Assassinat de Florian Heugas : l'alccol est un facteur déterminant

L'avocat du chauffard, Me Benazdia, nous dit que "le taux d'alcoolémie n'est pas un facteur déterminant mais un facteur aggravant".

Cela n'est pas tout à fait vrai, car si le VRP n'avait pas bu, l'accident aurait bien pu être évité, le conducteur aurait fait preuve de maîtrise de son véhicule. 

Le VRP n'a pu rester maître de son véhicule car l

 

 

 

a circulation (sic) sanguine a apporté rapidement l’alcool au cerveau, organe particulièrement sensible à son action. Il faut savoir qu'à partir d’une alcoolémie de 0,5 la totalité des sujets présentent :


- Des temps de réactions augmentés d’un tiers au moins.
- Des réflexes moins rapides et moins coordonnés.
- Une vision périphérique et stéréoscopique diminuée.
- Des troubles optiques qui rendent dangereuse la conduite nocturne.

On comprend dès lors que l’alcoolisation des conducteurs puisse intervenir comme cause déterminante et aggravante dans la plupart des accidents de la circulation.

Le facteur "aggravant" est un argument d'avocat permettant à son client d'atténuer son attitude devant le tribunal qui ne sera pas dupe, histoire de mieux faire passer "la pillule". 

Non seulement le taux d'alccolémie, dans cet accident, est un facteur aggravant mais il est SURTOUT déterminant.

A ce moment-là, dire que ce n'est pas déterminant, n'est-ce pas légitimer l'alcool au volant alors que les conduites sous l'emprise alcoolique représentent 40 à 60 % de accidents mortels en France ?

L'avocat, Me Alexandre Benazdia, indique que son client "ne divaguait pas sur la route". Si le VRP ne divaguait pas sur la route, il a sérieusement zigzagué en prenant la fuite à travers champs.

Tout cela serait burlesque s'il n'y avait pas la mort de ce jeune innocent fauché par un assassin de la route au comportement inadmissible comme la route en comporte tellement qui a préféré "filer" , se sauver plutôt que de faire face à ces responsabilités en se comportant comme un conducteur responsable, comme un secouriste, avec ou sans notions, comme un modeste secouriste exemplaire et non lâche.

Marc-Claude de Portebane

 

Commentaires (1)

HEUGAS François
  • 1. HEUGAS François | 02/08/2009

bonjour,
tous vos articles nous soutiennent chaque
jour.malgré le coup de massue que nous avons pris lors de l'annonce du rejet de l'appel du procureur.Nous avons du mal à
comprendre de telles décisions qui sont à l'encontre de ce qui se pratique aujourd'hui!!.QUI INTERVIENT ? QUI SOUTIENT?
Il y aurait il des influences non démocratique? Quel mépris , MAIS NOUS NOUS
BATTRONS ET QUE TOUS LES "MANGE MERDE" sachent que nous ne sommes pas seul

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau