire parce qu’il m'est insupportable de sentir cette boule d’angoisse
dans mon ventre quand je croise un flic, et ce brouillard de solitude et
d'impuissance face au système policier.
Écrire faute hurler que ça ne peut plus durer, et de prendre acte.
Ecrire parce que la liberté dans la civilisation occidentale est un
mensonges meurtrier.
Ecrire parce qu'il y a trop de silences et de mensonges sur la répression,
sur nos luttes, sur les dangers du nucléaire, entre autre, sur la violence
du système.

Cette fois-ci, ça s'est passé au Chefresne, une commune qui résiste à
l'implantation d'une ligne très haute tension de 170 km de long (cette
ligne participe à la création d’un gigantesque réseau de circulation
d’information mondial, avec non seulement vente d’électricité mais aussi
contrôle des populations et automatisation de leurs échanges avec
l’administration centrale. Le courant électrique sera produit par des
éoliennes en mer du Nord, par des centrales nucléaires comme l’EPR de
Flamanville, mais aussi mécaniquement par les trois réacteurs de Tricastin
qui sont maintenant libérés de l’alimentation électrique de l’usine
Eurodif qui a fermée.
Mais je porte en mois bien des blessés, bien des morts, bien des non dits,
pas qu'en France, pas qu'ailleurs .
Je porte en moi des prisons pleines et je sais les impunités à répétions
pour les bourreaux légitimes.
Amin Bentounsi a été assasiné le 21 avril par balle, dans le dos, et suite
à ça des policiers manifestent armés, en uniforme, revendiquant le droit
de tuer en prevention.
Depuis leur mise en services le flash ball, les grenades assourdissantes
et celles de desencerclement ont fait beaucoup de blessés, des oeils perdus,
des plaies, des handicaps, des morts; personne n'a gagné devant la
justice.
Je sais des villes de plus en plus sécuritaires, un arsenal juridique de
plus en plus liberticide, le perfectionnement du contrôle de la population
en meme temps que celui des frontières.
J'écris parce que j'en ai marre qu'on me demmande si "ça va". A ceux à qui
j'ai dit "oui", la politesse ou l'habitude.
Bref.

Nous nous sommes fait tirés dessus sous des pylones THT qui pullulent dans
la campagne, dans un désastre mondial qui menace de péter à tout moment et
dans lequel on nous voudraient civilisé, passif. Nous, à force, dépossédés
de presque tout; de notre histoire, de son sens, du langage, de
l'information, de nos corps, de nos désirs, de notre temps, de nos vies.
Alors qu'on nous voudraient inoffensifs, craintifs, non violents, je ne
veux pas qu'on me parle comme à "la malade", qu'on m'infantilise, qu'on me
plaigne. J'ai besoin qu'on prenne soin des uns des autres, pour durer,
j'ai besoin qu'on riposte aussi. J'ai besoin, pour guérir, d'un système
sans flics, sans pouvoir.
Oui, tenons compte des dégâts d'un fragment de guerre sociale explicite,
de son lot de douleurs et de violence, mais n'abandonne pas, organisons
nous. Ce qui ne tue pas rend plus fort parait-il, à condition de ne pas se
mentir.

Vous voulez des détails? Les mass-médias sont venus dans ma chambre
d’hôpital avant l'opération. Un médecin généraliste, présent sur le camps,
avait témoigné des violences policières et de l'utilisation d'armes de
guerre ( grenades de Dé-encerclement, grenade assourdissantes, gaz
lacrymogène, matraque...) laissant de nombreux blessés. Il avait été
formidable sur le camps mais là il arrivait géné ; les mouches à merde du
pouvoir, autrement dit les journalistes, voulaient filmer les impacts de
métal dans les corps pour diffuser le témoignage. Pas d'image, pas de
parole, c'était leur chantage. Ils restèrent une heure dans la chambre,
tentant de se défendre de la bassesse de leur journaux.
En voyant, sans surprise, ce qui en sort, un rectificatif s'impose.

L'avancée des travaux de la ligne rend plus qu'urgente et nécessaire une
résistance concrète et de terminée sur les infrastructures.
"Il est maintenant évident et nécessaire, vu ce que nous imposent les
pylônes dressés sur nos terres, que beaucoup de personnes sentent l’envie
en eux d’agir directement contre ce maillon faible de l’industrie
nucléaire vu l’inacceptable répression des opposants, les droits
fondamentaux des personnes bafoués, les humiliations qu’inflige RTE à la
population."

Ces lignes participent à la dépossession de nos vies et s'imposent avec la
même arrogance et le même fascisme que l'aéroport à Notre Dame des Lande,
le tgv entre Lyon et Turin, la centrale à gaz au Finistère, les
éco-quartiers dans nos villes gentrifiées ou encore que les prisons à
visages humains, belle image de l'hypocrisie du merdier actuel.
Alors d'où vient la violence?

On le sait et on peut s'en indigner après coups, mais il est important de
le rappeller : les appels publiques de rencontres ou d'action entrainent
inévitablement un énorme déploiement du dispositif policier: Occupation
policière et militaire du territoire, contrôle et fouilles de ceux qui y
passent, surveillance (hélicoptères, dispositif d'écoute), renforts
entrainés au terrain ( dans le cas du Chefresne, la spig, les garde mobile
de blain, entrainé sur la lutte de notre dame des landes). ILs étaient
plus de 500 armés sous les pressions d'une préfecture traumatisée par
Valognes (ou la perte de la maitrise d'un territoire.)
Leur volonté semble clair : casser le mouvement, faire mal, physiquement
et moralement.

Alors que les mass-media construisent méticuleusement la figure du
dangereux radical qui veut en finir (avec on ne sait quoi) et qui vient de
loin pour ça ( figure menaçante et complètement dépolitisée), ils passent
sous silence les luttes et la répression croissante qu'elles subissent. Un
territoire qui résiste est souvent occupé militairement, comme on le voit
au Chefresne, à Notre Dame des Landes ou encore au Val de Suse; Sur fond
d'expropriation, d'expulsions se déroulent quotidiennement les pressions
psychologiques, financières, judiciaires et policières. Derrière la soit
disant liberté de penser: l'interdiction d'agir. On nous tanne d'être non
violent sous une violence croissante.

Le 24 juin, une manifestation est partie vers le château d'eau, lieu de
rencontres et de résistances, expulsé le mercredi 20 juin. Un autre
cortège, dont je faisait partie, est allé en direction des pylônes (deux
debout et un encore au sol). Il est difficile de dire s'il faut
définitivement abandonner toute action de masse annoncée, si c'était un
casse pipe d'aller à ce qui ne serait qu'affrontement anticipé par des
flics mieux équipés, de se dire que la peur l'envie d'annuler était
presente la veille et le matin et qu'elle était peut être sagesse. Il
semble important de questionner nos mode de prise de descision dans des
moments d'urgence et de "spectacle" comme celui-ci. "La marche pour
l'honneur" mentionné dans un retour (lien ci dessus) laisse un triste
arrière gout de ces armées de déja-vaincus avançant vers leur perte. Etre
transversales, imprévisibles, inattendus pour ne pas devoir devenir force
militaire… Un ami me dit après coup " cette fois encore on est pas passé
loin de la mort, un d'entre nous aurait pu y rester".
Dans la campagne grise de gaz nous n'avions pas le rapport de force ou
l'intelligence nécessaire pour ne pas se faire repousser assez rapidement
et violemment vers le camp. On entendait des détonations, des cris et sur
la dernière charge les regards que je croisais étaient effrayés ou
souffrants. Les lignes de flics, en entendant "il y a des blessés, du
calme" se sont mis a charger en gueulant et tirant. Après avoir eu
l'impression de bruler, j'ai eu celle de perde mon bras, puis la peur
qu'ils nous tirent dans le dos ou qu'ils arrêtent. Quelqu'un m'a saisit et
m'a sortie de là.
A ceux qui disent que la guerre est finie, je leur dis qu'elle est
latente, cachée, mais qu'on peut compter nos morts, pour ne pas les
oublier. Un opposant est passé il y a quelque années sous un train castor
qu'il a voulu bloquer en s'enchainant sur la voie. D'autres y ont laissé
leur tendons, brulé par la disque use des flics qui voulaient les enlever,
d'autres … la liste est incomplète. Combien de morts par le nucléaire, de
Hiroshima à Fukushima en passant par ceux qu'on cache chez nous, combien
de tonnes de déchets qui s'entassent, combien d’irradiés, et combien de
faux débats démocratiques?

Là, c'était une tente médic pleine de blessés. Tristement mais
efficacement les gestes et les réflexes se mettent en place : soigner dans
l'urgence, maitriser sa douleur et accompagner celle des autres, évacuer
malgré les barrages de polices, éviter celui qui bloquaient l'accès à
l'hopital de st Lo, attendre deseperement les pompiers bloqués, subir la
réquisition d'un de leurs véhicules pour évacuer un policier égratigné au
détriment d'une fille risquant de perdre la vue ...

En arrivant à l'hopital, je raconte tous ça en montrant mon corps mutilé.
On s'indigne, on s’énerve, on déplore dans le service hospitalier pas
familier des violences policière de la France de 2012. Certains auraient
voulu aller à la manifestation mais travaillaient, certains m'ont dit en
levant le poing de continuer la lutte, d'autres n'en revenait pas,
quelqu'un m'a dit "nous avons fait la guerre en Normandie, on sait ce que
c'est". J'ai au téléphone un responsable de l’accessibilité des soins de
l’hôpital de st Lo ( par rapport au barrage, deux fourgons et une lignes
de garde mobile sur la route-sur la voie d'accès au CHU). Je répète, je
dis que les pompiers n'arrivent pas à accéder au camp, il me répond qu'il
fait ce qu'il peut. Il ajoute surtout qu'il reçoit, depuis le matin, des
pressions de la préfecture pour avoir le nom et la nature des lésions des
blessés du Chefresne. Il m'assure que le secret médical ne permet aucune
fuite. Je lui dit de tenir face aux pressions et je le remercie pour cela.

Je serai transférée et opérée. Je vous passe les moments où, dans cette
chambre, j'ai eu l'impression d'être en taule ou que j'ai craint l'arrivée
des flics, les moments où l’étonnement des gens me donnait envie de leur
dire mais ouvre les yeux et informe toi, l’inquiétude pour ceux resté au
camps, l'envie de parler avec tous ceux qui ont vécu ce moment, l'envie de
dire que je n'en veux qu'aux flics, l'envie de casser la télé ou d'occuper
le plateau au moment des infos régionales...

Je sais juste qu'un moment me hante; cette heure entière où, mon bras
anesthésié dans la salle d'attente du bloc opératoire, je n'ai pu
m’empêcher et m’arrêter de pleurer. Pas que mon bras, pas que ces éclats,
pas que le stress, mais la détresse de se savoir partie prenante d'une
guerre pacifiée et dont les raisons comme les conséquences ne resteront
connus que d'un petit nombre de camarades, noyées dans une indifférence
générale.

J'ai une grosse question dans la gorge, que faire maintenant par rapport à
cette violence policière. Je sais que je n'ai rien à attendre de cette
justice de classe sinon une tribune ou une médiatisation du problème. Et
encore. Je la sais quotidienne cette violence. Je nous sais nombreux
enragés. Je nous sais un peu seuls et démunis aussi.
Déjà j'en profite pour affirmer que ce n'est pas être violent que d'aller
avec casque masque à gaz et protection en manifestation, c'est la
condition de notre survie physique.
Ensuite qu'il nous faudra être plus intelligents que la police, que leur
juges, que leur infiltrés, que leur système de contrôle.
Et pour finir que j'aimerai bien qu'on ne laisse pas faire parce que l'on
sait, car "qui ça étonne encore", les violences policières sont entrées
dans la réalité et la banalité du politique.
Amal Bentounsi appelait à un mouvement national contre le permis de tuer
pour la police, j’appelle à une insurrection internationale contre la
police, ce qu'elle nous inflige, contre ce qu'elle défend, contre ceux à
qui elle sert.
C'est facile d'écrire mais on ne sait jamais que ça soit lu."

Le Front de gauche 43 à l'affût des rivalités FN/UMP dans le fief en lambeaux de WAUQUIEZ !

Le Front de gauche en embuscade !

Jean-François COPE et François FILLON

ne vont certainement pas apprécier :

le candidat Laurent WAUQUIEZ

a désormais honte de l'UMP !

plot-004.jpg

Animations inhabituelles au marché du Puy-en-Velay

(en ces temps d'élections législatives) :

les ânes étaient de sortie, place du Plot, samedi 2 juin

pour distraire les classes redevenues

subitement populaires ???

Le candidat du FN de la Haute-Loire, Pierre Cheynet, mène une campagne offensive contre le candidat UMP dans la première circonscription de la Haute-Loire, Laurent Wauquiez, qui n'ose même plus faire référence au parti qu'il a défendu pourtant, à bout-de-bras, avec des déclarations tonitruantes en faveur de la tendance dure, de feu le sarkozysme, en jetant les classes plus aisées contre les plus pauvres.

Cheynet s'en prend avec justesse aux trahisons et au cynisme de l'UMP qui lui ont coûté la victoire aux présidentielles, précisant même qu'Europe 1 indiquait, il y a quelques jours, que cette circonscription pouvait basculer puisque le FN pourrait très bien se retrouver en position de triangulaire en obtenant plus de 15 % des voix.

Le candidat du Front de gauche, Yves Prat, ayant de fortes chances de se retrouver au second tour.

Nous, au Front de gauche, nous observons tous que désormais sur l'échiquier politique français, il ne restera plus que deux fronts, à l'image de ce qui se passe dans la 11° circonscription du Pas-de-Calais où la population en a marre des partis traditionnels, Jean-Luc Mélenchon recevant un accueil chaleureux et Marine Le Pen également bien reçue à Hénin-Beaumont (L'Huma du 04/06).

Le FN de la Haute-Loire résume assez bien la situation de la droite de la Haute-Loire : "Démobilisée, divisée et en profond désaccord sur la stratégie, l’UMP départementale est en lambeaux, si bien que son chef de file Laurent Wauquiez a honte de s’afficher sous ses couleurs".

Et Cheynet d'enchaîner sur son blog : "Je comprends, au vu de la politique qui a été menée durant 5 ans, que monsieur Wauquiez ait honte de son parti. Aussi, je ne saurais trop lui conseiller d’en démissionner, pour éviter de tromper plus longtemps ses électeurs. Afin de faire oublier le bilan calamiteux de son gouvernement, le maire du Puy ressort l’argument éculé de l’apolitisme, tentant ainsi de se refaire une virginité politique… Il  nous explique qu’il serait devenu un candidat « sans étiquette » dégagé de tout engagement partisan. Cette posture est une double escroquerie. Une escroquerie politique, parce qu’il cherche à induire en erreur les électeurs de droite et qu’il les prend, accessoirement, pour des imbéciles. Une escroquerie morale également parce que Laurent Wauquiez, comme tous les candidats, a signé une déclaration de rattachement un parti politique grâce à laquelle son parti (en l’occurrence l’UMP) touchera 1,80 euros par voix obtenue au premier tour des élections législatives. Les électeurs qui voteront pour lui en imaginant voter pour un candidat sans étiquette financeront donc l’UMP à leur insu ! Outre son caractère malhonnête, cette stratégie d’évitement est indigne, et perturbe la campagne puisque Laurent Wauquiez a repoussé pour la seconde fois sa participation à un débat de France 3, dans le seul et unique but d’empêcher ses adversaires de lui rappeler son bilan…".

Cerise FN sur le gâteau UMP : "Et pourtant, c’est bien le même Laurent Wauquiez qui aujourd’hui court derrière le Front National pour tenter de se faire réélire ! Après avoir expliqué au lendemain du second tour de la présidentielle que l’échec de Nicolas Sarkozy était dû à la stratégie de Patrick Buisson, après avoir regretté tout haut que la droite parle trop d’immigration et d’insécurité, le voilà qui fait machine arrière et qui, il y a quelques jours, se fend d’un magnifique copier/coller de mon dernier communiqué de presse relatif à la situation des fonctionnaires de police dans notre département. C’est une réelle satisfaction pour le Front National qui peut déjà se targuer d’avoir gagné une bataille politique, en amenant sur son terrain un homme qui l’a méprisé durant tant d’années. Je songerai tout de même la prochaine fois à lui réclamer des droits d’auteur… On voit bien ici que plus le Front National est fort, plus la droite est obligée de prendre en compte ses électeurs.".

numerisation0004-2-2.jpg

Tandis que la tendance dure de la droite extrême et son allié objectif l'UMP se déchirent, le Front de gauche 43 veut réussir le changement à gauche en menant une campagne active pour inverser la donne en donnant toute sa place aux électrices et aux électeurs de la Haute-Loire qui sont déterminés à en finir avec un des éléments le plus radical du sarkozysme qui n'a eu de cesse de s'attaquer aux classes populaires, (ce qui lui a valu un recadrage de la part du défenseur des valeurs chrétiennes, François Fillon) :

- Un peuple souverain (démocratie renouvelée : proportionnelle à toutes les élections et droit de vote aux immigrés, égalité homme-femme et lutte contre les discriminations, régularisation des sans-papiers, abrogation de la réforme des collectivités, indépendance de la justice et des médias)

- Des emplois stables et un pouvoir d'achat renforcé : (primauté du CDI, limitation des emplois précaires, augmentation du SMIC à 1 700 euros, réduction effective du temps de travail à 35h, interdiction de licenciements boursiers, création d'un pôle financier public pour soutenir les petites et moyennes entreprises)

- Une agriculture paysanne : (Un juste prix pour les produits agricoles et l'encadrement des marges des intermédiaires. Une aide à l'installation des jeunes agriculteurs - JA - et une plus juste répartition des aides. Une agriculture écologique et productive. La diversification des activités agricoles. Une véritable reconnaissance de l'agriculteur dans l'espace rural),

- La lutte contre la précarité et le droit au bonheur : (Logements accessibles et encadrements des loyers. Vaste plan de construction de logements sociaux. Garantie d'accès à l'eau, au gaz et à l'électricité. Retraite à 60 ans à taux plein. Pas de retraite inférieure au SMIC)

- Une Europe des peuples : (Lutte contre la dictature des marchés financiers, construction d'une Europe sociale, écologique, solidaire, audit citoyen sur la dette publique...)

- Des services publics partout et pour tous : (en réponse aux besoins vitaux de la population avec des tarifs justes et identiques sur tout le territoire. Création de postes : école, santé, hôpitaux, police, transports. Remboursement des frais médicaux à 100 % par la Sécurité Sociale - Accès gratuit à l'IVG. Arrêt du démantèlement des hôpitaux publics. Prise en compte de la perte d'autonomie dans le cadre d'un service public. Mise en place d'un pôle public du médicament. Création d'un pôle public de l'énergie. Création d'un service public de l'eau et de l'assainissement)

- Une grande ambition pour l'éducation (de la maternelle à l'université. Egalité d'accès aux savoirs sur tout le territoire. Plan de lutte contre les inégalités sociales à l'école. Plan de recrutement ambitieux dans l'Education nationale. Véritable formation pour les enseignants. Développement de l'enseignement professionnel public. Des moyens pour l'enseignement supérieur et la recherche. Suppression de la loi LRU sur l'autonomie des Universités).

numerisation0004-9.jpg

Les étrangers pointés du doigt

Personne n'a oublié que le maire du Puy-en-Velay a jugé anormal que le système de protection social, "le plus généreux d'Europe", permette aux étrangers, "très facilement, de bénéficier de nos différents outils de solidarité" (source : Europe 1).

Sympa, non, pour la promotion "Mandela" de l'ENA !

Des déclarations inadmissibles qui méritent une mise au point de l'évêché du Puy-en-Velay puisque l'église catholique comporte de nombreux prêtres étrangers dont certains sont issus de l'immigration.

La France a balayé le sarkozysme, la Haute-Loire doit renvoyer Laurent Wauquiez des bancs de l'assemblée nationale pour avoir essayé de diviser la nation qui est une et indivisible.

Tous les étrangers sont les bienvenus en France.

Ce sont les gouvernements de droite et de centre-droit qui ont fait venir chez nous, après la guerre, tous nos amis immigrés qui ont toujours fait le sale boulot que les français ne voulaient pas faire.

Polonais, Portugais, espagnols, turcs, tunisiens, marocains, algériens, etc... sont nos amis et jamais ne seront des parias !

Personne n'a oublié l'hallali inutile et de mauvais goût de Guéant contre le halal !

Personne ne veut stigmatiser une partie de la population française parce que nous aimons tous le waterzooi belge, le smörgasbord suédois, le tiroler Gröstl autrichien ou le bortsch russe !

Curieux, non, quand l'étymologie de "Wauquiez" serait un nom de personne d'origine germanique, rencontré sous la forme Walcher, issu sans doute des racines "walah" (= étranger) et "hari" (= armée) ?

Une simple recherche sur les sites généalogiques et sur les fiches professionnelles de Laurent Wauquiez montre parfaitement qu’il n’a aucune racine historique en Haute-Loire et que son patronyme n’a absolument rien à voir avec le terroir français.

En effet, ce patronyme est majoritairement porté dans le département du Nord, en France, mais ses racines “walah” (= étranger) et “hari” (= armée), sont indubitablement d’origine germanique, et correspondent à de nombreux patronyme de famille installée de l’ouest de l’Allemagne à l’extrême pointe de la Russie. 

Les racines de la famille "Wauquiez" sont donc très éloignées du territoire de la Haute-Loire et de la ville du Puy-en-Velay !

numerisation0003-2-4.jpg

Comme par hasard, le collectif PPVV est venu distribuer

des tracts en faveur de l' "ami" politique Wauquiez ?

Alors que le PPVV ne cherche pas à savoir qui

est le ou les responsables de la contamination

du captage d'eau potable de Fontaurige

situé dans sa commune de.... Cayres !

Et puis, personne, en Haute-Loire, n'a oublié que Laurent Wauquiez, ce politicien fut imposé en Haute-Loire, par Jacques Barrot (condamné pour financement illégal de son parti, mais amnistié grâce à une loi votée par ses amis de la majorité présidentielle), puis repéré par Jérôme Monod (mis en cause dans l’affaire Carignon).

Ledit Monod, président-directeur général, puis président du conseil de surveillance, de la Lyonnaise des eaux, fusionnée en (1990) avec Dumez, puis avec SUEZ en 1997 et rebaptisée de ce seul nom... en 2001.

Bouche cousue

Paul TOP

Les maoïstes de l'UMA épaulent le Front de gauche au Puy-en-Velay

Paul TOP et l'UMA

militent en Haute-Loire

pour les candidats du Front de gauche

place du Plot au Puy-en-Velay !

numerisation0001-13.jpg

Plus d'une dizaine de maoîstes de l'UMA sont venus distribuer des tracts en faveur des candidats du Front de gauche, hier matin sur le marché très populaire du Puy-en-Velay.

Nous sommes venus aider Yves Prat et sa suppléante Odile Maurel candidats dans la 1ère circonscription et Michelle Chaume avec son suppléant Didier Roux de 2ème circonscription de la Haute-Loire afin de ne pas faire réélire les candidats de l'UMP.

Nous avons pu constater la présence du président du conseil régional d'Auvergne, René Souchon, qui s'est longuement entretenu avec le camarade Paul TOP.

A noter la présence de la camarade Cécile Cukierman, sénatrice Front de gauche de la Loire à la réunion départementale du Front de gauche 43, mardi 5 juin 2012 à 20h30, salle Fourneyron au Puy-en-Velay (l'UMA ne pourra être présente puisque nous participons à des tractages dans les quartiers populaires dans la 5° circonscription du Puy-de-Dôme en faveur du candidat du Front de gauche André Chassaigne).

Débarrassons la Haute-Loire de ces élus qui ont été à la pointe du combat contre les classes défavorisées de ce département où l'injustice sociale est devenue plus que très inquiétante. A la présidentielle, l'UMP a sérieusement pris une sacrée déculottée.

Les priorités du Front de gauche sont l'augmentation des salaires (SMIC à 1700 EUROS BRUT) et non pas des actionnaires, la priorité à l'emploi et non pas aux profits, le combat contre les inégalités avec des services publics partout et pour tous, le pouvoir au peuple et non pas à la finance, le rejet de l'Europe libérale, la lutte contre la précarité et le droit au bonheur, la défense et la généralisation de la laïcité dans le respect de TOUTES les religions.

Rappellons que l'UMA et le Front de gauche sont fermement opposés au projet de méga décharge à Cayres-Séneujols et soutiennent donc, sans discussion, tous les opposants apolitiques.

Nous répondrons donc toujours présent pour la défense de la lentille AOP, le tourisme, l'économie locale et nos agriculteurs qui ont tant souffert sous l'ère sarkoziste que les électrices et les électeurs ont lourdement sanctionnée.

Chantal LEVEQUE

Legislatives 2012 à Agen : Jamalat Abou Youssef candidate palestinienne

Après de nombreux combats en Palestine.

Suppléante au profil atypique,

Jamalat Abou Youssef

participe à son premier scrutin en France

C’est dans le journal "Sud-Ouest" !

Agen vendredi 25 mai 2012 Legislatives_ NPA_ Jamalat Abou Youssef 20120525_photo_JLB_5406 (Borderie Jean Louis)

"Elle est née au milieu de la vigne et des vergers de prunes. À des milliers de kilomètres du Lot-et-Garonne, à Halhoul, près d’Hébron en territoire palestinien. Avant d’étudier la comptabilité à l’université de Bethléem, Jamalat Abou Youssef a connu les travaux des champs sur l’exploitation familiale.

En arrivant en France il y a cinq ans, où elle a suivi son Français de mari, rencontré en Palestine lors de la seconde Intifada, Jamalat est retournée aux champs, comme saisonnière agricole. Aujourd’hui, elle est employée au planning familial d’Agen, « en contrat aidé. C’est le lot d’une femme immigrée. L’accès au travail est difficile, limité à des champs d’action très restreints comme le ménage ou les travaux agricoles. »

Jamalat Abou Youssef a acquis la nationalité française il y a huit ans et est une des rares représentantes des territoires à vivre en Lot-et-Garonne : « Je connais une autre Palestinienne, à Agen. Elle est médecin généraliste mais au chômage… »

Printemps arabes

Son parcours est complexe et riche de nombreux engagements militants, à commencer par celui de la défense des paysans contre la confiscation de leurs terres par les colons israéliens ou son travail au sein d’une ONG palestinienne de défense des femmes travailleuses. Jamalat est une femme de lutte et c’est tout logiquement qu’elle a aussi décidé de s’investir localement en devenant suppléante de Vladimir Belmon, candidat du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) aux législatives sur la circonscription d’Agen-Nérac.

Une suppléante pour le moins atypique si on la compare à ses homologues engagés dans cette course. Jamalat sait pertinemment que le duo n’a aucune chance de l’emporter. Mais qu’importe… « On ne fait pas campagne pour gagner et le changement passe par la révolution des peuples, pas par les urnes. » Des révolutions, elle en a suivi quelques-unes. Les plus récentes datent du printemps arabe. Désormais, c’est la phase tout aussi délicate des élections de l’autre côté de la Méditerranée qui la préoccupe.

Jamalat se décrit comme « une militante internationale ». Elle est donc « aussi concernée par les problèmes locaux : la jeunesse, le droit des femmes, le chômage ou la crise due au système capitaliste » et rappelle que « les questions internationales concernent aussi les Français ».

Paysans locaux

En parcourant les journaux, elle a été surprise de voir que la presse et les partis politiques français consacraient si peu de place à ces questions. C’est finalement dans l’hebdomadaire du NPA qu’elle a trouvé son compte, des prises de position qu’elle partageait sur la mondialisation ou la justice sociale. Longtemps membre de la gauche palestinienne, elle s’était rapprochée du Parti communiste français (PCF) mais n’a pas adhéré à « sa vision trop occidentaliste de la cause palestinienne ».

Aujourd’hui, Jamalat Abou Youssef dit s’inquiéter pour l’avenir de son enfant. « Ici, la situation est plus favorable, reconnaît-elle. Mais comment ne pas penser à ceux qui souffrent en Afrique et dont personne ne parle ? » Localement, en campagne, sa « première pensée va aux paysans ». Du candidat Vladimir Belmon qu’elle soutient, elle se montre assez admirative : « Il est responsable et se sent concerné pour la jeunesse française et l’avenir de son pays. C’est un jeune (il a 20 ans, NDLR) comme il y en a trop peu, un modèle qui travaille et se mobilise. »

L’après législatives

Si elle a voté à la dernière présidentielle, « seulement au premier tour », elle n’attend donc pas grand-chose de ces législatives mais apprécie qu’elles permettent de porter le débat sur des questions trop souvent absentes à son goût. La « situation catastrophique » que connaît aujourd’hui le peuple palestinien, sous la contrainte « d’une occupation sioniste » dont l’emprise grignote le territoire de son enfance, la révolte toujours autant.

Alors, même si son enfant a une vie plus douce ici, une fois les élections législatives passées, la petite famille retournera s’installer en Palestine : « Ça bouge là-bas. Je serai peut-être plus utile. »

Source : http://www.sudouest.fr/2012/05/28/f...

CEP

Rose bonnet et bonnet rose pour les candidats du PS aux législatives 2012

Les candidats socialistes aux législatives 2012

en Auvergne ont tous les mêmes phrases

dans leurs tracts de campagne !

L'originalité n'est pas vraiment le maître mot des candidates et des candidats du parti socialiste qui ont les mêmes textes dans leur bulletin de campagne distribué aux électrices et aux électeurs.

Pas de quoi "électriser" une campagne électorale, en effet.

Ainsi, dans la circonscription du Puy-en-Velay-Yssingeaux, Guy Vocanson et sa suppléante Arlette Arnaud-Landau, André Chapaveire et son suppléant Gérard Conver dans la circonscription du Puy-en-Velay - Brioude ont le même document départemental...

numerisation0015-2-3.jpg

...tandis que dans la 1ère circonscription du Puy-de-Dôme, Odile Saugues et Bertrand Pasciuto candidat suppléant ont les mêmes mots que leurs compères de la Haute-Loire !!!!

numerisation0016-1.jpg

La sortante, Odile Saugues a même rajouté rajouté sa petite signature.

Pour faire plus local ?

Réflexion matinale sur les limites de la PAC près du captage d'eau potable pollué à Fontaurige dans le Velay

Depuis 1996 la production agricole stagne

et les gains de production régressent :

il nous faut un grand bond en avant !

numerisation0007-2-1.jpg

L'INRA vient de publier dernièrement une étude intitulée "L'agriculture et l'agroalimentaire français à la recherche d'une compétitivité perdue" qui confirme et valide parfaitement des idées développées dans le livre de Gérard Le Puill, auteur de "Bientôt nous aurons faim" !

Jean-Pierre Butault et Vincent Réquillart, les deux auteurs de cette étude, indiquent que "depuis 1996, la production stagne et les gains de productivité ont régressé pour s'établier à environ 0,6 % par an", contre un taux moyen de 1,6 % entre 1960 et 1996. Ils citent l'avis d'agronomes qui y voient les effets du changement climatique et des monocultures de rentes, à l'opposé des bonnes pratiques agronomiques basées sur des rotations longues en grandes cultures et sur la recherche d'une autonomie fourragère maximale en élevage.

N'est-il pas grand temps de s'interroger sur l'importation de plus en plus croissante de tourteaux de soja des Amériques dans l'espoir d'exporter encore plus de poudre de lait et de viande porcine en Asie ?

N'est-il pas grand temps de penser l'agriculture de demain pour nourrir d'abord les Européens en optant parallèlement pour des pratiques agronomiques qui réduiraient considérablement les émissions de gaz à effet de serre, dans les processus de production et de transport alimentaire ?

N'est-il pas grand temps de faire connaître au peuple de base les notions de "règle verte" et de "planification écologique" évoquées par Jean-Luc Mélenchon au cours de ces campagnes électorales ?

En effet, puisque le pétrole et les engrais vont être de plus en plus chers, ne devons-nous pas passer par la création de nouvelles ceintures maraîchères et fruitières autour des villes et par la plantation d'arbres nourriciers sur les terres pauvres et pentues et laissées à l'abandon dans de trop nombreuses régions agricoles de notre pays ?

Une idée géniale, que nous maoïstes, devrions inculquer au peuple de base pour la survie prochaine des masses citadines qui devraient passer plus de temps dans les champs de concentration agricole que dans les rues des grandes villes ou des banlieues salies par le consumérisme à gogo et l'ignorance crasse.

Paul TOP

Anguille de Hollande et écran de fumée au Puy-en-Velay :

A quelques semaines des législatives de juin 2012 !!!

lepouy-047-2.jpg

Marché européen, bio à toutes les sauces

promotion des produits agricoles de la Haute-Loire :

mais personne n'est dupe !

lepouy-064-2.jpg

Hier, au traditionnel et vaste marché du Puy-en-Velay (adieu veaux, vaches, cochons)...

lepouy-039-2.jpg

....les ruelles sentaient un air inhabituel de "rouge" pimenté de "vert" dans cette ville...

lepouy-038-2.jpg

....où l'on s'ennuie ferme parce qu'on la ferme, parce que la jeunesse de toutes les classes s'ennuie fermement dans cette "préfectorale" aux drapeaux européens en berne...

lepouy-030-2.jpg

....parce qu'il n'y a que très peu d'animations pour la jeunesse rayée de la carte, pas même une boite de nuit pour danser le jerk ou la javanaise hormis des cantiques pour les "grenouilles de bénitier" à l'affût derrière les fenêtres aux petits carreaux....

lepouy-046-2.jpg

....pour fêter la victoire de François Hollande allié aux centristes de François Bayrou, en passant par le Front de gauche aux écolos attachés à leur agriculture raisonnable et à leurs territoires exempts de pesticides !!!

lepouy-036-2.jpg

Après la sévère déculottée de la droite Sarkozyste, qui au niveau national, lors des présidentielles, a rampé honteusement vers les bulletins des fascistes du FN, suscitant la réprobation générale des centristes réunis autour de François Bayrou qui a appelé à un retentissant "Front national contre l'UMP", cette UMP ayant jeté les français contre les uns contre les autres notamment les pauvres bougres contre les plus aisés, expulsé sans ménagement les étrangers dont les Roms....

lepouy-061-2.jpg

....suscitant l'opposition de l'église catholique dont on vante les vertus encore aujourd'hui en Pologne pour redonner le "moral" aux divisions de feu Jean-Paul....

lepouy-053-2.jpg

...voici maintenant que l'on se met à faire la "promotion" de la verdure qui claque des dents...

lepouy-051-2.jpg

....et des produits issus du VOTE écologique des jardins de Cocagne ou des Estreys d'Espaly (où l'on cultive la solidarité et la fraternité entre camarades du peuple de base - sans distinction de race - bénéficiaires ou non du RSA que l'on a honteusement vilipendé, adhérents-consommateurs au revenu modeste ou consom'acteurs favorables à la justice sociale et à l'environnement, adeptes des écolabels, critiques du système vantant les "mérites" de la mondialisation, opposés aux OGM, etc...) .....

lepouy-049-2.jpg

.....alors que l'on espère "cajoler" les centristes de droite comme de gauche dans le bon sens du poil, alors que l'on sous-estime cette droite UMP au pouvoir qui a tout fait pour "casser" l'environnement que ce soit dans le nucléaire où dans différents domaines agricoles à l'image de ce "Fouquet's" Sarkozy...

lepouy-001-2.jpg

...au salon de l'agriculture 2012, qui "draguait" les paysans, en leur promettant de faire passer "en force" leur projets face aux tenants de l'écologie susceptibles de "bloquer" les dossiers de certains agriculteurs qui sont responsables, notamment, de la pollution des eaux de captage des sources, de l'eau potable ou des rivières avec l'emploi infernal des pesticides !

A titre d'exemple, nous attendons toujours le résultat de l'enquête de l'ARS AUVERGNE concernant les causes de la pollution de la source de Fontaurige à Cayres où l'eau potable destinée à la consommation humaine a été sévèrement contaminée (lors de mon dernier entretien avec François Hollande, je n'ai pas manqué de lui demander d'aller à la pêche aux informations).

Certaines satrapes de l'UMP ne manquent pas d'imagination pour nous "rouler dans la farine" en voulant faire mine de se rapprocher du peuple de base alors qu'ils ont exprimé, il y a à peine une semaine, leur sentiment de vouloir nous écraser encore de plus belle, comme le raconte cette semaine notre confrère Le Canard Enchaîné (09/05/2012) "... Les législatives sont jouables, mais il faut que, d'ici là, tous ceux qui ont proposé Bayrou comme Premier ministre, ceux qui ont dérapé, les Jouanno, les sociaux et les humanistes ferment leur gueule".

Le Canard Enchaîné poursuit à propos de cet apprenti dictateur "Sarkozy le déchu" devant les dirigeants de l'UMP qui lui tressaient des couronnes. Son discours est violent : il flingue "toutes ces chapelles, ces humanistes qui ne servent à rien...".

Les législatives sont "jouables" en Auvergne et plus particulièrement en Haute-Loire ? LOL !

Et bien nous, nous les humanistes de la société civile, nous devons montrer notre force de notre caractère aux candidats-représentants de l'UMP lors des prochaines législatives en les écrasant de toutes nos forces.

Pas de paix pour cette engeance et nous savons tous que Sarkozy, le 16 juin 2012, redeviendra un "simple Français parmi les Français", un justiciable comme les autres justiciables puisqu'il perdra son immunité présidentielle, et que nous verrons bien ce que nous verrons, nous verrons bien si le juge Jean-Michel GENTIL sera ravi ou non de l'interroger sur l'affaire BETTENCOURT (Eric WOERTH, trésorier de la campagne du candidat SARKOZY en 2007 : mis en examen, Patrice de MAISTRE : au trou), nous verrons bien ce que désignait "NS" figurant sur l'agenda de l'ex-patronne de l'Oréal le 24/04/2007 entre les deux tours de la présidentielle, tout comme nous verrons bien à quoi ressemble le dossier Karachi qui intéresse vivement les juges Renaud VAN RUYMBEKE et Roger LE LOIRE, sans compter des "broutilles" comme l'affaire dite 'des fadettes", "l'atteinte à la présomption d'innocence" de COLONNA, la "dénonciation calomnieuse" déposée par Médiapart.

lepouy-033-2.jpg

Oui, nous verrons bien en direct de l'Europe, demain, nous verrons bien, nous les "salauds" d'humanistes, nous les bouffeurs de merguez, à quelle sauce nous "boufferons" ce bouffon qui deviendra un "simple Français" comme ses sbires tentés par la main tendue vers la tentation fasciste dont nous avons vu à quoi elle pouvait ressembler lors de la pseudo "conférence de presse" de feu l'association terroriste GPEP (Groupe de Protection des Eaux du Puy) qui a menacé la sécurité de l'Etat dans les bois du massif du Devès dont le feuilleton risque bien de devenir le sujet de lecture des prochaines nuits sur la table de chevet de François Hollande... mis au parfum sur cette saloperie locale, en cette journée du 1er mai 2012, fête du travail, des vraies valeurs et du muguet à... Nevers où nous avons célébré notre RESISTANCE aux fascistes et à leurs collaborateurs !

Paul TOP

SCANDALE de la contamination des captages de l'eau du robinet de FONTAURIGE-CONDAMINE et ROULON dans le Velay :

Risques sanitaires à 20 km du Puy-en-Velay !

jusqu'au 19 avril 2012 :

combien de personnes ont

consommé de l'eau contaminée ?

numerisation0002.jpg

Flèche bleue (Condamine), flèche rouge (Fontaurige et forage de 1991)

Cela fait plus d'un an que l'Idiot provincial tirait la "sonnette d'alarme" sur les risques de pollution des captages en eau potable de Fontaurige et du forage de 1991 ainsi que du périmètre de protection du captage en eau potable de Condamine à Cayres !!!

STOP AU TOURISME

dans la région du lac du Bouchet !

Le prélèvement du 16 avril 2012 a été effectué sur la commune du Brignon, à 8km au Sud-Est.

En cette période de vacances scolaires, combien d'enfants restés à la maison ont-ils été éventuellement contaminés ?

Est-il normal que la population des villages concernés n'ait été avertie.... que 3 jours après les prélèvements alors que l'eau était déjà contaminée ?

Exigeons du ministère de la Santé, une enquête approfondie !

ppvv-2012-a-078.jpg

Ici un agriculteur nettoie sa remorque de purin à la fontaine publique de Cayres, tandis que l'eau souillée s'infiltre dans les sols en amont des points de captage actuellement contaminés. Cette photo prise par l'Idiot provincial il y a quelques mois n'avait provoqué aucune enquête particulière, comme si l'eau n'était qu'un élément qu'il faut saborder et souiller ! C'est comme si un citadin lavait sa voiture avec l'eau d'une fontaine publique en plein centre de Paris !!!

Et nous vous donnons rendez-vous dans quelques mois dans la région de Cayres où nous verrons bien ce que donneront les futurs relevés après les épandages de lisier de porc puisque la préfecture a fait passer "en force" (selon un élu local) l'extension d'une porcherie située à quelques kilomètres de cette région à haut risque sanitaire : le secteur de Cayres et du lac du Bouchet !

Engrais à gogo ? Purin à gogo ? Qui sont les responsables de la pollution actuelle ?

D'autant plus que de nouvelles pluies sont annoncées cette semaine, ce qui ne manquera pas d'occasionner un nouveau lessivage des sols et l'achat de nouvelles bouteilles de l'eau de source "Cristaline" pour faire cuire les légumes du couscous ou se laver les dents !

A ce sujet, n'est-il pas intéressant de connaître le taux de nitrates de cette eau de source "Cristaline" par rapport à d'autres eaux mises en bouteille ?

Et puis que penser de la médiatisation de cette affaire ? En effet, l'Idiot provincial a été le SEUL à réaliser un reportage complet tandis que l'omerta régnait sur la Haute-Loire. Pas un mot jusqu'à hier dans la presse écrite !!!

Bouche cousue

A suivre

Réunion publique à Cayres du collectif PPVV et soutien des commerces de bouche

ppvv-2012-a-080-2.jpgL'Idiot provincial est en mesure de vous confirmer que l'affiche concernant cette réunion publique du 9 mars 2012 du collectif PPVV était bien apposée sur les vitrines des commerçants de Cayres - très attachés à la défense de l'environnement et opposés à toute forme de pollution dans la région du lac du Bouchet -  comme cela a été le cas, notamment, sur la porte de cette sympathique "Boucherie - Charcuterie - Traiteur" qui commercialise des "Saucissons Maison" et les "Saveurs des viandes du Velay" que nous apprécions tellement bien surtout lorsqu'elles sont agrémentées de lentilles AOP qui n'ont certainement pas besoin de lisier de porcs, comme nous l'a précisé un "ancien" du pays dont un membre de sa famille est le maire d'une commune avoisinante où les élus ne veulent surtout pas entendre parler de l'extension de la porcherie du Bouchet-Saint-Nicolas et d'épandage de matières infernales non loin.... d'une source d'eau potable !

Ce qui paraît pour le moins logique et légitime !

ppvv-2012-a-086.jpg

Tournons la truie au foin : Phobies islamiques de Marinade Le Pen et viande halal dans les abattoirs du MIN de Rungis

Réactions aux propos de Marinade Le Pen

et ses phobies islamistes !

Le ministère de l'agriculture et de l'alimentation a vivement démenti les propos de la candidate FN à la présidentielle: "Ce que dit Mme Le Pen est faux", la viande distribuée en Ile-de-France provient "essentiellement du marché de Rungis, où arrivent des viandes qui proviennent d'un peu partout en France".

Nicolas Sarkozy a estimé mardi 21 février que "la polémique" déclenchée par la présidente du FN sur la viande halal "n'avait pas lieu d'être", à son arrivée au marché d'intérêt national de Rungis peu après 6h15. "On consomme chaque année en Ile-de-France 200 000 tonnes de viande et il y a 2,5 % de viande casher et halal" sur ce total, a fait valoir le président candidat en arrivant au pavillon des volailles et viandes de boucherie.

Le frontiste Gilbert Collard ne mange-t-il pas, lui, de la viande casher à Vichy ?

Sur le front de gauche : Prenons le pouvoir face aux gardiens de la pensée unique

Pour un "grand bond en avant"

dans le domaine agricole français !

Partout en France des centaines d'assemblées citoyennes se constituent comme ici en Auvergne où le maoïste Paul TOP estime que les structures de proximité sont des lieux de débats et de propositions pour contrer et changer la politique actuelle notamment dans le domaine des pratiques agricoles où l'agriculture en France doit être basée sur la souveraineté alimentaire, les bonnes pratiques agronomiques et la réduction des intrants chimiques avec pour objectifs :

isab-770.jpg- Opter pour une agriculture écologiquement intensive afin de faire travailler la nature de façon intelligente en réduisant les labours libérateurs de CO², en recourant aux couverts végétaux entre deux cultures pour capter du carbone dans un permier temps et disposer d'engrais naturels dans un second.

- Réduire l'alimentation granivore des animaux de ferme puisque la surconsommation de grain par les animaux d'élevage passe inaperçue dans les pays développés alors que l'on pourrait rompre cette tendance voulue par les industriels en développant une association de ray-grass et de trèfle dans les rations.

- Organiser des stages citoyens intensifs des citadins dans les campagnes afin de les inciter au travail de la terre afin de renouer avec les ceintures vertes autour des grandes villes provinciales dans un unique souci de limiter les transports et les émissions de CO² qui vont avec pour alimenter les grandes agglos en produits frais, lourds et périssables.

- Redécouvrir l'arbre nouricier et l'agroforesterie puisque des expériences ont montré que des plantations de bois d'oeuvre dans les plaines céréalières accroissaient au final la rentabilité globale des parcelles en améliorant l'état des sols par la tombée des feuilles et le captage des surplus d'engrais en profondeur via l'enracinnement des arbres tes que le châtaignier, le noyer, le noisetier, l'amandier, l'olivier ou le figuier.

eol-i-091-1.jpgla déforestation dans la montagne thiernoise devient préoccupante

comme ici dans la région de Saint-Rémy-sur-Durolle à Palladuc !

- Renoncer à la production industrielle d'agrocarburants car la course aux hectares pour encore un peu plus de déforestation sera la famine des peuples de demain et l'extermination de la race humaine !

Réflexion dominicale sur les dangers du bio au pied de la station d'épuration d'Escurolles et ses émanations infernales (03)

On ne nous dit pas tout

Explosion de l'agriculture bio :

quels dangers pour la santé ?

escud-i-104.jpg

Au printemps dernier, la crise sanitaire de l'Escherichia coli, une bactérie transmise par des graines germées provenant d'une exploitation bio allemande, faisait 51 morts en Europe.

Fin juin, un quotidien français publiait une tribune de deux chercheurs du CNRS sur les dangers du bio car selon eux, le centre de contrôle des maladies infectieuses d'Atlanta aurait réalisé une étude en 1996 liant un tiers des 250 décès dus à une souche pathogène d'E. Coli à la consommation de produits biologiques.

Les deux scientifiques concluaient : "Il est donc indéniable que les mérites de l'agriculture biologique s'accompagnent inévitablement de risques alimentaires spécifiques".

Autre sujet de polémique : la production biologique, n'utilisant pas de fongicide, favoriserait l'apparition de mycotoxines (des moisissures dont certaines possèdent des propriétés préoccupantes pour l'homme).

Pour l'instant, les études de l'Anses (agence française de sécurité sanitaire des aliments) ne trouverait pas de différences sur ce point entre l'agriculture biologique et conventionnelle.

Jusqu'à quand, alors que le marché du bio explose littéralement puisque dans la foulée du Grenelle de l'environnement, un plan "Horizon 2012" a été mis sur pied par le ministère de l'agriculture avec pour objectif le triplement des surfaces cultivées en bio, soit 6 % de la SAU (surface agricole utile), avant de viser les 20 % en 2020.

Dans ce que nous appellons la "crise de confiance", le piège commence à devenir double :

- bâtir à la va-vite des filières basées sur les modèles conventionnels, c'est à dire ayant pour maîtres d'oeuvre industriels de la transformation et grande distribution

- ouvrir un boulevard aux importations.

D'où l'objectif intolérable des industriels et des supermarchés de se fournir à bas coût, au mépris des intérêts des consommateurs, de produits de plus en plus estampillés "bio".

Et nous savons tous jusqu'où nous ont mené les élevages "fermiers" devenus de plus en plus industriels.

Restons vigilants !

Paul TOP

Recette matinale des amis du site le-poulet-Bourbonnais.com sur ceux qui se font du blé sur les semences (III)

Ils se font du blé

sur les semences !

Louis Minetti (sénateur honoraire) et Karim Ghendouf (responsable écologie et développement durable du PCF 13) sont intervenus dernièrement sur ce projet gouvernemental qui risque de mettre en péril le monde agricole.

Les semences agricoles concernent différents domaines, céréalier, fourrager, floral mais aussi des graines qui concourrent à l'alimentation humaine et animale, tels les petits pois, les fèves, les haricots, les pois chiches, etc..

Le lobby des semenciers vient d'obtenir sa grande victoire avec la reconnaissance du droit à la privatisation du vivant dans le monde agricole.

En effet, selon Karim Ghendouf et Louis Minetti, "le gouvernement est l'auteur d'une loi qui impose dorénavant aux agriculteurs une taxe lorsqu'ils réutilisent leurs semences" (L'Huma 02/01/2012).

L'argument utilisé est fallacieux, même s'il s'agit de participer à un fonds sur l'amélioration de la qualité des semences et de rétribuer les semenciers dans leur effort de recherche.

Le gouvernement est l'auteur d'une loi

qui impose dorénavant aux agriculteurs

une taxe lorsqu'ils réutilisent leurs semences !

royat-007-1.jpg

En réalité, les agriculteurs paient d'abord une taxe qui finance les semences, et repaient ensuite pour l'achat des semences, ce qui est pour le moins scandaleux.

Mieux, ils paieront une troisième fois une surtaxe car le marché des semences et monopolistique et privé.

D'une part, on acte la privatisation de la recherche de la biodiversité dans l'agriculture ; d'autre part, l'impôt est payé par l'ensemble des agriculteurs que l'on rend également dépendant de ces monopoles.

Enfin, on rend également dépendant de ces monopoles l'action publique et l'intérêt collectif dans toutes ses dimensions : recherche, maîtrise publique des choix en matière agricole.

Le gouvernement fait-il aussi fort que Monsanto ?

Si nous voulons répondre aux aspirations du monde agricole ne serait-il pas grand temps, dans les mois à venir, d'abroger cette loi pour la richesse de nos productions et de nos terroirs, pour garantir aux agriculteurs un revenu décent issu de leur travail, pour proposer des produits de qualité aux consommateurs, pour développer et soutenir la création d'exploitations agricoles ?

Paul TOP

Quelles craintes pour la lentille verte AOC vers Cayres ?

Les consommateurs vont-il boycotter

les lentilles vertes du Puy (AOC)

si le centre d'enfouissement voit le jour ?

Le projet d'ISDND (Installation de Stockage de Déchets Non Dangereux) de SITA MOS sur les communes de Cayres-Séneujols sur le site du Ronzet, sera, situé sur une zone agricole.

SITA MOS assure qu'il entend respecter cet environnement et favoriser le maintien d'une agriculture locale de qualité.

SITA MOS a indiqué qu'aucune parcelle - sur le site du Ronzet - (octobre 2009) n'exploitait la lentille verte du Puy (AOC).

Or, selon plusieurs témoignages, une parcelle aurait moissonné cet été une section de lentilles vertes.

Alors ? Qui dit vrai ? Qui dit faux ?

Merci d'éclairer notre lanterne.

Les boules à La Bourboule (II)

Plusieurs tours de piste en centre-ville mais toujours pas de girophare obligatoire pour donner des arguments supplémentaires à l'insécurité routière. C'est quand même cool de faire le tour du centre-ville de la Bourboule.

Bonjour la signalisation-maison !

discours-paul-top-031.jpg